La Banque Scotia enregistre un bénéfice net de 835 millions de dollars au premier trimestre 2008



    Chiffres clés du premier trimestre par rapport à ceux de la période
    correspondante de l'exercice précédent :

    
    -  Bénéfice par action (dilué) de 0,82 $, comparativement à 1,01 $
    -  Bénéfice net de 835 millions de dollars, par rapport à 1 020 millions
       de dollars
    -  Rendement des capitaux propres de 18,3 %, comparativement à 22,1 %
    -  Ratio de productivité de 56,5 %, par rapport à 53,6 %
    

    TORONTO, le 4 mars /CNW/ - Au premier trimestre, la Banque Scotia a
inscrit un bénéfice net de 835 millions de dollars, en baisse de 185 millions
de dollars, ou de 18 % par rapport à celui de la même période de l'exercice
précédent. Le bénéfice dilué par action s'est chiffré à 0,82 $,
comparativement à 1,01 $ pour le trimestre correspondant de l'exercice
précédent, soit une baisse de 19 %. Le rendement des capitaux propres s'est
établi à 18,3 %, contre 22,1 % il y a un an.
    "Même si nous avions prédit que le premier trimestre serait difficile,
les résultats ont été plus faibles que nous l'avions prévu", a déclaré M. Rick
Waugh, président et chef de la direction. "Cette faiblesse est principalement
attribuable à la volatilité considérable sur les marchés financiers mondiaux.
Notre exposition à ces marchés difficiles est limitée et bien diversifiée,
mais nos portefeuilles ont enregistré une certaine baisse de valeur."
    "Nous avons continué d'enregistrer une croissance robuste au sein du
Réseau canadien et des Opérations internationales, mais les résultats de
Scotia Capitaux ont subi l'incidence défavorable de la volatilité des marchés.
L'actif moyen du Réseau canadien s'est accru de 14 % en raison de la
croissance et de la hausse des parts de marché dans les activités
hypothécaires, les dépôts personnels et les fonds communs de placement. Les
Opérations internationales ont également affiché une croissance solide de
l'actif de 7 % grâce à la croissance interne et à notre acquisition au Chili,
malgré l'incidence négative du change. L'apport au bénéfice des activités au
Mexique a reculé pour le trimestre, en grande partie en raison de
l'augmentation des dotations à la provision pour pertes sur créances, des
impôts exceptionnellement élevés et de l'incidence négative de la vigueur du
dollar canadien.
    "Les perturbations sur les marchés des capitaux ont touché certains
portefeuilles de la Banque et entraîné une hausse des frais de financement, ce
qui a réduit la marge sur intérêts de la Banque par rapport à celle observée
l'exercice précédent. La forte montée du dollar canadien par rapport au dollar
américain, qui est passé de 85 cents à la parité au cours de l'exercice
précédent, a occasionné une baisse de nos revenus en devises", a affirmé
M. Waugh. Nous avons également pris des mesures prudentes afin de nous assurer
que nos portefeuilles sont gérés en fonction de la conjoncture actuelle des
marchés.
    "Nonobstant la volatilité qui règne en ce moment, particulièrement en ce
qui a trait à l'accroissement des écarts de taux, la situation des marchés
financiers devrait s'améliorer quelque peu au deuxième trimestre. Les frais de
financement ont déjà enregistré des progrès, la croissance de l'actif demeure
forte dans nos trois secteurs d'activité et les efforts accrus en matière de
gestion des coûts nous permettent d'avoir confiance en l'avenir. En outre, la
pression exercée par la progression rapide du dollar en 2007 aura une
incidence beaucoup moins marquée au cours du deuxième semestre de l'exercice,
étant donné que le dollar canadien devrait se maintenir à sa valeur actuelle.
    "C'est avec confiance que nous prenons les mesures qui s'imposent pour
affronter la situation et maintenons le cap sur les objectifs que nous avons
établis au début de l'exercice."

    
    Résultats cumulatifs par rapport aux principaux objectifs financiers et
opérationnels de 2008 :

    1. Objectif : Afficher un rendement des capitaux propres (RCP)(1) se
       situant entre 20 % et 23 %. Pour le trimestre à l'étude, la Banque
       Scotia a affiché un RCP de 18,3 %.

    2. Objectif : Générer une croissance du bénéfice par action ordinaire
       (dilué) de 7 % à 12 %. D'un exercice sur l'autre, le bénéfice par
       action a enregistré une croissance négative de 19 %.

    3. Objectif : Maintenir un ratio de productivité(1) inférieur à 57 %. Le
       ratio de la Banque Scotia a été de 56,5 % pour le premier trimestre.

    4. Objectif : Maintenir de solides coefficients de capital. A 9,0 %, le
       coefficient du capital de catégorie 1 de la Banque Scotia demeure
       solide, selon les normes canadiennes et internationales.

    (1) Se reporter à l'analyse des mesures non conformes aux PCGR plus loin.


    DONNEES FINANCIERES

                                             Aux dates indiquées et pour les
                                             trimestres terminés à ces dates
    -------------------------------------------------------------------------
                                                        31       31       31
                                                   janvier  octobre  janvier
    (non vérifié)                                     2008     2007     2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Résultats d'exploitation (en millions
     de dollars)
    Revenu d'intérêts net                            1 814    1 716    1 776
    Revenu d'intérêts net (BMEF(1))                  1 932    1 932    1 881
    Total des revenus                                2 839    3 078    3 109
    Total des revenus (BMEF(1))                      2 957    3 294    3 214
    Dotation à la provision pour pertes sur créances   111       95       63
    Frais autres que d'intérêts                      1 669    1 792    1 724
    Charge d'impôts                                    193      204      277
    Charge d'impôts (BMEF(1))                          311      420      382
    Bénéfice net                                       835      954    1 020
    Bénéfice net attribuable aux
     actionnaires ordinaires                           814      938    1 012
    -------------------------------------------------------------------------
    Rendement de l'exploitation
    Bénéfice de base par action (en dollars)          0,83     0,95     1,02
    Bénéfice dilué par action (en dollars)            0,82     0,95     1,01
    Rendement des capitaux
     propres (en pourcentage)(1)                      18,3     21,0     22,1
    Ratio de productivité (en pourcentage) (BMEF(1))  56,5     54,4     53,6
    Marge nette sur intérêts sur le total
     de l'actif moyen (en pourcentage) (BMEF(1))      1,79     1,87     1,91
    -------------------------------------------------------------------------
    Données du bilan (en millions de dollars)
    Liquidités et titres                           130 893  118 030  126 899
    Prêts et acceptations                          260 501  238 685  222 690
    Total de l'actif                               449 422  411 510  396 470
    Dépôts                                         316 797  288 458  277 019
    Actions privilégiées                             1 865    1 635      945
    Capitaux propres attribuables aux
     actionnaires ordinaires                        18 128   17 169   18 850
    Actifs sous administration                     195 155  195 095  203 067
    Actifs sous gestion                             31 704   31 403   29 158
    -------------------------------------------------------------------------
    Mesures du capital(2)
    Coefficient du capital de
     catégorie 1 (en pourcentage)                      9,0      9,3     10,4
    Coefficient du capital total (en pourcentage)     10,2     10,5     11,7
    Coefficient des capitaux propres attribuables
     aux actionnaires ordinaires à l'actif pondéré
     en fonction du risque(1) (en pourcentage)         7,2      7,2      8,4
    Actif pondéré en fonction du
     risque (en millions de dollars)               234 876  218 337  206 843
    -------------------------------------------------------------------------
    Qualité du crédit Montant net des prêts
     douteux(3) (en millions de dollars)               689      601      579
    Provision générale pour pertes sur
     créances (en millions de dollars)               1 298    1 298    1 323
    Montant net des prêts douteux en pourcentage
     des prêts et acceptations(3)                     0,26     0,25     0,26
    Dotation à la provision spécifique pour
     pertes sur créances en pourcentage de
     l'encours moyen des prêts et
     acceptations (annualisé)                         0,18     0,16     0,12
    -------------------------------------------------------------------------
    Données sur les actions ordinaires
    Cours de l'action (en dollars)
      Haut                                           54,00    53,49    53,39
      Bas                                            43,10    46,70    48,80
      Clôture                                        48,19    53,48    50,76
    Actions en circulation (en millions)
      Moyenne (de base)                                985      983      991
      Moyenne (diluée)                                 992      991    1 001
      Fin de la période                                985      984      993
    Dividendes par action(en dollars)                 0,47     0,45     0,42
    Rendement de l'action (en pourcentage)             3,9      3,6      3,3
    Ratio de distribution(4) (en pourcentage)         56,9     47,1     41,2
    Capitalisation boursière (en
     millions de dollars)                           47 487   52 612   50 397
    Valeur comptable par action
     ordinaire (en dollars)                          18,40    17,45    18,99
    Ratio de la valeur de marché à
     la valeur comptable                               2,6      3,1      2,7
    Ratio cours-bénéfice (quatre
     derniers trimestres)                             12,5     13,2     13,5
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres données
    Employés(5)                                     62 002   58 113   54 889
    Succursales et bureaux                           2 488    2 331    2 225
    -------------------------------------------------------------------------

    (1) Mesure non conforme aux PCGR. Se reporter plus loin pour l'analyse
        de ces mesures.
    (2) Depuis le 1er novembre 2007, les coefficients de capital
        réglementaire sont déterminés selon les règles de Bâle II. Les
        chiffres correspondants des périodes antérieures ont été déterminés
        selon les règles de Bâle I.
    (3) Le montant net des prêts douteux correspond au montant des prêts
        douteux moins la provision spécifique pour pertes sur créances
    (4) Représente le dividende sur actions ordinaires de la période en
        pourcentage du bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires
        au cours de la période.
    (5) Certains chiffres correspondants des périodes antérieures ont été
        retraités afin de comprendre les chiffres définitifs de toutes les
        nouvelles acquisitions.
    


    MESSAGE AUX PARTENAIRES

    Stratégies de réussite

    Le premier trimestre de l'exercice 2008 a représenté un défi pour les
banques. Il en a été de même pour la Banque Scotia. Même si le Réseau canadien
et les Opérations internationales ont affiché une croissance robuste, les
résultats de Scotia Capitaux et de la Banque en général ont subi l'incidence
négative de la turbulence des marchés financiers mondiaux et, en particulier,
celle des marchés du crédit.
    Nous faisons face à ces défis en continuant d'investir dans des occasions
génératrices de revenus, en mettant comme toujours l'accent sur le contrôle
des coûts et en poursuivant l'exécution de notre stratégie.
    Notre stratégie globale consiste à tirer sans cesse parti du modèle de
gestion actuel à la base de nos trois secteurs d'activité. Nous nous employons
à faire croître chacun de ces secteurs tout en maintenant un niveau de
diversification élevé. L'exécution de notre stratégie repose sur l'équilibre
entre les intérêts de nos actionnaires, de nos clients, de nos employés et des
collectivités. Cette stratégie tient compte de nos principales forces,
notamment la gestion du risque et le contrôle des coûts, et elle met l'accent
sur trois principales priorités que sont la croissance durable des revenus, la
gestion efficace du capital et le développement du leadership.
    Au chapitre de ces priorités, chacun de nos secteurs d'activité a
enregistré, au cours du trimestre, des progrès visibles. La page qui suit met
en évidence plusieurs réalisations clés. En particulier, nous continuons de
faire usage de notre capital pour financer des occasions et acquisitions qui
auront pour effet de renforcer nos objectifs de croissance. A cet égard, nous
avons conclu deux transactions que nous avions annoncées précédemment, à
savoir une transaction de 1,0 milliard de dollars américains, afin d'acquérir
99,5 % des actions de Banco del Desarrollo, la septième plus grande banque du
Chili, et l'acquisition d'une participation majoritaire dans BBVA Crecer AFP,
le plus important administrateur de caisses de retraite de la République
dominicaine pour ce qui est du nombre de sociétés affiliées, ainsi que dans
son assureur apparenté, BBVA Seguros.
    La Banque Scotia demeure l'un des meilleurs employeurs au Canada selon le
classement annuel du magazine Report on Business du journal Globe and Mail,
une reconnaissance dont nous sommes fiers. Par ailleurs, nous continuons
d'appuyer les collectivités dans lesquelles nous vivons et travaillons.
    Dans l'ensemble, nous demeurons cependant confiants quant à l'avenir et,
en accordant une attention toute particulière à nos stratégies d'exécution, à
nos priorités, au contrôle des coûts et à la croissance de nos trois secteurs
d'activité, aux mesures que nous prenons en vue d'atteindre nos objectifs pour
2008.

    
    Objectifs 2008 - Notre tableau de bord équilibré

    Résultats financiers
    -  Rendement des capitaux propres de 20 % à 23 %
    -  Croissance de 7 % à 12 % du bénéfice dilué par action
    -  Valeur à long terme pour les actionnaires grâce à l'augmentation des
       dividendes et à l'appréciation du cours de l'action

    Exploitation
    -  Ratio de productivité inférieur à 57%
    -  Bonnes cotes de crédit
    -  Pratiques saines en matière de gouvernance d'entreprise et de
       conformité
    -  Solides coefficients de capital

    Clientèle
    -  Niveau élevé de satisfaction et de fidélité de la clientèle
    -  Relations plus étroites avec nos clients existants
    -  Recrutement de nouveaux clients

    Personnel
    -  Niveau élevé de satisfaction et d'engagement des employés
    -  Amélioration de la diversité de nos effectifs
    -  Engagement envers la responsabilité sociale de l'entreprise et la
       participation dans la collectivité


    REALISATIONS

    Réseau canadien

    -  Le Centre contact clientèle de l'Atlantique situé à Halifax s'est vu
       décerner le prix nord-américain du Centre d'appel de l'année par le
       Service Quality Measurement Group, qui compare chaque année les
       performances de plus de 300 centres contact clientèle internationaux
       chefs de file.
    -  La Banque Scotia et The Western Union Company, prestataire mondial de
       services de virement de fonds, ont lancé un programme national
       permettant d'offrir des services de transfert monétaire internationaux
       aux clients de la Banque Scotia. Les clients de la Banque Scotia
       situés dans différents endroits ont désormais la possibilité d'envoyer
       de l'argent à des amis, à des proches et à des partenaires d'affaires
       dans plus de 200 pays et régions dans le monde. Voilà un autre aspect
       de notre volonté de répondre aux besoins uniques des communautés
       multiculturelles avec lesquelles nous faisons affaire.
    -  Le rendement des investissements obtenu par Gestion de placements
       Scotia Cassels demeure l'un des meilleurs au Canada. Au cours de la
       période de trois ans terminée le 31 décembre 2007, 79 % de l'actif des
       fonds communs de placement à long terme sous gestion active recevant
       des conseils de Cassels se situait dans les deux quartiles supérieurs
       selon la cote attribuée par Morningstar.

    Opérations internationales

    -  La Banque Scotia été nommée la meilleure banque de financement du
       commerce international au Canada par le magazine Global Finance en
       2008. C'est la deuxième fois qu'elle s'est vu décerner ce prix pour sa
       vaste gamme de services spécialisés en commerce international et ses
       excellents systèmes en ligne destinés aux importateurs et aux
       exportateurs.
    -  Nous avons étendu nos activités au Guatemala et en République
       dominicaine, en faisant l'acquisition de certains actifs de Grupo
       Altas Cumbres (GAC) au Chili, en février. L'entente comprend également
       une option d'achat sur la banque de GAC au Pérou, Banco del Trabajo.
    -  Au cours du trimestre, nous avons continué d'élargir notre réseau de
       distribution en ouvrant 29 nouvelles succursales au Mexique, 4 au
       Pérou et 3 succursales et bureaux dans d'autres marchés internationaux
       clés. Nous avons également annoncé l'ouverture d'un bureau de
       représentation à Moscou, en Russie.
    -  Scotiabank Trinidad & Tobago et Scotiabank Turks & Caicos ont été
       nommées banques de l'année par le magazine The Banker.

    Scotia Capitaux

    -  Scotia Capitaux a été nommée meilleure "banque de change au Canada"
       pour la quatrième année consécutive par le magazine Global Finance.
       Cette distinction annuelle est attribuée aux meilleurs fournisseurs de
       services de change et banques de change de 82 pays et régions du
       monde.
    -  Scotia Waterous a agi en tant que conseiller financier exclusif de
       Penn West Energy Trust lors de sa fusion avec Canetic Resources Trust.
       La fusion a donné lieu à la création de la fiducie pétrolière et
       gazière traditionnelle la plus importante en Amérique du Nord dont la
       valeur dépasse les 15 milliards de dollars.
    -  Scotia Capitaux a agi en tant que conseiller financier et agent de
       placement pour un placement privé par émission d'actions de
       500 millions de dollars pour une compagnie de réassurance-vie en
       démarrage, Aurigen Re Capital Limited, située aux Bermudes. Scotia
       Capitaux a réuni un groupe international d'investisseurs de haut
       profil disposant d'une expertise importante dans le secteur de
       l'assurance.
    -  Solutions énergétiques mondiales, l'équipe nouvellement formée au sein
       de Scotia Capitaux, a agi en étroite collaboration avec la division
       des Opérations internationales de la Banque Scotia, comme chef de file
       à l'égard des couvertures et comme conseiller principal pour le
       programme de couverture de taux d'intérêt associé à la construction
       par AES Changuinola S.A. d'une nouvelle centrale électrique au Panama.
       AES est l'une des plus grandes compagnies d'électricité au monde. La
       Banque Scotia a engagé 50 millions de dollars américains en facilités
       de crédit en vue du financement du projet.

