La Banque Scotia réalise un solide bénéfice trimestriel de plus de 1 milliard de dollars



    
    Points saillants du troisième trimestre :

    -   Bénéfice (dilué) par action de 0,98 $, contre 1,02 $ pour l'exercice
        précédent et 0,97 $ au dernier trimestre
    -   Bénéfice net de 1,01 milliard de dollars, contre 1,03 milliard de
        dollars pour l'exercice précédent et 0,98 milliard de dollars au
        dernier trimestre
    -   Rendement des capitaux propres de 21,0 %, contre 21,7 % pour
        l'exercice précédent
    -   Ratio de productivité de 54,3 %, contre 53,0 % pour l'exercice
        précédent
    

    TORONTO, le 26 août /CNW/ - La Banque Scotia a déclaré aujourd'hui pour
son troisième trimestre un bénéfice net de 1,01 milliard de dollars, contre
1,03 milliard de dollars à la période correspondante de 2007. Le bénéfice net
a progressé de 3 % comparativement à celui de 980 millions de dollars inscrit
au trimestre précédent, par suite surtout d'une hausse du revenu d'intérêts
net et des revenus associés aux opérations avec la clientèle ainsi que de la
vigueur des revenus de transaction.
    Le bénéfice dilué par action s'est établi à 0,98 $, contre 1,02 $ à la
période comparable de 2007, et 0,97 $ au trimestre précédent. Le rendement des
capitaux propres est resté de bonne tenue, à 21,0 %.
    "En ces temps difficiles qui frappent actuellement le secteur des
services financiers à l'échelle mondiale, de faire valoir le président et chef
de la direction, Rick Waugh, la stratégie de la Banque Scotia, qui est de
diversifier ses affaires selon les secteurs d'activité et les régions
géographiques, lui a permis de bien tirer son épingle du jeu. D'un exercice
sur l'autre, le total des revenus s'est accru de 5 %, l'actif ayant fortement
progressé de 54 milliards de dollars, ou 13 %, grâce à l'apport des trois
secteurs de croissance : le Réseau canadien, les Opérations internationales et
Scotia Capitaux. Ces gains ont été contrebalancés par une augmentation des
provisions pour pertes sur créances dans certains de nos portefeuilles de
prêts aux particuliers, une baisse des revenus tirés des marchés financiers en
regard des niveaux records atteints au cours de la même période l'an dernier
et une hausse des charges engagées pour appuyer les mesures de croissance. Le
ratio de productivité de la Banque de 54,3 %, le meilleur du secteur, rend
compte de la constance efficace que nous avons appliquée à la maîtrise de nos
coûts. Notre bilan demeure solide et nos coefficients de capital sont
excellents.
    "En outre, d'ajouter Rick Waugh, le Réseau canadien a dégagé des
résultats records pour le trimestre, avec des revenus qui se sont accrus de
9 % au total comparativement à ceux de la période correspondante de 2007. Tous
les réseaux de ventes ont enregistré une hausse des prêts hypothécaires, de
sorte que la part de marché s'est accrue, tandis que les dépôts de
particuliers se sont accrus de 12 % et ont permis à la Banque d'enregistrer la
croissance de la part de marché la plus élevée du secteur. Ce secteur a aussi
profité de l'augmentation des revenus tirés de la gestion du patrimoine,
notamment un gain de la part de marché des fonds communs de placement pour le
sixième trimestre d'affilée et la croissance des prêts commerciaux et des
prêts aux petites entreprises.
    "Les Opérations internationales ont tiré parti de la forte croissance
interne soutenue, en particulier au chapitre des prêts hypothécaires et des
cartes de crédit, d'une importante augmentation des dépôts et des retombées
positives des acquisitions réalisées, partiellement annulées par une hausse
des impôts et par une augmentation des provisions pour pertes sur créances.
    "Scotia Capitaux a connu un trimestre solide au cours duquel elle a
profité de ses portefeuilles diversifiés; elle a bénéficié des revenus sans
précédents tirés de Scotia Waterous et des titres à revenu fixe, du solide
apport de ScotiaMocatta ainsi que des opérations de change et de l'apport
accru des entreprises de prêts. Ces facteurs ont été en partie contrebalancés
par un recul des résultats des dérivés qui avaient atteint des niveaux records
au même trimestre l'an dernier.
    "La culture de la Banque en matière de gestion du risque lui permet de
bien se comporter en dépit des secousses qui animent actuellement les marchés
financiers mondiaux.
    "Notre situation de trésorerie reste enviable et donne à la Banque les
ressources qu'il lui faut pour poursuivre ses possibilités d'acquisition
stratégique et d'expansion de ses affaires.
    "La seconde moitié de 2008 montre une amélioration comparativement aux
deux premiers trimestres de notre exercice, compte tenu de nos actifs qui
continuent de croître dans nos trois secteurs d'activité et de la reprise des
marchés financiers. Bien que nous soyons en bonne voie pour atteindre trois de
nos quatre grands objectifs financiers et opérationnels, il est peu probable
que nous atteignions l'objectif d'augmentation du bénéfice par action que nous
nous étions fixé à la fin du dernier exercice étant donné le ralentissement de
la croissance de l'économie mondiale."

    
    Résultats cumulatifs par rapport aux principaux objectifs financiers et
    opérationnels de 2008

    1.  Objectif : Afficher un rendement des capitaux propres (RCP)(1) se
        situant entre 20 % et 23 %. Pour la période de neuf mois à l'étude,
        la Banque Scotia a affiché un RCP de 20,3 %.

    2.  Objectif : Générer une croissance du bénéfice par action ordinaire
        (dilué) de 7 % à 12 %. D'un exercice sur l'autre, le bénéfice par
        action a enregistré une croissance négative de 9 %.

    3.  Objectif : Maintenir un ratio de productivité inférieure à 57 %. Le
        ratio de la Banque Scotia a été de 55,1 % pour la période de neuf
        mois.

    4.  Objectif : Maintenir de solides coefficients de capital. A 9,8 %, le
        coefficient du capital de catégorie 1 de la Banque Scotia demeure
        solide, selon les normes canadiennes et internationales.


    (1)  Se reporter à l'analyse des mesures non conformes aux PCGR plus
         loin.



    DONNEES FINANCIERES

                                                                       Pour
                                                               les périodes
                          Aux dates indiquées et pour les      de neuf mois
                          trimestres terminés à ces dates     terminées les
    -------------------------------------------------------------------------
                                     31       30       31       31       31
                                juillet    avril  juillet  juillet  juillet
    (non vérifié)                  2008     2008     2007     2008     2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Résultats d'exploitation
     (en millions de dollars)
    Revenu d'intérêts net         1 946    1 873    1 812    5 633    5 382
    Revenu d'intérêts net
     (BMEF(1))                    2 049    1 973    1 913    5 954    5 697
    Total des revenus             3 374    3 172    3 201    9 385    9 412
    Total des revenus (BMEF(1))   3 477    3 272    3 302    9 706    9 727
    Dotation à la provision pour
     pertes sur créances            159      153       92      423      175
    Frais autres que d'intérêts   1 889    1 794    1 752    5 352    5 202
    Charge d'impôts                 287      209      296      689      859
    Charge d'impôts (BMEF(1))       390      309      397    1 010    1 174
    Bénéfice net                  1 010      980    1 032    2 825    3 091
    Bénéfice net attribuable
     aux actionnaires ordinaires    978      958    1 016    2 750    3 056
    -------------------------------------------------------------------------
    Rendement de l'exploitation
    Bénéfice de base par action
     (en dollars)                  0,99     0,97     1,03     2,79     3,09
    Bénéfice dilué par action
     (en dollars)                  0,98     0,97     1,02     2,77     3,06
    Rendement des capitaux
     propres (en pourcentage)(1)   21,0     21,4     21,7     20,3     22,2
    Ratio de productivité
     (en pourcentage) (BMEF(1))    54,3     54,8     53,0     55,1     53,5
    Marge nette sur intérêts sur
     le total de l'actif moyen
     (en pourcentage) (BMEF(1))    1,79     1,76     1,86     1,78     1,90
    -------------------------------------------------------------------------
    Données du bilan (en
     millions de dollars)
    Liquidités et titres        124 079  129 749  121 633
    Prêts et acceptations       283 742  267 875  233 004
    Total de l'actif            462 407  452 573  408 115
    Dépôts                      332 469  322 438  286 985
    Actions privilégiées          2 560    2 210    1 290
    Capitaux propres
     attribuables aux
     actionnaires ordinaires     18 801   18 213   18 377
    Actifs sous administration  207 433  202 266  198 786
    Actifs sous gestion          37 842   32 917   31 031
    -------------------------------------------------------------------------
    Mesures du capital(2)
    Coefficient du capital de
     catégorie 1 (en
     pourcentage)                   9,8      9,6      9,7
    Coefficient du capital
     total (en pourcentage)        11,5     11,7     10,6
    Coefficient des capitaux
     propres attribuables aux
     actionnaires ordinaires
     à l'actif pondéré en
     fonction du risque(1)
     (en pourcentage)               7,6      7,5      7,7
    Actif pondéré en fonction
     du risque (en millions
     de dollars)                225 801  218 878  219 771
    -------------------------------------------------------------------------
    Qualité du crédit
    Montant net des prêts
     douteux(3) (en millions
     de dollars)                  1 009      845      584
    Provision générale pour
     pertes sur créances (en
     millions de dollars)         1 323    1 323    1 298
    Montant net des prêts
     douteux en pourcentage
     des prêts et
     acceptations(3)               0,36     0,32     0,25
    Dotation à la provision
     spécifique pour pertes
     sur créances en pourcentage
     de l'encours moyen des
     prêts et acceptations
     (annualisé)                   0,23     0,24     0,16     0,22     0,12
    -------------------------------------------------------------------------
    Données sur les actions
     ordinaires
    Cours de l'action
     (en dollars)
      Haut                        52,51    50,00    54,67    54,00    54,73
      Bas                         41,95    42,00    48,91    41,95    48,80
      Clôture                     49,98    47,82    49,45
    Actions en circulation
     (en millions)
      Moyenne (de base)             989      986      988      986      990
      Moyenne (diluée)              994      992      996      993      999
      Fin de la période             990      987      982
    Dividendes par action
     (en dollars)                  0,49     0,47     0,45     1,43     1,29
    Rendement de l'action (en
     pourcentage)                   4,1      4,1      3,5      4,0      3,3
    Ratio de distribution(4) (en
     pourcentage)                  49,6     48,4     43,7     51,3     41,8
    Capitalisation boursière
     (en millions de dollars)    49 475   47 194   48 578
    Valeur comptable par action
     ordinaire(en dollars)        18,99    18,45    18,71
    Ratio de la valeur de
     marché à la valeur
     comptable                      2,6      2,6      2,6
    Ratio cours-bénéfice
     (quatre derniers
     trimestres)                   13,4     12,7     12,4
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres données
    Employés(5)                  62 209   62 143   57 152
    Succursales et bureaux(5)     2 557    2 529    2 289
    -------------------------------------------------------------------------

    (1) Mesure non conforme aux PCGR. Se reporter plus loin pour l'analyse
        de ces mesures.
    (2) Depuis le 1er novembre 2007, les coefficients de capital
        réglementaire sont déterminés selon les règles de Bâle II. Les
        chiffres correspondants des périodes antérieures ont été déterminés
        selon les règles de Bâle I.
    (3) Le montant net des prêts douteux correspond au montant des prêts
        douteux moins la provision spécifique pour pertes sur créances.
    (4) Représente le dividende sur actions ordinaires de la période en
        pourcentage du bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires
        au cours de la période.
    (5) Certains chiffres correspondants des périodes antérieures ont été
        retraités afin de comprendre les chiffres définitifs de toutes les
        nouvelles acquisitions.
    


    MESSAGE AUX PARTENAIRES

    Stratégies de réussite

    Les marchés financiers mondiaux ont continué d'être secoués au troisième
trimestre de 2008 - ce qui n'a pas empêché la Banque Scotia d'améliorer son
rendement. A nouveau, nous avons dégagé de solides résultats tout en mettant
en exécution notre stratégie, dont les trois principaux objectifs sont une
croissance soutenue de nos revenus, une gestion efficace de notre capital et
le développement de notre leadership.
    Nous avons continué d'employer nos capitaux pour le financement
d'acquisitions stratégiques et la poursuite de mesures commerciales visant à
soutenir nos objectifs de croissance. Au cours du trimestre, nous avons ainsi
annoncé la conclusion d'un accord définitif portant sur l'achat de E(*)TRADE
Canada auprès de sa société mère américaine pour la somme de 442 millions de
dollars américains. Cette acquisition permettra à la Banque Scotia de
multiplier par deux sa présence sur le marché canadien du placement en ligne
et viendra soutenir la croissance de son segment de gestion du patrimoine.
    Nous avons montré notre confiance à l'égard du marché péruvien et avons
accentué notre stratégie de croissance en y effectuant récemment plusieurs
acquisitions, notamment en portant notre participation dans la Scotiabank Peru
de 78 % à 98 % au moyen du rachat d'actions détenues jusque-là par la banque
italienne Intesa Sanpaolo S.p.A.
    Nous avons en outre passé une alliance avec la HDFC Bank en Inde, qui
permettra à la Banque Scotia de mieux servir les citoyens indiens souhaitant
émigrer au Canada, tout en mettant par ailleurs ses clients du Canada en
rapport avec l'une des principales institutions financières indiennes.
    ScotiaMocatta, la division des métaux précieux de Scotia Capitaux, a
obtenu le statut de membre financier étranger de la Bourse de l'or de Shanghai
("SGE"), principale bourse de métaux précieux en Chine, ce qui lui donnera le
droit de négocier de l'or, de l'argent et du platine par l'entremise de sa
succursale de Guangzhou, dans le sud de la Chine.
    Même si les conditions du marché ne s'allègent pas, nous n'en restons pas
moins encouragés par les robustes résultats enregistrés par nos trois secteurs
d'activité, par notre rigueur au chapitre de la gestion du risque et par la
grande compétence de notre personnel. Dans le cadre de Point de vue, le
sondage annuel de nos salariés, les employés de la Banque Scotia du monde
entier nous ont confirmé l'importance qu'ils accordaient à leur emploi à la
Banque. Pour 2008, l'indice de satisfaction globale des employés s'est chiffré
à 86 %, tandis que l'indice de diversité, qui mesure le niveau de respect et
de sensibilité de la direction à l'égard des questions de conciliation
travail-famille, tel que le perçoivent les employés, s'est établi à 88 %.
    A l'aube des derniers mois de 2008, nous restons fermement axés sur
l'exécution de nos stratégies et priorités, de manière à bien pouvoir amorcer
la poursuite de notre croissance en 2009.


    
    Objectifs 2008 - Notre tableau de bord équilibré
    -------------------------------------------------------------------------

    Résultats financiers

    -   Rendement des capitaux propres de 20 % à 23 %
    -   Croissance de 7 % à 12 % du bénéfice dilué par action
    -   Valeur à long terme pour les actionnaires grâce à l'augmentation des
        dividendes et à l'appréciation du cours de l'action

    -------------------------------------------------------------------------

    Exploitation

    -   Ratio de productivité inférieur à 57 %
    -   Bonnes cotes de crédit
    -   Pratiques saines en matière de gouvernance d'entreprise et de
        conformité
    -   Solides coefficients de capital

    -------------------------------------------------------------------------

    Clientèle

    -   Niveau élevé de satisfaction et de fidélité de la clientèle
    -   Relations plus étroites avec nos clients existants
    -   Recrutement de nouveaux clients

    -------------------------------------------------------------------------

    Personnel

    -   Niveau élevé de satisfaction et de mobilisation des employés
    -   Grande diversité de nos effectifs
    -   Engagement envers la responsabilité sociale de l'entreprise et la
        participation dans la collectivité


    REALISATIONS

    Réseau canadien

    -   La Banque Scotia a conclu une entente portant sur l'acquisition de
        E(*)TRADE Canada sous réserve des approbations réglementaires. Forte
        d'un actif géré de 4,7 milliards de dollars et d'un effectif de
        190 employés, E(*)TRADE Canada figure parmi les grandes sociétés de
        courtage en ligne, proposant un éventail de produits et de services
        aux investisseurs autonomes et institutionnels. La conclusion de ce
        marché se trouvera à doubler la présence de la Banque Scotia sur le
        marché canadien du placement en ligne et est un signe de notre
        volonté d'accentuer nos activités dans le secteur de la gestion du
        patrimoine et d'y augmenter nos affaires.

    -   Nous avons lancé le programme d'épargne Dépôt d'appoint(MC), qui
        permet aux clients d'accroître leur épargne chaque fois qu'ils
        utilisent leur Carte Scotia pour faire un achat à un point de vente.
        Les clients ont ainsi la possibilité de transformer en épargne leurs
        achats par débit chaque fois qu'ils décident d'arrondir le montant
        total de leur achat à la tranche supérieure de 1 $ ou de 5 $, le
        reste étant déposé automatiquement dans un Maître Compte(MD), compte
        d'épargne à intérêt élevé. Il s'agit d'une première au Canada, qui
        rehausse d'autant la compétitivité de la Banque Scotia.

    -   Dans le cadre de la campagne Dépassez-vous - Visez le million, qui
        vise à aider les petites entreprises à trouver des stratégies pour
        développer leurs affaires, la Banque Scotia a mis en oeuvre un
moyen
        nouveau de joindre ce segment de marché. A l'aide d'un véhicule
        récréatif spécialement équipé pour sa mission, notre équipe Petites
        entreprises est en train de parcourir le pays dans le cadre d'une
        tournée pancanadienne de cinq mois qui l'amènera dans 70 localités. A
        chaque étape, l'équipe fait la promotion des outils, compétences et
        services offerts aux petites entreprises souhaitant accéder au
        prochain stade de leur croissance.

    Opérations internationales

    -   Nous continuons d'agrandir notre réseau de distribution afin
        d'accroître notre clientèle dans les marches clés. Au cours du
        trimestre, nous avons ouvert 22 nouvelles succursales, dont 15 au
        Mexique. Nous avons également ouvert un bureau de représentation en
        Turquie.

    -   Au Pérou, l'un des principaux marchés d'Amérique latine, nous
        poursuivons notre expansion au chapitre des services complémentaires
        grâce à l'achat d'une participation de 47,5 % dans Profuturo, caisse
        de retraite péruvienne privée. Profuturo est la quatrième caisse de
        retraite privée en importance au pays et détient une part de marché
        de 23 % selon le nombre de clients et une part de 17 % des revenus de
        ce secteur. La Banque Scotia travaillera de concert avec un groupe
        d'actionnaires locaux actuels de Profuturo pour gérer l'entreprise.

    -   Pour la deuxième année consécutive, la Banque Scotia en Jamaique est
        lauréate du prix Or dans la catégorie Qualité globale décerné par
        MasterCard Worldwide pour l'excellence de ses réalisations au plan de
        l'exploitation. Ce prix souligne la qualité exceptionnelle des
        activités d'exploitation.

    Scotia Capitaux

    -   ScotiaMocatta est désormais membre de la Bourse de l'or de Shanghai,
        la principale bourse de métaux précieux en Chine. Il s'agit là de la
        première fois qu'une succursale d'une banque étrangère se voit ainsi
        accorder le statut de membre.

    -   Scotia Capitaux a été cosyndicataire dans le cadre d'un placement à
        tranches multiples de 1,3 milliard de dollars américains
        d'obligations garanties par nantissement de titres de la National
        Rural Utilities Cooperative Finance Corporation des Etats-Unis.
        L'opération est le plus grand placement d'obligations dont Scotia
        Capitaux a été le chef de file jusqu'à présent, pour ce qui est de la
        valeur en dollars américains.

    -   Scotia Waterous a agi à titre de conseiller financier exclusif auprès
        de Hupecol Caracara LLC, dans le cadre de la vente par celle-ci de
        920 millions de dollars américains d'actifs pétroliers colombiens à
        CEPSA Colombia S.A., filiale à 100 % de la Compania Espanola de
        Petroleos, S.A.

    -   Scotia Capitaux a agi à titre de conseiller financier exclusif auprès
        de Hecla Mining Co., dans le cadre de l'achat, pour 750 millions de
        dollars américains, de la participation de Rio Tinto dans la mine
        d'argent de Greens Creek. Parallèlement à cette opération, Scotia
        Capitaux a été l'unique chef de file et agent administratif à l'égard
        de facilités de crédit de 380 millions de dollars américains, et a
        fourni le montage pour le programme de couverture des taux d'intérêt
        qui y était lié.

    Faits saillants concernant le personnel

    -   Les résultats de notre sondage annuel du personnel Point de vue
        révèlent que la Banque Scotia continue d'être un employeur de choix à
        l'échelle mondiale malgré les difficultés liées au contexte
        commercial. Cette année, 82 % de nos employés dans le monde ont
        répondu au sondage, et leurs impressions ont permis de dégager un
        niveau de satisfaction élevé, mesuré à partir de deux indices.
        L'indice de satisfaction globale des employés s'établit à 86 % pour
        2008, tandis que l'indice de diversité, qui mesure les perceptions
        des employés en ce qui concerne le respect qui leur est témoigné et
        la sensibilité de la direction aux questions de conciliation
        travail-famille, s'établit à 88%.

    Engagement dans la collectivité

    -   La Banque Scotia a été le principal commanditaire de la
        5e Conférence mondiale sur le cancer du sein, qui s'est tenue à
        Winnipeg en juin. Cette conférence triennale vise l'établissement de
        réseaux, l'éducation publique et la recherche sur cette maladie
        d'importance, qui frappe un trop grand nombre de gens dans le monde.
        En avril et en mai, les succursales de la Banque Scotia au Canada ont
        accepté des dons en échange d'épinglettes, dons qui ont servi à
        défrayer quelque 150 délégués qui, autrement, n'auraient pas eu les
        moyens d'assister à la conférence. La Banque Scotia a aussi fait don
        d'un montant de plus de 207 000 $, égalant du coup l'ensemble des
        dons ainsi recueillis. Des employés issus de 60 succursales de
        Winnipeg y ont aussi officié à titre bénévole.

    -   Scotiabank El Salvador poursuit son parrainage du projet promouvant
        la santé à l'école avec l'Université Brock, et fait un don de
        120 500 $, nécessaire à la réalisation des activités entreprises
        cette année. Ce projet, mis en oeuvre avec le concours de
l'université
        nationale de El Salvador, vise l'enseignement de l'éducation physique
        axé sur le respect de soi et la non-violence comme matière au
        programme pédagogique du ministère de l'Education du Salvador.


    RAPPORT DE GESTION

    -------------------------------------------------------------------------
    

    Enoncés prospectifs

    Nos communications publiques comprennent souvent des énoncés prospectifs
verbaux et écrits. Le présent document renferme ce genre d'énoncés, et de tels
énoncés peuvent également être intégrés à d'autres documents déposés auprès
des organismes de réglementation du commerce des valeurs mobilières du Canada
ou de la Securities and Exchange Commission des Etats-Unis, ou à toute autre
communication. De tels énoncés sont formulés aux termes des règles
d'exonération de la loi américaine de 1995 intitulée Private Securities
Litigation Reform Act et des lois sur les valeurs mobilières en vigueur au
Canada. Ces énoncés comprennent des observations concernant les objectifs de
la Banque, les stratégies qu'elle emploie pour atteindre ces objectifs, ses
résultats financiers prévisionnels (y compris ceux relevant du domaine de la
gestion du risque) et les perspectives à l'égard des activités de la Banque et
de l'économie du Canada, des Etats-Unis et du monde entier. On reconnaît
habituellement les énoncés prospectifs à l'emploi de termes ou d'expressions
comme "croire", "prévoir", "s'attendre à", "avoir l'intention de", "estimer",
"projeter", "pourrait augmenter" et "pourrait fluctuer" et autres expressions
similaires ainsi que par la conjugaison des verbes au futur et au
conditionnel.
    De par leur nature, les énoncés prospectifs comportent de nombreuses
hypothèses, des incertitudes et des risques inhérents, tant généraux que
spécifiques, ainsi que le risque que les prédictions et autres énoncés
prospectifs se révèlent inexacts. La Banque conseille aux lecteurs de ne pas
se fier indûment à ces énoncés, étant donné que les résultats réels risquent
de différer sensiblement des estimations et intentions exprimées dans ces
énoncés prospectifs, en raison d'un certain nombre de facteurs importants dont
plusieurs sont indépendants de sa volonté. Ces facteurs sont notamment la
conjoncture économique et financière au Canada et dans le monde; les
variations des taux d'intérêt et des cours du change; les liquidités;
l'incidence des changements apportés à la politique monétaire; les
modifications apportées aux lois et à la réglementation au Canada et ailleurs,
notamment les changements apportés aux lois fiscales; le risque opérationnel
et le risque de réputation; l'exactitude et l'exhaustivité de l'information
que la Banque reçoit sur sa clientèle et ses contreparties; la mise au point
et le lancement de nouveaux produits et services en temps opportun sur des
marchés réceptifs; l'aptitude de la Banque à étendre ses canaux de
distribution existants et à en mettre sur pied de nouveaux afin d'accroître
ses revenus; l'aptitude de la Banque à mener à terme ses acquisitions et ses
autres stratégies de croissance et à intégrer les établissements acquis; les
modifications des conventions et des méthodes comptables dont la Banque se
sert pour présenter sa situation financière et ses résultats d'exploitation, y
compris les incertitudes entourant les principales hypothèses et estimations
comptables; l'incidence de l'application de modifications comptables futures;
l'activité sur les marchés financiers mondiaux; l'aptitude de la Banque à
recruter et à conserver des dirigeants clés; la confiance accordée aux tiers
qui fournissent les composantes de l'infrastructure commerciale de la Banque;
les changements imprévus des habitudes de dépenses et d'épargne du
consommateur; les changements technologiques; la fraude perpétrée par des
tiers à l'interne ou à l'extérieur de la Banque, notamment par l'utilisation
inédite de nouvelles technologies pour commettre des fraudes à l'endroit de la
Banque ou de ses clients; le regroupement du secteur canadien des services
financiers; la présence de nouveaux concurrents et des concurrents établis;
les procédures judiciaires et réglementaires; les cas de force majeure comme
les tremblements de terre et les ouragans; l'incidence éventuelle de conflits
internationaux et autres événements, y compris les actes terroristes et la
guerre contre le terrorisme; les incidences de maladies ou d'épidémies sur les
économies locales, nationales ou internationale; les perturbations des
infrastructures publiques, notamment les transports, les communications,
l'électricité et l'eau; de même que l'aptitude de la Banque à prévoir et à
gérer les risques que comportent ces facteurs. La Banque consacre une bonne
partie de ses activités à consentir des prêts ou à affecter autrement ses
ressources à certains secteurs, entreprises ou pays. Tout événement imprévu
touchant ces emprunteurs, secteurs ou pays risque d'avoir une incidence
défavorable importante sur les résultats financiers de la Banque, sur ses
activités, sur sa situation financière ou sur ses liquidités. Ces facteurs, et
d'autres encore, peuvent faire en sorte que la performance réelle de la Banque
soit, dans une mesure importante, différente de celle envisagée par les
énoncés prospectifs. Pour plus de renseignements, il y a lieu de se reporter à
la page 56 du rapport annuel 2007 de la Banque.
    La liste des facteurs importants énoncés ci-dessus n'est pas exhaustive.
Lorsqu'ils se fient à des énoncés prospectifs pour prendre des décisions à
l'égard de la Banque et de ses titres, les investisseurs et les autres
personnes doivent se pencher diligemment sur ces facteurs, ainsi que sur
d'autres incertitudes et éventualités. La Banque ne s'engage pas à mettre à
jour les énoncés prospectifs verbaux ou écrits qui peuvent être faits de temps
à autre par elle ou en son nom.
    La rubrique "Perspectives" contenue dans le présent rapport est fondée
sur les opinions de la Banque; leur réalisation est incertaine. Le lecteur est
prié de tenir compte des facteurs susmentionnés lors de la lecture de cette
rubrique.

