La plus grande étude mondiale sur la main-d'oeuvre jamais réalisée constate que la haute direction a en main le détonateur qui peut faire éclater toute la puissance des talents



    L'étude de Towers Perrin démontre la corrélation entre l'engagement
    des salariés et les résultats financiers

    MONTREAL, le 22 oct. /CNW Telbec/ - Un sondage réalisé auprès de 90 000
travailleurs partout dans le monde, y compris 5 000 répondants du Québec et du
Canada, révèle que, d'après les salariés, leur organisation ou leur haute
direction ne font pas ce qu'il faut pour les motiver à fournir un effort
discrétionnaire au travail et à contribuer au succès de leur entreprise.
    L'étude mondiale sur la main-d'oeuvre réalisée par la société de services
professionnels Towers Perrin a constaté qu'à peine 6 % des Canadiens estiment
que la haute direction traite ses salariés comme s'ils étaient l'élément le
plus important de l'organisation (10 % mondialement).
    Bien que les salariés désirent fortement être "engagés" dans leur
travail, soit consentir un effort discrétionnaire pour aider l'entreprise à
parvenir au succès, à peine 23 % au Canada (21 % mondialement) font
actuellement preuve d'engagement au travail. Constatation gravement
préoccupante pour les membres de la haute direction et les investisseurs :
32 % des salariés au Canada (38 % mondialement) sont partiellement ou
totalement "désengagés". Ces chiffres font ressortir un écart appréciable -
que Towers Perrin appelle "l'écart d'engagement" - entre l'effort
discrétionnaire que les gens veulent effectivement investir et l'efficacité
avec laquelle les entreprises sollicitent cet effort en vue de dynamiser leurs
résultats.
    L'étude constate que les entreprises dont les salariés présentent le
niveau le plus élevé d'engagement enregistrent de meilleurs résultats
financiers et connaissent plus de succès dans le maintien en service de leurs
salariés clés, en comparaison des entreprises dont la main-d'oeuvre présente
des niveaux d'engagement moindres.
    "On ne saurait trop souligner l'importance d'une main-d'oeuvre engagée
pour le bénéfice net de l'entreprise, souligne Kevin Aselstine, sociétaire
directeur de Towers Perrin à Toronto. Nous avons effectué une analyse
comparative des résultats financiers et de l'engagement des salariés de
40 entreprises mondiales. Nous avons constaté que les sociétés qui comptent le
plus fort pourcentage de salariés engagés ont collectivement accru leur
bénéfice d'exploitation de 19 % et leur bénéfice par action de 28 %, d'un
exercice à l'autre. Par contraste, les entreprises qui présentent le
pourcentage le plus bas de salariés engagés accusent, d'un exercice à l'autre,
un déclin de 33 % de leur bénéfice d'exploitation et une chute de 11 % de leur
bénéfice par action."
    La divulgation des constatations du sondage coincide avec un jalon dans
l'histoire canadienne. En effet, le taux de chômage au Canada chute en-deça de
6 % pour la première fois depuis 33 ans, ce qui élargit l'éventail des options
d'emploi s'ouvrant à la main-d'oeuvre. Les employeurs se préoccuperont du fait
qu'à peine un tiers (32 %) des Canadiens ne prévoient pas quitter leur emploi
actuel, car cette situation compromet leur capacité de fidéliser les talents
clés. Toutefois, une amélioration de l'engagement peut faire toute la
différence. L'étude démontre que parmi les 23 % des Canadiens qui sont
pleinement engagés au travail, 52 % prévoient rester au service de leur
employeur actuel.
    "Pour les employeurs, ces chiffres sur la mobilité de la main-d'oeuvre
sonnent l'alarme, dit Michel Tougas, sociétaire directeur de Towers Perrin à
Montréal. Tandis que la balance du pouvoir dans le marché du travail passe des
employeurs aux salariés - soit des acheteurs de talent aux vendeurs - les
entreprises devraient concentrer leurs efforts sur les moyens de stimuler
l'engagement de leur main-d'oeuvre, afin de parvenir à attirer et à maintenir
en service les talents."
    L'étude démontre clairement que l'écart d'engagement présente divers
risques pour l'entreprise. Exemple : plus de 80 % des salariés engagés
estiment qu'ils peuvent contribuer à la qualité des produits et services ainsi
qu'à la satisfaction de la clientèle. Parmi les salariés désengagés, à peine
la moitié partagent cette conviction.
    Fait intéressant, l'étude révèle que les Canadiens souscrivent à une
approche plus optimiste de la vie de travail et une orientation face à
l'apprentissage un peu plus positive, en comparaison des résultats à l'échelle
mondiale. Par exemple, 69 % (contre 58 % mondialement) indiquent qu'ils
tendent à investir plus de temps et d'effort que ce que l'on attend d'eux et
90 % (contre 84% mondialement) apprécient un travail stimulant qui leur permet
d'acquérir de nouvelles compétences.
    Les salariés sont également préoccupés de la réputation et de l'intégrité
de leur organisation. Comme ailleurs dans le monde, il est plus probable que
les salariés canadiens soient engagés s'ils sont affiliés à une organisation
possédant une excellente réputation quant à sa responsabilité sociale.
    "Le talent est notre ressource naturelle la plus précieuse, ajoute
Michel Tougas. Il est essentiel que les entreprises comprennent leurs salariés
aussi bien qu'elles connaissent leurs clients. Si elles ne prennent pas en
considération leur main-d'oeuvre et si elles ne comprennent pas ce qu'il faut
faire pour mobiliser ce potentiel, elles se trouveront rapidement en position
de faiblesse face à leurs concurrents."
    "Il est impossible de recruter, ni d'acheter une main-d'oeuvre engagée -
seul un véritable leadership peut la réunir, conclut Kevin Aselstine. Tandis
que les salariés veulent s'investir à fond pour aider leurs employeurs, notre
étude conclut clairement que pour tirer pleinement parti de ce réservoir de
productivité, les hautes directions doivent savoir fidéliser une main-d'oeuvre
engagée et pleinement productive. Il n'y a, toutefois, pas de solution
universelle et toute faite. L'élaboration et la mise en pratique de la bonne
recette d'engagement exigent une étude rigoureuse de la situation unique de
l'entreprise et des défis qui la confrontent. Ainsi parvient-on à formuler une
stratégie personnalisée du capital humain."
    De plus amples renseignements relatifs à l'Etude mondiale de Towers
Perrin sur la main-d'oeuvre sont disponibles à l'adresse
www.towersperrin.com/gws