    Faits saillants concernant le personnel

    -  Pour une quatrième année d'affilée, la Banque Scotia a été nommée au
       palmarès des 50 meilleurs employeurs au Canada en 2008 par le magazine
       Report on Business du journal Globe and Mail. Le palmarès annuel est
       établi à partir d'une enquête nationale menée par Hewitt Associates,
       cabinet mondial de ressources humaines, dont les réponses des employés
       constituent une composante essentielle. La Banque Scotia a obtenu le
       meilleur score parmi les banques, passant du 44e rang, occupé l'année
       dernière, au 19e rang, cette reconnaissance lui permettant de se
       positionner comme employeur de choix.
    -  La Banque Scotia se retrouve également pour la sixième fois et pour la
       cinquième fois d'affilée parmi les 125 meilleures organisations du
       monde au chapitre de la formation, selon le classement de Training
       Magazine. En 2008, elle occupe le 14e rang. Le classement répertorie
       les programmes exceptionnels de formation et de perfectionnement
       établis par des sociétés dans le monde entier selon plusieurs mesures
       quantitatives et qualitatives, notamment la taille de l'entreprise,
       le chiffre d'affaires annuel, le nombre d'employés, le budget de
       formation, les meilleures pratiques, le développement du leadership
       et les nouveaux programmes de formation.

    Engagement dans la collectivité

    -  La Banque Scotia a fait un don à la campagne de protection de la Forêt
       du Grand Ours de Colombie-Britannique de la Tides Canada Foundation.
       Ce don, qui permet de soutenir un modèle de durabilité innovant et
       d'importance mondiale visant à protéger la Forêt du Grand Ours de
       Colombie-Britannique, alimentera un fonds de dotation pour la
       conservation permanente dont bénéficieront également les collectivités
       des Premières nations.
    -  La Banque Scotia a annoncé une contribution de 50 000 $ versée à la
       Croix-Rouge canadienne pour venir en aide aux sinistrés des pluies
       torrentielles, inondations et coulées de boue de l'automne dernier
       dans l'Etat de Tabasco au Mexique. La Banque a également accepté des
       dons par le biais de ses réseaux de succursales au Canada et au
       Mexique et a ouvert un compte pour les employés canadiens qui
       souhaitent soutenir leurs collègues mexicains ayant été éprouvés par
       la catastrophe naturelle.
    


    RAPPORT DE GESTION

    -------------------------------------------------------------------------
    Déclarations prospectives

    Nos communications publiques comprennent souvent des déclarations
prospectives verbales et écrites. Le présent document renferme ce genre de
déclarations, et de telles déclarations peuvent également être intégrées à
d'autres documents déposés auprès des organismes de réglementation du commerce
des valeurs mobilières du Canada ou de la Securities and Exchange Commission
des Etats-Unis, ou à toute autre communication. De telles déclarations sont
formulées aux termes des règles d'exonération de la loi américaine de 1995
intitulée Private Securities Litigation Reform Act et des lois sur les valeurs
mobilières en vigueur au Canada. Ces déclarations comprennent des observations
concernant les objectifs de la Banque, les stratégies qu'elle emploie pour
atteindre ces objectifs, ses résultats financiers prévisionnels (y compris
ceux relevant du domaine de la gestion du risque) et les perspectives à
l'égard des activités de la Banque et de l'économie du Canada, des Etats-Unis
et du monde entier. On reconnaît habituellement les déclarations prospectives
à l'emploi de termes ou d'expressions comme "croire", "prévoir", "s'attendre
à", "avoir l'intention de", "estimer", "projeter", "pourrait augmenter" et
"pourrait fluctuer" et autres expressions similaires ainsi que par la
conjugaison des verbes au futur et au conditionnel.
    De par leur nature, les déclarations prospectives comportent de
nombreuses hypothèses, des incertitudes et des risques inhérents, tant
généraux que spécifiques, ainsi que le risque que les prédictions et autres
déclarations prospectives se révèlent inexactes. La Banque conseille aux
lecteurs de ne pas se fier indûment à ces déclarations, étant donné que les
résultats réels risquent de différer sensiblement des estimations et
intentions exprimées dans ces déclarations prospectives, en raison d'un
certain nombre de facteurs importants dont plusieurs sont indépendants de sa
volonté. Ces facteurs sont notamment la conjoncture économique et financière
au Canada et dans le monde; les variations des taux d'intérêt et des cours du
change; les liquidités; l'incidence des changements apportés à la politique
monétaire; les modifications apportées aux lois et à la réglementation au
Canada et ailleurs, notamment les changements apportés aux lois fiscales; le
risque opérationnel et le risque de réputation; l'exactitude et l'exhaustivité
de l'information que la Banque reçoit sur sa clientèle et ses contreparties;
la mise au point et le lancement de nouveaux produits et services en temps
opportun sur des marchés réceptifs; l'aptitude de la Banque à étendre ses
canaux de distribution existants et à en mettre sur pied de nouveaux afin
d'accroître ses revenus; l'aptitude de la Banque à mener à terme ses
acquisitions et ses autres stratégies de croissance et à intégrer les
établissements acquis; les modifications des conventions et des méthodes
comptables dont la Banque se sert pour présenter sa situation financière et
ses résultats d'exploitation, y compris les incertitudes entourant les
principales hypothèses et estimations comptables; l'incidence de l'application
de modifications comptables futures; l'activité sur les marchés financiers
mondiaux; l'aptitude de la Banque à recruter et à conserver des dirigeants
clés; la confiance accordée aux tiers qui fournissent les composantes de
l'infrastructure commerciale de la Banque; les changements imprévus des
habitudes de dépense et d'épargne du consommateur; les changements
technologiques, la fraude perpétrée par des tiers à l'interne ou à l'extérieur
de la Banque, notamment par l'utilisation inédite de nouvelles technologies
pour commettre des fraudes à l'endroit de la Banque ou de ses clients; le
regroupement du secteur canadien des services financiers; la présence de
nouveaux concurrents et des concurrents établis; les procédures judiciaires et
réglementaires; les cas de force majeure comme les tremblements de terre et
les ouragans; l'incidence éventuelle de conflits internationaux et autres
événements, y compris les actes terroristes et la guerre contre le terrorisme;
les incidences de maladies ou d'épidémies sur les économies locales,
nationales ou internationale; les perturbations des infrastructures publiques,
notamment les transports, les communications, l'électricité et l'eau; de même
que l'aptitude de la Banque à prévoir et à gérer les risques que comportent
ces facteurs. La Banque consacre une bonne partie de ses activités à consentir
des prêts ou à affecter autrement ses ressources à certains secteurs,
entreprises ou pays. Tout événement imprévu touchant ces emprunteurs, secteurs
ou pays risque d'avoir une incidence défavorable importante sur les résultats
financiers de la Banque, sur ses activités, sur sa situation financière ou sur
ses liquidités. Ces facteurs, et d'autres encore, peuvent faire en sorte que
la performance réelle de la Banque soit, dans une mesure importante,
différente de celle envisagée par les déclarations prospectives. Pour plus de
renseignements, il y a lieu de se reporter à la page 56 du rapport annuel 2007
de la Banque.
    La liste des facteurs importants énoncés ci-dessus n'est pas exhaustive.
Lorsqu'ils se fient à des déclarations prospectives pour prendre des décisions
à l'égard de la Banque et de ses titres, les investisseurs et les autres
personnes doivent se pencher diligemment sur ces facteurs, ainsi que sur
d'autres incertitudes et éventualités. La Banque ne s'engage pas à mettre à
jour les déclarations prospectives verbales ou écrites qui peuvent être faites
de temps à autre par elle ou en son nom.
    La rubrique "Perspectives" contenue dans le présent rapport est fondée
sur les opinions de la Banque; leur réalisation est incertaine. Le lecteur est
prié de tenir compte des facteurs susmentionnés lors de la lecture de cette
rubrique.
    -------------------------------------------------------------------------

    Le lecteur trouvera d'autres renseignements sur la Banque, y compris sa
notice annuelle, sur le site Web de SEDAR, à www.sedar.com, ainsi que dans la
section EDGAR du site Web de la SEC, à www.sec.gov.

    Mesures non conformes aux PCGR

    Pour évaluer sa performance, la Banque a recours à diverses mesures
financières. Certaines d'entre elles ne sont pas calculées selon les principes
comptables généralement reconnus ("PCGR") ni définies par ceux-ci. Ces mesures
n'ont aucune signification normalisée qui assurerait qu'elles sont cohérentes
et comparables à celles du même nom utilisées par d'autres sociétés. Ces
mesures non conformes aux PCGR se retrouvent dans notre rapport de gestion
plus loin. Leur définition est donnée ci-dessous.

    Base de mise en équivalence fiscale

    La Banque analyse le revenu d'intérêts net et le total des revenus sur
une base de mise en équivalence fiscale ("BMEF"). Cette méthode majore le
revenu exonéré d'impôts gagné sur certains titres et comptabilisé dans le
revenu d'intérêts net jusqu'à un montant équivalent avant impôts. Une
augmentation correspondante est inscrite à la charge d'impôts, ce qui signifie
qu'il n'y a aucune incidence sur le bénéfice net. La direction est d'avis que
cette méthode permet d'établir une comparaison uniforme du revenu d'intérêts
net découlant de sources imposables et de celui provenant de sources non
imposables et qu'elle favorise une méthode cohérente de mesure. Bien que
d'autres banques utilisent également la BMEF, leur méthode pourrait ne pas
être comparable à celle de la Banque. Pour la période à l'étude, le montant de
la majoration du revenu d'intérêts net et de la charge d'impôts au titre de la
BMEF s'élève à 118 millions de dollars, contre 105 millions de dollars pour le
trimestre correspondant de l'exercice précédent et 216 millions de dollars
pour le trimestre précédent.
    Aux fins de la présentation des informations sectorielles, le revenu
d'intérêts net et la charge d'impôts des secteurs sont majorés d'un montant
équivalent imposable. L'élimination de la majoration au titre de la BMEF est
comptabilisée dans le secteur "Autres".

    Ratio de productivité (BMEF)

    La direction utilise le ratio de productivité comme mesure de
l'efficacité de la Banque. Ce ratio représente les frais autres que d'intérêts
exprimés en pourcentage du total des revenus, sur une base de mise en
équivalence fiscale.

    Marge nette sur intérêts sur le total de l'actif moyen (BMEF)

    Ce ratio représente le revenu d'intérêts net, sur une base de mise en
équivalence fiscale, exprimé en pourcentage de la moyenne de l'actif total.

    Rendement des capitaux propres

    Le rendement des capitaux propres est une mesure de rentabilité qui
présente le bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires, exprimé en
pourcentage du capital qui a été investi pour réaliser ce bénéfice. L'adoption
des nouvelles normes comptables traitant des instruments financiers au premier
trimestre de 2007 s'est traduite par certains gains et pertes non réalisés qui
sont constatés comme une nouvelle composante des capitaux propres. La Banque
calcule le rendement de ses capitaux propres à l'aide des capitaux propres
moyens attribuables aux actionnaires ordinaires, compte tenu de toutes les
nouvelles composantes des capitaux propres.

    Capital économique et rendement du capital économique

    Aux fins de l'information de gestion, la Banque répartit le capital entre
ses secteurs d'activité selon une méthode qui tient compte des risques de
crédit, de marché et d'exploitation propres à chacun d'eux. Le montant réparti
est communément appelé capital économique. Le rendement des capitaux propres
par secteur d'activité est fondé sur le capital économique attribué à chaque
secteur d'activité. L'écart entre le montant du capital économique nécessaire
pour soutenir l'exploitation des secteurs d'activité de la Banque et le total
des capitaux propres de celle-ci est constaté dans le secteur "Autres".

    Coefficient des capitaux propres corporels attribuables aux actionnaires
    ordinaires à l'actif pondéré en fonction du risque

    Le coefficient des capitaux propres corporels attribuables aux
actionnaires ordinaires à l'actif pondéré en fonction du risque est une mesure
financière importante pour les agences d'évaluation de la solvabilité et les
investisseurs. Les capitaux propres corporels attribuables aux actionnaires
ordinaires représentent la somme du total des capitaux propres et de la
participation sans contrôle dans les filiales, déduction faite des actions
privilégiées, des gains ou des pertes non réalisés sur les titres disponibles
à la vente et sur les couvertures de flux de trésorerie, de l'écart
d'acquisition et des autres actifs incorporels (déduction faite des impôts).
Les capitaux propres corporels attribuables aux actionnaires ordinaires sont
présentés en pourcentage de l'actif pondéré en fonction du risque.
    Les coefficients de capital réglementaire, comme le coefficient du
capital de catégorie 1 et le coefficient du capital total, ont une
signification normalisée définie par le Bureau du surintendant des
institutions financières du Canada.

    Résultats financiers et situation financière du Groupe

    Le bénéfice net du premier trimestre de la Banque Scotia a atteint
835 millions de dollars, en baisse de 185 millions de dollars, ou de 18 %, par
rapport à celui du trimestre correspondant de l'exercice précédent.
L'accroissement du revenu d'intérêts net découlant de la croissance soutenue
de l'actif et le recul des frais autres que d'intérêts n'ont pas suffi à
compenser la diminution des revenus de transaction et des gains sur les titres
détenus à des fins autres que de transaction. En outre, la conversion de
devises, le recul de la marge sur intérêt, le recul de l'apport des activités
au Mexique et la hausse de la dotation à la provision pour pertes sur créances
du trimestre par rapport au faible niveau de cette dotation au trimestre
correspondant de 2007 ont eu des effets défavorables.
    Le bénéfice net du trimestre a été amputé de 119 millions de dollars, ou
de 13 %, par rapport à celui du quatrième trimestre de 2007, surtout en raison
de la comptabilisation, au trimestre précédent, d'un gain après impôts de
163 millions de dollars découlant de la restructuration de VISA et de la
diminution des gains sur les titres détenus à des fins autres que de
transaction après la réduction de valeur de certains instruments de crédit
structuré, lesquelles réductions ont été plus importantes que celles inscrites
au trimestre précédent. En contrepartie, le revenu d'intérêts net a grimpé en
raison de la forte croissance de l'actif et les frais autres que d'intérêts
ont diminué.

    Total des revenus

    Le total des revenus (sur une base de mise en équivalence fiscale) s'est
chiffré à 2 957 millions de dollars pour le trimestre, ce qui représente une
baisse de 257 millions de dollars, ou de 8 %, par rapport à celui du premier
trimestre de l'exercice précédent. La baisse est attribuable à plusieurs
facteurs, notamment la diminution des revenus de transaction, la contraction
des gains sur les titres détenus à des fins autres que de transaction, la
variation de la juste valeur des instruments dérivés utilisés à des fins de
gestion de l'actif et du passif non admissibles à titre de couverture et
l'effet défavorable de la conversion de devises. Ces facteurs ont été
partiellement contrebalancés par une hausse du revenu d'intérêts net sous-
jacent, grâce surtout à une forte croissance interne de l'actif et aux
acquisitions.
    Par suite de l'accroissement substantiel des écarts de taux, surtout en
ce qui a trait aux instruments de crédit structuré, un certain nombre de
titres que la Banque détient à des fins autres que de transaction ont subi une
baisse de leur valeur de marché. Ces placements comprennent les titres adossés
à des créances avec flux groupés et les titres adossés à des prêts avec flux
groupés, les véhicules de placement structuré et le papier commercial non
bancaire adossé à des actifs. Même si la Banque a l'intention de garder ces
instruments de crédit structuré à long terme, elle a comptabilisé des pertes
de valeur avant impôts de 158 millions de dollars sur ces placements, y
compris des pertes de valeur de 44 millions de dollars à l'égard du papier
commercial non bancaire adossé à des actifs. Par ailleurs, les revenus de
transaction tiennent compte d'une perte de 80 millions de dollars relative à
un risque de contrepartie de swaps se rapportant à un assureur spécialisé. Les
actifs sous-jacents aux swaps sont de première qualité. Au cours du trimestre
précédent, la Banque avait subi une perte avant impôts de 191 millions de
dollars sur les instruments de crédit structuré.
    Le total des revenus a diminué de 337 millions de dollars, ou de 10 %,
comparativement à celui du quatrième trimestre, surtout à cause du gain avant
impôts de 202 millions de dollars qui avait été comptabilisé au dernier
trimestre relativement à la restructuration de VISA, de la diminution des
gains sur les titres détenus à des fins autres que de transaction et de la
baisse du revenu de dividende exonéré d'impôts. Ces facteurs ont été
partiellement contrebalancés par une hausse du revenu d'intérêts net sous-
jacent, grâce à une croissance de l'actif.