    -------------------------------------------------------------------------

    Le lecteur trouvera d'autres renseignements sur la Banque, y compris sa
notice annuelle, sur le site Web de SEDAR, à www.sedar.com, ainsi que dans la
section EDGAR du site Web de la SEC, à www.sec.gov


    Mesures non conformes aux PCGR

    Pour évaluer son rendement, la Banque a recours à diverses mesures
financières. Certaines d'entre elles ne sont pas calculées selon les principes
comptables généralement reconnus (les "PCGR") ni définies par ceux-ci. Ces
mesures n'ont aucune signification normalisée qui assurerait qu'elles sont
cohérentes et comparables à celles du même nom utilisées par d'autres
sociétés. Ces mesures non conformes aux PCGR se trouvent dans notre rapport de
gestion plus loin. Leur définition est donnée ci-dessous.

    Base de mise en équivalence fiscale

    La Banque analyse le revenu d'intérêts net et le total des revenus sur
une base de mise en équivalence fiscale (la "BMEF"). Cette méthode majore le
revenu exonéré d'impôts gagné sur certains titres et comptabilisé dans le
revenu d'intérêts net jusqu'à un montant équivalent avant impôts. Une
augmentation correspondante est inscrite à la charge d'impôts, ce qui signifie
qu'il n'y a aucune incidence sur le bénéfice net. La direction est d'avis que
cette méthode permet d'établir une comparaison uniforme du revenu d'intérêts
net découlant de sources imposables et de celui provenant de sources non
imposables et qu'elle favorise une méthode cohérente de mesure. Bien que
d'autres banques utilisent également la BMEF, la méthode qu'elles utilisent
pourrait ne pas être comparable à celle de la Banque. Pour le trimestre à
l'étude, le montant de la majoration du revenu d'intérêts net et de la charge
d'impôts au titre de la BMEF s'est élevé à 103 millions de dollars, contre
101 millions de dollars au trimestre correspondant de l'exercice précédent et
100 millions de dollars au trimestre précédent. Pour la période de neuf mois à
l'étude, le montant de la majoration du revenu d'intérêts net et de la charge
d'impôts au titre de la BMEF s'est établi à 321 millions de dollars,
comparativement à 315 millions de dollars pour la période correspondante de
l'exercice précédent.
    Aux fins de la présentation des informations sectorielles, le revenu
d'intérêts net et la charge d'impôts des secteurs sont majorés d'un montant
équivalent imposable. L'élimination de la majoration au titre de la BMEF est
comptabilisée dans le secteur "Autres".

    Ratio de productivité (BMEF)

    La direction utilise le ratio de productivité comme mesure de
l'efficacité de la Banque. Ce ratio représente les frais autres que d'intérêts
exprimés en pourcentage du total des revenus, sur une base de mise en
équivalence fiscale.

    Marge nette sur intérêts sur le total de l'actif moyen (BMEF)

    Ce ratio représente le revenu d'intérêts net, sur une base de mise en
équivalence fiscale, exprimé en pourcentage du total de l'actif moyen.

    Levier d'exploitation

    La Banque définit le levier d'exploitation comme le taux de croissance du
total des revenus sur une base de mise en équivalence fiscale moins le taux de
croissance des frais.

    Rendement des capitaux propres

    Le rendement des capitaux propres est une mesure de rentabilité qui
présente le bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires, exprimé en
pourcentage du capital qui a été investi pour réaliser ce bénéfice. L'adoption
des nouvelles normes comptables traitant des instruments financiers au premier
trimestre de 2007 s'est traduite par certains gains et pertes non réalisés qui
sont constatés dans une nouvelle composante des capitaux propres. La Banque
calcule le rendement de ses capitaux propres à l'aide des capitaux propres
moyens attribuables aux actionnaires ordinaires, compte tenu de toutes les
nouvelles composantes des capitaux propres.

    Capital économique et rendement du capital économique

    Aux fins de l'information de gestion, la Banque répartit le capital entre
ses secteurs d'activité selon une méthode qui tient compte du risque de
crédit, du risque de marché, du risque opérationnel et des autres risques
propres à chaque secteur. Le montant réparti est communément appelé capital
économique. Le rendement des capitaux propres par secteur d'activité est fondé
sur le capital économique attribué à chaque secteur d'activité. L'écart entre
le montant du capital économique nécessaire pour soutenir l'exploitation des
secteurs d'activité de la Banque et le total de ses capitaux propres est
constaté dans le secteur "Autres".

    Coefficient des capitaux propres corporels attribuables aux actionnaires
    ordinaires à l'actif pondéré en fonction du risque

    Le coefficient des capitaux propres corporels attribuables aux
actionnaires ordinaires à l'actif pondéré en fonction du risque est une mesure
financière importante pour les agences de notation externes et les
investisseurs. Les capitaux propres corporels attribuables aux actionnaires
ordinaires représentent la somme du total des capitaux propres et de la
participation sans contrôle dans les filiales, déduction faite des actions
privilégiées, des gains ou des pertes non réalisés sur les titres disponibles
à la vente et sur les couvertures de flux de trésorerie, de l'écart
d'acquisition et des autres actifs incorporels (après impôts). Les capitaux
propres corporels attribuables aux actionnaires ordinaires sont présentés en
pourcentage de l'actif pondéré en fonction du risque.
    Les coefficients de capital réglementaire, comme le coefficient du
capital de catégorie 1 et le coefficient du capital total, ont une
signification normalisée, définie par le Bureau du surintendant des
institutions financières Canada (le "BSIF").


    Résultats financiers et situation financière du Groupe

    Le 26 août 2008

    Le bénéfice net de la Banque Scotia pour le trimestre a enregistré une
progression et s'est établi à 1 010 millions de dollars. Bien que le bénéfice
net du trimestre soit en baisse de 2 %, ou 22 millions de dollars, par rapport
à celui du trimestre correspondant de l'exercice précédent, il a augmenté de
3 %, ou 30 millions de dollars, par rapport à celui du deuxième trimestre de
l'exercice 2008.
    Par rapport à la période correspondante de l'exercice précédent,
l'accroissement du revenu d'intérêts net découlant des acquisitions et de la
croissance interne de l'actif ainsi que l'amélioration des revenus générés par
les clients pour le trimestre à l'étude ont été plus que contrebalancés par la
hausse des dotations à la provision pour pertes sur créances, la baisse des
revenus tirés des marchés des capitaux, l'augmentation des frais engagés pour
soutenir les mesures visant la croissance et l'incidence défavorable de la
conversion de devises.
    La montée du bénéfice net pour le trimestre à l'étude par rapport à celui
du deuxième trimestre a découlé principalement de la croissance du revenu
d'intérêts net, de l'augmentation des revenus tirés des marchés financiers, de
la hausse des revenus générés par les clients et de la progression des gains
nets sur les titres détenus à des fins autres que de transaction. Ces facteurs
ont été en partie contrebalancés par l'augmentation des charges de
rémunération et l'incidence de la hausse du taux d'imposition effectif.
    Le bénéfice net pour la période de neuf mois écoulée a atteint
2 825 millions de dollars, en baisse de 266 millions de dollars, ou 9 %, par
rapport à celui de la période correspondante de l'exercice précédent. La
progression du revenu d'intérêts net ayant découlé de la forte croissance de
l'actif, l'apport net favorable des acquisitions et la diminution du taux
d'imposition effectif ont été plus que contrebalancés par l'augmentation des
dotations à la provision pour pertes sur créances, le recul des revenus de
transaction et les réductions de valeur inscrites à l'égard de certains
instruments de crédit structuré au cours de l'exercice. La diminution du
bénéfice net pour les neuf premiers mois de l'exercice a également découlé de
l'augmentation des frais et de l'incidence défavorable de la conversion de
devises.

    Total des revenus

    Pour le trimestre écoulé, le total des revenus (sur une base de mise en
équivalence fiscale) s'est chiffré à 3 477 millions de dollars, soit une
hausse de 175 millions de dollars, ou 5 %, par rapport à celui du trimestre
correspondant de l'exercice précédent, et de 205 millions de dollars, ou 6 %
par rapport à celui du deuxième trimestre. La progression sur douze mois tient
à la croissance du revenu d'intérêts net ainsi qu'à la hausse des revenus
générés par les clients, conjuguées à l'apport des acquisitions récentes. Ces
facteurs ont été en partie contrebalancés par la baisse des revenus tirés des
marchés financiers et l'incidence de la conversion de devises.
    La progression du total des revenus par rapport à celui du deuxième
trimestre a découlé avant tout de la hausse du revenu d'intérêts net
attribuable à la croissance de l'actif dans les secteurs des Opérations
internationales et du Réseau canadien et aux deux jours supplémentaires du
trimestre à l'étude, de la hausse des revenus de transaction et des gains sur
titres, ainsi que de l'essor de l'ensemble des revenus générés par les
clients.
    Le total des revenus pour la période de neuf mois écoulée, qui s'est
établi à 9 706 millions de dollars, a été de 21 millions de dollars inférieur
à celui de la période correspondante de l'exercice précédent.

    Revenu d'intérêts net

    Le revenu d'intérêts net (sur une base de mise en équivalence fiscale) du
trimestre écoulé s'est chiffré à 2 049 millions de dollars, en hausse de
136 millions de dollars, ou 7 %, par rapport à celui du trimestre
correspondant de l'exercice précédent, et de 76 millions de dollars, ou 4 %,
par rapport à celui du deuxième trimestre.
    L'augmentation de ce revenu par rapport à celui du trimestre
correspondant de l'exercice précédent a découlé de la croissance de l'actif
dans tous les secteurs d'activité, particulièrement dans celui des prêts aux
grandes sociétés et aux particuliers, compte tenu de l'apport considérable des
acquisitions. Cette croissance a été contrebalancée en partie par le
resserrement de la marge et l'incidence défavorable de la conversion de
devises.
    La forte croissance du revenu d'intérêts net par rapport à celui du
deuxième trimestre est attribuable essentiellement à la croissance soutenue de
l'actif, aux deux jours supplémentaires du trimestre à l'étude et à
l'incidence favorable des instruments dérivés utilisés aux fins de la gestion
de l'actif et du passif.
    Le revenu d'intérêts net pour les neuf premiers mois de l'exercice a crû
de 257 millions de dollars, ou 5 %, par rapport à celui de la période
correspondante de l'exercice précédent pour s'établir à 5 954 millions de
dollars. Cette augmentation a été stimulée par la vigoureuse croissance
interne de l'actif et l'apport des acquisitions récentes, facteurs qui ont été
en partie contrebalancés par l'incidence défavorable de la conversion de
devises et le resserrement des marges par suite d'une augmentation relative
des frais de financement de gros et des pertes sur les instruments dérivés
utilisés aux fins de la gestion de l'actif et du passif.
    La marge sur intérêts de la Banque s'est établie à 1,79 %, contre 1,86 %
pour la période correspondante de l'exercice précédent et 1,76 % pour le
deuxième trimestre. Le recul de la marge par rapport à celle du trimestre
correspondant de l'exercice précédent est principalement attribuable à
l'incidence défavorable des variations de la juste valeur des instruments
dérivés utilisés aux fins de la gestion de l'actif et du passif, aux
changements dans la composition des actifs, notamment l'accroissement des
prêts hypothécaires à taux variable dégageant un faible rendement, et à la
hausse relative des frais de financement de gros. La marge s'est légèrement
accentuée en regard de celle du deuxième trimestre par suite du recul des
actifs détenus à des fins de transaction.

    Autres revenus

    Les autres revenus se sont établis à 1 428 millions de dollars pour le
trimestre écoulé, en hausse de 39 millions de dollars, ou 3 %, en regard de
ceux du trimestre correspondant de l'exercice précédent. Cette hausse a été
observée dans toutes les catégories de revenus générés par les clients, en
raison de l'accroissement des activités menées par les clients, compte tenu de
l'apport des acquisitions. Les revenus de titrisation ont également progressé.
Ces facteurs ont été partiellement contrebalancés par le recul des revenus de
transaction en regard des revenus particulièrement élevés gagnés au cours de
la période correspondante de l'exercice précédent, par la diminution des gains
nets réalisés sur les titres détenus à des fins autres que de transaction
ainsi que par l'incidence défavorable de la conversion de devises.
    La montée de 129 millions de dollars, ou 10 %, des autres revenus du
trimestre à l'étude par rapport à ceux du deuxième trimestre est
essentiellement attribuable à la croissance générale des opérations engagées
par des clients, à la vigueur des revenus tirés des services bancaires
d'investissement et des revenus de transaction, particulièrement en ce qui a
trait aux instruments dérivés et à l'augmentation des gains nets sur les
titres détenus à des fins autres que de transaction.
    Les autres revenus pour la période de neuf mois à l'étude se sont établis
à 3 752 millions de dollars, en baisse de 278 millions de dollars, ou 7 %, par
rapport à ceux de la période correspondante de l'exercice précédent, ce qui
s'explique avant tout par la diminution des revenus de transaction, les
réductions de valeur de certains instruments de crédit structuré inscrites au
cours de l'exercice, la baisse des commissions de prise ferme et l'incidence
défavorable de la conversion de devises. Ces facteurs ont été quelque peu
atténués par la progression des revenus générés par les clients et
l'augmentation des revenus liés aux fonds communs de placement et des revenus
de titrisation.

    Dotation à la provision pour pertes sur créances

    La dotation à la provision pour pertes sur créances s'est établie à
159 millions de dollars pour le trimestre écoulé, en hausse de 67 millions de
dollars par rapport à celle de la période correspondante de l'exercice
précédent, et de 6 millions de dollars en regard de celle du deuxième
trimestre. L'augmentation de la dotation pour le trimestre en regard de celle
de la période correspondante de l'exercice précédent est attribuable à la
hausse des dotations relatives au portefeuille de prêts aux particuliers au
sein du secteur des Opérations internationales, ainsi qu'à l'augmentation des
dotations pour les secteurs Scotia Capitaux et Réseau canadien. Un exposé plus
complet sur le risque de crédit est fourni ci-après.

    Frais autres que d'intérêts et productivité

    Les frais autres que d'intérêts se sont établis à 1 889 millions de
dollars pour le trimestre à l'étude, en hausse de 137 millions de dollars, ou
8 %, par rapport à ceux du trimestre correspondant de l'exercice précédent.
Cette hausse est attribuable aux mesures mises en oeuvre visant à soutenir les
activités et la croissance, notamment l'ouverture de succursales au Canada, au
Mexique, au Chili et au Pérou, de même qu'à l'incidence des acquisitions
récentes. En outre, des provisions de 28 millions de dollars visant des
obligations contractuelles ont été inscrites relativement aux acquisitions
initiales de la Banque au Pérou. Ces facteurs ont été quelque peu atténués par
l'incidence favorable de la conversion de devises et le recul de la
rémunération liée au rendement dans une mesure conforme à la diminution des
revenus de transaction.
    Les frais autres que d'intérêts ont augmenté de 95 millions de dollars,
ou 5 %, par rapport à ceux du deuxième trimestre. Cette progression a découlé
principalement de la croissance des charges liées à la rémunération et aux
avantages sociaux ainsi que des provisions visant des obligations au Pérou. La
croissance des charges liées à la rémunération et aux avantages sociaux a
découlé des deux jours supplémentaires du trimestre à l'étude, de la hausse de
la rémunération liée au rendement en raison de la montée des revenus de
transaction et des commissions en fonction du volume, ainsi que de
l'accroissement de la rémunération à base d'actions. Ces facteurs ont été
partiellement contrebalancés par la baisse des honoraires.
    Les frais autres que d'intérêts pour la période de neuf mois à l'étude se
sont chiffrés à 5 352 millions de dollars, en hausse de 150 millions de
dollars, ou 3 %, par rapport à ceux de 5 202 millions de dollars inscrits pour
la période correspondante de l'exercice précédent. Cette croissance a découlé
essentiellement des acquisitions et des mesures mises en oeuvre visant à
soutenir la croissance, et elle a donc été observée dans la plupart des
catégories. Ces facteurs ont été quelque peu atténués par l'incidence
favorable de la conversion de devises, la baisse de la rémunération à base
d'actions et le recul de la rémunération liée au rendement, principalement par
suite de la diminution des revenus de transaction.
    Le ratio de productivité s'est établi à 54,3 % pour le trimestre à
l'étude, contre 53,0 % pour le trimestre correspondant de l'exercice
précédent, et 54,8 % au deuxième trimestre. Le levier d'exploitation de la
Banque pour le trimestre à l'étude calculé par rapport aux résultats de la
période correspondante de l'exercice précédent s'est établi à un pourcentage
négatif de 2,6 %, tandis qu'il s'est chiffré à un pourcentage positif de 0,9 %
lorsque calculé par rapport aux résultats du deuxième trimestre. Le levier
d'exploitation depuis le début de l'exercice s'est établi à un pourcentage
négatif de 3,1 %, en partie par suite des réductions de valeur de certains
instruments de crédit structuré inscrites au cours de l'exercice et de la
baisse des revenus de transaction par rapport aux revenus particulièrement
élevés constatés au cours de l'exercice précédent.

    Impôts

    Le taux d'imposition effectif a été de 21,7 % pour le trimestre à
l'étude, contre 21,8 % pour le trimestre correspondant de l'exercice précédent
et 17,0 % pour le deuxième trimestre. Le faible écart avec le taux de
l'exercice précédent s'explique avant tout par la baisse du taux d'imposition
prévu par la loi au Canada, contrebalancée par la diminution du revenu dans
des territoires où les taux d'imposition sont moins élevés. L'augmentation du
taux par rapport à celui du trimestre dernier a découlé principalement de la
baisse du revenu de dividende exonéré d'impôts et de la diminution du revenu
dans des territoires où les taux d'imposition sont moins élevés.
    Le taux d'imposition effectif pour les neuf premiers mois de l'exercice
s'est établi à 19,1 %, contre 21,3% pour la période correspondante de
l'exercice précédent.

    Gestion du risque

    Les pratiques et politiques de la Banque en matière de gestion du risque
n'ont pas changé par rapport à ce qui est énoncé aux pages 56 à 67 du Rapport
annuel 2007.

    Risque de crédit

    La dotation à la provision spécifique pour pertes sur créances a été de
159 millions de dollars pour le troisième trimestre, en regard des 92 millions
de dollars inscrits pour la période correspondante de l'exercice précédent et
des 153 millions de dollars comptabilisés au deuxième trimestre.
    La dotation à la provision pour pertes sur créances liée aux
portefeuilles du Réseau canadien s'est chiffrée à 99 millions de dollars, en
hausse par rapport à celle de 77 millions de dollars inscrite au trimestre
correspondant de l'exercice précédent. La hausse par rapport au trimestre
correspondant de l'exercice précédent a découlé des dotations plus importantes
pour les portefeuilles de prêts aux entreprises et aux particuliers. Les
variations des dotations pour le portefeuille de prêts aux entreprises ont
essentiellement trait à deux comptes, et elles ont été suscitées par la
progression des services bancaires aux petites entreprises. Les dotations pour
le portefeuille de prêts aux particuliers sont principalement liées au volume
se rapportant à Avantage Concessionnaire Scotia, et elles ont été
contrebalancées en partie par une réduction des dotations pour les autres
prêts personnels. La dotation à la provision pour pertes sur créances a reculé
de 3 millions de dollars par rapport à celle du trimestre précédent.
    La dotation à la provision pour pertes sur créances du secteur Opérations
internationales a été de 56 millions de dollars pour le troisième trimestre,
en hausse de 31 millions de dollars par rapport à celle de la période
correspondante de l'exercice précédent, mais en baisse de 4 millions de
dollars en regard de celle du deuxième trimestre. L'augmentation en regard de
la dotation du trimestre correspondant de l'exercice précédent est
essentiellement attribuable à la croissance de l'actif du portefeuille de
prêts aux particuliers, à l'acquisition au Chili, à la hausse des dotations
pour le portefeuille de prêts aux entreprises dans les Antilles et en Asie et
à l'accroissement du taux de défaillances en ce qui a trait aux prêts aux
particuliers au Mexique. La hausse des dotations pour le portefeuille de prêts
aux particuliers au Mexique et au Pérou a été partiellement contrebalancée par
les recouvrements et reprises nets au titre des prêts aux entreprises, surtout
au Mexique. Le léger recul de la dotation par rapport à celle du deuxième
trimestre est principalement attribuable aux activités au Mexique et au Pérou,
où l'augmentation des recouvrements et des reprises sur les provisions à
l'égard du portefeuille de prêts aux entreprises qui n'étaient plus
nécessaires a été en partie atténuée par la majoration des dotations à l'égard
du portefeuille de prêts aux particuliers.
    Scotia Capitaux a inscrit une dotation à la provision pour pertes sur
créances de 4 millions de dollars au troisième trimestre, contre un
recouvrement net de 10 millions de dollars au troisième trimestre de
l'exercice précédent, et un recouvrement net de 9 millions de dollars au
deuxième trimestre. L'augmentation tant par rapport au montant pour le
troisième trimestre de l'exercice précédent qu'à celui pour le deuxième
trimestre a trait à une nouvelle dotation aux Etats-Unis.
    Le montant net total des prêts douteux, déduction faite de la provision
spécifique pour pertes sur créances, s'élevait à 1 009 millions de dollars au
31 juillet 2008, en hausse de 164 millions de dollars par rapport au montant
inscrit pour le deuxième trimestre. Cette augmentation a trait principalement
aux activités des secteurs Opérations Internationales et Scotia Capitaux. La
provision générale pour pertes sur créances s'établissait à 1 323 millions de
dollars au 31 juillet 2008, soit au même montant qu'à la fin du deuxième
trimestre.

    Risque de marché

    La valeur à risque ("VAR") est une mesure clé du risque de marché lié aux
activités de transaction de la Banque. La VAR quotidienne moyenne du troisième
trimestre s'est élevée à 15,8 millions de dollars, contre 15,6 millions de
dollars pour le trimestre correspondant de l'exercice précédent,
l'accroissement du risque de taux d'intérêt ayant été annulé par la diminution
du risque sur actions. La VAR quotidienne moyenne est passée de 14,6 millions
de dollars au deuxième trimestre à 15,8 millions de dollars pour le trimestre
à l'étude en raison principalement de la réduction de l'avantage conféré par
la diversification des facteurs de risque.

    
                                   Moyenne pour les trimestres terminés les
    -------------------------------------------------------------------------
    Facteur de risque                    31 juillet    30 avril  31 juillet
    (en millions de dollars)                   2008        2008        2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Taux d'intérêt                             13,0 $      12,8 $       9,0 $
    Actions                                     3,5         3,0         8,7
    Change                                      0,9         1,3         2,0
    Marchandises                                3,0         3,6         1,3
    Effet de la diversification                (4,6)       (6,1)       (5,4)
    -------------------------------------------------------------------------
    VAR à l'échelle de la Banque               15,8 $      14,6 $      15,6 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    

    Des pertes de transaction ont été subies pendant 11 jours au troisième
trimestre, contre 21 jours au deuxième trimestre, en raison de
l'amoindrissement de la volatilité des marchés pour le trimestre à l'étude.
Ces pertes se situent largement à l'intérieur des limites prévues par la
méthode de la VAR.

    Risque d'illiquidité

    La Banque maintient un avoir considérable en actifs liquides pour
soutenir ses activités. De façon générale, elle peut vendre ces actifs ou les
donner en nantissement en vue d'honorer ses engagements. Au 31 juillet 2008,
les actifs liquides s'élevaient à 107 milliards de dollars, ou 23 % du total
de l'actif, contre 112 milliards de dollars, ou 25 % du total de l'actif, au
30 avril 2008. Ces actifs se composaient de titres à hauteur de 68 % et
d'autres actifs liquides, y compris la trésorerie et les dépôts auprès
d'autres banques, à hauteur de 32 % (respectivement 70 % et 30 % au 30 avril
2008).
    Dans le cours de ses activités quotidiennes, la Banque affecte des titres
et d'autres actifs en nantissement afin de garantir des obligations, de
participer à des systèmes de compensation ou de règlement ou encore d'exercer
des activités à l'étranger. Elle peut également mettre des titres en pension.
Au 31 juillet 2008, le total des actifs donnés en nantissement ou mis en
pension s'établissait à 69 milliards de dollars, soit le même montant qu'au
30 avril 2008.

    Opérations entre apparentés

    Les politiques et procédures de la Banque ayant trait aux opérations
entre apparentés, décrites aux pages 72 et 122 du Rapport annuel 2007, n'ont
pas été modifiées. Toutes les opérations avec des apparentés sont toujours
effectuées aux conditions du marché.

