La FCCQ se réjouit des conclusions du rapport du BAPE sur le projet Pipeline Saint-Laurent



    MONTREAL, le 11 sept. /CNW Telbec/ - La Fédération des chambres de
commerce du Québec (FCCQ) se réjouit des conclusions du rapport du Bureau
d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE), rendu public hier, qui
confirme que le projet de construction de l'oléoduc Pipeline Saint-Laurent
entre Lévis et Montréal-Est est avantageux, par rapport au transport par train
ou par navire, à l'égard de la sécurité publique, de la flexibilité, de la
fiabilité et des émissions de gaz à effet de serre.
    Dans son mémoire déposé en avril dernier, la FCCQ a clairement fait
connaître sa position en faveur de ce projet générateur de quelque
2 000 emplois directs et indirects dans plusieurs régions du Québec et de
retombées économiques évaluées à 138,6 millions de dollars. "Cette
recommandation du BAPE est vraiment une bonne nouvelle. C'est bien connu, le
Québec doit diversifier son portefeuille énergétique afin de sécuriser ses
approvisionnements en énergie. Au final, cette offre supplémentaire sera
bénéfique non seulement pour les entreprises mais aussi pour les consommateurs
qui seront moins exposés aux effets des fluctuations de prix associées à cette
forme d'énergie indispensable à la quasi-totalité des activités économiques",
de déclarer la présidente-directrice générale de la FCCQ, Françoise Bertrand.
    La construction d'un pipeline entre Lévis et Montréal-Est s'inscrit dans
le développement d'une partie significative de l'industrie québécoise du
raffinage de pétrole. Sa venue sécurisera considérablement l'approvisionnement
du Québec en produits pétroliers raffinés et préservera une activité de
raffinage de classe mondiale au Québec, tout en diminuant les risques liés au
transport des produits pétroliers, principalement en milieu urbain.
    D'ailleurs, la FCCQ tient à souligner les efforts du promoteur du projet,
Ultramar, dans l'entretien d'un dialogue franc et transparent avec les
personnes et les organismes touchés par la construction du pipeline. Au cours
des dernières années, Ultramar a fait un exercice de concertation avec tous
les acteurs concernés par le projet. L'entreprise s'est appliquée à bien leur
communiquer la nature du projet et à discuter du trajet du pipeline, qui a
fait l'objet d'une étude globale, afin d'éviter le plus possible les zones
sensibles, aussi bien sur le plan de l'environnement, de la densité de
population que du patrimoine biologique et architectural. C'est pourquoi la
FCCQ ne croit pas que la mise sur pied d'une table de concertation, comme le
propose le BAPE dans son rapport, soit nécessaire puisque, selon elle, le
dialogue se poursuit. En effet, comme dans le cas des autres segments du
tracé, la FCCQ est confiante qu'Ultramar agit en citoyen respectueux et
responsable. A ce stade, elle craint qu'une table de concertation ait pour
effet de formaliser inutilement les divergences plutôt que de miser sur une
véritable entente, tout cela sans compter les conséquences négatives
qu'entraîneraient des délais indus.
    Finalement, la FCCQ tient à rappeler qu'à l'heure actuelle, il existe un
écart de 100 000 barils par jour entre la demande sur les marchés québécois et
ontarien en produits de pétrole raffinés et la capacité de production des
raffineries des deux provinces. Le pipeline d'Ultramar permettrait donc
d'accroître la capacité de transport de produits à la raffinerie de Lévis de
plus de 50 000 barils par jour, ce qui contribuerait à réduire
considérablement les importations de produits raffinés légers.

    A propos de la FCCQ

    Grâce à son vaste réseau de 162 chambres de commerce, la FCCQ représente
57 000 membres exerçant leurs activités dans tous les secteurs de l'économie
et sur l'ensemble du territoire québécois. Plus important réseau de gens
d'affaires et d'entreprises au Québec, la FCCQ est l'ardent défenseur des
intérêts de ses membres au chapitre des politiques publiques, favorisant ainsi
un environnement d'affaires innovant et concurrentiel.




Renseignements :

Renseignements: Maryse Beaumier-Robert, Coordonnatrice aux
communications, Fédération des chambres de commerce du Québec, (514) 844-9571,
poste 3242, maryse.beaumier-robert@fccq.ca

Profil de l'entreprise

Fédération des chambres de commerce du Québec

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.