La Coalition Avenir Québec propose un nouveau pacte avec les immigrants

QUÉBEC, le 16 mars 2015 /CNW Telbec/ - C'est un nouveau pacte avec les immigrants que le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, ainsi que le porte-parole du deuxième groupe d'opposition en matière d'immigration et député de Borduas, Simon Jolin-Barrette, ont proposé lundi lors d'une conférence de presse. S'inscrivant dans le cadre de la révision en cours de la politique d'immigration du Québec, la proposition de la CAQ est bâtie autour du principe de la responsabilité partagée entre les immigrants et la société d'accueil et vise à transformer le modèle d'immigration du Québec pour qu'il respecte le caractère interculturel de la société québécoise.

Parmi les mesures qui découleraient de ce nouveau pacte, M. Legault a expliqué qu'il est nécessaire que les exigences que la société d'accueil pose à l'endroit de ses immigrants soient évaluées. « Nous proposons la création d'un certificat d'accompagnement transitoire d'une durée de trois ans. Au bout de cette période, les immigrants devraient être évalués sur leur niveau de connaissance du français, leur connaissance de l'histoire et des valeurs de la société québécoise et la démarche qu'ils ont entreprise vers l'employabilité », a-t-il déclaré.

Le chef de la CAQ a ensuite annoncé que son parti souhaite que le Québec se dote d'une Loi sur l'interculturalisme, de laquelle découleront les mesures visant à constituer un cadre clair de gestion de la diversité. « Le Québec est une société interculturelle qui souhaite mettre en place les outils nécessaires pour que ses immigrants réussissent à se réaliser et s'épanouir pleinement chez elle. Mais la société québécoise souhaite également que ces derniers aient une connaissance minimale du français, respectent ses valeurs fondamentales et démontrent la volonté de s'engager sur le marché du travail. Chacun a donc ses responsabilités : le Québec, comme les immigrants. C'est ça l'esprit de l'interculturalisme québécois et nous croyons qu'il est temps de l'encadrer dans une loi », a poursuivi François Legault.

« Dans cette optique, nous croyons qu'il est du devoir du gouvernement du Québec d'améliorer ses politiques en matière de francisation, d'intégration et d'emploi pour les immigrants. Nous souhaitons donc allouer davantage de ressources aux programmes existants, les transformer pour permettre notamment une meilleure régionalisation de l'immigration et pour assurer une meilleure adéquation de ceux-ci avec les besoins du marché du travail », a-t-il ajouté, en spécifiant qu'une plus grande participation de la population immigrante sur le marché du travail serait bénéfique pour l'économie du Québec.

Le porte-parole de la CAQ en matière d'immigration a détaillé l'ensemble des mesures proposées par la Coalition et a rappelé que sa formation politique désirait rapatrier les compétences fédérales en matière de sélection des immigrants issus de la réunification familiale, afin que la nation québécoise ait le plein contrôle de sa politique en matière d'immigration. Il a aussi expliqué que si le Québec était plus exigeant à l'endroit des immigrants en les évaluant au bout de trois ans, cela lui permettrait de prendre de nouvelles orientations au moment de la sélection de ceux-ci. « C'est pourquoi nous pouvons nous permettre de proposer d'augmenter la pondération pour les qualifications professionnelles dans la grille de sélection des immigrants. De cette façon, le Québec sera davantage compétitif à l'international pour recruter les immigrants les plus qualifiés, tout en s'assurant, grâce à l'évaluation de la troisième année, qu'ils respectent les exigences de la société d'accueil », a dit M. Jolin-Barrette.

Le député de Borduas a également expliqué que même si le nouveau pacte proposé par la CAQ prévoyait toutes les mesures nécessaires pour que les immigrants réussissent l'évaluation de la troisième année, il serait possible pour un immigrant ne réussissant pas l'évaluation de bénéficier d'une année de sursis et d'un deuxième essai pour tenter d'obtenir son certificat de sélection du Québec, étape nécessaire à l'obtention de la résidence permanente et de la citoyenneté canadienne.

Il a aussi ajouté qu'advenant que le Tribunal des droits de la personne du Québec reconnaisse une violation de la Charte québécoise des droits et libertés par un immigrant sous certificat d'accompagnement transitoire, un comité d'experts indépendants pourrait statuer sur l'admissibilité de cet immigrant à l'évaluation de la troisième année.

« Notre objectif est de transformer le modèle d'immigration du Québec pour qu'il respecte les principes de l'interculturalisme et de la responsabilité partagée entre la société d'accueil et ses immigrants. À notre avis, ce nouveau pacte est nécessaire pour concilier à la fois les préoccupations des Québécois, qui forment une nation francophone qui souhaite que ses valeurs soient respectées, avec les nécessités économiques et démographiques de l'immigration », a conclu Simon Jolin-Barrette.

Rappelons que les consultations parlementaires sur l'élaboration de la nouvelle politique d'immigration du Québec se sont terminées le 10 février dernier. Toutes les propositions découlant du nouveau pacte proposé par la CAQ sont disponibles sur le site Internet de la Coalition Avenir Québec.

 

SOURCE Aile parlementaire de la Coalition Avenir Québec

Renseignements : Guillaume Simard-Leduc, Attaché de presse du chef, Aile parlementaire de la Coalition Avenir Québec, 581 888-3946, gsleduc@assnat.qc.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.