La confiance des PME reflète une hausse marquée au premier trimestre 2007



    TORONTO, le 28 mars /CNW/ - Selon les résultats du tout dernier sondage
trimestriel de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI),
le degré de confiance des petites et moyennes entreprises (PME) canadiennes
reflète une hausse marquée. L'indice du Baromètre des affaires de la FCEI
s'établit à 108,7 (1988 = 100) en mars par rapport à 107,0 enregistré en
décembre dernier. "Grâce à cette amélioration, l'indice remonte à sa moyenne
historique qui correspond à un taux de croissance soutenable de 2,5 à 3,0 pour
cent du PIB canadien", affirme Corinne Pohlmann, directrice des affaires
nationales de la FCEI.
    Selon Mme Pohlmann, dans l'ensemble, près de 35 pour cent des
propriétaires estiment que leur performance actuelle est beaucoup plus forte
ou un peu plus forte que celle affichée il y a un an, contre 27 pour cent qui
rapportent qu'elle est un peu plus faible ou beaucoup plus faible.
Parallèlement, près de 44 pour cent des répondants espèrent avoir de meilleurs
résultats au cours des trois prochains mois alors que 16 pour cent seulement
prévoient un ralentissement. Les attentes à plus long terme pour les douze
prochains mois sont les plus positives, 51 pour cent des chefs d'entreprise
interrogés espérant de meilleurs résultats, alors que seuls 14 pour cent
s'attendent à des résultats plus faibles.
    En comparant les régions, Mme Pohlmann indique que les entreprises de la
Colombie-Britannique et de l'Alberta sont toujours au premier rang en termes
d'optimisme. Il semble, par ailleurs, qu'une partie de cet optimisme a débordé
vers les provinces voisines des Prairies, l'indice du Manitoba et de la
Saskatchewan ayant effectivement grimpé. La vitalité de l'indice de croissance
se maintient en Nouvelle-Ecosse et au Nouveau-Brunswick, mais il faut noter
toutefois que la majorité des réponses au sondage ont été reçues avant que le
budget du Nouveau-Brunswick ne soit déposé le 13 mars dernier, annonçant
d'importantes hausses fiscales pour les petites sociétés. L'optimisme des
entreprises ontariennes et québécoises, qui fléchissait progressivement depuis
quelques années, a fini par se stabiliser au premier trimestre 2007. L'indice
a par contre légèrement reculé à l'Ile-du-Prince-Edouard, mais il n'est pas
loin de la moyenne que la province a affichée au cours de cette décennie. Les
entreprises de Terre-Neuve-et-Labrador étaient encore moins optimistes, leur
indice ayant baissé pour le deuxième trimestre consécutif.
    Les données révèlent que les différences entre les secteurs se
rétrécissent. "Le profil sectoriel à l'échelle du pays ne révèle aucune
industrie à la traîne, ce qui est un signe de stabilité généralisée", poursuit
Mme Pohlmann.
    La hausse des attentes à l'égard de la performance générale des PME
concorde avec la progression de leurs perspectives d'embauche. Environ 32 pour
cent des chefs d'entreprise s'attendent à une augmentation de l'emploi à temps
plein dans les douze prochains mois, ce qui dépasse d'un point l'indice de
décembre dernier. Les secteurs manufacturiers, de construction, de gros et de
services aux entreprises sont les plus à même d'accroître leurs niveaux de
dotation en personnel durant l'année à venir.
    En ce qui concerne les facteurs ayant une incidence sur leurs bénéfices,
Mme Pohlmann précise que les entreprises sont plus nombreuses à reconnaître
une amélioration, plutôt qu'une baisse, de la demande des consommateurs - ce
qui est une bonne nouvelle. Les demandes salariales et la disponibilité de la
main-d'oeuvre ne cessent d'inquiéter les dirigeants d'entreprise, mais pas au
même point qu'au trimestre dernier. Les préoccupations liées aux coûts de
l'énergie ont refait surface, principalement en raison de la récente montée en
flèche des prix de l'essence aux stations-service. Dans une moindre mesure,
les entreprises estiment que les coûts des autres intrants ont également
contribué au ralentissement. Des inquiétudes persistent au niveau de la
disponibilité et des prix des assurances mais elles ne sont pas tout à fait au
même degré que ce qui a été observé il y a deux ans.
    "Malgré des résultats positifs, il est juste de dire que l'économie de la
petite entreprise ne tourne pas à plein régime comme c'était le cas il y a
quelques années, conclut Mme Pohlmann. Le gouvernement fédéral a annoncé
récemment des mesures visant à encourager les investissements, à réduire les
formalités administratives et à relever le plafond de l'exonération des gains
en capital, lesquelles constituent des développements favorables. Toutefois,
d'autres politiques gouvernementales, telles que des réductions fiscales à
grande échelle, qui ont le potentiel de raviver l'étincelle économique restent
quand même hors de la portée des entreprises."
    Les résultats du Baromètre des affaires sont basés sur 1 920 réponses
reçues à un sondage que la FCEI a effectué auprès de ses membres par
télécopieur et par courriel entre le 6 et le 17 mars 2007.

    Le rapport intégral est disponible à www.fcei.ca.

    Le Baromètre des affaires, publication trimestrielle, est également une 
marque de commerce de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante.




Renseignements :

Renseignements: Holly Bennett au (416) 222-8022


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.