La chef de la direction de la Société canadienne du cancer prend la parole lors d'une conférence sur la recherche sur le cancer de la prostate



    TORONTO, le 29 sept. /CNW/ - "Aujourd'hui, les patients atteints du
cancer de la prostate doivent relever un défi de taille, soit celui de décider
si un traitement immédiat est nécessaire", a déclaré la Dre Barbara Whylie,
chef de la direction de la Société canadienne du cancer lors d'une conférence
sur la recherche sur le cancer de la prostate qui s'est tenue à Toronto.
    "En raison de la sévérité des effets secondaires découlant de
l'intervention chirurgicale ou de la radiothérapie, certains hommes pourraient
envisager sérieusement d'opter pour une approche thérapeutique appelée
surveillance active, a affirmé la Dre Barbara Whylie. Malheureusement, il
n'existe présentement aucune preuve scientifique pour guider les patients ou
leur équipe soignante dans le choix de la meilleure approche."
    La Dre Whylie a ajouté que la Société était heureuse d'avoir procédé
récemment au lancement d'une importante étude internationale permettant de
répondre aux questions portant sur cet aspect épineux du traitement du cancer
de la prostate.
    L'essai clinique qui porte le nom de START (pour Surveillance Therapy
Against Radical Treatment- thérapie de surveillance ou traitement radical)
comparera le traitement standard utilisé dans les cas de cancer de la prostate
- l'intervention chirurgicale ou la radiothérapie - à la surveillance active
de la maladie. Pour cette étude, plus de 2 000 patients venant de recevoir un
diagnostic de cancer de la prostate à faible risque (dont le cancer est
localisé et ne semble pas évoluer rapidement) seront recrutés et suivis au
Canada, aux E.-U., en Angleterre et en Europe. La moitié des patients seront
choisis au hasard pour recevoir un traitement et l'autre moitié fera l'objet
d'un suivi attentif dans le cadre de visites régulières chez le médecin. La
surveillance active est une stratégie où le patient ne reçoit pas de
traitement immédiat, mais fait plutôt l'objet d'un suivi attentif et régulier
pour vérifier l'évolution de son état de santé et lui garantir un traitement
si nécessaire.
    "Un diagnostic de cancer est un événement qui change non seulement la vie
du patient, mais également celle de sa famille, a affirmé la Dre Whylie. Nous
comptons sur cette recherche pour nous éclairer davantage, de telle sorte que
certains hommes n'aient pas à subir inutilement des traitements."
    La Dre Whylie a ajouté que de plus en plus d'hommes survivent à un cancer
de la prostate. "Plus de 122 000 Canadiens ont reçu un diagnostic de cancer de
la prostate au cours des derniers 15 ans. Si les taux de mortalité continuent
de diminuer, le nombre d'hommes vivant avec un cancer de la prostate
continuera d'augmenter. Ce sont de bonnes nouvelles, mais nous devons nous
assurer d'avoir les ressources nécessaires pour répondre aux besoins de ces
hommes."
    La Dre Whylie a également déclaré à un public composé de survivants du
cancer de la prostate et de chercheurs que :

    
      -  Le cancer de la prostate est la forme de cancer la plus souvent
         diagnostiquée chez les hommes au Canada. En 2007, on estime que plus
         de 22 000 Canadiens recevront un diagnostic de cancer de la prostate
         et que 4 300 mourront des suites de la maladie.

      -  Le taux d'incidence du cancer de la prostate augmente graduellement
         depuis 1990. Il faut poursuivre les recherches pour identifier les
         facteurs de risque du cancer de la prostate.

      -  Le taux de mortalité par cancer de la prostate a commencé à baisser
         au milieu des années 90 et a diminué de façon marquée de 2,7 % par
         année entre 1994 et 2003.
    

    La Dre Whylie a terminé son allocution en déclarant qu'aucun organisme ne
pouvait vaincre le cancer seul. "Une approche coordonnée et systématique est
nécessaire là où la collaboration est la norme et non l'exception. Ce type
d'approche nous aidera à trouver les réponses au cancer de la prostate et aux
200 autres maladies appelées cancer."

    La Société canadienne du cancer est un organisme bénévole national, à
caractère communautaire, dont la mission est l'éradication du cancer et
l'amélioration de la qualité de vie des personnes touchées par le cancer. Si
vous désirez en savoir plus sur le cancer, visitez notre site Web au
www.cancer.ca ou appelez notre Service d'information sur le cancer au numéro
gratuit et bilingue 1 888 939-3333.

    La conférence sur la recherche sur le cancer de la prostate était
commanditée par l'Initiative canadienne de recherche sur le cancer de la
prostate en partenariat avec le Réseau canadien du cancer de la prostate.
Cette conférence était modelée sur le Forum national sur le cancer de la
prostate de 1997. Elle s'est déroulée du 28 au 30 septembre à Toronto.





Renseignements :

Renseignements: Alexa Giorgi, Spécialiste des communications bilingue,
(416) 934-5681

Profil de l'entreprise

Société canadienne du cancer (Bureau national)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.