La Financière Sun Life annonce ses résultats du troisième trimestre de l'exercice 2011

L'information contenue dans le présent document est présentée en dollars canadiens, sauf indication contraire, et est fondée sur nos résultats financiers intermédiaires non audités pour la période close le 30 septembre 2011.

Points saillants financiers du troisième trimestre de 2011

  • La perte opérationnelle(1) s'est chiffrée à 572 millions de dollars, comparativement à un bénéfice net opérationnel de 403 millions de dollars au troisième trimestre de 2010. La perte déclarée s'est chiffrée à 621 millions de dollars, comparativement à un bénéfice net déclaré de 416 millions de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent.
  • La perte par action opérationnelle s'est chiffrée à 0,99 $, comparativement à un bénéfice par action opérationnel de 0,71 $ au troisième trimestre de 2010. La perte par action déclarée s'est chiffrée à 1,07 $, comparativement à un bénéfice par action de 0,73 $ pour la période correspondante de l'exercice précédent.
  • Le rendement des capitaux propres opérationnel s'est chiffré à un montant négatif de 16,0 %, comparativement à 11,6 % pour la période correspondante de l'exercice précédent. Le rendement des capitaux propres déclaré s'est chiffré à un montant négatif de 17,4 %, comparativement à 12,0 % au troisième trimestre de 2010.
  • Le dividende trimestriel s'est chiffré à 0,36 $ par action.

TORONTO, le 2 nov. 2011 /CNW/ - La Financière Sun Life inc. (TSX : SLF) (NYSE : SLF) a enregistré une perte opérationnelle de 572 millions de dollars pour le troisième trimestre de 2011, comparativement à un bénéfice net opérationnel de 403 millions de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent. Notre perte par action opérationnelle s'est chiffrée à 0,99 $ au troisième trimestre de 2011, comparativement à un bénéfice net opérationnel de 0,71 $ au troisième trimestre de 2010. La perte déclarée s'est chiffrée à 621 millions de dollars, ou 1,07 $ par action, au troisième trimestre de 2011, comparativement à un bénéfice net de 416 millions de dollars, ou 0,73 $ par action, pour la période correspondante de l'exercice précédent.

Notre perte opérationnelle au troisième trimestre de 2011 s'explique par l'augmentation nette des provisions de 684 millions de dollars découlant du recul prononcé tant des marchés des actions que des taux d'intérêt, reflété principalement dans les activités liées à l'assurance-vie individuelle et aux rentes à capital variable de la FSL États-Unis. La mise à jour de nos méthodes et hypothèses actuarielles, qui a généralement lieu au troisième trimestre de chaque exercice, a réduit le bénéfice net d'un montant additionnel de 203 millions de dollars.

Le troisième trimestre a été une période marquée par une volatilité exceptionnelle des marchés. Les marchés des actions nord-américains ont régressé de 12 % à 14 % tandis que les rendements des titres à revenu fixe ont chuté devant l'incertitude économique suscitée par les mesures prises en matière de politique monétaire par l'Union européenne et les États-Unis visant à baisser les taux d'intérêt sur les titres du Trésor à long terme. Aux États-Unis, les taux des titres du Trésor ont atteint des planchers historiques, les rendements sur 30 ans ayant baissé de 146 points de base pour s'établir à 2,91 %. En vertu du modèle comptable canadien de l'assurance, l'incidence future des conditions du marché au 30 septembre 2011 est prise en compte dans nos résultats de la période en cours.

Les produits déclarés se sont chiffrés à 7,5 milliards de dollars pour le trimestre, en baisse par rapport à 7,7 milliards de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent. Le recul d'un exercice à l'autre comprend l'incidence des fluctuations des taux de change, qui ont donné lieu à une diminution des produits pour le troisième trimestre d'environ 250 millions de dollars par rapport à la période correspondante de l'exercice précédent. Les produits ajustés(1), qui excluent l'incidence des taux de change, de certains contrats de réassurance et des variations de la juste valeur, se sont élevés à 5,8 milliards de dollars pour le trimestre clos le 30 septembre 2011, comparativement à 5,4 milliards de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent.

Le conseil d'administration de la Financière Sun Life inc. a déclaré aujourd'hui un dividende trimestriel aux actionnaires de 0,36 $ par action ordinaire, maintenant ainsi les dividendes trimestriels à leur niveau actuel.

« Nos résultats financiers reflètent l'importante volatilité qui a marqué le troisième trimestre et qui s'est manifestée par le creux historique atteint par les taux d'intérêt et le recul prononcé des marchés des actions. Malgré la résilience relative de l'économie canadienne, la tourmente financière qui a touché l'économie à travers le monde a été lourde de conséquences, a affirmé Donald A. Stewart, chef de la direction. L'incertitude planant sur l'économie mondiale et les mesures prises en matière de politique monétaire aux États-Unis ont entraîné une augmentation de la demande de titres à revenu fixe, exerçant une pression à la baisse sur le rendement des obligations, ce qui a eu un impact direct sur la performance financière des assureurs-vie et des régimes de retraite à prestations déterminées du Canada.

« Nos programmes de couverture ont donné de bons résultats, fournissant des contrepoids importants aux reculs des marchés. Nous continuons d'adopter des mesures pour améliorer notre gamme de produits, accroître les prix et diminuer les risques associés à nos produits. Nos affaires vont très bien, malgré les incertitudes économiques, et nous demeurons une institution financière bien capitalisée, jouissant d'une solide fondation et d'un modèle d'affaires équilibré. Dans le contexte actuel de perturbation des marchés, nous mettons l'accent sur le service à la clientèle et nous demeurons à l'affût d'occasions de croissance et de diversification de nos activités. »

Au quatrième trimestre de 2011, nous planifions apporter un changement se rapportant à l'évaluation de nos passifs relatifs aux contrats d'assurance liés aux rentes à capital variable et aux fonds distincts en vue d'inscrire les coûts futurs estimatifs des opérations de couverture sur la durée de vie de ces contrats dans nos passifs. L'incidence de ce changement sur notre bénéfice net pour le quatrième trimestre dépendra des taux d'intérêt et des autres conditions des marchés au 31 décembre 2011 ainsi que des autres améliorations apportées aux méthodes d'évaluation. Si ce changement était apporté dans les conditions des marchés en date du 30 septembre 2011, la réduction ponctuelle prévue du bénéfice net se situerait dans une fourchette de 550 à 650 millions de dollars. La sensibilité de notre bénéfice net aux fluctuations des taux d'intérêt devrait être accentuée considérablement par ce changement. L'incidence de ce changement sur le ratio du MMPRCE de la Sun Life du Canada devrait être positive, puisque l'augmentation des passifs liés aux rentes à capital variable et aux fonds distincts réduira le montant du capital réglementaire requis pour ces produits.

Notre estimation de l'incidence ponctuelle de ce changement d'évaluation sur notre bénéfice net reflète les conditions du marché au 30 septembre 2011. Dans notre communiqué du 17 octobre 2011, intitulé « La Financière Sun Life fait le point sur les résultats de 2011 », nous avons présenté une incidence défavorable estimative sur le bénéfice net de 500 millions de dollars découlant de ce changement, qui tient compte des taux d'intérêt plus élevés en vigueur à ce moment. Comme il est mentionné plus haut, le montant de cette incidence ponctuelle dépendra des taux d'intérêt au moment de la mise en oeuvre, ainsi que d'autres facteurs.

----------------------------------------------------------------

(1)  Le bénéfice net opérationnel (la perte nette opérationnelle) et les autres informations financières fondées sur celui-ci, comme le bénéfice par action opérationnel (la perte par action opérationnelle) et le rendement des capitaux propres opérationnel, sont des mesures financières non définies par les IFRS. Les produits ajustés constituent également une mesure financière non définie par les IFRS. Pour plus de précisions sur les mesures financières non définies par les IFRS, se reporter à notre rapport de gestion pour le trimestre clos le 30 septembre 2011.

Points saillants opérationnels

La Sun Life solidifie ses activités de gestion d'actif
La Sun Life a conclu des accords pour acquérir les participations minoritaires dans sa filiale de gestion de placements McLean Budden et en transférer les activités à la MFS Investment Management. La transaction profite aux clients des deux sociétés, leur offrant une plateforme de recherche à l'échelle mondiale élargie, une plus vaste gamme de solutions de placement et un service à la clientèle d'une envergure accrue. Au 30 septembre 2011, l'actif géré combiné de la MFS et de McLean Budden se chiffrait à 248 milliards de dollars.

Placements mondiaux Sun Life (Canada) célèbre son premier anniversaire avec de nouveaux produits et un rendement solide
PMSL (Canada), notre nouvelle société de gestion de placements au Canada, a continué de diversifier sa gamme de produits avec le lancement de trois nouveaux fonds communs de placement au cours du trimestre. Le rendement de sa gamme de fonds en pleine croissance est très solide. Dix des onze fonds à long terme ont affiché un rendement supérieur au rendement médian de leur catégorie respective, et huit de ces onze fonds se situent dans le premier quartile pour la période d'un an. Deux fonds se sont classés au premier rang de leur catégorie respective, devançant ainsi plusieurs centaines d'autres fonds, pour les périodes closes le 30 septembre 2011.

Les fonds de la MFS affichent un rendement solide
Le rendement des fonds de la MFS offerts aux particuliers demeure solide, 80 % et 86 % de l'actif de ces fonds, respectivement, se classant dans la moitié supérieure de leur catégorie Lipper pour ce qui est du rendement sur trois ans et cinq ans. Le rendement dans les catégories d'actions mondiales et internationales continue d'être particulièrement vigoureux, 100 % et 98 % de l'actif de ces fonds, respectivement, se classant dans la moitié supérieure de leur catégorie Lipper pour ce qui est du rendement sur trois ans et cinq ans, au 30 septembre 2011.

Croissance aux Philippines
Au troisième trimestre, nos souscriptions trimestrielles ont atteint un nouveau sommet, inégalé depuis nos débuts aux Philippines, il y a 116 ans. La croissance de nos agences a atteint près de 30 % par rapport à la période correspondante de 2010. Après la fin du trimestre, la Financière Sun Life a réalisé l'acquisition de 49 % de Grepalife Financial, Inc., une compagnie d'assurance-vie des Philippines. La nouvelle coentreprise prévoit une relation de bancassurance exclusive avec la Rizal Commercial Banking Corporation, membre du groupe de sociétés Yuchengco, qui fournit des services à deux millions de clients dans plus de 350 succursales à l'échelle du pays.

Une nouvelle application mobile favorise la croissance des règlements électroniques
Au cours du trimestre, la Financière Sun Life a lancé une nouvelle application mobile qui permet aux participants des régimes de garanties collectives ainsi que des régimes collectifs de retraite et d'épargne de tout le Canada de soumettre des demandes de règlement, de vérifier les soldes de leurs comptes et de découvrir de nouvelles façons d'épargner pour leur avenir, à partir d'une seule et même application mobile. La Division des garanties collectives de la FSL Canada a enregistré un total de 1,7 million de règlements électroniques depuis le début de l'exercice, soit une augmentation de 73 % par rapport à la période correspondante de 2010.

La Sun Life maintient sa position sur un indice clé de durabilité
Pour une cinquième année de suite, la Financière Sun Life figure dans l'indice Dow Jones Sustainability North America Index (« DJSI »). La Sun Life est l'un des deux seuls assureurs-vie au Canada et l'un des cinq seuls assureurs-vie globalement qui font partie de cet indice. Le DJSI suit le rendement, sur le marché des actions, des sociétés chefs de file en Amérique du Nord en matière de durabilité.

Mode de présentation de nos résultats
La Financière Sun Life inc.(1) gère ses activités et présente ses résultats en fonction de cinq secteurs : la Financière Sun Life Canada (la « FSL Canada »), la Financière Sun Life États-Unis (la « FSL États-Unis »), la MFS Investment Management (la « MFS »), la Financière Sun Life Asie (la « FSL Asie ») et l'Organisation internationale. Pour obtenir de plus amples renseignements sur ces secteurs, se reporter à la note 5 de nos états financiers intermédiaires non audités et des notes y afférentes pour le trimestre clos le 30 septembre 2011 (les « états financiers consolidés »). L'information financière concernant la FSL États-Unis et la MFS est présentée ci-dessous en dollars canadiens et en dollars américains afin de faciliter l'analyse des tendances sous-jacentes. Nous préparons nos états financiers consolidés intermédiaires selon les Normes internationales d'information financière (les « IFRS ») et conformément à la Norme comptable internationale 34, Information financière intermédiaire.

Le bénéfice net opérationnel et certaines autres mesures financières non définies par les IFRS constituent des mesures clés de notre présentation d'information financière qui permettent à nos parties prenantes de mieux évaluer le rendement sous-jacent de nos activités. Le bénéfice net opérationnel et les autres informations financières fondées sur celui-ci, comme le bénéfice par action opérationnel et le rendement des capitaux propres opérationnel, sont des mesures financières non définies par les IFRS. Nous sommes d'avis que le bénéfice net opérationnel fournit de l'information utile pour aider les investisseurs à mieux comprendre la performance de la Compagnie et pour faciliter la comparaison des résultats trimestriels et annuels de nos organisations. Le bénéfice net opérationnel exclut : i) l'incidence de certaines couvertures de la FSL Canada qui ne remplissent pas les conditions requises pour la comptabilité de couverture; ii) les ajustements de la juste valeur de droits à des paiements fondés sur des actions émis par la MFS; iii) d'autres éléments qui ne sont pas de nature opérationnelle et qui ne sont pas susceptibles de se reproduire. Le bénéfice par action opérationnel exclut l'incidence dilutive de titres convertibles. Les autres mesures financières non définies par les IFRS que nous utilisons comprennent les produits ajustés, les équivalents de primes et d'encaissements SAS, l'actif et les souscriptions des fonds communs de placement, l'actif et les souscriptions des fonds gérés, le total des primes et encaissements, ainsi que l'actif géré. Pour obtenir de plus amples renseignements sur les mesures financières non définies par les IFRS ainsi que des rapprochements avec les mesures définies par les IFRS les plus semblables, se reporter à la rubrique « Utilisation de mesures financières non définies par les IFRS » du présent rapport de gestion.

L'information contenue dans le présent document est présentée en dollars canadiens, sauf indication contraire, et est fondée sur nos résultats financiers intermédiaires non audités pour la période close le 30 septembre 2011. Dans le présent document, tous les montants présentés au titre du résultat par action tiennent compte de la dilution, sauf indication contraire.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la Financière Sun Life inc., se reporter à ses états financiers consolidés intermédiaires et annuels, à ses rapports de gestion intermédiaires et annuels et à sa notice annuelle. Ces documents ont été déposés auprès des autorités de réglementation des valeurs mobilières au Canada et peuvent être consultés à l'adresse www.sedar.com. Ont également été déposés auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis notre rapport de gestion annuel, nos états financiers consolidés annuels et notre notice annuelle dans notre rapport annuel sur formulaire 40-F ainsi que nos rapports de gestion intermédiaires et nos états financiers intermédiaires sur formulaire 6-K. Les documents déposés auprès de la SEC peuvent être consultés à l'adresse www.sec.gov.

----------------------------------------------------------------

(1)  Avec ses filiales et ses coentreprises, collectivement « la Compagnie », « la Financière Sun Life » ou « nous ».

Sommaire financier

  Résultats trimestriels Cumul annuel
(en millions de dollars, sauf indication contraire) T3 11 T2 11 T1 11 T4 10 T3 10 2011 2010
Bénéfice net (perte nette)              
    FSL Canada 11 222 250 181 246 483 609
    FSL États-Unis (569) 110 180 294 18 (279) 12
    MFS 59 66 62 57 55 187 151
    FSL Asie 26 30 44 28 36 100 64
    Organisation internationale(1) (99) (3) (64) (75) 48 (166) 156
  Bénéfice net opérationnel (perte nette opérationnelle) (572) 425 472 485 403 325 992
Éléments exclus du bénéfice net opérationnel :              
  Incidence de certaines couvertures de la FSL Canada qui ne remplissent pas les conditions
requises pour la comptabilité de couverture
(53) 9 (9) 43 37 (53) (33)
  Ajustements de la juste valeur de droits à des paiements fondés sur des actions émis par la MFS 4 (26) (25) (24) (24) (47) (57)
  Bénéfice net déclaré (perte nette déclarée) (621) 408 438 504 416 225 902
Bénéfice dilué par action (en dollars)              
  Bénéfice opérationnel(2) (0,99) 0,73 0,82 0,85 0,71 0,56 1,74
  Bénéfice déclaré (1,07) 0,68 0,73 0,84 0,70 0,39 1,55
Bénéfice de base par action (en dollars)              
  Bénéfice opérationnel (0,99) 0,74 0,82 0,85 0,71 0,56 1,75
  Bénéfice déclaré (1,07) 0,71 0,76 0,88 0,73 0,39 1,59
Rendement des capitaux propres (%)              
  Rendement opérationnel (16,0) % 12,0 % 13,5 % 13,9 % 11,6 % 3,1 % 9,8 %
  Rendement déclaré (17,4) % 11,5 % 12,5 % 14,4 % 12,0 % 2,1 % 8,9 %
Nombre moyen d'actions ordinaires en circulation (en millions) 580,5 578,2 574,7 572,0 569,2 577,8 566,9
Nombre d'actions ordinaires en circulation à la fin (en millions) 582,8 580,4 578,1 574,3 571,9 582,8 571,9
Dividendes par action ordinaire (en dollars) 0,36 0,36 0,36 0,36 0,36 1,08 1,08
Ratio du MMPRCE(3) 210 % 231 % 229 % 228 % 208 % 210 % 208 %
               
Primes et encaissements(4)              
  Produits tirés des primes nets 2 335 2 240 2 434 3 543 3 431 7 009 10 227
  Équivalents de primes et d'encaissements SAS 1 362 1 450 1 458 2 576 1 077 4 270 3 215
  Encaissements liés aux fonds distincts 2 298 2 406 2 566 2 699 2 389 7 270 7 542
  Souscriptions de parts de fonds communs de placement 7 120 6 570 7 917 6 834 7 022 21 607 21 634
  Souscriptions de parts de fonds gérés 5 446 8 188 5 703 9 246 5 212 19 337 18 874
  Total des primes et encaissements 18 561 20 854 20 078 24 898 19 131 59 493 61 492
Actif géré(5)              
  Actif du fonds général 130 413 121 618 120 971 122 301 127 024 130 413 127 024
  Actif des fonds distincts 85 281 89 116 89 513 87 946 84 585 85 281 84 585
  Actif des fonds communs de placement, actif des fonds gérés et autres éléments de l'actif géré 243 132 262 902 258 912 254 478 243 678 243 132 243 678
  Total de l'actif géré 458 826 473 636 469 396 464 725 455 287 458 826 455 287
Capital              
  Dette subordonnée et autres capitaux(6) 4 396 4 382 4 383 4 385 4 690 4 396 4 690
  Capitaux propres attribuables aux titulaires de contrat avec participation 123 120 117 115 113 123 113
  Total des capitaux propres attribuables aux actionnaires(7) 16 368 16 248 16 040 15 932 15 973 16 368 15 973
  Total du capital 20 887 20 750 20 540 20 432 20 776 20 887 20 776
(1)   Pour les périodes antérieures au premier trimestre de 2011, l'Organisation internationale comprenait également les résultats de nos activités de réassurance vie qui ont été vendues le 31 décembre 2010.
(2)   Le bénéfice opérationnel par action exclut l'incidence dilutive de titres convertibles. Pour de plus amples renseignements, consulter la rubrique « Utilisation de mesures financières non définies par les IFRS ».
(3)   Correspond au ratio du montant minimal permanent requis pour le capital et l'excédent (le « MMPRCE ») de la Sun Life du Canada, compagnie d'assurance-vie (la « Sun Life du Canada »). Les ratios de 2010 apparaissent tels qu'ils ont été présentés selon les PCGR du Canada.
(4)   Les équivalents de primes et d'encaissements SAS, les souscriptions de parts de fonds communs de placement, les souscriptions de parts de fonds gérés et le total des primes et encaissements constituent des mesures financières non définies par les IFRS. Les équivalents de primes et d'encaissements SAS représentent les contrats collectifs pour lesquels nous ne fournissons que des services administratifs moyennant des honoraires. Pour de plus amples renseignements, consulter la rubrique « Utilisation de mesures financières non définies par les IFRS ».
(5)  L'actif géré, l'actif des fonds communs de placement, l'actif des fonds gérés, les autres éléments de l'actif géré et le total de l'actif géré constituent des mesures financières non définies par les IFRS. Pour de plus amples renseignements, consulter la rubrique « Utilisation de mesures financières non définies par les IFRS ».
(6)   Les autres capitaux désignent les titres échangeables de la Fiducie de capital Sun Life (les « SLEECS »). Ces titres sont considérés comme des capitaux aux termes de la réglementation canadienne. Pour de plus amples renseignements, consulter la section « Gestion du capital et liquidité ».
(7)   Exclut les participations ne donnant pas le contrôle.