    Revenu d'intérêts net

    Le revenu d'intérêts net du trimestre (sur une base de mise en
équivalence fiscale) a atteint 1 932 millions de dollars, soit un
accroissement de 51 millions de dollars ou de 3 % par rapport à celui de la
période correspondante de l'exercice précédent. L'avantage conféré par la
forte croissance de l'actif au cours de l'exercice précédent a été contré en
partie par l'impact négatif de la conversion de devises. En outre, le
fléchissement des taux d'intérêt au cours du trimestre écoulé a pesé
lourdement sur la juste valeur des instruments dérivés utilisés à des fins de
gestion de l'actif et du passif qui ne sont pas admissibles à la comptabilité
de couverture.
    Le revenu d'intérêts net (sur la BMEF) est demeuré inchangé par rapport à
celui du trimestre précédent, principalement en raison du fléchissement du
revenu de dividende exonéré d'impôts. Hormis ce facteur, le revenu d'intérêts
net a affiché une hausse considérable de 98 millions de dollars, grâce surtout
à la forte croissance de l'actif durant le trimestre et à l'apport des
acquisitions, facteurs qui ont été en partie contrebalancés par le
resserrement de la marge.
    La marge nette sur intérêts de la Banque s'est établie à 1,79 % au
premier trimestre, contre 1,91 % au premier trimestre de l'exercice précédent
et 1,87 % au trimestre précédent. Le recul de la marge par rapport à celle du
trimestre correspondant de l'exercice précédent est imputable à l'augmentation
des frais de financement de gros et au changement dans la composition des
actifs, en raison surtout de la croissance soutenue des prêts hypothécaires à
l'habitation canadiens à faible rendement, mais à faible risque. Le recul de
la marge par rapport à celle du trimestre précédent a découlé principalement
de la diminution du revenu de dividende exonéré d'impôts.

    Autres revenus

    Les autres revenus ont atteint 1 025 millions de dollars pour le
trimestre, en chute de 308 millions de dollars, ou de 23 %, par rapport à ceux
du premier trimestre de l'exercice précédent. La baisse s'explique
essentiellement par les pertes de transaction subies durant le trimestre,
lesquelles ont découlé en partie d'une dotation à la provision de 80 millions
de dollars relative à un risque de contrepartie de swaps se rapportant à un
assureur spécialisé ainsi que du recul des transactions de titres de capitaux
propres. De plus, les gains nets sur les titres détenus à des fins autres que
de transaction ont fléchi, de même que les commissions de prise ferme.
Cependant, la Banque a enregistré une croissance sur le plan des revenus tirés
des cartes de crédit et des fonds communs de placement, principalement grâce à
l'augmentation des volumes.
    D'un trimestre à l'autre, les autres revenus ont diminué de 337 millions
de dollars, ou de 25 %, en raison surtout du gain relatif à la restructuration
de VISA et du gain à la vente des activités liées aux indices obligataires de
Scotia Capitaux inscrits au cours du trimestre précédent. La diminution des
gains sur les titres détenus à des fins autres que de transaction au cours du
trimestre à l'étude ont également contribué à cette baisse. Ces facteurs ont
été compensés en partie par la diminution des pertes de transaction ainsi que
par la croissance des commissions de crédit et des revenus sur cartes
constatés au cours du trimestre à l'étude.

    Dotation à la provision pour pertes sur créances

    La dotation à la provision pour pertes sur créances s'est chiffrée à
111 millions de dollars pour le trimestre à l'étude, soit une hausse de
48 millions de dollars par rapport à la faible dotation du trimestre
correspondant de l'exercice précédent et de 16 millions de dollars par rapport
à celle du trimestre précédent. L'augmentation par rapport à la dotation du
premier trimestre de 2007 résulte d'une majoration des dotations à la
provision pour pertes sur créances du Réseau canadien et des Opérations
internationales et d'une réduction des reprises nettes pour Scotia Capitaux.
Un exposé plus complet sur le risque de crédit est fourni plus bas.

    Frais autres que d'intérêts et productivité

    Les frais autres que d'intérêts ont totalisé 1 669 millions de dollars au
cours du trimestre, soit 55 millions de dollars ou 3 % de moins qu'au
trimestre correspondant de l'exercice précédent. Cette baisse est avant tout
attribuable à une diminution de la rémunération liée au rendement,
principalement en raison de la chute des revenus de transaction, de la
réduction des charges de rémunération à base d'actions liée au recul du cours
des actions et de la conversion favorable des devises. De plus, les frais de
publicité et les taxes d'affaires ont diminué. Ces facteurs ont été compensés
par l'effet des acquisitions et de l'augmentation des salaires ayant découlé
des initiatives visant la croissance.
    Comparativement à ceux du quatrième trimestre, les frais autres que
d'intérêts du trimestre à l'étude ont fléchi de 123 millions de dollars, ou de
7 %. Cette diminution a été enregistrée parmi la plupart des catégories de
frais, étant donné que les variations saisonnières entraînent une diminution
des charges au premier trimestre. Les frais liés à la rémunération et aux
avantages sociaux ont grimpé en raison de la hausse des salaires, de la
rémunération à base d'actions et des avantages sociaux, hausse qui n'a été que
partiellement neutralisée par la diminution de la rémunération liée au
rendement.
    Le ratio de productivité, mesure de l'efficacité de la Banque, s'est
établi à 56,5 %, contre 53,6 % pour le trimestre correspondant de l'exercice
précédent et 54,4 % pour le trimestre précédent. Le levier d'exploitation -
soit le taux de croissance du total des revenus sur une base de mise en
équivalence fiscale, moins le taux de croissance des frais - enregistré par la
Banque au cours du trimestre à l'étude s'est établi à un pourcentage négatif
de 4,9 % sur douze mois, surtout en raison d'une diminution des revenus de
transaction, des gains nets sur les titres détenus à des fins autres que de
transaction et de la marge nette sur intérêts.

    Impôts

    Le taux d'imposition effectif pour le trimestre écoulé correspond à
18,2 %, en recul par rapport au taux de 21,0 % du premier trimestre de
l'exercice précédent, mais en hausse en regard de celui de 17,1 % du quatrième
trimestre. La diminution relativement au taux d'il y a un an s'explique
principalement par la baisse du taux d'imposition prévu par la loi au Canada
et une montée du revenu de dividende exonéré d'impôts. Par rapport au
trimestre précédent, la Banque a réalisé moins d'économies d'impôt pour ses
établissements étrangers et inscrit une baisse de son revenu de dividende
exonéré d'impôts.

    Gestion du risque

    Les pratiques et politiques de la Banque en matière de gestion du risque
n'ont pas changé par rapport à ce qui est énoncé aux pages 56 à 67 du Rapport
annuel 2007.

    Risque de crédit

    Les conditions de crédit sont demeurées stables sur la plupart des
marchés de crédit de la Banque. La dotation à la provision pour pertes sur
créances s'est élevée à 111 millions de dollars pour le premier trimestre,
contre 63 millions de dollars pour la période correspondante de l'exercice
précédent et 95 millions de dollars pour le trimestre précédent.
    Scotia Capitaux a comptabilisé une reprise nette de 10 millions de
dollars au premier trimestre, contre une reprise nette de 30 millions de
dollars au premier trimestre de l'exercice précédent et une reprise nette de
10 millions de dollars au trimestre précédent. La reprise nette pour le
trimestre à l'étude est surtout consécutive aux reprises de provision à
l'égard des portefeuilles canadien et européen, lesquelles ont été
contrebalancées en partie par une nouvelle provision constituée.
    Les pertes sur créances ont totalisé 91 millions de dollars dans les
portefeuilles du Réseau canadien, en hausse par rapport à celles de
74 millions de dollars du trimestre correspondant de l'exercice précédent et à
celles de 78 millions de dollars du trimestre précédent. Les dotations à la
provision relatives au portefeuille de prêts aux particuliers ont été plus
importantes que celles inscrites à la période correspondante de l'exercice
précédent et au trimestre précédent, ce qui est conforme à la croissance des
portefeuilles et à l'augmentation liée à l'acquisition de Travelers Leasing.
Les dotations à la provision pour le portefeuille commercial ont augmenté
légèrement par rapport à leurs niveaux très bas à la période correspondante de
l'exercice précédent et au trimestre précédent, et ces dotations sont
réparties dans bon nombre de secteurs et plusieurs petits comptes.
    Les dotations à la provision pour pertes sur créances afférentes aux
Opérations internationales se sont établies à 30 millions de dollars pour le
premier trimestre, contre 19 millions de dollars pour le trimestre
correspondant de l'exercice précédent et 27 millions de dollars pour le
trimestre précédent. La majoration des dotations par rapport à celles d'il y a
un an est largement attribuable à l'augmentation des provisions relatives au
portefeuille de prêts aux particuliers, même si le portefeuille commercial a
enregistré une reprise nette plus élevée. L'augmentation des dotations par
rapport à celles du trimestre précédent est essentiellement imputable à la
hausse des provisions relatives au portefeuille de prêts aux particuliers du
Mexique. Les dotations à l'égard de ce portefeuille avaient bénéficié d'une
hausse des reprises au cours des premier et quatrième trimestres de 2007 en
raison de la suppression de certaines provisions qui n'étaient plus
nécessaires.
    Le montant net des prêts douteux, déduction faite de la provision
spécifique pour pertes sur créances, se montait à 689 millions de dollars au
31 janvier 2008, soit une hausse de 88 millions de dollars par rapport à ce
montant au 31 octobre 2007. La provision générale de 1 298 millions de dollars
n'a pas varié depuis le trimestre précédent.
    La Banque est exposée, directement et indirectement, à des assureurs
spécialisés. L'exposition directe à un risque de crédit lié à trois assureurs
spécialisés résulte de certains prêts et de certains instruments dérivés. Le
risque lié à deux de ces assureurs spécialisés est négligeable. La Banque a
acheté une tranche de titres adossés à des créances avec flux groupés de
l'autre assureur spécialisé. Cette tranche se rapporte essentiellement à des
sociétés et à des pays dont la cote de crédit est de première qualité. Au
31 janvier 2008, l'exposition de la Banque au titre de cette transaction,
évaluée à la valeur de marché, s'établissait à 161 millions de dollars. Au
premier trimestre, la Banque a comptabilisé une dotation à la provision de
80 millions de dollars à l'égard de cette exposition, en réduction des revenus
de transaction. L'exposition directe de la Banque aux autres assureurs
spécialisés est négligeable.
    L'exposition indirecte est sous forme de garanties qui améliorent les
transactions financières avec les administrations publiques et d'autres
transactions, lorsque la Banque fournit des facilités de crédit soit à des
émetteurs de titres ou à des entités qui détiennent ces titres. Ces facilités
totalisent 4,4 milliards de dollars US. Les titres liés à ces facilités sont
essentiellement de première qualité, compte non tenu des garanties, et ils
représentent des risques que la Banque aurait pris en charge sans ces
garanties.

    Risque de marché

    La valeur à risque ("VAR") est une mesure clé du risque de marché lié aux
activités de transaction de la Banque. Pour le premier trimestre, la VAR
quotidienne moyenne a été de 16,6 millions de dollars, contre 9,2 millions de
dollars pour le trimestre correspondant de l'exercice précédent. Cette
variation a découlé d'une exposition accrue aux risques liés aux taux
d'intérêt, aux marchandises et aux actions, ainsi que de la volatilité accrue
sur les marchés. La VAR quotidienne moyenne du premier trimestre s'est élevée
à 16,6 millions de dollars, contre 13,2 millions de dollars pour le trimestre
précédent. La hausse s'explique par l'accroissement du risque de taux
d'intérêt et du risque sur marchandises, facteurs qui ont été contrebalancé en
partie par l'amoindrissement du risque sur actions et du risque de change.
L'augmentation de la VAR attribuable au risque de taux d'intérêt découle
surtout des transactions d'instruments de crédit structuré effectuées au cours
du trimestre et de l'amplification de la volatilité du marché susmentionnée.
Au 31 janvier 2008, la VAR atteignait 19,3 millions de dollars, en raison des
transactions d'instruments de crédit structuré.

    
                                               Moyenne pour les trimestres
                                                              terminés les
    -------------------------------------------------------------------------
                                                  31         31         31
    Facteur de risque                        janvier    octobre    janvier
    (en millions de dollars)                    2008       2007       2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Taux d'intérêt                              13,8 $      9,2 $      7,2 $
    Actions                                      4,5        6,1        3,6
    Change                                       0,9        2,4        1,9
    Marchandises                                 2,7        1,5        0,7
    Effet de la diversification                 (5,3)      (6,0)      (4,2)
    -------------------------------------------------------------------------
    VAR à l'échelle de la Banque                16,6 $     13,2 $      9,2 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    

    Des pertes de transaction ont été subies pendant 13 jours au premier
trimestre, contre neuf jours au trimestre précédent. Ces pertes se trouvent
dans les limites prévues par la méthode de la VAR.

    Risque d'illiquidité

    La Banque maintient un avoir considérable en actifs liquides pour
soutenir ses activités. En règle générale, elle peut vendre ces actifs ou les
donner en nantissement en vue d'honorer ses engagements. Au 31 janvier 2008,
les actifs liquides s'élevaient à 114 milliards de dollars, soit 25 % du total
de l'actif, comparativement à 103 milliards de dollars et à 25 % du total de
l'actif au 31 octobre 2007. Ces actifs se composaient de titres à hauteur de
67 %, ainsi que d'espèces et de dépôts auprès d'autres banques à hauteur de
33 % (71 % et 29 %, respectivement, au 31 octobre 2007).
    Dans le cours de ses activités quotidiennes, la Banque affecte des titres
et d'autres actifs en nantissement afin de garantir des obligations, de
participer à des systèmes de compensation ou de règlement ou encore d'exercer
des activités à l'étranger. Elle peut également mettre des titres en pension.
Au 31 janvier 2008, le total des actifs donnés en nantissement ou mis en
pension s'établissait à 73 milliards de dollars, contre 68 milliards de
dollars au 31 octobre 2007. L'augmentation par rapport au trimestre précédent
est attribuable à des niveaux plus élevés de garanties pour les titres mis en
pension.

    Opérations entre apparentés

    Les politiques et procédures de la Banque ayant trait aux opérations
entre apparentés, décrites aux pages 72 et 122 du Rapport annuel 2007, n'ont
pas été modifiées. Les opérations avec des apparentés sont toujours tout
effectuées aux conditions du marché.

    Bilan

    Au 31 janvier 2008, le total de l'actif de la Banque s'élevait à
449 milliards de dollars, soit une croissance de 38 milliards de dollars, ou
de 9 %, par rapport à ce total au 31 octobre 2007, compte tenu de la
conversion de devises d'un montant de 11 milliards de dollars résultant du
fléchissement du cours du dollar canadien. La plupart des catégories de prêts,
notamment les prêts aux particuliers, les prêts commerciaux et les prêts aux
sociétés, ont connu une croissance.
    Le portefeuille de prêts de la Banque a augmenté de 21 milliards de
dollars, ou de 9 %, depuis le 31 octobre 2007, compte tenu d'un écart de
conversion de 5 milliards de dollars, attribuable surtout aux prêts autres
qu'aux particuliers. Pour ce qui est des prêts aux particuliers, les prêts
hypothécaires résidentiels du Réseau canadien se sont accrus de 1 milliard de
dollars, compte tenu d'une titrisation chiffrée à 2 milliards de dollars,
croissance surtout alimentée par une demande toujours à la hausse venant d'un
marché canadien de l'habitation en effervescence. L'acquisition de la Banco
del Desarrollo, au Chili, a contribué à hauteur de 1 milliard de dollars à la
croissance des prêts hypothécaires au cours du trimestre. Les prêts personnels
affichent une augmentation de 2 milliards de dollars en regard de ceux du
trimestre précédent, toutes les régions ayant enregistré une croissance.
    Les prêts aux entreprises et aux administrations publiques ont progressé
de 16 milliards de dollars au cours du trimestre, ou de 12 milliards de
dollars compte non tenu de l'écart de conversion. Les prêts de Scotia Capitaux
ont grimpé de 6 milliards de dollars, tant en ce qui a trait aux prêts aux
entreprises qu'au soutien des opérations de transaction. Le Réseau canadien a
enregistré une croissance de 1 milliard de dollars de ses prêts commerciaux.
Au sein du secteur des Opérations internationales, les prêts aux entreprises
et aux administrations publiques se sont accrus de 7 milliards de dollars.
L'acquisition de Banco del Desarrollo a représenté un apport de 4 milliards de
dollars, et l'Asie et les Antilles, des apports respectifs de 2 milliards de
dollars et de 1 milliard de dollars.
    Les dépôts portant intérêt auprès d'autres banques ont crû de 6 milliards
de dollars durant le trimestre, la Banque ayant accru ses actifs liquides.
    Les titres ont augmenté de 6 milliards de dollars depuis la fin du
trimestre précédent. Les titres disponibles à la vente ont progressé de
5 milliards de dollars, en raison surtout des titres d'administrations
publiques et des titres de sociétés. Les titres détenus à des fins de
transaction se sont accrus de 1 milliard de dollars, presque exclusivement en
raison de la conversion de devises. Au 31 janvier 2008, les gains non réalisés
sur les titres disponibles à la vente se chiffraient à 855 millions de dollars
(compte tenu des montants relatifs aux dérivés et aux couvertures), en baisse
de 122 millions de dollars par rapport à ceux du trimestre précédent,
situation surtout attribuable aux gains réalisés au cours du trimestre, à
l'incidence de la conversion de devises et à la réduction de valeur de
certains titres de créance résultant de l'élargissement des écarts de taux.
    Les titres disponibles à la vente au 31 janvier 2008 comprenaient des
placements de 1 363 millions de dollars dans des titres adossés à des créances
avec flux groupés et des titres adossés à des prêts avec flux groupés, des
placements de 144 millions de dollars dans du papier commercial adossé à des
créances émis par des tiers canadiens et des placements de 23 millions de
dollars dans des véhicules de placement structuré. Le risque lié aux prêts
hypothécaires à risque aux Etats-Unis relativement à ces titres est
négligeable.
    Au 31 janvier 2008, le total du passif de la Banque correspondait à
429 milliards de dollars, en hausse de 37 milliards de dollars ou de 9 % par
rapport à ce total au 31 octobre 2007 ou de 26 milliards de dollars si l'on
exclut un écart de conversion de 11 milliards de dollars. De plus, les
obligations relatives aux titres mis en pension ont augmenté de 5 milliards de
dollars.
    Le total des dépôts a grimpé de 28 milliards de dollars, ou de 10 %, ce
qui comprend 8 milliards de dollars attribuables à la conversion de devises.
Les dépôts des particuliers ont augmenté de 7 milliards de dollars, dont
1 milliard de dollars en raison de l'acquisition de la Banco del Desarrollo et
1 milliard de dollars, de la croissance interne des CPG canadiens. Les dépôts
des entreprises et des administrations publiques ont connu une hausse de
15 milliards de dollars, ce qui comprend 5 milliards de dollars attribuables à
la conversion de devises, surtout pour financer la forte croissance de l'actif
de la Banque au cours du trimestre. Les dépôts auprès d'autres banques ont
aussi grimpé de 6 milliards de dollars par rapport à ceux du trimestre
précédent, particulièrement grâce à une croissance de 5 milliards de dollars
enregistrée dans la région du Pacifique, et en partie par suite de la
conversion de devises.
    Le total des capitaux propres s'est accru de 1 milliard de dollars au
cours du trimestre. Cette hausse est surtout attribuable à l'importance du
capital généré à l'interne, qui s'est élevé à 351 millions de dollars, à
l'émission pour 230 millions de dollars d'actions privilégiées à dividende non
cumulatif et à une somme de 562 millions de dollars comprise dans le cumul des
autres éléments du résultat étendu et qui découle essentiellement des gains de
change non réalisés relativement aux établissements étrangers de la Banque.

