La CSN interpelle les principaux partis politiques - La centrale n'appuiera aucun parti



    MONTREAL, le 13 mars /CNW Telbec/ - A quelques heures du débat des chefs,
la Confédération des syndicats nationaux interpelle les partis politiques sur
un certain nombre de questions. La CSN veut notamment savoir ce que les
différents partis comptent faire concernant l'affaiblissement marqué du
secteur manufacturier au Québec. La centrale syndicale exige également des
engagements concernant la loi 142 qui a imposé les conditions de travail dans
le secteur public.

    Au secours du secteur manufacturier

    Devant quelque 250 délégué-es réunis à l'occasion du conseil confédéral
de la centrale, la présidente de la CSN, Claudette Carbonneau, a interpellé
les chefs des principales formations politiques. "Nous voulons notamment
savoir quelle est leur position face à la désindustrialisation", a indiqué la
leader syndicale. Qu'il s'agisse de Shermag à Disraéli, de Goodyear ou de
Gildan à Valleyfield, de Norks Hydro à Bécancour, de Olymel à Saint-Simon et à
Saint-Valérien, de Louisiana Pacific à Saint-Michel-des-Saints ou de
l'imprimerie l'Eclaireur en Beauce : les annonces de fermeture se multiplient.
Dans le secteur manufacturier, c'est plus de 47 000 emplois qui ont été perdus
dans la seule dernière année, dont 33 100 durant le mois de février. Pour le
seul secteur de la forêt et du papier, c'est 10 000 pertes d'emplois. "Le
Québec doit absolument se doter d'une stratégie globale intégrée pour faire
face aux effets de la mondialisation et redonner du tonus au secteur
manufacturier. Malheureusement, on entend peu parler de ces enjeux dans la
présente campagne électorale". C'est ainsi que la CSN veut connaître les
engagements des partis politiques en vue de consolider le secteur
manufacturier et soutenir les travailleuses et les travailleurs du vêtement,
de la forêt ou de l'industrie porcine en difficulté.

    Restaurer le droit à la négociation

    La CSN demande des engagements précis concernant la loi 142. Le PQ a déjà
fait connaître son intention de retirer les dispositions les plus répressives
de la loi 142, qui sont actuellement combattues devant le Bureau international
du travail et devant les tribunaux québécois. Comment les partis entendent-ils
agir sur les effets désastreux de cette loi, notamment sur la rémunération et
le pouvoir d'achat, mais aussi sur le pouvoir d'attraction et de rétention des
travailleuses et des travailleurs du secteur public ? Non seulement les
travailleurs du secteur public se sont appauvris avec deux ans de gel de
salaire, mais, en plus, alors qu'ils accusaient en 2001 un retard de 7,7 % sur
tous les autres travailleurs québécois, cet écart est maintenant de 15,2 %.
    "Nous n'attendrons pas en 2010 pour faire entendre nos voix, a déclaré la
présidente de la CSN. Ne serait-il pas légitime qu'un éventuel gouvernement
s'engage dès maintenant à mettre en place une table de travail avec les
organisations syndicales sur la question de la rémunération et à ouvrir un
débat public pour sortir de l'impasse ? Le gouvernement libéral a déjà reconnu
avec les médecins qu'une loi spéciale ne règle pas tous les problèmes, mieux
encore, il a convenu avec eux d'une démarche qui permet, dans leur cas, de
dénouer les impasses. Pourquoi continuer à refuser toute discussion avec les
salarié-es du secteur public ?, a poursuivi Claudette Carbonneau. Pourquoi ne
pas chercher une voie négociée qui permet de leur rendre justice et de
restaurer du même souffle la capacité du secteur public de recruter et de
retenir les personnels nécessaires ? Pourquoi pour les uns, la voie de la
négociation, et pour les autres, celle des décrets et des coups de force ?
C'est le genre de débat que nous devrons imposer. La restauration d'un réel
droit à la négociation en dépend."
    La CSN entend questionner les partis politiques sur un certain nombre
d'autres questions. Ainsi elle souhaite savoir si le Parti libéral a toujours
l'intention de construire les hôpitaux universitaires montréalais en mode
PPP ? Quelles sont les intentions des autres partis à cet égard ? En matière
de santé et d'éducation, la CSN demande des engagements en vue de favoriser
l'accès aux soins de santé dans le réseau public et l'accès aux études
postsecondaires notamment par le gel des frais de scolarité.

    Une centrale indépendante

    La CSN est une centrale syndicale indépendante. C'est ainsi qu'elle
n'appuiera aucun parti politique, et ce, en vertu de ses statuts et
règlements. Comme organisation dédiée à la défense et à la promotion des
intérêts des travailleuses et des travailleurs, la CSN procèdera à un bilan du
gouvernement sortant comme elle fera une analyse rigoureuse et non
complaisante des programmes des partis politiques sur les grands thèmes qui la
préoccupent. La CSN invite cependant tous ses membres et la population à
exercer leur droit de vote. Elle les invite à choisir le parti dont les
valeurs, les actions, la clarté des engagements autant que la capacité de les
réaliser correspondent au plus près aux orientations de la CSN, et ce,
considérant les limitations du mode de scrutin actuel.

    La Confédération des syndicats nationaux compte plus de 300 000
travailleuses et travailleurs de tous les types de milieux de travail, tant
dans le secteur privé que dans le secteur public. Pour plus de détails
visitez : www.csn.qc.ca




Renseignements :

Renseignements: Michelle Filteau, directrice du Service des
communications de la CSN, bureau, (514) 598-2162, cellulaire: (514) 894-1326


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.