Comparaison entre le T3 2011 et le T3 2010
Notre perte opérationnelle s'est chiffrée à 572 millions de dollars pour le trimestre clos le 30 septembre 2011. Notre perte opérationnelle au troisième trimestre de 2011 s'explique par l'augmentation des provisions (nette des augmentations de valeur des actifs, y compris les couvertures) de 684 millions de dollars, après impôt, découlant du recul prononcé tant des marchés des actions que des taux d'intérêt, reflété principalement dans les activités liées à l'assurance-vie individuelle et aux rentes à capital variable de la FSL États-Unis. La mise à jour de nos méthodes et hypothèses actuarielles, qui a généralement lieu au troisième trimestre de chaque exercice, a réduit le bénéfice net d'un montant additionnel de 203 millions de dollars. La mise à jour de nos estimations et hypothèses actuarielles comprend des incidences défavorables liées principalement à la mortalité et au comportement des titulaires de contrat pour la FSL Canada et la FSL États-Unis. Ces éléments ont été partiellement contrebalancés par les changements relatifs à l'impôt sur les produits financiers pour les contrats d'assurance-vie universelle de la FSL Canada.

Les pertes résultant des fluctuations des marchés des actions et des taux d'intérêt se sont établies au niveau supérieur des sensibilités estimatives présentées antérieurement dans notre rapport de gestion pour le deuxième trimestre de 2011. Les fluctuations inégales sur la courbe de rendement, la volatilité accrue, notamment d'importants mouvements à la baisse simultanés des taux d'intérêt et des marchés des actions, et le rendement décevant des fonds par rapport aux indices du marché sont les facteurs clés qui ont donné lieu à ce résultat.

Le tableau ci-dessous présente un sommaire de l'incidence que certains facteurs économiques clés ont eue sur notre bénéfice net au troisième trimestre de 2011.

   
Augmentation (diminution) (en millions de dollars, après impôt) T3 11
Incidences économiques  
  Incidence nette des marchés des actions (404)
  Incidence nette des taux d'intérêt (280)
  Incidence nette du crédit (8)
 
   

L'incidence nette des marchés des actions comprend l'incidence des fluctuations des marchés des actions, déduction faite des couvertures, qui s'écartent de la meilleure hypothèse estimative liée aux passifs, soit une croissance d'environ 2 % par trimestre du marché des actions. Nos principaux indices de référence en ce qui touche les marchés des actions comprennent le S&P 500, l'indice composé S&P/TSX et le TSX 60. L'incidence nette des taux d'intérêt comprend l'effet des variations des taux d'intérêt sur le rendement des placements qui diffère de celui présumé, ainsi que l'incidence des fluctuations des taux d'intérêt sur la valeur des instruments dérivés utilisés dans le cadre de nos programmes de couverture. Notre exposition aux taux d'intérêt varie en fonction du type de produit, de la branche d'activité et de l'emplacement géographique. Étant donné la nature à long terme de nos activités, notre sensibilité aux taux d'intérêt à long terme est plus élevée.

Le bénéfice net opérationnel de 403 millions de dollars au troisième trimestre de 2010 a été favorisé par l'amélioration des conditions des marchés des actions, pour un montant de 156 millions de dollars, ainsi que par les modifications des hypothèses et les mesures prises par la direction, pour un montant de 49 millions de dollars. Ces incidences favorables en 2010 ont été partiellement contrebalancées par l'incidence défavorable d'une augmentation de 57 millions de dollars de la provision sectorielle au titre des prêts hypothécaires, qui s'est traduite par une diminution du bénéfice net de 40 millions de dollars.

Au troisième trimestre de 2011, le rendement des capitaux propres opérationnel s'est chiffré à un montant négatif de 16,0 %, comparativement à 11,6 % au troisième trimestre de 2010. La diminution du rendement des capitaux propres opérationnel au troisième trimestre de 2011 s'explique principalement par la perte de 0,99 $ par action enregistrée au troisième trimestre 2011, comparativement à un bénéfice net de 0,71 $ par action au troisième trimestre de 2010.

Notre perte déclarée s'est chiffrée à 621 millions de dollars au troisième trimestre de 2011, comparativement à un bénéfice net de 416 millions de dollars au troisième trimestre de 2010. L'incidence nette de certaines couvertures de la FSL Canada qui ne sont pas admissibles à la comptabilité de couverture et des ajustements de la juste valeur de droits à des paiements fondés sur des actions émis par la MFS ont donné lieu à une augmentation de la perte déclarée de 49 millions de dollars au troisième trimestre de 2011, comparativement à une augmentation du bénéfice net de 13 millions de dollars au troisième trimestre de 2010. Le rendement des capitaux propres déclaré s'est chiffré à un montant négatif de 17,4 %, comparativement à 12,0 % au troisième trimestre de 2010.

Comparaison entre le T3 2011 et le T3 2010 (cumul annuel)
Le bénéfice net opérationnel s'est chiffré à 325 millions de dollars pour les neuf premiers mois de 2011, comparativement à 992 millions de dollars pour la période correspondante de 2010. Le bénéfice net opérationnel pour les neuf premiers mois de 2011 a subi l'incidence défavorable du recul des marchés des actions et des taux d'intérêt, de la mise à jour d'estimations et d'hypothèses actuarielles, de l'augmentation des investissements dans la croissance et dans des initiatives liées au service dans nos différents secteurs d'activité, ainsi que des pertes enregistrées par l'Organisation internationale. Ces éléments ont été partiellement contrebalancés par l'augmentation de la juste valeur des biens immobiliers classés à titre d'immeubles de placement et par l'incidence favorable des activités de placement sur les passifs relatifs aux contrats d'assurance.

Le bénéfice net opérationnel pour la période de neuf mois close le 30 septembre 2010 a profité de l'incidence favorable des modifications des hypothèses et des mesures prises par la direction, partiellement contrebalancée par les résultats défavorables enregistrés au chapitre des taux d'intérêt.

Le bénéfice net déclaré des neuf premiers mois de 2011 s'est chiffré à 225 millions de dollars, comparativement à 902 millions de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent. L'incidence nette de certaines couvertures de la FSL Canada qui ne sont pas admissibles à la comptabilité de couverture et des ajustements de la juste valeur de droits à des paiements fondés sur des actions émis par la MFS ont donné lieu à une diminution du bénéfice net déclaré de 100 millions de dollars pour les neuf premiers mois de 2011, comparativement à une diminution de 90 millions de dollars pour les neuf premiers mois de 2010. Le rendement des capitaux propres déclaré s'est chiffré à 2,1 % pour les neuf premiers mois de 2011, contre 8,9 % pour les neuf premiers mois de 2010.

Modifications des hypothèses et mesures prises par la direction

La direction pose des jugements en se basant sur des hypothèses ou des estimations relatives aux obligations de la Compagnie envers les titulaires de contrat. Dans certains cas, ces hypothèses et estimations s'appuient sur des éléments de nature incertaine. L'évaluation de ces hypothèses et estimations revêt une importance fondamentale dans l'établissement des résultats financiers de la Compagnie et elle exige de la direction qu'elle formule des hypothèses en ce qui concerne le rendement des marchés des actions, les taux d'intérêt, les défauts de paiement, les taux de mortalité et de morbidité, les résiliations de contrats, les charges, l'inflation et d'autres facteurs pour la période complète d'existence des produits de la Compagnie.

Au cours du troisième trimestre de 2011, l'incidence nette des modifications des hypothèses et mesures prises par la direction s'est traduite par une diminution du bénéfice net de 203 millions de dollars.

Modifications des hypothèses et mesures prises par la direction par catégorie au troisième trimestre de 2011
(en millions de dollars) Incidence
sur le
bénéfice net (après
impôt)
Commentaires
Déchéance et autres comportements des titulaires de contrat (298) Reflète l'augmentation des taux de déchéance des contrats sur les renouvellements d'assurances temporaires pour la FSL Canada, ainsi que les mises à jour visant à tenir compte du taux de maintien des primes pour la Division de l'assurance individuelle de la FSL États-Unis.
Mortalité/morbidité (114) S'explique principalement par des mises à jour visant à refléter les nouvelles directives de l'Institut canadien des actuaires (l'« ICA ») pour le secteur relatives à l'amélioration de la mortalité.
Rendement des placements (68) En grande partie attribuable à la mise à jour de certaines hypothèses relatives aux placements, notamment la mise à jour des hypothèses relatives aux biens immobiliers et l'incidence d'une diminution des taux d'intérêt, partiellement contrebalancée par les modifications des hypothèses à l'égard des défauts de paiement.
Charge (36) Incidence des études récentes sur les résultats dans l'ensemble de la Compagnie (augmentation des coûts unitaires).
Impôt sur les produits financiers 204 Reflète les changements relatifs à l'impôt sur les produits financiers pour les contrats vie universelle de la FSL Canada.
Amélioration des modèles 109 Améliorations apportées aux modèles aux fins des projections en matière de flux de trésorerie futurs pour un certain nombre de nos activités.
Total (203)  

Modifications des méthodes et hypothèses actuarielles au quatrième trimestre

Au quatrième trimestre de 2011, nous prévoyons apporter à nos méthodes et hypothèses un changement touchant l'évaluation des passifs relatifs aux contrats d'assurance liés aux rentes à capital variable et aux fonds distincts. Bien que nous mettions normalement à jour nos méthodes et hypothèses actuarielles au troisième trimestre de chaque exercice, nous apporterons cette modification à notre méthode d'évaluation au quatrième trimestre en raison de sa complexité ainsi que des travaux additionnels d'analyse et de préparation nécessaires à sa mise en œuvre.

À ce jour, il n'existe aucune méthode unique prescrite par les actuaires canadiens pour l'évaluation des programmes de couverture dynamiques à l'égard des contrats de rentes à capital variable et de fonds distincts. Plus particulièrement, l'ICA examine des méthodes qui refléteraient le coût futur de garanties de couverture pour les passifs relatifs aux contrats d'assurance, et des directives sont en préparation. Les travaux de l'ICA ainsi que ceux de nos actuaires internes ont progressé suffisamment en 2011 pour que nous en arrivions à la conclusion qu'il serait approprié de refléter le coût de notre programme de couverture dynamique dans la détermination de nos passifs relatifs aux contrats d'assurance. Au moment de la transition à cette méthode d'évaluation modifiée au quatrième trimestre de 2011, nous nous attendons à accroître nos passifs relatifs aux contrats d'assurance liés à nos contrats de rentes à capital variable et de fonds distincts en vigueur, ce qui donnera lieu à une diminution ponctuelle du bénéfice net. L'incidence de cette modification de méthodologie sur nos résultats du quatrième trimestre dépendra des conditions des marchés au 31 décembre 2011, principalement les taux d'intérêt (y compris les taux des swaps), ainsi que de nouvelles améliorations à la méthode d'évaluation.

Le tableau ci-dessous présente un sommaire de l'incidence estimative de la modification de notre méthode d'évaluation sur notre bénéfice net et sur notre niveau de capital en fonction des conditions des marchés au 30 septembre 2011.

   
Mesure Incidence estimative au 30 septembre 2011
Bénéfice net (incidence de la transition) Environ (550) à (650) millions de dollars
MMPRCE(1) (incidence de la transition) Légère augmentation
Sensibilité du bénéfice net aux fluctuations des marchés des actions (après la transition) Essentiellement inchangée
Sensibilité du bénéfice net à une variation de 1 % des taux d'intérêt (après la transition) Augmentation importante
(1) Correspond au ratio du MMPRCE de la Sun Life du Canada

L'incidence sur le bénéfice net de cette modification de notre méthode d'évaluation correspond à une charge sans effet de trésorerie. Le montant de cette charge devrait être suffisant pour couvrir le coût de la couverture des contrats de rentes à capital variable et de fonds distincts en vigueur pour leur durée de vie restante. Aux termes de notre méthode d'évaluation actuelle, ces coûts sont passés en charges dans la période au cours de laquelle ils sont engagés. Cette modification de méthode et une provision pour écarts défavorables couvriront les coûts futurs estimatifs. Cette situation donnera lieu à un bénéfice net futur découlant des contrats en vigueur plus élevé qu'aux termes de la méthode actuelle. Pour les nouveaux contrats des périodes futures, les coûts de couverture liés aux garanties de produits seront reflétés dans le bénéfice net au moment de la souscription, ce qui donnera lieu à une hausse des pressions exercées par les affaires nouvelles.

Notre estimation de l'incidence ponctuelle de ce changement d'évaluation sur notre bénéfice net reflète les conditions du marché au 30 septembre 2011. Dans notre communiqué du 17 octobre 2011, intitulé « La Financière Sun Life fait le point sur les résultats de 2011 », nous avons présenté une incidence défavorable estimative sur le bénéfice net de 500 millions de dollars découlant de ce changement, qui tient compte des taux d'intérêt plus élevés en vigueur à ce moment.

L'incidence estimative des modifications de méthodes et d'hypothèses actuarielles pour le quatrième trimestre de 2011 constitue de l'information prospective. Cette information est fondée sur les taux d'intérêt et les conditions des marchés au 30 septembre 2011. Les résultats réels peuvent différer considérablement de ces estimations pour plusieurs raisons, notamment les fluctuations des marchés des actions, les mesures prises par la direction, les taux d'imposition effectifs, les erreurs de modélisation, les changements d'ordre juridique et réglementaire et les taux de change. Les modifications de méthodes comptables, d'autres méthodes d'évaluation actuarielles, de modèles ou d'hypothèses pourraient donner lieu à des modifications importantes de l'incidence déclarée sur le bénéfice net.

L'estimation de la sensibilité de notre bénéfice net aux fluctuations des taux d'intérêt peut changer en fonction des mesures prises par la direction, des taux d'intérêt et d'autres conditions des marchés.

Incidence du change

Nous exerçons nos activités dans d'importants marchés du monde, notamment aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Irlande, à Hong Kong, aux Philippines, en Indonésie, en Inde, en Chine et aux Bermudes, et nous générons des bénéfices dans les monnaies de ces pays qui sont convertis en dollars canadiens. Notre plus importante exposition aux fluctuations des taux de change a trait au dollar américain.

Les éléments ayant une incidence sur nos comptes consolidés de résultat sont convertis en dollars canadiens aux taux de change moyens pour chaque période. Pour les éléments ayant une incidence sur nos bilans consolidés, les taux de fin de période sont utilisés pour la conversion des devises. Le tableau suivant présente les taux de change les plus pertinents pour les derniers trimestres.

 
Taux de change Trimestre Cumul annuel
  T3 11 T2 11 T1 11 T4 10 T3 10 2011 2010
Taux moyens              
  Dollar américain 0,978 0,968 0,986 1,013 1,040 0,977 1,037
  Livre sterling 1,576 1,578 1,579 1,602 1,611 1,578 1,590
Taux de fin de période              
  Dollar américain 1,050 0,963 0,970 0,997 1,029 1,050 1,029
  Livre sterling 1,636 1,546 1,555 1,555 1,616 1,636 1,616

De façon générale, notre bénéfice net profite de la dépréciation du dollar canadien et subit l'incidence défavorable de l'appréciation du dollar canadien puisque le bénéfice net découlant des activités de la Compagnie à l'étranger est converti en dollars canadiens. En période de perte nette, la dépréciation du dollar canadien peut accentuer les pertes. L'incidence relative des taux de change pour toute période donnée est fonction des fluctuations des taux de change et de la proportion de notre bénéfice provenant de nos activités à l'étranger. L'incidence des taux de change sur le bénéfice net généralement présentée est l'incidence d'un exercice à l'autre. Au cours du troisième trimestre de 2011, notre perte nette a diminué de 33 millions de dollars en raison des fluctuations des taux de change.

Rendement des différentes organisations

FSL Canada

  Résultats trimestriels Cumul annuel
(en millions de dollars) T3 11 T2 11 T1 11 T4 10 T3 10 2011 2010
Bénéfice net opérationnel (perte nette opérationnelle)(1)              
  Assurances et placements individuels (82) 125 127 79 136 170 300
  Garanties collectives 73 64 66 63 81 203 195
  Gestion de patrimoine groupe 20 33 57 39 29 110 114
Total du bénéfice net opérationnel (de la perte nette opérationnelle) 11 222 250 181 246 483 609
               
Bénéfice net (perte nette) attribuable aux actionnaires ordinaires (42) 231 241 224 283 430 576
(1) Le bénéfice net opérationnel de la FSL Canada exclut l'incidence de certaines couvertures qui ne sont pas admissibles à la comptabilité de couverture et constitue une mesure financière non définie par les IFRS. Un rapprochement du bénéfice net opérationnel par division est présenté dans notre document d'information supplémentaire, accessible dans la section des relations avec les investisseurs de notre site Web au www.sunlife.com.

Comparaison entre le T3 2011 et le T3 2010
La FSL Canada a déclaré une perte de 42 millions de dollars au troisième trimestre de 2011, comparativement à un bénéfice net de 283 millions de dollars au troisième trimestre de 2010. L'incidence de certaines couvertures qui ne sont pas admissibles à la comptabilité de couverture a donné lieu à une diminution du bénéfice net de 53 millions de dollars au troisième trimestre de 2011. Ces couvertures ont donné lieu à une augmentation du bénéfice net de 37 millions de dollars au troisième trimestre de 2010.

Le bénéfice net opérationnel s'est chiffré à 11 millions de dollars au troisième trimestre de 2011, comparativement à 246 millions de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent. Le bénéfice net opérationnel au troisième trimestre de 2011 reflète le recul marqué des marchés des actions et l'incidence défavorable nette de la mise à jour d'estimations et d'hypothèses actuarielles pour la division des assurances et placements individuels. La mise à jour d'estimations et d'hypothèses actuarielles comprend les incidences défavorables ayant trait principalement aux déchéances sur les renouvellements d'assurances temporaires et à la mortalité. Ces éléments ont été partiellement contrebalancés par les changements relatifs à l'impôt sur les produits financiers pour les contrats d'assurance-vie universelle et par les améliorations apportées aux modèles.

