La migraine : Un mal sous-estimé au Canada



    
        Un premier forum canadien réunit des spécialistes et des patients
      afin de se pencher sur les obstacles au traitement efficace de la
                                   migraine
    

    CALGARY, le 5 nov. /CNW Telbec/ - D'après les travaux du forum canadien
sur la migraine, publiés dans le supplément du numéro de novembre du Journal
canadien des sciences neurologiques, incompréhension de la société, déni du
patient, diagnostics erronés et méconnaissance des traitements constitueraient
d'importants obstacles au traitement efficace de la migraine au Canada.
    Le forum, qui réunissait un groupe multidisciplinaire de 30 spécialistes
et des patients de partout au Canada, portait sur les traitements actuels de
la migraine et les moyens d'améliorer la qualité de vie des Canadiens
migraineux, notamment en réduisant l'invalidité résultant de la migraine.
Parmi les participants se trouvaient des neurologues, des omnipraticiens, des
infirmières, des pharmaciens, des patients migraineux et des professionnels
qui jouent un rôle de premier plan dans le traitement des migraines, notamment
des ergothérapeutes, des gestionnaires de soins de santé et des psychologues.
    "Malgré la prévalence particulièrement forte de la migraine au Canada,
celle-ci demeure méconnue et par conséquent, les patients souffrent
inutilement et en subissent les contrecoups", explique le Dr Werner J. Becker,
professeur de la division de neurologie du département de neuroscience
clinique de l'Université de Calgary, en Alberta, et auteur principal du
compte-rendu des travaux du forum canadien sur la migraine.
    "Les gens, y compris de nombreux médecins, ignorent ou ne comprennent pas
la souffrance associée à la migraine. Nous devons faire comprendre aux
professionnels de la santé, aux patients et à la population en général que la
migraine est un problème médical sous-estimé qui nécessite un traitement."
    Au Canada, la prévalence de la migraine est plus forte que celle de
l'arthrose, du diabète et de l'asthme. Les taux de prévalence récemment
observés chez les femmes (24,9 % en 2004(1) et 26 % en 2006(2)) et les hommes
(10 % en 1992(3) et 7,8 % en 1994(4)) laissent voir que plus de trois millions
de femmes et un million d'hommes souffrent de migraines au Canada. Environ
60 % de ces personnes ont au moins une crise ou deux de migraine par mois et
25 % en ont au moins une chaque semaine(5),(6).
    Les participants au forum ont laissé entendre que, comme les maux de tête
sont répandus, les gens ont leurs propres idées et préjugés sur la migraine.
Certains patients refusent même de reconnaître que la migraine a d'importantes
répercussions sur leur qualité de vie.
    "C'est extrêmement frustrant de voir à quel point les gens qui n'en
souffrent pas méconnaissent et banalisent la migraine, a souligné une
patiente. La migraine a eu pour moi des conséquences professionnelles,
économiques, sociales et personnelles, mais les gens ne comprennent pas
l'ampleur du problème. J'ai dû quitter mon emploi et je vivais dans la crainte
perpétuelle de manquer des événements importants, comme un mariage ou les
fêtes de Noel, à cause d'une crise."

    OBSTACLES A DES SOINS DE QUALITE

    D'autres renseignements et débats présentés dans le cadre du forum ont
permis de mettre en lumière des problèmes majeurs, à savoir :

    
    - Les patients atteints de migraine cherchent rarement à obtenir de
      l'aide, bien que celle-ci soit disponible : une étude canadienne
      révélait récemment que 48 % des femmes souffrant de migraines n'ont
      jamais consulté un médecin au sujet de leurs maux de tête(7).

    - La migraine n'est souvent pas diagnostiquée comme telle. Bien que la
      migraine soit habituellement décelée par la plupart des médecins de
      premier recours, des études montrent que le diagnostic d'un patient sur
      quatre souffrant de migraines est erroné(8).