    Quelques mots sur l'Etude mondiale de Towers Perrin sur la main-d'oeuvre

    L'Etude mondiale de Towers Perrin sur la main-d'oeuvre, la plus
importante dans ce domaine, a porté sur près de 90 000 personnes dans 18 pays,
y compris plus de 5 000 répondants du Québec et du Canada. Elle fait appel à
un modèle d'analyse pour déterminer tout à la fois les niveaux d'engagement et
leur incidence sur les résultats de l'entreprise, le maintien en service et de
nombreux autres facteurs.

    Quelques mots sur les services RH de Towers Perrin

    Towers Perrin est une société internationale offrant des services
professionnels qui aident les organisations à optimiser le rendement grâce à
une gestion efficace des ressources humaines, des risques et des finances. Par
l'intermédiaire de ses Services RH, Towers Perrin offre, à l'échelle mondiale,
des services de consultation en ressources humaines qui aident les
organisations à gérer efficacement leur investissement dans les ressources
humaines. Ses secteurs d'intervention incluent les avantages sociaux des
salariés, la rémunération, les communications, la gestion du changement, les
recherches auprès des salariés et la prestation de services RH. Les autres
activités de la société incluent le secteur de la Réassurance qui offre des
services d'intermédiaire en réassurance et Tillinghast qui offre des services
de consultation en gestion et en actuariat auprès de l'industrie des services
financiers. Ces groupes et les sociétés oeuvrant en association avec eux sont
présents aux Etats-Unis, au Canada, en Europe, en Asie, en Amérique latine, en
Afrique du Sud, en Australie et en Nouvelle-Zélande. De plus amples
renseignements sur Towers Perrin sont disponibles à l'adresse
www.towersperrin.com




Renseignements :

Renseignements: Frédéric Tremblay, HKDP Communications et affaires
publiques, (514) 395-0375, poste 234 ou poste 228, ftremblay@hkdp.qc.ca

Profil de l'entreprise

TOWERS PERRIN

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.