Le bénéfice net opérationnel au troisième trimestre de 2010 a profité de l'amélioration des conditions sur les marchés des actions, des fluctuations favorables des swaps de taux d'intérêt utilisés pour la gestion de l'actif et du passif et des résultats obtenus au chapitre du crédit. La FSL Canada a également profité des changements favorables nets des estimations et hypothèses actuarielles, notamment l'incidence favorable des mises à jour relatives aux actions et aux taux d'intérêt pour la Division des assurances et placements individuels et à la morbidité pour la Division des garanties collectives. Ces éléments ont été partiellement contrebalancés par l'incidence défavorable de la mise à jour des hypothèses liées au comportement des titulaires de contrat.

Au troisième trimestre de 2011, les souscriptions de produits d'assurance-vie individuelle et d'assurance-maladie individuelle ont augmenté de 9 % par rapport au troisième trimestre de 2010, ce qui s'explique par le succès continu de notre produit d'assurance avec participation. Les souscriptions de placements individuels ont diminué de 13 % par rapport au troisième trimestre de 2010, principalement en raison de la diminution des souscriptions de parts de fonds distincts, partiellement contrebalancée par l'augmentation de 35 % des souscriptions de parts de fonds communs de placement qui se sont chiffrées à 307 millions de dollars. Les souscriptions des Garanties collectives ont diminué de 25 % par rapport au troisième trimestre de 2010 pour se chiffrer à 79 millions de dollars, principalement en raison de leur diminution sur les marchés des moyennes entreprises. En ce qui concerne la Gestion de patrimoine groupe, les souscriptions des Régimes collectifs de retraite ont diminué de 6 % en raison de la diminution des souscriptions de régimes à cotisations déterminées, partiellement contrebalancée par une augmentation des souscriptions de rentes à constitution immédiate. Les souscriptions de produits de continuité liés à la retraite sont demeurées très bonnes, le taux de conservation moyen sur quatre trimestres étant de 49 %.

Comparaison entre le T3 2011 et le T3 2010 (cumul annuel)
Le bénéfice net pour les neuf premiers mois de 2011 s'est chiffré à 430 millions de dollars, comparativement à 576 millions de dollars pour la période de neuf mois close le 30 septembre 2010. L'incidence de certaines couvertures qui ne sont pas admissibles à la comptabilité de couverture a donné lieu à une diminution du bénéfice net de 53 millions de dollars pour les neuf premiers mois de 2011, comparativement à une diminution de 33 millions de dollars pour les neuf premiers mois de 2010.

Le bénéfice net opérationnel s'est chiffré à 483 millions de dollars pour les neuf premiers mois de 2011, comparativement à 609 millions de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent. Le bénéfice net opérationnel de la période de neuf mois close le 30 septembre 2011 reflète le recul des marchés des actions et l'incidence défavorable nette de la mise à jour d'estimations et d'hypothèses actuarielles. Ces éléments ont été partiellement contrebalancés par des changements relatifs à l'impôt sur les produits financiers pour les contrats d'assurance-vie universelle, par l'incidence favorable des activités de placement sur les contrats d'assurance et par des profits découlant de l'augmentation de la valeur des biens immobiliers.

Le bénéfice net opérationnel pour la période de neuf mois close le 30 septembre 2010 a profité de l'incidence favorable nette de la mise à jour d'estimations et d'hypothèses actuarielles au troisième trimestre de 2010 et de l'amélioration des résultats obtenus au chapitre du crédit. Ces éléments ont été partiellement contrebalancés par les résultats moins favorables enregistrés au chapitre des marchés des actions.

FSL États-Unis

  Résultats trimestriels Cumul annuel
(en millions de dollars américains) T3 11 T2 11 T1 11 T4 10 T3 10 2011 2010
Bénéfice net opérationnel (perte nette opérationnelle)(1)               
  Rentes (272) 62 78 125 154 (132) 156
  Assurance individuelle (318) 41 62 126 (171) (215) (218)
  Assurance collective 22 11 44 40 33 77 75
Total du bénéfice net opérationnel (de la perte nette opérationnelle) (en millions de dollars américains) (568) 114 184 291 16 (270) 13
Total du bénéfice net opérationnel (de la perte nette opérationnelle) (en millions de dollars canadiens) (569) 110 180 294 18 (279) 12
               
Bénéfice net (perte nette) attribuable aux actionnaires ordinaires (en millions de dollars américains) (568) 114 184 291 16 (270) 13
Bénéfice net (perte nette) attribuable aux actionnaires ordinaires (en millions de dollars canadiens) (569) 110 180 294 18 (279) 12
(1)  Dans les résultats présentés dans le tableau ci-dessus sous « Résultats trimestriels » et « Cumul annuel », aucun élément n'a donné lieu à des différences entre le bénéfice net déclaré et le bénéfice net opérationnel.

Comparaison entre le T3 2011 et le T3 2010
La FSL États-Unis a déclaré une perte de 569 millions de dollars canadiens au troisième trimestre de 2011, comparativement à un bénéfice net de 18 millions de dollars canadiens au troisième trimestre de 2010. L'appréciation du dollar canadien par rapport aux taux de change moyens au troisième trimestre de 2010 a eu pour effet de diminuer la perte déclarée par la FSL États-Unis de 36 millions de dollars canadiens.

La perte opérationnelle au troisième trimestre de 2011 s'est chiffrée à 568 millions de dollars américains, comparativement à un bénéfice net de 16 millions de dollars américains au troisième trimestre de 2010. Les résultats au troisième trimestre de 2011 reflètent l'incidence défavorable des reculs marqués des marchés des actions et des taux d'intérêt pour les divisions des rentes et de l'assurance individuelle, ainsi que les résultats défavorables enregistrés au chapitre de la morbidité pour la Division de l'assurance collective. La perte enregistrée au troisième trimestre comprenait également l'incidence défavorable nette de la mise à jour d'estimations et d'hypothèses actuarielles relatives à la mortalité et au comportement des titulaires de contrat de la Division de l'assurance individuelle.

Au troisième trimestre de 2010, le bénéfice net de 16 millions de dollars américains reflétait les fluctuations défavorables des taux d'intérêt, principalement pour la Division de l'assurance individuelle, les résultats défavorables enregistrés au chapitre de la morbidité et une provision sectorielle au titre des prêts hypothécaires en prévision d'une pression continue sur le marché américain des prêts hypothécaires commerciaux. Le bénéfice au troisième trimestre de 2010 a également subi l'incidence défavorable nette de la mise à jour d'estimations et d'hypothèses actuarielles. Cette incidence a été partiellement contrebalancée par l'amélioration des conditions des marchés des actions qui ont eu une incidence sur la Division des rentes.

Les souscriptions de rentes à capital variable au troisième trimestre de 2011 se sont chiffrées à 847 millions de dollars américains, en baisse de 19 % par rapport à l'exercice précédent. Les souscriptions enregistrées par la Division de l'assurance collective au troisième trimestre de 2011 ont diminué de 37 % par rapport à la période correspondante de l'exercice précédent, ayant régressé pour toutes les gammes de produits. Le recul des souscriptions reflète notre rigueur en matière d'établissement des prix dans un environnement concurrentiel. Les souscriptions d'assurance individuelle enregistrées aux États-Unis au troisième trimestre de 2011 ont augmenté de 17 % par rapport à l'exercice précédent, principalement en raison d'une augmentation des souscriptions de produits d'assurance-vie détenue par des entreprises.

Comparaison entre le T3 2011 et le T3 2010 (cumul annuel)
La perte pour les neuf premiers mois de 2011 s'est chiffrée à 270 millions de dollars américains, comparativement à un bénéfice net de 13 millions de dollars américains pour la période correspondante de l'exercice précédent. La perte pour la période de neuf mois close le 30 septembre 2011 reflète l'incidence défavorable des taux d'intérêt et des marchés des actions, et l'incidence défavorable nette de la mise à jour d'estimations et d'hypothèses actuarielles.

Les résultats de la période de neuf mois close le 30 septembre 2010 reflètent l'incidence défavorable nette de la mise à jour d'estimations et d'hypothèses actuarielles et l'incidence défavorable des fluctuations des taux d'intérêt et des résultats enregistrés au chapitre de la morbidité. Ces éléments ont été partiellement contrebalancés par les résultats favorables obtenus au chapitre du crédit.

MFS Investment Management

  Résultats trimestriels Cumul annuel
  T3 11   T2 11   T1 11   T4 10   T3 10   2011   2010  
Bénéfice net opérationnel(1) (en millions de dollars américains) 60   68   63   56   53   191   146  
Bénéfice net opérationnel(1) (en millions de dollars canadiens) 59   66   62   57   55   187   151  
                             
Bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires (en millions de dollars américains) 64   42   37   32   30   143   91  
Bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires (en millions de dollars canadiens) 63   40   37   33   31   140   94  
                             
Ratio de la marge opérationnelle avant impôt(2) 32 % 34 % 33 % 31 % 31 % 33 % 30 %
Actif net moyen (en milliards de dollars américains) 225   239   228   214   195   230   192  
Actif géré (en milliards de dollars américains)(2) 208   240   232   222   204   208   204  
Souscriptions nettes (en milliards de dollars américains) -   3,2   2,1   5,1   2,3   5,3   9,1  
Augmentation (perte) de valeur de l'actif (en milliards de dollars américains) (31,5)   4,6   7,9   13,0   18,4   (19,0)   7,3  
                             
Indice S&P 500 (moyenne quotidienne) 1 227   1 319   1 302   1 205   1 094   1 282   1 117  
(1)   Le bénéfice net opérationnel exclut les ajustements de la juste valeur de droits à des paiements fondés sur des actions émis par la MFS et constitue une mesure financière non définie par les IFRS.  
(2)   Le ratio de la marge opérationnelle avant impôt et l'actif géré sont des mesures financières non définies par les IFRS. Se reporter à la rubrique « Utilisation de mesures financières non définies par les IFRS ».

Comparaison entre le T3 2011 et le T3 2010
Le bénéfice net s'est chiffré à 63 millions de dollars canadiens au troisième trimestre de 2011, comparativement à 31 millions de dollars canadiens pour la période correspondante de l'exercice précédent. Les ajustements de la juste valeur de droits à des paiements fondés sur des actions émis par la MFS ont donné lieu à une augmentation du bénéfice net de 4 millions de dollars canadiens pour le troisième trimestre de 2011, comparativement à une diminution de 24 millions de dollars canadiens pour le troisième trimestre de 2010.

La MFS a enregistré un bénéfice net opérationnel de 59 millions de dollars canadiens au troisième trimestre de 2011, comparativement à un bénéfice net opérationnel de 55 millions de dollars canadiens au troisième trimestre de 2010. L'appréciation du dollar canadien par rapport aux taux de change moyens du troisième trimestre de 2010 a eu pour effet de diminuer le bénéfice net opérationnel de 4 millions de dollars canadiens.

En dollars américains, le bénéfice net opérationnel dégagé par la MFS au troisième trimestre de 2011 s'est chiffré à 60 millions de dollars américains, comparativement à un bénéfice net opérationnel de 53 millions de dollars américains au troisième trimestre de 2010. L'augmentation du bénéfice net opérationnel par rapport au troisième trimestre de 2010 s'explique principalement par un accroissement de l'actif net moyen. Le ratio de la marge opérationnelle avant impôt de la MFS a augmenté pour atteindre 32 % au troisième trimestre de 2011, comparativement à 31 % un an plus tôt.

Le total de l'actif géré au 30 septembre 2011 s'est chiffré à 208 milliards de dollars américains, comparativement à 222 milliards de dollars américains au 31 décembre 2010. La diminution de 14 milliards de dollars américains s'explique par l'amortissement d'actifs de 19,0 milliards de dollars américains, partiellement contrebalancé par des souscriptions nettes de 5,3 milliards de dollars américains. Le rendement des fonds offerts aux particuliers demeure solide, 80 % et 86 % de l'actif s'inscrivant dans ces fonds, respectivement, se classant dans la moitié supérieure de leur catégorie Lipper pour ce qui est du rendement sur trois ans et cinq ans.

Le 29 septembre 2011, la Financière Sun Life a annoncé avoir conclu des accords pour acquérir les participations minoritaires dans sa filiale de gestion de placements McLean Budden et en transférer les activités à la MFS. La transaction devrait se clore en novembre et ajoutera environ 30 milliards de dollars à l'actif géré de la MFS.

Comparaison entre le T3 2011 et le T3 2010 (cumul annuel)
Le bénéfice net pour les neuf premiers mois de 2011 s'est chiffré à 143 millions de dollars américains, comparativement à 91 millions de dollars américains pour les neuf premiers mois de 2010. Les ajustements de la juste valeur de droits à des paiements fondés sur des actions émis par la MFS ont donné lieu à une diminution du bénéfice net de 48 millions de dollars américains pour les neuf premiers mois de 2011, comparativement à une diminution de 55 millions de dollars américains pour la période correspondante de 2010.

Le bénéfice net opérationnel s'est chiffré à 191 millions de dollars américains pour les neuf premiers mois de 2011, en hausse de 45 millions de dollars américains par rapport à la période correspondante de l'exercice précédent. L'augmentation du bénéfice net opérationnel par rapport aux neuf premiers mois de 2010 s'explique principalement par l'augmentation de l'actif net moyen, qui est passé de 192 milliards de dollars américains pour les neuf premiers mois de 2010 à 230 milliards de dollars américains au 30 septembre 2011.

FSL Asie

  Résultats trimestriels Cumul annuel
(en millions de dollars) T3 11 T2 11 T1 11 T4 10 T3 10 2011 2010
Bénéfice net opérationnel(1) 26 30 44 28 36 100 64
               
Bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires 26 30 44 28 36 100 64
(1)  Dans les résultats présentés dans le tableau ci-dessus sous « Résultats trimestriels » et « Cumul annuel », aucun élément n'a donné lieu à des différences entre le bénéfice net déclaré et le bénéfice net opérationnel.

Comparaison entre le T3 2011 et le T3 2010
Le bénéfice net s'est chiffré à 26 millions de dollars au troisième trimestre de 2011, comparativement à 36 millions de dollars au troisième trimestre de 2010. Le bénéfice net au troisième trimestre de 2010 comprenait un profit net de 19 millions de dollars découlant de la restructuration de la Sun Life Everbright en Chine. Compte non tenu de ce profit ponctuel, le bénéfice net au troisième trimestre de 2011 s'est accru de 9 millions de dollars par rapport à la période correspondante de l'exercice précédent, principalement en raison de la baisse des pressions exercées par les affaires nouvelles en Inde découlant d'une diminution des souscriptions et de changements apportés à la gamme de produits.

Comparaison entre le T3 2011 et le T3 2010 (cumul annuel)
Le bénéfice net enregistré pour les neuf premiers mois de 2011 s'est chiffré à 100 millions de dollars, comparativement à un bénéfice net de 64 millions de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent. Le bénéfice net des neuf premiers mois de 2011 reflète la croissance des affaires, l'incidence favorable des profits résultant de placements aux Philippines et la diminution des pressions exercées par les affaires nouvelles découlant d'une diminution des souscriptions enregistrées et de l'amélioration de la gamme de produits en Inde. Le bénéfice net des neuf premiers mois de 2010 reflétait un profit net de 19 millions de dollars découlant de la restructuration de la Sun Life Everbright.

Pour les neuf premiers mois de 2011, les souscriptions d'assurance-vie individuelle ont diminué de 20 % par rapport à la période correspondante de l'exercice précédent, principalement en raison de la diminution des souscriptions enregistrées en Inde, où l'incidence des changements apportés à la réglementation en septembre 2010 à l'égard des produits en unités de compte se fait toujours ressentir. Compte non tenu de l'Inde, les souscriptions d'assurance-vie individuelle ont augmenté de 13 %. En Indonésie et aux Philippines, elles ont augmenté de 22 % et de 29 %, respectivement. Les souscriptions enregistrées en Chine ont augmenté de 29 % grâce aux fortes souscriptions des canaux de la bancassurance et du télémarketing.

Le 24 octobre 2011, la Financière Sun Life a réalisé l'acquisition de 49 % de Grepalife Financial, Inc., une compagnie d'assurance-vie des Philippines. La nouvelle coentreprise, Sun Life Grepa Financial, Inc., prévoit une relation de bancassurance exclusive avec la Rizal Commercial Banking Corporation, membre du groupe de sociétés Yuchengco, qui fournit des services à deux millions de clients dans plus de 350 succursales partout au pays.

Organisation internationale
L'Organisation internationale comprend nos activités au Royaume-Uni (la « FSL Royaume-Uni ») et les Services de soutien généraux. Les Services de soutien généraux englobent les activités liées à notre portefeuille fermé de réassurance, ainsi que les produits tirés des placements, les charges, le capital et les autres éléments qui n'ont pas été attribués à nos autres secteurs. Pour les périodes antérieures au premier trimestre de 2011, les Services de soutien généraux comprenaient également les résultats de nos activités de réassurance vie qui ont été vendues le 31 décembre 2010.

     
  Résultats trimestriels Cumul annuel
(en millions de dollars) T3 11 T2 11 T1 11 T4 10 T3 10 2011 2010
Bénéfice net opérationnel (perte nette opérationnelle)(1)              
  FSL Royaume-Uni (14) 56 43 (26) 42 85 203
  Services de soutien généraux (85) (59) (107) (49) 6 (251) (47)
Total du bénéfice net opérationnel (de la perte nette opérationnelle) (99) (3) (64) (75) 48 (166) 156
               
Bénéfice net (perte nette) attribuable aux actionnaires ordinaires (99) (3) (64) (75) 48 (166) 156
(1)   Dans les résultats présentés dans le tableau ci-dessus sous « Résultats trimestriels » et « Cumul annuel », aucun élément n'a donné lieu à des différences entre le bénéfice net déclaré et le bénéfice net opérationnel.

Comparaison entre le T3 2011 et le T3 2010
L'Organisation internationale a déclaré une perte de 99 millions de dollars au troisième trimestre de 2011, comparativement à un bénéfice net de 48 millions de dollars au troisième trimestre de 2010.

La FSL Royaume-Uni a déclaré une perte de 14 millions de dollars au troisième trimestre de 2011, comparativement à un bénéfice net de 42 millions de dollars au troisième trimestre de 2010. Les résultats de la FSL Royaume-Uni au troisième trimestre de 2011 reflètent le recul des marchés des actions et l'incidence défavorable des activités de placement à revenu fixe sur les passifs relatifs aux contrats d'assurance. La mise à jour d'estimations et d'hypothèses actuarielles a eu une incidence favorable sur le bénéfice net du troisième trimestre de 2010.

Les Services de soutien généraux ont déclaré une perte de 85 millions de dollars au troisième trimestre de 2011, comparativement à un bénéfice net de 6 millions de dollars un an plus tôt. Les résultats du troisième trimestre de 2011 reflètent des pertes accrues de 37 millions de dollars de nos activités de réassurance fermées découlant de l'incidence défavorable de la diminution des taux d'intérêt, du recul des marchés des actions et de la mise à jour d'estimations et d'hypothèses actuarielles. Les résultats du troisième trimestre de 2010 comprenaient différents avantages fiscaux ainsi que les produits des activités de réassurance vie vendues au quatrième trimestre de 2010.

Comparaison entre le T3 2011 et le T3 2010 (cumul annuel)
La perte de l'Organisation internationale s'est chiffrée à 166 millions de dollars pour les neuf premiers mois de 2011, comparativement à un bénéfice net de 156 millions de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent.