    - Les médecins de soins primaires ne disposent pas toujours du temps
      nécessaire pour vérifier en détail les antécédents médicaux d'un
      patient souffrant de céphalées, ce qui peut retarder le diagnostic et
      nuire au traitement.

    - S'il est vrai que de nombreux médicaments symptomatiques sont offerts
      aux patients, les médicaments destinés au traitement des migraines
      sont, quant à eux, sous-utilisés. D'autre part, se soigner avec des
      analgésiques ou d'autres médicaments contre la migraine trop souvent
      (médication abusive) augmente les chances de crises fréquentes. Les
      patients qui abusent de médicaments représentent une proportion
      importante de la clientèle des cliniques spécialisées en céphalées.
    

    Les participants ont signalé la difficulté de prendre efficacement en
charge la migraine et ont souligné que même les patients souffrant de
migraines invalidantes ne reçoivent pas toujours un traitement adéquat ou ne
suivent pas celui-ci comme il se doit. La plupart des spécialistes de la
céphalée sont en faveur d'un traitement stratifié, mais n'y ont pas toujours
recours. Celui-ci consiste à personnaliser le traitement selon l'intensité des
céphalées et le degré d'invalidité du patient, au lieu de simplement faire
l'essai d'un éventail de médicaments symptomatiques susceptibles d'être
inefficaces lorsqu'ils sont prescrits à des patients souffrant de crises
aigues.

    TROUVER DES SOLUTIONS GRACE AU LEADERSHIP ET A L'EDUCATION

    Tous s'entendent pour dire que l'atténuation des inconvénients de la
migraine pour le patient, sa famille et la collectivité en général passe par
l'éducation des médecins, des patients et du public. En guise de conclusion,
les participants au forum ont défini six initiatives principales qui, si elles
sont adoptées par les spécialistes, permettront de réduire l'invalidité
associée à la migraine au Canada. Parmi celles-ci: traiter la migraine selon
le modèle de prise en charge des maladies chroniques et assurer le suivi à
long terme par des équipes multidisciplinaires; inviter les Canadiens
souffrant de migraines à participer activement aux programmes de prise en
charge individuelle et à l'animation de groupes de soutien, et sensibiliser le
public à la gravité de la migraine et à la sous-utilisation des médicaments et
des traitements préventifs contre la migraine.
    "La sensibilisation est la clé, ce qui est particulièrement vrai dans le
cas des Canadiens qui souffrent de migraines. Le fait d'être mieux informés
leur permettrait de réclamer des soins mieux adaptés", ajoute le Dr Becker.
"Nous encourageons vivement les patients à prendre conscience des
répercussions de la migraine sur leur qualité de vie et à comprendre
l'importance de prévenir et de traiter les crises de migraine. Ainsi, ils
pourront discuter avec leur médecin afin d'adopter un traitement et des
stratégies de prise en charge individuelle visant l'atténuation des
incapacités causées par leurs migraines."

    LA MIGRAINE : UN FARDEAU LOURD A PORTER

    La plupart des crises de migraine sont relativement aigues et provoquent
des symptômes pouvant occasionner une invalidité importante. Vu l'intensité de
la douleur, des nausées et des autres symptômes, pour de nombreux migraineux,
il peut parfois être difficile, voire impossible, de fonctionner normalement
pendant une crise. L'Organisation mondiale de la santé classe la migraine au
19e rang des troubles médicaux invalidants à long terme pour la population en
général (2001) et au 12e rang chez les femmes(9). Selon les chiffres de 1992,
chaque année, au Canada, l'absentéisme attribuable aux migraines provoque la
perte de sept millions de jours de travail(10).