    Bilan

    Au 31 juillet 2008, le total de l'actif de la Banque s'élevait à
462 milliards de dollars, soit une croissance de 50 milliards de dollars, ou
12 %, par rapport à ce qu'il était au 31 octobre 2007, compte tenu de
l'incidence favorable de la conversion de devises de 16 milliards de dollars
et de l'acquisition de Banco del Desarrollo. La plupart des catégories
d'actifs, notamment les prêts aux particuliers, les prêts aux entreprises et
les prêts aux grandes sociétés, ont connu une croissance. Les actifs se sont
accrus de 9 milliards de dollars en regard de ceux du trimestre précédent.
    Le portefeuille de prêts de la Banque a augmenté de 45 milliards de
dollars, ou 20 %, depuis le 31 octobre 2007, et une tranche de 7 milliards de
dollars de cette augmentation est attribuable à la conversion de devises. Pour
ce qui est des prêts aux particuliers, les prêts hypothécaires à l'habitation
canadiens se sont accrus de 15 milliards de dollars, compte non tenu des
opérations de titrisation de 3 milliards de dollars. L'acquisition de Banco
del Desarrollo, au Chili, par le secteur Opérations internationales a compté
pour 1 milliard de dollars dans la croissance des prêts hypothécaires. Les
prêts personnels ont affiché une progression de 7 milliards de dollars, toutes
les régions ayant enregistré une croissance.
    Les prêts aux entreprises et aux administrations publiques ont progressé
de 26 milliards de dollars depuis le 31 octobre 2007, ou 21 milliards de
dollars compte non tenu de l'incidence de la conversion de devises. Les prêts
de Scotia Capitaux ont grimpé de 11 milliards de dollars tant en ce qui a
trait aux prêts aux grandes sociétés qu'au soutien des opérations de
transaction. Au sein du secteur des Opérations internationales, les prêts aux
entreprises et aux administrations publiques se sont accrus de 13 milliards de
dollars. L'acquisition de Banco del Desarrollo a représenté un apport de
3 milliards de dollars, et les prêts en Asie et aux Antilles, des apports
respectifs de 5 milliards de dollars et de 2 milliards de dollars.
    Les titres ont augmenté de 2 milliards de dollars depuis le
31 octobre 2007. Les titres disponibles à la vente ont progressé de
6 milliards de dollars, et cette progression a été atténuée par une baisse de
4 milliards de dollars des titres détenus à des fins de transaction. Le recul
des titres détenus à des fins de transaction a découlé principalement de la
diminution de la taille du portefeuille de titres de capitaux propres. Au
31 juillet 2008, les gains non réalisés sur les titres disponibles à la vente
se chiffraient à 207 millions de dollars (compte tenu des montants relatifs
aux dérivés et aux couvertures connexes), en baisse de 348 millions de dollars
par rapport à ceux du deuxième trimestre, situation surtout attribuable à la
cession de titres au cours du trimestre à l'étude, à la diminution de la
valeur marchande des titres de capitaux propres et à la réduction de valeur de
certains titres de créance à la suite de l'accroissement des écarts de taux.
    Au 31 juillet 2008, le total du passif se chiffrait à 441 milliards de
dollars, en hausse de 48 milliards de dollars, ou 12 %, par rapport à ce qu'il
était au 31 octobre 2007, compte tenu de l'incidence de la conversion de
devises de 17 milliards de dollars.
    Le total des dépôts a grimpé de 44 milliards de dollars, ou 15 %, par
rapport à ce qu'il était au 31 octobre 2007, ce total comprenant 11 milliards
de dollars attribuables à l'incidence de la conversion des devises et
6 milliards de dollars, à l'acquisition de Banco del Desarrollo. Les dépôts de
particuliers ont augmenté de 12 milliards de dollars, ce qui comprend une
hausse de 2 milliards de dollars attribuable à la croissance des CPG de
particuliers canadiens. Les dépôts autres que de particuliers, notamment les
dépôts d'autres banques, d'entreprises et d'administrations publiques, ont
progressé de 32 milliards de dollars, compte tenu de l'incidence de la
conversion de devises de 10 milliards de dollars. Cette progression a avant
tout permis de financer la forte croissance de l'actif de la Banque.
    Le total des capitaux propres a augmenté de 2,6 milliards de dollars par
rapport à ce qu'il était au 31 octobre 2007. Cette hausse est surtout
attribuable au capital généré en interne, qui s'est élevé à 1,3 milliard de
dollars, à l'émission pour 925 millions de dollars d'actions privilégiées à
dividende non cumulatif au cours des neuf premiers mois de l'exercice et à une
augmentation de 146 millions de dollars du cumul des autres éléments du
résultat étendu. L'augmentation des gains de change non réalisés à l'égard des
établissements étrangers de la Banque par suite de l'affaiblissement du dollar
canadien a été en grande partie contrebalancée par la diminution des pertes
non réalisées inscrites dans les autres éléments du résultat étendu.

    Gestion du capital

    Mise en oeuvre de l'accord de Bâle II

    L'accord de Bâle sur les fonds propres révisé ("Bâle II") est entré en
vigueur pour les banques canadiennes le 1er novembre 2007. Bâle II est conçu
de manière à mieux harmoniser les normes de fonds propres réglementaires avec
le profil de risque de chaque banque en apportant des changements importants
aux exigences de fonds propres pour le risque de crédit et en présentant une
nouvelle charge explicite au titre des fonds propres pour tenir compte du
risque d'exploitation.
    Bâle II préconise deux méthodes principales pour le calcul du risque de
crédit : l'approche standard, qui fait appel à des pondérations prescrites
pour le risque de crédit, et l'approche fondée sur les notations internes, qui
permet l'utilisation de modèles internes d'une banque pour calculer certaines
ou la totalité des données clés qui entrent dans le calcul des fonds propres
réglementaires. Les utilisateurs de l'approche avancée fondée sur les
notations internes (l'"approche NI avancée") doivent avoir des systèmes de
gestion du risque perfectionnés pour calculer les fonds propres réglementaires
en fonction du risque de crédit, et l'application de cette approche est
susceptible de donner lieu à des fonds propres réglementaires moins importants
que ceux obtenus par les autres méthodes permises. Lorsqu'une banque parvient
à prouver sa pleine conformité aux exigences de l'approche NI avancée et que
le BSIF approuve l'utilisation de cette approche, la banque peut alors
l'utiliser pour calculer les fonds propres requis. Toutefois, afin de limiter
une baisse soudaine des fonds propres dans l'ensemble du secteur, des fonds
propres minimums transitoires ont été imposés pour les deux premières années
suivant l'adoption intégrale de l'approche NI avancée. Un plancher minimal de
fonds propres équivalant à 90 % de la formule préconisée par l'accord de Bâle
initial ("Bâle I") s'applique durant la première année de l'autorisation
définitive. Pour la deuxième année, le plancher passe à 80 % de la formule.
Depuis qu'elle a reçu l'autorisation des autorités de réglementation au cours
du deuxième trimestre, la Banque applique le plancher de 90 %.
    La Banque a reçu du BSIF l'autorisation d'appliquer l'approche NI
avancée, sous réserve de conditions, à l'égard de ses portefeuilles importants
du Canada, des Etats-Unis et d'Europe en date du 1er novembre 2007. Selon les
objectifs de la Banque, cette approche sera adoptée à l'égard des autres
principaux portefeuilles de crédit en novembre 2010. Dans l'intervalle, la
Banque utilisera l'approche standard pour ces portefeuilles. Par ailleurs,
elle utilise actuellement l'approche standard pour calculer les fonds propres
requis pour le risque d'exploitation. La majeure partie des exigences en
matière de fonds propres qui visent le risque de marché s'appliquant à la
Banque n'ont pas subi de changement.

    Coefficients de capital

    La Banque continue à maintenir un capital qui reflète une situation
solide. Au 31 juillet 2008, le coefficient du capital de catégorie 1 et le
coefficient du capital total aux termes de l'accord de Bâle II se chiffraient
respectivement à 9,8 % et à 11,5 % comparativement à 9,6 % et à 11,7 % au
30 avril 2008.
    Le coefficient du capital de catégorie 1 s'est raffermi de 20 points de
base, le capital généré en interne et l'émission d'actions privilégiées à
dividende non cumulatif d'une valeur de 350 millions de dollars ayant plus que
contrebalancé l'incidence de l'augmentation de l'actif pondéré en fonction du
risque par suite de la croissance interne de l'actif. Le coefficient du
capital total a diminué de 20 points de base, en raison surtout du
remboursement anticipé prévu des débentures subordonnées de 425 millions de
dollars.
    Le coefficient des capitaux propres corporels attribuables aux
actionnaires ordinaires était de 7,6 % au 31 juillet 2008 contre 7,5 % au
30 avril 2008.

    Instruments financiers

    Compte tenu de la nature des principales activités commerciales de la
Banque, les instruments financiers occupent une grande place dans le bilan, et
ils font partie intégrante des activités de la Banque. Différentes mesures
reflètent le niveau de risque associé au portefeuille d'instruments financiers
de la Banque. Certaines de ces mesures sont exposées plus en détail à la
rubrique intitulée "Gestion du risque" ci-dessus.
    Les méthodes servant à établir la juste valeur des instruments financiers
sont présentées aux pages 69 et 70 du Rapport annuel 2007. La direction doit
faire appel à son jugement à l'égard des données d'évaluation lorsque des
données du marché observables ne sont pas disponibles. La direction pose
également un jugement pour ce qui est du choix des modèles d'évaluation.
L'incertitude relative à ces estimations et à ces jugements pourrait avoir une
incidence sur la juste valeur et les résultats financiers comptabilisés.
    Au cours du trimestre à l'étude, les variations de la juste valeur des
instruments financiers ont généralement découlé de la conjoncture économique,
sectorielle et du marché.
    Au 31 juillet 2008, le total du notionnel des instruments dérivés
s'établissait à 1 485 milliards de dollars, contre 1 287 milliards de dollars
au 31 octobre 2007, et cette variation est observable parmi la plupart des
catégories de dérivés. La proportion des dérivés détenus à des fins de
transaction et celle des dérivés détenus à des fins autres que de transaction
ou à des fins de gestion de l'actif et du passif sont demeurées généralement
inchangées. Le montant du risque de crédit équivalent, compte tenu de
l'incidence des accords généraux de compensation et des garanties financières
admissibles, s'élevait à 22 milliards de dollars, contre 21 milliards de
dollars à la fin de l'exercice précédent.

    Rapport du Forum sur la stabilité financière

    En avril 2008, le Forum sur la stabilité financière, à la demande des
ministres et des gouverneurs des banques centrales des pays membres du G7, a
publié son rapport sur la situation actuelle du marché du crédit. Le rapport
énonce plusieurs recommandations clés, notamment l'amélioration de la
transparence au moyen de la communication d'informations plus étoffées sur les
risques liés aux instruments financiers qui, du point de vue des marchés, font
l'objet de risques plus élevés, notamment les véhicules hors bilan et les
instruments structurés. En réponse à ces recommandations, la Banque a fourni
des informations supplémentaires dans les rubriques ci-après intitulées
"Arrangements hors bilan" et "Principaux instruments de crédit".

    Arrangements hors bilan

    Dans le cours normal de ses activités, la Banque conclut des arrangements
contractuels qu'elle n'est pas tenue de consolider dans ses états financiers.
Ces arrangements appartiennent surtout à trois catégories : les entités à
détenteurs de droits variables (les "EDDV"), les opérations de titrisation, et
les garanties et autres engagements. Au cours du trimestre, la Banque n'a
conclu aucune obligation contractuelle importante autrement que dans le cadre
de ses activités normales. Aucune modification n'a été apportée aux processus
d'examen et d'approbation de ces arrangements contractuels depuis l'exercice
précédent.

    Fonds multicédants parrainés par la Banque

    La Banque parraine trois fonds multicédants, deux de ceux-ci étant
établis au Canada et un, aux Etats-Unis. Ces fonds multicédants versent à la
Banque des droits d'émission de papier commercial et des honoraires de gestion
des programmes ainsi que des commissions liées à la liquidité, lesquels droits
et commissions ont totalisé 16 millions de dollars au troisième trimestre
(15 millions de dollars pour le deuxième trimestre).
    Comme il est décrit plus en détail ci-après, l'exposition de la Banque à
ces fonds multicédants hors bilan se compose principalement de concours de
trésorerie, de rehaussements de crédit dans l'ensemble du programme et de
papier commercial détenu temporairement. La Banque surveille ces risques afin
de s'assurer qu'elle ne devra pas consolider les actifs et les passifs du
fonds multicédant.

    Canada

    Le principal risque auquel la Banque est exposée relativement aux fonds
multicédants au Canada découle des concours de trésorerie consentis, ceux-ci
s'établissant, au total, à 5,2 milliards de dollars au 31 juillet 2008
(6,0 milliards de dollars au 30 avril 2008). A la clôture du trimestre, la
Banque détenait environ 4 % du total du papier commercial émis par ces fonds
multicédants. Le tableau suivant présente un sommaire des actifs détenus dans
les deux fonds multicédants canadiens de la Banque au 31 juillet 2008 et au
30 avril 2008, par risques sous-jacents :

    
                                                   Au 31 juillet 2008
                                          -----------------------------------
                                                      Engagements
                                             Actifs           non    Risque
    (en millions de dollars)               financés  provisionnés   total(1)
    -------------------------------------------------------------------------
    Prêts-auto/locations                      3 000 $       192 $     3 192 $
    Prêts pour matériel                       1 063          64       1 127
    Créances clients                            203          93         296
    Prêts hypothécaires à l'habitation           95           1          96
    Prêts pour régime de retraite               178           4         182
    Prêts à des sociétés d'investissement
     à capital fixe                             164         160         324
    -------------------------------------------------------------------------
    Total(2)                                  4 703 $       514 $     5 217 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


                                                    Au 30 avril 2008
                                          -----------------------------------
                                                      Engagements
                                             Actifs           non    Risque
    (en millions de dollars)               financés  provisionnés   total(1)
    -------------------------------------------------------------------------
    Prêts-auto/locations                      3 629 $       329 $     3 958 $
    Prêts pour matériel                       1 013          71       1 084
    Créances clients                            207          89         296
    Prêts hypothécaires à l'habitation          102           2         104
    Prêts pour régime de retraite               204           4         208
    Prêts à des sociétés d'investissement
     à capital fixe                             194         184         378
    -------------------------------------------------------------------------
    Total(2)                                  5 349 $       679 $     6 028 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Le risque de la Banque a trait aux concours de trésorerie à l'échelle
        mondiale et aux lettres de garantie.
    (2) Ces actifs proviennent en substance du Canada.
    

    La quasi-totalité des actifs des fonds multicédants ont été structurés de
manière à recevoir des rehaussements de crédit de la part des vendeurs, y
compris des protections par surnantissement et des comptes de réserve de
trésorerie. Environ 27 % des actifs financés ont obtenu une cote AA- ou
meilleure de la part d'agences de notation externes. Le reste des actifs
financés ont une cote AA- ou meilleure selon le programme de notation interne
de la Banque. Ces fonds multicédants ne contiennent que des actifs de première
qualité. La période de remboursement moyenne pondérée des actifs financés est
d'environ 1,0 an (1,1 an au 30 avril 2008), et 71 % de ceux-ci arrivent à
échéance à moins de 3 ans. Ces deux fonds multicédants ne sont pas exposés aux
prêts hypothécaires à risque élevé aux Etats-Unis.

    Etats-Unis

    Le principal risque auquel la Banque est exposée relativement au fonds
multicédant aux Etats-Unis découle des concours de trésorerie et des
rehaussements de crédit dans l'ensemble du programme consentis, ceux-ci
s'établissant, au total, à 11,8 milliards de dollars au 31 juillet 2008
(12,2 milliards de dollars au 30 avril 2008). Les rehaussements de crédit dans
l'ensemble du programme sont consentis dans le but d'éponger l'excédent d'une
partie des pertes relatives aux actifs en souffrance, s'il y a lieu, sur les
pertes couvertes par des rehaussements de crédit propres à des actifs
particuliers. A la clôture du trimestre à l'étude, la Banque ne détenait pas
de papier commercial émis par ce fonds multicédant.
    Le tableau suivant présente un sommaire des actifs détenus dans le fonds
multicédant américain de la Banque au 31 juillet 2008 et au 30 avril 2008, par
risques sous-jacents :

    
                                                  Au 31 juillet 2008
                                          -----------------------------------
                                                      Engagements
                                             Actifs           non    Risque
    (en millions de dollars)               financés  provisionnés   total(1)
    -------------------------------------------------------------------------
    Créances sur cartes de crédit               981 $       732 $     1 713 $
    Prêts-auto/locations                      2 849       1 016       3 865
    Créances clients                          1 886       1 511       3 397
    Prêts à des sociétés d'investissement
     à capital fixe                             663         578       1 241
    Titres diversifiés adossés à des actifs     806          16         822
    Titres adossés à des créances avec flux
     groupés/titres adossés à des prêts
     avec flux groupés(2)                       338           -         338
    Prêts aux sociétés(3)                       316         103         419
    -------------------------------------------------------------------------
    Total(4)                                  7 839 $     3 956 $    11 795 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


                                                    Au 30 avril 2008
                                          -----------------------------------
                                                      Engagements
                                             Actifs           non    Risque
    (en millions de dollars)               financés  provisionnés   total(1)
    -------------------------------------------------------------------------
    Créances sur cartes de crédit             1 012 $       675 $     1 687 $
    Prêts-auto/locations                      2 836       1 108       3 944
    Créances clients                          1 552       1 585       3 137
    Prêts à des sociétés d'investissement
     à capital fixe                             634         835       1 469
    Titres diversifiés adossés à des actifs     805          16         821
    Titres adossés à des créances avec
     flux groupés/titres adossés à des
     prêts avec flux groupés(2)                 332           -         332
    Prêts aux sociétés(3)                       317         506         823
    -------------------------------------------------------------------------
    Total(4)                                  7 488 $     4 725 $    12 213 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Le risque de la Banque a trait aux rehaussements de crédit dans
        l'ensemble du programme et aux concours de trésorerie à l'échelle
        mondiale.
    (2) Ces actifs ont obtenu une cote AA ou supérieure des agences de
        notation externes
    (3) Ces actifs représentent des prêts garantis auxquels des agences de
        notation externes ont attribué une cote de grande qualité.
    (4) Ces actifs proviennent des Etats-Unis.
    

    Environ 20 % des actifs financés du fonds multicédant ont obtenu une cote
A ou supérieure de la part d'agences de notation externes, et 70 % des actifs
financés ont une cote A ou supérieure selon le programme de notation interne
de la Banque. Ce fonds multicédant ne contient que des actifs de première
qualité. La période de remboursement moyenne pondérée des actifs financés est
d'environ 1,2 an (1,1 an au 30 avril 2008), et 75 % de ceux-ci arrivent à
échéance à moins de 5 ans.
    Le fonds multicédant est composé de placements répartis entre deux
groupes de titres adossés à des actifs diversifiés. Ces groupes sont garantis
par un assureur spécialisé et ils ont une cote de première qualité selon le
programme de notation interne de la Banque. Les actifs sous-jacents à ces
titres se composent principalement de prêts aux particuliers, notamment les
prêts sur la valeur nette d'une maison aux Etats-Unis, les prêts aux étudiants
et les titres de créances hypothécaires à l'habitation. L'exposition aux prêts
hypothécaires à risque élevé aux Etats-Unis quant à ces titres se chiffrait à
environ 24 millions de dollars au 31 juillet 2008 (24 millions de dollars au
30 avril 2008).
    Les titres adossés à des créances avec flux groupés (les "TCFG") et les
titres adossés à des prêts avec flux groupés (les "TPFG") sont composés de
cinq placements d'une valeur moyenne de 68 millions de dollars dans des
billets bénéficiant d'une cote externe de AAA émis par des TCFG et des TPFG
synthétiques. La protection de crédit accordée par les TCFG s'appuie sur un
portefeuille de titres de sociétés de référence qui sont cotés comme étant de
première qualité par des agences de notation externes. Ces TCFG ne font pas
l'objet de risques directs ou indirects liés aux prêts hypothécaires à risque
élevé aux Etats-Unis. La composition du portefeuille de référence est bien
diversifiée, la pondération moyenne des titres par secteur ne dépassant jamais
16 % du portefeuille.
    Les actifs du fonds multicédant ont, dans une large mesure, été
structurés de manière à recevoir des rehaussements de crédit de la part des
vendeurs, y compris des protections par surnantissement et des comptes de
réserve de trésorerie. Chacun des actifs achetés par le fonds multicédant est
assorti d'un concours de trésorerie qui lui est propre fourni par la Banque
sous la forme de conventions d'achat d'actifs, ce concours de trésorerie étant
habituellement structuré de manière à ce que les actifs qui ne sont pas en
souffrance soient achetés par la Banque au coût initial du fonds multicédant.
Aux termes des conventions d'achat d'actifs, la Banque sera probablement tenue
d'acheter les actifs qui cesseront d'être cotés de première qualité, au coût
initial du fonds multicédant.

    Concours de trésorerie fournis à des fonds multicédants non parrainés par
    la Banque

    Les concours de trésorerie consentis à des fonds multicédants qui ne sont
pas administrés par la Banque totalisaient 1,1 milliard de dollars au
31 juillet 2008 (1,4 milliard de dollars au 30 avril 2008), dont une tranche
de 1,1 milliard de dollars (1,3 milliard de dollars au 30 avril 2008) était
affectée à ceux administrés par des tiers aux Etats-Unis, et une autre de
néant (30 millions de dollars au 30 avril 2008), à ceux administrés par des
tiers au Canada. Les actifs contenus dans ces fonds multicédants non parrainés
par la Banque et non administrés par celle-ci sont presque entièrement
composés de titres adossés à des prêts automobiles à des particuliers. Environ
84 % de ces actifs ont obtenu une cote AAA de la part d'agences de notation
externes, le reste des actifs ayant obtenu une cote de première qualité selon
le programme de notation interne de la Banque. La majeure partie des concours
de trésorerie ont une durée consentie initiale de 364 jours, prorogeable au
gré de la Banque. La durée moyenne pondérée des actifs sous-jacents contenus
dans ces fonds multicédants est d'environ deux ans. Ces fonds multicédants ne
comportent aucune créance hypothécaire à risque élevé des Etats-Unis.

    Instruments de financement

    La Banque a recours à des structures d'accueil pour assurer le
financement économique de ses propres activités. La Banque possède deux
structures d'accueil : Fiducie de Capital Banque Scotia et Fiducie de billets
secondaires Banque Scotia, qui sont des EDDV et qui ne sont pas consolidées au
bilan, étant donné que la Banque n'en est pas le principal bénéficiaire. Les
titres fiduciaires de la Banque Scotia et les billets secondaires de la
Fiducie Banque Scotia émis par ces fiducies ne sont pas présentés dans le
bilan consolidé bien qu'ils soient admissibles à titre de capital
réglementaire. Les billets de dépôt émis par la Banque à l'intention de
Fiducie de Capital Banque Scotia et de Fiducie de billets secondaires Banque
Scotia sont présentés au poste "Dépôts" et sont admissibles à titre de capital
réglementaire. Le total des dépôts provenant de ces fiducies inscrit par la
Banque en date du 31 juillet 2008 se chiffrait à 3,3 milliards de dollars,
soit le même montant qu'au trimestre précédent. La Banque a inscrit des
intérêts débiteurs de 49 millions de dollars à l'égard de ces dépôts tant pour
le trimestre terminé le 31 juillet 2008 que pour le trimestre terminé le
30 avril 2008.

    Autres arrangements hors bilan

    La Banque peut titriser des prêts hypothécaires à l'habitation afin de
diversifier ses sources de financement, car il s'agit là d'un moyen économique
de financer la croissance de ce portefeuille. Au cours du trimestre, la Banque
a encore titrisé des prêts hypothécaires à l'habitation pour un montant de
1 milliard de dollars, ce qui a porté l'encours des prêts hypothécaires
titrisés à 11,4 milliards de dollars au 31 juillet 2008, contre 11,6 milliards
de dollars au 30 avril 2008.
    Le montant des garanties et des autres engagements indirects a augmenté
de 4 % depuis le 31 octobre 2007. Les commissions tirées des garanties et
engagements de prêts, inscrites dans les autres revenus, se sont établies à
63 millions de dollars pour le trimestre terminé le 31 juillet 2008
comparativement à 55 millions de dollars pour le trimestre correspondant de
l'exercice précédent.

    
    Principaux instruments de crédit

    Titres adossés à des créances hypothécaires

    Portefeuille de titres détenus à des fins autres que de transaction

    Le total des titres adossés à des créances hypothécaires classés comme
étant disponibles à la vente représentait environ 1 % du total des actifs de
la Banque au 31 juillet 2008. Les placements au 31 juillet 2008 et au 30 avril
2008 s'établissaient comme suit :

                                                          Au          Au
                                                      31 juillet   30 avril
                                                         2008        2008
                                                     ------------------------
                                                         Valeur      Valeur
    (en millions de dollars)                          comptable   comptable
    -------------------------------------------------------------------------
    Titres adossés à des créances hypothécaires LNH
     canadiennes(1)                                        5 055 $    5 478 $
    Titres adossés à des créances hypothécaires
     commerciales(2)                                         113        116
    Titres adossés à d'autres créances hypothécaires
     à l'habitation                                           48         12
    -------------------------------------------------------------------------
    Total                                                  5 216 $    5 606 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) La Société canadienne d'hypothèques et de logement offre une
        garantie de paiement en temps opportun aux investisseurs dans des
        titres hypothécaires LNH.
    (2) Les actifs sous-jacents aux titres adossés à des créances
        hypothécaires commerciales se rapportent à des propriétés non
        canadiennes
    

    L'exposition aux prêts hypothécaires à risque élevé aux Etats-Unis est
négligeable.

    Portefeuille de transaction

    Le total des titres adossés à des créances hypothécaires classés dans les
titres détenus à des fins de transaction représentait moins de 0,1 % du total
des actifs de la Banque au 31 juillet 2008. Les placements au 31 juillet 2008
et au 30 avril 2008 s'établissaient comme suit :

    
                                                          Au          Au
                                                      31 juillet   30 avril
                                                         2008        2008
                                                     ------------------------
                                                         Valeur      Valeur
    (en millions de dollars)                          comptable   comptable
    -------------------------------------------------------------------------
    Titres adossés à des créances hypothécaires LNH
     canadiennes(1)                                         229 $       389 $
    Titres adossés à des créances hypothécaires
     commerciales(2)                                         42          44
    -------------------------------------------------------------------------
    Total                                                   271 $       433 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) La Société canadienne d'hypothèques et de logement offre une garantie
        de paiement en temps opportun aux investisseurs dans des titres
        hypothécaires LNH.
    (2) Les actifs sous-jacents aux titres adossés à des créances
        hypothécaires commerciales se rapportent à des propriétés
        canadiennes.
    

    Accord de Montréal sur le papier commercial adossé à des actifs (le
    "PCAA")

    La banque détient du PCAA visé par l'accord de Montréal d'un montant de
144 millions de dollars, présenté en tant que titres disponibles à la vente,
soit le même montant qu'au trimestre précédent. Ces titres font actuellement
l'objet d'une restructuration qui, si elle est menée à bien, entraînerait leur
conversion en titres assortis d'échéances plus longues. La valeur comptable du
PCAA de la Banque correspond à environ 62 % de la valeur nominale. La Banque
évalue ces titres en tenant compte de la nature des actifs sous jacents, de
l'incidence des écarts de taux en vigueur sur la valeur d'actifs structurés de
façon semblable ainsi que d'autres facteurs liés au marché. Aucune réduction
de valeur nette relative au PCAA n'a été inscrite au cours du trimestre à
l'étude ou du trimestre précédent.
    Dans le cadre du plan de restructuration proposé, le Banque aura accès à
une facilité de financement sur marge semblable à un engagement de prêts non
provisionné.