Le bénéfice net de la FSL Royaume-Uni s'est chiffré à 85 millions de dollars pour les neuf premiers mois de 2011, comparativement à 203 millions de dollars pour les neuf premiers mois de 2010. Le bénéfice net pour la période close le 30 septembre 2011 reflète une augmentation des investissements dans des initiatives liées à la réglementation comme Solvabilité II. Les résultats des neuf premiers mois de 2010 comprenaient un avantage fiscal lié à une décision fiscale favorable qu'a reçue la Compagnie.

Les Services de soutien généraux ont déclaré une perte de 251 millions de dollars pour les neuf premiers mois de 2011, comparativement à une perte de 47 millions de dollars pour les neuf premiers mois de 2010. La perte des neuf premiers mois de 2011 reflète le coût net de réassurance pour les activités assurées de la Division des garanties collectives de la FSL Canada, ainsi qu'une augmentation des pertes de nos activités de réassurance fermées. Les résultats des neuf premiers mois de 2010 comprenaient les produits de 38 millions de dollars des activités de réassurance vie vendues au quatrième trimestre de 2010, ainsi que des avantages fiscaux plus élevés.

Information financière supplémentaire

Produits
Selon les IFRS, les produits comprennent : i) les primes périodiques des contrats d'assurance-vie et d'assurance-maladie et des produits de rentes à capital fixe, déduction faite des primes cédées aux réassureurs; ii) les produits nets tirés des placements qui comprennent les produits de placements liés aux actifs du fonds général, les profits et les pertes réalisés sur les actifs disponibles à la vente et les variations de la valeur des instruments dérivés et des actifs désignés à la juste valeur par le biais du résultat net et iii) les honoraires relatifs aux services fournis. Les équivalents de primes et d'encaissements SAS et les encaissements reçus par la Compagnie et liés à des contrats de placement, notamment en ce qui a trait aux fonds distincts, aux fonds communs de placement et aux fonds gérés, ne sont pas inclus dans les produits. La Compagnie perçoit cependant des honoraires relatifs à ces contrats, lesquels sont inclus dans les produits. Ces encaissements fondés sur la perception de droits et les équivalents de primes et d'encaissements SAS font partie intégrante de nos activités et, par conséquent, les produits ne tiennent pas compte de la totalité des souscriptions et autres activités qui ont eu lieu au cours des périodes respectives.

Les fluctuations trimestrielles de la valeur des actifs à la juste valeur par le biais du résultat net peuvent exposer les produits nets tirés des placements à une certaine volatilité, ce qui peut avoir une incidence sur la comparabilité des produits d'une période à l'autre. Les titres de créance et de capitaux propres qui soutiennent les passifs relatifs aux contrats d'assurance sont désignés à la juste valeur par le biais du résultat net et les variations de la juste valeur de ces actifs sont comptabilisées dans les produits nets tirés des placements des comptes consolidés de résultat. Les variations de la juste valeur des actifs à la juste valeur par le biais du résultat net soutenant les passifs relatifs aux contrats d'assurance sont neutralisées en grande partie par les variations correspondantes des passifs.

Nous procédons à des analyses des flux de trésorerie dans le cadre desquelles des projections relatives aux flux de trésorerie sont établies en fonction de divers scénarios. Lorsqu'une perte de valeur est comptabilisée pour des actifs qui soutiennent des passifs relatifs aux contrats d'assurance, en raison d'une dépréciation ou d'un cas de défaut de paiement, les flux de trésorerie liés aux actifs qui sont utilisés pour évaluer les passifs sont également réévalués. Pour obtenir de plus amples renseignements sur nos méthodes comptables, consulter nos états financiers consolidés annuels et intermédiaires.

Les produits ajustés constituent une mesure non définie par les IFRS et excluent l'incidence du change, de la réassurance pour les activités assurées de la Division des garanties collectives de la FSL Canada, des activités de réassurance vie vendues au quatrième trimestre de 2010 et des variations de la juste valeur des actifs à la juste valeur par le biais du résultat net et des instruments dérivés. Pour de plus amples renseignements, consulter la rubrique « Utilisation de mesures financières non définies par les IFRS ».

     
  Résultats trimestriels Cumul annuel
(en millions de dollars) T3 11 T2 11 T1 11 T4 10 T3 10 2011 2010
Produits              
  Produits tirés des primes nets 2 335 2 240 2 434 3 543 3 431 7 009 10 227
  Produits nets tirés des placements 4 364 2 073 950 (123) 3 464 7 387 8 050
  Honoraires 807 844 819 851 776 2 470 2 253
Total déclaré 7 506 5 157 4 203 4 271 7 671 16 866 20 530
  Incidence du change, de la réassurance et des variations
de la juste valeur des actifs à la juste valeur par le biais
du résultat net et des instruments dérivés
1 659 (427) (1 401) (1 506) 2 248 (133) 4 184
Total des produits ajustés 5 847 5 584 5 604 5 777 5 423 16 999 16 346

Au troisième trimestre de 2011, les produits se sont chiffrés à 7,5 milliards de dollars, comparativement à 7,7 milliards de dollars pour le troisième trimestre de 2010. L'appréciation du dollar canadien par rapport aux taux de change moyens du troisième trimestre de 2010 s'est traduite par une diminution des produits de 249 millions de dollars. Les produits ajustés se sont chiffrés à 5,8 milliards de dollars au troisième trimestre de 2011, comparativement à 5,4 milliards de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent, résultat qui s'explique principalement par une augmentation des produits nets tirés des placements.

Les produits se sont chiffrés à 16,9 milliards de dollars pour les neuf premiers mois de 2011, en baisse de 3,6 milliards de dollars par rapport au montant de 20,5 milliards de dollars comptabilisé pour la période correspondante de l'exercice précédent. L'appréciation du dollar canadien par rapport aux taux de change moyens des neuf premiers mois de 2010 s'est traduite par une diminution des produits déclarés de 545 millions de dollars. Les produits ajustés se sont chiffrés à 17,0 milliards de dollars pour les neuf premiers mois de 2011, en hausse de 653 millions de dollars par rapport à la période correspondante de l'exercice précédent. Cette augmentation est principalement attribuable à une augmentation des honoraires découlant de l'accroissement de l'actif net moyen à la MFS, ainsi qu'à une augmentation des produits nets tirés des placements.

Produits tirés des primes
Les produits tirés des primes nets se sont chiffrés à 2,3 milliards de dollars au troisième trimestre de 2011, comparativement à 3,4 milliards de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent. La diminution des produits tirés des primes nets s'explique principalement par une diminution de 841 millions de dollars liée à la réassurance pour les activités assurées de la Division des garanties collectives de la FSL Canada (dont l'incidence a été neutralisée par des montants recouvrés au titre des demandes de règlement et prestations), par un montant de 123 millions de dollars découlant de la vente de nos activités de réassurance au quatrième trimestre de 2010 et par une diminution de 67 millions de dollars découlant de l'appréciation du dollar canadien par rapport aux taux de change moyens du troisième trimestre de 2010.

Les produits tirés des primes nets se sont chiffrés à 7,0 milliards de dollars pour les neuf premiers mois de 2011, comparativement à 10,2 milliards de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent. Cette diminution s'explique principalement par une diminution de 2,5 milliards de dollars liée à la réassurance pour les activités assurées de la Division des garanties collectives de la FSL Canada et par un montant de 367 millions de dollars découlant de la vente de nos activités de réassurance au quatrième trimestre de 2010. L'appréciation du dollar canadien par rapport aux taux de change moyens pour les neuf premiers mois de 2010 s'est traduite par une diminution de 228 millions de dollars des produits tirés des primes nets.

Produits nets tirés des placements
Les produits nets tirés des placements se sont chiffrés à 4,4 milliards de dollars au troisième trimestre de 2011, comparativement à 3,5 milliards de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent. L'augmentation des produits nets tirés des placements s'explique principalement par une augmentation de la variation de la valeur d'actifs et de passifs à la juste valeur par le biais du résultat net de 695 millions de dollars découlant en grande partie d'une augmentation des profits nets sur la juste valeur des actifs à la juste valeur par le biais du résultat net et des dérivés détenus à des fins autres que de couverture, ainsi que d'une augmentation des intérêts et autres produits tirés des placements de 311 millions de dollars. Ces éléments ont été partiellement contrebalancés par une diminution de 144 millions de dollars découlant de l'appréciation du dollar canadien par rapport aux taux de change moyens en vigueur au troisième trimestre de 2010.

Les produits nets tirés des placements se sont chiffrés à 7,4 milliards de dollars pour les neuf premiers mois de 2011, comparativement à 8,1 milliards de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent. La diminution des produits nets tirés des placements pour les neuf premiers mois de 2011 s'explique principalement par une diminution de la variation de la valeur d'actifs et de passifs à la juste valeur par le biais du résultat net de 686 millions de dollars découlant principalement d'une diminution des profits nets sur la juste valeur des actifs à la juste valeur par le biais du résultat net et des dérivés détenus à des fins autres que de couverture, ainsi que d'une diminution de 208 millions de dollars découlant de l'appréciation du dollar canadien par rapport aux taux de change moyens en vigueur pour les neuf premiers mois de 2010. Ces éléments ont été partiellement contrebalancés par une augmentation de 185 millions de dollars des intérêts et autres produits tirés des placements.

Honoraires
Les honoraires se sont chiffrés à 807 millions de dollars au troisième trimestre de 2011, comparativement à 776 millions de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent. L'augmentation des honoraires s'explique principalement par une augmentation de 75 millions de dollars pour la MFS et la FSL États-Unis découlant de l'accroissement de l'actif, partiellement contrebalancée par l'incidence de l'appréciation du dollar canadien par rapport aux taux de change moyens du troisième trimestre de 2010.

Les honoraires se sont chiffrés à 2,5 milliards de dollars pour la période de neuf mois close le 30 septembre 2011, comparativement à 2,3 milliards de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent. L'augmentation des honoraires s'explique principalement par l'accroissement de l'actif, en partie contrebalancé par l'incidence de l'appréciation du dollar canadien par rapport aux devises pour les neuf premiers mois de 2011.

Primes et encaissements
Le total des primes et encaissements s'est élevé à 18,6 milliards de dollars pour le trimestre clos le 30 septembre 2011, comparativement à 19,1 milliards de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent. Les primes et encaissements ajustés se sont chiffrés à 20,5 milliards de dollars pour le trimestre clos le 30 septembre 2011, ce qui correspond à une augmentation de 1,3 milliard de dollars découlant principalement de l'augmentation des souscriptions de parts de fonds communs de placement et de fonds gérés à la MFS, ainsi que de l'augmentation des souscriptions pour McLean Budden. Les primes et encaissements ajustés sont ajustés en fonction de l'incidence du change, de la réassurance pour les activités assurées de la Division des garanties collectives de la FSL Canada, ainsi que des activités de réassurance vie vendues au quatrième trimestre de 2010.

Le total des primes et encaissements s'est chiffré à 59,5 milliards de dollars pour les neuf premiers mois de 2011, comparativement à 61,5 milliards de dollars pour la période correspondante de 2010. Pour la période de neuf mois close le 30 septembre 2011, les primes et encaissements ajustés se sont chiffrés à 65,4 milliards de dollars, en hausse de 3,8 milliards de dollars en raison principalement de l'augmentation des souscriptions à la MFS et de l'augmentation des souscriptions de parts de fonds gérés pour McLean Budden.

  Résultats trimestriels   Cumul annuel
(en millions de dollars) T3 11   T2 11   T1 11   T4 10   T3 10   2011   2010
Primes et encaissements                          
  Produits tirés des primes nets 2 335   2 240   2 434   3 543   3 431   7 009   10 227
  Encaissements liés aux fonds distincts 2 298   2 406   2 566   2 699   2 389   7 270   7 542
  Souscriptions de parts de fonds communs de placement 7 120   6 570   7 917   6 834   7 022   21 607   21 634
  Souscriptions de parts de fonds gérés 5 446   8 188   5 703   9 246   5 212   19 337   18 874
  Équivalents de primes et d'encaissements SAS 1 362   1 450   1 458   2 576   1 077   4 270   3 215
Total déclaré 18 561   20 854   20 078   24 898   19 131   59 493   61 492
  Incidence du change et de la réassurance (1 893)   (2 251)   (1 926)   (525)   (22)   (5 904)   (77)
Total des primes et encaissements ajustés(1) 20 454   23 105   22 004   25 423   19 153   65 397   61 569

(1) Les primes et encaissements ajustés constituent une mesure financière non définie par les IFRS. Pour de plus amples renseignements, consulter la rubrique « Utilisation de mesures financières non définies par les IFRS ».

Le montant net des primes d'assurance-vie, d'assurance-maladie et de rentes s'est chiffré à 2,3 milliards de dollars au troisième trimestre de 2011, comparativement à 3,4 milliards de dollars pour le troisième trimestre de 2010. La diminution de 1,1 milliard de dollars s'explique principalement par l'incidence de la réassurance pour les activités assurées de la Division des garanties collectives de la FSL Canada, par la vente de nos activités de réassurance au quatrième trimestre de 2010 et par une diminution des primes nettes découlant de l'appréciation du dollar canadien par rapport aux taux de change moyens du troisième trimestre de 2010. Le montant net des primes d'assurance-vie, d'assurance-maladie et de rentes s'est chiffré à 7,0 milliards de dollars pour les neuf premiers mois de 2011, comparativement à 10,2 milliards de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent. La diminution s'explique en grande partie par l'incidence de la réassurance pour les activités assurées de la Division des garanties collectives de la FSL Canada, par la vente de nos activités de réassurance et par l'appréciation du dollar canadien par rapport aux taux de change moyens pour les neuf premiers mois de 2010.

Les encaissements liés aux fonds distincts se sont chiffrés à 2,3 milliards de dollars au troisième trimestre de 2011, comparativement à 2,4 milliards de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent. Compte non tenu de l'incidence du change, les encaissements liés aux fonds distincts ont diminué de 51 millions de dollars. Les encaissements liés aux fonds distincts pour les neuf premiers mois de 2011 se sont chiffrés à 7,3 milliards de dollars, comparativement à 7,5 milliards de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent. Cette diminution s'explique en grande partie par un recul des souscriptions pour la FSL Canada découlant de changements de prix et de l'appréciation du dollar canadien par rapport aux taux de change moyens pour les neuf premiers mois de 2010.

Les souscriptions de parts de fonds communs de placement et de fonds gérés ont augmenté de 2,7 % par rapport au troisième trimestre de 2010, pour atteindre 12,6 milliards de dollars. Compte non tenu de l'incidence du change, les souscriptions de parts de fonds communs de placement et de fonds gérés ont augmenté de 8,8 %, principalement en raison de l'augmentation des souscriptions à la MFS et pour McLean Budden. Les souscriptions de parts de fonds communs de placement et de fonds gérés pour les neuf premiers mois de 2011 se sont chiffrées à 40,9 milliards de dollars, comparativement à 40,5 milliards de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent.

Actif géré
L'actif géré totalisait 458,8 milliards de dollars au 30 septembre 2011, comparativement à 464,7 milliards de dollars au 31 décembre 2010 et à 455,3 milliards de dollars au 30 septembre 2010. La diminution de 5,9 milliards de dollars de l'actif géré enregistrée entre le 31 décembre 2010 et le 30 septembre 2011 s'explique principalement par les facteurs suivants :

(i)      des fluctuations défavorables du marché de 28,6 milliards de dollars;
(ii)      une diminution de 3,9 milliards de dollars découlant du reclassement des actifs des affaires liées à la retraite à Hong Kong dans l'actif géré au troisième trimestre de 2011;
(iii)      une diminution de 923 millions de dollars découlant de la vente de nos activités de réassurance vie au quatrième trimestre de 2010. Ces éléments ont été partiellement contrebalancés par :
(iv)      une augmentation de 17,1 milliards de dollars découlant de la dépréciation du dollar canadien par rapport aux devises, comparativement aux taux de change en vigueur pour la période précédente;
(v)      des souscriptions nettes liées aux fonds communs de placement, aux fonds gérés et aux fonds distincts de 6,8 milliards de dollars;
(vi)      une augmentation de 3,4 milliards de dollars découlant de la variation de la valeur des actifs et des passifs à la juste valeur par le biais du résultat net et des dérivés détenus à des fins autres que de couverture.

L'actif géré a augmenté de 3,5 milliards de dollars entre le 30 septembre 2010 et le 30 septembre 2011. L'augmentation de l'actif géré résulte principalement de ce qui suit :

(i)      des souscriptions nettes liées aux fonds communs de placement, aux fonds gérés et aux fonds distincts de 11,9 milliards de dollars;
(ii)      une augmentation de 5,3 milliards de dollars découlant de la dépréciation du dollar canadien par rapport aux devises, comparativement aux taux de change en vigueur pour la période précédente;
(iii)      une augmentation de 1,7 milliard de dollars découlant de la variation de la valeur des actifs et des passifs à la juste valeur par le biais du résultat net et des dérivés détenus à des fins autres que de couverture;
(iv)      la croissance des affaires de 1,6 milliard de dollars. Ces éléments ont été partiellement contrebalancés par :
(v)      des fluctuations défavorables du marché de 11,2 milliards de dollars pour les fonds communs de placement, les fonds gérés et les fonds distincts;
(vi)      une diminution de 3,9 milliards de dollars découlant du reclassement des actifs des affaires liées à la retraite à Hong Kong dans l'actif géré au troisième trimestre de 2011;
(vii)      une diminution de 1,8 milliard de dollars découlant de la vente de nos activités de réassurance vie au quatrième trimestre de 2010.

     

Variation du bilan et des capitaux propres
L'actif total du fonds général se chiffrait à 130,4 milliards de dollars au 30 septembre 2011, comparativement à 127,0 milliards de dollars un an auparavant et à 122,3 milliards de dollars au 31 décembre 2010. L'augmentation de l'actif total du fonds général par rapport au 31 décembre 2010 s'explique principalement par une augmentation de 5,3 milliards de dollars découlant de la dépréciation du dollar canadien par rapport aux devises comparativement aux taux de change en vigueur pour la période précédente et par une augmentation de 3,4 milliards de dollars découlant de la variation de la valeur des actifs et des passifs à la juste valeur par le biais du résultat net et des dérivés détenus à des fins autres que de couverture. L'augmentation a été partiellement contrebalancée par une diminution de 923 millions de dollars découlant de la vente de nos activités de réassurance vie au quatrième trimestre de 2010.

Les passifs relatifs aux contrats d'assurance (excluant les autres passifs et actifs relatifs aux contrats d'assurance) se chiffraient à 90,0 milliards de dollars au 30 septembre 2011, en hausse de 7,3 milliards de dollars par rapport au 31 décembre 2010, principalement en raison de la variation des soldes des contrats en vigueur et de la dépréciation du dollar canadien par rapport aux devises, comparativement aux taux de change en vigueur au cours de la période précédente.

Les capitaux propres attribuables aux actionnaires, qui comprennent les actions privilégiées, se chiffraient à 16,4 milliards de dollars au 30 septembre 2011, comparativement à 16,0 milliards de dollars au 31 décembre 2010. L'augmentation de 0,4 milliard de dollars des capitaux propres attribuables aux actionnaires résulte principalement de ce qui suit :

(i)      le bénéfice net attribuable aux actionnaires de 298 millions de dollars, pour les neuf premiers mois de l'exercice, avant les dividendes privilégiés de 73 millions de dollars;
(ii)      le produit de 184 millions de dollars de l'émission d'actions ordinaires dans le cadre du régime canadien de réinvestissement des dividendes et un montant de 52 millions de dollars découlant de la rémunération à base d'actions;
(iii)      le produit de 195 millions de dollars de l'émission d'actions privilégiées;
(iv)      une augmentation de 498 millions de dollars découlant de la dépréciation du dollar canadien par rapport aux devises. Ces éléments ont été partiellement contrebalancés par :
(v)      des pertes latentes nettes sur les actifs disponibles à la vente de 97 millions de dollars comptabilisés dans les autres éléments du bénéfice global;
(vi) des dividendes de 618 millions de dollars versés sur les actions ordinaires.