    Gestion du capital

    Adoption de l'accord de Bâle révisé

    L'accord de Bâle sur les fonds propres révisé ("Bâle II") est entré en
vigueur pour les banques canadiennes le 1er novembre 2007. Bâle II est conçu
de manière à mieux harmoniser les normes de fonds propres réglementaires avec
le profil de risque de chaque banque en apportant des changements importants
aux exigences de fonds propres pour le risque de crédit et en présentant une
nouvelle charge explicite au titre des fonds propres pour tenir compte du
risque d'exploitation.
    Bâle II préconise deux méthodes principales pour le calcul du risque de
crédit : l'approche standard, qui fait appel à des pondérations prescrites
pour le risque de crédit, et l'approche fondée sur les notations internes, qui
permet l'utilisation de modèles internes d'une banque pour calculer certaines
ou la totalité des données clés qui entrent dans le calcul des fonds propres
réglementaires. Les utilisateurs de l'approche avancée fondée sur les
notations internes (l'"approche NI avancée") doivent avoir des systèmes de
gestion du risque sophistiqués pour calculer les fonds propres réglementaires
pondérés en fonction du risque de crédit, et cette approche est susceptible de
donner des fonds propres réglementaires moins importants que ceux obtenus par
les autres méthodes permises.
    Lorsqu'une banque parvient à prouver sa pleine conformité aux exigences
de l'approche NI avancée et que le BSIF approuve l'utilisation de cette
approche, la banque peut alors l'utiliser pour calculer les fonds propres
requis. Toutefois, afin de limiter une baisse soudaine de l'ensemble des fonds
propres de l'industrie, des fonds propres minimums ont été imposés pour les
deux premières années suivant l'autorisation définitive de l'approche NI
avancée. Un seuil de fonds propres équivalent à 90 % de la formule préconisée
par Bâle I s'applique durant la première année de l'autorisation définitive.
Pour la deuxième année, le seuil passe à 80 % de la formule s'il y a lieu.
    La Banque a reçu une autorisation conditionnelle de la part du BSIF pour
l'utilisation, en date du 1er novembre 2007, de l'approche NI avancée à
l'égard de ses portefeuilles importants du Canada, des Etats-Unis et d'Europe.
Selon les objectifs de la Banque, les autres portefeuilles de crédit seront
soumis à cette approche en novembre 2010. Dans l'intervalle, la Banque
utilisera l'approche standard pour ces portefeuilles. Par ailleurs, elle
utilise actuellement l'approche standard pour calculer le capital requis pour
le risque d'exploitation. La Banque prévoit comptabiliser une réduction du
capital obligatoire pour le deuxième trimestre de 2008.

    Coefficients de capital

    La Banque continue à maintenir un capital qui reflète une situation
solide. Au 31 janvier 2008, le coefficient du capital de catégorie 1 et le
coefficient du capital total aux termes des règles de Bâle II se chiffraient à
9,0 % et à 10,2 %, respectivement, ce qui représente un recul d'environ
30 points de base pour ces deux coefficients depuis le 31 octobre 2007. La
diminution des coefficients est attribuable à la croissance vigoureuse de
l'actif pondéré en fonction du risque dans tous les secteurs d'activité,
laquelle croissance n'a été que partiellement contrebalancée par les capitaux
autogénérés, ainsi qu'à l'émission pour 230 millions de dollars d'actions
privilégiées à dividende non cumulatif et pour 394 millions de dollars de
débentures subordonnées. L'adoption de Bâle II a eu un effet négligeable sur
la variation des coefficients de capital pour le trimestre, en raison des
conditions d'autorisation en vigueur.
    Le coefficient des capitaux propres corporels attribuables aux
actionnaires ordinaires était de 7,2 % au 31 janvier 2008 et au 31 octobre
2007.

    Instruments financiers

    Compte tenu de la nature des principales activités commerciales de la
Banque, les instruments financiers occupent une grande place dans le bilan et
font partie intégrante des activités de la Banque. Différentes mesures
reflètent le niveau de risque associé au portefeuille d'instruments financiers
de la Banque. Certaines de ces mesures sont exposées plus en détail ci-dessus,
dans la section intitulée "Gestion du risque".
    Les méthodes servant à établir la juste valeur des instruments financiers
sont présentées aux pages 69 et 70 du Rapport annuel 2007. La direction doit
faire appel à des jugements à l'égard des données d'évaluation lorsque des
données du marché observables ne sont pas disponibles. La direction pose
également un jugement lors du choix des modèles d'évaluation. L'incertitude
relative à ces estimations et à ces jugements pourrait modifier la juste
valeur et les résultats financiers comptabilisés.
    Au cours du trimestre, les variations de la juste valeur des instruments
financiers ont généralement découlé de conditions normales de l'économie, du
secteur et du marché.
    Au 31 janvier 2008, le total du notionnel des instruments dérivés
s'établissait à 1 484 milliards de dollars, contre 1 287 milliards de dollars
au 31 octobre 2007. L'écart est observable parmi la plupart des catégories de
dérivés. Le pourcentage des dérivés détenus à des fins de transaction et celui
des dérivés détenus à des fins autres que de transaction ou à des fins de
gestion de l'actif et du passif sont demeurés généralement inchangés. Le
montant du risque de crédit équivalent, compte tenu de l'incidence des accords
généraux de compensation, s'élevait à 27 milliards de dollars, contre
22 milliards de dollars à la fin de l'exercice précédent.

    Arrangements hors bilan

    Dans le cours normal de ses activités, la Banque conclut des arrangements
contractuels qu'elle n'est pas tenue de consolider dans ses états financiers.
Ces arrangements appartiennent surtout à trois catégories : les entités à
détenteurs de droits variables ("EDDV"), les opérations de titrisation, et les
garanties et autres engagements. Au cours du trimestre, la Banque n'a assumé
aucune obligation contractuelle importante autrement que dans le cadre de ses
activités normales. Aucune modification n'a été apportée aux processus
d'examen et d'approbation de ces arrangements contractuels depuis l'exercice
précédent.
    Au cours du trimestre, la Banque n'a conclu aucun nouvel arrangement
important avec des EDDV qui ne sont pas consolidées dans son bilan.
    La Banque consent des concours de trésorerie ainsi que des améliorations
partielles des termes de crédit, dans certains cas, à des fonds multicédants
émettant du papier commercial, lesquels sont administrés par la Banque et par
des tiers. Ces facilités constituent une source de financement de rechange
lorsqu'un fonds multicédants ne peut émettre du papier commercial ou, parfois,
lorsque certaines conditions convenues ne sont pas respectées ou certains
objectifs de rendement ne sont pas atteints. Les concours de trésorerie
consentis aux fonds multicédants émetteurs de papier commercial totalisaient
21,6 milliards de dollars au 31 janvier 2008, dont une tranche de
19,9 milliards de dollars se rapportait aux fonds multicédants administrés par
la Banque qui ne figuraient pas au bilan. Au 31 janvier 2008, l'encours du
papier commercial que les fonds multicédants administrés par la Banque et ne
figurant pas au bilan avaient émis totalisait 13,5 milliards de dollars. A la
fin du trimestre, la Banque détenait moins de 3 % du papier commercial en
circulation émis par l'ensemble des fonds multicédants. L'exposition de la
Banque aux prêts hypothécaires à risque aux Etats-Unis est négligeable.
    Les concours de trésorerie consentis aux fonds multicédants qui ne sont
pas administrés par la Banque totalisaient 1,7 milliard de dollars, dont une
tranche de 1,6 milliard de dollars était affectée à ceux administrés par des
tiers aux Etats-Unis, et une autre de 95 millions de dollars, à ceux
administrés par des tiers au Canada. Il s'agit d'une baisse par rapport au
montant de 2,4 milliards de dollars inscrit à cet effet au dernier trimestre,
en raison principalement du recul des concours de trésorerie consentis à des
fonds multicédants administrés par des tiers au Canada.
    La Banque peut titriser des prêts hypothécaires à l'habitation afin de
diversifier ses sources de financement, car il s'agit là d'un moyen économique
de financer la croissance de ce portefeuille. Au cours du trimestre, la Banque
a encore titrisé des prêts hypothécaires à l'habitation pour un montant de
555 millions de dollars, ce qui a porté l'encours des prêts hypothécaires
titrisés à 11 165 millions de dollars au 31 janvier 2008, contre
11 631 millions de dollars au 31 octobre 2007.
    Le montant des garanties et des autres engagements indirects a augmenté
de 2 % par rapport au 31 octobre 2007. Les commissions tirées des garanties et
engagements de prêts, inscrites dans les autres revenus, se sont établies à
53 millions de dollars pour le trimestre terminé le 31 janvier 2008,
comparativement à 56 millions de dollars pour le trimestre correspondant de
l'exercice précédent.

    Dividende par action ordinaire

    Lors de sa réunion tenue le 3 mars 2008, le conseil d'administration a
approuvé un dividende trimestriel de 47 cents par action ordinaire. Ce
dividende trimestriel est payable le 28 avril 2008 aux actionnaires inscrits
en date du 1er avril 2008.

    Perspectives

    L'activité économique aux Etats-Unis a ralenti de manière appréciable en
raison du marasme financier provoqué par la crise du crédit hypothécaire à
risque. Malgré un assouplissement sérieux de la politique monétaire et des
incitatifs budgétaires substantiels, la croissance américaine sera sans doute
mitigée d'ici la fin de 2008. De nombreux pays émergents d'Amérique du Sud et
d'Asie afficheront aussi une croissance plus faible durant la prochaine année.
    L'activité économique canadienne a aussi quelque peu ralenti mais elle
sera protégée grâce aux récentes mesures de stimulation monétaires et
budgétaires ainsi que par la demande vive de produits énergétiques et
industriels de la part des économies émergentes.
    Compte tenu du peu de dynamisme de la conjoncture économique actuelle, de
la faiblesse des résultats du premier trimestre et de l'incertitude qui
continue à planer sur les marchés des capitaux, il sera difficile pour la
Banque d'atteindre ses objectifs financiers pour 2008. Toutefois, la
progression des frais de financement déjà enregistrée, la forte croissance des
volumes observée dans nos secteurs d'activité et l'attention accrue que porte
la Banque à la gestion des coûts permettent d'entrevoir une embellie pour le
reste de l'exercice. De plus, la pression engendrée par la rapide ascension du
dollar canadien en 2007 aura un effet nettement moins important au cours du
second semestre de l'exercice. Ces facteurs permettent à la Banque d'avoir
confiance en l'avenir et de maintenir le cap sur les objectifs financiers
établis au début de l'exercice, sachant qu'elle prend les mesures nécessaires
pour affronter ces défis.

    
    Données par secteur d'activité

    Réseau canadien                         Pour les trimestres terminés les
    -------------------------------------------------------------------------
                                                  31         31         31
    (non vérifié) (en millions de dollars)   janvier    octobre    janvier
    (base de mise en équivalence fiscale)(1)    2008       2007       2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Résultat sectoriel
    Revenu d'intérêts net                        991 $      954 $      953 $
    Dotation à la provision pour
     pertes sur créances                          91         78         74
    Autres revenus                               519        663        518
    Frais autres que d'intérêts                  889        927        870
    Charge d'impôts                              157        173        164
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net                                 373 $      439 $      363 $
    Dividendes versés sur
     les actions privilégiées                      6          5          2
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net attribuable aux
     actionnaires ordinaires                     367 $      434 $      361 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    -------------------------------------------------------------------------
    Autres données
    Rendement des capitaux propres(1)           30,6 %     37,0 %     31,1 %
    Actif moyen (en milliards de dollars)        168 $      163 $      146 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    (1) Se reporter à l'analyse des mesures non conformes aux PCGR ci-dessus.
    

    Le Réseau canadien a affiché un bénéfice net attribuable aux actionnaires
ordinaires de 367 millions de dollars pour le trimestre à l'étude, soit une
hausse de 6 millions de dollars, ou de 2 %, par rapport à celui du premier
trimestre de l'exercice précédent, mais en baisse de 66 millions de dollars,
ou de 16 % par rapport à celui du trimestre précédent. Cependant, compte non
tenu du gain de 92 millions de dollars (déduction faite des impôts
applicables) résultant de la restructuration de VISA à l'échelle
internationale comptabilisé au trimestre précédent, le bénéfice net
attribuable aux actionnaires ordinaires a grimpé de 25 millions de dollars, ou
de 7 %.
    L'apport du Réseau canadien a représenté 45 % du bénéfice net de la
Banque pour le trimestre. Le taux de rendement des capitaux propres a été de
30,6 %, contre 31,1 % pour la même période en 2007.
    L'actif moyen avant les titrisations s'est accru de 22 milliards de
dollars, ou de 14 %, par rapport à celui du premier trimestre de l'exercice
précédent, grâce surtout à une croissance de 15 milliards de dollars, ou de
16 %, des prêts hypothécaires à l'habitation. Tous les réseaux de vente ont
enregistré une forte croissance des prêts hypothécaires, laquelle s'est
traduite par un accroissement de la part de marché. Le volume du crédit
renouvelable aux particuliers et celui des prêts aux entreprises ont aussi
augmenté. Les dépôts des particuliers ont progressé de 8 milliards de dollars,
ou de 10 %, de sorte que les gains de la part du marché d'un exercice à
l'autre ont dépassé tous ceux enregistrés dans l'industrie. Non seulement les
dépôts à terme ont augmenté, mais aussi les comptes de chèques et les comptes
d'épargne. Ces derniers se sont accrus grâce surtout à l'acquisition de la
Banque Dundee. Les dépôts autres que de particuliers ont progressé de 7 %,
hausse qui est attribuable tant aux dépôts à terme qu'aux comptes courants. En
regard du trimestre précédent, l'actif moyen avant les titrisations a grimpé
de 5 milliards de dollars, ou de 3 %, en raison principalement de la
croissance des prêts hypothécaires aux particuliers et des prêts commerciaux.
Quant aux dépôts, ils ont augmenté de 4 % grâce à la croissance des dépôts à
terme des particuliers et à l'acquisition de la Banque Dundee.
    Le total des revenus a crû de 39 millions de dollars, ou de 3 %, par
rapport à celui du trimestre correspondant de l'exercice précédent,
principalement sous l'effet de la forte croissance du volume. Exclusion faite
du gain enregistré au trimestre précédent relativement à la restructuration de
VISA, le total des revenus est demeuré pratiquement inchangé, car
l'augmentation du revenu d'intérêts net a été contrebalancée par la baisse des
autres revenus.
    Le revenu d'intérêts net s'est établi à 991 millions de dollars, soit une
hausse de 38 millions de dollars, ou de 4 %, par rapport à celui du premier
trimestre de l'exercice précédent, en raison de la forte croissance du volume
des actifs et des dépôts. La plupart des produits ont enregistré une
croissance moyenne sur le plan du volume, notamment les prêts aux
particuliers, les prêts aux petites entreprises et les prêts commerciaux.
Cette croissance a été partiellement annulée par le recul de la marge sur
intérêts, provoqué par la hausse des taux du financement à court terme, les
besoins accrus pour le financement de gros et la pression concurrentielle
exercée sur les écarts des prêts hypothécaires et des CPG. Par rapport au
trimestre précédent, le revenu d'intérêts net a grimpé de 4 % par suite de
l'élargissement de l'écart entre le taux préférentiel et le taux de
financement. La marge a augmenté de 2 points de base à la suite du recul
récent des taux d'intérêt.
    Pour le trimestre, les autres revenus ont totalisé 519 millions de
dollars, pratiquement le même montant qu'au trimestre correspondant de
l'exercice précédent. L'accroissement des revenus tirés des opérations de
change et des revenus sur cartes a été partiellement annulé par les réductions
de valeur nette de titres et la baisse des revenus de gestion de patrimoine.
Ces revenus ont surtout diminué dans le courtage de plein exercice en raison
du ralentissement des marchés, bien que les revenus tirés des services tarifés
liés aux fonds communs de placement et générés par le Groupe de gestion privée
aient augmenté. Par rapport au trimestre précédent, les autres revenus ont
chuté de 22 %, principalement en raison du gain relatif à la restructuration
de Visa constaté au cours du trimestre précédent et des pertes de valeur nette
de titres inscrites pour le trimestre à l'étude.
    La dotation à la provision pour pertes sur créances s'est établie à
91 millions de dollars pour le trimestre, en hausse de 74 millions de dollars
par rapport à celle de la même période l'an dernier et de 78 millions de
dollars comparativement à celle du trimestre précédent. L'augmentation des
dotations à la provision dans les portefeuilles de prêts aux particuliers a
reflété la croissance du portefeuille. Les dotations à la provision relatives
au crédit-bail automobile ont également augmenté en raison de l'acquisition de
Travelers Leasing. Les dotations à la provision pour le portefeuille
commercial ont augmenté légèrement par rapport à leurs niveaux très bas à la
période correspondante de l'exercice précédent et au trimestre précédent, et
ces dotations sont réparties dans bon nombre de secteurs et plusieurs petits
comptes.
    Les frais autres que d'intérêts ont augmenté de 2 % en regard de ceux du
premier trimestre de l'exercice précédent, partiellement à cause de
l'acquisition de la Banque Dundee et de Travelers Leasing, du lancement de
nouvelles succursales et de l'embauche de personnel de vente en 2007, et des
autres initiatives de croissance. Les frais autres que d'intérêts ont fléchi
de 4 % par rapport à ceux du trimestre précédent, en raison d'une baisse des
dépenses affectées à des projets et de la fluctuation saisonnière des
activités. Ce fléchissement a été partiellement annulé par l'incidence des
augmentations salariales annuelles et de l'acquisition de la Banque Dundee.