    
    Titres adossés à des créances avec flux groupés et titres adossés à des
    prêts avec flux groupés
    

    Portefeuille de titres détenus à des fins autres que de transaction

    La Banque détient des placements dans des TCFG et des TPFG dans son
portefeuille de titres détenus à des fins autres que de transaction, lesquels
titres sont essentiellement classés comme étant disponibles à la vente. Les
TCFG et les TPFG se trouvent habituellement exposés au risque lié au crédit
structuré soit de façon synthétique par le recours à des dérivés de crédit
structuré, soit en raison des placements sous forme de prêts à des sociétés ou
d'obligations de sociétés et de la possession de tels prêts ou obligations.
Ces placements sont comptabilisés à leur juste valeur dans le bilan consolidé
de la Banque. Les variations de la juste valeur des TCFG et TPFG fondés sur
des actifs liquides sont inscrites dans les autres éléments du résultat
étendu, sauf si la juste valeur a subi une perte de valeur durable, laquelle
est alors inscrite dans les résultats nets. Les variations de la juste valeur
des TCFG et TPFG synthétiques sont comptabilisées dans le bénéfice net. La
quasi-totalité des actifs de référence des placements de la Banque dans des
TCFG et des TPFG sont des titres de sociétés sans exposition aux prêts
hypothécaires à risque élevé. Ces TCFG et TPFG sont de première qualité et
leur cote moyenne pondérée est de AA. Plus de 65 % de ces placements se
situent dans la tranche de premier rang, avec une subordination de 9 % ou
supérieure. Seulement 8 % de ces placements se situent dans la tranche des
titres de capitaux propres. Les compartiments des TCFG et des TPFG du
portefeuille de référence sont bien diversifiés, la pondération moyenne des
titres par secteur ne dépassant jamais 11 % du portefeuille.
    Au 31 juillet 2008, la juste valeur des placements de la Banque dans des
TCFG se chiffrait à 416 millions de dollars (435 millions de dollars au
30 avril 2008). Ce portefeuille est bien diversifié, et la valeur moyenne de
chacun des TPFG est de 21 millions de dollars. Au cours du trimestre à
l'étude, la Banque a inscrit une perte avant impôts de 24 millions de dollars
dans le bénéfice net (51 millions de dollars pour le trimestre terminé le
30 avril 2008) et une perte avant impôts de 2 millions de dollars dans les
autres éléments du résultat étendu (26 millions de dollars pour le trimestre
terminé le 30 avril 2008), en raison des variations de la juste valeur des
TCFG.
    Au 31 juillet 2008, la juste valeur des placements de la Banque dans des
TPFG se chiffrait à 780 millions de dollars (789 millions de dollars au
30 avril 2008). Ce portefeuille est bien diversifié, et la valeur moyenne de
chacun des placements dans des TPFG est de 8 millions de dollars. La réduction
de la juste valeur des TPFG inscrite dans les autres éléments du résultat
étendu au cours du troisième trimestre s'est chiffrée à 20 millions de dollars
avant impôts (79 millions de dollars au 30 avril 2008).
    La perte non réalisée cumulative comptabilisée dans le Cumul des autres
éléments du résultat étendu à l'égard des TCFG et des TPFG fondés sur des
actifs liquides se chiffrait à 183 millions de dollars au 31 juillet 2008
(158 millions de dollars au 30 avril 2008). Bien que la qualité du crédit de
ces placements ait légèrement baissé, la Banque a la capacité et l'intention
de conserver ces titres jusqu'à ce que leur juste valeur soit recouvrée. Ces
pertes non réalisées sont donc considérées comme temporaires.
    Une part considérable de ces variations de la juste valeur des TCFG et
des TPFG découle des fluctuations du cours des actifs attribuables aux
problèmes de liquidité, et non d'un changement de leur qualité de crédit
sous-jacente.
    Les variations des écarts de taux constituent le principal facteur ayant
une incidence sur la valeur des TCFG et des TPFG. Selon les positions détenues
au 31 juillet 2008, un accroissement de 10 points de base des écarts de taux
visés entraînerait une réduction avant impôts d'environ 3 millions de dollars
du bénéfice et de 5 millions de dollars des autres éléments du résultat
étendu.

    Portefeuille de transaction

    La Banque détient également des TCFG synthétiques dans son portefeuille
de transaction, en raison des activités de montage et de gestion menées auprès
de clients et d'autres institutions financières. Le tableau qui suit présente
le total des TCFG du portefeuille de transaction qui ont été acquis ou cédés
au 31 juillet 2008 et au 30 avril 2008 :

    
    En cours                                             Au 31 juillet 2008
                                                     ------------------------
                                                               Juste valeur
                                                         Valeur    positive
    (en millions de dollars)                           nominale   (négative)
    -------------------------------------------------------------------------
    TCFG - protection vendue                              5 706 $    (1 295)$
    TCFG - protection achetée                             5 515 $     1 110 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


    En cours                                              Au 30 avril 2008
                                                     ------------------------
                                                               Juste valeur
                                                         Valeur    positive
    (en millions de dollars)                           nominale   (négative)
    -------------------------------------------------------------------------
    TCFG - protection vendue                              5 887 $      (911)$
    TCFG - protection achetée                             5 136 $       710 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    

    Afin de couvrir son risque net, la Banque acquiert des TCFG auprès
d'autres institutions financières ou en cède à ces dernières, et elle achète
ou vend des tranches indicielles ou des swaps sur défaillance à désignation
unique. Les variations des écarts de taux constituent le principal facteur
ayant une incidence sur la valeur des TCFG. Selon les positions détenues au
31 juillet 2008, un accroissement de 10 points de base des écarts de taux
visés dans ce portefeuille entraînerait une réduction avant impôts d'environ
3 millions de dollars du bénéfice.
    Plus de 85 % de ces TCFG sont de première qualité. Environ 96 % des
risques de crédit auxquels la Banque est exposée en ce qui a trait à des
contreparties de swaps de TCFG se rapportent à des entités dont la cote de
crédit interne ou externe est de A- ou meilleure, alors que le reste est
entièrement nanti en espèces.
    La quasi-totalité des actifs de référence sous-jacents aux TCFG contenus
dans le portefeuille de transaction sont des titres de sociétés, et il n'y a
pas de titres adossés à des créances hypothécaires.

    Véhicules de placement structuré

    Au 31 juillet 2008, la juste valeur des placements de la Banque dans les
véhicules de placement structuré (les "VPS") se chiffrait à 11 millions de
dollars, soit le même montant qu'à la fin du deuxième trimestre. La Banque ne
parraine ni ne gère aucun VPS, ni ne leur fournit de liquidités.

    Risques liés aux titres de type Alt-A

    Aux Etats-Unis, les prêts sont classés comme étant de type Alt-A lorsque
les indicateurs de risque dont ils sont assortis sont plus élevés, par exemple
lorsque la cote de crédit est faible ou le ratio prêt-valeur, élevé. Au
31 juillet 2008, l'exposition de la Banque aux risques directs et indirects
liés aux prêts et aux titres de type Alt-A était négligeable. La Banque n'a
pas de programme de prêts hypothécaires au Canada qu'elle estime être un
équivalent des titres américains de type Alt-A.

    Risques liés aux assureurs spécialisés

    La Banque n'est pas directement exposée de façon importante aux risques
liés aux assureurs spécialisés. Son exposition indirecte se chiffre à
2,8 milliards de dollars (3,2 milliards de dollars au 30 avril 2008) sous
forme de garanties qui améliorent les transactions financières avec les
administrations publiques et d'autres transactions, lorsque la Banque fournit
des facilités de crédit soit à des émetteurs de titres ou à des entités qui
détiennent ces titres. Les transactions financières avec les administrations
publiques auxquelles la Banque est exposée, qui s'établissent à 1,8 milliard
de dollars (2,3 milliards de dollars au 30 avril 2008), ont essentiellement
trait aux municipalités et aux Etats américains. Les titres liés à ces
facilités sont principalement cotés de première qualité sans garantie et
représentent le risque qu'encourrait la Banque si une garantie n'était pas
disponible. Plus de 85 % de ces titres ont une cote A ou supérieure.
    Les autres risques indirects liés aux assureurs spécialisés s'élevaient à
1,0 milliard de dollars (0,9 milliard de dollars au 30 avril 2008). Ces
risques représentent surtout des garanties de 0,8 milliard de dollars
(0,8 milliard de dollars au 30 avril 2008) fournies par des assureurs
spécialisés à l'égard de titres adossés à des actifs diversifiés détenus dans
le fonds multicédant américain de la Banque (se reporter ci-dessus). Si ce
n'était de ces garanties, certains des actifs sous-jacents aux titres adossés
à des actifs de natures diverses n'auraient pas une cote de première qualité.
    Au cours du deuxième trimestre, la Banque a remplacé la protection en cas
de défaillance auparavant fournie par un assureur spécialisé par une
protection offerte par une autre contrepartie au swap, ce qui a donné lieu à
la comptabilisation d'un gain modeste au poste Revenus de transaction de la
rubrique "Autres revenus pour ce trimestre".

    Prêts adossés

    La Banque peut offrir un financement adossé à des clients dont la cote de
solvabilité n'est pas de première qualité afin de faciliter leurs activités de
rachat, d'acquisition et de restructuration. Au 31 juillet 2008 et au
30 avril 2008, l'exposition de la Banque aux prêts à fort effet de levier
financier en attente de syndication était minime.

    Risques liés au secteur de l'automobile

    L'exposition de la Banque au risque lié aux prêts dans le secteur de
l'automobile en Amérique du nord et en Europe a trait aux prêts consentis à
des concessionnaires d'automobiles, à des fabricants de pièces de rechange, à
des sociétés de financement automobile et à des équipementiers. Le risque lié
à l'ensemble de ces prêts se chiffrait à 4,8 milliards de dollars au
31 juillet 2008, inchangé par rapport au risque inscrit au trimestre
précédent. Environ 60 % de ces prêts ont obtenu une cote de première qualité
d'une agence de notation externe ou selon le programme de notation interne de
la Banque.

    Titres adossés à des prêts automobiles à des particuliers

    La Banque détient des titres adossés à des prêts automobiles à des
particuliers d'une valeur de 7,1 milliards de dollars (7,3 milliards de
dollars au 30 avril 2008), qui sont classés comme étant disponibles à la
vente. La quasi-totalité de ces titres sont adossés à des créances, seuls 3 %
de ceux-ci représentant des contrats de location. Les titres adossés à des
créances sont liés à des contrats de vente à tempérament (les "prêts"),
lesquels sont en majeure partie acquis au moyen d'une facilité de crédit
renouvelable de 6 milliards de dollars américains servant à acheter des titres
adossés à des prêts automobiles à des particuliers aux Etats-Unis auprès d'une
société de financement automobile nord-américaine. La durée jusqu'au
renouvellement de cette facilité est d'environ deux ans et celle-ci a
récemment été modifiée de manière à permettre au vendeur de céder à la Banque
des créances canadiennes plutôt que des créances américaines pendant une
période limitée. Cette facilité a été structurée de manière à fournir des
rehaussements de crédit sous la forme d'un surnantissement accordé au moment
de l'achat des prêts, ce qui fait qu'il n'est pas nécessaire de s'en remettre
au vendeur pour l'obtention de rehaussements de crédit. Aux termes de la
facilité de crédit renouvelable, le rehaussement de crédit pour chaque achat
ultérieur correspond à un multiple des plus récentes données recueillies sur
les pertes pour l'ensemble du portefeuille géré du vendeur.
    La Banque soumet ces titres adossés à des créances à des essais dans des
conditions critiques. Aux termes de différents scénarios d'essais, la perte
sur ce portefeuille de titres adossés à des prêts automobiles à des
particuliers aux Etats-Unis ne devrait pas avoir d'incidence considérable sur
les résultats financiers de la Banque. Environ 80 % de ces titres sont cotés
AAA par une agence de notation externe et ils ont une durée de vie d'à peu
près deux ans.
    Ces titres sont inscrits à leur juste valeur et les variations de cette
juste valeur sont comptabilisées dans les autres éléments du résultat étendu.
La Banque a inscrit une perte non réalisée cumulative avant impôts de
33 millions de dollars (38 millions de dollars au 30 avril 2008) dans le cumul
des autres éléments du résultat étendu. Bien que la qualité du crédit ait
reculé dans une certaine mesure, cette perte non réalisée a principalement
trait à l'accroissement des écarts de taux. Etant donné que la Banque a la
capacité et l'intention de détenir ces titres jusqu'à ce que leur juste valeur
soit recouvrée, ces pertes non réalisées sont considérées comme temporaires.
    En outre, la Banque fournit des concours de trésorerie aux fonds
multicédants qu'elle parraine ainsi qu'à des fonds multicédants parrainés par
des tiers, de manière à soutenir les prêts automobiles et les actifs de
location contenus dans ces fonds multicédants. Se reporter aux rubriques
"Fonds multicédants parrainés par la Banque" ci-dessus et "Concours de
trésorerie fournis à des fonds multicédants non parrainés par la Banque"
ci-dessus.

    Dividende par action ordinaire

    Dans le cadre de sa réunion tenue le 26 août 2008, le conseil
d'administration a approuvé un dividende trimestriel de 0,49 $ par action
ordinaire. Le dividende trimestriel sera versé le 29 octobre 2008 aux
actionnaires inscrits le 7 octobre 2008.

    Perspectives

    Les perspectives de croissance de la production aux Etats-Unis se sont
quelque peu améliorées au cours de la période d'avril à juin, stimulées en
cela par d'importants incitatifs monétaires et fiscaux ainsi que par de
substantiels gains à l'exportation. Toutefois, le mouvement pourrait bien
s'essouffler à nouveau au cours de la seconde moitié de l'année, vu que ces
facteurs perdront probablement de leur élan. En dépit des gains que continue
de marquer le secteur de la construction par suite du boom des produits de
base et des vastes projets d'infrastructure qui ont cours, la croissance de la
production au Canada a aussi été tempérée par le recul croissant des
exportations de produits manufacturés vers les Etats-Unis. La Chine, l'Inde,
la Russie et plusieurs pays d'Amérique latine demeurent en tête du peloton sur
le plan croissance à l'échelle mondiale, quoique leurs perspectives aient
également été atténuées par le ralentissement qui s'intensifie à l'échelle
internationale.
    La seconde moitié de 2008 annonce une amélioration par rapport aux deux
premiers trimestres de notre exercice financier, en raison de nos actifs qui
continuent de croître dans nos trois secteurs d'activité et de la reprise de
l'activité sur les marchés financiers. Bien que la Banque soit en voie
d'atteindre trois de ses quatre principaux objectifs financiers et
opérationnels, la croissance ralentit à l'échelle mondiale et il est donc peu
probable que la Banque atteigne l'objectif d'augmentation du bénéfice par
action qu'elle s'était fixé à la fin du dernier exercice.

    
    Données par secteur d'activité

    Réseau canadien
                                                         Pour les périodes
                                 Pour les trimestres         de neuf mois
                                     terminés les           terminées les
    -------------------------------------------------------------------------
    (non vérifié) (en
     millions de dollars)        31        30        31        31        31
    (base de mise en        juillet     avril   juillet   juillet   juillet
     équivalence fiscale)(1)   2008      2008      2007      2008      2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Résultat sectoriel
    Revenu d'intérêts net     1 122 $   1 051 $   1 006 $   3 164 $   2 901 $
    Dotation à la provision
     pour pertes sur
     créances                    99       102        77       292       217
    Autres revenus              564       537       537     1 620     1 585
    Frais autres que
     d'intérêts                 914       890       892     2 693     2 632
    Charge d'impôts             210       174       179       541       512
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net                463 $     422 $     395 $   1 258 $   1 125 $
    Dividendes versés sur
     les actions
     privilégiées                 8         6         4        20         9
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net attribuable
     aux actionnaires
     ordinaires                 455 $     416 $     391 $   1 238 $   1 116 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres données
    Rendement des capitaux
     propres(1)                38,5 %     35,3 %   31,8 %    34,8 %    31,6 %
    Actif moyen (en milliards
     de dollars)                177 $      172 $    156 $     172 $     151 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Se reporter à l'analyse des mesures non conformes aux PCGR ci-dessus.
    

    Le Réseau canadien a déclaré un bénéfice net record attribuable aux
actionnaires ordinaires de 455 millions de dollars pour le trimestre, en
hausse d'un montant substantiel de 64 millions de dollars, ou 16 %,
comparativement au troisième trimestre de 2007. Par rapport au trimestre
précédent, le bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires s'est accru
de 39 millions de dollars, ou 9 %. L'apport du Réseau canadien a représenté 
46 % du bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires de la Banque pour
le trimestre. Le rendement des capitaux propres a été de 38,5 %, contre 31,8 %
pour la même période en 2007.
    L'actif moyen avant les titrisations s'est accru de 21 milliards de
dollars, ou 14 %, par rapport au troisième trimestre de 2007, par suite
surtout de la croissance de l'ordre de 15 milliards de dollars, ou 15 %, des
prêts hypothécaires résidentiels. Tous les réseaux de vente ont enregistré une
croissance des prêts hypothécaires, laquelle a fait monter la part de marché.
Le volume du crédit renouvelable aux particuliers et celui des prêts aux
entreprises ont aussi augmenté. Les dépôts de particuliers ont progressé de
9 milliards de dollars, ou 12 %, donnant lieu à des gains de part du marché
qui, d'un exercice sur l'autre, ont dépassé ceux enregistrés dans le reste du
secteur. Des progrès ont en outre été marqués dans les dépôts à terme ainsi
que dans les comptes d'épargne et comptes de chèques, par suite notamment de
l'acquisition de la banque Dundee. Les autres dépôts que ceux de particuliers
se sont accrus de 5 %. Comparativement au trimestre précédent, l'actif moyen
avant les titrisations s'est accru de 5 milliards de dollars, ou 3 %, alimenté
par la progression des prêts hypothécaires aux particuliers et des prêts aux
entreprises. Les dépôts ont augmenté de 2 % du fait de la croissance des
comptes de chèques et comptes d'épargne ainsi que des dépôts à terme.
    Le total des revenus a crû de 143 millions de dollars, ou 9 %.
comparativement à celui du trimestre correspondant de 2007, en raison surtout
de l'augmentation du revenu d'intérêts net sous l'effet de la forte croissance
du volume. Par rapport au trimestre précédent, le total des revenus a augmenté
de 98 millions de dollars, ou 6 %, grâce à la croissance tant du revenu
d'intérêts net que des autres revenus.
    Le revenu d'intérêts net de 1 122 millions de dollars s'inscrit en hausse
de 116 millions de dollars, ou 11 %, par rapport au trimestre correspondant de
2007, en raison de la forte hausse du volume des actifs et des dépôts. La
plupart des produits ont enregistré une croissance moyenne sur le plan du
volume, notamment les services bancaires aux particuliers, aux petites
entreprises et aux grandes sociétés. Cette croissance a été atténuée par une
diminution de la marge sur intérêts qui a résulté des besoins accrus de
financement de gros. Comparativement au trimestre précédent, le revenu
d'intérêts net a progressé de 7 % en raison des deux jours additionnels que
comptait le trimestre, tandis que la marge s'est améliorée de 3 points de base
par suite surtout du recul des frais de financement, que sont venues atténuer
la diminution de l'écart entre le taux préférentiel et le taux de financement,
et l'augmentation des besoins de financement.
    Les autres revenus se sont chiffrés à 564 millions de dollars pour le
trimestre écoulé, en hausse de 27 millions de dollars, ou 5 %. comparativement
au trimestre correspondant de 2007, traduisant l'accroissement des revenus
tirés des opérations de change, des revenus provenant des frais de service sur
les opérations, des revenus sur cartes et des revenus de gestion du
patrimoine. Dans ce dernier cas, la hausse est surtout imputable à
l'augmentation des frais de gestion des fonds communs de placement elle-même
attribuable à l'augmentation de l'actif moyen et des revenus tirés de la
gestion privée, atténuée par le recul des revenus de courtage entraîné par la
diminution des nouveaux placements et des activités de transaction de la
clientèle. Par rapport au trimestre précédent, les autres revenus se sont
accrus de 5 % dans plusieurs catégories, en raison notamment du caractère
saisonnier des activités.
    La dotation à la provision pour pertes sur créances s'est établie à
99 millions de dollars pour les portefeuilles du Réseau canadien, contre
77 millions de dollars pour le trimestre correspondant de 2007. Cette
variation par rapport à l'exercice précédent est due aux provisions plus
élevées qui ont dû être constituées à l'égard des portefeuilles de prêts aux
entreprises et de prêts aux particuliers. En ce qui concerne les prêts aux
entreprises, la hausse tient surtout à deux comptes, ainsi qu'à l'augmentation
des services bancaires aux petites entreprises. Les dotations à la provision
dans le portefeuille de prêts aux particuliers sont surtout liées au volume
généré par Avantage Concessionnaire Scotia et ont été atténuées par une
réduction des provisions pour d'autres prêts à des particuliers. La dotation à
la provision pour pertes sur créances s'inscrit en baisse de 3 millions de
dollars par rapport au trimestre précédent.
    Les frais autres que d'intérêts ont augmenté de 2 % en regard du
troisième trimestre de l'exercice précédent, par suite des incidences des
mesures de croissance qui ont été prises et des acquisitions réalisées. La
hausse de ces frais a été atténuée par la baisse de la charge de rémunération
à base de commissions. Par rapport au trimestre précédent, les frais autres
que d'intérêts se sont accrus de 3 %, en raison de la hausse du volume, de la
charge de rémunération à base d'actions et de la masse salariale en raison des
deux jours supplémentaires au trimestre écoulé.

    
    Opérations internationales

                                                          Pour les périodes
                                 Pour les trimestres         de neuf mois
                                     terminés les           terminées les
    -------------------------------------------------------------------------
    (non vérifié) (en
     millions de dollars)        31        30        31        31        31
    (base de mise en        juillet     avril   juillet   juillet   juillet
     équivalence fiscale)(1)   2008      2008      2007      2008      2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Résultat sectoriel
    Revenu d'intérêts net       847 $     797 $     703 $   2 375 $   2 052 $
    Dotation à la provision
     pour pertes sur
     créances                    56        60        25       146        74
    Autres revenus              389       356       250     1 054       847
    Frais autres que
     d'intérêts                 698       615       558     1 881     1 697
    Charge d'impôts             118       107        65       347       152
    Participation sans
     contrôle dans le
     bénéfice net des
     filiales                    29        36        29        96        85
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net                335 $     335 $     276 $     959 $     891 $
    Dividendes versés sur les
     actions privilégiées        14         9         6        30        12
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net attribuable
     aux actionnaires
     ordinaires                 321 $     326 $     270 $     929 $     879 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    -------------------------------------------------------------------------
    Autres données
    Rendement des capitaux
     propres(1)                15,8 %    17,6 %    16,1 %    17,5 %    18,8 %
    Actif moyen (en milliards
     de dollars)                 81 $      79 $      65 $      77 $      66 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Se reporter à l'analyse des mesures non conformes aux PCGR ci-dessus.
    

    Pour le troisième trimestre, les Opérations internationales se sont
soldées par un bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires de
321 millions de dollars, soit 51 millions de dollars, ou 19 %, de plus qu'il y
a un an, en dépit de l'incidence négative de 17 millions de dollars
attribuable à la conversion de devises. Cette hausse rend compte de la forte
croissance du volume à l'échelle du secteur et des retombées positives des
acquisitions, lesquelles ont été atténuées par une hausse des impôts au
Mexique et par l'augmentation de la dotation aux provisions pour pertes sur
créances. Le bénéfice net marque un recul de 5 millions de dollars, ou 2 %,
comparativement au trimestre précédent.
    Le secteur a représenté 33 % du bénéfice net attribuable aux actionnaires
ordinaires de la Banque et il a affiché un rendement des capitaux propres de
15,8 %.
    A 81 milliards de dollars, l'actif moyen a crû de 16 milliards de
dollars, ou 25 %, d'un exercice sur l'autre, malgré l'effet défavorable, à
hauteur de 5 %, de la conversion des devises. Cette croissance résulte de
l'acquisition réalisée au Chili, de la progression de 34 % du portefeuille de
prêts aux entreprises, surtout en Asie, et de la ferme avance marquée par les
cartes de crédit et les prêts hypothécaires, qui se sont accrus respectivement
de 35 % et de 25 %. La croissance interne de 7 % des dépôts à faible coût a
également été appréciable. Par rapport au trimestre précédent, l'actif moyen a
augmenté de 2 milliards de dollars, soit 3 %.
    Le total des revenus s'est chiffré à 1 236 millions de dollars pour le
trimestre, en hausse de 283 millions de dollars, ou 30 %, comparativement au
trimestre correspondant de 2007, et tient compte de l'incidence défavorable, à
hauteur de 42 millions de dollars, de la conversion des devises. Par rapport
au trimestre précédent, les revenus ont augmenté de 83 millions de dollars,
soit 7 %.
    Le revenu d'intérêts net s'est chiffré à 847 millions de dollars pour le
trimestre, en hausse de 144 millions de dollars, ou 21 %, comparativement au
trimestre correspondant de 2007, en dépit de l'incidence négative de la
conversion des devises, de 29 millions de dollars. En regard du trimestre
précédent, le revenu d'intérêts net a augmenté de 50 millions de dollars, soit
6 %. Ces hausses ont été soutenues par une croissance interne très importante
au chapitre des prêts et des dépôts dans l'ensemble du secteur ainsi que par
les acquisitions réalisées.
    Les autres revenus ont grimpé de 139 millions de dollars, ou 55 %,
comparativement au trimestre correspondant de 2007 pour atteindre 389 millions
de dollars, malgré l'incidence défavorable, à hauteur de 12 millions de
dollars, de la conversion des devises. Cette croissance découle des
acquisitions, de la hausse des gains sur les titres détenus à des fins autres
que de transaction, dont un gain de 40 millions de dollars tiré d'un PAPE
réalisé par la Bourse du Mexique, et de la croissance généralisée des autres
revenus liés aux opérations. Par rapport au trimestre précédent, les autres
revenus ont progressé de 33 millions de dollars. La variation tient surtout au
gain tiré du PAPE réalisé au Mexique, lequel a été atténué par la variation de
la juste valeur de certains titres détenus à des fins autres que de
transaction ainsi que par les pertes de transaction en Amérique latine. Le
reste de la progression est attribuable à une forte croissance liée aux
opérations.
    La dotation à la provision pour pertes sur créances s'est chiffrée à
56 millions de dollars pour le troisième trimestre, en hausse de 31 millions
de dollars comparativement à la période correspondante de 2007, mais en baisse
de 4 millions de dollars sur le trimestre précédent. L'augmentation en regard
du trimestre correspondant de 2007 est attribuable principalement à la
croissance de l'actif du portefeuille de prêts aux particuliers, à
l'acquisition au Chili ainsi qu'aux dotations plus importantes à l'égard des
prêts aux entreprises dans les Antilles et en Asie et à la hausse du taux de
défaillance des prêts au particuliers au Mexique. La hausse des dotations à
l'égard des prêts aux particuliers au Mexique et au Pérou a été partiellement
compensée par un montant net plus élevé de recouvrements et de reprises de
provisions à l'égard de prêts aux entreprises, surtout au Mexique. Le léger
recul de la dotation par rapport à celle du deuxième trimestre est
principalement attribuable aux activités au Mexique et au Pérou, où
l'augmentation des recouvrements et des reprises sur les provisions à l'égard
du portefeuille de prêts aux entreprises qui n'étaient plus nécessaires a été
en partie atténuée par la majoration des dotations à l'égard du portefeuille
de prêts aux particuliers.
    Les frais autres que d'intérêts se sont élevés à 698 millions de dollars
pour le trimestre, en hausse de 25 % ou 140 millions de dollars par rapport à
il y a un an. Cette hausse tient compte de l'incidence favorable de la
conversion des devises, à hauteur de 17 millions de dollars, contrebalancée
par une augmentation de 49 millions de dollars liée aux acquisitions. La
hausse des frais liés à la rémunération, aux locaux, à la publicité, à la
technologie et aux primes au rendement est attribuable aux mesures continues
d'expansion commerciale ainsi qu'à l'ouverture de 132 nouvelles succursales.
En outre, des provisions totalisant 28 millions de dollars ont été constituées
à l'égard d'indemnités contractuelles liées à notre acquisition au Pérou.
Comparativement au trimestre précédent, les frais se sont accrus de
83 millions de dollars, soit 14 %, du fait principalement de l'action des
mêmes facteurs que ceux qui ont joué dans la variation par rapport à il y a un
an, et de la hausse des recouvrements de frais en Amérique latine au trimestre
précédent.
    Le taux d'imposition effectif s'est établi à 24,6 % pour le trimestre
écoulé, contre 17,5 % pour le trimestre correspondant de 2007 et 22,1 % pour
le trimestre précédent de 2008. L'augmentation par rapport à il y a un an
vient de la majoration du taux d'imposition effectif au Mexique en raison des
dépenses non déductibles et de l'épuisement des reports prospectifs de pertes
fiscales. L'augmentation comparativement au trimestre précédent vient d'une
légère hausse du taux effectif au Mexique, conjuguée à une baisse du bénéfice
dans les pays à faible taux d'imposition, surtout en Asie.

