La Coalition Solidarité Santé pose cinq questions aux partis politiques



    MONTREAL, le 12 mars /CNW Telbec/ -

    1- Le financement des soins de santé

    Le Québec est l'endroit où les dépenses gouvernementales pour les soins
de santé sont les plus faibles parmi toutes les provinces canadiennes. Elles
s'élèvent à 2566 $ par habitant comparativement à 2910 $ pour l'ensemble du
Canada. Pour rejoindre la moyenne canadienne, le budget de la santé devrait
être haussé de 2 milliards 630 millions.
    Cet écart avec le reste du Canada a augmenté depuis l'élection du
gouvernement du parti libéral, le Québec étant la province qui a connu la plus
faible croissance de ses dépenses de santé au Canada.
    Pourtant, le Québec est une des provinces qui dépensent le plus en
médicaments en raison de sa politique de soutien aux multinationales
pharmaceutiques.

    Questions

    1- Puisque la principale préoccupation de la population est
l'accessibilité aux soins de santé, votre parti s'engage-t-il à fournir à
notre système de santé et de services sociaux un important relèvement
budgétaire afin de corriger les grands problèmes d'accessibilité que l'on
connaît dans les soins médicaux, les soins de longue durée, les services à
domicile, les services sociaux et les services de réadaptation ?
    2- Compte tenu qu'une meilleure gestion permettrait de réduire les coûts
globaux en médicaments, votre parti s'engage-t-il à offrir la gratuité des
médicaments à l'ensemble des personnes vivant sous le seuil de faible revenu ?

    2- La présence du secteur privé

    Depuis son élection et particulièrement depuis le jugement Chaoulli, le
gouvernement a cherché à augmenter la présence du secteur privé dans notre
système de santé et de services sociaux.
    Le gouvernement sortant favorise maintenant la création de cliniques
médicales privées offrant des services chirurgicaux. De plus, il veut
permettre aux assureurs privés de vendre une couverture pour obtenir plus
rapidement des soins médicaux, accentuant ainsi le virage vers un système à
deux vitesses.
    Pourtant, la majorité des Québécoises et des Québécois refusent que des
personnes n'aient pas accès à des services de santé parce qu'elles ne peuvent
pas se les payer.

    Questions

    1- Qu'est-ce que votre parti propose pour résorber les listes d'attente
dans le réseau public et pour empêcher la montée d'un système privé parallèle?
    2- Votre parti est-il prêt à enchâsser dans la loi québécoise les
principes de la Loi canadienne de la santé, soit le caractère public,
l'universalité et l'accessibilité afin que chacun ait droit aux soins de santé
et aux services sociaux sans égard à son revenu ?

    3- Réingénierie du système de santé

    Depuis l'élection du gouvernement du parti libéral, l'organisation des
services de santé et de services sociaux a été complètement transformée par
une réforme administrative qui n'a rien changé aux problèmes d'accessibilité.
    Cette réforme, qui a mis fin au réseau des CLSC, a favorisé la création
de nouvelles entités administratives où le citoyen arrive mal à se retrouver.
    Les nouvelles administrations régionales ont manifestement été conçues
pour favoriser la sous-traitance et dans certains cas la tarification de
services actuellement gratuits, particulièrement dans les services à domicile.
    On observe également un grand désenchantement à l'égard des projets de
partenariat public et privé qui ont été mis de l'avant par le gouvernement
libéral.

    Question

    Votre parti est-il prêt à renoncer aux partenariats avec le secteur privé
et à reconnaître qu'un système public est plus efficace au plan médical, plus
équitable au plan social et plus efficient au plan économique, comme le
démontrent plusieurs études internationales ?

    4- Le personnel de la santé et des services sociaux

    Les pénuries actuelles de main-d'oeuvre dans la plupart des catégories de
personnel de la santé et des services sociaux sont connues et documentées.
    Elles sont des obstacles de premier plan pour assurer l'accessibilité, la
continuité et la qualité des services, estime l'Association québécoise des
établissements de santé et de services sociaux.
    D'ici 2015, il faudra renouveler la moitié du personnel du réseau de la
santé. Bon an mal an, 13 000 personnes devront être recrutées pour assurer le
remplacement du personnel.
    Pourtant, le réseau a développé une mauvaise réputation d'employeur et il
peine déjà à combler le niveau d'effectif requis.
    Le personnel syndiqué de la santé et des services sociaux a été la cible
de l'hostilité d'un gouvernement qui a adopté sous le bâillon, la loi 8 qui
empêche la syndicalisation dans les ressources intermédiaires, la loi 30 qui a
imposé un nouveau système de représentation syndicale et de négociation et la
loi 142 qui a décrété les conditions de travail jusqu'en 2010.

    Questions

    Alors que les signes d'épuisement et de morosité abondent, quelles
mesures votre parti compte-t-il adopter pour valoriser et soulager le
personnel de la santé et des services sociaux et pour combler les pénuries de
main-d'oeuvre actuelles et celles prévues ?
    Votre parti est-il prêt à revoir les lois qui ont porté atteinte aux
droits syndicaux du personnel de la santé et des services sociaux ?

    5 - Les services à domicile

    Les familles et les proches fournissent plus de 80 % des soins et du
soutien aux personnes en perte d'autonomie.  Il y aurait un million de
personnes - très majoritairement des femmes -  qui sont proches aidantes.
    L'accès aux services de réadaptation et de soutien à domicile n'a cessé
de se détériorer pour les personnes, jeunes ou âgées, qui ont des limitations
fonctionnelles.
    L'Office des personnes handicapées du Québec estime que sur 404 000
personnes qui ont besoin de services à domicile, quatre personnes sur cinq 
doivent compter sur l'aide de leurs proches et que 153 000 personnes ont des
besoins non comblés.
    Près de 8 000 personnes de tout âge sont en attente de services en
réadaptation physique, dont 3 000 enfants, dont certains sont contraints
d'attendre jusqu'à deux ans.
    Les services à domicile représentent toujours moins de 2 % du budget du
ministère de la Santé et des Service sociaux.

    Question

    Votre parti est-il prêt à consentir rapidement les ressources nécessaires
pour que le Québec se dote de politiques de soutien à domicile et de
réadaptation efficaces et généreuses afin de fournir l'aide requise aux
personnes en perte d'autonomie et à leurs proches ?

    --------------------------------
    La Coalition Solidarité Santé a été fondée en 1991. Elle regroupe 50
organismes communautaires et syndicaux (www.solidaritesante.qc.ca).




Renseignements :

Renseignements: Gabrielle Pelletier, coordonnatrice, Cellulaire: (514)
817-6604

Profil de l'entreprise

Coalition solidarité santé

Renseignements sur cet organisme

QUEBEC : ELECTIONS 2007

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.