    
    Opérations internationales              Pour les trimestres terminés les
    -------------------------------------------------------------------------
                                                  31         31         31
    (non vérifié) (en millions de dollars)   janvier    octobre    janvier
    (base de mise en équivalence fiscale)(1)    2008       2007       2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Revenu du secteur d'activité
    Revenu d'intérêts net                        731 $      710 $      670 $
    Dotation à la provision pour
     pertes sur créances                          30         27         19
    Autres revenus                               309        380        297
    Frais autres que d'intérêts                  568        582        562
    Charge d'impôts                              122         89         43
    Participation sans contrôle dans
     le bénéfice net des filiales                 31         33         25
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net                                 289 $      359 $      318 $
    Dividendes versés sur
     les actions privilégiées                      7          6          2
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net attribuable aux
     actionnaires ordinaires                     282 $      353 $      316 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    -------------------------------------------------------------------------
    Autres données
    Rendement des capitaux propres(1)           19,6 %     21,3 %     22,2 %
    Actif moyen (en milliards de dollars)         70 $       65 $       65 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    (1) Se reporter à l'analyse des mesures non conformes aux PCGR ci-dessus.
    

    Le bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires du secteur
Opérations internationales pour le premier trimestre a atteint 282 millions de
dollars, ce qui représente une diminution de 34 millions de dollars ou de 11 %
par rapport à celui du premier trimestre de l'exercice précédent et de
71 millions de dollars, ou de 20 %, par rapport à celui du trimestre
précédent. Exclusion faite du gain après impôts de 71 millions de dollars
relativement à la restructuration de VISA à l'échelle internationale, le
bénéfice net a été stable en regard de celui du trimestre précédent. Le
principal facteur attribuable à la diminution par rapport au trimestre
correspondant de 2007 est l'incidence négative de la conversion de devises,
laquelle s'est chiffrée à 39 millions de dollars. Sans ce facteur, le bénéfice
net aurait augmenté de 5 millions de dollars. Cette augmentation modeste
reflète tout de même la forte croissance du volume à l'échelle du secteur.
Toutefois, l'effet bénéfique de nos acquisitions a été contrebalancé par une
hausse de la dotation à la provision pour pertes sur prêts aux particuliers et
de la charge d'impôts au Mexique, ainsi que par la variation de la juste
valeur de certains titres ayant découlé de l'élargissement des écarts de taux.
    Le secteur a contribué pour 35 % du total du bénéfice net de la Banque et
il a affiché un rendement des capitaux propres de 19,6 %.
    L'actif moyen de 70 milliards de dollars représente une croissance de
5 milliards de dollars, ou de 7 %, par rapport à celui de l'exercice
précédent, malgré l'effet défavorable, à hauteur de 16 %, de la conversion de
devises. Cette augmentation est attribuable à l'acquisition au Chili, à la
hausse de 20 % des prêts aux entreprises, principalement en Asie, et à la
croissance robuste des prêts hypothécaires et des prêts sur cartes,
respectivement de 24 % et de 30 %. La croissance interne des dépôts à faible
coût, à hauteur de 12 %, a également été appréciable. Comparativement à celui
du trimestre précédent, l'actif moyen a progressé de 5 milliards de dollars,
ou de 7 %, en raison des mêmes facteurs.
    Le total des revenus s'est chiffré à 1 040 millions de dollars au cours
du trimestre, en hausse de 73 millions de dollars, ou de 8 %, par rapport à
celui du trimestre correspondant de 2007, malgré l'incidence défavorable, d'un
montant de 145 millions de dollars, de la conversion de devises.
Comparativement à ceux du trimestre précédent, les revenus ont fléchi de
50 millions de dollars, surtout en raison des gains découlant de la
restructuration de VISA à l'échelle internationale inscrits le trimestre
précédent.
    Le revenu d'intérêts net s'est élevé à 731 millions de dollars pour le
trimestre, en hausse de 61 millions de dollars, ou de 9 %, par rapport à celui
du trimestre correspondant de 2007 et de 21 millions de dollars, ou de 3 %, en
regard de celui du trimestre précédent, compte tenu de l'incidence défavorable
de la conversion de devises, chiffrée respectivement à 103 millions de dollars
et à 16 millions de dollars. Cette performance résulte d'une croissance
interne très importante des prêts dans l'ensemble du secteur et des
acquisitions réalisées. Les marges nettes sur intérêts se sont accrues par
rapport à celles du premier trimestre de 2007, mais ont rétréci en regard de
celles du trimestre précédent principalement à cause d'une diminution des
marges au Mexique et au Pérou.
    Les autres revenus ont grimpé de 12 millions de dollars, ou de 4 %, par
rapport à ceux du trimestre correspondant de 2007 pour atteindre 309 millions
de dollars, malgré une réduction de 42 millions de dollars attribuable à la
conversion de devises. Cette hausse a découlé des acquisitions, de
l'accroissement des gains sur les titres détenus à des fins autres que de
transaction en Amérique du Sud et de la croissance généralisée des autres
revenus liés aux opérations. Ces facteurs ont été contrebalancés par la
variation négative de la juste valeur de certains titres détenus à des fins
autres que de transaction. Comparativement à ceux du trimestre précédent, les
autres revenus ont reculé de 71 millions de dollars en raison des gains de
91 millions de dollars inscrits le trimestre précédent relativement à la
restructuration de VISA à l'échelle internationale. La croissance sous-jacente
est attribuable aux facteurs responsables de la croissance enregistrée par
rapport au premier trimestre de 2007.
    La dotation à la provision pour pertes sur créances s'est élevé à
30 millions de dollars pour le premier trimestre, soit 11 millions de dollars
de plus que celle du premier trimestre de 2007 et 3 millions de dollars de
plus que celle du trimestre précédent. L'augmentation s'explique par
l'accroissement des provisions du Mexique, des Antilles et de l'Amérique
centrale, bien que celles du Pérou et de l'Asie aient reculé. Dans l'ensemble,
le ratio des pertes sur créances du secteur s'est établi à 27 points de base,
ce qui est conforme aux niveaux du trimestre précédent.
    Les frais autres que d'intérêts se sont établis à 568 millions de dollars
pour le trimestre à l'étude, en hausse de 1 % ou de 6 millions de dollars par
rapport à ceux du trimestre correspondant de 2007. Cette hausse comprend
l'incidence favorable de la conversion de devises à hauteur de 72 millions de
dollars ainsi qu'une augmentation de 25 millions de dollars attribuable aux
acquisitions. Le reste de la hausse est attribuable à l'accroissement des
charges de rémunération engagées en raison de l'expansion des activités et de
l'ouverture de nouvelles succursales, ainsi qu'à la progression de la
rémunération liée au rendement au Mexique. Comparativement à ceux du trimestre
précédent, les frais autres que d'intérêts se sont contractés de 14 millions
de dollars, ou de 3 %, grâce au recouvrement de frais en Amérique du Sud et à
la diminution des frais de publicité et d'occupation. En revanche, les charges
liées à la rémunération et aux avantages sociaux ont monté.
    Le taux d'imposition effectif a été de 27,6 % pour le trimestre, contre
11,1 % pour le premier trimestre de 2007 et 18,4 % pour le trimestre
précédent. Ces augmentations s'expliquent par la hausse du taux d'imposition
effectif au Mexique à la suite de l'utilisation complète des reports
prospectifs de pertes fiscales et par la diminution des économies d'impôts
futurs estimatives attribuables à d'autres facteurs fiscaux. En outre, le
bénéfice dégagé dans les territoires où le taux d'imposition est faible s'est
amoindri, principalement en Asie, les chiffres du trimestre précédent ayant
bénéficié du taux d'imposition le plus bas sur les gains relatifs à Visa.


    
    Scotia Capitaux                         Pour les trimestres terminés les
    -------------------------------------------------------------------------
                                                  31         31         31
    (non vérifié) (en millions de dollars)   janvier    octobre    janvier
    (base de mise en équivalence fiscale)(1)    2008       2007       2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Résultat sectoriel
    Revenu d'intérêts net                        274 $      364 $      269 $
    Dotation à la provision pour
     pertes sur créances                         (10)       (10)       (30)
    Autres revenus                               131        156        361
    Frais autres que d'intérêts                  191        225        259
    Charge d'impôts                               33         76        105
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net                                 191 $      229 $      296 $
    Dividendes versés sur
     les actions privilégiées                      4          3          2
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net attribuable aux
     actionnaires ordinaires                     187 $      226 $      294 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    -------------------------------------------------------------------------
    Autres données
    Rendement des capitaux propres(1)           22,6 %     24,2 %     30,7 %
    Actif moyen (en milliards de dollars)        157 $      150 $      150 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    (1) Se reporter à l'analyse des mesures non conformes aux PCGR ci-dessus.
    

    La contribution de Scotia Capitaux au bénéfice net attribuable aux
actionnaires ordinaires s'est chiffrée à 187 millions de dollars pour le
trimestre, en baisse de 107 millions de dollars, ou de 36 %, par rapport à la
contribution pour le même trimestre de 2007 et de 39 millions de dollars, ou
de 17 %, par rapport à celle du trimestre précédent. Ces baisses s'expliquent
surtout par une diminution des revenus de transaction, même si les frais ont
régressé. Le rendement des capitaux propres, à 22,6 %, a été inférieur à
l'excellent ratio obtenu pour le premier trimestre de 2007, qui avait été
soutenu par la forte montée des revenus de transaction et les recouvrements
d'intérêts et les reprises de pertes sur prêts. Le rendement des capitaux
propres pour le trimestre a été légèrement inférieur au ratio du trimestre
précédent. La contribution de Scotia Capitaux a représenté 23 % de l'ensemble
des résultats de la Banque.
    L'actif total moyen a augmenté de 5 % par rapport à celui de la période
correspondante de l'exercice précédent, s'établissant à 157 milliards de
dollars. Les titres et les prêts du portefeuille de transaction se sont accrus
de 6 milliards de dollars, permettant ainsi de soutenir les activités des
clients et les possibilités de transaction. En outre, la moyenne des prêts et
des acceptations aux sociétés a grimpé de 4 milliards de dollars, ou de 12 %,
pour l'ensemble des établissements, principalement grâce à la croissance des
prêts de première qualité. Ces hausses ont été partiellement annulées par une
réduction nette de 3 milliards de dollars des titres pris en pension et des
dépôts auprès des autres banques. L'augmentation de l'actif de 7 milliards de
dollars, ou de 5 %, par rapport à celui du trimestre précédent reflète la
croissance tant des actifs de transaction que des actifs liés à des prêts aux
sociétés, bien que les titres pris en pension aient diminué.
    Le total des revenus a atteint 405 millions de dollars, en baisse de
225 millions de dollars, ou de 36 %, par rapport à celui du premier trimestre
de l'exercice précédent. L'écart traduit un recul considérable des revenus du
secteur Marchés des capitaux mondiaux, en raison de la conjoncture difficile
pour la négociation des dérivés et des actions et il tient compte d'une perte
de 42 millions de dollars sur les instruments de crédit structuré et d'une
perte de 80 millions de dollars relative au risque de contrepartie de swaps se
rapportant à un assureur spécialisé. En outre, les revenus des Services
bancaires aux sociétés et services bancaires d'investissement mondiaux se sont
amenuisés par suite d'une diminution des recouvrements d'intérêts sur les
prêts douteux et d'une baisse des commissions de crédit et des honoraires de
consultation. La régression de 115 millions de dollars ou de 22 % par rapport
à ceux du trimestre précédent est principalement imputable à une diminution du
revenu de dividende exonéré d'impôts, des revenus de transaction sur les
actions et des gains réalisés sur les titres aux Etats-Unis et en Europe.
    Le revenu d'intérêts net s'est établi à 274 millions de dollars, soit une
légère hausse par rapport à celui de la période correspondante de 2007. Une
augmentation modeste des intérêts, attribuable à l'accroissement des activités
de transaction et à l'augmentation des prêts, a été partiellement
contrebalancée par une baisse des commissions de montage de prêts et des
recouvrements d'intérêts sur les prêts douteux. La diminution en regard du
trimestre précédent tient essentiellement à une baisse du revenu de dividende
exonéré d'impôts.
    Au cours du trimestre, la reprise nette sur les provisions a atteint
10 millions de dollars, contre une reprise nette de 30 millions de dollars au
trimestre correspondant de l'exercice précédent et une reprise de 10 millions
de dollars au trimestre précédent. Les reprises nettes réalisées pour le
trimestre à l'étude l'ont été au Canada et en Europe, alors que celles
réalisées pour les périodes de comparaison l'avaient été principalement aux
Etats-Unis.
    Les autres revenus ont totalisé 131 millions de dollars, soit une forte
baisse de 230 millions de dollars ou de 64 % par rapport à ceux du trimestre
correspondant de 2007. Le secteur Marchés des capitaux mondiaux a enregistré
une diminution de 200 millions de dollars, car les revenus de transaction sur
les dérivés et les actions ont énormément reculé en raison de la conjoncture
difficile. Ces montants tiennent compte d'une perte de valeur de 80 millions
de dollars relative à un risque de contrepartie de swaps se rapportant à un
assureur spécialisé. Par contre, les opérations sur métaux précieux et les
transactions de titres à revenu fixe ont continué à dégager des revenus
importants, tandis que les opérations de change ont généré des revenus
records. Les autres revenus du secteur Services bancaires aux sociétés et
services bancaires d'investissement mondiaux ont régressé de 20 % sous l'effet
d'une diminution des commissions de crédit, des honoraires de consultation et
des gains sur titres. Par rapport au trimestre précédent, les autres revenus
ont fléchi de 16 %, principalement à cause d'une contraction des gains sur
titres. Du côté du secteur Marchés des capitaux mondiaux, les revenus records
tirés des opérations de change et la croissance des transactions sur les
titres à revenu fixe ont nettement compensé l'incidence du gain à la vente des
activités liées aux indices obligataires qui avait été inscrit au trimestre
précédent.
    Les frais autres que d'intérêts pour le trimestre se sont établis à
191 millions de dollars, soit 68 millions de dollars, ou 26 %, de moins que
ceux du trimestre correspondant de l'exercice précédent, grâce surtout à une
diminution de la rémunération liée au rendement, des primes d'embauche et du
coût des régimes de retraite et des autres avantages sociaux. Par rapport au
trimestre précédent, l'augmentation du coût des régimes de retraite et des
autres avantages sociaux a plus ou moins annulé l'effet de la réduction de la
rémunération liée au rendement et des primes d'embauche.