    
    Scotia Capitaux
                                                          Pour les périodes
                                 Pour les trimestres         de neuf mois
                                     terminés les           terminées les
    -------------------------------------------------------------------------
    (non vérifié) (en
     millions de dollars)        31        30        31        31        31
    (base de mise en        juillet     avril   juillet   juillet   juillet
     équivalence fiscale)(1)   2008      2008      2007      2008      2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Résultat sectoriel
    Revenu d'intérêts net       269 $     246 $     231 $     789 $     796 $
    Dotation à la provision
     pour pertes sur créances     4        (9)      (10)      (15)      (91)
    Autres revenus              383       292       413       806     1 134
    Frais autres que
     d'intérêts                 254       243       267       688       788
    Charge d'impôts              97        49       107       179       337
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net                297 $     255 $     280 $     743 $     896 $
    Dividendes versés sur les
     actions privilégiées         6         4         4        14         8
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net attribuable
     aux actionnaires
     ordinaires                 291 $     251 $     276 $     729 $     888 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    -------------------------------------------------------------------------
    Autres données
    Rendement des capitaux
     propres(1)                34,1 %    29,6 %    27,7 %    28,8 %    30,5 %
    Actif moyen (en milliards
     de dollars)                162 $     167 $     156 $     162 $     153 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Se reporter à l'analyse des mesures non conformes aux PCGR ci-dessus
    

    L'apport de Scotia Capitaux au bénéfice net attribuable aux actionnaires
ordinaires s'est chiffré à 291 millions de dollars pour le trimestre écoulé,
en hausse de 15 millions de dollars, ou 5 %, sur le trimestre correspondant de
2007 et de 40 millions de dollars, ou 16 %, sur le trimestre précédent. La
hausse par rapport au trimestre de 2007 rend compte de l'augmentation du
revenu d'intérêts net liée surtout à la croissance du portefeuille de prêts
aux grandes sociétés et de l'accroissement des marges sur les prêts. Ce
résultat a été quelque peu atténué par la baisse des revenus de transaction,
vu que le trimestre de l'exercice précédent avait comporté un niveau record de
revenus tirés de dérivés. L'augmentation comparativement au trimestre
précédent vient d'une progression des revenus de transaction, particulièrement
liée aux dérivés et aux titres à revenu fixe, ainsi que d'une hausse des
revenus tirés des services bancaires d'investissement et des activités de
prêt. A 34,1 %, le rendement des capitaux propres est de bonne tenue et se
situe en nette progression par rapport au trimestre correspondant de 2007 et
au trimestre précédent de 2008. L'apport de Scotia Capitaux représente 30 % du
bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires de la Banque.
    L'actif moyen a augmenté au total de 4 % par rapport à il y a un an, pour
se fixer à 162 milliards de dollars. La moyenne des prêts et des acceptations
aux sociétés a grimpé de 8 milliards de dollars, ou 25 %, pour l'ensemble des
établissements. Il y a également eu une augmentation de 5 milliards de dollars
au titre des actifs de transaction, contrebalancée par une réduction des
titres pris en pension. La diminution de 5 milliards de dollars, ou 3 %,
comparativement au trimestre précédent rend compte du repli des titres de
transaction et titres pris en pension, contrebalancé par la progression des
transactions et prêts aux grandes sociétés.
    Les revenus ont totalisé 652 millions de dollars, en hausse de 8 millions
de dollars comparativement au troisième trimestre de 2007. La hausse des
revenus de nos activités de prêt au Canada et aux Etats-Unis a plus qu'annulé
la modeste réduction des revenus tirés du secteur Marchés des capitaux
mondiaux. La baisse des revenus tirés des dérivés par rapport au niveau record
enregistré à l'exercice précédent a été largement compensée par la forte
croissance de nos autres activités de transaction et, notamment, par un
trimestre record pour nos transactions sur titres à revenu fixe.
L'amélioration de 114 millions de dollars, ou 21 %, par rapport au trimestre
précédent vient d'une nette augmentation des revenus de transaction pour le
secteur Marchés des capitaux mondiaux, d'augmentations du revenu d'intérêts
net et des revenus tirés des services bancaires d'investissement ainsi que de
la perte sur titres détenus à des fins autres que de transaction subie aux
Etats-Unis au trimestre précédent.
    Le revenu d'intérêts net de 269 millions de dollars, soit 16 % de plus
qu'à la période correspondante de 2007, est surtout attribuable à une forte
croissance des prêts aux grandes sociétés dans toutes les régions ainsi qu'à
une amélioration des marges sur prêts au Canada comme aux Etats-Unis.
Comparativement au trimestre précédent, le revenu d'intérêts net a augmenté de
9 %.
    La dotation à la provision pour pertes sur créances de Scotia Capitaux
s'est chiffrée à 4 millions de dollars pour le troisième trimestre, contre des
recouvrements nets de 10 millions de dollars au troisième trimestre de 2007 et
de 9 millions de dollars au deuxième trimestre de 2008. L'augmentation par
rapport au troisième trimestre de 2007 et au trimestre précédent de 2008 tient
principalement à la constitution d'une nouvelle provision aux Etats-Unis.
    Les autres revenus se sont établis à 383 millions de dollars, soit
30 millions de dollars, ou 7 %, de moins qu'un an plus tôt. Les revenus du
secteur Marchés des capitaux mondiaux ont baissé de 37 millions de dollars,
soit 14 %, compte tenu du repli des revenus de transaction liés aux dérivés
par rapport au niveau record d'il y a un an. Ce résultat a été compensé en
grande partie par une forte croissance des revenus de transaction sur les
opérations de change, les métaux précieux et les titres à revenu fixe. Les
revenus du secteur Services bancaires aux sociétés et services bancaires
d'investissement mondiaux se sont accrus de 5 % par suite de l'augmentation
des commissions de crédit au Canada et aux Etats-Unis. En regard du trimestre
précédent, les autres revenus ont progressé de 91 millions de dollars, en
raison surtout de la hausse des revenus de transaction du secteur Marchés des
capitaux mondiaux et de la perte sur titres détenus à des fins autres que de
transaction du deuxième trimestre aux Etats-Unis. Il y a eu par ailleurs de
nettes améliorations des commissions de crédit et des revenus tirés des
services bancaires d'investissement et, notamment, des revenus records de la
part de Scotia Waterous.
    Les frais autres que d'intérêts se sont élevés à 254 millions de dollars
pour le trimestre écoulé, un recul de 13 millions de dollars, ou 5 %, en
regard de la période comparable de 2007, par suite surtout de la baisse de la
charge de rémunération liée au rendement. En regard du trimestre précédent,
l'augmentation des frais autres que d'intérêts vient de l'augmentation de la
charge de rémunération au rendement, laquelle a été quelque peu atténuée par
la baisse des frais informatiques.

    
    Autres(1)
                                                          Pour les périodes
                                 Pour les trimestres         de neuf mois
                                     terminés les           terminées les
    -------------------------------------------------------------------------
    (non vérifié) (en
     millions de dollars)        31        30        31        31        31
    (base de mise en        juillet     avril   juillet   juillet   juillet
     équivalence fiscale)(2)   2008      2008      2007      2008      2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Résultat sectoriel
    Revenu d'intérêts net(3)   (292)$    (221)$    (128)$    (695)$    (367)$
    Dotation à la provision
     pour pertes sur créances     -         -         -         -       (25)
    Autres revenus               92       114       189       272       464
    Frais autres que
     d'intérêts                  23        46        35        90        85
    Charge d'impôts(3)         (138)     (121)      (55)     (378)     (142)
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net                (85)$     (32)$      81 $    (135)$     179 $
    Dividendes versés sur
     les actions
     privilégiées                 4         3         2        11         6
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net (perte)
     attribuable aux
     actionnaires ordinaires    (89)$     (35)$      79 $    (146)$     173 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    -------------------------------------------------------------------------
    Autres données
    Actif moyen (en milliards
     de dollars)                 37 $      37 $      32 $      36 $      32 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Comprend les revenus de toutes les autres petites unités
        d'exploitation et les redressements du siège social, tels que
        l'élimination de la majoration du revenu exempt d'impôt déclarée dans
        le revenu d'intérêts net et la charge d'impôts, les écarts entre les
        montants réels des coûts engagés et ceux imputés aux unités
        d'exploitation, et l'incidence des titrisations.
    (2) Se reporter à l'analyse des mesures non conformes aux PCGR ci-dessus.
    (3) Compte tenu de l'élimination de la majoration du revenu exonéré
        d'impôts présentée dans le revenu d'intérêts net et la charge
        d'impôts des trimestres terminés le 31 juillet 2008 (103 $), le
        30 avril 2008 (100 $) et le 31 juillet 2007 (101 $) et des périodes
        de neuf mois terminées le 31 juillet 2008 (321 $) et le
        31 juillet 2007 (315 $) pour en arriver aux montants comptabilisés
        dans l'état consolidé des résultats.
    

    Le résultat net attribuable aux actionnaires ordinaires représente une
perte de 89 millions de dollars pour le troisième trimestre, contre un
bénéfice net de 79 millions de dollars au trimestre comparable de l'an dernier
et une perte de 35 millions de dollars au trimestre précédent.
    Le revenu d'intérêts net et la charge d'impôts tiennent compte de
l'élimination de la majoration du revenu exonéré d'impôts. Ce montant est
inclus dans les résultats des secteurs d'exploitation, lesquels sont présentés
selon une base de mise en équivalence fiscale. L'élimination s'est chiffrée à
103 millions de dollars pour le trimestre écoulé, contre 101 millions de
dollars à la période comparable de 2007 et 100 millions de dollars au
trimestre précédent.
    Le revenu d'intérêts net est négatif de 292 millions de dollars pour le
trimestre, soit 164 millions de dollars de moins qu'au même trimestre de 2007,
et 71 millions de dollars de moins qu'au trimestre précédent de 2008. Ce recul
est notamment attribuable aux coûts accrus nécessaires à l'obtention de
capitaux et à la couverture du risque de taux d'intérêt de la Banque dans les
marchés de gros en raison de la conjoncture actuelle des marchés. Les
variations de la juste valeur des dérivés ayant servi à la gestion de l'actif
et du passif sont défavorables par rapport à l'exercice précédent, mais
favorables par rapport au trimestre précédent.
    Les autres revenus de 92 millions de dollars sont de 97 millions de
dollars inférieurs à il y a un an et de 22 millions de dollars inférieurs à
ceux du trimestre précédent. Cette diminution par rapport au trimestre
correspondant de 2007 et au trimestre précédent de 2008 s'explique surtout par
un recul des gains sur les titres détenus à des fins autres que de
transaction. La diminution par rapport au trimestre correspondant de 2007 a
été partiellement compensée par la hausse des revenus tirés des activités de
titrisation.
    Les frais autres que d'intérêts se sont chiffrés à 23 millions de dollars
pour le trimestre, en baisse de 12 millions de dollars par rapport à il y a un
an et de 23 millions de dollars sur le trimestre précédent. Dans ce dernier
cas, la diminution vient surtout d'une hausse des frais juridiques au
trimestre précédent.

    
    Total

                                                          Pour les périodes
                                  Pour les trimestres        de neuf mois
                                      terminés les          terminées les
    -------------------------------------------------------------------------
                                 31        30        31        31        31
    (non vérifié) (en       juillet     avril   juillet   juillet   juillet
     millions de dollars)      2008      2008      2007      2008      2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Résultat sectoriel
    Revenu d'intérêts net     1 946 $   1 873 $   1 812 $   5 633 $   5 382 $
    Dotation à la provision
     pour pertes sur créances   159       153        92       423       175
    Autres revenus            1 428     1 299     1 389     3 752     4 030
    Frais autres que
     d'intérêts               1 889     1 794     1 752     5 352     5 202
    Charge d'impôts             287       209       296       689       859
    Participation sans
     contrôle dans le
     bénéfice net des
     filiales                    29        36        29        96        85
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net              1 010 $     980 $   1 032 $   2 825 $   3 091 $
    Dividendes versés sur
     les actions privilégiées    32        22        16        75        35
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net attribuable
     aux actionnaires
     ordinaires                 978 $     958 $   1 016 $   2 750 $   3 056 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    -------------------------------------------------------------------------
    Autres données
    Rendement des capitaux
     propres(1)                21,0 %    21,4 %  21,7 %(2)   20,3 % 22,2 %(2)
    Actif moyen (en milliards
     de dollars)                457 $     455 $     409 $     447 $     402 $
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Se reporter à l'analyse des mesures non conformes aux PCGR ci-dessus.
    (2) Certains chiffres correspondants du présent rapport trimestriel ont
        été retraités pour que leur présentation soit conforme à celle du
        trimestre à l'étude.



    Faits saillants par secteur géographique

                                                          Pour les périodes
                                  Pour les trimestres        de neuf mois
                                      terminés les          terminées les
    -------------------------------------------------------------------------
                                 31        30        31        31        31
                            juillet     avril   juillet   juillet   juillet
    (non vérifié)              2008      2008      2007      2008      2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net attribuable
     aux actionnaires
     ordinaires (en millions
     de dollars)
    Canada                      594 $     552 $     639 $   1 640 $   1 744 $
    Etats-Unis                   38        61        98       121       400
    Mexique                      94        75       112       232       383
    Autres pays                 313       348       201       913       624
    Redressements du siège
     social                     (61)      (78)      (34)     (156)      (95)
    -------------------------------------------------------------------------
                                978 $     958 $   1 016 $   2 750 $   3 056 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Actif moyen (en milliards
     de dollars)
    Canada                      291 $     293 $     270 $     289 $     260 $
    Etats-Unis                   29        29        25        29        30
    Mexique                      20        20        21        20        21
    Autres pays                 107       102        86        99        83
    Redressements du siège
     social                      10        11         7        10         8
    -------------------------------------------------------------------------
                                457 $     455 $     409 $     447 $     402 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


    Chiffres clés pour les trimestres

                                Pour les trimestres
                                    terminés les
    -----------------------------------------------------
                                 31        30        31
                            juillet     avril      janv.
                               2008      2008      2008
    -----------------------------------------------------
    Total des revenus (en
     millions de dollars)     3 374 $   3 172 $   2 839 $
    Total des revenus
     (BMEF(1)) (en millions
     de dollars)              3 477     3 272     2 957
    Bénéfice net (en
     millions de dollars)     1 010       980       835
    Bénéfice de base par
     action (en dollars)       0,99      0,97      0,83
    Bénéfice dilué par
     action (en dollars)       0,98      0,97      0,82
    -----------------------------------------------------
    -----------------------------------------------------


                                     Pour les trimestres terminés les
    -------------------------------------------------------------------------
                                 31        31        30        31        31
                                oct.  juillet     avril      janv.      oct.
                               2007      2007      2007      2007      2006
    -------------------------------------------------------------------------
    Total des revenus (en
     millions de dollars)     3 078 $   3 201 $   3 102 $   3 109 $   2 868 $
    Total des revenus
     (BMEF(1)) (en millions
     de dollars)              3 294     3 302     3 211     3 214     2 999
    Bénéfice net (en
     millions de dollars)       954     1 032     1 039     1 020       897
    Bénéfice de base par
     action (en dollars)       0,95      1,03      1,04      1,02      0,90
    Bénéfice dilué par
     action (en dollars)       0,95      1,02      1,03      1,01      0,89
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Se reporter à l'analyse des mesures non conformes aux PCGR ci-dessus.
    


    Conventions et estimations comptables

    Les états financiers consolidés intermédiaires ont été dressés
conformément aux principes comptables généralement reconnus ("PCGR") du
Canada. Il est recommandé de se reporter à la note 1 afférente aux états
financiers consolidés annuels de 2007 pour obtenir de plus amples
renseignements sur les importants principes comptables utilisés pour
l'établissement de ces états financiers. Aucune nouvelle convention comptable
ayant des conséquences importantes n'a été adoptée par la Banque au cours du
troisième trimestre de 2008.
    Les principales hypothèses et bases sur lesquelles reposent les
estimations faites par la direction conformément aux PCGR de même que leur
incidence sur les chiffres présentés dans les états financiers consolidés
intermédiaires et les notes y afférentes demeurent essentiellement les mêmes
que celles décrites dans le Rapport annuel 2007.

    
    Données sur les actions

    -------------------------------------------------------------------------
                                                                          Au
                                                                  31 juillet
    (en milliers d'actions en circulation)                              2008
    -------------------------------------------------------------------------
    Actions ordinaires                                             989 892(1)
    -------------------------------------------------------------------------
    Actions privilégiées Série 12                                   12 000(2)
    Actions privilégiées Série 13                                   12 000(3)
    Actions privilégiées Série 14                                   13 800(4)
    Actions privilégiées Série 15                                   13 800(5)
    Actions privilégiées Série 16                                   13 800(6)
    Actions privilégiées Série 17                                    9 200(7)
    Actions privilégiées Série 18                                   13 800(8)
    Actions privilégiées Série 20                                   14 000(9)
    -------------------------------------------------------------------------
    Titres fiduciaires Série 2000-1 émis par Fiducie de Capital
     Scotia                                                           500(10)
    Titres fiduciaires Série 2002-1 émis par Fiducie de Capital
     Banque Scotia                                                    750(11)
    Titres fiduciaires Série 2003-1 émis par Fiducie de Capital
     Banque Scotia                                                    750(11)
    Titres fiduciaires Série 2006-1 émis par Fiducie de Capital
     Banque Scotia                                                    750(11)
    -------------------------------------------------------------------------
    Billets secondaires de la Fiducie Banque Scotia - Série A,
     émis par la Fiducie de billets secondaires Banque Scotia       1 000(11)
    -------------------------------------------------------------------------
    Options en cours attribuées aux termes des régimes
     d'options sur actions pour l'achat d'actions ordinaires    24 599(1)(12)
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Au 15 août 2008, le nombre d'actions ordinaires en circulation et le
        nombre d'options en cours se chiffraient respectivement à 989 923 et
        à 24 422. Le nombre des autres titres de ce tableau demeure inchangé.
    (2) Ces actions donnent droit à un dividende trimestriel en espèces
        privilégié non cumulatif de 0,328125 $ par action.
    (3) Ces actions donnent droit à un dividende trimestriel en espèces
        privilégié non cumulatif de 0,30 $ par action.
    (4) Ces actions donnent droit à un dividende trimestriel en espèces
        privilégié non cumulatif de 0,28125 $ par action.
    (5) Ces actions donnent droit à un dividende trimestriel en espèces
        privilégié non cumulatif de 0,28125 $ par action.
    (6) Ces actions donnent droit à un dividende trimestriel en espèces
        privilégié non cumulatif de 0,328125 $ par action, à l'exception du
        dividende initial payé le 29 janvier 2008, qui a été de 0,39195 $ par
        action.
    (7) Ces actions donnent droit à un dividende trimestriel en espèces
        privilégié non cumulatif de 0,35 $ par action, à l'exception du
        dividende initial payé le 28 avril 2008, qui a été de 0,33753 $ par
        action.
    (8) Ces actions donnent droit à un dividende trimestriel en espèces
        privilégié non cumulatif. Le dividende initial a été versé le
        29 juillet 2008 et s'est établi à 0,4315 $ par action. Les dividendes
        qui seront déclarés au cours de la période initiale de cinq ans se
        terminant le 25 avril 2013, lorsque de tels dividendes seront
        déclarés, le cas échéant, seront de 0,3125 $ par action. A l'issue de
        la période initiale de cinq ans à taux fixe, ainsi que tous les cinq
        ans par la suite, les dividendes seront calculés au moyen du
        rendement sur cinq ans offert par les effets du gouvernement du
        Canada, majoré de 2,05 %, cette somme étant multipliée par 25,00 $.
    (9) Ces actions donnent droit à un dividende trimestriel en espèces
        privilégié non cumulatif. Le dividende initial a été versé le
        29 juillet 2008 et s'est établi à 0,1678 $ par action. Les dividendes
        qui seront déclarés au cours de la période initiale de cinq ans se
        terminant le 25 octobre 2013, lorsque de tels dividendes seront
        déclarés, le cas échéant, seront de 0,3125 $ par action. A l'issue de
        la période à taux fixe initiale de cinq ans, ainsi que tous les cinq
        ans par la suite, les dividendes seront calculés au moyen du
        rendement sur cinq ans offert par les effets du gouvernement du
        Canada, majoré de 1,70 %, cette somme étant multipliée par 25,00 $.
    (10) Présentés dans les obligations au titre des instruments de capitaux
         propres au bilan consolidé.
    (11) Présentés dans les dépôts au bilan consolidé.
    (12) Comprend 17 366 options d'achat d'actions assorties de droits à la
         plus-value des actions ("composante DPV").

    On trouvera plus de renseignements, y compris les caractéristiques de
convertibilité, aux notes 13, 14 et 16 des états financiers consolidés du
31 octobre 2007 publiés dans le Rapport annuel 2007, et à la note 5 figurant
plus loin du présent rapport.


    ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES

    Etat consolidé des résultats

                                                          Pour les périodes
                                   Pour les trimestres       de neuf mois
                                      terminés les           terminées les
    -------------------------------------------------------------------------
    (non vérifié)                31        30        31        31        31
     (en millions           juillet     avril   juillet   juillet   juillet
     de dollars)               2008      2008      2007      2008      2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Revenu d'intérêts
    Prêts                     3 888 $   3 798 $   3 536 $  11 511 $  10 317 $
    Titres                    1 193     1 200     1 192     3 561     3 609
    Titres pris en pension      170       204       325       603       938
    Dépôts auprès d'autres
     banques                    249       260       292       828       809
    -------------------------------------------------------------------------
                              5 500     5 462     5 345    16 503    15 673
    -------------------------------------------------------------------------
    Frais d'intérêts
    Dépôts                    2 904     2 948     2 756     8 930     7 882
    Débentures subordonnées      50        36        30       110        93
    Obligations au titre des
     instruments de capitaux
     propres                     10         9        14        28        40
    Autres                      590       596       733     1 802     2 276
    -------------------------------------------------------------------------
                              3 554     3 589     3 533    10 870    10 291
    -------------------------------------------------------------------------
    Revenu d'intérêts net     1 946     1 873     1 812     5 633     5 382
    Dotation à la provision
     pour pertes sur créances
     (note 3)                   159       153        92       423       175
    -------------------------------------------------------------------------
    Revenu d'intérêts net
     après la dotation à la
     provision pour pertes
     sur créances             1 787     1 720     1 720     5 210     5 207
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres revenus
    Revenus sur cartes          102        93        92       290       274
    Services de dépôt et
     de paiement                225       208       208       640       613
    Fonds communs de
     placement                   83        78        77       239       218
    Services de gestion des
     placements, de
     courtage et de
     fiducie                    196       189       192       571       575
    Commissions de crédit       164       140       143       437       404
    Revenus de transaction      150       123       217       229       517
    Services de banque
     d'investissement           193       170       184       527       573
    Gain net sur les titres
     détenus à des fins
     autres que de
     transaction                 90        59       134       169       340
    Autres                      225       239       142       650       516
    -------------------------------------------------------------------------
                              1 428     1 299     1 389     3 752     4 030
    -------------------------------------------------------------------------
    Revenu d'intérêts net et
     autres revenus           3 215     3 019     3 109     8 962     9 237
    -------------------------------------------------------------------------
    Frais autres que
     d'intérêts
    Salaires et avantages
     sociaux                  1 068     1 005     1 013     3 051     3 020
    Locaux et technologie       368       359       335     1 054       991
    Communications               82        80        76       237       224
    Publicité et prospection     77        78        71       224       217
    Honoraires                   55        68        53       168       146
    Taxe d'affaires et taxe
     sur le capital              40        38        37        92       110
    Autres frais                199       166       167       526       494
    -------------------------------------------------------------------------
                              1 889     1 794     1 752     5 352     5 202
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice avant les
     éléments ci-dessous      1 326     1 225     1 357     3 610     4 035
    Charge d'impôts             287       209       296       689       859
    Participation sans
     contrôle dans le
     bénéfice net des
     filiales                    29        36        29        96        85
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net              1 010 $     980 $   1 032 $   2 825 $   3 091 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Dividendes versés sur les
     actions privilégiées        32        22        16        75        35
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net attribuable
     aux actionnaires
     ordinaires                 978 $     958 $   1 016 $   2 750 $   3 056 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Nombre moyen d'actions
     ordinaires en circulation
     (en millions)
      De base                   989       986       988       986       990
      Dilué                     994       992       996       993       999
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice par action
     ordinaire (en dollars)
      De base                  0,99 $    0,97 $    1,03 $    2,79 $    3,09 $
      Dilué                    0,98 $    0,97 $    1,02 $    2,77 $    3,06 $
    -------------------------------------------------------------------------
    Dividendes par action
     ordinaire (en dollars)    0,49 $    0,47 $    0,45 $    1,43 $    1,29 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Certains chiffres correspondants ont été reclassés pour qu'ils soient
    conformes à la présentation de la période écoulée.

    Les notes ci-jointes font partie intégrante des états financiers
    consolidés intermédiaires.


    Bilan consolidé

                                                      Aux
    -------------------------------------------------------------------------
                                        31         30         31         31
    (non vérifié)                  juillet      avril    octobre    juillet
     (en millions de dollars)         2008       2008       2007       2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Actif
    Liquidités
    Trésorerie et dépôts sans
     intérêt auprès d'autres
     banques                         2 914 $    2 641 $    2 138 $    2 370 $
    Dépôts portant intérêt auprès
     d'autres banques               25 701     26 178     23 011     23 048
    Métaux précieux                  4 281      3 668      4 046      3 358
    -------------------------------------------------------------------------
                                    32 896     32 487     29 195     28 776
    -------------------------------------------------------------------------
    Titres
    Détenus à des fins de
     transaction                    56 016     62 138     59 685     63 797
    Disponibles à la vente          34 314     34 322     28 426     28 636
    Placements comptabilisés à la
     valeur de consolidation           853        802        724        424
    -------------------------------------------------------------------------
                                    91 183     97 262     88 835     92 857
    -------------------------------------------------------------------------
    Titres pris en pension          17 774     15 323     22 542     26 834
    -------------------------------------------------------------------------
    Prêts
    Prêts hypothécaires à
     l'habitation                  113 830    108 382    102 154     99 000
    Prêts aux particuliers et sur
     cartes de crédit               48 971     45 273     41 734     41 360
    Prêts aux entreprises et aux
     administrations publiques     111 921    104 928     85 500     84 778
    -------------------------------------------------------------------------
                                   274 722    258 583    229 388    225 138
    Provision pour pertes sur
     créances (note 3)               2 477      2 490      2 241      2 423
    -------------------------------------------------------------------------
                                   272 245    256 093    227 147    222 715
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres
    Engagements de clients en
     contrepartie d'acceptations    11 497     11 782     11 538     10 289
    Instruments dérivés             23 504     25 638     21 960     16 635
    Terrains, bâtiments et matériel  2 542      2 506      2 271      2 296
    Ecart d'acquisition              2 134      2 162      1 134      1 140
    Autres actifs incorporels          287        263        273        287
    Autres actifs                    8 345      9 057      6 615      6 286
    -------------------------------------------------------------------------
                                    48 309     51 408     43 791     36 933
    -------------------------------------------------------------------------
                                   462 407 $  452 573 $  411 510 $  408 115 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Passif et capitaux propres
    Dépôts
    Particuliers                   112 872 $  109 994 $  100 823 $   98 171 $
    Entreprises et administrations
     publiques                     191 239    176 878    161 229    156 668
    Banques                         28 358     35 566     26 406     32 146
    -------------------------------------------------------------------------
                                   332 469    322 438    288 458    286 985
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres
    Acceptations                    11 497     11 782     11 538     10 289
    Obligations relatives aux
     titres mis en pension          29 116     27 446     28 137     31 223
    Obligations relatives aux
     titres vendus à découvert      11 765     15 028     16 039     21 322
    Instruments dérivés             22 981     24 010     24 689     15 352
    Autres passifs                  28 725     26 412     21 138     20 248
    Participation sans contrôle
     dans les filiales                 455        588        497        505
    -------------------------------------------------------------------------
                                   104 539    105 266    102 038     98 939
    -------------------------------------------------------------------------
    Débentures subordonnées
     (note 4)                        3 538      3 946      1 710      1 774
    -------------------------------------------------------------------------
    Obligations au titre des
     instruments de capitaux
     propres                           500        500        500        750
    -------------------------------------------------------------------------
    Capitaux propres
    Capital-actions
      Actions privilégiées (note 5)  2 560      2 210      1 635      1 290
      Actions ordinaires et
       surplus d'apport              3 728      3 643      3 566      3 521
    Bénéfices non répartis          18 784     18 300     17 460     16 967
    Cumul des autres éléments du
     résultat étendu (note 6)       (3 711)    (3 730)    (3 857)    (2 111)
    -------------------------------------------------------------------------
                                    21 361     20 423     18 804     19 667
    -------------------------------------------------------------------------
                                   462 407 $  452 573 $  411 510 $  408 115 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Certains chiffres correspondants ont été reclassés pour qu'ils soient
    conformes à la présentation de la période écoulée.