    A PROPOS DU FORUM CANADIEN SUR LA MIGRAINE

    Le forum canadien sur la migraine est une initiative de la Canadian
Headache Society (CHS) et du Headache Network Canada (HNC) et a été financé
par une subvention sans restriction de Merck Frosst Canada Ltée. Les sujets
abordés ont été déterminés par un comité de planification composé de membres
de la CHS et du HNC.
    La Canadian Headache Society est un organisme à but non lucratif
regroupant des médecins dont la mission consiste à promouvoir la recherche,
l'éducation et les soins aux patients atteints de céphalées. Headache Network
Canada est un organisme canadien à but non lucratif et de bienfaisance
enregistré qui offre aux personnes souffrant de céphalées et à leur famille de
l'information médicale et scientifique sur la reconnaissance et le traitement
des troubles associés aux céphalées grâce à l'éducation de la population. Les
Canadiens peuvent consulter le site Internet novateur du HNC à l'adresse
www.headachenetwork.ca.

    DES PARTICIPANTS SONT DISPOSES A ACCORDER DES ENTREVUES DANS LES VILLES
    SUIVANTES :
    Vancouver
    Calgary
    Winnipeg
    Toronto / Hamilton
    Montréal

    REFERENCES
    -----------------------

    
    (1)  Pryse-Phillips, W.; Findlay, H; Tugwell, P.; Edmeads, J.;
         Murray, TJ.; et Nelson, RF. A Canadian population survey on the
         clinical, epidemiologic and societal impact of migraine and tension-
         type headache. Journal canadien des sciences neurologiques,
         août 1992, vol. 19, no 3, p. 333-339.

    (2)  Cooke, L. et Becker, WJ. Migraine prevalence, disability, and
         treatment, Canadian women and migraine survey, Abstracts, Journal
         canadien des sciences neurologiques, 2006; no33, supplément no 1,
         p. S27-28.

    (3)  Pryse-Phillips, W.; Findlay, H; Tugwell, P.; Edmeads, J.;
         Murray, TJ.; et Nelson, RF. A Canadian population survey on the
         clinical, epidemiologic and societal impact of migraine and tension-
         type headache. Journal canadien des sciences neurologiques,
         août 1992, vol. 19, no 3, p. 333-339.

    (4)  O'Brien B, Goeree R, Streiner D. Prevalence of migraine headache in
         Canada: a population-based survey. International Journal of
         Epidemiology, octobre 1994, vol. 23, no 5, p. 1020-1026.

    (5)  Lipton, RB.; Stewart, WF, et Simon, D. Medical consultation for
         migraine: results from the American Migraine Study, Headache, 1998;
         vol. 38, p. 87-96.

    (6)  Cooke, L. et Becker, WJ. Migraine prevalence, disability, and
         treatment, Canadian women and migraine survey, Abstracts, Journal
         canadien des sciences neurologiques, 2006, vol.o33, supplément no 1,
         p.S27-28.

    (7)  Ibid.

    (8)  Tepper, SJ.; Dahlof, CGH.; Dowson, A.; Newman, L.; Mansbach, H.;
         Jones, M.; et coll. Prevalence and diagnosis of migraine in patients
         consulting their physician with a complaint of headache: data from
         the Landmark Study, Headache, 2004; vol. 44, p. 856-864.

    (9)  Leonardi, M.; Steiner, T.; Scher, A.; et Lipton. RB. The global
         burden of migraine: measuring disability in headache disorders with
         WHO's classification of functioning, disability and health (ICF),
         The Journal of Headache and Pain, 2005, vol. 6, p. 429-440.

    (10) Pryse-Phillips, W.; Findlay, H; Tugwell, P.; Edmeads, J.;
         Murray, TJ.; et Nelson, RF. A Canadian population survey on the
         clinical, epidemiologic and societal impact of migraine and tension-
         type headache. Journal canadien des sciences neurologiques,
         août 1992, vol. 19, no 3, p. 333-339.
    




Renseignements :

Renseignements: Laura Espinoza, Edelman, (416) 979-1120, poste 245,
laura.espinoza@edelman.com; Julie Seidel, Edelman, (514) 844-6665, poste 244,
julie.seidel@edelman.com

Profil de l'entreprise

CANADIAN HEADACHE SOCIETY

Renseignements sur cet organisme

HEADACHE NETWORK CANADA

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.