    
    Autres(1)                               Pour les trimestres terminés les
    -------------------------------------------------------------------------
                                                  31         31         31
    (non vérifié) (en millions de dollars)   janvier    octobre    janvier
    (base de mise en équivalence fiscale)(2)    2008       2007       2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Résultat sectoriel
    Revenu d'intérêts net(3)                    (182)$     (312)$    (116) $
    Autres revenus                                66        163       157
    Frais autres que d'intérêts                   21         58        33
    Charge d'impôts(3)                          (119)      (134)      (35)
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net                                 (18)$      (73)$      43 $
    Dividendes versés sur
     les actions privilégiées                      4          2         2
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net (perte) attribuable
     aux actionnaires ordinaires                 (22)$      (75)$      41 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    -------------------------------------------------------------------------
    Autres données
    Actif moyen (en milliards de dollars)         34 $       31 $      30 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    (1) Comprend les revenus de toutes les autres petites unités
        d'exploitation et les redressements du siège social, tels que
        l'élimination de la majoration du revenu exempt d'impôt déclarée dans
        le revenu d'intérêts net et la charge d'impôts, les écarts entre les
        montants réels des coûts engagés et ceux imputés aux unités
        d'exploitation, et l'incidence des titrisations.
    (2) Se reporter à l'analyse des mesures non conformes aux PCGR ci-dessus.
    (3) Compte tenu de l'élimination de la majoration du revenu exonéré
        d'impôts présentée dans le revenu d'intérêts net et la charge
        d'impôts des trimestres terminés le 31 janvier 2008 (118 $), le
        31 octobre 2007 (216 $) et le 31 janvier 2007 (105 $), pour en
        arriver aux montants comptabilisés dans l'état consolidé des
        résultats.
    

    La perte attribuable aux actionnaires ordinaires s'est établie à
22 millions de dollars pour le premier trimestre, soit une amélioration de
53 millions de dollars par rapport au résultat du trimestre précédent, mais
une baisse de 63 millions de dollars par rapport à celui du premier trimestre
de 2007.
    Le revenu d'intérêts net et la charge d'impôts tiennent compte de
l'élimination de la majoration du revenu exonéré d'impôts. Ce montant est
inclus dans les résultats des secteurs d'exploitation, lesquels sont présentés
selon une base de mise en équivalence fiscale. L'élimination s'est chiffrée à
118 millions de dollars pour le trimestre à l'étude, contre 216 millions de
dollars pour le trimestre précédent et 105 millions de dollars pour le
trimestre correspondant de 2007.
    Le revenu d'intérêts net s'est accru de 130 millions de dollars
comparativement au trimestre précédent, surtout en raison de l'élimination
d'une majoration moins élevée du revenu exonéré d'impôts. Par rapport au
trimestre correspondant de 2007, le revenu d'intérêts net a diminué de
66 millions de dollars par suite de la variation de la juste valeur des
instruments dérivés servant à la gestion de l'actif et du passif et à cause
d'un accroissement de la majoration du revenu exonéré d'impôts.
    Les autres revenus ont totalisé 66 millions de dollars, en baisse de
97 millions de dollars par rapport à ceux du trimestre précédent et de
91 millions de dollars par rapport à ceux du trimestre correspondant de 2007.
Ces baisses s'expliquent surtout par une diminution des gains sur les titres
détenus à des fins autres que de transaction, compte tenu des pertes de
valeur, malgré une hausse des revenus de titrisation.
    Les frais autres que d'intérêts du trimestre, qui se sont chiffrés à
21 millions de dollars, ont enregistré une baisse de 37 millions de dollars
par rapport à ceux du trimestre précédent et de 12 millions de dollars par
rapport à ceux du premier trimestre de 2007. La baisse en regard du trimestre
précédent résulte essentiellement d'une hausse des frais de litige au cours du
trimestre précédent.


    
    Total

                                           Pour les trimestres terminés les
    -------------------------------------------------------------------------
    (non vérifié)                          31             31             31
    (en millions                      janvier        octobre        janvier
     de dollars)                         2008           2007           2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Revenu des secteurs d'activité
    Revenu d'intérêts net               1 814 $        1 716 $        1 776 $
    Dotation à la provision pour
     pertes sur créances                  111             95             63
    Autres revenus                      1 025          1 362          1 333
    Frais autres que d'intérêts         1 669          1 792          1 724
    Charge d'impôts                       193            204            277
    Participation sans contrôle dans
     le bénéfice net des filiales          31             33             25
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net                          835 $          954 $        1 020 $
    Dividendes versés sur les actions
     privilégiées                          21             16              8
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net attribuable aux
     actionnaires ordinaires              814 $          938 $        1 012 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    -------------------------------------------------------------------------
    Autres données
    Rendement des capitaux propres(1)    18,3 %         21,0 %       22,1%(2)
    Actif moyen (en milliards de
     dollars)                             429 $          409 $         391 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    (1) Se reporter à l'analyse des mesures non conformes aux PCGR ci-dessus.
    (2) Certains chiffres correspondants du présent rapport trimestriel ont
        été retraités pour que leur présentation soit conforme à celle du
        trimestre à l'étude.


    Faits saillants par secteur géographique

                                           Pour les trimestres terminés les
    -------------------------------------------------------------------------
                                           31             31             31
                                      janvier        octobre        janvier
    (non vérifié)                        2008           2007           2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net attribuable aux
     actionnaires ordinaires (en
     millions de dollars)
    Canada                               494 $           560 $          544 $
    Etats-Unis                            22              97            163
    Mexique                               63             122            147
    Autres pays                          252             237            212
    Redressements du siège social        (17)            (78)           (54)
    -------------------------------------------------------------------------
                                         814 $           938 $        1 012 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Actif moyen (en milliards de
     dollars)
    Canada                               285 $           278 $         252 $
    Etats-Unis                            29              27            33
    Mexique                               20              20            22
    Autres pays                           86              77            77
    Redressements du siège social          9               7             7
    -------------------------------------------------------------------------
                                         429 $           409 $         391 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------



    Chiffres clés pour les trimestres

                                          Pour les trimestres terminés les
    -------------------------------------------------------------------------
                                     31       31       31       30      31
                                   janv.     oct. juillet    avril    janv.
                                   2008     2007     2007     2007     2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Total des revenus (en
     millions de dollars)         2 839 $  3 078 $  3 201 $  3 102 $  3 109 $
    Total des revenus (BMEF(1))
     (en millions de dollars)     2 957    3 294    3 302    3 211    3 214
    Bénéfice net (en millions
     de dollars)                    835      954    1 032    1 039    1 020
    Bénéfice de base par action
     (en dollars)                  0,83     0,95     1,03     1,04     1,02
    Bénéfice dilué par
     action (en dollars)           0,82     0,95     1,02     1,03     1,01
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


                          Pour les trimestres terminés les
    -------------------------------------------------------
                                     31       31       30
                                    oct. juillet    avril
                                   2006     2006     2006
    -------------------------------------------------------
    Total des revenus (en
     millions de dollars)         2 868 $  2 889 $  2 717 $
    Total des revenus (BMEF(1))
     (en millions de dollars)     2 999    2 989    2 830
    Bénéfice net (en millions
     de dollars)                    897      936      894
    Bénéfice de base par action
     (en dollars)                  0,90     0,94     0,90
    Bénéfice dilué par
     action (en dollars)           0,89     0,93     0,89
    -------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------

    (1) Se reporter à l'analyse des mesures
        non conformes aux PCGR à la page 6.


    Données sur les actions

                                                                         Au
    -------------------------------------------------------------------------
                                                                 31 janvier
    (en milliers d'actions en circulation)                             2008
    -------------------------------------------------------------------------
    Actions ordinaires                                             985 418(1)
    -------------------------------------------------------------------------
    Actions privilégiées Série 12                                   12 000(2)
    Actions privilégiées Série 13                                   12 000(3)
    Actions privilégiées Série 14                                   13 800(4)
    Actions privilégiées Série 15                                   13 800(5)
    Actions privilégiées Série 16                                   13 800(6)
    Actions privilégiées Série 17                                    9 200(7)
    -------------------------------------------------------------------------
    Titres fiduciaires Série 2000-1 émis par
     Fiducie de Capital Scotia                                         500(8)
    Titres fiduciaires Série 2002-1 émis par
     Fiducie de Capital Banque Scotia                                  750(9)
    Titres fiduciaires Série 2003-1 émis par
     Fiducie de Capital Banque Scotia                                  750(9)
    Titres fiduciaires Série 2006-1 émis par
     Fiducie de Capital Banque Scotia                                  750(9)
    -------------------------------------------------------------------------
    Billets secondaires de la Fiducie Banque Scotia -
     Série A, émis par la Fiducie de billets secondaires
     Banque Scotia                                                   1 000(9)
    -------------------------------------------------------------------------
    Options en cours attribuées aux termes des régimes
     d'options sur actions pour l'achat d'actions ordinaires    28 461(1)(10)
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1)  Au 19 février 2008, le nombre d'actions ordinaires en circulation et
         le nombre d'options en cours se chiffraient respectivement à 985 518
         et à 28 360. Le nombre des autres titres de ce tableau demeure
         inchangé.
    (2)  Ces actions donnent droit à un dividende trimestriel en espèces
         privilégié non cumulatif de 0,328125 $ par action.
    (3)  Ces actions donnent droit à un dividende trimestriel en espèces
         privilégié non cumulatif de 0,30 $ par action.
    (4)  Ces actions donnent droit à un dividende trimestriel en espèces
         privilégié non cumulatif de 0,28125 $ par action.
    (5)  Ces actions donnent droit à un dividende trimestriel en espèces
         privilégié non cumulatif de 0,28125 $ par action.
    (6)  Ces actions donnent droit à un dividende trimestriel en espèces
         privilégié non cumulatif de 0,328125 $ par action, à l'exception du
         dividende initial payé le 29 janvier 2008, qui a été de 0,39195 $
         par action.
    (7)  Ces actions donnent droit à un dividende trimestriel en espèces
         privilégié non cumulatif de 0,35 $ par action, à l'exception du
         dividende initial, lorsqu'un tel dividende sera déclaré le cas
         échéant, payable le 28 avril 2008, qui sera de 0,33753 $ par action.
    (8)  Présentés dans les obligations au titre des instruments de capitaux
         propres au bilan consolidé.
    (9)  Présentés dans les dépôts au bilan consolidé.
    (10) Comprend 17 712 options d'achat d'actions assorties de droits à la
         plus-value des actions ("composante DPV").

    On trouvera plus de renseignements, y compris les caractéristiques de
    convertibilité, aux notes 13, 14 et 16 des états financiers consolidés
    du 31 octobre 2007 publiés dans le Rapport annuel 2007, et à la
    note 5 figurant plus loin.

    Conventions et estimations comptables

    Les états financiers consolidés intermédiaires ont été dressés
conformément aux principes comptables généralement reconnus du ("PCGR")
Canada. Il est recommandé de se reporter à la note 1 afférente aux états
financiers consolidés annuels de 2007 pour obtenir de plus amples
renseignements sur les importants principes comptables utilisés pour
l'établissement de ces états financiers. Aucune convention comptable ayant des
conséquences importantes n'a été adoptée par la Banque au cours du premier
trimestre de 2008.
    Les principales hypothèses et bases sur lesquelles reposent les
estimations faites par la direction conformément aux PCGR de même que leur
incidence sur les chiffres présentés dans les états financiers consolidés
intermédiaires et les notes y afférentes demeurent essentiellement les mêmes
que celles décrites dans le Rapport annuel 2007.


    Etat consolidé des résultats

                                           Pour les trimestres terminés les
    -------------------------------------------------------------------------
    (non vérifié)                          31             31             31
    (en millions                      janvier        octobre        janvier
     de dollars)                         2008           2007           2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Revenu d'intérêts
    Prêts                               3 825 $        3 668 $        3 377 $
    Titres                              1 168          1 071          1 131
    Titres pris en pension                229            320            330
    Dépôts auprès d'autres banques        319            303            251
    -------------------------------------------------------------------------
                                        5 541          5 362          5 089
    -------------------------------------------------------------------------
    Frais d'intérêts
    Dépôts                              3 078          2 968          2 526
    Débentures subordonnées                24             23             33
    Obligations au titre des
     instruments de capitaux propres        9             13             13
    Autres                                616            642            741
    -------------------------------------------------------------------------
                                        3 727          3 646          3 313
    -------------------------------------------------------------------------
    Revenu d'intérêts net               1 814          1 716          1 776
    Dotation à la provision pour
     pertes sur créances (note 3)         111             95             63
    -------------------------------------------------------------------------
    Revenu d'intérêts net après la
     dotation à la provision pour
     pertes sur créances                1 703          1 621          1 713
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres revenus
    Revenus sur cartes                     95             92             93
    Services de dépôt et de paiement      207            204            206
    Fonds communs de placement             78             78             68
    Services de gestion des placements,
     de courtage et de fiducie            186            185            188
    Commissions de crédit                 133            126            132
    Revenus de transaction                (44)           (67)           149
    Services de banque d'investissement   164            164            194
    Gain net sur les titres détenus à
     des fins autres que de transaction    20            148            127
    Autres                                186            432            176
    -------------------------------------------------------------------------
                                        1 025          1 362          1 333
    -------------------------------------------------------------------------
    Revenu d'intérêts net et autres
     revenus                            2 728          2 983          3 046
    -------------------------------------------------------------------------
    Frais autres que d'intérêts
     Salaires et avantages sociaux        978            963          1 003
    Locaux et technologie                 327            362            327
    Communications                         75             76             73
    Publicité et prospection               69             94             76
    Honoraires                             45             81             45
    Taxe d'affaires et taxe sur le
     capital                               14             33             39
    Autres frais                          161            183            161
    -------------------------------------------------------------------------
                                        1 669          1 792          1 724
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice avant les éléments
     ci-dessous                         1 059          1 191          1 322
    Charge d'impôts                       193            204            277
    Participation sans contrôle dans
     le bénéfice net des filiales          31             33             25
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net                          835 $          954 $        1 020 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Dividendes versés sur les actions
     privilégiées                          21             16              8
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net attribuable aux
     actionnaires ordinaires              814 $          938 $        1 012 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Nombre moyen d'actions ordinaires
     en circulation
     (en millions)
      De base                             985            983            991
      Dilué                               992            991          1 001
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice par action ordinaire
     (en dollars)
      De base                            0,83 $         0,95 $         1,02 $
      Dilué                              0,82 $         0,95 $         1,01 $
    -------------------------------------------------------------------------
    Dividendes par action ordinaire
     (en dollars)                        0,47 $         0,45 $         0,42 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    Certains chiffres correspondants ont été reclassés pour qu'ils soient
    conformes à la présentation de la période écoulée.

    Les notes ci-jointes font partie intégrante des états financiers
    consolidés intermédiaires.


    Bilan consolidé

                                                               Aux
    -------------------------------------------------------------------------
    (non vérifié)                          31             31             31
    (en millions                      janvier        octobre        janvier
     de dollars)                         2008           2007           2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Actif
    Liquidités
    Trésorerie et dépôts sans
     intérêt auprès d'autres banques    2 816 $        2 138 $        2 508 $
    Dépôts portant intérêt auprès
     d'autres banques                  29 431         23 011         20 277
    Métaux précieux                     4 164          4 046          3 599
    -------------------------------------------------------------------------
                                       36 411         29 195         26 384
    -------------------------------------------------------------------------
    Titres
    Détenus à des fins de
     transaction                       60 702         59 685         64 307
    Disponibles à la vente             32 992         28 426         36 037
    Placements comptabilisés à la
     valeur de consolidation              788            724            171
    -------------------------------------------------------------------------
                                       94 482         88 835        100 515
    -------------------------------------------------------------------------
    Titres pris en pension             20 362         22 542         24 129
    -------------------------------------------------------------------------
    Prêts
    Prêts hypothécaires à
     l'habitation                     105 532        102 154         92 055
    Prêts aux particuliers et sur
     cartes de crédit                  43 513         41 734         39 757
    Prêts aux entreprises et aux
     administrations publiques        101 389         85 500         83 067
    -------------------------------------------------------------------------
                                      250 434        229 388        214 879
    Provision pour pertes sur
     créances (note 3)                  2 451          2 241          2 620
    -------------------------------------------------------------------------
                                      247 983        227 147        212 259
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres
    Engagements de clients
     en contrepartie d'acceptations    12 518         11 538         10 431
    Instruments dérivés                25 217         21 960         12 529
    Terrains, bâtiments et matériel     2 460          2 271          2 344
    Ecart d'acquisition                 1 266          1 134          1 121
    Autres actifs incorporels             273            273            317
    Autres actifs                       8 450          6 615          6 441
    -------------------------------------------------------------------------
                                       50 184         43 791         33 183
    -------------------------------------------------------------------------
                                      449 422 $      411 510 $      396 470 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Passif et capitaux propres
    Dépôts
    Particuliers                      108 219 $      100 823 $       96 823 $
    Entreprises et administrations
     publiques                        175 772        161 229        148 995
    Banques                            32 806         26 406         31 201
    -------------------------------------------------------------------------
                                      316 797        288 458        277 019
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres
    Acceptations                       12 518         11 538         10 431
    Obligations relatives aux titres
     mis en pension                    32 967         28 137         29 612
    Obligations relatives aux titres
     vendus à découvert                13 570         16 039         18 201
    Instruments dérivés                25 046         24 689         12 106
    Autres passifs                     25 333         21 138         25 725
    Participation sans contrôle dans
     les filiales                         548            497            491
    -------------------------------------------------------------------------
                                      109 982        102 038         96 566
    -------------------------------------------------------------------------
    Débentures subordonnées (note 4)    2 150          1 710          2 340
    -------------------------------------------------------------------------
    Obligations au titre des
     instruments de capitaux propres      500            500            750
    -------------------------------------------------------------------------
    Capitaux propres
    Capital-actions
      Actions privilégiées (note 5)     1 865          1 635            945
      Actions ordinaires et surplus
       d'apport                         3 614          3 566          3 520
    Bénéfices non répartis             17 809         17 460         16 376
    Cumul des autres éléments du
     résultat étendu (note 6)          (3 295)        (3 857)        (1 046)
    -------------------------------------------------------------------------
                                       19 993         18 804         19 795
    -------------------------------------------------------------------------
                                      449 422 $      411 510 $      396 470 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    Certains chiffres correspondants ont été reclassés pour qu'ils soient
    conformes à la présentation de la période écoulée.