    Les notes ci-jointes font partie intégrante des états financiers
    consolidés intermédiaires.


    Etat consolidé de la variation des capitaux propres

                                Pour les périodes de neuf mois terminées les
    -------------------------------------------------------------------------
                                                              31         31
                                                         juillet    juillet
    (non vérifié) (en millions de dollars)                  2008       2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Actions privilégiées
    Solde au début de la période                           1 635 $      600 $
    Emissions                                                925        690
    -------------------------------------------------------------------------
    Solde à la fin de la période                           2 560      1 290
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Actions ordinaires et surplus d'apport
    Solde au début de la période                           3 566      3 425
    Emissions                                                163        139
    Rachats aux fins d'annulation                             (1)       (43)
    -------------------------------------------------------------------------
    Solde à la fin de la période                           3 728      3 521
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfices non répartis
    Solde au début de la période                          17 460     15 843
    Effet cumulatif de l'adoption de nouvelles
     conventions comptables                                    -      (61)(1)
    -------------------------------------------------------------------------
                                                          17 460     15 782
    Bénéfice net                                           2 825      3 091
    Dividendes : actions privilégiées                        (75)       (35)
                 actions ordinaires                       (1 411)    (1 278)
    Rachats d'actions                                        (6)      (586)
    Autres                                                   (9)        (7)
    -------------------------------------------------------------------------
    Solde à la fin de la période                         18 784     16 967
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Cumul des autres éléments du résultat étendu
    Solde au début de la période                          (3 857)    (2 321)
    Effet cumulatif de l'adoption des nouvelles
     conventions comptables                                    -      683(1)
    Autres éléments du résultat étendu                       146       (473)
    -------------------------------------------------------------------------
    Solde à la fin de la période                          (3 711)    (2 111)
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Total des capitaux propres à la fin de la période     21 361 $   19 667 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


    Etat consolidé du résultat étendu

                                                           Pour les périodes
                                    Pour les trimestres      de neuf mois
                                        terminés les         terminées les
    -------------------------------------------------------------------------
                                           31        31        31        31
    (non vérifié)                     juillet   juillet   juillet   juillet
     (en millions de dollars)            2008      2007      2008      2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Résultat étendu
    Bénéfice net                        1 010 $   1 032 $   2 825 $   3 091 $
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres éléments du résultat
     étendu, déduction faite des
     impôts sur le bénéfice (note 6)
    Variation nette des gains (pertes)
     de change non réalisés               193      (465)      993      (531)
    Variation nette des pertes non
     réalisées sur les titres
     disponibles à la vente              (243)     (146)     (513)      (81)
    Variation nette des gains (pertes)
     sur les instruments dérivés
     désignés comme couvertures de
     flux de trésorerie                    69        97      (334)      139
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres éléments du résultat étendu     19      (514)      146      (473)
    -------------------------------------------------------------------------
    Résultat étendu                     1 029 $     518 $   2 971 $   2 618 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Certains chiffres correspondants ont été reclassés pour qu'ils soient
    conformes à la présentation de la période écoulée.

    (1) Il y a lieu de se reporter à la note 1 pour obtenir une analyse des
        nouvelles conventions comptables portant sur les instruments
        financiers adoptées au premier trimestre de 2007.

    Les notes ci-jointes font partie intégrante des états financiers
    consolidés intermédiaires.


    Etat consolidé condensé des flux de trésorerie

                                                           Pour les périodes
                                    Pour les trimestres      de neuf mois
                                        terminés les         terminées les
    -------------------------------------------------------------------------
    Provenance (affectation) des
     flux de trésorerie                    31        31        31        31
    (non vérifié) (en millions de     juillet   juillet   juillet   juillet
     dollars)                            2008      2007      2008      2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Flux de trésorerie liés aux
     activités d'exploitation
    Bénéfice net                        1 010 $   1 032 $   2 825 $   3 091 $
    Ajustements visant à déterminer
     les flux de trésorerie liés
     aux activités d'exploitation         208        (7)      424        29
    Intérêts courus nets à recevoir
     et à payer                            14       (73)      247       (70)
    Titres détenus à des fins de
     transaction                        6 511     6 979     4 980    (2 352)
    Actifs dérivés                      2 477    (1 180)    1 592    (5 617)
    Passifs dérivés                    (1 134)    1 621    (4 542)    3 110
    Autres, montant net                 2 940     2 019     4 442      (370)
    -------------------------------------------------------------------------
                                       12 026    10 391     9 968    (2 179)
    -------------------------------------------------------------------------
    Flux de trésorerie liés aux
     activités de financement
    Dépôts                              7 903       314    29 240    28 896
    Obligations relatives aux
     titres mis en pension              1 196     2 168      (416)   (1 894)
    Obligations relatives aux
     titres vendus à découvert         (3 301)      109    (4 637)    8 458
    Actions privilégiées émises           350         -       925       690
    Actions ordinaires émises              82         7       145        92
    Actions ordinaires rachetées
     aux fins d'annulation                 (7)     (395)       (7)     (629)
    Débentures subordonnées émises          -         -     2 194         -
    Débentures subordonnées rachetées    (425)     (500)     (425)     (500)
    Dividendes versés en espèces         (517)     (461)   (1 486)   (1 313)
    Autres, montant net                   309        57     1 258     2 814
    -------------------------------------------------------------------------
                                        5 590     1 299    26 791    36 614
    -------------------------------------------------------------------------
    Flux de trésorerie liés aux
     activités d'investissement
    Dépôts portant intérêt auprès
     d'autres banques                     845       178      (776)   (6 024)
    Titres pris en pension             (2 229)   (1 291)    5 458    (1 587)
    Prêts, à l'exclusion des
     titrisations                     (16 290)  (11 703)  (38 623)  (27 934)
    Titrisations de prêts                 892     1 321     2 584     2 764
    Titres détenus à des fins
     autres que de transaction,
     montant net                         (147)     (221)   (3 051)   (1 116)
    Terrains, bâtiments et matériel,
     déduction faite des cessions         (69)      (66)     (254)     (230)
    Autres, montant net(l)               (376)        -    (1 457)     (119)
    -------------------------------------------------------------------------
                                      (17 374)  (11 782)  (36 119)  (34 246)
    -------------------------------------------------------------------------
    Incidence des fluctuations des
     taux de change sur la
     trésorerie et les équivalents
     de trésorerie                         31       (70)      136       (99)
    -------------------------------------------------------------------------
    Variation nette de la trésorerie
     et des équivalents de
     trésorerie                           273      (162)      776        90
    Trésorerie et équivalents de
     trésorerie au début de la
     période                            2 641     2 532     2 138     2 280
    -------------------------------------------------------------------------
    Trésorerie et équivalents de
     trésorerie à la fin de la
     période(2)                         2 914 $  2 370 $   2 914 $   2 370 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    Décaissements effectués au
     titres des éléments suivants :
      Intérêts                          3 627 $   3 614 $  10 851 $  10 860 $
      Impôts sur les bénéfices            199 $     220 $     953 $     836 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    Certains chiffres correspondants ont été reclassés pour qu'ils soient
    conformes à la présentation de la période écoulée.

    (1) Pour le trimestre et la période de neuf mois terminés le 31 juillet
        2008, comprend des placements dans des filiales, déduction faite de
        montants respectifs de néant et de 37 $ au titre de la trésorerie et
        des équivalents de trésorerie (néant et 3$ respectivement au
        31 juillet 2007) et de montants respectifs de néant et de néant au
        titre de la contrepartie autre qu'en espèces constituée d'actions
        ordinaires nouvellement émises (néant et 15 $ respectivement au
        31 juillet 2007).
    (2) Représente la trésorerie et les dépôts sans intérêt auprès d'autres
        banques.

    Les notes ci-jointes font partie intégrante des états financiers
    consolidés intermédiaires.



    Notes afférentes aux états financiers consolidés intermédiaires
    (non vérifié)

    Les présents états financiers consolidés intermédiaires ont été dressés
    conformément aux principes comptables généralement reconnus du Canada
    (les "PCGR"). Ils doivent être lus parallèlement aux états financiers
    consolidés de l'exercice terminé le 31 octobre 2007. Les principales
    conventions comptables qui ont servi à établir ces états financiers
    consolidés intermédiaires sont conformes à celles que la Banque a
    utilisées dans l'établissement des états financiers consolidés vérifiés
    de fin d'exercice.

    1.  Modifications de conventions comptables

        Aucune nouvelle convention comptable ayant des conséquences
        importantes n'a été adoptée durant l'exercice en cours. Les
        modifications de conventions comptables sont décrites à la note 1
        afférente aux états financiers consolidés vérifiés de l'exercice 2007
        de la Banque.

    2.  Cession de prêts par titrisation

        La Banque titrise des prêts hypothécaires à l'habitation en procédant
        à la création de titres adossés à des créances hypothécaires. Aucune
        perte sur créance n'est prévue, les prêts hypothécaires étant
        assurés. Pour le trimestre terminé le 31 juillet 2008, la moyenne
        pondérée des hypothèses clés utilisées dans la mesure de la juste
        valeur aux dates des opérations de titrisation correspond à un taux
        de remboursement par anticipation de 20 %, à une marge excédentaire
        de 1,5 % et à un taux d'actualisation de 3,9 %. Le tableau qui suit
        présente un sommaire des cessions réalisées par la Banque.

                                                           Pour les périodes
                                Pour les trimestres           de neuf mois
                                    terminés les             terminées les
    -------------------------------------------------------------------------
                                31         30        31        31        31
    (en millions de         juillet     avril   juillet   juillet   juillet
     dollars)                  2008      2008      2007      2008      2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Produit net en
     espèces(1)                 892 $   1 142 $   1 321 $   2 584 $   2 764 $
    Droits conservés             32        37        28        85        77
    Passif de gestion
     conservé                    (5)       (6)       (9)      (15)      (20)
    -------------------------------------------------------------------------
                                919     1 173     1 340     2 654     2 821
    Prêts hypothécaires à
     l'habitation titrisés      900     1 142     1 351     2 597     2 817
    -------------------------------------------------------------------------
    Gain net (perte) sur la
     cession                     19 $    31 $      (11)$       57 $       4 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Exclut les prêts hypothécaires assurés qui ont été titrisés et
        conservés par la Banque et qui se sont établis à 157 $ pour le
        trimestre terminé le 31 juillet 2008 (555 $ au 30 avril 2008; 1 008 $
        au 31 juillet 2007) et à 2 063 $ pour la période de neuf mois
        terminée le 31 juillet 2008 (1 716 $ au 31 juillet 2007). Au 31
        juillet 2008, le solde des titres adossés à des créances
        hypothécaires s'élevait à 4 850 $ et ces actifs ont été classés comme
        titres disponibles à la vente.

    3.  Prêts douteux et provision pour pertes sur créances

     a) Prêts douteux

                                                           Aux
    -------------------------------------------------------------------------
                                                     31        30        31
                                                juillet     avril   octobre
    (en millions de dollars)                       2008      2008      2007
    -------------------------------------------------------------------------
                                   Provisions
                            Montant   spéci-   Montant   Montant   Montant
                               brut fiques(1)      net       net       net
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Par type de prêts
      Prêts hypothécaires
       à l'habitation           542 $     162 $     380 $     237 $     203 $
      Prêts aux
       particuliers et sur
       cartes de crédit         618       551        67       168        51
      Prêts aux entreprises
       et aux
       administrations        1 003       441       562       440       347
    -------------------------------------------------------------------------
    Total                     2 163 $   1 154 $   1 009 $     845 $     601 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Par secteur géographique
      Canada                                        308 $     309 $     231 $
      Etats-Unis                                     72         4         4
      Autres pays                                   629       532       366
    -------------------------------------------------------------------------
    Total                                         1 009 $     845 $     601 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) La provision spécifique pour prêts douteux évaluée de façon
        individuelle s'est établie à 441 $ (464 $ au 30 avril 2008; 383 $ au
        31 octobre 2007).

     b) Provision pour créances irrécouvrables

        Le tableau qui suit présente un sommaire de la variation de la
        provision pour pertes sur créances.

                                                           Pour les périodes
                                Pour les trimestres           de neuf mois
                                    terminés les             terminées les
    -------------------------------------------------------------------------
                                 31        30        31        31        31
    (en millions de         juillet     avril   juillet   juillet   juillet
     dollars)                  2008      2008      2007      2008      2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Solde au début de la
     période                  2 498 $   2 462 $   2 516 $   2 252 $   2 618 $
    Radiations                 (218)     (190)     (179)     (602)     (483)
    Recouvrements                52        51        38       154       137
    Dotation à la
     provision pour pertes
     sur créances(4)            159       153        92       423       175
    Autres, y compris le
     redressement de change      (6)       22       (34)      258       (14)
    -------------------------------------------------------------------------
    Solde à la fin de la
     période(1)(2)(3)         2 485 $   2 498 $   2 433 $   2 485 $   2 433 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Au 31 juillet 2008, comprenait 143 $ au titre des provisions
        spécifiques et 25 $ au titre des provisions générales liées à
        l'acquisition d'une nouvelle filiale (149 $ et 25 $, respectivement,
        au 30 avril 2008; 37 $ et 16 $, respectivement, au 31 juillet 2007),
        montants qui pourraient changer au terme de l'évaluation des actifs
        liés aux prêts acquis.
    (2) Au 31 juillet 2008, 8 $ avaient été comptabilisés dans les autres
        passifs (8 $ au 30 avril 2008; 10 $ au 31 juillet 2007).
    (3) Au 31 juillet 2008, la provision générale pour pertes sur créances se
        chiffrait à 1 323 $ (1 323 $ au 30 avril 2008; 1 298 $ au 31 juillet
        2007).
    (4) Pour le trimestre et la période de neuf mois terminés le 31 juillet
        2008, déduction faite de la réduction de néant de la provision
        générale. (Pour le trimestre et la période de neuf mois terminés le
        31 juillet 2007, déduction faite de la réduction de néant et de 25 $
        de la provision générale, respectivement.)


    4.  Débentures subordonnées

        Des débentures subordonnées d'un montant total de 300 millions de
        dollars ont été émises le 31 janvier 2008 et arriveront à échéance le
        31 janvier 2018. Les intérêts sur ces débentures sont payables
        semestriellement à terme échu à partir du 31 juillet 2008, au taux
        annuel de 5,30 % jusqu'au 31 janvier 2013. Du 31 janvier 2013 à
        l'échéance, les intérêts sont payables trimestriellement à compter du
        30 avril 2013 à un taux annuel égal au taux des acceptations
        bancaires de 90 jours majoré de 1,90 %. Ces débentures subordonnées
        sont remboursables en tout temps par la Banque, sous réserve de
        l'approbation écrite du surintendant des institutions financières du
        Canada. Les débentures subordonnées sont admissibles dans le capital
        de catégorie 2B.

        Des débentures subordonnées rachetables d'un montant total de
        10 milliards de yens ont été émises le 20 novembre 2007 et arriveront
        à échéance le 20 novembre 2037. Les intérêts sont payables
        semestriellement à terme échu à compter du 20 mai 2008, au taux
        annuel de 3,015 %. Les débentures subordonnées sont remboursables par
        la Banque le 20 novembre 2017 sous réserve de l'approbation écrite du
        surintendant des institutions financières du Canada. Les débentures
        subordonnées sont admissibles dans le capital de catégorie 2B.

        Des débentures subordonnées d'un montant total de 1 700 millions de
        dollars ont été émises le 27 mars 2008 et arriveront à échéance le
        27 mars 2018. Les intérêts sont payables semestriellement à terme
        échu à compter du 29 septembre 2008, au taux annuel de 4,99 %
        jusqu'au 27 mars 2013. Du 27 mars 2013 à l'échéance, les intérêts
        sont payables trimestriellement à terme échu à compter du 27 juin
        2013, à un taux annuel égal au taux des acceptations bancaires de
        90 jours majoré de 2,00 %. Ces billets subordonnés sont remboursables
        en tout temps par la Banque, sous réserve de l'approbation écrite du
        surintendant des institutions financières. Les débentures
        subordonnées sont admissibles dans le capital de catégorie 2B.

        Des débentures subordonnées d'un montant total de 10 milliards de
        yens ont été émises le 9 avril 2008 et arriveront à échéance le 9
        avril 2038. Les intérêts sont payables semestriellement à terme échu
        à compter du 9 octobre 2008, au taux annuel de 3,37 %. Les débentures
        subordonnées sont remboursables par la Banque le 9 avril 2018 sous
        réserve de l'approbation écrite préalable du surintendant des
        institutions financières du Canada. Les débentures subordonnées sont
        admissibles dans le capital de catégorie 2B.

        Le 22 juillet 2008, la Banque a remboursé la totalité de ses
        débentures subordonnées à 5,65 % échéant le 22 juillet 2013, d'un
        montant de 425 millions de dollars, à la valeur nominale majorée des
        intérêts courus à la date du rachat.

    5.  Gestion du capital

        La Banque s'est donné un cadre de gestion du capital afin de mesurer,
        d'utiliser et de surveiller son capital disponible et d'en évaluer la
        suffisance. Ce cadre de gestion du capital vise à atteindre les trois
        principaux objectifs suivants : dépasser les seuils réglementaires et
        atteindre les cibles internes de capitaux à plus long terme,
        conserver une cote de crédit élevée et offrir un rendement acceptable
        aux actionnaires de la Banque.

        Le capital est géré conformément à la politique de gestion du
        capital, qui est approuvée par le conseil d'administration. La haute
        direction élabore la stratégie en matière de capital et supervise les
        processus de gestion du capital de la Banque. Les groupes Finance,
        Trésorerie du Groupe et Gestion du risque global de la Banque jouent
        un rôle essentiel dans la mise en oeuvre de la stratégie de la
Banque
        en matière de capital et dans la gestion du capital. Le capital est
        géré en fonction de mesures du capital réglementaires et de mesures
        internes.

        Même si la Banque est assujettie à plusieurs exigences en matière de
        fonds propres dans les différents secteurs d'activité et pays dans
        lesquels elle exerce ses activités, la suffisance des fonds propres
        est gérée sur une base consolidée. La Banque prend également des
        mesures pour s'assurer que ses filiales respectent ou dépassent les
        exigences réglementaires en matière de fonds propres au niveau local.
        Le principal organisme de réglementation auquel la Banque doit se
        conformer à l'égard de la suffisance de ses fonds propres consolidés
        est le Bureau du surintendant des institutions financières (le
        "BSIF") du Canada. Les règles en matière de suffisance des fonds
        propres au Canada sont conformes dans une large mesure aux normes
        internationales fixées par la Banque des règlements internationaux.
        L'accord de Bâle sur les fonds propres révisé ("Bâle II") a été
        adopté par la Banque et les autres banques canadiennes pour
        l'exercice en cours.

        Avec prise d'effet le 1er novembre 2007, les coefficients de capital
        réglementaire sont déterminés conformément au cadre révisé sur les
        fonds propres fondé sur le rapport intitulé "Convergence inter-
        nationale de la mesure et des normes de fonds propres, dispositif
        révisé", communément appelé Bâle II. Les modifications apportées au
        calcul des fonds propres réglementaires par rapport à l'accord
        précédent ("Bâle I") portent essentiellement sur le montant et la
        classification des inclusions et déductions au capital prescrites,
        comme le calcul de la déduction pour provision admissible et la
        déduction pour les sociétés définies (notamment les entités
        d'assurance et les sociétés associées), qui se subdivise maintenant
        en deux catégories de capital. En outre, le calcul de l'actif pondéré
        en fonction du risque a été révisé pour mieux harmoniser les
        paramètres de pondération avec le profil de risque individuel de
        chaque banque, en apportant des modifications importantes aux
        pondérations prescrites pour le risque de crédit, notamment par le
        recours à des mesures internes du risque de crédit et l'introduction
        d'une nouvelle pondération clarifiée pour l'exposition au risque
        d'exploitation. D'une manière générale, les exigences en matière de
        capital qui visent le risque de marché n'ont pas subi de changement.

        Lorsqu'une banque parvient à prouver sa pleine conformité aux
        exigences de l'approche NI avancée et que le BSIF approuve
        l'utilisation de cette approche, la banque peut alors l'utiliser pour
        calculer les fonds propres requis. Toutefois, afin de limiter une
        baisse soudaine des fonds propres dans l'ensemble du secteur, des
        fonds propres minimums ont été imposés pour les deux premières années
        suivant l'adoption intégrale de l'approche NI avancée. Un seuil de
        fonds propres équivalant à 90 % de la formule préconisée par Bâle I
        s'applique durant la première année de l'autorisation définitive et
        un seuil de 80 % s'applique à la deuxième année, au besoin. Au cours
        du deuxième trimestre, la Banque a obtenu l'autorisation d'appliquer
        le seuil de 90 % de la part des autorités de réglementation.

        La Banque a reçu une autorisation conditionnelle de la part du BSIF
        pour l'utilisation, en date du 1er novembre 2007, de l'approche NI
        avancée à l'égard de ses portefeuilles importants du Canada, des
        Etats-Unis et d'Europe. Il est prévu que cette approche sera adoptée
        à l'égard des autres portefeuilles de crédit en novembre 2010. Dans
        l'intervalle, la Banque utilisera l'approche standard pour ces
        portefeuilles. Par ailleurs, elle utilise actuellement l'approche
        standard pour calculer les fonds propres requis pour le risque
        d'exploitation.

        Le capital réglementaire total se compose du capital de catégorie 1
        et du capital de catégorie 2 et se présente comme suit :

                                                           Aux
    -------------------------------------------------------------------------
                                                     31        30        31
                                                juillet     avril   octobre
    (non vérifié) (en millions de dollars)         2008      2008    2007(1)
    -------------------------------------------------------------------------
    Capitaux propres présentés dans le bilan
     consolidé                                   21 361 $  20 423 $  18 804 $
    Obligations au titre des instruments de
     capitaux propres - titres de fiducie         2 750     2 750     2 750
    Participation sans contrôle dans les
     filiales                                       455       588       497
    Déduction au titre de l'écart
     d'acquisition                               (2 134)   (2 162)   (1 134)
    Composantes du cumul des autres éléments
     du résultat exclues du capital de
     catégorie 1                                    155       (19)     (692)
    Autres déductions du capital(2)                (512)     (507)        -
    -------------------------------------------------------------------------
    Capital de catégorie 1                       22 075 $  21 073 $  20 225 $
    -------------------------------------------------------------------------
    Débentures subordonnées admissibles,
     déduction faite de l'amortissement           3 234     3 659     1 452
    Obligations au titre des instruments de
     capitaux propres - billets de fiducie
     secondaires                                  1 000     1 000     1 000
    Autres éléments de capital, montant net(3)     (265)     (144)      304
    -------------------------------------------------------------------------
    Capital de catégorie 2                        3 969 $   4 515 $   2 756 $
    -------------------------------------------------------------------------
    Capital réglementaire total                  26 044 $  25 588 $  22 981 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Depuis le 1er novembre 2007, le capital réglementaire est déterminé
        conformément à Bâle II. Les chiffres correspondants au 31 octobre
        2007 ont été déterminés conformément à Bâle I
    (2) Comprend principalement 50 % des placements dans des sociétés
        définies et acquises après le 1er janvier 2007. Avant le 1er novembre
        2007, l'intégralité des placements dans certaines sociétés définies
        étaient déduits du capital de catégorie 2. Depuis le 1er novembre
        2007, ces placements acquis après le 1er janvier 2007 sont désormais
        séparés entre le capital de catégorie 1 et le capital de catégorie 2
        à raison de 50 % chacun.
    (3) Comprend principalement le montant au titre de provision admissible
        pour pertes sur créances et les gains nets non réalisés après impôts
        sur les titres disponibles à la vente diminué des déductions
        prescrites, notamment les placements dans des sociétés définies.


        Les deux principaux coefficients de capital réglementaire servant à
        évaluer la suffisance du capital, soit le coefficient du capital de
        catégorie 1 et le coefficient du capital total, sont obtenus en
        divisant ces composantes du capital par l'actif pondéré en fonction
        du risque. L'actif pondéré en fonction du risque est obtenu au moyen
        de l'application d'une combinaison de mesures internes du risque de
        crédit de la Banque et des pondérations en fonction du risque
        prescrites par le BSIF à l'exposition au risque d'éléments inscrits
        au bilan ou hors bilan.

        Les coefficients minimaux de capital réglementaire prescrits par le
        BSIF sont de 7 %, dans le cas du capital de catégorie 1, et de 10 %,
        dans le cas du capital total. La Banque a dépassé ces seuils minimaux
        pour toutes les périodes visées. Le BSIF a aussi prescrit un ratio
        actif/capital maximal que la Banque a respecté pour toutes les
        périodes visées.

        Opérations importantes portant sur les capitaux propres

        Des actions privilégiées de série 17 à dividende non cumulatif
        totalisant 230 millions de dollars ont été émises le 31 janvier 2008.
        Elles donnent droit à un dividende en espèces privilégié non
        cumulatif de 0,35 $ par action, payable trimestriellement lorsqu'un
        tel dividende est déclaré, le cas échéant. Le dividende initial,
        versé le 28 avril 2008, s'est chiffré à 0,33753 $ par action. Sous
        réserve de l'approbation des autorités de réglementation, les actions
        pourront être rachetées par la Banque à compter du 26 avril 2013
        moyennant un paiement de 26,00 $ par action, majoré des dividendes
        déclarés qui n'auront pas été versés à la date alors fixée pour le
        rachat et, par la suite, d'une prime annuelle dégressive jusqu'au
        26 avril 2017. Après cette date, aucune prime ne sera versée au
        rachat. Ces actions privilégiées font partie du capital de
        catégorie 1.

