La décision sur les retraites d'Abitibi repousse les travailleurs en fond de grille



    MONTREAL, le 7 mai /CNW Telbec/ - Réagissant fortement à la décision
d'aujourd'hui de la Cour supérieure du Québec qui permet à AbitibiBowater
d'ignorer ses responsabilités vis-à-vis le régime de retraite des
travailleurs, le président du syndicat de travailleurs forestiers Dave Coles
l'a qualifié de "première salve dans une offensive plus vaste visant à priver
les travailleurs de leur retraite", et avance que "le gouvernement fédéral
doit agir dès maintenant pour s'attaquer aux lacunes des régimes de retraite
privés".
    La compagnie a reçu la permission, en vertu de la Loi sur les
arrangements avec les créanciers des compagnies (CCAA), de suspendre les
contributions devant combler le déficit actuariel du régime de retraite des
travailleurs.
    "Cette décision est regrettable et profondément injuste", dit M. Coles,
le président du Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du
papier. "Le fait de ne pas effectuer ces contributions feront que le déficit
actuariel de la compagnie croîtra, mettant la table pour des déficits de plus
en plus importants du régime de retraite".
    "Avec une économie en difficulté comme la nôtre, il s'agit d'un scénario
qui risque de se répéter souvent alors que de plus en plus de compagnies - et
pas seulement dans le secteur forestier - demanderont une protection contre
les créanciers et que les cours décideront de la manière dont le butin sera
partagé".
    "Il y a quelque chose qui ne tourne vraiment pas rond dans un système qui
place les retraites des travailleurs dans la même catégorie que les banques et
les fonds spéculatifs", commente Gaétan Ménard, secrétaire-trésorier du SCEP.
    "Lorsque les gens travaillent pour gagner leur vie et assurer leur
retraite, ils ne se voient certainement pas comme des investisseurs en capital
de risque qui osent un placement risqué. Il est tout simplement injuste qu'en
ces temps de crise économique, les contributions au régime de retraite passent
après les banques et les fonds spéculatifs. Les travailleurs se voient
repoussés en fond de grille", poursuit M. Ménard.
    "Les régimes de retraite dans les secteurs de la forêt, de l'automobile
ou du transport, sont en difficulté partout au Canada," conclu M. Coles. "Le
gouvernement fédéral doit s'assurer que les lacunes du système sont adressées
de manière à aider la réorganisation de l'industrie tout en protégeant les
travailleurs."

    Le SCEP compte 150 000 membres et représente plus de 60 000 travailleuses
et travailleurs forestiers, incluant 7 500 employées et employés de
AbitibiBowater. Il y a 300 000 emplois directs et indirects dans le secteur
forestier et plus de 300 communautés forestières au Canada.




Renseignements :

Renseignements: Gaétan Ménard, (819) 775-6980

Profil de l'entreprise

Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.