La grève sera déclenchée le 7 juillet à la Résidence 600 Bousquet de Drummondville



    MONTREAL, le 30 juin /CNW Telbec/ - Le Syndicat québécois des employées
et employés de service, section locale 298 (FTQ) annonce que la grève sera
déclenchée à partir du 7 juillet prochain à Résidence 600 Bousquet de
Drummondville.
    "Compte tenu que l'employeur a annulé les deux dernières séances de
négociation pour des raisons aussi futiles que farfelues, nous sommes forcés
de constater que le renouvellement de la convention collective de la
quarantaine de travailleuses et travailleurs de la Résidence n'est pas une
priorité pour lui. Nous avons clairement indiqué nos attentes, et nous n'avons
pas obtenu de réponse satisfaisante de sa part. Nous nous voyons ainsi dans
l'obligation d'intensifier nos moyens de pression, et recourir à la grève,
comme le prévoit le mandat que nos membres nous ont confié le 28 mai dernier",
a déclaré Jean-Pierre Ouellet, vice-président au service aux membres du
SQEES-298 (FTQ).
    Le Syndicat tient à préciser qu'il compte respecter les services
essentiels, tels que convenus dans une entente intervenue entre les parties le
29 juin. "Il n'est pas question pour nous de prendre les résidants en otage et
de mettre leur sécurité et leur bien-être en péril", a ajouté le
vice-président.
    A ce sujet, veuillez prendre connaissance de la lettre que le Syndicat a
fait parvenir aux résidants et à leurs familles, qui se trouve à la fin de ce
communiqué.
    "La grève sera déclenchée le 7 juillet prochain. Nous avons donc encore
une semaine devant nous pour nous entendre sur un nouveau contrat de travail.
Nous rappelons que notre but ultime, ce n'est pas de faire la grève, c'est de
signer une convention collective. Nous sommes ouverts à la discussion, reste à
voir si l'employeur saisira cette occasion", a conclu Jean-Pierre Ouellet.

    Le SQEES-298 (FTQ) représente plus de 20 000 membres partout au Québec,
dont la majorité dans le secteur de la santé et des services sociaux. Il est
affilié à la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec, la plus
grande centrale syndicale québécoise, avec plus d'un demi-million de membres.

    
    "Montréal, le 30 juin 2009

    Message à toutes les personnes qui vivent à la Résidence 600 Bousquet, et
    à leurs familles

    Le 28 mai dernier, les travailleuses et travailleurs de la Résidence
    600 Bousquet, membres du Syndicat québécois des employées et employés de
    service, section locale 298 (FTQ) ont voté unanimement en faveur de la
    grève comme moyen de pression pour faire débloquer les négociations sur
    la convention collective. Cette grève sera déclenchée le 7 juillet
    prochain.

    Nous tenons à vous dire que ce n'est pas de gaieté de coeur que nous
    avons posé ce geste. Depuis de longs mois, nous essayons de négocier une
    nouvelle convention collective avec notre employeur. Nous avons participé
    de bonne foi à toutes les séances de négociation. Malheureusement, nous
    constatons que la direction de la Résidence n'a pas sérieusement
    l'intention de conclure une entente.

    En premier lieu, soyez rassurés : nous avons l'intention de maintenir les
    services essentiels qui ont été convenus avec l'employeur le 29 juin
    dernier. Nous n'avons pas l'intention d'abandonner des personnes âgées
    qui ont besoin de nos soins.

    D'abord et avant tout, nous sommes des personnes de coeur, nous
    apprécions le contact avec les aînés et nous sommes fières de nous
    dévouer à leur bien-être. Malheureusement, nous sommes forcées de
    constater que les conditions de travail offertes par notre employeur
    sont loin de reconnaître notre engagement dans son entreprise.

    A l'heure actuelle, le salaire horaire d'une personne préposée aux
    bénéficiaires à la Résidence 600 Bousquet varie entre 9,00 $ et 9,68 $,
    c'est-à-dire le salaire minimum. Pour une travailleuse à temps partiel,
    cela signifie vivre sous le seuil de la pauvreté. En guise de
    comparaison, il est plus payant de servir à la caisse d'une chaîne de
    restauration rapide du boulevard Saint-Joseph que de prendre soin de nos
    aînés.

    Ce que nous demandons, c'est le respect. Nous revendiquons de meilleures
    conditions de travail pour améliorer notre sort. Nous réclamons des
    salaires supérieurs pour nos familles mais également pour pouvoir
    demeurer à vos côtés plus longtemps. Vous n'êtes pas sans savoir que le
    taux de roulement du personnel de la Résidence 600 Bousquet est très
    élevé : la plupart des travailleuses et travailleurs qui quittent le font
    parce qu'ils ont trouvé mieux ailleurs.

    Donc, nous sommes résolument décidés à remporter une victoire, celle de
    la reconnaissance de notre travail. Nous souhaitons que vous nous
    compreniez et que vous nous appuyiez dans nos revendications.

    D'ici là, nous vous prions de croire en notre solidarité et en notre
    dévouement.

    Cordiales salutations,

    Diane Lambert
    Présidente,
    au nom des 41 travailleuses et travailleurs de la Résidence 600 Bousquet"
    




Renseignements :

Renseignements: Mélanie Malenfant, Conseillère aux communications et au
développement de projets, SQEES-298 (FTQ), (514) 723-7088


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.