        Des actions privilégiées de série 18 à dividende non cumulatif et à
        taux révisé tous les cinq ans d'un montant total de 300 millions de
        dollars et de 45 millions de dollars, respectivement, ont été émises
        le 25 mars 2008 et le 27 mars 2008. Ces actions donnent droit à un
        dividende en espèces privilégié fixe non cumulatif payable
        trimestriellement lorsqu'un tel dividende est déclaré, le cas
        échéant, de 0,3125 $ par action pour la période à taux fixe initiale
        de cinq ans se terminant le 25 avril 2013. Le dividende initial de
        0,4315 $ par action, a été versé le 29 juillet 2008. A l'issue de la
        période à taux fixe initiale de cinq ans, et après ajustement apporté
        tous les cinq ans par la suite, les dividendes seront déterminés par
        la somme des taux du gouvernement du Canada sur cinq ans majorée de
        2,05 %, multipliée par 25,00 $. Les détenteurs d'actions privilégiées
        de série 18 ont le droit de convertir leurs actions en un nombre égal
        d'actions privilégiées de série 19 à dividende non cumulatif et à
        taux variable le 26 avril 2013 et chaque 26 avril à tous les cinq ans
        par la suite. Les actions privilégiées de série 19 donnent droit à un
        dividende en espèces privilégié non cumulatif à taux variable,
        lorsqu'un tel dividende est déclaré, le cas échéant, d'un montant par
        action égal à la somme du taux des bons du Trésor majorée de 2,05 %,
        multiplié par 25,00 $. Si la Banque détermine que les choix reçus de
        se prévaloir de l'option de conversion auront pour résultat que le
        nombre d'actions privilégiées de série 18 émises et en circulation
        deviendra inférieur à 1 000 000 d'actions à la date prévue de
        conversion des actions privilégiées de série 18, la totalité des
        actions privilégiées de série 18 émises et en circulation seront
        automatiquement converties à cette date en un nombre équivalent
        d'actions privilégiées de série 19. Sous réserve de l'approbation
        écrite du surintendant des institutions financières du Canada, les
        actions privilégiées de série 18 et, s'il y a lieu, les actions
        privilégiées de série 19 peuvent être rachetées par la Banque. Ces
        actions sont rachetables au prix de 25,00 $ l'action le 26 avril 2013
        ainsi qu'à chaque cinquième anniversaire de cette date par la
        suite. A toute autre date à compter du 26 avril 2013, les actions
        privilégiées de série 19 pourront être rachetées au prix de 25,00 $
        l'action majoré d'une prime versée au rachat de 0,50 $ par action.
        Ces actions privilégiées font partie du capital de catégorie 1.

        Des actions privilégiées de série 20 à dividende non cumulatif et à
        taux révisé tous les cinq ans d'un montant total de 350 millions de
        dollars ont été émises le 10 juin 2008. Ces actions donnent droit à
        un dividende en espèces privilégié fixe non cumulatif payable
        trimestriellement lorsqu'un tel dividende est déclaré, le cas
        échéant, d'un montant de 0,3125 $ par action pour la première période
        de taux fixe de cinq ans se terminant le 25 octobre 2013. Le
        dividende initial a été versé le 29 juillet 2008 et s'est établi à
        0,1678 $ par action. Après la première période de taux fixe de cinq
        ans, et après ajustement apporté tous les cinq ans par la suite, les
        dividendes seront déterminés par la somme des taux du gouvernement du
        Canada sur cinq ans majorée de 1,70 %, multipliée par 25,00 $. Les
        porteurs d'actions privilégiées de série 20 ont le droit de convertir
        leurs actions en un nombre égal d'actions privilégiées de série 21 à
        dividende non cumulatif et à taux variable le 26 octobre 2013 et par
        la suite, le 26 octobre tous les cinq ans. Les actions privilégiées
        de série 21 donnent droit à un dividende en espèces privilégié non
        cumulatif à taux variable, lorsqu'un tel dividende est déclaré, le
        cas échéant, d'un montant par action égal à la somme du taux des bons
        du Trésor majorée de 1,70 %, multipliée par 25,00 $. Si la Banque
        détermine que les choix reçus de se prévaloir de l'option de
        conversion auront pour résultat que le nombre d'actions privilégiées
        de série 20 émises et en circulation deviendra inférieur à 1 000 000
        d'actions à la date prévue de conversion des actions privilégiées de
        série 20, la totalité des actions privilégiées de série 20 émises et
        en circulation seront automatiquement converties à cette date en un
        nombre équivalent d'actions privilégiées de série 21. Sous réserve de
        l'approbation écrite du surintendant des institutions financières du
        Canada, les actions privilégiées de série 20 et, s'il y a lieu, les
        actions privilégiées de série 21 peuvent être rachetées par la
        Banque. Ces actions sont rachetables au prix de 25,00 $ l'action le
        26 octobre 2013 ainsi qu'à chaque cinquième anniversaire de cette
        date par la suite. A toute autre date à compter du 26 octobre 2013,
        les actions privilégiées de série 21 pourront être rachetées au prix
        de 25,00 $ l'action majoré d'une prime versée au rachat de 0,50 $ par
        action. Ces actions privilégiées font partie du capital de
        catégorie 1.

        Au cours du premier trimestre de 2007, la Banque a lancé une offre
        publique de rachat dans le cours normal des activités afin de
        racheter jusqu'à 20 millions de ses actions ordinaires, ce qui
        représente environ 2 % des actions ordinaires en circulation de la
        Banque au 31 décembre 2007. L'offre s'est terminée le 11 janvier
        2008. La Banque n'a pas racheté d'actions ordinaires aux termes de
        cette offre au cours du premier trimestre.

        Au cours du troisième trimestre de 2008, la Banque a lancé une offre
        publique de rachat dans le cours normal des activités afin de
        racheter jusqu'à 20 millions de ses actions ordinaires, ce qui
        représente environ 2 % des actions ordinaires en circulation de la
        Banque au 30 avril 2008. L'offre prendra fin le 11 janvier 2009 ou à
        la date à laquelle la Banque aura racheté les actions, selon la plus
        rapprochée de ces deux dates. Au cours du troisième trimestre, la
        Banque a racheté 125 000 actions ordinaires aux termes de cette
        offre.

        Au troisième trimestre, la Banque a émis 803 060 actions du capital
        autorisé aux termes du Régime de dividendes et d'achat d'actions des
        actionnaires de la Banque. Ces actions ordinaires supplémentaires ont
        été émises au prix moyen de 48,88 $ l'action.

    6.  Cumul des autres éléments du résultat étendu

        Les composantes du cumul des autres éléments du résultat étendu au
        31 juillet 2008 et des autres éléments du résultat étendu pour la
        période de neuf mois terminée à cette date se présentaient comme
        suit :

        Cumul des autres éléments du résultat étendu

                          Aux dates indiquées et pour les périodes de neuf
                                      mois terminées à ces dates
    -------------------------------------------------------------------------
                              Solde    Variation     Solde de        Solde
                        d'ouverture        nette      clôture   d'ouverture
                        -----------------------------------------------------
                                 31                        31           31
    (en millions de         octobre                   juillet      octobre
     dollars)                  2007                      2008         2006
    -------------------------------------------------------------------------
    Gains (pertes) de
     change non réalisés,
     déduction faite des
     activités de
     couverture              (4 549)$        993 $     (3 556)$(1)  (2 321)$
    Gains (pertes) non
     réalisés sur les
     titres disponibles
     à la vente,
     déduction faite des
     activités de
     couverture                 639         (513)         126(2)        -
    Gains (pertes) sur
     dérivés désignés
     comme couvertures
     de flux de trésorerie       53         (334)        (281)(3)       -
    -------------------------------------------------------------------------
    Cumul des autres
     éléments du résultat
     étendu                  (3 857)$        146 $     (3 711)$     (2 321)$
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


                      Aux dates indiquées et pour les périodes
                         de neuf mois terminées à ces dates
    --------------------------------------------------------------
                            Montant      Variation     Solde de
                        transitoire          nette      clôture
                        ------------------------------------------
                                1er                        31
    (en millions de        novembre                   juillet
     dollars)                  2006                      2007
    --------------------------------------------------------------
    Gains (pertes) de
     change non réalisés,
     déduction faite des
     activités de
     couverture                   - $       (531)$     (2 852)$(1)
    Gains (pertes) non
     réalisés sur les
     titres disponibles
     à la vente,
     déduction faite des
     activités de
     couverture                 706          (81)         625(2)
    Gains (pertes) sur
     dérivés désignés
     comme couvertures
     de flux de trésorerie      (23)         139          116(3)
    --------------------------------------------------------------
    Cumul des autres
     éléments du résultat
     étendu                     683 $       (473)$     (2 111)$
    --------------------------------------------------------------
    --------------------------------------------------------------

    (1) Déduction faite d'une charge d'impôts de 546 $ (néant au 31 juillet
        2007).
    (2) Déduction faite d'une charge d'impôts de 81 $ (355 $ au 31 juillet
        2007). Le gain net non réalisé au 31 juillet 2008 comprend des pertes
        non réalisées (après impôts) de 574 $ sur les titres disponibles à la
        vente (200 $ au 31 juillet 2007).
    (3) Déduction faite d'une économie d'impôts de 132 $ (charge de 57 $ au
        31 juillet 2007).


        Autres éléments du résultat étendu

        Le tableau qui suit présente un sommaire des variations des
        composantes des autres éléments du résultat.

                                                          Pour les périodes
                                   Pour les trimestres         de neuf mois
                                        terminés les          terminées les
    -------------------------------------------------------------------------
                                           31        31        31        31
    (en millions de                   juillet   juillet   juillet   juillet
     dollars)                            2008      2007      2008      2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Variation nette des pertes de
     change non réalisées
    Gains (pertes) de change non
     réalisés, montant net(l)             279 $    (742)$   1 602 $    (859)$
    Gains (pertes) sur les couvertures
     d'investissements nets dans des
     établissements étrangers
     autonomes, montant net(2)            (86)      277      (609)      328
    -------------------------------------------------------------------------
                                          193      (465)      993      (531)
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Variation nette des gains non
     réalisés sur les titres
     disponibles à la vente
    Gains (pertes) non réalisés sur
     les titres disponibles à la vente,
     montant net(3)                      (213)     (118)     (356)       23
    Reclassement des gains nets
     au bénéfice net(4)                   (30)      (28)     (157)     (104)
    -------------------------------------------------------------------------
                                         (243)     (146)     (513)      (81)
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Variation nette des gains (pertes)
     sur les instruments dérivés
     désignés comme couvertures de
     flux de trésorerie
    Gains (pertes) sur les dérivés
     désignés comme couvertures de flux
     de trésorerie, montant net(5)        187      (129)      487         5
    Reclassement des (gains) pertes
     au bénéfice net, montant net(6)     (118)      226      (821)      134
    -------------------------------------------------------------------------
                                           69        97      (334)      139
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres éléments du résultat étendu     19 $    (514)$     146 $    (473)$
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    (1) Pour le trimestre et la période de neuf mois terminés le 31 juillet
        2008, déduction faite d'une charge d'impôts de néant (néant au
        31 juillet 2007).
    (2) Pour le trimestre et la période de neuf mois terminés le 31 juillet
        2008, déduction faite d'une économie d'impôts de 28 $ et de 119 $,
        respectivement (néant et néant, respectivement, au 31 juillet 2007).
    (3) Pour le trimestre et la période de neuf mois terminés le 31 juillet
        2008, déduction faite d'une économie d'impôts de 83 $ et de 187 $,
        respectivement (économie d'impôts de 56 $ et charge d'impôts de 26 $,
        respectivement, au 31 juillet 2007).
    (4) Pour le trimestre et la période de neuf mois terminés le 31 juillet
        2008, déduction faite d'une charge d'impôts de 22 $ et de 70 $,
        respectivement (charge d'impôts de 17 $ et de 54 $, respectivement,
        au 31 juillet 2007).
    (5) Pour le trimestre et la période de neuf mois terminés le 31 juillet
        2008, déduction faite d'une charge d'impôts de 85 $ et de 223 $,
        respectivement (économie d'impôts de 64 $ et charge d'impôts de 3 $,
        respectivement, au 31 juillet 2007).
    (6) Pour le trimestre et la période de neuf mois terminés le 31 juillet
        2008, déduction faite d'une charge d'impôts de 54 $ et de 380 $,
        respectivement (économie d'impôts de 113 $ et de 67 $,
        respectivement, au 31 juillet 2007).


    7.  Instruments financiers Gestion du risque financier

        Les principales activités commerciales de la Banque donnent lieu à un
        bilan composé essentiellement d'instruments financiers. En outre, la
        Banque utilise les instruments financiers dérivés tant à des fins de
        transaction qu'à des fins de gestion de l'actif et du passif. Les
        principaux risques financiers découlant de la transaction
        d'instruments financiers comprennent le risque de crédit, le risque
        d'illiquidité et le risque de marché. La Banque mise sur un cadre de
        gestion du risque élaboré pour contrôler, évaluer et gérer ces
        risques. Ce cadre de gestion du risque comporte quatre principales
        composantes :

        -  Des pratiques exhaustives de gestion du risque qui déterminent la
           tolérance de la Banque au risque, qui établissent les plafonds et
           contrôles selon lesquels la Banque et ses filiales peuvent exercer
           leurs activités et qui reflètent les exigences des organismes de
           réglementation. Ces politiques sont approuvées par le conseil
           d'administration de la Banque, directement ou par l'entremise du
           Comité de direction et de gestion du risque.
        -  Des lignes directrices sont élaborées afin de clarifier les
           plafonds inhérents au risque et les conditions aux termes
           desquelles les politiques de gestion du risque de la Banque
           doivent être mises en oeuvre.
        -  Des processus sont mis en place afin de permettre
           l'identification, l'évaluation, la documentation, la communication
           d'information et le contrôle des risques. Les normes établissent
           l'étendue et les attentes en matière de qualité de l'information
           requise nécessaire à la prise de décision.
        -  L'observation des politiques, des plafonds et des lignes
           directrices en matière de gestion du risque est évaluée et
           contrôlée et des rapports à cet effet sont produits afin de
           veiller à ce que les objectifs établis soient atteints.

        Risque de crédit

        Le risque de crédit est le risque qu'une perte soit subie si un
        emprunteur ou une contrepartie n'honore pas ses engagements
        financiers ou contractuels envers la Banque. Le groupe Gestion du
        risque global élabore la stratégie de gestion du risque et la
        politique sur le risque de crédit de la Banque, et celles-ci sont
        examinées et approuvées tous les ans par le conseil d'administration.
        La stratégie de gestion du risque de crédit définit les marchés
        cibles et le seuil de tolérance à l'égard du risque qui sont établis
        à l'échelle de la Banque, lesquels sont ensuite redéfinis en fonction
        de chaque unité d'exploitation. Cette stratégie a pour objectifs de
        veiller à ce que pour la Banque, y compris chacune des unités
        d'exploitation :

        -  les marchés cibles et les produits et services offerts soient bien
           définis:
        -  les paramètres de risque à l'égard des nouvelles opérations et de
           l'ensemble des portefeuilles soient bien précisés:
        -  les opérations, notamment le montage, la syndication, la vente de
           prêts et les couvertures, soient gérées de manière à assurer
           l'atteinte des objectifs fixés pour l'ensemble des portefeuilles.

        La politique de gestion du risque de crédit présente le détail, entre
        autres choses, des systèmes d'évaluation de la solvabilité et des
        estimations paramétriques connexes, ainsi que de la délégation de
        pouvoir sur la question de l'octroi de crédit, du calcul de la
        provision pour pertes sur créances et de l'autorisation des
        radiations. Elle fait partie intégrante des politiques et procédures
        à l'échelle de la Banque qui englobent la gouvernance, la gestion du
        risque et la structure du contrôle.

        Les systèmes d'évaluation du risque de crédit de la Banque permettent
        d'établir les paramètres estimatifs clés du risque de crédit,
        lesquels mesurent le risque de crédit et le risque inhérent à une
        opération. Pour les risques non liés aux portefeuilles de prêts aux
        particuliers, les paramètres sont associés à chaque facilité de
        crédit et à ses opérations au moyen d'une cote pour l'emprunteur et
        d'une cote pour l'opération. Le risque inhérent à l'emprunteur est
        évalué à l'aide de méthodes propres à des segments de l'industrie ou
        à des secteurs d'activité. Le risque inhérent aux facilités accordées
        à un emprunteur donné est évalué à la lumière de la structure des
        facilités et des garanties. En ce qui concerne les portefeuilles de
        prêts aux particuliers, chaque cas est attribué à une catégorie
        particulière (prêts immobiliers garantis, autres opérations de
        détail - crédit à terme, crédit renouvelable non garanti) et, au sein
        de chaque catégorie, à une cote de risque. Cette méthode permet de
        bien différencier les risques et d'estimer, d'une manière appropriée
        et uniforme, les caractéristiques de la perte éventuelle au niveau
        de la catégorie et des cotes de risque.

        Qualité du crédit des actifs financiers

        Le portefeuille des grandes entreprises de la Banque est bien
        diversifié par secteur et les concentrations de risque de crédit
        n'ont subi aucune modification importante depuis le 31 octobre 2007.

        Les portefeuilles de prêts aux particuliers de la Banque se composent
        de petits prêts à un grand nombre d'emprunteurs. Ces portefeuilles
        sont répartis dans tout le Canada ainsi que dans un grand nombre de
        pays. De par leur nature, ces portefeuilles sont donc très
        diversifiés.

     a) Grandes sociétés et entreprises

        Les décisions en matière de crédit sont fondées sur l'évaluation du
        risque de crédit de l'emprunteur ou de la contrepartie.

        Parmi les principaux facteurs dont l'évaluation tient compte,
        mentionnons l'équipe de direction de l'emprunteur, les résultats
        financiers actuels et prévus ainsi que les antécédents en matière de
        crédit de l'emprunteur, le secteur au sein duquel l'emprunteur exerce
        ses activités, les tendances économiques et le risque géopolitique.
        Les unités d'exploitation de la Banque et le groupe Gestion du risque
        global passent régulièrement en revue la qualité du portefeuille de
        prêts dans l'ensemble de la Banque afin d'évaluer si les tendances
        économiques ou des événements particuliers peuvent avoir une
        incidence sur le rendement du portefeuille.

        Au 31 juillet 2008, une proportion considérable du portefeuille de
        prêts autorisés aux grandes sociétés et aux entreprises était
        constituée de prêts cotés à l'interne selon une notation qui
        correspondrait, en règle générale, à l'attribution d'une notation de
        grande qualité de la part des agences de notation externes.

     b) Prêts aux particuliers

        Les méthodes de la Banque en matière de consentement de crédit et de
        modélisation des risques au Canada sont centrées sur le client plutôt
        que sur le produit. En général, les décisions liées aux prêts aux
        particuliers sont fondées sur des cotes de risque qui sont générées à
        l'aide de modèles prédictifs de notation. Les demandes de crédit
        individuelles sont traitées par le logiciel d'approbation de crédit
        de la Banque qui permet de calculer la dette maximale que le client
        peut contracter.

        Au 31 juillet 2008, le montant des prêts aux particuliers en
        souffrance autres que les prêts douteux était peu élevé.

        Instruments dérivés

        Pour contrôler le risque de crédit lié aux produits dérivés, la
        Banque met en oeuvre les mêmes opérations et processus de gestion
du
        risque de crédit que ceux qui sont utilisés dans les activités de
        prêt aux fins de l'évaluation et de l'approbation du risque de crédit
        éventuel. La Banque établit des plafonds pour chaque contrepartie,
        mesure le risque à sa juste valeur actuelle, majorée pour tenir
        compte du risque futur, et fait appel à des techniques d'atténuation
        du risque de crédit comme la compensation et le nantissement. Les
        contreparties de grande qualité représentaient une proportion
        considérable de l'exposition au risque de crédit découlant des
        opérations sur produits dérivés de la Banque au 31 juillet 2008.

        Les instruments dérivés utilisés par la Banque comprennent les
        dérivés de crédit dans ses portefeuilles de placement et de prêts. La
        Banque accorde de la protection de crédit comme solution de rechange
        à la prise en charge d'un risque découlant d'une participation dans
        des actifs constitués d'obligations ou de prêts, tandis qu'elle
        obtient de la protection de crédit pour gérer ou atténuer les risques
        de crédit.

        Garanties

        a) Garanties détenues

        Dans le cours normal de ses activités, la Banque obtient des
        garanties relativement à certaines opérations afin de réduire son
        risque de contrepartie. La Banque est habituellement autorisée à
        vendre ou à redonner en nantissement les garanties qu'elle reçoit
        selon les modalités habituelles et usuelles applicables aux activités
        normales visant des dérivés, aux activités de prêts et d'emprunt de
        titres et aux autres activités de prêts.

        b) Garanties données

        Dans le cours normal de ses activités, la Banque donne en
        nantissement des titres et d'autres actifs afin de garantir des
        obligations, de participer à des systèmes de compensation ou de
        règlement ou encore d'exercer des activités à l'étranger. Au
        31 juillet 2008, le total des actifs donnés en nantissement
        s'établissait à 43 milliards de dollars (46 milliards de dollars au
        30 avril 2008; 40 milliards de dollars au 31 octobre 2007). Les
        opérations de nantissement sont exécutées selon les modalités
        communes et usuelles applicables aux activités normales visant des
        dérivés, aux activités de prêts et d'emprunt de titres et aux autres
        activités de prêts. La Banque met en oeuvre des contrôles de
gestion
        du risque standards en ce qui a trait au nantissement d'actifs.

        Risque d'illiquidité

        Le risque d'illiquidité désigne le risque que la Banque ne puisse
        remplir ses obligations financières dans les délais prévus, à un prix
        raisonnable. Le risque d'illiquidité de la Banque fait l'objet de
        contrôles de gestion du risque exhaustifs et il est géré dans le
        cadre des politiques et des plafonds approuvés par le conseil
        d'administration. Le conseil reçoit des rapports sur l'exposition au
        risque et sur les résultats obtenus par rapport aux plafonds
        approuvés. Le Comité de gestion du passif supervise le risque
        d'illiquidité pour la haute direction, avec laquelle il se réunit sur
        une base hebdomadaire.

        Les éléments clés du cadre de gestion du risque d'illiquidité de la
        Banque sont les suivants :

        -  mesures et plafonds relatifs à la gestion du risque d'illiquidité,
           y compris l'établissement de plafonds à l'égard des sorties de
           fonds nettes maximales par devise pouvant être effectuées au cours
           d'une période à court terme donnée:
        -  diversification prudente des activités de financement de gros au
           moyen de divers programmes de financement afin d'accéder aux
           marchés des capitaux internationaux et de gérer son profil
           d'échéance, lorsque c'est nécessaire:
        -  maintien d'un bloc considérable d'actifs liquides aux fins du
           soutien des activités, tel qu'il est indiqué dans le tableau plus
           bas. De façon générale, la Banque peut vendre ou donner ces actifs
           en nantissement en vue d'honorer ses engagements:
        -  essais dans des conditions critiques visant la liquidité, y
           compris des scénarios à l'échelle de la Banque, à l'échelle
           canadienne et à l'échelle mondiale:
        -  élaboration d'un plan d'urgence en matière de liquidité.


        Actifs liquides

                                                                    Au
                                       --------------------------------------
                                                                31 juillet
                                                                      2008
        ---------------------------------------------------------------------
                                         Dollars
        (en millions de dollars)       canadiens      Devises        Total
        ---------------------------------------------------------------------
        Trésorerie et dépôts à
         la Banque du Canada                 743 $      4 931 $      5 674 $
        Dépôts auprès d'autres banques     3 668       23 554       27 222
        Titres                            50 925       22 488       73 413
        Prêts à vue et à moins de un an        -          919          919
        ---------------------------------------------------------------------
                                          55 336 $     51 892 $    107 228 $
        ---------------------------------------------------------------------
        ---------------------------------------------------------------------
        Actifs liquides en pourcentage
         de l'actif total                                             23,2 %
        ---------------------------------------------------------------------
        ---------------------------------------------------------------------

        Echéances contractuelles

        Le tableau qui suit présente les échéances contractuelles de certains
        des passifs financiers de la Banque au 31 juillet 2008. Les
        passifs-dépôts de la Banque présentés ci-dessous ont été
        comptabilisés au Canada et aux Etats-Unis et ils s'élèvent à
        256 milliards de dollars, soit 77 % du total des dépôts de la Banque.

                                          Payables à terme fixe
                                     -----------------------------
                           Payables
    (en millions  Payables      sur      Moins   De 1 an      Plus
     de dollars)   à vue    préavis   de un an   à 5 ans  de 5 ans    Total
    -------------------------------------------------------------------------
    Dépôts        18 927 $  7 298 $  157 706 $  61 972 $   9 710 $  255 613 $
    Débentures
     subordonnées      -        -        257         -     3 281      3 538
    Obligations au
     titre des
     instruments de
     capitaux
     propres           -        -          -         -       500        500
    -------------------------------------------------------------------------
    Total         18 927 $  7 298 $  157 963 $  61 972 $  13 491 $  259 651 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

        Dépôts

        Les activités étrangères de la Banque ont des cadres de gestion de la
        liquidité qui sont semblables à celui de la Banque. Les dépôts locaux
        sont gérés sous l'angle du risque d'illiquidité en fonction des
        cadres de gestion locaux et des exigences réglementaires locales.

        Engagements de crédit

        Dans le cours normal des activités, la Banque contracte des
        engagements de crédit qui représentent une promesse de rendre un
        crédit disponible à certaines conditions, sous forme de prêts ou
        d'autres instruments de crédit d'un montant et d'une durée
        déterminés. Ces engagements, qui ne sont pas reflétés dans le bilan
        consolidé, sont assujettis aux normes habituelles en matière de
        crédit, de contrôle financier et de contrôle du risque. Au 31 juillet
        2008, la plupart des engagements de crédit avaient une durée à courir
        jusqu'à l'échéance de moins de un an.

        Instruments dérivés

        La Banque est exposée au risque d'illiquidité lorsqu'elle a recours à
        des instruments dérivés pour répondre aux besoins des clients, pour
        générer des revenus des activités de transaction, pour gérer les
        risques de marché et de crédit liés à ses activités d'octroi de
        prêts, de financement et de placement ainsi que pour réduire le coût
        de son capital. Au 31 juillet 2008, plus de la moitié de la valeur
        nominale de référence des instruments dérivés de la Banque venaient à
        échéance à moins de un an, tandis que 85 % de ceux-ci venaient à
        échéance à moins de cinq ans.

        Risque de marché

        Le risque de marché découle des fluctuations des prix et des taux du
        marché (dont les taux d'intérêt, les écarts de taux, le cours des
        actions, les taux de change et le prix des marchandises), des
        corrélations entre ces éléments et de l'ampleur de leur volatilité.
        Le risque de marché fait l'objet de contrôles de gestion du risque
        exhaustifs et il est géré au moyen du cadre de politiques et plafonds
        à l'égard du risque de marché, lequel est approuvé par le conseil
        d'administration. Le CGP et le Comité de gestion du risque de marché
        et d'application des politiques veillent à l'application du cadre
        établi par le conseil et ils surveillent les risques de marché
        auxquels la Banque est exposée ainsi que les activités qui donnent
        lieu à ces risques.

        La Banque fait appel à un certain nombre de mesures et de modèles
        pour mesurer et contrôler le risque de marché. Les mesures utilisées
        sont choisies en fonction d'une évaluation de la nature des risques
        que comporte une activité particulière. Les principales techniques de
        mesure sont la valeur à risque ("VAR"), les essais dans des
        conditions critiques, l'analyse de sensibilité et les modèles de
        simulation et l'analyse des écarts. Le conseil d'administration passe
        en revue les résultats de ces mesures sur une base trimestrielle. Les
        modèles sont validés séparément avant leur mise en oeuvre et ils
font
        l'objet d'un examen périodique officiel.

