La FPJQ déplore que Quebecor ne protège pas les sources journalistiques



    MONTREAL, le 7 juin /CNW Telbec/ - La Fédération professionnelle des
journalistes du Québec déplore vivement la décision de Quebecor de ne pas
assigner un avocat à la défense de la journaliste Karine Gagnon menacée de
devoir dévoiler en cour des sources d'information confidentielles.
    Le 24 novembre dernier, Karine Gagnon, journaliste au Journal de Québec
et maintenant en lock out, a produit des reportages faisant état de problèmes
d'amiante dans certains édifices gouvernementaux. L'une des personnes à qui
elle a posé des questions, Denis Petitclerc du comité Santé et sécurité de son
syndicat, a été cité.
    Son employeur, la Société immobilière du Québec, l'a congédié pour avoir
parlé. Ce congédiement, alors dénoncé par la FPJQ au nom de la liberté
d'expression, est maintenant contesté devant la Commission des Relations de
travail. Les audiences auront lieu le 19 juin.
    Les avocats de la SIQ exigent que la journaliste dépose toutes les notes
et enregistrements qui ont servi à ses reportages. Ils veulent aussi obtenir
l'identité de toutes les personnes à qui la journaliste a parlé sous le sceau
de l'anonymat.
    Il y a là une sérieuse affaire de principe. La protection dont doivent
jouir les sources confidentielles des journalistes de même que leur matériel
non publié est menacée. Sans cette protection, la libre circulation
d'informations sera entravée et la vie démocratique de notre société en
souffrira.
    Ronel Tremblay, directeur des ressources humaines du Journal de Québec, a
signifié par écrit au président du syndicat du Journal, Denis Bolduc, que
Quebecor n'assurera pas la défense de la journaliste. Selon lui, l'actuel
conflit de travail avec les journalistes fait en sorte que la convention
collective ne s'applique pas.
    Pour la FPJQ, ce n'est pas une question de convention collective, ni de
relations de travail mais une question de principe en matière de journalisme.
Quebecor doit défendre cette cause au nom de la liberté de presse et de la
libre circulation de l'information dans le public. Refuser d'agir serait
manquer sérieusement à ses responsabilités.




Renseignements :

Renseignements: Alain Gravel, président de la FPJQ, (514) 895-1094

Profil de l'entreprise

Fédération professionnelle des journalistes du Québec

Renseignements sur cet organisme

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.