La Banque Scotia veut aider les Canadiens à éviter les erreurs les plus fréquentes en matière de planification fiscale



    TORONTO, le 8 janv. /CNW/ - Le début de l'année est généralement une
période éprouvante pour les Canadiens, qui se démènent pour faire des
cotisations de dernière minute à leur RER avant la date limite, en
l'occurrence le 29 février 2008. Voici quelques conseils de la Banque Scotia
qui aideront les Canadiens à commencer l'année du bon pied.

    
    -   Est-il trop tard? - Le 1er janvier 2008, les Canadiens disposaient
        déjà de moins de façons pouvant influer sur leur déclaration fiscale
        de 2007.

    "Une fois l'année terminée, il est vraiment trop tard pour chercher à
obtenir une réduction maximale des impôts", souligne Howard Kabot, directeur
national, Planification financière. "Pour l'instant, le seul conseil que je
donnerais aux Canadiens pour réduire leurs impôts de 2007 est de cotiser à
leur RER. L'idéal consiste à planifier dès le début de l'année et à prendre
des mesures tout au long de celle-ci pour obtenir une réduction maximale des
impôts. Il est maintenant temps de planifier les économies d'impôt de 2008."

    -   Effectuez la cotisation maximale permise à votre RER. De nombreux
        Canadiens ne versent pas la cotisation maximale permise à leur RER
        par manque de liquidités.

    "Outre les espèces, il y a d'autres façons de cotiser à un RER. Les
Canadiens peuvent y verser des actions ou des obligations, ou encore
emprunter, s'ils savent qu'ils seront capables de rembourser le prêt dans les
douze mois suivants", a ajouté M. Kabot.

    -   Les Canadiens n'ont pas recours à toutes les stratégies fiscales à
        leur portée. Par exemple, en plus des nouveaux règlements permettant
        le fractionnement du revenu de pension, d'autres stratégies de
        fractionnement du revenu prévoient le fractionnement du revenu
        familial entre les conjoints et les enfants.
    -   Les Canadiens ne profitent pas de tout l'éventail des moyens qui leur
        sont offerts. Par exemple, il peut être très avantageux sur le plan
        fiscal de remettre un don en espèces à un enfant mineur, puisque le
        parent ne sera pas imposé sur l'éventuel gain en capital,
        contrairement aux intérêts et aux dividendes.

    "Le fractionnement de revenu, que ce soit avec un conjoint ou un enfant,
est une stratégie à laquelle tous les contribuables devraient recourir, mais
non sans l'aide d'un conseiller fiscal", a précisé M. Kabot.

    -   Les Canadiens devraient mettre à profit d'autres instruments de
        placement enregistrés. Pour bien planifier sa retraite il faut
        forcément cotiser à un RER, mais s'il est question d'épargner pour
        les études d'un enfant, alors le REEE est une bonne solution,
        puisqu'il fructifie à l'abri de l'impôt et bénéficie des cotisations
        additionnelles du gouvernement.
    -   Tirez parti au maximum de vos pertes boursières. Alors que la fin de
        l'année est le moment propice pour examiner votre portefeuille de
        placement afin de tirer parti des ventes à perte à des fins fiscales,
        il faut aussi se rappeler d'inscrire ces pertes dans votre
        déclaration fiscale. N'oubliez pas que les pertes qui n'ont pu être
        déclarées en 2007 peuvent être reportées sur les déclarations des
        trois années précédentes ou de celles à venir.

    "Le report de pertes en capital à une année antérieure peut entraîner des
économies d'impôt appréciables", a souligné M. Kabot. "La clé consiste à se
rappeler que ces pertes existent et de ne pas oublier de les déclarer
ultérieurement."

    -   Les Canadiens ne connaissent pas toutes les façons de réduire leurs
        impôts. Dans le cas des petits entrepreneurs, le fait d'aménager un
        bureau à la maison leur permettra de déduire une partie de leur loyer
        et de leurs frais, tels que ceux liés aux services publics.
    -   Certains parents ne savent pas que leurs enfants peuvent produire une
        déclaration. Les parents devraient produire une déclaration pour tout
        enfant touchant un revenu. Cela permettra de cotiser davantage au RER
        et pourrait entraîner un remboursement de TPS pour l'enfant (s'il a
        19 ans ou plus). A noter, les personnes dont le revenu est inférieur
        à 9 600 $ ne peuvent payer d'impôts.
    

    "C'est le moment idéal pour entreprendre la planification fiscale de
2008", a affirmé M. Kabot. "En demandant conseil à leur planificateur ou
conseiller fiscal dès maintenant, les Canadiens pourront réduire leurs impôts
maintenant et pour les années à venir."

    La Banque Scotia est l'une des principales institutions financières en
Amérique du Nord et la plus internationale des banques canadiennes. Forts de
leur effectif de plus de 60 000 employés, le Groupe Banque Scotia et ses
sociétés affiliées comptent environ 12 millions de clients dans une
cinquantaine de pays. Outre des services bancaires d'investissement, la Banque
Scotia offre une gamme complète de produits et de services aux particuliers,
aux petites et moyennes entreprises ainsi qu'aux grandes sociétés. L'actif de
la Banque Scotia s'établit à 412 milliards de dollars (au 31 octobre 2007).
Les actions de la Banque Scotia sont cotées en bourse à Toronto (BNS) et à New
York (BNS). Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter le
site Web de la Banque à l'adresse www.banquescotia.com.





Renseignements :

Renseignements: Paula Cufre, Relations publiques, Banque Scotia, (416)
933-1093

Profil de l'entreprise

Banque Scotia

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.