Au 1er novembre 2011, il y avait 582,8 millions d'actions ordinaires et 90,2 millions d'actions privilégiées de la Financière Sun Life en circulation.

Flux de trésorerie

   
  Résultats trimestriels
(en millions de dollars) T3 11 T3 10
Trésorerie et équivalents de trésorerie au début 5 376 5 929
Flux de trésorerie liés aux activités suivantes :    
  Activités opérationnelles (428) (243)
  Activités d'investissement (104) (168)
  Activités de financement (50) (204)
Variations attribuables aux fluctuations des taux de change 193 (136)
Augmentation de la trésorerie et des équivalents de trésorerie (389) (751)
Trésorerie et équivalents de trésorerie à la fin 4 987 5 178
Titres à court terme à la fin 3 803 3 955
Trésorerie, équivalents de trésorerie et titres à court terme nets 8 790 9 133

À la fin du troisième trimestre de 2011, le montant net de la trésorerie, des équivalents de trésorerie et des titres à court terme se chiffrait à 8,8 milliards de dollars, comparativement à 9,1 milliards de dollars à la fin du troisième trimestre de 2010.

Au troisième trimestre de 2011, les flux de trésorerie affectés aux activités opérationnelles ont augmenté de 185 millions de dollars par rapport à la période correspondante de l'exercice précédent, principalement en raison des achats nets de titres à revenu fixe. Les flux de trésorerie affectés aux activités d'investissement au troisième trimestre de 2011 se sont chiffrés à 104 millions de dollars, en baisse de 64 millions de dollars par rapport au troisième trimestre de 2010. Les flux de trésorerie affectés aux activités de financement se sont chiffrés à 50 millions de dollars au troisième trimestre de 2011, comparativement à 204 millions de dollars au troisième trimestre de 2010. Cette variation s'explique principalement par le produit net de 194 millions de dollars découlant de l'émission d'actions privilégiées au troisième trimestre de 2011. La fluctuation de la valeur du dollar canadien par rapport aux devises s'est traduite par l'augmentation de 193 millions de dollars des soldes de trésorerie au troisième trimestre de 2011, comparativement à une diminution de 136 millions de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent.

Impôt sur le résultat
Pour le troisième trimestre de 2011, nous avons déclaré une économie d'impôt de 169 millions de dollars sur une perte avant impôt déclarée de 764 millions de dollars, ce qui correspond à un taux d'imposition effectif de 22,1 %. En comparaison, pour le troisième trimestre de 2010, nous avions déclaré une charge d'impôt de 116 millions de dollars sur un bénéfice avant impôt déclaré de 562 millions de dollars, ce qui a donné lieu à un taux d'imposition effectif de 20,6 %.

Notre taux d'imposition effectif pour le troisième trimestre de 2011 a subi l'incidence de pertes dans des territoires étrangers où les taux d'imposition sont moins élevés et de produits tirés des placements exonérés d'impôt moins élevés que prévu. Ces incidences ont donné lieu à une diminution de notre économie d'impôt, qui s'est établie à 22,1 %, ce qui est inférieur au taux d'imposition prévu par la loi de 28 % pour 2011.

Au troisième trimestre de 2010, les niveaux prévus d'avantages fiscaux, combinés à l'augmentation du bénéfice avant impôt comptabilisé pour le trimestre, se sont traduits par un taux d'imposition effectif de 20,6 %, ce qui est inférieur au taux d'imposition prévu par la loi de 30,5 % pour 2010. Avec un niveau normal de bénéfice avant impôt, notre flux durable d'avantages fiscaux (comme l'avantage tiré des taux d'imposition moins élevés sur le résultat imposable dans des territoires étrangers, différentes sources de produits tirés des placements exonérés d'impôt et d'autres éléments) réduit notre taux d'imposition effectif en deçà du taux d'imposition prévu par la loi.

Résultats financiers trimestriels
Le tableau ci-dessous présente un sommaire de nos résultats pour les huit trimestres les plus récents. De l'information plus détaillée sur les résultats trimestriels antérieurs figure dans nos rapports de gestion intermédiaires et annuels pour les périodes visées. Les chiffres antérieurs au premier trimestre de 2010 sont présentés selon les PCGR du Canada (« PCGR du Canada »).

Résultats financiers historiques
(en millions de dollars, sauf indication contraire)   IFRS PCGR du
Canada
    T3 11   T2 11   T1 11   T4 10   T3 10   T2 10   T1 10   T4 09
Bénéfice net opérationnel (perte nette opérationnelle)   (572)   425   472   485   403   155   434   296
Ajustements pour obtenir le bénéfice net opérationnel   (49)   (17)   (34)   19   13   (83)   (20)   -
Bénéfice net déclaré (perte nette déclarée)   (621)   408   438   504   416   72   414   296
Bénéfice de base par action opérationnel (en dollars)   (0,99)   0,74   0,82   0,85   0,71   0,27   0,77   0,53
Bénéfice de base par action déclaré (en dollars)   (1,07)   0,71   0,76   0,88   0,73   0,13   0,73   0,53
Bénéfice dilué par action opérationnel (en dollars)   (0,99)   0,73   0,82   0,85   0,71   0,27   0,74   0,52
Bénéfice dilué par action déclaré (en dollars)   (1,07)   0,68   0,73   0,84   0,70   0,13   0,70   0,52
Total des produits   7 506   5 157   4 203   4 271   7 671   6 665   6 194   4 993
Total de l'actif géré (en milliards de dollars)   459   474   469   465   455   435   435   433

Deuxième trimestre de 2011
Le bénéfice net opérationnel de 425 millions de dollars pour le trimestre clos le 30 juin 2011 reflète la croissance de nos affaires en vigueur, l'incidence favorable des résultats de placement sur les passifs relatifs aux contrats d'assurance et les résultats favorables au chapitre du crédit. Les fluctuations inégales sur la courbe de rendement et les fluctuations favorables des écarts de taux ont plus que contrebalancé la baisse de rendement des titres gouvernementaux, ce qui s'est traduit par un avantage net en ce qui a trait aux taux d'intérêt au deuxième trimestre. Ces profits nets ont été partiellement contrebalancés par des investissements dans la croissance et dans des initiatives liées au service dans nos différents secteurs d'activité, ainsi que par des résultats défavorables en ce qui concerne les titulaires de contrat.

Premier trimestre de 2011
Le bénéfice net opérationnel de 472 millions de dollars pour le trimestre clos le 31 mars 2011 reflète la croissance de l'actif géré, des profits découlant de l'augmentation de la juste valeur des biens immobiliers classés dans les immeubles de placement, l'incidence favorable des activités de placement sur les passifs relatifs aux contrats d'assurance, l'accroissement des marchés des actions et les résultats favorables enregistrés au chapitre de la mortalité et de la morbidité. Ces éléments ont été partiellement contrebalancés par des pertes accrues de l'Organisation internationale.

Quatrième trimestre de 2010
Le bénéfice net opérationnel de 485 millions de dollars pour le trimestre clos le 31 décembre 2010 a été favorisé par l'amélioration des marchés des actions et par la hausse des taux d'intérêt. Ces éléments ont été partiellement contrebalancés par l'incidence des modifications apportées aux estimations et aux hypothèses actuarielles ayant principalement trait à la mortalité, par l'augmentation des charges, y compris plusieurs éléments non récurrents, ainsi que par l'incidence défavorable des fluctuations des taux de change.

Troisième trimestre de 2010
Le bénéfice net opérationnel de 403 millions de dollars au troisième trimestre de 2010 a été favorisé par l'amélioration des conditions des marchés des actions ainsi que par les modifications des hypothèses et les mesures prises par la direction. Nous avons augmenté nos provisions sectorielles relatives aux prêts hypothécaires en prévision du maintien des pressions sur le marché américain des prêts hypothécaires commerciaux. Toutefois, les résultats enregistrés au chapitre du crédit, dans l'ensemble, ont continué de s'améliorer par rapport à l'exercice précédent. Les taux d'intérêt n'ont pas eu d'incidence nette importante sur les résultats du troisième trimestre puisque l'incidence défavorable de la baisse des taux d'intérêt a été largement contrebalancée par les fluctuations favorables des swaps de taux d'intérêt utilisés pour la gestion de l'actif et du passif.

Deuxième trimestre de 2010
Le recul des marchés des actions et les fluctuations défavorables des taux d'intérêt ont eu une incidence négative sur le bénéfice net opérationnel du deuxième trimestre de 2010, lequel s'est chiffré à 155 millions de dollars. Ces incidences défavorables ont été partiellement contrebalancées par l'incidence favorable des activités d'investissement à revenu fixe sur les provisions relatives aux contrats d'assurance et l'économie d'impôt globale pour le trimestre.

Premier trimestre de 2010
Le bénéfice net opérationnel de 434 millions de dollars au premier trimestre de 2010 a bénéficié du rendement positif des marchés des actions, des variations favorables des taux d'intérêt et de l'incidence positive d'un rééquilibrage entre actifs et passifs. Notre acquisition au Royaume-Uni au quatrième trimestre de 2009 a également contribué à l'amélioration de la performance de nos activités au Royaume-Uni. La hausse des coûts à la suite de l'augmentation des volumes de souscription de nouveaux contrats a partiellement contrebalancé les profits découlant de l'amélioration de la conjoncture.

Quatrième trimestre de 2009 (PCGR du Canada)
Le bénéfice net de 296 millions de dollars du quatrième trimestre de 2009 marque un retour à des conditions de marché plus favorables, notamment l'incidence positive d'un rééquilibrage entre actifs et passifs, de l'amélioration des marchés des actions et de la hausse des taux d'intérêt. Le bénéfice net pour ce trimestre a en outre profité d'une économie d'impôt globale. Ces incidences ont été partiellement contrebalancées par des pertes de valeur nettes, par l'abaissement des cotes de crédit sur notre portefeuille de placement et par une diminution des gains de réinvestissement de l'actif attribuables à des variations des écarts de taux.

Placements
Le total de nos placements liés au fonds général de la Compagnie se chiffrait à 116,7 milliards de dollars au 30 septembre 2011. Notre fonds général est investi en majeure partie dans des titres à revenu fixe à moyen ou à long terme, comme des titres de créance, des prêts hypothécaires et d'autres prêts. La composition de notre portefeuille est établie avec prudence, l'actif du fonds général étant composé à 85,9 % de placements liquides et de titres à revenu fixe. Les titres de capitaux propres et les immeubles de placement constituaient 3,8 % et 4,3 % du portefeuille, respectivement. La proportion restante de 6,0 % du portefeuille était constituée d'avances sur contrats, d'actifs dérivés et d'autres placements.

Le tableau suivant présente la composition de nos placements.

     
  30 septembre 2011 31 décembre 2010
(en millions de dollars) Valeur comptable   Pourcentage
de la valeur comptable
  Valeur comptable   Pourcentage
de la valeur comptable
 
Trésorerie, équivalents de trésorerie et titres à court terme 8 848   7,6 % 8 462   7,8 %
Titres de créance - à la juste valeur par le biais du résultat net 51 683   44,3 % 47 982   44,0 %
Titres de créance - disponibles à la vente 12 349   10,6 % 10 631   9,8 %
Titres de capitaux propres - à la juste valeur par le biais du résultat net 3 644   3,1 % 4 449   4,1 %
Titres de capitaux propres - disponibles à la vente 814   0,7 % 782   0,7 %
Prêts hypothécaires et autres prêts 27 287   23,4 % 26 034   23,9 %
Actifs dérivés 2 460   2,1 % 1 648   1,5 %
Avances sur contrats 3 306   2,8 % 3 277   3,0 %
Immeubles de placement 5 016   4,3 % 4 544   4,2 %
Autres placements 1 281   1,1 % 1 185   1,1 %
Total des placements 116 688   100 % 108 994   100 %

Titres de créance
Au 30 septembre 2011, nous détenions des titres de créance qui représentaient 64,0 milliards de dollars, soit 55 % de l'ensemble de notre portefeuille de placement. La proportion des titres de créance ayant reçu la cote A ou une cote supérieure s'établissait à 69 % du total des titres de créance au 30 septembre 2011, soit la même proportion qu'au 31 décembre 2010. La proportion des titres de créance ayant la cote BBB ou une cote supérieure était de 97 % du total des titres de créance au 30 septembre 2011, soit une augmentation de 1 % par rapport au 31 décembre 2010.

Du total des titres de créance d'une valeur de 64,0 milliards de dollars, les titres de créance de sociétés fermées comptent pour 7,9 milliards de dollars, soit 12 % du total de nos titres de créance, comparativement à 6,7 milliards de dollars ou 11 % au 31 décembre 2010. Les titres de créance de sociétés qui ne sont pas émis ni garantis par des gouvernements d'État ou régionaux ou par des administrations municipales représentaient 68 % du total de nos titres de créance au 30 septembre 2011, soit le même pourcentage qu'au 31 décembre 2010. Au 30 septembre 2011, les titres de créance émis ou garantis par des gouvernements totalisaient 20,7 milliards de dollars, comparativement à 18,8 milliards de dollars au 31 décembre 2010. De ce montant, une tranche de 2,7 milliards de dollars a trait à des titres de créance émis par le Trésor américain et par d'autres organismes américains. Comme le démontre le tableau ci-dessous, nous avons une exposition directe à des emprunts garantis par des États de la zone euro qui est négligeable.

Titres de créance de gouvernements et d'institutions financières par pays (en millions de dollars)

       
  30 septembre 2011   31 décembre 2010
  Émis ou garantis
par des
gouvernements
    Institutions
financières
          Émis ou garantis
par des
gouvernements
    Institutions
financières
Canada 12 791     1 552           10 891     1 732
États-Unis 2 747     6 846           3 078     6 776
Royaume-Uni 2 422     1 354           2 182     1 556
Zone euro                          
  France 17     125           15     145
  Allemagne 183     41           178     50
  Grèce -     -           -     -
  Irlande -     -           1     30
  Italie -     26           -     32
  Pays-Bas 6     340           5     213
  Portugal -     -           -     -
  Espagne 4     57           3     123
  Autres pays de la zone euro 2     209           27     140
Autres pays 2 540     1 704           2 368     1 656
Total 20 712     12 254           18 748     12 453
 

Nos pertes latentes brutes sur les titres de créance à la juste valeur par le biais du résultat net et disponibles à la vente se chiffraient à 1,2 milliard de dollars et à 0,2 milliard de dollars, respectivement, au 30 septembre 2011, comparativement à 1,2 milliard de dollars et à 0,1 milliard de dollars, respectivement, au 31 décembre 2010. Les pertes latentes brutes au 30 septembre 2011 comprennent un montant de 0,1 milliard de dollars relatif à des titres de créance de gouvernements et d'institutions financières de la zone euro.

Nos titres de créance au 30 septembre 2011 comprenaient des titres du secteur financier pour un montant de 12,3 milliards de dollars, soit environ 19,1 % du total de nos titres de créance ou 10,5 % de tous nos placements. Au 31 décembre 2010, ce montant se chiffrait à 12,5 milliards de dollars, ou 21 % du total de nos titres de créance.

Titres adossés à des créances
Nos titres de créance au 30 septembre 2011 comprenaient des titres adossés à des créances présentés à la juste valeur pour un montant de 4,0 milliards de dollars, soit environ 6,3 % de notre portefeuille de titres de créance ou 3,5 % de tous nos placements. Il s'agit d'une diminution de 104 millions de dollars par rapport au niveau déclaré au 31 décembre 2010. Les provisions constituées précédemment en fonction des pertes prévues sur la durée de vie de ces actifs ont atténué la quasi-totalité des variations de la qualité de l'actif du portefeuille au cours du trimestre.

Titres adossés à des créances (en millions de dollars)

       
  30 septembre 2011   31 décembre 2010
  Coût
amorti
  Juste
valeur
  BBB et
mieux
    Coût
amorti
  Juste
valeur
  BBB et
mieux
 
Titres adossés à des prêts hypothécaires commerciaux 1 827   1 788   85,1 %   1 902   1 848   87,3 %
Titres adossés à des prêts hypothécaires résidentiels                          
  Agences 570   603   100,0 %   654   685   100,0 %
  Autres 908   699   53,5 %   1 000   730   65,4 %
Titres adossés à des créances avec flux groupés 135   107   21,6 %   141   109   24,2 %
Autres(1) 945   832   83,8 %   873   761   83,0 %
Total 4 385   4 029   79,9 %   4 570   4 133   83,1 %

(1)  Le poste Autres comprend les prêts hypothécaires à risque, qui représentent une partie de l'exposition de la Compagnie aux prêts hypothécaires de type Alt-A et aux autres titres adossés à des créances.

Nous déterminons la dépréciation des titres adossés à des créances en utilisant des modèles d'actualisation des flux de trésorerie qui tiennent compte des pertes en fonction de la conjoncture actuelle et prévue ainsi que des taux de défauts de paiement présumés et des pertes prévues en cas de défaut pour les groupes de garanties sous-jacentes. Parmi les hypothèses utilisées se trouvent notamment des facteurs macroéconomiques comme la valeur des immeubles commerciaux et résidentiels et les taux de chômage. Les taux de défauts de paiement présumés et les pertes prévues en cas de défaut pour le groupe de garanties sous-jacentes sont évalués indépendamment pour chaque titre en fonction de facteurs comme l'acclimatation et l'emplacement géographique des actifs sous-jacents, le fait que les actifs sous-jacents soient des prêts à taux fixes ou ajustables et la probabilité de refinancement aux dates de rajustement des taux. S'il ressort de l'utilisation des modèles d'actualisation des flux de trésorerie une perte économique et que nous sommes d'avis qu'il est plus probable qu'improbable que cette perte survienne, une dépréciation est comptabilisée.

Notre portefeuille de titres adossés à des créances est très sensible aux fluctuations des facteurs macroéconomiques, des taux de défauts de paiement présumés sur le groupe de garanties sous-jacentes et des pertes prévues en cas de défaut. En raison de la complexité de ces titres, différentes séries d'hypothèses portant sur la conjoncture économique et sur la performance des groupes de garanties sous-jacentes pourraient se situer dans une fourchette de valeur raisonnable, mais mener à des estimations des pertes considérablement différentes. En outre, une partie de notre portefeuille de titres adossés à des créances est exposée à des titres dont les notations sont plus faibles, à fort levier financier et laissant un montant relativement faible de subordination disponible en dessous de nos titres pour absorber les pertes du groupe de garanties sous-jacentes. Pour ces titres à plus faible notation, si un pourcentage relativement faible du groupe de garanties sous-jacentes fait l'objet de défauts, nous pourrions perdre le montant en capital de notre placement dans les titres.

Des dépréciations sur nos titres adossés à des créances pourraient être comptabilisées par suite de la détérioration continue des facteurs économiques comme la valeur des immeubles et les taux de chômage, ou de modifications des taux de défauts de paiement présumés sur le groupe de garanties ou des pertes prévues en cas de défaut. En outre, les procédures de saisie et la vente de maisons saisies sont plus longues que prévu en raison du nombre important de ces biens immobiliers. Il est difficile d'estimer l'incidence de ces retards, mais ceux-ci, selon leur importance, pourraient avoir une incidence défavorable sur notre portefeuille de titres adossés à des prêts hypothécaires résidentiels.

