La ministre Oda brille par son absence lors de la Journée internationale de la femme



    TORONTO, le 9 mars /CNW Telbec/ - Les membres de l'Alliance de la
Fonction publique du Canada (AFPC), qui ont passé la Journée internationale de
la femme au bureau de circonscription de la ministre Bev Oda, estiment que la
journée a été bien remplie.
    "Comme nous n'avons pas reçu d'invitation de la ministre Oda pour
célébrer la Journée internationale de la femme avec elle, nous avons décidé de
prendre les devants", a déclaré Gerry Halabecki, vice-président exécutif
régional - Ontario, lui-même au nombre des membres qui occupaient le bureau de
la ministre. "Nous voulions lui dire en personne que le gouvernement Harper
leurre les femmes."
    "En fait, nous avions demandé une rencontre avec la ministre", a précisé
Halabecki, "pour lui présenter des membres de l'AFPC qui assurent les services
dans les bureaux de Condition féminine, mais aussi des femmes de groupes
divers. Nous voulions lui parler des mesures qu'il est indispensable de
prendre pour promouvoir l'égalité des femmes. Or, la ministre Oda semble
réticente à rencontrer des femmes qui ne partagent pas les opinions du
gouvernement en ce qui concerne l'égalité des femmes dans ce pays."
    Selon Robyn Benson, vice-présidente régionale de l'AFPC et responsable du
dossier des droits des femmes, le gouvernement Harper se doit de freiner la
tendance rétrograde amorcée pour prendre plutôt des mesures progressistes.
    "Dans sa déclaration de la Journée internationale de la femme, laquelle
met l'accent sur les crimes de violence, le premier ministre Harper prétend
que des séjours prolongés en prison et des peines plus sévères mettront fin à
la violence faite aux femmes et aux filles", a signalé Robyn Benson. "Or, nous
savons que ce ne sont pas des solutions aux causes profondes de la violence.
Ce qu'il nous faut, ce sont des solutions constructives, à long terme, qui
viennent enrayer l'inégalité économique des femmes et qui leur assurent une
place à part entière dans la société canadienne."
    "Nous continuerons d'exiger du premier ministre, de la ministre Oda et du
gouvernement conservateur tout entier qu'ils reviennent sur la décision
d'amputer le budget de fonctionnement et de fermer la plupart des bureaux de
Condition féminine Canada. Nous exigeons que le gouvernement continue de
financer les groupes féminins qui s'emploient, par leurs recherches, à trouver
des solutions pour provoquer des changements en profondeur, qu'il rétablisse
le Programme de contestation judiciaire, qu'il adopte une loi proactive en
matière d'équité salariale, conformément aux recommandations du Groupe de
travail sur l'équité salariale, et qu'il mette en place un système national de
garderies", d'affirmer Robyn Benson.




Renseignements :

Renseignements: Denis Boivin, Communications AFPC, (613) 560-4280, (613)
222-4617


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.