La détérioration de l'économie nécessite des mesures d'urgence en matière d'assurance-emploi, selon le président des TCA



    TORONTO, le 9 avr. /CNW/ - Les pertes d'emplois massives, qui se sont
chiffrées à 61 300 en mars, jumelées à la hausse du taux de chômage à 8 % au
Canada, doivent donner lieu à une intervention d'urgence du gouvernement
fédéral afin d'aider les Canadiens qui ont perdu leur emploi et ont un accès
inadéquat à l'assurance-emploi. C'est ce qu'a déclaré le président des TCA,
Ken Lewenza, à la suite de la publication plus tôt aujourd'hui des données sur
l'emploi de Statistique Canada.
    Les TCA demandent au gouvernement d'allonger immédiatement d'un an la
période de prestations d'assurance-emploi tant que le taux de chômage au
Canada est de plus de 6,5 %. Selon Ken Lewenza, cette prolongation d'urgence
devrait être financée directement par le gouvernement fédéral plutôt que par
les fonds de l'assurance-emploi existants, intervention similaire à ce que le
gouvernement fédéral avait fait dans les années 1980.
    "La conjoncture économique de ce pays empire chaque mois, à mesure que
les Canadiens se font mettre à la porte de leur travail. Nous n'avons pas vécu
pareille situation depuis plus de 20 ans et la promesse du gouvernement Harper
d'augmenter de cinq semaines la période de prestations d'assurance-emploi est
tout simplement insuffisante", a déclaré Ken Lewenza. "D'entendre le ministre
des Finances, Jim Flaherty, se vanter de la solidité du système de
l'assurance-emploi au Canada me met en colère, puisqu'il passe sous silence
les compressions majeures qui y ont été apportées ces dernières années et qui
ont provoqué une situation précaire pour de nombreux travailleurs canadiens et
leurs familles. C'est intolérable."
    De plus, le syndicat demande au gouvernement d'assouplir les règlements
sur les nombres d'heures assurables afin de permettre à un plus grand nombre
de travailleurs de bénéficier de l'assurance-emploi et de garantir le
versement des indemnités de départ et d'autres sommes payables à la cessation
d'emploi aux travailleurs lorsque l'employeur déclare faillite ou ne paie pas
les indemnités prévues.
    A l'exception d'Ottawa et de Kingston, tous les grands centres urbains de
l'Ontario affichent un taux de chômage de plus de 7 %, y compris Toronto,
Hamilton, Kitchener, London, Oshawa, St. Catharines/Niagara, Sudbury, Thunder
Bay et Windsor.
    Windsor a le taux de chômage le plus élevé au pays, avec un taux alarmant
qui se situe à 13,7 %; les villes de Vancouver et Montréal ont enregistré
d'importantes hausses du taux de chômage. A Vancouver, ce taux est passé de
5,7 % en février à 7,1 % en mars; durant la même période, le taux à Montréal
est passé de 8,2 % à 9,3 %.
    Les fonctionnaires de l'assurance-emploi se servent des données
régionales sur le chômage et établissent une moyenne mobile sur trois mois (de
janvier à mars) afin de déterminer l'accessibilité et la durée de la période
de prestations. Selon Ken Lewenza, cette pratique est injuste et a des
répercussions négatives sur les travailleurs licenciés.
    "Si les données les plus récentes de mars étaient utilisées, les
travailleurs qui ont été licenciés en avril à Vancouver et à Montréal auraient
pu recevoir deux semaines additionnelles d'assurance-emploi tout en ayant 35
heures assurables de moins pour y avoir droit. Il n'y a jamais eu un moment
plus propice pour que le gouvernement établisse un nombre minimal uniforme de
360 heures d'emploi assurables pour tous les travailleurs canadiens, et ce,
peu importe leur ville de résidence", a expliqué Ken Lewenza.
    Plus de la moitié des pertes d'emplois en mars (34 200) sont regroupées
dans le secteur de la fabrication, toujours en difficulté, notamment les
secteurs de la construction automobile et des pièces, de même que dans la
transformation des métaux et du bois. Les jeunes travailleurs de 15 à 24 ans
sont parmi les groupes les touchés, ils sont 18 600 à avoir perdu leur emploi
le mois dernier. Le taux de chômage des jeunes a grimpé à 14,8 % au Canada,
soit le taux le plus élevé au pays.
    A l'heure actuelle, près d'un million et demi de Canadiens sont sans
emploi, donnée qui ne tient pas compte des travailleurs qui ont épuisé leurs
prestations d'assurance-emploi et qui ont arrêté de chercher du travail.





Renseignements :

Renseignements: Angelo Di Caro, Communications, TCA, (416) 606-6311
(cell.); ou Shannon Devine, (416) 302-1699 (cell.)

Profil de l'entreprise

Syndicat des TCA

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.