Au 30 septembre 2011, nos placements indirects dans des titres adossés à des prêts hypothécaires résidentiels à risque et à des prêts hypothécaires de type Alternative-A (« Alt-A ») s'élevaient à 127 millions de dollars et à 100 millions de dollars, respectivement, et représentaient conjointement environ 0,2 % du total de nos placements. Dans une proportion de 90 %, ces placements ont été émis avant 2006 ou sont assortis de la notation AAA. Les prêts hypothécaires de type Alt-A sont des prêts hypothécaires résidentiels consentis à des emprunteurs dont le profil de crédit se situe entre le profil à haut risque et le profil à faible risque.

Prêts hypothécaires et autres prêts
Au 30 septembre 2011, nous avions des prêts hypothécaires et autres prêts totalisant 27,3 milliards de dollars. Notre portefeuille de prêts hypothécaires chiffré à 13,6 milliards de dollars est presque entièrement constitué de prêts de premier rang.

Prêts hypothécaires et autres prêts par pays (en millions de dollars)

       
  30 septembre 2011   31 décembre 2010
  Prêts
hypothécaires
    Autres prêts     Total     Prêts
hypothécaires
    Autres prêts     Total
Canada 7 560     9 263     16 823     7 439     8 902     16 341
États-Unis 5 978     2 826     8 804     5 815     2 458     8 273
Royaume-Uni 25     234     259     48     183     231
Autres -     1 401     1 401     -     1 189     1 189
Total 13 563     13 724     27 287     13 302     12 732     26 034

Aux États-Unis, la reprise graduelle du marché des biens immobiliers commerciaux se poursuit, mais elle est touchée par une disparité entre les biens immobiliers de base stabilisés du marché primaire et les actifs de moindre qualité ou situés dans les marchés secondaires. Les taux de capitalisation se sont stabilisés pour les biens immobiliers de qualité bien situés et loués. Malgré l'amélioration de l'ensemble de l'économie, la croissance prolongée de la demande dans le secteur immobilier dépendra de la création d'emplois, toujours stagnante. En raison de la durée du ralentissement économique, de nombreux emprunteurs ont épuisé leurs ressources financières, ce qui s'est traduit par une hausse des défauts de paiement et des prêts douteux. Ces prêts sont répartis entre les différents types de biens immobiliers et secteurs géographiques.

Les tableaux suivants présentent les prêts hypothécaires et les autres prêts, classés selon la qualité du crédit, au 30 septembre 2011 et au 31 décembre 2010. Au 30 septembre 2011, notre portefeuille de prêts hypothécaires était composé principalement de prêts hypothécaires commerciaux d'une valeur comptable de 13,3 milliards de dollars et comptait environ 3 800 prêts, ce qui se rapproche des niveaux du 31 décembre 2010. Les prêts hypothécaires commerciaux visent notamment des immeubles de détail, des immeubles de bureaux, des immeubles d'habitation collective, des biens immobiliers industriels et des terrains. Le ratio prêt/valeur moyen pondéré de notre portefeuille de prêts hypothécaires commerciaux est d'environ 60 %. Le ratio de couverture de la dette moyen pondéré estimatif est de 1,6 fois, ce qui se rapproche des niveaux du 31 décembre 2010. La Société canadienne d'hypothèques et de logement assure 23 % du portefeuille canadien de prêts hypothécaires commerciaux.

Prêts hypothécaires et prêts échus ou ayant subi une dépréciation (en millions de dollars)

  30 septembre 2011
  Valeur comptable brute   Provision pour pertes
  Prêts
hypothécaires
    Autres
prêts
    Total     Prêts
hypothécaires
    Autres
prêts
    Total
Non échus 13 129     13 665     26 794     -     -     -
Échus :                                  
  Échus depuis moins de 90 jours -     -     -     -     -     -
  Échus depuis 90 à 179 jours -     -     -     -     -     -
  Échus depuis 180 jours ou plus -     -     -     -     -     -
Ayant subi une dépréciation 627     118     745     193 (1)     59     252
Total 13 756     13 783     27 539     193     59     252
(1)  Comprend des provisions sectorielles de 70 millions de dollars

  31 décembre 2010
  Valeur comptable brute   Provision pour pertes
  Prêts
hypothécaires
    Autres
prêts
    Total     Prêts
hypothécaires
    Autres
prêts
    Total
Non échus     12 824     12 667     25 491         -     -     -
Échus :                                
  Échus depuis moins de 90 jours 73     -     73     -     -     -
  Échus depuis 90 à 179 jours -     -     -     -     -     -
  Échus depuis 180 jours ou plus -     -     -     -     -     -
Ayant subi une dépréciation 599     136     735     194(2)     71     265
Total 13 496     12 803     26 299     194     71     265
(2)  Comprend des provisions sectorielles de 76 millions de dollars

Le montant des prêts hypothécaires et des autres prêts ayant subi une dépréciation, déduction faite des provisions pour pertes, se chiffrait à 493 millions de dollars au 30 septembre 2011, soit 23 millions de dollars de plus qu'au 31 décembre 2010. La valeur comptable brute des prêts hypothécaires ayant subi une dépréciation a augmenté de 28 millions de dollars pour atteindre 627 millions de dollars au 30 septembre 2011. Environ 90 % des prêts hypothécaires ayant subi une dépréciation sont aux États-Unis.

En plus des provisions imputées à la valeur comptable des prêts hypothécaires et des autres prêts, nous avions une provision de 3 105 millions de dollars visant à couvrir les défauts de paiement éventuels futurs sur la durée de vie de nos passifs relatifs aux contrats d'assurance, au 30 septembre 2011, soit un montant supérieur au montant de 2 860 millions de dollars, au 31 décembre 2010, en raison principalement de la diminution des taux d'intérêt et de la dépréciation du dollar canadien par rapport aux devises. Lorsqu'un actif est radié du bilan ou vendu, tout montant visant à couvrir les défauts de paiement éventuels futurs sur les passifs relatifs aux contrats d'assurance liés à cet actif est libéré et inscrit au résultat. Cette provision de 3 105 millions de dollars visant à couvrir les défauts de paiement éventuels futurs exclut la tranche de la provision qui peut être répartie entre les titulaires de contrat avec participation et les provisions visant à couvrir les diminutions de valeur éventuelles des titres de capitaux propres et des immeubles soutenant les passifs relatifs aux contrats d'assurance.

Instruments financiers dérivés
Les valeurs relatives à nos instruments dérivés sont présentées dans le tableau suivant. L'utilisation d'instruments dérivés est évaluée en termes de montants nominaux de référence qui servent à calculer les paiements, mais ces montants ne correspondent généralement pas aux montants réels qui sont échangés.

Instruments financiers dérivés (en millions de dollars)

           
    30 septembre 2011     31 décembre 2010
Juste valeur nette     1 071     930
Montant nominal de référence total     46 072     43 814
Montant en équivalent-crédit     816     1 238
Montant en équivalent-crédit pondéré en fonction des risques     6     9

     

Le montant nominal de référence total a augmenté pour atteindre 46,1 milliards de dollars au 30 septembre 2011, comparativement à 43,8 milliards de dollars à la fin de 2010. Cette augmentation s'explique par une hausse des contrats sur taux d'intérêt, sur taux de change et sur actions. La juste valeur nette a augmenté pour atteindre 1,1 milliard de dollars au 30 septembre 2011, comparativement à 930 millions de dollars à la fin de l'exercice 2010. Cette variation s'explique principalement par l'incidence de la diminution des taux d'intérêt sur les contrats sur taux d'intérêt, ainsi que par l'incidence de l'augmentation des positions vendeur sur les contrats à terme standardisés sur actions découlant des reculs enregistrés par l'ensemble des marchés.

Les valeurs des placements et les ratios présentés dans cette section sont fondés sur la valeur comptable des catégories d'actifs respectives. La valeur comptable des placements disponibles à la vente et des placements à la juste valeur par le biais du résultat net est généralement égale à leur juste valeur. Dans l'éventualité d'un défaut de paiement, si les montants recouvrés sont insuffisants pour couvrir les flux de trésorerie liés aux passifs relatifs aux contrats d'assurance connexes que les actifs doivent soutenir, l'exposition au risque de crédit pourrait être supérieure à la valeur comptable des actifs.

Gestion du capital et liquidité
Nous nous sommes dotés d'une politique conçue pour assurer le maintien d'une situation solide sur le plan du capital et pour générer la souplesse nécessaire pour tirer parti des occasions de croissance, gérer le risque lié à nos activités et optimiser le rendement pour les actionnaires. Notre capital est structuré de manière à dépasser les cibles réglementaires et internes en matière de capital et à nous permettre de maintenir d'excellentes notations de crédit, tout en conservant une structure du capital efficace et les ratios de capital voulus. Le capital de nos filiales est géré en tenant compte du profil de risque propre à chacune d'entre elles.

Nous préparons chaque année un plan en matière de capital qui prévoit des options en matière de capital et de financement et des politiques en matière de dividendes. Ce plan est examiné par notre conseil d'administration. Le capital fait régulièrement l'objet d'examens pour évaluer l'incidence potentielle en fonction de divers scénarios qui touchent les activités, les taux d'intérêt et les marchés des actions. Les éléments pertinents des examens du capital sont présentés chaque trimestre au conseil d'administration.

Nous gérons notre capital sur une base consolidée, en vertu de principes qui tiennent compte de tous les risques liés à nos activités, ainsi qu'au niveau de chaque organisation, en vertu de principes appropriés dans les territoires où elle est présente.

Notre structure de gestion du risque comprend plusieurs mécanismes de gestion du risque de liquidité, notamment l'application de tests de résistance, une surveillance continue et l'élaboration de plans d'urgence à l'égard des liquidités. Nous maintenons un profil de liquidité global de l'actif à un niveau qui dépasse les exigences en matière de financement des obligations à vue dont nous devons nous acquitter selon divers scénarios internes défavorables concernant les obligations à vue. Par ailleurs, nous gérons activement et surveillons de près l'appariement de nos actifs et de nos engagements ainsi que la diversification et la qualité de nos placements par rapport aux objectifs établis.

Les rentrées de fonds liées aux activités opérationnelles, notamment les primes, les honoraires de nos activités liées aux actifs et les produits nets tirés des placements, constituent notre principale source de capitaux. Ces capitaux servent principalement à payer les prestations prévues par les contrats, les participations attribuées aux titulaires de contrat, les règlements, les commissions, les charges opérationnelles, les charges d'intérêts et les dividendes aux actionnaires. Les flux de trésorerie provenant des activités opérationnelles sont généralement affectés aux paiements qui doivent être effectués ultérieurement, y compris le paiement des dividendes aux actionnaires.

La Sun Life du Canada, principale filiale de la Compagnie en exploitation au Canada, est assujettie aux règles relatives au MMPRCE du Bureau du surintendant des institutions financières Canada (le « BSIF »). Le calcul du ratio du MMPRCE prévoit l'utilisation de modèles admissibles ou l'application de facteurs quantitatifs à certains actifs et passifs en fonction d'un certain nombre d'éléments de risque pour atteindre le capital requis et la comparaison du capital requis avec le capital disponible afin d'évaluer la suffisance du capital. Le ratio du MMPRCE de la Sun Life du Canada au 30 septembre 2011 était de 210 %, comparativement à 228 % au 31 décembre 2010. Le ratio du MMPRCE de la Sun Life du Canada au troisième trimestre de 2011 a subi l'incidence défavorable des reculs marqués des marchés des actions et des taux d'intérêt.

Le 11 juillet 2011, la Financière Sun Life inc. a remboursé la totalité des débentures à taux variable différé de 5,00 % non garanties de premier rang de série C en circulation, d'un montant en capital de 300 millions de dollars et venant à échéance en 2031. Le 12 août 2011, la Financière Sun Life inc. a conclu un appel public à l'épargne au Canada visant le placement d'actions privilégiées à dividende non cumulatif et à taux rajusté de catégorie A, série 10R pour un montant de 200 millions de dollars, au prix de 25,00 $ l'action et procurant un rendement annuel de 3,90 %. Le 23 août 2011, la Financière Sun Life inc. a conclu un appel public à l'épargne au Canada visant le placement de débentures non garanties de premier rang de série E à 4,57 % échéant en 2021, pour un montant de 300 millions de dollars.

La Financière Sun Life a l'intention de racheter, le 31 décembre 2011, la totalité des titres échangeables de la Fiducie de capital Sun Life de série A en circulation.

Cotes de solidité financière
Les agences de notation indépendantes attribuent aux titres émis par les sociétés des notations de crédit et des cotes de solidité financière. Les notations de crédit attribuées aux titres émis par la FSL inc. et ses filiales sont expliquées à la rubrique « Cotes de crédit » de la notice annuelle de la FSL inc. pour l'exercice 2010.

Les cotes de solidité financière attribuées ont pour but de fournir un avis indépendant sur la qualité du crédit et la solidité financière d'une organisation. Chaque agence de notation a élaboré sa propre méthode d'évaluation et de notation des compagnies d'assurance-vie. Le tableau suivant présente un sommaire des cotes de solidité financière et de capacité de paiement des règlements pour les deux principales filiales en exploitation de la FSL inc. au 30 septembre 2011.

      Standard & Poor's       Moody's       A.M. Best       DBRS
Sun Life du Canada, compagnie d'assurance-vie     AA-       Aa3       A+       IC-1
Sun Life Assurance Company of Canada (U.S.)     AA-       Aa3       A+        

Le 18 octobre 2011, Moody's Investors Service a placé la cote de solidité financière de la Sun Life Assurance Company of Canada (U.S.) sous examen en vue d'une possible réduction. Moody's a confirmé la cote de solidité financière en assurance de Aa3 de la Sun Life du Canada, compagnie d'assurance-vie, mais a changé sa perspective à l'endroit de la filiale, la faisant passer de stable à négative. Le 26 octobre 2011, A.M. Best a placé les cotes de solidité financière et de crédit de la Sun Life du Canada et de la Sun Life Assurance Company of Canada (U.S.) sous examen avec perspectives négatives. Les autres agences de notation présentées dans le tableau ci-dessus ont attribué une perspective stable à la solidité financière de la Sun Life du Canada et de la Sun Life Assurance Company of Canada (U.S.).

Gestion des risques d'entreprise
Nous avons établi un cadre de gestion des risques d'entreprise qui nous permet de classer par catégorie, de surveiller et de gérer les divers risques auxquels nous sommes exposés. Les principales catégories de risques définies sont les suivantes : risque de crédit, risque de marché, risque d'assurance, risque opérationnel et risque stratégique. Le risque opérationnel couvre une large gamme de risques, notamment les risques juridiques et réglementaires, ainsi que les risques liés au personnel, aux systèmes et aux méthodes.

Nous appliquons de façon continue des méthodes de gestion des risques d'entreprise qui consistent à passer en revue les différents facteurs de risque pris en compte dans la structure établie et à communiquer les résultats de ces analyses à la haute direction et au comité d'examen des risques du conseil d'administration au moins une fois par trimestre. Nos méthodes de gestion des risques d'entreprise et les facteurs de risque sont décrits dans notre rapport de gestion annuel et notre notice annuelle.

Sensibilités au risque de marché
Notre résultat subit l'incidence de l'évaluation de nos obligations envers les titulaires de contrat aux termes des contrats d'assurance et de rentes. Ces montants sont déterminés d'après des modèles d'évaluation internes et sont comptabilisés dans nos états financiers consolidés principalement comme passifs relatifs aux contrats d'assurance. L'évaluation de ces obligations exige de la direction qu'elle pose des hypothèses en ce qui concerne le niveau futur du rendement des marchés des actions, des taux d'intérêt et d'autres facteurs pour la période d'existence de ces contrats. Les états financiers tiennent compte des différences entre nos résultats réels et les meilleures estimations à l'égard de nos hypothèses.

Les sensibilités du bénéfice net et du MMPRCE aux fluctuations des taux d'intérêt se sont accrues par rapport aux niveaux présentés pour le trimestre précédent, ce qui reflète l'important recul des taux d'intérêt observé, qui a donné lieu à une accentuation de l'exposition relative aux garanties de taux d'intérêt minimaux. Comme ces sensibilités sont calculées en fonction d'une courbe de rendement de départ moins élevée, l'incidence d'une autre baisse de 1 % des taux d'intérêt est également accrue en raison de l'incidence de l'actualisation et de la convexité.

La valeur de marché de nos titres à revenu fixe et de nos titres de capitaux propres fluctue en fonction des mouvements des taux d'intérêt et des marchés des actions. La valeur de marché des titres à revenu fixe désignés comme disponibles à la vente et détenus principalement dans notre excédent augmente ou diminue en fonction de la hausse ou du recul des taux d'intérêt. De façon similaire, la valeur de marché des titres de capitaux propres désignés comme disponibles à la vente et détenus principalement dans notre excédent augmente ou diminue en fonction de la hausse ou du recul des marchés des actions. Les variations de la valeur de marché des actifs disponibles à la vente sont inscrites dans les autres éléments du bénéfice global et ne sont comptabilisées dans le bénéfice net qu'à leur réalisation au moment de la vente, ou lorsque les actifs sont considérés comme s'étant dépréciés. Le montant du profit réalisé ou de la perte réalisée comptabilisé dans le bénéfice net pour une période donnée dépend du montant initial du profit latent ou de la perte latente ou du montant inscrit dans les autres éléments du bénéfice global au début de la période, ainsi que de la variation de la valeur de marché au cours de la période et ce jusqu'au moment de la vente, pour les actifs vendus. La vente d'actifs disponibles à la vente détenus dans l'excédent peut par conséquent donner lieu à une modification de la sensibilité du bénéfice net.

Au cours du troisième trimestre, nous avons réalisé un profit net (avant impôt) de 39 millions de dollars à la vente d'actifs disponibles à la vente. Au 30 septembre 2011, le profit net latent et le montant inscrit aux autres éléments du bénéfice global au titre des titres à revenu fixe et des titres de capitaux propres disponibles à la vente étaient de 270 millions de dollars et de 39 millions de dollars, respectivement, après impôt.

Le tableau suivant présente l'incidence immédiate estimative ou la sensibilité du bénéfice net et des autres éléments du bénéfice global de la Compagnie et du ratio du MMPRCE de la Sun Life du Canada qui résulteraient de certaines fluctuations soudaines des taux d'intérêt et des cours des marchés des actions au 30 septembre 2011.

