La chirurgie rend les octogénaires jeunes de coeur



    TORONTO, le 28 oct. /CNW Telbec/ - "Les patients octogénaires et même
nonagénaires peuvent subir avec succès une importante intervention
chirurgicale qui leur permet de profiter d'une meilleure qualité de vie", ont
déclaré les Drs Kevin Lachapelle et Rakesh Chaturvedi lors d'une allocation
présentée devant le Congrès canadien de santé cardiovasculaire 2008, organisé
conjointement par la Fondation des maladies du coeur et la Société canadienne
de cardiologie.
    "Il s'agit d'une découverte importante, parce que les baby-boomers
vivront plus vieux que prévu", dit Dr Lachapelle, chirurgien cardiaque.
    Dr Lachapelle présentait un rapport sur 185 patients âgés de 80 ans et
plus ayant subi une intervention chirurgicale au Centre de santé universitaire
McGill, afin de remplacer ou de réparer des valvules cardiaques défectueuses.
Plus de cinq ans après leur intervention, 60 % d'entre eux étaient vivants et
de ce nombre, 90 % menaient une vie saine et active.
    "De tels résultats témoignent de nos succès. Nous avons opéré ce groupe
diversifié, dont certains membres sont arrivés par l'urgence et d'autres, pour
une chirurgie élective. Certains ont eu droit à une seule intervention et
d'autres, à plus d'une", a précisé Dr Lachapelle. L'étude tient compte de tous
ces patients.
    Dr Lachapelle rappelle que plusieurs octogénaires ne sont simplement pas
référés à la chirurgie parce qu'on les considère trop âgés. "C'est au
chirurgien de décider. Personne n'opérerait une valvule chez un patient
atteint de maladie grave et incapacitante. Et bien sûr, certains aînés
refusent l'intervention. Nous devons respecter ce choix. Personne d'entre nous
ne vivra éternellement."
    Cette étude de McGill est encore plus importante parce que ces patients
ont tous été opérés à coeur ouvert. De nouvelles interventions moins
traumatisantes, comme les interventions effectuées par l'artère fémorale, sont
maintenant offertes et pourraient apporter des résultats encore plus
encourageants chez les aînés. Selon Dr Lachapelle, cette étude pourrait
s'avérer une étape décisive afin d'évaluer les succès à long terme de ces
nouvelles interventions.
    "On nous demande parfois si les interventions effectuées sur des patients
âgés de 80 ans et plus ne sont pas un gaspillage de fonds publics et si ces
patients ne sont pas inutilement soumis à un traumatisme important", dit
Dr Chaturvedi, co-auteur de cette étude. "En conservant ces patients actifs et
en bonne santé, nous faisons économiser de l'argent au système de santé. Et un
très grand nombre de nos patients se portent à merveille."
    A peine neuf pour cent (9 %) des patients survivants vivent en milieu
supervisé (à la maison ou dans des établissements de soins de longue durée).
Près de 72 % d'entre eux vivent à domicile tandis que 25 % habitent en
résidence. A peine 26 % ont besoin d'aide dans leurs activités ou leur travail
de tous les jours. La grande majorité est autonome dans ses activités
journalières.
    "Bref, 91 % de nos patients de chirurgie sont en mesure de se rendre à
l'épicerie et de vaquer à leurs activités de tous les jours. Les aînés
devraient avoir le même accès aux soins médicaux importants que les patients
plus jeunes", dit Dr Lachapelle.
    Dre Beth Abramson, porte-parole de la Fondation des maladies du coeur,
signale que dans un pays dont la population vieillit, ce message revêt une
importance toute particulière : "Cette étude démontre que les aînés peuvent
survivre et voir leur qualité et leur durée de vie s'améliorer de façon
marquée après une importante chirurgie cardiaque", dit Dre Abramson. Elle
démontre que les aînés peuvent bénéficier de telles interventions et que l'âge
n'est pas une raison permettant de justifier le refus de les traiter.

    Les déclarations et conclusions des auteurs de cette étude sont
uniquement celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement les
politiques ou les points de vue de la Fondation et la SCC. La Fondation des
maladies du coeur du Canada et la Société canadienne de cardiologie font
aucune représentation ou garantie quant à leur exactitude ou à leur fiabilité.

    Organisme bénévole de bienfaisance en santé, la Fondation des maladies du
coeur mène la lutte vers l'élimination des maladies du coeur et des accidents
vasculaires cérébraux (AVC), en contribuant activement à l'avancement de la
recherche et sa mise en application, à la promotion de modes de vie sains et à
la représentation auprès des instances responsables des politiques de santé.
Pour en savoir plus, visitez le site www.fmcoeur.ca.




Renseignements :

Renseignements: ou entrevues, s'adresser à: Bureau des médias du CCSC
2008, (416) 585-3703 (du 26 au 29 octobre); Renseignements sur le congrès ou
inscription : www.cardiocongress.org; Après le 29 octobre 2008: Jane-Diane
Fraser, Fondation des maladies du coeur du Canada, (613) 569-4361, poste 273,
jfraser@hsf.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.