    Les notes ci-jointes font partie intégrante des états financiers
    consolidés intermédiaires.



    Etat consolidé de la variation des capitaux propres

                                           Pour les trimestres terminés les
    -------------------------------------------------------------------------
                                                          31             31
                                                     janvier        janvier
    (non vérifié) (en millions de dollars)              2008           2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Actions privilégiées
    Solde au début de la période                       1 635 $          600 $
    Emissions                                            230            345
    -------------------------------------------------------------------------
    Solde à la fin de la période                       1 865            945
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Actions ordinaires et surplus d'apport
    Actions ordinaires
    Solde au début de la période                       3 566          3 425
    Emissions                                             48             95
    -------------------------------------------------------------------------
    Solde à la fin de la période                       3 614          3 520
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfices non répartis
    Solde au début de la période                      17 460         15 843
    Effet cumulatif de l'adoption des nouvelles
     conventions comptables                                -          (61)(1)
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
                                                      17 460         15 782
    Bénéfice net                                         835          1 020
    Dividendes : actions privilégiées                    (21)            (8)
                 actions ordinaires                     (463)          (416)
    Autres                                                (2)            (2)
    -------------------------------------------------------------------------
    Solde à la fin de la période                      17 809         16 376
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Cumul des autres éléments du résultat étendu
    Solde au début de la période                      (3 857)        (2 321)
    Effet cumulatif de l'adoption des nouvelles
     conventions comptables                                -           683(1)
    Autres éléments du résultat étendu                   562            592
    -------------------------------------------------------------------------
    Solde à la fin de la période                      (3 295)        (1 046)
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Total des capitaux propres à la fin de la
     période                                          19 993 $       19 795 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


    Etat consolidé du résultat étendu

                                           Pour les trimestres terminés les
    -------------------------------------------------------------------------
                                                          31             31
                                                     janvier        janvier
    (non vérifié) (en millions de dollars)              2008           2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Résultat étendu
    Bénéfice net                                         835 $        1 020 $
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres éléments du résultat étendu, déduction
     faite des impôts sur le bénéfice (note 6)
      Variation nette des pertes de change non
       réalisées                                         885            522
      Variation nette des gains non réalisés sur
       les titres disponibles à la vente                 (60)            48
      Variation nette des gains (pertes) sur les
       instruments dérivés désignés comme couvertures
       de flux de trésorerie                            (263)            22
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres éléments du résultat étendu                   562            592
    -------------------------------------------------------------------------
    Résultat étendu                                    1 397 $        1 612 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    Certains chiffres correspondants ont été reclassés pour qu'ils soient
    conformes à la présentation de la période écoulée.

    (1) Il y a lieu de se reporter à la note 1 pour obtenir une analyse des
        nouvelles conventions comptables portant sur les instruments
        financiers adoptées au premier trimestre de 2007.

    Les notes ci-jointes font partie intégrante des états financiers
    consolidés intermédiaires.


    Etat consolidé condensé des flux de trésorerie

                                                         Pour les trimestres
                                                                terminés les
    -------------------------------------------------------------------------
                                                             31         31
    Provenance (affectation) des flux de trésorerie     janvier    janvier
    (non vérifié) (en millions de dollars)                 2008       2007
    -------------------------------------------------------------------------
    Flux de trésorerie liés aux
     activités d'exploitation
    Bénéfice net                                            835 $    1 020 $
    Ajustements visant à déterminer les flux de
     trésorerie liés aux activités d'exploitation           239        (49)
    Intérêts courus nets à recevoir et à payer              244        118
    Titres détenus à des fins de transaction               (331)    (1 192)
    Actifs dérivés                                       (1 127)       181
    Passifs dérivés                                      (1 742)    (1 178)
    Autres, montant net                                     854       (162)
    -------------------------------------------------------------------------
                                                         (1 028)    (1 262)
    -------------------------------------------------------------------------
    Flux de trésorerie liés aux activités de financement
    Dépôts                                               17 330      7 407
    Obligations relatives aux titres mis en pension       4 229     (4 636)
    Obligations relatives aux
     titres vendus à découvert                           (2 766)     4 650
    Actions privilégiées émises                            230         345
    Actions ordinaires émises                               36          65
    Débentures subordonnées émises                         394           -
    Dividendes versés en espèces                          (484)       (424)
    Autres, montant net                                  1 426         923
    -------------------------------------------------------------------------
                                                        20 395       8 330
    -------------------------------------------------------------------------
    Flux de trésorerie liés
     aux activités d'investissement
    Dépôts portant intérêt auprès d'autres banques      (5 179)     (1 537)
    Titres pris en pension                               2 537       1 576
    Prêts, à l'exclusion des titrisations              (13 510)     (7 749)
    Titrisations de prêts                                  550         848
    Titres détenus à des fins
     autres que de transaction                          (2 035)        166
    Terrains, bâtiments et matériel,
     déduction faite des cessions                          (95)       (120)
    Autres, montant net(1)                              (1 046)        (82)
    -------------------------------------------------------------------------
                                                       (18 778)     (6 898)
    -------------------------------------------------------------------------
    Incidence des fluctuations des taux de change
     sur la trésorerie et les équivalents
     de trésorerie                                          89          58
    -------------------------------------------------------------------------
    Variation nette de la trésorerie et des
     équivalents de trésorerie                             678         228
    Trésorerie et équivalents de trésorerie
     au début de la période                              2 138       2 280
    -------------------------------------------------------------------------
    Trésorerie et équivalents de trésorerie
     à la fin de la période(2)                           2 816 $     2 508 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    Décaissements effectués au
     titres des éléments suivants :
      Intérêts                                           3 653 $     3 794 $
      Impôts sur les bénéfices                             331 $       283 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    Certains montants comparatifs du présent rapport trimestriel ont été
    reclassés pour qu'ils soient conformes à la présentation de la période
    écoulée.

    (1) Pour le trimestre terminé le 31 janvier 2008, comprend des placements
        dans des filiales, déduction faite d'un montant de 35 $ au titre de
        la trésorerie et des équivalents de trésorerie (3 $ au 31 janvier
        2007) et déduction faite d'un montant de néant au titre de la
        contrepartie autre qu'en espèces constituée d'actions ordinaires
        nouvellement émises (4 $ au 31 janvier 2007).
    (2) Représente la trésorerie et les dépôts sans intérêt auprès d'autres
        banques.

    Les notes ci-jointes font partie intégrante des états financiers
    consolidés intermédiaires.


    Notes afférentes aux états financiers consolidés intermédiaires
    (non vérifié)

    Les présents états financiers consolidés intermédiaires ont été dressés
    conformément aux principes comptables généralement reconnus ("PCGR") du
    Canada. Ils doivent être lus conjointement avec les états financiers
    consolidés de l'exercice terminé le 31 octobre 2007. Les principales
    conventions comptables qui ont servi à établir ces états financiers
    consolidés intermédiaires sont conformes à celles que la Banque a
    utilisées dans l'établissement des états financiers consolidés vérifiés
    de fin d'exercice.

    1.  Modifications de conventions comptables

        Aucune nouvelle convention comptable n'a été adoptée au cours de
        l'exercice en cours. Les modifications de conventions comptables sont
        décrites à la note 1 afférente aux états financiers consolidés
        vérifiés de l'exercice 2007 de la Banque.

    2.  Cession de prêts par titrisation

        La Banque titrise des prêts hypothécaires à l'habitation en procédant
        à la création de titres adossés à des créances hypothécaires. Aucune
        perte sur créance n'est prévue, les prêts hypothécaires étant
        assurés. Pour le trimestre terminé le 31 janvier 2008, la moyenne
        pondérée des hypothèses clés utilisées dans la mesure de la juste
        valeur aux dates des opérations de titrisation correspond à un taux
        de remboursement par anticipation de 20 %, à une marge excédentaire
        de 1,1 % et à un taux d'actualisation de 4,3 %. Le tableau qui suit
        présente un sommaire des cessions réalisées par la Banque.

                                            Pour les trimestres terminés les
        ---------------------------------------------------------------------
                                                   31         31         31
                                              janvier    octobre    janvier
        (en millions de dollars)                 2008       2007       2007
        ---------------------------------------------------------------------
        Produit net en espèces(1)                 550 $      992 $      848 $
        Droits conservés                           16         21         32
        Passif de gestion conservé                 (4)        (7)        (7)
        ---------------------------------------------------------------------
                                                  562       1006        873
        Prêts hypothécaires à
         l'habitation titrisés                    555       1010        861
        ---------------------------------------------------------------------
        Gain net (perte) sur la cession             7 $       (4)$       12 $
        ---------------------------------------------------------------------
        ---------------------------------------------------------------------

        (1) Exclut les prêts hypothécaires assurés qui ont été titrisés et
            conservés par la Banque de 1 351 $ pour le trimestre terminé le
            31 janvier 2008 (1 267 $ pour le trimestre terminé le 31 octobre
            2007 et 526 $ pour le trimestre terminé le 31 janvier 2007). Au
            31 janvier 2008, le solde des titres adossés à des créances
            hypothécaires s'élevait à 5 523 $ et ces actifs ont été classés
            comme titres disponibles à la vente.

    3.  Prêts douteux et provision pour pertes sur créances

    a)  Prêts douteux

                                                                 Aux
        ---------------------------------------------------------------------
                                                             31        31
                                                        janvier   octobre
                                                           2008      2007
        ---------------------------------------------------------------------
        (en millions           Montant   Provisions     Montant   Montant
         de dollars)              brut  spécifiques(1)      Net       Net
        ---------------------------------------------------------------------
        Par type de prêts
          Prêts hypothécaires
           à l'habitation          457 $        157 $       300 $     203 $
          Prêts aux particuliers
           et sur cartes de
           crédit                  524          503          21        51
          Prêts aux entreprises
           et aux administrations  861          493         368       347
        ---------------------------------------------------------------------
        Total                    1 842 $      1 153 $       689 $     601 $
        ---------------------------------------------------------------------
        ---------------------------------------------------------------------
        Par pays
          Canada                                            280 $     231 $
          Etats-Unis                                         10         4
          Autres pays                                       399       366
        ---------------------------------------------------------------------
        Total                                               689 $      601 $
        ---------------------------------------------------------------------
        ---------------------------------------------------------------------

        (1) La provision spécifique pour les prêts douteux évaluée sur une
            base individuelle a totalisé 494 $ (383 $ au 31 octobre 2007).


    b)  Provision pour pertes sur créances

        Le tableau qui suit présente un sommaire de la variation de la
        provision pour pertes sur créances :

                                            Pour les trimestres terminés les
        ---------------------------------------------------------------------
                                                   31         31         31
                                              janvier    octobre    janvier
        (en millions de dollars)                 2008       2007       2007
        ---------------------------------------------------------------------
        Solde au début de la période            2 252 $    2 433 $    2 618 $
        Radiations                               (194)      (215)      (168)
        Recouvrements                              51         49         34
        Dotation à la provision pour
         pertes sur créances                      111         95         63
        Autres, y compris le redressement
         de change                                242       (110)        84
        ---------------------------------------------------------------------
        Solde à la fin de la
         période(1)(2)(3)                       2 462 $    2 252 $    2 631 $
        ---------------------------------------------------------------------
        ---------------------------------------------------------------------

        (1) Au 31 janvier 2008, comprend un montant de 177 $ au titre des
            provisions spécifiques liées aux acquisitions de nouvelles
            filiales (54 $ au 31 octobre 2007, 26 $ au 31 janvier 2007),
            lequel pourrait changer au terme de l'évaluation des actifs liés
            aux prêts acquis.
        (2) Au 31 janvier 2008, un montant de 11 $ (11 $ au 31 octobre 2007;
            11 $ au 31 janvier 2007) était inscrit au poste "Autres passifs".
        (3) Au 31 janvier 2008, la provision générale pour pertes sur
            créances se chiffrait à 1 298 $ (1 298 $ au 31 octobre 2007,
            1 323 $ au 31 janvier 2007).

    4.  Débentures subordonnées

        Des débentures subordonnées d'un montant total de 300 millions de
        dollars ont été émises le 31 janvier 2008 et arriveront à échéance le
        31 janvier 2018. Les intérêts sur ces débentures sont payables
        semestriellement à terme échu à partir du 31 juillet 2008, au taux
        annuel de 5,30 % jusqu'au 31 janvier 2013. Du 31 janvier 2013 à
        l'échéance, les intérêts sont payables trimestriellement à un taux
        annuel égal au taux des acceptations bancaires de 90 jours majoré de
        1,90 %, à partir du 30 avril 2013. Ces débentures subordonnés sont
        remboursables en tout temps par la Banque, sous réserve de
        l'approbation écrite du surintendant des institutions financières du
        Canada. Les débentures subordonnées sont admissibles dans le capital
        de catégorie 2B.

        Des débentures subordonnées d'un montant total de 10 milliards de
        yens ont été émises le 20 novembre 2007 et arriveront à échéance le
        20 novembre 2037. Les intérêts sont payables semestriellement à terme
        échu à compter du 20 mai 2008, au taux de 3,015 %. Les débentures
        subordonnées sont remboursables par la Banque le 20 novembre 2017
        sous réserve de l'approbation écrite du surintendant des institutions
        financières du Canada. Ces débentures subordonnées sont admissibles
        dans le capital de catégorie 2B.

    5.  Gestion du capital La Banque s'est donné un cadre de gestion du
        capital afin de mesurer, d'utiliser et de surveiller son capital
        disponible et d'en évaluer la suffisance. Ce cadre de gestion du
        capital vise à atteindre les trois principaux objectifs suivants :
        dépasser les seuils réglementaires et atteindre à long terme les
        cibles internes de capitaux, conserver une cote de crédit élevée et
        accroître le rendement pour les actionnaires de la Banque.

        Le capital est géré conformément à la politique de gestion du
        capital, qui est approuvée par le conseil d'administration. La haute
        direction élabore la stratégie en matière de capital et supervise les
        processus de gestion du capital de la Banque. Les groupes Finance,
        Trésorerie du Groupe et Gestion du risque global de la Banque jouent
        un rôle essentiel dans la mise en oeuvre de la stratégie de la Banque
        en matière de capital et dans la gestion du capital. Le capital est
        géré en fonction de mesures du capital réglementaires et de modèles
        internes.

        Même si la Banque est assujettie à plusieurs exigences en matière de
        capital dans les différents secteurs d'activité et pays dans lesquels
        elle exerce ses activités, la suffisance du capital est gérée sur une
        base consolidée. La Banque prend également des mesures pour s'assurer
        que ses filiales respectent ou dépassent les exigences réglementaires
        en matière de capital au niveau local. Le principal organisme de
        réglementation auquel la Banque doit se conformer à l'égard de la
        suffisance de son capital consolidé est le Bureau du surintendant des
        institutions financières (BSIF) du Canada. Les règles en matière de
        suffisance du capital au Canada sont conformes dans une large mesure
        aux normes internationales fixées par la Banque des règlements
        internationaux. L'accord de Bâle sur les fonds propres révisé
        ("Bâle II") a été adopté par la Banque et les autres banques
        canadiennes pour l'exercice en cours.

        Avec prise d'effet le 1er novembre 2007, les coefficients de capital
        réglementaire sont déterminés conformément au cadre révisé sur les
        fonds propres fondé sur le rapport intitulé "Convergence
        internationale de la mesure et des normes de fonds propres -
        Dispositif révisé", communément appelé Bâle II. Les modifications
        apportées au calcul des fonds propres réglementaires par rapport à
        l'accord précédent (Bâle I) portent essentiellement sur le montant et
        la classification des inclusions et déductions au capital prescrites,
        comme le calcul de la déduction pour provision admissible et la
        déduction pour les sociétés définies (notamment les entités
        d'assurance et les sociétés associées), qui se subdivise maintenant
        en deux catégories de capital. En outre, le calcul de l'actif pondéré
        en fonction du risque a été révisé pour mieux harmoniser les
        paramètres de pondération avec le profil de risque individuel de
        chaque banque, en apportant des modifications importantes aux
        pondérations prescrites pour le risque de crédit, notamment par le
        recours à des mesures internes du risque de crédit et l'introduction
        d'une nouvelle pondération clarifiée pour l'exposition au risque
        d'exploitation. D'une manière générale, les exigences en matière de
        capital qui visent le risque de marché n'ont pas subi de changement.