Sensibilités aux taux d'intérêt et aux marchés des actions

Au 30 septembre 2011          
  Bénéfice net(3)
(en millions de dollars)
    Augmentation (diminution) des
autres éléments du bénéfice global
après impôt (en millions de dollars)(4)
MMPRCE(5)
Variations des taux d'intérêt(1)  
  Augmentation de 1 % De 225 à 325     De (300) à (400) Augmentation maximale de
10 points de pourcentage
  Diminution de 1 % De (425) à (525)     De 325 à 425 Diminution maximale de
15 points de pourcentage
         
Variations des marchés des actions(2)  
  Augmentation de 10 % De 75 à 125     De 25 à 75 Augmentation maximale de
5 points de pourcentage
  Diminution de 10 % De (150) à (200)     De (25) à (75) Diminution maximale de
5 points de pourcentage
           
  Augmentation de 25 % De 75 à 175     De 100 à 200 Variation maximale de
5 points de pourcentage
  Diminution de 25 % De (575) à (675)     De (100) à (200) Diminution maximale de
10 points de pourcentage
         
Au 31 décembre 2010  
  Bénéfice net(3)
(en millions de dollars)
    Augmentation (diminution) des autres
éléments du bénéfice global après impôt
(en millions de dollars)(4)
MMPRCE(5)
Variations des taux d'intérêt(1)  
  Augmentation de 1 % De 50 à 150     De (300) à (400) Augmentation maximale de
8 points de pourcentage
  Diminution de 1 % De (150) à (250)     De 325 à 425 Diminution maximale de
10 points de pourcentage
           
Variations des marchés des actions(2)  
  Augmentation de 10 % De 25 à 75     De 25 à 75 Augmentation maximale de
5 points de pourcentage
  Diminution de 10 % De (125) à (175)     De (25) à (75) Diminution maximale de
5 points de pourcentage
         
  Augmentation de 25 % De 50 à 150     De 100 à 200 Augmentation maximale de
5 points de pourcentage
  Diminution de 25 % De (475) à (575)     De (100) à (200) Diminution maximale de
10 points de pourcentage
(1)  Variation uniforme de 1 % des taux d'intérêt présumés sur l'ensemble de la courbe de rendement au 30 septembre 2011 et au 31 décembre 2010, respectivement. Les variations des rendements réalisés découlant de différences au chapitre de la durée à courir jusqu'à l'échéance, des catégories d'actifs, des écarts de taux et des cotes pourraient donner lieu à des sensibilités réelles qui diffèrent de façon importante des sensibilités présentées ci-dessus.
(2)   Variation sur tous les marchés des actions au 30 septembre 2011 et au 31 décembre 2010, respectivement. En présumant que les risques liés aux marchés des actions suivent de façon constante et précise l'ensemble des marchés des actions. Étant donné qu'en pratique, les risques réels liés aux marchés des actions diffèrent généralement de l'ensemble des indices boursiers (en raison de l'incidence de la gestion active, du risque de corrélation et d'autres facteurs), les sensibilités réelles pourraient différer considérablement de celles présentées ci-dessus.
(3)   Les sensibilités au risque de marché tiennent compte de l'effet d'atténuation prévu de nos programmes de couverture en vigueur au 30 septembre 2011 et au 31 décembre 2010, respectivement, et elles tiennent également compte des affaires nouvelles et des modifications apportées aux produits au cours des périodes respectives.
(4)   Une partie des actifs désignés comme disponibles à la vente doit soutenir certains passifs relatifs aux titulaires de contrat, et tout profit ou toute perte réalisés sur ces titres donneraient lieu à une augmentation ou à une diminution correspondante des provisions techniques.
(5)   Les sensibilités du MMPRCE illustrent l'incidence sur le ratio du MMPRCE de la Sun Life du Canada au 30 septembre 2011 et au 31 décembre 2010, respectivement. Sont exclues les incidences sur les actifs et les passifs qui sont inclus pour la Financière Sun Life mais non pour la Sun Life du Canada.

Garanties liées aux rentes à capital variable et aux fonds distincts
Environ 80 % à 90 % de notre sensibilité au risque lié aux marchés des actions a trait aux produits de fonds distincts de la FSL Canada, aux produits de rentes à capital variable de la FSL États-Unis et à nos activités de réassurance fermées présentées dans le secteur de l'Organisation internationale. Ces produits fournissent des garanties liées au rendement des fonds sous-jacents qui peuvent s'appliquer en cas de décès, d'arrivée à échéance, de retrait ou de conversion en rente.

Les tableaux suivants présentent de l'information sur les garanties fournies relativement aux rentes à capital variable et aux fonds distincts.

  30 septembre 2011
  Valeur des fonds     Montant du risque(1)     Valeur des garanties(2)     Passifs relatifs aux
contrats d'assurance(3)
FSL Canada 11 456     849     11 508     552
FSL États-Unis 24 459     3 910     28 039     1 558
Activités de réassurance fermées(4) 2 522     712     2 397     584
Total 38 437     5 471     41 944     2 694

  31 décembre 2010
  Valeur des fonds     Montant du risque(1)     Valeur des garanties(2)     Passifs relatifs aux
contrats d'assurance(3)
FSL Canada 12 494     300     11 347     116
FSL États-Unis 23 923     2 064     25 697     221
Activités de réassurance fermées(4) 3 070     642     2 614     403
Total 39 487     3 006     39 658     740
(1)     Le « montant du risque » correspond à l'excédent de la valeur des garanties sur la valeur des fonds pour tous les contrats lorsque la valeur des garanties excède la valeur des fonds. Le montant du risque n'est pas exigible puisque les garanties sont payables seulement en cas de décès, d'arrivée à échéance, de retrait ou de conversion en rente si la valeur des fonds demeure inférieure à la valeur des garanties.
(2)   Pour les garanties de retrait à vie, la « valeur des garanties » correspond à la valeur actualisée des retraits futurs maximaux, en présumant que les conditions des marchés demeurent inchangées par rapport aux conditions actuelles. La valeur de toutes les autres garanties est déterminée en présumant que la totalité des règlements sont effectués à la date d'évaluation.
(3)   Les passifs relatifs aux contrats d'assurance représentent les provisions de la direction pour les coûts futurs liés à ces garanties, conformément aux notes d'orientation concernant la comptabilité, et comprennent une provision pour écart défavorable conformément aux normes d'évaluation.
(4)     Les activités de réassurance fermées comprennent les risques pris en charge au moyen de la réassurance de produits de rentes à capital variable émis par différentes compagnies d'assurance d'Amérique du Nord entre 1997 et 2001. Cette branche d'activité a été abandonnée et fait partie d'un portefeuille de contrats de réassurance fermé qui est inclus dans le secteur de l'Organisation internationale.

Les variations des éléments présentés dans les tableaux précédents entre le 31 décembre 2010 et le 30 septembre 2011 s'expliquent principalement par ce qui suit :

(i)      La diminution de la valeur des fonds en raison de l'incidence défavorable des fluctuations des marchés des actions, partiellement contrebalancée par la dépréciation du dollar canadien par rapport aux devises et par les souscriptions de nouveaux contrats;
(ii)      L'augmentation du montant du risque en raison des fluctuations défavorables des marchés des actions;
(iii)      L'augmentation de la valeur des garanties découlant des souscriptions nettes de nouveaux contrats et de la dépréciation du dollar canadien par rapport aux devises, comparativement aux taux de change en vigueur à la clôture de la période précédente;
(iv)      L'augmentation des passifs relatifs aux contrats d'assurance en raison des fluctuations défavorables des marchés des actions et des taux d'intérêt.

Le coût final de l'offre de garanties relativement à nos contrats de rentes à capital variable et de fonds distincts est incertain et dépendra d'un certain nombre de facteurs, notamment des conditions générales des marchés financiers, du comportement des titulaires de contrat et des résultats au chapitre de la mortalité et chacun de ces facteurs pourrait avoir une incidence négative sur le bénéfice net et le capital.

Programme de couverture des actions pour les contrats de rentes à capital variable et de fonds distincts
Nous avons mis en œuvre des programmes de couverture qui prévoient le recours à des instruments dérivés afin d'atténuer une partie de la volatilité liée aux marchés des actions à l'égard des coûts liés à la fourniture de ces garanties, réduisant ainsi notre exposition à cette catégorie précise de risque lié aux marchés des actions. Au 30 septembre 2011, plus de 90 % du total de nos contrats de rentes à capital variable et de fonds distincts, évalués selon les valeurs des fonds associés, étaient couverts par un programme de couverture des actions. Ce programme de couverture réduit d'environ 60 % à 70 % la sensibilité de notre bénéfice net aux reculs des marchés des actions ayant trait à des contrats de rentes à capital variable et à des contrats de fonds distincts. Une part importante des contrats sont couverts par le programme de couverture des actions, mais notre exposition au risque lié aux marchés des actions sur ces contrats n'est pas entièrement couverte. Pour les contrats de rentes à capital variable et de fonds distincts couverts par le programme de couverture des actions, nous couvrons généralement la juste valeur des coûts nets futurs prévus des règlements et une partie des frais liés aux contrats puisque nous nous concentrons principalement sur la couverture des coûts économiques prévus découlant des garanties fournies relativement aux fonds distincts et aux rentes à capital variable. Le tableau suivant illustre l'incidence de notre programme de couverture relativement à notre sensibilité à des diminutions de 10 % et de 25 % des marchés des actions pour les contrats de rentes à capital variable et de fonds distincts.

Incidence du programme de couverture des actions pour les contrats de rentes à capital variable et de fonds distincts (en millions de dollars)

    30 septembre 2011
Bénéfice net(1)   Diminution de 10 %(2)     Diminution de 25 %(2)
Avant couverture   (500) - (550)     (1 500) - (1 600)
Incidence de la couverture des actions   375 - 425     950 - 1 050
Déduction faite de la couverture des actions   (100) - (150)     (500) - (600)
(1)   Comme la juste valeur des prestations couverte diffère généralement de la valeur inscrite aux états financiers (en raison des différentes méthodes d'évaluation et de l'inclusion des marges d'évaluation relativement aux valeurs inscrites aux états financiers), cette méthode se traduira par l'inscription au résultat et dans le capital déclarés d'une valeur correspondant à la volatilité résiduelle découlant de perturbations des marchés des actions. La disponibilité générale et le coût de ces instruments de couverture peuvent subir l'incidence défavorable de certains facteurs, notamment la volatilité, la détérioration des marchés des actions et la diminution des taux d'intérêt.
(2)  Variation respective sur tous les marchés des actions au 30 septembre 2011. En présumant que les risques liés aux marchés des actions suivent de façon constante et précise l'ensemble des marchés des actions. Étant donné qu'en pratique, les risques réels liés aux marchés des actions diffèrent généralement de l'ensemble des indices boursiers (en raison de l'incidence de la gestion active, du risque de corrélation et d'autres facteurs), les sensibilités réelles pourraient différer considérablement de celles présentées ci-dessus.

Risque lié aux biens immobiliers
Nous sommes exposés au risque lié aux biens immobiliers découlant des fluctuations de la juste valeur ou des flux de trésorerie futurs liés aux biens immobiliers classés à titre d'immeubles de placement. Il est possible que nous constations des pertes financières découlant de la propriété directe de placements immobiliers, ou indirectement par le truchement de placements à revenu fixe garantis par des biens immobiliers, de droits de tenure à bail, de loyers fonciers ainsi que d'opérations d'achat et de cession-bail. Le risque de prix lié aux biens immobiliers peut découler de conditions des marchés externes, d'une analyse inadéquate d'un immeuble, d'une couverture d'assurance insuffisante, de l'évaluation inappropriée des biens immobiliers ou de l'exposition au risque environnemental. Nous détenons des participations directes dans des biens immobiliers qui soutiennent des passifs du compte général et l'excédent, et les fluctuations de leur juste valeur auront une incidence sur notre rentabilité et sur notre situation financière. Une diminution de 10 % de la valeur de nos placements immobiliers directs viendrait diminuer notre bénéfice net d'environ 100 millions de dollars à 150 millions de dollars. Réciproquement, une augmentation de 10 % de la valeur de nos placements immobiliers directs viendrait augmenter notre bénéfice net de 100 millions de dollars à 150 millions de dollars.

Sensibilités aux marchés des actions, aux taux d'intérêt et aux prix des biens immobiliers - mise en garde additionnelle et hypothèses clés
Les renseignements concernant nos sensibilités au risque de marché constituent de l'information prospective. Il s'agit de mesures de la sensibilité estimative de notre bénéfice net et des autres éléments de notre bénéfice global aux fluctuations des taux d'intérêt et des cours des marchés des actions présentées ci-dessus, en fonction des taux d'intérêt, des cours des marchés des actions et de la répartition des activités aux dates de calcul respectives. Ces sensibilités sont évaluées séparément pour chaque facteur de risque, en présumant généralement que toutes les autres variables liées aux risques demeurent constantes. Les sensibilités ne tiennent pas compte des incidences indirectes comme les incidences potentielles sur la dépréciation du goodwill ou la réduction de valeur actuellement applicable aux actifs d'impôt différé. Les résultats réels peuvent différer considérablement de ces estimations pour plusieurs raisons, notamment les différences dans la structure et la distribution des tensions à l'égard du marché, l'interaction entre ces facteurs de risque, les erreurs de modélisation ou les modifications des autres hypothèses comme la répartition des activités, les taux d'imposition effectifs, le comportement des titulaires de contrat, les taux de change et les autres variables du marché liées à ces hypothèses sous-jacentes au calcul de ces sensibilités. L'écart potentiel entre les résultats réels et les fourchettes indicatives présentées est généralement accentué par des fluctuations plus importantes des marchés des actions. Nos sensibilités au 31 décembre 2010 ont été incluses aux présentes à des fins comparatives seulement.

Nous avons également fourni des mesures de la sensibilité de notre bénéfice net aux prix des biens immobiliers, ainsi que des sensibilités du capital aux variations des taux d'intérêt et des cours des marchés des actions. Ces sensibilités constituent également de l'information prospective, et les sensibilités du MMPRCE sont des mesures financières non définies par les IFRS. Les mises en garde de la présente rubrique s'appliquent également aux sensibilités des biens immobiliers et du MMPRCE. Plus particulièrement, ces sensibilités sont fondées sur les taux d'intérêt, les cours des marchés des actions et les prix des biens immobiliers aux dates de calcul respectives, en présumant que toutes les autres variables liées aux risques demeurent constantes. Des fluctuations des taux d'intérêt, des cours des marchés des actions et des prix des biens immobiliers au-delà des variations présentées pourraient donner lieu à une variation de l'incidence autre qu'une variation proportionnelle.

Les sensibilités reflètent la composition de nos actifs et de nos passifs au 30 septembre 2011 et au 31 décembre 2010. Des changements de ces positions par suite de nouvelles souscriptions ou d'échéances, de l'achat ou de la vente d'actifs ou d'autres mesures prises par la direction pourraient donner lieu à d'importants changements aux sensibilités présentées. Plus particulièrement, ces sensibilités reflètent l'incidence prévue des activités de couverture en fonction des actifs couverts et des programmes de couverture en place aux dates de calcul. L'incidence réelle de ces activités de couverture peut différer considérablement de l'incidence prévue lors de la détermination des sensibilités indicatives en raison des activités continues de rééquilibrage des couvertures, des modifications de l'envergure et de la portée des activités de couverture, des variations du coût ou de la disponibilité générale des instruments de couverture, du risque de corrélation (le risque que les couvertures ne reproduisent pas de façon exacte les résultats des portefeuilles sous- jacents), du risque de modèle et des autres risques opérationnels associés à la gestion continue des programmes de couverture ou encore de l'incapacité potentielle des contreparties à l'égard de la couverture de s'exécuter comme il était prévu.

Les sensibilités sont évaluées en fonction de méthodes et d'hypothèses en vigueur en date du 30 septembre 2011 et du 31 décembre 2010, selon le cas. Des modifications apportées à l'environnement de réglementation, aux méthodes d'évaluation comptable ou actuarielle, aux modèles ou aux hypothèses après cette date pourraient donner lieu à d'importantes modifications aux sensibilités présentées. Des fluctuations des taux d'intérêt et des cours des marchés des actions au-delà des fourchettes présentées pourraient donner lieu à une variation de l'incidence autre qu'une variation proportionnelle.

Nos programmes de couverture peuvent eux-mêmes nous exposer à d'autres risques comme le risque de corrélation (le risque que les couvertures ne reproduisent pas de façon exacte les résultats des portefeuilles sous- jacents) et le risque de crédit lié aux contreparties, et à une augmentation des risques de liquidité, de modèle et des autres risques opérationnels, comme il est expliqué à la rubrique « Facteurs de risque » dans notre notice annuelle de 2010. Ces facteurs peuvent avoir une incidence défavorable sur l'efficacité nette, les coûts et la viabilité financière du maintien de ces programmes de couverture et, par conséquent, une incidence défavorable sur notre rentabilité et notre situation financière. Bien que nos programmes de couverture comprennent divers éléments destinés à atténuer ces effets (par exemple, le risque de crédit lié aux contreparties qui est géré grâce à une grande diversification, en faisant principalement affaire avec des contreparties affichant une excellente cote de crédit et en négociant conformément à des accords de l'International Swaps and Derivatives Association, Inc. habituellement assortis d'annexes sur le soutien du crédit), un risque résiduel persiste et la volatilité du résultat et du capital déclarés est toujours possible.

Pour les raisons susmentionnées, ces sensibilités devraient être perçues uniquement comme des estimations directionnelles quant à la sensibilité sous-jacente de chacun des facteurs de ces hypothèses spécialisées et ne devraient pas être interprétées comme des prévisions des sensibilités de notre bénéfice net, des autres éléments de notre bénéfice global et de notre capital futurs. Étant donné la nature de ces calculs, nous ne pouvons donner aucune garantie que l'incidence réelle sera de l'ordre de celle présentée ici.

L'information concernant la sensibilité au risque de marché ainsi que les garanties liées aux produits de rentes à capital variable et de fonds distincts doit être lue en parallèle avec l'information figurant aux rubriques « Perspectives », « Conventions et estimations comptables critiques » et « Gestion du risque » de notre rapport de gestion annuel ainsi qu'aux rubriques « Facteurs de risque » et « Questions d'ordre réglementaire » de notre notice annuelle.

Questions d'ordre juridique et réglementaire
De plus amples renseignements concernant les questions d'ordre juridique et réglementaire sont fournis dans nos états financiers consolidés, notre rapport de gestion annuel et notre notice annuelle pour l'exercice 2010.

Modifications comptables futures
En octobre 2010, l'International Accounting Standards Board (l'« IASB ») a publié des amendements à IFRS 7, Instruments financiers : informations à fournir. Ces amendements ont trait aux informations à fournir à l'égard des transferts d'actifs financiers et favoriseront la transparence dans la présentation de ces transactions, notamment celles qui prévoient la titrisation d'actifs financiers. Les exigences modifiées en matière d'informations à fournir seront applicables en 2012, et nous évaluons actuellement l'incidence qu'auront ces amendements sur nos états financiers consolidés.

En décembre 2010, l'IASB a publié des amendements à IAS 12, Impôts sur le résultat concernant l'impôt différé et le recouvrement des actifs sous-jacents. Les amendements fournissent une méthode d'évaluation des passifs d'impôt différé et des actifs d'impôt différé lorsque des immeubles de placement sont évalués à la juste valeur. Ces amendements entreront en vigueur le 1er janvier 2012. Nous évaluons actuellement l'incidence que ces amendements auront sur nos états financiers consolidés.

Au cours des neuf premiers mois de 2011, l'IASB a publié les normes et amendements aux normes ci-dessous, avec prise d'effet, pour nous, pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2013 : IAS 28, Participation dans des entreprises associées et coentreprises; IAS 27, États financiers consolidés et individuels (2008); IAS 19, Avantages du personnel; IAS 1, Présentation des états financiers; IFRS 9, Instruments financiers; IFRS 10, États financiers consolidés; IFRS 11, Accords conjoints; IFRS 12, Informations à fournir sur les participations dans les autres entités; et IFRS 13, Évaluation à la juste valeur. L'IASB a publié un exposé-sondage proposant de reporter la date de prise d'effet d'IFRS 9, Instruments financiers, aux exercices ouverts à compter du 1er janvier 2015. Nous évaluons actuellement l'incidence que ces normes et amendements auront sur nos états financiers consolidés.

