La hausse du prix de l'essence ternira-t-elle l'attrait des chalets pour les Canadiens cet été?



    - L'étude de Royal LePage révèle que le prix des propriétés de loisir
    continue de grimper -

    TORONTO, le 5 juin /CNW/ - Malgré les prix à la hausse des chalets et de
l'essence, le nombre de Canadiens fort intéressés à posséder leur propre havre
de paix a augmenté depuis l'été passé. En effet, 12 pour cent des Canadiens
prévoient ou pensent acheter une propriété de loisir au cours des trois
prochaines années, selon le Rapport sur les propriétés récréatives de Royal
LePage 2007, diffusé aujourd'hui.
    Il se peut toutefois que la hausse du prix à la pompe refroidisse les
ardeurs de certains propriétaires de chalet, étant donné que près du quart
(23 pour cent) de ces Canadiens réduiront le nombre de déplacements vers leur
chalet cet été, tandis que 12 pour cent des propriétaires pourraient songer à
vendre leur propriété si le prix de l'essence continue de grimper.
    Le Rapport sur les propriétés récréatives de Royal LePage 2007 est le
fruit d'une étude réalisée (par Maritz Research) auprès de Canadiens
propriétaires et acheteurs de chalet pour connaître leurs comportements et
leurs transactions d'achat, ainsi que d'une analyse exhaustive des prix, des
tendances et des activités relativement aux propriétés récréatives dans
51 marchés de propriétés récréatives sélectionnés au Canada.
    Les Canadiens qui ont l'intention d'acheter une propriété récréative
trouveront des prix plus abordables dans l'est, car la majorité des régions de
l'Atlantique se distinguent par des marchés équilibrés et de nouveaux
développements domiciliaires, tandis que la hausse de la demande et des prix
des chalets (qui atteignent généralement 500 000 $) caractérise le marché
ontarien. Si l'on se tourne vers l'ouest, notamment l'Alberta et la
Colombie-Britannique, les acheteurs de chalet ont accès à un inventaire très
limité de chalets, dont les prix sont les plus élevés au pays.
    "Notre recherche montre que la demande pour les propriétés de loisir
continue d'être beaucoup supérieure à l'offre partout au Canada, ce qui a fait
augmenter le prix moyen des chalets beaucoup plus rapidement que celui de
l'immobilier résidentiel en général. Le prix des propriétés riveraines
standard à accès terrestre a grimpé de 13 pour cent par rapport à l'an denier;
la gamme de prix de ces propriétés varie de moins de 100 000 $ à plus de
1 million $, a déclaré Phil Soper, président et chef de la direction des
Services immobiliers Royal LePage. Les familles relèvent le défi de
l'abordabilité moindre en faisant preuve de souplesse et de créativité. Les
acheteurs potentiels qui se sont fixé un budget précis peuvent toujours
acquérir un cottage ou un petit chalet, mais ils devront peut-être consacrer
plus de temps aux déplacements le week-end, rechercher d'autres options
d'achat ou financer leur achat en louant la propriété."

    Quelles concessions les Canadiens sont-ils prêts à faire pour acquérir
    leur chalet?

    Le sondage révèle que parmi ceux qui prévoient ou pensent acquérir un
chalet, 49 pour cent sont disposés à déménager dans une maison plus petite et
plus abordable afin d'acquérir un chalet et 32 pour cent sont prêts à occuper
un deuxième emploi en échange d'une propriété en bordure d'un lac.
    Ils sont enclins à faire d'autres sacrifices, notamment celui de faire de
leur chalet leur résidence principale (49 pour cent), de conduire de longues
distances pour se rendre au chalet (50 pour cent) et de générer des revenus en
louant le chalet durant l'année (53 pour cent).
    Pour certains, l'acquisition d'un chalet repose sur la chance. A la
question "Est-ce que le prix des chalets vous encourage à participer aux
loteries organisées pour le financement des hôpitaux ou des fondations?",
16 pour cent des Canadiens qui ont l'intention d'acheteur un chalet ont
répondu "oui".

    Pourquoi cette envie de fuir la ville?

    Même si le plein d'essence risque de coûter plus cher et malgré la
possibilité d'avoir à conduire davantage, les Canadiens qui prévoient ou
pensent acheter un chalet mentionnent qu'ils veulent tout de même acquérir un
chalet à la campagne pour profiter de la nature (31 pour cent), s'évader de la
vie mouvementée de la ville (30 pour cent) et passer du temps de qualité en
famille (29 pour cent).

    Branchés, même à la plage

    Par suite de l'essor fulgurant des bureaux satellites et des capacités de
messagerie instantanée, il est de première importance pour certains
propriétaires et acheteurs de chalet que celui-ci soit "câblé". Les résultats
du sondage révèlent que 22 pour cent des Canadiens interrogés considèrent que
l'accès Internet est un facteur déterminant d'importance puisqu'ils
travaillent à partir de leur chalet. Le sondage révèle que 20 pour cent des
parents qui possèdent un chalet ont mentionné qu'Internet n'est pas important
pour eux lorsqu'ils sont au chalet, mais qu'il l'est pour leurs enfants. Fait
intéressant à noter, les résultats du sondage indiquent que 69 pour cent des
parents qui possèdent leur propre chalet affirment que l'une des raisons pour
lesquelles ils se rendent à leur chalet est pour "débrancher" leurs enfants et
les inciter à profiter de la nature.
    Pour d'autres Canadiens, les escapades au chalet sont une technique de
réadaptation qui leur permet de mettre de côté, quoique de manière temporaire,
leur dépendance aux appareils Blackberry. A la question "Vérifiez-vous votre
Blackberry pendant vos vacances au chalet?", 33 pour cent des propriétaires de
chalet ont répondu qu'ils cessaient complètement d'utiliser ce gadget.
Toutefois, la dépendance est trop forte pour 7 pour cent des propriétaires,
qui admettent vérifier leur terminal mobile de poche pendant qu'ils profitent
de leurs moments de repos et de relaxation.