        La VAR est une mesure statistique qui sert à estimer la perte de
        valeur potentielle des positions de transaction de la Banque
        attribuable aux fluctuations défavorables des cours du marché sur un
        horizon temporel déterminé et selon un seuil de confiance donné (se
        reporter à la rubrique "Gestion du risque lié aux portefeuilles de
        transaction" plus loin). La qualité de la VAR de la Banque est
        validée par des évaluations rétroactives régulières, au cours
        desquelles la VAR est comparée aux bénéfices et aux pertes
        hypothétiques et réels. A titre de complément à la VAR, la Banque a
        aussi recours à des essais dans des conditions critiques afin
        d'évaluer l'incidence, sur les portefeuilles de transaction, de
        mouvements anormalement amples dans les facteurs du marché et de
        périodes d'inactivité prolongée. Le programme d'essais dans des
        conditions critiques est conçu de manière à circonscrire les
        principaux risques et à faire en sorte que le capital de la Banque
        puisse aisément absorber les pertes potentielles résultant
        d'événements anormaux. La Banque soumet ses portefeuilles de
        transaction à plus de 75 essais dans des conditions critiques chaque
        jour et à plus de 250 essais dans des conditions critiques chaque
        mois.

        L'analyse de sensibilité permet d'évaluer l'effet de l'évolution des
        taux d'intérêt sur les résultats courants et sur la valeur économique
        de l'actif et du passif. Les modèles de simulation selon différents
        scénarios sont particulièrement importants pour la gestion du risque
        inhérent aux produits de dépôt, de prêt et de placement que la Banque
        offre aux particuliers. L'analyse des écarts sert à évaluer la
        sensibilité aux taux d'intérêt qu'on trouve dans les services que la
        Banque offre aux particuliers, dans ses services bancaires de gros et
        dans son secteur Opérations internationales. Dans le cadre d'une
        analyse des écarts, les actifs et les passifs ainsi que les
        instruments dérivés sensibles aux taux d'intérêt sont classés selon
        des périodes données, selon les dates contractuelles d'échéance ou de
        révision des taux d'intérêt, en prenant la date la plus proche, en
        fonction des dates prévues de modification des taux.

        Risque de taux d'intérêt

        Le risque de taux d'intérêt, y compris le risque d'écart de taux,
        correspond au risque de perte imputable aux variations du degré, de
        la forme et de l'inclinaison de la courbe de rendement, à la
        volatilité des taux d'intérêt, aux taux de remboursement anticipé des
        prêts hypothécaires, aux variations du prix du crédit sur le marché
        et à la solvabilité d'un émetteur donné. La Banque gère activement
        son exposition aux taux d'intérêt en vue d'améliorer le revenu
        d'intérêts net dans le cadre de tolérances établies à l'égard du
        risque. Le risque de taux d'intérêt découlant des activités de
        financement et de placement de la Banque est géré conformément aux
        politiques et aux plafonds globaux approuvés par le conseil, qui
        visent à contrôler le risque auquel sont assujettis le bénéfice et la
        valeur économique des capitaux propres. Le plafond relatif au
        bénéfice mesure l'incidence d'une variation donnée des taux d'intérêt
        sur le bénéfice net de l'exercice de la Banque, tandis que celui qui
        est lié à la valeur économique mesure l'incidence d'une variation
        donnée des taux d'intérêt sur la valeur actuelle de l'actif net de la
        Banque. Celle-ci utilise aussi des plafonds d'écart pour contrôler le
        risque de taux d'intérêt afférent à chaque devise.

        Compte tenu des positions de la Banque en matière de taux d'intérêt
        au 31 juillet 2008, le tableau suivant indique l'incidence possible
        après impôts sur le bénéfice net au cours des douze prochains mois et
        sur la valeur économique des capitaux propres de la Banque d'une
        hausse ou d'une baisse immédiate et soutenue de 100 points de base
        des taux d'intérêt, pour toutes les devises.

        Sensibilité aux taux d'intérêt
        ---------------------------------------------------------------------
                                          Bénéfice       Valeur économique
        (en millions de dollars)               net    des capitaux propres
        ---------------------------------------------------------------------
        Augmentation de 100 points
         de base                                14 $                  (153)$
        ---------------------------------------------------------------------
        Diminution de 100 points
         de base                               (75)$                   190 $
        ---------------------------------------------------------------------

        Risque de change

        Le risque de change correspond au risque de perte découlant de la
        fluctuation des cours au comptant et des cours à terme et de la
        volatilité des taux de change. Le risque de la Banque lié à ses
        investissements nets dans des établissements étrangers autonomes est
        assujetti au plafond approuvé par le conseil d'administration. Ce
        plafond tient compte de la volatilité éventuelle des capitaux propres
        et de l'incidence éventuelle des fluctuations du change sur les
        coefficients de capital. Chaque trimestre, le CGP examine la position
        de la Banque quant à ces investissements nets. La Banque peut
        protéger ce risque en totalité ou en partie en finançant ces
        placements dans la même monnaie ou au moyen d'autres instruments
        financiers, notamment des dérivés.

        La Banque est exposée au risque de change sur le bénéfice issu de ses
        établissements étrangers. Pour gérer ce risque, elle extrapole ses
        revenus et ses dépenses en devises, qui sont principalement libellés
        en dollars américains, sur un certain nombre de trimestres futurs. Le
        CGP évalue les données économiques et effectue des prévisions afin de
        décider quelle est la tranche des revenus et des dépenses estimatifs
        futurs en devises à couvrir. Les instruments de couverture
        comprennent généralement les contrats au comptant et à terme sur
        devises ainsi que les options sur devises et les swaps de devises.

        En l'absence de couverture, au 31 juillet 2008, une hausse (baisse)
        de un pour cent du dollar canadien par rapport à toutes les devises
        dans lesquelles la Banque exerce ses activités entraînerait une
        diminution (augmentation) de son bénéfice annuel avant impôts
        d'environ 37 millions de dollars, principalement en raison de sa
        position en dollars américains. Au 31 juillet 2008, compte tenu des
        activités de couverture, une variation similaire du dollar canadien
        donnerait lieu à une augmentation (diminution) d'environ 162 millions
        de dollars des pertes de change non réalisées dans le cumul des
        autres éléments du résultat étendu figurant dans les capitaux
        propres.

        Risque sur actions

        Le risque sur actions correspond au risque de perte découlant de
        fluctuations défavorables du cours des instruments de capitaux
        propres. Le risque lié aux cours des actions est souvent subdivisé en
        deux catégories : le risque sur actions général, qui renvoie à la
        sensibilité d'un instrument ou de la valeur d'un portefeuille aux
        fluctuations du cours de l'ensemble des titres de capitaux propres,
        et le risque lié à des titres particuliers, qui renvoie à la partie
        de la volatilité du cours d'un instrument de capitaux propres donné
        qui est déterminée selon les caractéristiques propres à l'entité.

        La Banque est exposée au risque sur actions par l'intermédiaire de
        ses portefeuilles de placement de titres de participation, lesquels
        portefeuilles font l'objet de contrôles approuvés par le conseil
        d'administration en matière de plafonds s'appliquant aux
        portefeuilles, à la valeur à risque et aux essais dans des conditions
        critiques. Les placements en titres de capitaux propres comprennent
        les actions ordinaires et privilégiées ainsi qu'un portefeuille
        diversifié de fonds gérés par des tiers.

        La plupart des portefeuilles de placement de titres de participation
        de la Banque sont gérés par le Groupe Trésorerie sous l'orientation
        stratégique du CGP. Le Groupe Trésorerie délègue la gestion d'une
        partie des portefeuilles de titres de participation et de titres de
        nature semblable à Gestion de placements Scotia Cassels Limitée et à
        d'autres gestionnaires de fonds externes afin de bénéficier de leur
        expertise dans des créneaux et des produits déterminés.

        Au 31 juillet 2008, la juste valeur des titres de capitaux propres
        disponibles à la vente s'établissait à 3 221 millions de dollars.

        Gestion du risque lié au portefeuille de transaction

        Les politiques, processus et contrôles de la Banque à l'égard de ses
        activités de transaction sont conçus de manière à établir un
        équilibre entre l'exploitation rentable des occasions de transaction
        et la gestion de la volatilité des résultats, dans un cadre de
        pratiques saines et prudentes. Les activités de transaction sont
        surtout axées sur le client, mais ont trait aussi aux besoins propres
        de la Banque.

        Le risque de marché découlant des activités de transaction de la
        Banque est géré conformément aux politiques et aux plafonds approuvés
        par le conseil, y compris les plafonds globaux établis par la VAR et
        les essais dans des conditions critiques.

        Les portefeuilles de transaction sont évalués à la valeur de marché
        conformément aux politiques d'évaluation de la Banque. Les positions
        sont évaluées à la valeur de marché quotidiennement et les
        évaluations sont examinées de façon régulière et indépendante par les
        services administratifs ou par les unités du groupe Gestion du risque
        global. En outre, ces unités établissent des rapports sur les gains
        et les pertes, sur la VAR et sur le respect des plafonds établis,
        qu'elles remettent aux dirigeants des unités d'exploitation et à la
        haute direction, qui les évaluent et y donnent suite au besoin. La
        VAR est calculée chaque jour selon un seuil de confiance de 99 % et
        une période de détention de un jour ainsi qu'à l'aide de simulations
        historiques fondées sur 300 jours de données du marché. Par
        conséquent, environ une fois par tranche de 100 jours, les positions
        du portefeuille de transaction peuvent subir une perte supérieure à
        celle prévue par la VAR.

        Le tableau ci-dessous présente la VAR de la Banque par facteur
        de risque :

                                       VAR quotidienne par facteur de risque
        ---------------------------------------------------------------------
                                            Au      Trimestre terminé le
        (en millions                31 juillet        31 juillet 2008
         de dollars)                      2008   Moyenne  Plafond   Plancher
        ---------------------------------------------------------------------
        Taux d'intérêt                    12,9      13,0      16,6      10,8
        Actions                            2,9       3,5       4,6       2,7
        Change                             1,0       0,9       1,8       0,6
        Marchandises                       2,9       3,0       3,4       2,5
        Effet de la diversification       (4,3)     (4,6)      s.o.      s.o.
        ---------------------------------------------------------------------
        VAR à l'échelle de la Banque      15,4      15,8      17,5      13,9
        ---------------------------------------------------------------------
        ---------------------------------------------------------------------

        Couvertures

        Il existe trois principaux types de couvertures aux fins de la
        comptabilité : i) les couvertures de juste valeur, ii) les
        couvertures de flux de trésorerie et iii) les couvertures d'un
        investissement net.

        Dans une couverture de juste valeur, la variation de la juste valeur
        du dérivé de couverture est contrebalancée dans l'état consolidé des
        résultats par la variation de la juste valeur de l'élément couvert
        ayant trait au risque couvert. La Banque utilise les couvertures de
        juste valeur essentiellement pour convertir le taux fixe des actifs
        et des passifs financiers en taux variable. Les principaux
        instruments financiers désignés dans une relation de couverture de
        juste valeur comprennent les actifs liés à des obligations, les
        prêts, les passifs-dépôts et les débentures subordonnées.

        Dans une couverture de flux de trésorerie, la variation de la juste
        valeur du dérivé de couverture est inscrite dans les autres éléments
        du résultat étendu jusqu'à ce que l'élément couvert ait une incidence
        sur l'état consolidé des résultats. La Banque utilise les couvertures
        de flux de trésorerie essentiellement pour convertir le taux variable
        des passifs-dépôts en taux fixe. Le reclassement du cumul des autres
        éléments du résultat étendu à l'état des résultats au cours des 12
        prochains mois en raison des couvertures de flux de trésorerie en
        cours devrait donner lieu à une perte nette d'environ 122 millions de
        dollars (après impôts). Au 31 juillet 2008, la durée maximale des
        couvertures de flux de trésorerie en cours était inférieure à dix
        ans.

        Dans une couverture d'un investissement net, la variation de la juste
        valeur de l'instrument de couverture est inscrite directement dans
        les autres éléments du résultat étendu. Ces montants sont constatés
        dans les résultats lorsque les écarts de conversion correspondants
        attribuables à des établissements étrangers autonomes sont portés aux
        résultats.

        Toute inefficacité d'une couverture est évaluée et comptabilisée dans
        les résultats de la période en cours, dans l'état consolidé des
        résultats. Pour le trimestre terminé le 31 juillet 2008, la Banque a
        inscrit un gain de 17 millions de dollars (gain de 1 million de
        dollars au 31 juillet 2007), qui comprend un gain de 6 millions de
        dollars (perte de 1 million de dollars au 31 juillet 2007)
        relativement à ses couvertures de flux de trésorerie, en raison de la
        tranche inefficace des couvertures désignées. Pour la période de neuf
        mois terminée le 31 juillet 2008, la Banque a inscrit un gain de
        14 millions de dollars (gain de 7 millions de dollars au 31 juillet
        2007), qui comprend un gain de 13 millions de dollars (gain de
        3 millions de dollars au 31 juillet 2007) relativement à ses
        couvertures de flux de trésorerie. Lorsque la juste valeur ou les
        flux de trésorerie cessent d'être couverts, tout ajustement cumulatif
        de l'élément couvert ou des autres éléments du résultat étendu est
        constaté dans les résultats sur la durée restante de la couverture
        d'origine ou lorsque l'élément couvert est décomptabilisé.

        Eléments détenus à des fins de transaction

        La Banque a choisi de désigner certains portefeuilles d'actifs et de
        passifs comme étant détenus à des fins de transaction. Ces deux
        éléments sont inscrits à leur juste valeur et les variations de cette
        juste valeur sont comptabilisées dans les résultats.

        Dans le cadre de ses activités de transaction, la Banque transige des
        dérivés de crédit pour le compte de ses clients. La Banque peut
        acheter les prêts sous-jacents à un tiers pour couvrir économiquement
        son exposition aux dérivés. Par conséquent, la Banque réduit
        considérablement, voire élimine, la disparité de traitement en
        matière de comptabilisation entre les deux instruments. La juste
        valeur de ces prêts s'élevait à 8,6 milliards de dollars au
        31 juillet 2008 (7,5 milliards de dollars au 30 avril 2008 et
        4,1 milliards de dollars au 31 octobre 2007). Les variations de la
        juste valeur qui ont été comptabilisées dans le revenu de transaction
        du trimestre et de la période de neuf mois terminés le 31 juillet
        2008 correspondaient respectivement à une perte de 5 millions de
        dollars (perte de 82 millions de dollars au 31 juillet 2007) et à
        une perte de 232 millions de dollars (gain de 122 millions de dollars
        au 31 juillet 2007). Ces variations de la juste valeur ont été
        essentiellement annulées par la variation de la juste valeur des
        instruments dérivés connexes.

        Dans le cadre de ses activités de transaction, la Banque achète des
        éléments d'actif de prêts dans des portefeuilles spécialement
        autorisés dont le rendement est évalué en fonction de la juste
        valeur. La juste valeur de ces prêts s'élevait à 64 millions de
        dollars au 31 juillet 2008 (83 millions de dollars au 30 avril 2008
        et 151 millions de dollars au 31 octobre 2007). Les variations de la
        juste valeur qui ont été comptabilisées dans le revenu de transaction
        du trimestre et de la période de neuf mois terminés le 31 juillet
        2008 correspondaient respectivement à une perte de moins de 1 million
        de dollars (perte de 1 million de dollars au 31 juillet 2007) et à
        une perte de 3 millions de dollars (gain de 8 millions de dollars au
        31 juillet 2007).

        La Banque a classé certains passifs au titre de billets de dépôt
        comportant des modalités de renouvellement comme étant détenus à des
        fins de transaction, afin de réduire considérablement la disparité de
        traitement en matière de comptabilisation entre ces passifs et les
        variations de la juste valeur des dérivés connexes. La juste valeur
        de ces passifs s'établissait à 404 millions de dollars au 31 juillet
        2008 (573 millions de dollars au 30 avril 2008 et 847 millions de
        dollars au 31 octobre 2007). Pour le trimestre et la période de neuf
        mois terminés le 31 juillet 2008, les variations de la juste valeur
        qui ont été comptabilisées dans le revenu d'intérêts net
        correspondaient respectivement à un gain de moins de 1 million de
        dollars (gain de 14 millions de dollars au 31 juillet 2007) et à une
        perte de 13 millions de dollars (gain de 15 millions de dollars au
        31 juillet 2007). Les variations de la juste valeur, essentiellement
        attribuables aux fluctuations des taux d'intérêt, ont été en grande
        partie compensées par les variations de la juste valeur des
        instruments dérivés connexes. Au 31 juillet 2008, la Banque était
        tenue aux termes de contrats de verser 401 millions de dollars aux
        porteurs des billets à l'échéance (569 millions de dollars au
        30 avril 2008 et 853 millions de dollars au 31 octobre 2007).

    8.  Avantages sociaux futurs

        Les avantages sociaux futurs comprennent les prestations de retraite
        et les avantages complémentaires de retraite, les avantages
        postérieurs à l'emploi et les absences et congés rémunérés. Le
        tableau suivant résume les charges liées aux principaux régimes de la
        Banque(1).

                                                        Périodes de neuf mois
                                Trimestres terminés les      terminées les
        ---------------------------------------------------------------------
                                 31        30        31        31        31
        (en millions        juillet     avril   juillet   juillet   juillet
         de dollars)           2008      2008      2007      2008      2007
        ---------------------------------------------------------------------
        Charges au titre
         des prestations
         constituées
        Régimes de retraite       - $       1 $       5 $       2 $      21 $
        Autres régimes
         d'avantages sociaux     29        30        30        88        90
        ---------------------------------------------------------------------
                                 29 $      31 $      35 $      90 $     111 $
        ---------------------------------------------------------------------
        ---------------------------------------------------------------------

        (1) D'autres régimes administrés par certaines filiales de la Banque
            ne sont pas considérés comme importants et ne sont pas pris en
            compte dans les présentes données.

    9.  Résultats d'exploitation sectoriels

        La Banque Scotia est une institution de services financiers
        diversifiée qui offre une vaste gamme de produits et de services
        financiers à ses clientèles privée et commerciale ainsi qu'aux
        grandes entreprises dans le monde entier. La Banque se divise en
        trois grandes unités d'exploitation, à savoir :

        Réseau canadien, Opérations internationales et Scotia Capitaux. Les
        résultats de ces secteurs d'exploitation sont présentés dans les
        tableaux sur le revenu par secteur d'activité figurant ci-dessus.


    10. Acquisitions

        Le 13 mai 2008, la Banque a convenu avec Sanpaolo S.p.A de faire
        l'acquisition de ses actions et autres participations dans Scotiabank
        Peru en contrepartie d'environ 230 millions de dollars, ce qui fera
        passer la participation de la Banque dans cette dernière de 78 % à
        98 %. Cette opération a été comptabilisée pendant le trimestre
        considéré et s'est traduite par une augmentation d'environ
        63 millions de dollars de l'écart d'acquisition et une réduction de
        164 millions de dollars de la participation sans contrôle dans les
        filiales. La répartition du prix d'achat pourrait être modifiée à
        mesure que la Banque procède à son évaluation des actifs acquis et
        des passifs pris en charge.

        En 2007, la Banque a acquis une participation dans Dundee Wealth Inc.
        Aux termes de la convention initiale, la Banque pouvait faire
        l'acquisition d'actions supplémentaires sur le marché secondaire
        jusqu'à concurrence d'une participation de 19,9 %. Au cours du
        troisième trimestre, la Banque a exercé ce droit et a fait
        l'acquisition d'actions supplémentaires, ce qui a porté sa
        participation à environ 19,4 %. Ce placement est comptabilisé selon
        la méthode de la comptabilisation à la valeur de consolidation.

        Le 14 juillet 2008, la Banque a annoncé qu'elle avait conclu une
        entente avec E(*)TRADE Financial Corporation visant l'acquisition de
        100 % de E(*)TRADE Canada pour 442 millions de dollars américains.
        L'opération est assujettie à l'approbation des autorités de
        réglementation et devrait être conclue au cours du quatrième
        trimestre.

        Le 26 novembre 2007, la Banque a conclu l'acquisition de Banco del
        Desarrollo, au Chili, en acquérant 99,5 % des actions en circulation
        en contrepartie de l'équivalent de 1,0 milliard de dollars canadiens.
        L'actif de Banco del Desarrollo au moment de l'acquisition se
        chiffrait à environ l'équivalent de 5,6 milliards de dollars
        canadiens et il se composait essentiellement de prêts. La Banque
        regroupera les activités de Banco del Desarrollo avec les activités
        bancaires existantes de Scotiabank Sud Americano. Selon les justes
        valeurs à la date d'acquisition, environ l'équivalent de 797 millions
        de dollars canadiens a été attribué à la valeur estimative de l'écart
        d'acquisition acquis. L'attribution du coût d'acquisition se
        précisera à mesure que la Banque progressera dans son évaluation des
        actifs acquis et des passifs pris en charge.
    


    INFORMATION A L'INTENTION DES ACTIONNAIRES ET DES INVESTISSEURS

    Service de dépôt direct

    Les actionnaires qui le désirent peuvent faire déposer les dividendes qui
leur sont distribués directement dans leurs comptes tenus par des institutions
financières membres de l'Association canadienne des paiements. Il leur suffit,
à cet effet, d'écrire à l'Agent de transfert.

    Régime de dividendes et d'achat d'actions

    Le régime de réinvestissement de dividendes et d'achat d'actions de la
Banque Scotia permet aux porteurs d'actions ordinaires et privilégiées
d'acquérir d'autres actions ordinaires en réinvestissant leurs dividendes en
espèces sans avoir à acquitter les frais de courtage ou d'administration.
    Les actionnaires admissibles ont également la possibilité d'affecter, au
cours de chaque exercice, une somme ne dépassant pas 20 000 $ à l'achat
d'actions ordinaires supplémentaires de la Banque. Les titulaires de
débentures subordonnées entièrement nominatives de la Banque peuvent également
affecter aux mêmes fins le montant des intérêts perçus sur ces dernières. Tous
les frais liés à la gestion du régime sont à la charge de la Banque.
    Pour obtenir plus de renseignements sur le régime, il suffit de
communiquer avec l'Agent de transfert.

    Dates de paiement des dividendes pour 2008

    Dates de clôture des registres et de paiement des dividendes déclarés sur
les actions ordinaires et privilégiées, sous réserve de l'approbation du
conseil d'administration.

    
    Date de clôture des registres     Date de paiement

    2 janvier                         29 janvier
    1er avril                         28 avril
    2 juillet(*)                      29 juillet
    7 octobre                         29 octobre

    (*) 4 juillet (actions privilégiées série 20)
    

    Date de l'assemblée générale annuelle pour l'exercice 2008

    L'assemblée générale annuelle des actionnaires de la Banque pour
l'exercice se terminant le 31 octobre 2008 aura lieu à Halifax
(Nouvelle-Ecosse) à 10 h 00, heure de l'Atlantique, le mardi 3 mars 2009.

    Envoi de documents en plusieurs exemplaires

    A titre d'actionnaire, vous pouvez figurer plusieurs fois sur la liste
d'envoi si vous êtes inscrit sous différents noms ou différentes adresses.
Pour mettre fin à cette duplication, veuillez communiquer avec l'Agent de
transfert afin que soient prises les dispositions nécessaires.

    Site Web

    Pour toute information concernant la Banque Scotia et ses services, vous
pouvez visiter notre site Web : www.banquescotia.com.

    Conférence téléphonique et diffusion sur le Web

    La conférence téléphonique portant sur les résultats trimestriels, d'une
durée d'environ une heure, aura lieu le 26 août 2008 à compter de 14 h HAE.
Les parties intéressées peuvent suivre la conférence téléphonique, à titre
d'auditeurs uniquement, en composant le 1-800-733-7571 (numéro sans frais), 5
à 15 minutes avant le début. La conférence téléphonique, accompagnée d'une
présentation sur diapositives, sera également diffusée en direct sur le Web.
Pour y accéder, cliquez sur le lien "Relations avec les investisseurs" du site
www.banquescotia.com. La présentation des résultats par les dirigeants de la
Banque Scotia sera suivie d'une période de questions. Les auditeurs sont
invités à envoyer leurs questions par courriel, à l'adresse
investor.relations@scotiabank.com.
    Un enregistrement de la conférence téléphonique sera disponible du
26 août au 9 septembre 2008, au numéro de téléphone 416-640-1917, code
21280123, suivi du carré. Un enregistrement de la conférence diffusée sur le
Web sera disponible pendant trois mois sur le site Web de la Banque Scotia.


    
    RENSEIGNEMENTS

    Investisseurs

    Les analystes financiers, les gestionnaires de portefeuilles et les autres
investisseurs qui souhaitent obtenir de l'information financière concernant la
Banque sont priés de communiquer avec le service Relations avec les
investisseurs, Affaires financières :

        Banque Scotia
        Scotia Plaza
        44, rue King Ouest
        Toronto (Ontario) Canada M5H 1H1
        Téléphone: 416-866-5982
        Télécopieur : 416-866-7867
        Courriel : investor.relations@scotiabank.com

    Médias

    Les demandes d'information des médias et les autres demandes de
renseignements doivent être adressées au service Relations publiques, Affaires
de la société et Affaires gouvernementales à l'adresse ci-dessus.

        Téléphone: 416-866-3925
        Télécopieur : 416-866-4988
        Courriel : corpaff@scotiabank.com

    Actionnaires

    Pour obtenir des renseignements sur un changement d'inscription d'actions,
un changement d'adresse, des dividendes, des transferts successoraux ou la
perte de certificats d'actions, ou pour demander que cessent des envois
multiples, veuillez vous adresser à l'Agent de transfert de la Banque :

        Société de fiducie Computershare du Canada
        100, avenue University, 9e étage
        Toronto (Ontario) Canada M5J 2Y1
        Téléphone: 1-877-982-8767
        Télécopieur: 1-888-453-0330
        Courriel : service@computershare.com

        Coagent de transfert (Etats-Unis)
        Computershare Trust Company, Inc.
        350 Indiana Street
        Golden, Colorado 80401 U.S.A.
        Téléphone: 1-800-962-4284

    Pour toute autre demande de renseignements, les actionnaires sont priés de
contacter les Affaires financières :

        Banque Scotia
        Scotia Plaza
        44, rue King Ouest
        Toronto (Ontario) Canada M5H 1H1
        Téléphone: 416-866-4790
        Télécopieur: 416-866-4048
        Courriel : corporate.secretary@scotiabank.com

    Quarterly Reports available in English

    The Bank publishes its statements and Annual Report in both English and
French, and makes every effort to provide them to Shareholders in the language
of their choice. If you would prefer to receive shareholder communications in
English, please contact Public, Corporate and Government Affairs, The Bank of
Nova Scotia, Scotia Plaza, 44 King Street West, Toronto, Ontario, Canada, M5H
1H1. Please supply the mailing label you received, if possible, so we may
adjust our records.

    La Banque de Nouvelle-Ecosse est une entreprise canadienne constituée
    avec responsabilité limitée.
    

    %SEDAR: 00001289EF c6412




Renseignements :

Renseignements: Kevin Harraher, Vice-président, Relations avec les
investisseurs, (416) 866-5982; Frank Switzer, Relations publiques, (416)
866-7238

Profil de l'entreprise

Banque Scotia

Renseignements sur cet organisme

Banque Scotia - Communiqués de presse financiers

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.