Contrôle interne à l'égard de l'information financière
Il incombe à la direction de mettre en place et de maintenir un contrôle interne adéquat à l'égard de l'information financière afin de fournir une assurance raisonnable que l'information financière de la Compagnie est fiable et que ses états financiers ont été établis conformément aux IFRS.

Au cours de la période allant du 1er juillet 2011 au 30 septembre 2011, aucun changement concernant le contrôle interne à l'égard de l'information financière n'a eu, ou n'est raisonnablement susceptible d'avoir, une incidence importante sur le contrôle interne à l'égard de l'information financière de la Compagnie.

Utilisation de mesures financières non définies par les IFRS
La direction évalue la performance de la Compagnie en fonction de mesures financières établies conformément aux IFRS et de certaines mesures financières non définies par les IFRS. La direction estime que ces mesures financières non définies par les IFRS peuvent aider les investisseurs à comprendre notre performance et à comparer les résultats trimestriels et annuels de nos organisations. Ces mesures financières non définies par les IFRS ne font pas l'objet d'une définition normalisée et peuvent ne pas être comparables à des mesures semblables utilisées par d'autres sociétés. Pour certaines mesures financières non définies par les IFRS, il n'y a aucun montant calculé selon les IFRS qui soit directement comparable. Elles ne doivent pas être considérées comme une mesure de rechange aux mesures de performance financière établies conformément aux IFRS. Nos rapports de gestion annuels et intermédiaires ainsi que les dossiers de renseignements financiers supplémentaires disponibles à la section « Investisseurs - Résultats et rapports financiers » à l'adresse www.sunlife.com présentent des renseignements supplémentaires concernant ces mesures financières non définies par les IFRS, ainsi qu'un rapprochement avec les mesures selon les IFRS.

La direction mesure en partie le rendement de la Compagnie en fonction du bénéfice net opérationnel et de mesures financières fondées sur le bénéfice net opérationnel, notamment le bénéfice par action opérationnel et le rendement des capitaux propres opérationnel, qui excluent l'incidence de certaines couvertures de la FSL Canada qui ne remplissent pas les conditions requises pour la comptabilité de couverture selon les IFRS, les ajustements de la juste valeur de droits à des paiements fondés sur des actions émis par la MFS et certains éléments qui ne sont pas de nature opérationnelle et qui ne sont pas susceptibles de se reproduire. Le bénéfice par action opérationnel exclut également l'incidence dilutive de titres convertibles.

Le tableau ci-après présente les éléments exclus de notre bénéfice net opérationnel, de notre bénéfice par action opérationnel et de notre rendement des capitaux propres opérationnel, ainsi qu'un rapprochement entre ces montants et notre résultat calculé selon les IFRS.

Rapprochement du bénéfice net avec le bénéfice net opérationnel

  IFRS PCGR du Canada
  T3 11 T2 11 T1 11 T4 10 T3 10 T2 10 T1 10   T4 09
Bénéfice net (en millions de dollars) (621) 408 438 504 416 72 414   296
Profit (perte) après impôt sur ajustements :                  
Incidence de certaines couvertures de la FSL Canada qui ne remplissent pas les conditions requises pour la comptabilité de couverture (53) 9 (9) 43 37 (71) 1   -
Ajustements de la juste valeur de droits à des paiements fondés sur des actions émis par la MFS 4 (26) (25) (24) (24) (12) (21)   -
Bénéfice net opérationnel (perte nette opérationnelle) (572) 425 472 485 403 155 434   296
                   
Rapprochement du bénéfice par action avec le bénéfice par action opérationnel    
Bénéfice par action déclaré (dilué) (en dollars) (1,07) 0,68 0,73 0,84 0,70 0,13 0,70   0,52
Moins(1) :                  
  Incidence de certaines couvertures de la FSL Canada qui ne remplissent pas les conditions requises pour la comptabilité de couverture (0,09) 0,02 (0,02) 0,08 0,06 (0,12) -   -
  Ajustements de la juste valeur de droits à des paiements fondés sur des actions émis par la MFS 0,01 (0,04) (0,04) (0,04) (0,04) (0,02) (0,04)   -
Incidence des SLEECS sur le bénéfice dilué par action - (0,02) (0,03) (0,04) (0,03) - (0,03)   -
Bénéfice par action opérationnel (dilué) (0,99) 0,73 0,82 0,85 0,71 0,27 0,77   0,52
 
Rapprochement du rendement des capitaux propres avec le rendement des capitaux propres opérationnel
Rendement des capitaux propres déclaré (annualisé) (17,4) % 11,5 % 12,5 % 14,4 % 12,0 % 2,1 % 12,4 % 7,6 %
Moins :                                
  Incidence de certaines couvertures de la FSL Canada qui ne remplissent pas les conditions requises pour la comptabilité de couverture (1,5) % 0,3 % (0,3) % 1,2 % 1,1 % (2,1) % -   -  
  Ajustements de la juste valeur de droits à des paiements fondés sur des actions émis par la MFS 0,1 % (0,8) % (0,7) % (0,7) % (0,7) % (0,5) % (0,6) % -  
Rendement des capitaux propres opérationnel (annualisé) (16,0) % 12,0 % 13,5 % 13,9 % 11,6 % 4,7 % 13,0 % 7,6 %
(1)   Le total des ajustements pourrait être inexact en raison des écarts d'arrondissement.

La direction a également eu recours aux mesures financières non définies par les IFRS suivantes :

Produits ajustés. Les produits ajustés excluent l'incidence du change, la réassurance pour les activités assurées de la Division des garanties collectives de la FSL Canada, les activités de réassurance vie vendues au quatrième trimestre de 2010 et les variations de la juste valeur des actifs à la juste valeur par le biais du résultat net et des instruments dérivés.

Ratio de la marge opérationnelle avant impôt de la MFS. Ce ratio, dont le dénominateur exclut certains produits tirés des placements et inclut certaines commissions versées, sert à évaluer la rentabilité sous-jacente de la MFS.

Incidence du change. Plusieurs mesures financières conformes aux IFRS sont ajustées pour exclure l'incidence des fluctuations des taux de change.

Sensibilités aux marchés du MMPRCE. Les sensibilités aux marchés du MMPRCE sont des mesures financières non définies par les IFRS pour lesquelles il n'existe aucune mesure définie par les IFRS qui soit directement comparable. Il n'est pas possible de présenter un rapprochement entre ces montants et les mesures définies par les IFRS les plus directement comparables de façon prospective, car nous sommes d'avis qu'il est seulement possible de fournir les fourchettes d'hypothèses utilisées pour déterminer ces mesures non définies par les IFRS puisque les résultats réels peuvent fluctuer considérablement, à l'intérieur ou à l'extérieur de ces fourchettes, d'une période à l'autre.

Autres. La direction utilise également les mesures financières non définies par les IFRS suivantes pour lesquelles il n'existe aucune mesure définie par les IFRS qui soit directement comparable :

(i)      Les équivalents de primes, les souscriptions de parts de fonds communs de placement, les souscriptions de parts de fonds gérés et le total des primes et des encaissements;
(ii)      Les primes et encaissements ajustés, qui sont ajustés en fonction de l'incidence du change, de la réassurance pour les activités assurées de la Division des garanties collectives de la FSL Canada, ainsi que des activités de réassurance vie vendues au quatrième trimestre de 2010;
(iii)      L'actif géré, l'actif des fonds communs de placement, l'actif des fonds gérés et les autres éléments de l'actif géré;
(iv)      la valeur des affaires nouvelles, qui est utilisée pour mesurer la rentabilité globale des nouvelles souscriptions et qui est fondée sur des montants actuariels.

Information prospective
Certaines informations contenues dans ce document, notamment les informations relatives aux stratégies de la Financière Sun Life ainsi que d'autres énoncés i) qui sont de nature prévisionnelle ii) dont la réalisation est tributaire ou qui font mention de conditions ou d'événements futurs, incluant les informations présentées aux rubriques « Modifications des méthodes et hypothèses actuarielles au quatrième trimestre » et « Sensibilités au risque de marché », et iii) qui renferment des expressions telles que « s'attendre à », « prévoir », « avoir l'intention de », « planifier », « croire », « estimer » ou d'autres expressions semblables, sont des énoncés prospectifs au sens des lois sur les valeurs mobilières. Ces énoncés font état des attentes, des estimations et des prévisions de la Compagnie en ce qui concerne les événements futurs et ne représentent pas des faits passés. L'information prospective ne constitue pas une garantie des résultats futurs et met en cause des risques et des incertitudes qui sont difficiles à prévoir. Les résultats et la valeur pour l'actionnaire futurs pourraient différer sensiblement de ceux qui sont présentés dans cette information prospective, en raison, notamment, des facteurs traités sous la rubrique « Facteurs de risque » de la notice annuelle de 2010 de la Compagnie et des facteurs décrits dans d'autres documents déposés auprès des autorités canadiennes et américaines de réglementation des valeurs mobilières, y compris les rapports de gestion annuels et intermédiaires et les états financiers consolidés annuels et intermédiaires.

Les facteurs susceptibles d'entraîner un écart important entre les résultats réels et les résultats escomptés comprennent, mais sans s'y limiter, les modifications apportées aux règlements et aux lois, y compris celles apportées aux exigences en matière de capital et aux lois fiscales; les pertes, les défauts de paiement et les changements d'évaluations sur les placements; le rendement des marchés des actions; le coût, l'efficacité et la disponibilité de programmes de couverture des risques; les pertes liées aux placements immobiliers; la solvabilité des cautions et des contreparties liées aux instruments dérivés; les fluctuations et la volatilité des taux d'intérêt et des écarts de taux sur le crédit et sur les swaps; les autres risques de marché, notamment les fluctuations des écarts de taux sur le crédit; les risques liés à la conception des produits et à l'établissement des prix des produits; des conditions de marché ayant une incidence négative sur la situation de la Compagnie sur le plan du capital ou sur sa capacité de se procurer des capitaux; un possible ralentissement économique durable; les enquêtes et les procédures relatives à la réglementation, ainsi que les démarches juridiques individuelles et les recours collectifs engagés relativement aux pratiques dans les secteurs de la distribution de fonds communs de placement, de produits d'assurance, de produits de rente et de produits financiers; le risque d'illiquidité des marchés; l'abaissement des cotes de solidité financière ou de crédit; la capacité d'attirer et de conserver des employés; les risques liés aux erreurs de modélisation financière; le rendement des placements et des portefeuilles de placement de la Compagnie qui sont gérés pour les clients, tels que les fonds distincts et les fonds communs de placement; l'incidence des fusions et des acquisitions; les risques d'assurance, y compris les risques liés à la mortalité et à la morbidité, notamment ceux qui sont associés aux catastrophes naturelles ou causées par l'homme, aux pandémies et aux actes de terrorisme; des résultats défavorables au chapitre de la mortalité et de la morbidité; l'incertitude quant à l'amélioration du taux de mortalité; les risques liés au comportement des titulaires de contrat; l'incapacité de maintenir des canaux de distribution solides et les risques liés aux pratiques commerciales des intermédiaires et des agents; les risques liés aux activités menées en Asie, y compris les risques liés aux coentreprises; l'incidence de la concurrence; les fluctuations des taux de change; les risques liés à la poursuite des affaires; les défaillances des systèmes informatiques et de la technologie fonctionnant sur Internet; les atteintes à la sécurité informatique et à la protection des renseignements personnels; la dépendance à l'égard de relations avec des tiers, y compris les contrats d'impartition; l'incidence de résultats défavorables du portefeuille de contrats fermé; le potentiel de pertes financières liées aux changements de l'environnement; la disponibilité, le coût et l'efficacité de la réassurance, ainsi que l'inefficacité des politiques et des procédures de gestion des risques; l'incidence des sorties de fonds futures plus élevées que prévu; et les risques relatifs à l'utilisation d'estimations et de jugements importants pour le calcul de l'impôt. La Compagnie ne s'engage nullement à mettre à jour ni à réviser cette information prospective pour tenir compte d'événements ou de circonstances postérieurs à la date du présent communiqué ou par suite d'événements imprévus, à moins que la loi ne l'exige.

Conférence téléphonique portant sur les résultats
Les résultats financiers de la Compagnie pour le troisième trimestre de 2011 seront présentés lors de la conférence téléphonique qui aura lieu le jeudi 3 novembre 2011, à 10 h, heure de l'Est. Pour écouter la webémission de la conférence en direct, visualiser les diapositives de la présentation et obtenir de l'information connexe, veuillez accéder à l'adresse www.sunlife.com et cliquer sur le lien vers les résultats du troisième trimestre de la rubrique « Investisseurs » figurant à la page d'accueil, 10 minutes avant le début de la conférence. Nous encourageons les gens qui ont l'intention de participer à la conférence en mode écoute seulement à se connecter à la webémission. La webémission et la présentation seront par la suite archivées sur le site Web de la Compagnie et accessibles à l'adresse www.sunlife.com. Pour écouter la conférence par téléphone, composez le 416-644-3415 (à Toronto), ou le 1-877-974-0445 (au Canada et aux États-Unis).

À propos de la Financière Sun Life
La Financière Sun Life, qui a été constituée en 1865, est une organisation de services financiers de premier plan à l'échelle internationale qui offre aux particuliers et aux entreprises une gamme diversifiée de services et de produits dans les domaines de l'assurance et de la constitution de patrimoine. Avec ses partenaires, la Financière Sun Life exerce aujourd'hui ses activités dans d'importants marchés du monde, notamment au Canada, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Irlande, à Hong Kong, aux Philippines, au Japon, en Indonésie, en Inde, en Chine et aux Bermudes. Au 30 septembre 2011, l'actif total géré des compagnies du groupe Financière Sun Life s'élevait à 459 milliards de dollars. Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter le site www.sunlife.com.

Les actions de la Financière Sun Life inc. sont inscrites à la Bourse de Toronto (« TSX »), à la Bourse de New York (« NYSE ») et à la Bourse des Philippines (« PSE ») sous le symbole « SLF ».

Comptes consolidés de résultat

     
(non audité, en millions de dollars canadiens, à l'exception des montants par action) Pour les trimestres
clos les
Pour les périodes de neuf mois
closes les
  30 septembre 2011   30 septembre 2010   30 septembre 2011   30 septembre 2010  
Produits                
  Primes :                
    Montant brut 3 568 $ 3 771 $ 10 737 $ 11 265 $
    À déduire : primes cédées 1 233   340   3 728   1 038  
  Montant net 2 335   3 431   7 009   10 227  
                 
  Produits nets tirés des placements (pertes nettes de placements) :                
    Intérêts et autres produits tirés des placements 1 498   1 217   3 873   3 774  
    Variation de la valeur d'actifs et de passifs à la juste valeur par le biais du résultat net 2 827   2 245   3 400   4 205  
    Profits nets (pertes nettes) sur les actifs disponibles à la vente 39   2   114   71  
  Produits nets tirés des placements (pertes nettes de placements) 4 364   3 464   7 387   8 050  
  Honoraires 807   776   2 470   2 253  
  Total des produits 7 506   7 671   16 866   20 530  
                 
Prestations et charges                
  Montant brut des règlements et des prestations versés 3 016   3 334   9 589   10 007  
  Augmentation (diminution) des passifs relatifs aux contrats d'assurance 4 289   2 680   5 126   5 551  
  Diminution (augmentation) des actifs au titre des cessions en réassurance 631   (365)   578   (484)  
  Augmentation (diminution) des passifs relatifs aux contrats de placement (16)   86   (18)   191  
  Charges (recouvrements) de réassurance (1 123)   (278)   (3 402)   (786)  
  Commissions 355   388   1 154   1 212  
  Virements nets aux (des) fonds distincts 140   230   502   689  
  Charges opérationnelles 815   851   2 575   2 512  
  Taxes sur primes 59   59   176   176  
  Charge d'intérêts 104   124   322   361  
  Total des prestations et charges 8 270   7 109   16 602   19 429  
                 
Bénéfice (perte) avant impôt sur le résultat (764)   562   264   1 101  
  À déduire : charge (économie) d'impôt sur le résultat (169)   116   (48)   118  
Total du bénéfice net (de la perte nette) (595)   446   312   983  
  À déduire : bénéfice net (perte nette) attribuable aux titulaires de contrat avec participation (1)   2   6   5  
  À déduire : bénéfice net (perte nette) attribuable aux participations ne donnant pas le contrôle 2   3   8   8  
Bénéfice net (perte nette) attribuable aux actionnaires (596)   441   298   970  
  À déduire : dividendes aux actionnaires privilégiés 25   25   73   68  
Bénéfice net (perte nette) attribuable aux actionnaires ordinaires (621) $ 416 $ 225 $ 902 $
                 
Bénéfice (perte) par action                
  De base (1,07) $ 0,73 $ 0,39 $ 1,59 $
  Dilué(e) (1,07) $ 0,70 $ 0,39 $ 1,55 $
                   

     

Bilans consolidés

  Chiffres arrêtés aux
(non audité, en millions de dollars canadiens) 30 septembre 2011   31 décembre 2010  
Actif        
  Trésorerie, équivalents de trésorerie et titres à court terme 8 848 $ 8 462 $
  Titres de créance 64 032   58 613  
  Titres de capitaux propres 4 458   5 231  
  Prêts hypothécaires et autres prêts 27 287   26 034  
  Actifs dérivés 2 460   1 648  
  Autres placements 1 281   1 185  
  Avances sur contrats 3 306   3 277  
  Immeubles de placement 5 016   4 544  
  Placements 116 688   108 994  
  Autres actifs 3 439   2 884  
  Actifs au titre des cessions en réassurance 3 384   3 855  
  Actifs d'impôt différé 1 186   980  
  Immobilisations corporelles 535   492  
  Immobilisations incorporelles 911   896  
  Goodwill 4 270   4 200  
  Total de l'actif du fonds général 130 413   122 301  
  Placements pour le compte des titulaires de contrat lié à des fonds distincts 85 281   87 946  
  Total de l'actif 215 694 $ 210 247 $
         
Passif et capitaux propres        
Passif        
  Passifs relatifs aux contrats d'assurance 95 325 $ 88 056 $
  Passifs relatifs aux contrats de placement 3 092   4 143  
  Passifs dérivés 1 389   718  
  Passif d'impôt différé 4   39  
  Autres passifs 7 548   6 738  
  Débentures de premier rang 2 149   2 151  
  Instruments de capital novateurs 1 645   1 644  
  Titres d'emprunt subordonnés 2 751   2 741  
  Total du passif du fonds général 113 903   106 230  
  Contrats d'assurance pour le compte des titulaires de contrat lié à des fonds distincts 79 761   81 931  
  Contrats de placement pour le compte des titulaires de contrat lié à des fonds distincts 5 520   6 015  
  Total du passif 199 184 $ 194 176 $
         
Capitaux propres        
  Capital social émis et surplus d'apport 9 948 $ 9 517 $
  Bénéfices non distribués et cumul des autres éléments du bénéfice global 6 543   6 530  
  Participations ne donnant pas le contrôle 19   24  
  Total des capitaux propres 16 510 $ 16 071 $
  Total des capitaux propres et du passif 215 694 $ 210 247 $

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SOURCE Financière Sun Life inc.

Renseignements :

Renseignements pour les médias          Renseignements pour les investisseurs
Hélène Soulard          Phil Malek
Directrice, communications          Vice-président, relations avec les investisseurs
Téléphone : 514-866-3589          Téléphone : 416-979-4198
helene.soulard@sunlife.com          investor.relations@sunlife.com

 


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.