    
                         AUTRES RESULTATS DU SONDAGE

    -   Il semble que les séjours dans les chalets durant l'enfance aient une
        sérieuse incidence sur bon nombre de Canadiens, comme le démontre le
        sondage, puisque 59 pour cent des Canadiens qui possèdent ou
        pourraient bientôt acquérir une propriété de loisir ont, passé du
        temps dans un chalet pendant leur jeunesse. La moitié des Canadiens
        qui possèdent ou ont l'intention d'acheter un chalet (50 pour cent)
        ont passé des étés dans un chalet familial ou appartenant à des amis,
        tandis que 11 pour cent ont passé du temps dans des propriétés qui
        avaient été louées.

    -   Lorsque les sentiments entrent en jeu, les négociations deviennent
        plus ardues pour les avocats spécialisés en matière de divorce. A la
        question "Dans le cas d'un règlement de divorce, choisiriez-vous la
        résidence principale ou le chalet?", les deux choix recueillent à peu
        près le même nombre de votes. Ainsi, 39 pour cent des propriétaires
        actuels de chalet et de ceux qui sont susceptibles d'acheter un
        chalet ou prévoient en acheter un ont choisi la résidence principale,
        tandis que 33 pour cent ont opté pour le chalet.

    -   Exception faite des dépenses d'essence, parmi les Canadiens qui
        prévoient ou pensent acheter un chalet, 15 pour cent sont disposés à
        payer entre 200 000 $ et 500 000 $, tandis que 1 pour cent envisagent
        verser entre 500 000 $ et 1 000 000 $ et que 2 pour cent sont enclins
        à débourser plus de 1 000 000 $ pour acquérir leur havre de paix. La
        plupart des Canadiens qui prévoient faire l'acquisition une propriété
        récréative ont budgétisé moins de 200 000 $.


    -------------------------------------------------------------------------
             Résumé des prix des propriétés récréatives en 2007
                           Prix moyen par province
    -------------------------------------------------------------------------
               Chalets riverains standard et à accès terrestre
    -------------------------------------------------------------------------
    PROVINCE                         PRIX MOYEN       GAMME DE PRIX MOYENNE
    -------------------------------------------------------------------------
    Ile-du-Prince-Edouard             225 000 $       100 000 $ - 350 000 $
    -------------------------------------------------------------------------
    Nouveau-Brunswick                 146 625 $        96 000 $ - 197 250 $
    -------------------------------------------------------------------------
    Nouvelle-Ecosse                   149 700 $        59 900 $ - 239 500 $
    -------------------------------------------------------------------------
    Terre-Neuve                        86 500 $        71 000 $ - 102 000 $
    -------------------------------------------------------------------------
    Québec                            525 000 $       416 667 $ - 633 333 $
    -------------------------------------------------------------------------
    Ontario                           469 500 $       311 826 $ - 627 174 $
    -------------------------------------------------------------------------
    Manitoba                          382 333 $       248 000 $ - 516 667 $
    -------------------------------------------------------------------------
    Saskatchewan                      250 000 $                   250 000 $
    -------------------------------------------------------------------------
    Alberta                           737 500 $       675 000 $ - 800 000 $
    -------------------------------------------------------------------------
    Colombie-Britannique            1 009 083 $     621 500 $ - 1 396 667 $
    -------------------------------------------------------------------------
    Prix moyen d'un chalet au pays    427 589 $
    -------------------------------------------------------------------------
    Source : Royal LePage. Les moyennes sont basées sur l'analyse de marchés
             de propriétés récréatives sélectionnés dans chaque province.
    

    A propos de Maritz Research

    Maritz Research a réalisé le volet sondage du Rapport sur les propriétés
récréatives de Royal LePage; les études de terrain se sont terminées le 28 mai
2007. Le sondage est effectué auprès d'un échantillon aléatoire de 3 012
Canadiens adultes, dont 671 personnes au total étaient admissibles au sondage.
Un échantillon de cette taille produit généralement des résultats précis à 
+/-3,78 pour cent, 19 fois sur 20, si l'on compare à ceux qu'ils auraient été
si toute la population adulte du Canada avait participé au sondage.

    A propos de Royal LePage

    Grâce à son réseau de plus de 12 600 agents, répartis dans 600 bureaux
partout au Canada, qui exercent leurs activités sous les raisons sociales de
Royal LePage, Johnston and Daniel et Realty World, Royal LePage est le premier
fournisseur de services de franchise aux maisons de courtage immobilier
résidentiel. Royal LePage assure la gestion du Fonds Royal LePage Franchise
Services, une fiducie de revenus inscrite à la Bourse de Toronto (TSX) sous le
symbole "RSF.UN".
    Pour en savoir davantage, visitez le site www.royallepage.ca.





Renseignements :

Renseignements: Afin de connaître les faits saillants du marché pour une
région donnée ou communiquer avec une personne-ressource, veuillez vous
adresser à: Gaven Dumont, Mansfield Communications Inc., par téléphone au
(514) 397-1801 ou par courriel à gaven@mcipr.com


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.