La Coalition Stoppons la réforme interpelle les partis politiques à s'impliquer - Rien ne va plus avec la réforme de l'éducation : il faut un moratoire pour prendre le temps de la corriger



    MONTREAL, le 21 nov. /CNW Telbec/ - La Coalition Stoppons la réforme a
réclamé aujourd'hui à la ministre de l'Education, Mme Michelle Courchesne,
qu'elle décrète un moratoire sur le renouveau pédagogique (réforme de
l'éducation) dans les plus brefs délais afin d'apporter des correctifs urgents
et nécessaires à l'apprentissage des élèves québécois. De plus, la Coalition a
interpellé toutes les personnes et groupes concernés par l'instruction
publique, incluant tous les partis politiques, à s'impliquer pour trouver des
solutions au déficit croissant du niveau de connaissances des élèves du
primaire et du secondaire.
    "Le constat est cruel. Les élèves de la réforme qui ont été promus au
secondaire n'ont pas les connaissances requises, dans de nombreuses
disciplines. Nous devons toutes et tous mettre l'épaule à la roue et trouver
rapidement des solutions pour endiguer ce problème qui ne pourra aller qu'en
s'aggravant. Nous, les enseignantes et enseignants affiliés à la Fédération
autonome de l'enseignement (FAE), allons proposer prochainement des pistes
visant à corriger cette réforme. Il faut sans plus tarder remettre l'école sur
ses rails. Les partenaires de la Coalition feront de même. Nous souhaitons
donc que tous les partis politiques prennent le parti de l'éducation et de
l'instruction en donnant leur aval à un moratoire pour prendre le temps de
corriger la situation," d'affirmer Pierre St-Germain, président de la FAE.

    
    Le moratoire demandé par la Coalition porte sur les points suivants :

    1- l'implantation des nouveaux programmes de la réforme en 4e et 5e
       secondaires ainsi qu'à l'éducation des adultes;

    2- le développement de nouveaux manuels ou de matériel pédagogique en
       lien avec l'actuelle réforme;

    3- l'offre de perfectionnement principalement centrée sur l'approche
       socioconstructiviste afin de l'axer sur les méthodes d'enseignement
       et les connaissances à enseigner;

    4- les programmes universitaires de formation des maîtres.
    

    "Il faut, même dès aujourd'hui, décréter le moratoire sur les programmes
universitaires de formation en éducation. Aux dires de nombreux enseignants
eux-mêmes, il est urgent de procéder à une révision en profondeur des
programmes universitaires en formation des maîtres qui accordent trop peu de
place aux savoirs disciplinaires. Le " modèle unique " de formation à
l'enseignement, centré sur 12 compétences attendues et imposées par le MELS à
toutes les universités québécoises, révèle des lacunes évidentes : il fait
partie des problèmes que nous connaissons actuellement. Comment peut-on
espérer former des enseignants " cultivés " et " qualifiés " en se contentant
de les préparer à devenir de simples " accompagnateurs " d'élèves qui "
construisent " eux-mêmes leurs connaissances? En termes clairs, il est
ESSENTIEL de revenir à un meilleur équilibre entre les connaissances de base
et les savoirs techniques. Faut-il rappeler que pour enseigner une matière,
quelle qu'elle soit, il faut bien la connaître," de poursuivre M. Gérald
Boutin, professeur à l'UQAM au département d'éducation et de formation
spécialisées et, jusqu'à tout récemment, directeur de la formation pratique à
cette même institution.
    Le nouveau bulletin (le 5e en 7 ans), avec ses notes en pourcentages, ses
moyennes de groupe, de même que la réintroduction de l'échec et du
redoublement n'ont pas réglé les problèmes fondamentaux de la réforme de
l'éducation. En 1996, la Commission des Etats généraux sur l'éducation a
recommandé de mettre l'accent sur les matières de base au primaire et au
secondaire et de viser l'égalité des chances pour tous les élèves. "On se rend
compte aujourd'hui que le fait d'augmenter le temps alloué au français ou à
l'histoire n'a pas donné les résultats escomptés. En plaçant en priorité le
développement des compétences au détriment de l'acquisition des connaissances,
toutes ces heures supplémentaires n'ont pas servi à l'enseignement des règles
de base et à la maîtrise du contenu disciplinaire. Comme parent, je souhaite
que l'on place en priorité l'enseignement de la matière et son évaluation et,
par la suite, que l'on vérifie si les élèves peuvent l'appliquer en élaborant
des projets," de constater Mme Sonia Saumier, parent de quatre enfants et
porte-parole de la première heure de la Coalition.
    M. Robert Comeau, professeur associé au département d'histoire de l'UQAM
et directeur de la revue Bulletin d'histoire politique, s'inquiète également
de cette approche par compétences qui affecte toutes les disciplines. "Le
programme d'histoire et d'éducation à la citoyenneté des 3e et 4e secondaires
ont provoqué un tollé il y a deux ans. Le ministère de l'Education ne semble
pas avoir compris le message puisqu'il s'apprête à récidiver avec les
programmes de 5e secondaire en occultant de grands pans de l'histoire
contemporaine sous prétexte qu'à l'heure d'Internet, les élèves n'ont plus
besoin de cours d'histoire sur les grands phénomènes du XXe siècle. Comme si
on pouvait se faire une opinion sur les enjeux actuels sans avoir des
connaissances historiques du XXe siècle. Il faut que ça cesse! L'école doit
d'abord nous permettre d'apprendre et d'élever notre niveau de connaissances.
Une fois la connaissance acquise, le temps viendra " plus tôt que plus tard "
pour les élèves de mettre en pratique leurs connaissances," de commenter
M. Comeau, membre du conseil d'administration de la Société des professeurs
d'histoire du Québec (SPHQ).
    Les porte-parole de la Coalition soutiennent que le rôle de l'école n'est
pas de faire en sorte que chaque enfant reconstruise des connaissances qui ont
pris des siècles à se développer, mais au contraire de transmettre ces
connaissances qui font désormais partie de la culture universelle pour que les
nouvelles générations puissent aller plus loin en construisant de nouvelles
connaissances. "La France et la Suisse ont compris que le développement des
compétences et le socioconstructivisme n'étaient pas l'apanage d'un système
éducatif qui vise l'instruction et l'égalité des chances de réussite de tous
les élèves. Les Français reviennent dès l'an prochain à un apprentissage
systématique de la lecture sur la base de méthodes qui ont fait leurs preuves.
Nous devons nous inspirer d'eux," de conclure Pierre St-Germain.

    La Coalition Stoppons la réforme compte plus de 7000 membres aux quatre
coins du Québec, des parents d'élèves, des citoyennes et citoyens ainsi que
des membres du personnel de l'éducation qui ont recueilli près de 25 000
signatures d'une pétition réclamant que les programmes de formation et la
politique d'évaluation des apprentissages soient amendés pour mettre en
priorité l'acquisition des connaissances sur le développement des compétences.
D'autres actions sont à prévoir prochainement de la part de la Coalition
Stoppons la réforme et de ses partenaires.




Renseignements :

Renseignements: Yves Parenteau, (514) 910-3195; Source : Coalition
Stoppons la réforme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.