La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones suscite un solide appui



    OTTAWA, le 29 janv. /CNW Telbec/ - Le Chef national, Phil Fontaine, et le
Chef régional pour le Québec et le Labrador, Ghislain Picard, ont annoncé
qu'ils entendaient maintenir leur appui à l'égard de la Déclaration des
Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.
    A l'occasion d'un petit-déjeuner organisé aujourd'hui sur la Colline du
Parlement, le Chef régional a prononcé une allocution devant des députés et
des représentants de plusieurs organisations non gouvernementales, dont
Amnesty International, Droits et Démocratie, Kairos, la Société religieuse des
amis ainsi que d'autres organismes autochtones, rassemblés pour discuter de
l'application de la Déclaration au Canada.
    Le 13 septembre 2007, l'Assemblée générale des Nations Unies, organe
suprême de l'Organisation des Nations Unies, a voté en faveur de l'adoption de
la Déclaration, après plus de 20 années de négociations intensives entre les
Etats-nations et les peuples autochtones. Toutefois, le Canada, qui est
pourtant membre du Comité des droits de l'homme, organe créé en vue de faire
respecter les normes les plus élevées en matière de droits de la personne, a
voté contre la Déclaration. Alors qu'une majorité écrasante de 143 Etats ont
voté en faveur de la Déclaration, seuls quatre pays s'y sont opposés, dont le
Canada.
    "En rejetant la Déclaration, le gouvernement a entaché la réputation du
Canada sur la scène internationale au chapitre des droits de la personne", a
déclaré M. Picard. "Pour redorer le blason du Canada, j'encourage tous les
députés à appuyer la Déclaration à la Chambre des communes en adoptant une
motion à ce sujet."
    "En dépit du vote négatif du Canada", a affirmé le Chef national
Fontaine, "la Déclaration peut être perçue comme le point de départ d'une
nouvelle relation entre le gouvernement canadien et les Premières Nations.
D'ailleurs, a-t-il ajouté, cette Déclaration établit une norme reconnue à
l'échelle internationale pour le règlement des enjeux entre les Etats et leurs
populations autochtones. Finalement, même si le Canada s'est opposé à la
Déclaration le 13 septembre dernier, les gestes qu'il posera et ses relations
avec les peuples autochtones du pays seront jugés selon les normes établies
par la Déclaration. J'incite toutes les Premières Nations du Canada à
s'appuyer pleinement sur la Déclaration, conjointement avec la constitution
canadienne, pour faire respecter leur droit inhérent à l'autodétermination."
    Afin d'informer les dirigeants des Premières Nations et les autres
parties de l'application de la Déclaration, l'Assemblée des Premières Nations
et le Conseil des leaders des Premières Nations de la Colombie-Britannique
organisent conjointement un symposium qui se déroulera les 19 et 20 février
2008, à North Vancouver, au Chief Joe Mathias Centre. Au cours de ce symposium
historique, des exposés seront donnés par des spécialistes de renom du Canada
et d'autres pays, notamment le Grand Chef Edward John et le Chef régional de
l'Alberta, Wilton Littlechild, qui ont consacré une grande partie de leur
carrière à la Déclaration. Le Chef national a également affirmé : "Nous sommes
extrêmement redevables au Grand Chef Ed John et au Chef régional Wilton
Littlechild, car ils ont travaillé sans relâche à la défense des droits des
Premières Nations en contribuant à la rédaction et à l'adoption de la
Déclaration."
    Le Chef national a réitéré les principes sur lesquels repose la
Déclaration : "La Déclaration se fonde sur les principes de la démocratie, de
la justice sociale, du partage, de la coexistence pacifique, ainsi que de la
reconnaissance et du respect mutuels. Son adoption par les Nations Unies revêt
sans contredit un caractère historique. Depuis sa première ébauche en 1985,
cet important instrument international de défense des droits de la personne
est le fruit du travail acharné et de l'engagement constant et soutenu
d'autochtones du monde entier, ainsi que de défenseurs des droits de la
personne et de nombreux Etats-nations solidaires. Voilà véritablement
l'aboutissement d'un exercice de coopération internationale."

    L'Assemblée des Premières Nations est l'organisme national qui représente
les citoyens des Premières Nations au Canada.




Renseignements :

Renseignements: Joan McEwen, directrice des communications, APN, (613)
241-6789, poste 242, (613) 324-3329 (cell.), jmcewen@afn.ca; Nancy Pine,
conseillère en communications, bureau du Chef national, (613) 241-6789, poste
243, (613) 298-6382 (cell.), npine@afn.ca; Alain Garon, Communications, AFNQL,
(418) 842-5020, agaron@apnql-afnql.com


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.