La Bourse de Toronto représente une bonne option de placement malgré l'économie américaine chancelante : Marchés mondiaux CIBC



    Les investisseurs ne doivent pas céder à la tentation de se "mettre à 
    l'abri"

    TORONTO, le 8 janv. /CNW/ - Banque CIBC (CM aux bourses de Toronto et de
New York) - Malgré les craintes des investisseurs concernant les répercussions
d'une économie visiblement chancelante aux Etats-Unis, la Bourse de Toronto
demeure une bonne option de placement, selon le plus récent rapport "Canadian
Portfolio Strategy Outlook" de Marchés mondiaux CIBC.
    Le rapport souligne que, même si la crise des prêts hypothécaires
représente clairement un fardeau pour les Etats-Unis, les facteurs économiques
fondamentaux demeurent forts sur le marché canadien de sorte que les
investisseurs doivent résister à la tentation de se mettre à l'abri.
    "Les titres des secteurs des ressources et de l'énergie demeurent
fondamentalement haussiers à la Bourse de Toronto", a déclaré Jeff Rubin,
économiste en chef et stratège en chef, Marchés mondiaux CIBC. "La montée du
baril de pétrole à 100 $ US justifie notre importante surpondération des
actions du secteur de l'énergie, ce qui, dans le contexte actuel des prix,
favorisera beaucoup de fusions et d'acquisitions.
    "Récemment, les primes de fusion et d'acquisition sur le marché mondial
de l'énergie ont été de l'ordre de 30 % à 40 %, et nous ne voyons aucune
raison qui empêcherait les acquisitions d'actifs canadiens du secteur de
l'énergie, particulièrement ceux des sables bitumineux, d'en offrir autant ou
plus. Les surpondérations dans les secteurs des métaux de base et de l'or
reflètent notre optimisme à l'égard de la croissance de l'économie mondiale,
stimulée par de fortes économies dans certains pays outremer, ainsi que notre
pessimisme par rapport au dollar américain."
    Il maintient une surpondération de quatre points pour les actions du
secteur de l'énergie et de deux points pour celles des matériaux.
    Marchés mondiaux CIBC prévoit que la hausse du marché se poursuivra
pendant 2008, l'indice composé TSX atteignant 16 200 points avant la fin de
l'année, un rendement total approchant 20 %. "Cette hausse ne présente pas les
excès qui ont caractérisé la bulle du marché des technologies de la fin des
années 1990", a ajouté M. Rubin. "Les rendements des actions, par exemple,
sont demeurés stables à environ 2 %, alors que les bénéfices croissants ont
permis aux revenus de grimper au rythme des prix des actions. Bien que cela ne
semble pas particulièrement important, l'écart avec les rendements comptants
et obligataires rétrécit, et sera diminué davantage par une réduction probable
d'un quart de point de la Banque du Canada en janvier.
    "En outre, les rendements des actions à la Bourse de Toronto sont environ
d'un demi-point plus élevés que ceux du S&P 500. Les gains en bénéfices
devraient laisser la place à une forte croissance des dividendes en 2008. Un
des secteurs où le versement des dividendes est le plus généreux est celui des
banques, secteur dans lequel nous maintenons une sous-pondération en raison
des inquiétudes, probablement déjà exagérées, relatives à l'exposition au
crédit. Cependant, on trouve le rendement d'actions le plus élevé,
actuellement juste sous les 4 %, soit bien au-dessus des rendements
obligataires sur une base ajustée à l'impôt, dans le secteur des services
publics, qui est également attrayant comme placement défensif. Résultat, nous
ajoutons une surpondération de un point de pourcentage à ce secteur."
    M. Rubin souligne également que l'élan des bénéfices demeure
impressionnant, avec la hausse de 12 % observée l'an dernier dans les
bénéfices nets d'exploitation surpassant le rythme des cours des actions. Il
note qu'un gain de profit de 13 % en 2008 sera soutenu par une hausse des prix
du pétrole, du gaz naturel et de l'or, par une force renouvelée des métaux de
base et par une bonne santé du secteur des ventes au détail au Canada. Sur
cette base, l'indice composé se retrouve raisonnablement 14,5 fois supérieur
aux bénéfices, multiple qui est de plus en plus attrayant au moment où les
taux d'intérêt diminuent.
    Bien que les secteurs des ressources et de l'énergie demeurent en santé,
les difficultés que connaît actuellement l'économie des Etats-Unis auront à
court terme une incidence négative sur les actions des secteurs financier et
industriel, ainsi que dans le segment des produits de consommation
discrétionnaires associés aux pièces d'automobiles.
    "Les prix à la valeur du marché des actifs liés aux taux de défaillance
encore croissants des prêts hypothécaires à risque élevé demeurent
problématiques en ce qui concerne l'évaluation des banques canadiennes", a
ajouté M. Rubin. "Au même moment, les actions du secteur canadien de la
fabrication à l'exportation demeurent exposées à non seulement la parité du
dollar, mais également à la faiblesse de l'économie américaine au premier
semestre."
    Par conséquent, il a retranché un point de pourcentage du secteur des
produits de consommation discrétionnaires et maintient sous-pondérés les
secteurs financiers et industriels.
    Avec la perspective d'une économie américaine encore morose pendant au
moins le prochain trimestre, M. Rubin prévoit une réduction d'un autre demi-
point par la Réserve fédérale américaine; la Banque du Canada suivant avec sa
propre réduction d'un quart de point. Il prévoit également que les efforts de
l'administration Bush visant à geler certains taux hypothécaires et à
faciliter la conversion des refinancements en prêts garantis par le
gouvernement permettront d'éviter la défaillance pour une bonne partie des
hypothèques à risque élevé.
    En raison de ces initiatives liées aux taux d'intérêt, il a transféré un
point de pourcentage du comptant aux obligations.
    Vous pouvez consulter l'étude intégrale de Marchés mondiaux CIBC à :
http://research.cibcwm.com/economic_public/download/psjan08.pdf.

    Marchés mondiaux CIBC, division des services bancaires de gros et des
services aux entreprises de la Banque CIBC, offre une gamme complète de
produits de crédit intégré et de marchés des capitaux, de services bancaires
d'investissement et de services de banque d'affaires à des clients des marchés
financiers clés en Amérique du Nord et partout dans le monde. Nous proposons
également des solutions novatrices et des services consultatifs dans un vaste
éventail de secteurs et nous fournissons des études de premier ordre à notre
clientèle d'investisseurs constituée de sociétés, de gouvernements et
d'institutions.




Renseignements :

Renseignements: Jeff Rubin, économiste en chef et stratège en chef, 
Marchés mondiaux CIBC, au (416) 594-7357, jeff.rubin@cibc.ca, ou avec Kevin 
Dove, Communications et affaires publiques CIBC, au (416) 980-8835, 
kevin.dove@cibc.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.