La FCSQ réaffirme son profond désaccord avec la publication de palmarès des écoles



    QUEBEC, le 19 sept. /CNW Telbec/ - Réagissant à la publication d'un autre
palmarès des écoles secondaires, le président de la Fédération des commissions
scolaires du Québec (FCSQ), M. André Caron, tient encore une fois à exprimer
son profond désaccord avec la publication de tout palmarès, quel qu'il soit.
"Nous sommes contre les comparaisons de ce genre puisqu'elles ne rendent
jamais justice aux projets éducatifs des écoles et ne témoignent nullement de
la réalité de chacun des milieux ainsi que de la qualité de l'enseignement
offert dans chaque école publique", de déclarer M. Caron.
    "Un palmarès est un exercice improductif qui induit les parents en
erreur, car il ne tient pas compte du fait que les élèves sont différents d'un
milieu à l'autre. Les contextes socioéconomique et culturel expliquent souvent
en grande partie les différences et les écarts entre les écoles", précise
M. Caron. A son avis, peu importe la méthodologie utilisée par les chercheurs,
toute tentative de comparaison entre les écoles publiques et privées, et même
entre écoles publiques, demeure un exercice inutile qui ne fait que saper
davantage le moral de ceux qui travaillent au quotidien à faire réussir nos
élèves en plus de mobiliser les énergies du réseau scolaire qui seraient mieux
investies ailleurs. "Pourquoi a-t-on tant de difficultés à reconnaître
publiquement les bons coups de l'école publique ?", demande M. Caron.
    La FCSQ observe que les palmarès font toujours fi de la grande richesse
des écoles publiques qui accueillent tous les élèves, quelles que soient leurs
difficultés et leur réalité socioéconomique. Elle rappelle que chaque école a
sa propre couleur et ses projets bien à elle qui émergent des milieux et des
consultations menées auprès des parents. Cela explique d'ailleurs que les
écoles soient si différentes les unes des autres. "Dans l'avalanche de
statistiques qui caractérise la publication d'un palmarès, il s'en trouvera
toujours une pour pointer aveuglément du doigt une école qui, en réalité,
accueille un grand nombre d'élèves en difficulté d'adaptation ou
d'apprentissage ou encore qui a pour mission d'aider les élèves à raccrocher à
l'école", fait remarquer M. Caron.
    Le président de la FCSQ estime que la publication de tels palmarès ne
doit surtout pas faire oublier à la population que les élus scolaires, les
gestionnaires du réseau, les directeurs d'établissement, les enseignants, les
professionnels et le personnel de soutien des écoles publiques font montre au
quotidien d'un grand dévouement et d'une solide compétence, et ce, peu importe
le classement attribué à leur établissement. Ces personnes travaillent toutes
de concert pour atteindre un objectif commun : l'épanouissement et la réussite
des élèves jeunes et adultes du réseau public d'éducation.

    La surenchère des palmarès

    Depuis 2005, la FCSQ n'a émis aucun commentaire relatif au palmarès des
écoles secondaires face à la futilité d'un tel exercice. Toutefois, la
multiplication de ces palmarès, peu importe l'emballage proposé, laisse
toujours en bout de piste une perception négative de l'école publique et de
notre système d'éducation. "Devant une telle surenchère de palmarès, il nous
apparaît important, à ce moment-ci, de rappeler à la population qu'ils
projettent une image fausse des écoles et d'expliquer les caractéristiques,
les valeurs et la mission de l'école publique. Je veux aussi profiter de cette
occasion pour rappeler qu'il faut vite comme société remettre l'école publique
en tête de liste de nos priorités, laisser les critiques de côté et passer à
l'action", de conclure M. Caron.
    La FCSQ invite les médias et la population à la plus grande prudence
quant aux interprétations que l'on peut faire de tout palmarès qui, en bout de
piste, sert mal les élèves, les parents et la société en général.




Renseignements :

Renseignements: Denis Pouliot, Directeur des communications et des
affaires publiques, La Fédération des commissions scolaires du Québec, (418)
651-3220; Jean-Pierre St-Gelais, Conseiller en communications, La Fédération
des commissions scolaires du Québec, (514) 458-8572


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.