        Lorsqu'une banque parvient à prouver sa pleine conformité aux
        exigences de l'approche NI avancée et que le BSIF approuve
        l'utilisation de cette approche, la banque peut alors l'utiliser pour
        calculer les fonds propres requis. Toutefois, afin de limiter une
        baisse soudaine de l'ensemble des fonds propres de l'industrie, des
        fonds propres minimums ont été imposés pour les deux premières années
        suivant l'autorisation définitive de l'approche NI avancée. Un seuil
        de fonds propres équivalent à 90 % de la formule préconisée par
        Bâle I s'applique durant la première année de l'autorisation
        définitive. Pour la deuxième année, le seuil passe à 80 % de la
        formule s'il y a lieu.

        La Banque a reçu une autorisation conditionnelle de la part du BSIF
        pour l'utilisation, en date du 1er novembre 2007, de l'approche NI
        avancée à l'égard de ses portefeuilles importants du Canada, des
        Etats-Unis et d'Europe. Selon les objectifs de la Banque, les autres
        portefeuilles de crédit seront soumis à cette approche en novembre
        2010. Dans l'intervalle, la Banque utilisera l'approche standard pour
        ces portefeuilles. Par ailleurs, elle utilise actuellement l'approche
        standard pour calculer le capital requis pour le risque
        d'exploitation.

        Le capital réglementaire total se compose du capital de catégorie 1
        et du capital de catégorie 2 et se présente comme suit :

                                                                 Aux
        ---------------------------------------------------------------------
        (non vérifié)                                31 janvier  31 octobre
        (en millions de dollars)                         2008(1)     2007(1)
        ---------------------------------------------------------------------
        Capitaux propres présentés dans le bilan
         consolidé                                      19 993 $     18 804 $
        Ajouter : Obligations au titre des
                   instruments de capitaux propres
                   - titres de fiducies                  2 750        2 750
                  Participation sans contrôle dans
                   les filiales                            548          497
        Déduire : Ecart d'acquisition                   (1 266)      (1 134)
                  Composantes du cumul des autres
                   éléments du résultat exclues du
                   capital de catégorie 1                 (369)        (692)
                  Autres déductions du capital(2)         (490)           -
        ---------------------------------------------------------------------
        Capital de catégorie 1                          21 166 $     20 225 $
        ---------------------------------------------------------------------
        Débentures subordonnées admissibles,
         déduction faite de l'amortissement              1 859        1 452
        Obligations au titre des instruments de
         capitaux propres - billets de fiducie
         secondaires                                     1 000        1 000
        Autres éléments de capital, montant net(3)        (151)         304
        ---------------------------------------------------------------------
        Capital de catégorie 2                           2 708 $      2 756 $
        ---------------------------------------------------------------------
        Capital réglementaire total                     23 874 $     22 981 $
        ---------------------------------------------------------------------
        ---------------------------------------------------------------------

        (1) Avec prise d'effet le 1er novembre 2007, le capital réglementaire
            est déterminé conformément à l'accord Bâle II. Les chiffres
            correspondants au 31 octobre 2007 ont été déterminé conformément
            à l'accord Bâle I.
        (2) Comprend principalement 50 % des placements dans des sociétés
            définies et acquises après le 1er janvier 2007. Avant le
            1er novembre 2007, l'intégralité des placements dans certaines
            sociétés définies étaient déduits du capital de catégorie 2.
            Depuis le 1er novembre 2007, ces placements acquis après le
            1er janvier 2007 sont désormais séparés entre le capital de
            catégorie 1 et le capital de catégorie 2 à raison de 50 % chacun.
        (3) Comprend principalement le montant au titre de provision
            admissible pour pertes sur créances et les gains nets non
            réalisés après impôts sur les titres disponibles à la vente
            diminué des déductions prescrites, notamment les placements dans
            des sociétés définies.

        On obtient les deux principaux coefficients de capital réglementaire
        servant à évaluer la suffisance du capital, soit le coefficient du
        capital de catégorie 1 et le coefficient du capital total, en
        divisant ces composantes du capital par l'actif pondéré en fonction
        du risque. L'actif pondéré en fonction du risque est obtenu au moyen
        de l'application d'une combinaison de mesures internes du risque de
        crédit de la Banque et des pondérations en fonction du risque
        prescrites par le BSIF à l'exposition au risque d'éléments inscrits
        au bilan ou hors bilan.

        Les coefficients minimaux de capital réglementaire prescrits par le
        BSIF sont de 7 %, dans le cas du capital de catégorie 1, et de 10 %,
        dans le cas du capital total. Au 31 janvier 2008, la Banque dépassait
        ces coefficients minimaux. Le BSIF a également prescrit un ratio
        actif/capital maximal de 20:1. Au 31 janvier 2008, la banque
        respectait ce seuil.

        Opérations importantes portant sur les capitaux propres

        Au premier trimestre de 2007, la Banque a lancé une offre publique de
        rachat dans le cours normal de ses activités visant le rachat d'un
        nombre maximal de 20 millions de ses actions ordinaires, ce qui
        représentait environ 2 % des actions ordinaires en circulation de la
        Banque au 31 décembre 2007. L'offre s'est terminée le 11 janvier
        2008. La Banque n'a pas racheté d'actions ordinaires aux termes de
        cette offre au cours du trimestre.

        Des actions privilégiées de série 17 à dividende non cumulatif
        totalisant 230 millions de dollars ont été émises le 31 janvier 2008.
        Elles donnent droit à un dividende en espèces privilégié non
        cumulatif de 0,35 $ par action, payable trimestriellement lorsqu'un
        tel dividende est déclaré, le cas échéant. Le dividende initial, si
        un tel dividende est déclaré, sera versé le 28 avril 2008 et
        s'établira à 0,33753 $ par action. Sous réserve de l'approbation des
        autorités de réglementation, les actions pourront être rachetées par
        la Banque à compter du 26 avril 2013 moyennant un paiement de 26,00 $
        par action, majoré des dividendes déclarés qui n'auront pas été
        versés à la date alors fixée pour le rachat et, par la suite, d'une
        prime annuelle dégressive jusqu'au 26 avril 2017. Après cette date,
        aucune prime ne sera versée au rachat. Ces actions privilégiées font
        partie du capital de catégorie 1.

    6.  Cumul des autres éléments du résultat étendu

        Les composantes du cumul des autres éléments du résultat étendu au
        31 janvier 2008 et les autres éléments du résultat étendu pour le
        trimestre terminé à cette date se présentent comme suit :

        Cumul des autres éléments du résultat étendu

                                Aux dates indiquées et pour les
                                trimestres terminés à ces dates
        ---------------------------------------------------------
                                  Solde   Variation    Solde de
                            d'ouverture       nette   fermeture
                            -------------------------------------
        (en millions         31 octobre              31 janvier
         de dollars)               2007                    2008
        ---------------------------------------------------------
        Gains de change non
         réalisés (pertes de
         change non réalisées),
         déduction faite des
         activités de
         couverture              (4 549)$       885 $ (3 664)(1)$
        Gains non réalisés
         (pertes non réalisées)
         sur les titres
         disponibles à la vente,
         déduction faite des
         activités de couverture    639         (60)      579(2)
        Gains (pertes) sur les
         instruments dérivés
         désignés comme
         couvertures de flux
         de trésorerie               53        (263)    (210)(3)
        ---------------------------------------------------------
        Cumul des autres
         éléments du résultat
         étendu                  (3 857)$       562 $    (3 295)$
        ---------------------------------------------------------
        ---------------------------------------------------------


                                         Aux dates indiquées et pour les
                                         trimestres terminés à ces dates
        ---------------------------------------------------------------------
                                  Solde     Montant   Variation    Solde de
                            d'ouverture transitoire       nette   fermeture
                            -------------------------------------------------
        (en millions         31 octobre  1 novembre              31 janvier
         de dollars)               2006        2006                    2007
        ---------------------------------------------------------------------
        Gains de change non
         réalisés (pertes de
         change non réalisées),
         déduction faite des
         activités de
         couverture              (2 321)$         - $       522 $ (1 799)(1)$
        Gains non réalisés
         (pertes non réalisées)
         sur les titres
         disponibles à la vente,
         déduction faite des
         activités de couverture      -         706          48       754(2)
        Gains (pertes) sur les
         instruments dérivés
         désignés comme
         couvertures de flux
         de trésorerie                -         (23)         22       (1)(3)
        ---------------------------------------------------------------------
        Cumul des autres
         éléments du résultat
         étendu                  (2 321)$       683 $       592 $    (1 046)$
        ---------------------------------------------------------------------
        ---------------------------------------------------------------------
        (1) Déduction faite d'une charge d'impôts de 333 $ (néant au
            31 janvier 2007).
        (2) Déduction faite d'une charge d'impôts de 276 $ (414 $ au
            31 janvier 2007). Le solde au 31 janvier 2008 comprend également
            des pertes non réalisées (après impôts) de 277 $ sur les titres
            disponibles à la vente (150 $ au 31 janvier 2007).
        (3) Compte tenu d'une économie d'impôts de 100 $ ($1 au 31 janvier
            2007).


        Autres éléments du résultat étendu

        Le tableau qui suit présente un sommaire des variations des
        composantes des autres éléments du résultat étendu.

                                           Pour les trimestres terminés les
        ---------------------------------------------------------------------
                                                     31 janvier  31 janvier
        (en millions de dollars)                           2008        2007
        ---------------------------------------------------------------------
        Variation nette des pertes de
         change non réalisées
        Gains de change non réalisés,
         montant net(1)                                   1 141 $       892 $
        Pertes sur les couvertures
         d'investissements nets dans
         des établissements étrangers
         autonomes, montant net(2)                         (256)       (370)
        ---------------------------------------------------------------------
                                                            885         522
        ---------------------------------------------------------------------
        ---------------------------------------------------------------------
        Variation nette des gains non
         réalisés sur les titres
         disponibles à la vente
        Gains non réalisés sur les titres
         disponibles à la vente,
         montant net(3)                                       8         124
        Reclassement des gains nets dans
         le bénéfice net(4)                                 (68)        (76)
        ---------------------------------------------------------------------
                                                            (60)         48
        ---------------------------------------------------------------------
        ---------------------------------------------------------------------
        Variation nette des gains (pertes)
         sur les instruments dérivés
         désignés comme couvertures de flux
         de trésorerie
        Gains sur les instruments dérivés
         désignés comme couvertures de flux
         de trésorerie, montant net(5)                      278         247
        Reclassement des gains nets dans
         le bénéfice net(6)                                (541)       (225)
        ---------------------------------------------------------------------
                                                           (263)         22
        ---------------------------------------------------------------------
        ---------------------------------------------------------------------
        Autres éléments du résultat étendu                  562 $       592 $
        ---------------------------------------------------------------------
        ---------------------------------------------------------------------
        (1) Déduction faite d'une charge d'impôts de néant (néant au
            31 janvier 2007).
        (2) Compte tenu d'une économie d'impôts de 94 $ (néant au 31 janvier
            2007).
        (3) Compte tenu d'une économie d'impôts de 46 $ (charge d'impôts de
            73 $ au 31 janvier 2007).
        (4) Compte tenu d'une économie d'impôts de 16$ (41 $ au 31 janvier
            2007).
        (5) Déduction faite d'une charge d'impôts de 126 $ (125 $ au
            31 janvier 2007).
        (6) Compte tenu d'une économie d'impôts de 251 $ (113 $ au 31 janvier
            2007).

    7.  Instruments financiers

        Gestion du risque financier

        Les principales activités commerciales de la Banque donnent lieu à un
        bilan composé essentiellement d'instruments financiers. En outre, la
        Banque utilise les instruments financiers dérivés tant à des fins de
        transaction qu'à des fins de gestion de l'actif et du passif. Afin de
        surveiller, d'évaluer et de gérer les principaux risques liés aux
        activités commerciales qu'elle mène, la Banque mise sur un cadre de
        gestion du risque élaboré. Les risques découlant de la transaction
        d'instruments financiers comprennent le risque de crédit, le risque
        d'illiquidité, le risque d'exploitation et le risque de marché. La
        Banque gère ces risques au moyen de politiques et de pratiques
        intégrales de gestion du risque, notamment différents plafonds
        relatifs à la gestion du risque et des techniques de gestion du
        risque approuvés par le conseil. Le cadre de gestion du risque de la
        Banque comporte quatre principales composantes :

        -  Les politiques qui déterminent la tolérance de la Banque au risque
           et établissent les limites et contrôles selon lesquels la Banque
           et ses filiales peuvent exercer leurs activités. Les politiques
           sont élaborées en fonction des exigences des organismes de
           réglementation et elles sont approuvées par le conseil
           d'administration de la Banque, directement ou par l'entremise du
           Comité de direction et de gestion du risque.

        -  Des lignes directrices sont élaborées afin de clarifier les
           limites inhérentes au risque et les conditions aux termes
           desquelles les politiques de gestion du risque de la Banque
           doivent être mises en oeuvre.

        -  Des processus sont mis en place afin de permettre
           l'identification, l'évaluation, la documentation, la communication
           d'information et la gestion des risques. Les normes établissent
           l'étendue et les attentes en matière de qualité de l'information
           requise nécessaire à la prise de décision.

        -  L'observation des politiques, des limites et des lignes
           directrices en matière de gestion du risque est évaluée de façon
           périodique par des tiers indépendants qui produisent un rapport à
           cet effet afin de veiller à ce que les objectifs établis soient
           atteints.

        Risque de crédit

        Le risque de crédit est le risque qu'une perte soit subie si un
        emprunteur ou une contrepartie n'honore pas ses engagements
        financiers ou contractuels envers la Banque. Le conseil
        d'administration, directement ou par l'entremise du Comité de
        direction et de gestion du risque, examine et approuve la stratégie
        de gestion du risque et la politique sur le risque de crédit de la
        Banque tous les ans. La stratégie de gestion du risque de crédit
        définit les marchés cibles et le seuil de tolérance à l'égard du
        risque qui sont établis à l'échelle de la Banque, lesquels sont
        ensuite redéfinis en fonction de chaque unité d'exploitation. Cette
        stratégie a pour objectifs de veiller à ce que pour la Banque, y
        compris chacune des unités d'exploitation :

        -  les marchés cibles et les produits et services offerts soient bien
           définis,

        -  les paramètres de risque à l'égard des nouvelles opérations et de
           l'ensemble des portefeuilles soient bien précisés,

        -  les opérations, notamment le montage, la syndication, la vente de
           prêts et les couvertures, soient gérées de manière à assurer
           l'atteinte des objectifs fixés pour l'ensemble des portefeuilles.

        Les politiques de gestion du risque de crédit, qui sont établies par
        le groupe Gestion du risque global, expliquent en détail, entre
        autres choses, les systèmes d'évaluation de la solvabilité et les
        estimations paramétriques connexes, ainsi que la délégation de
        pouvoir sur la question de l'octroi de crédit, du calcul de la
        provision pour pertes sur créances et de l'autorisation des
        radiations. Elles font partie intégrante des politiques et procédures
        à l'échelle de la Banque qui englobent la gouvernance, la gestion du
        risque et la structure du contrôle.

        Les systèmes d'évaluation du risque de crédit de la Banque permettent
        d'établir les paramètres estimatifs clés du risque de crédit,
        lesquels mesurent le risque de crédit et le risque inhérent à une
        opération. Pour les risques non liés aux portefeuilles de prêts aux
        particuliers, les paramètres sont associés à chaque facilité de
        crédit et à ses opérations au moyen d'une cote pour l'emprunteur et
        d'une cote pour l'opération. Le risque inhérent à l'emprunteur est
        évalué à l'aide de méthodes propres à des segments de l'industrie ou
        à des secteurs d'activité. Le risque inhérent aux facilités
        accordées à un emprunteur donné est évalué à la lumière de la
        structure des facilités et des garanties. En ce qui concerne les
        portefeuilles de prêts aux particuliers, chaque cas est attribué à
        une catégorie particulière (prêts immobiliers garantis, autres
        opérations de détail - crédit à terme, crédit renouvelable non
        garanti) et, au sein de chaque catégorie, à une cote de risque.
        Cette méthode permet de bien différencier les risques et d'estimer,
        d'une manière appropriée et uniforme, les caractéristiques de la
        perte éventuelle au niveau de la catégorie et de la cote de risque.

        Qualité du crédit des actifs financiers

        Le portefeuille de la Banque est bien diversifié par secteur et les
        concentrations de risque de crédit n'ont subi aucune modification
        importante depuis le 31 octobre 2007.

        a) Grandes sociétés et entreprises

        Les décisions en matière de crédit sont fondées sur l'évaluation du
        risque de crédit de l'emprunteur ou de la contrepartie.

        Parmi les principaux facteurs dont l'évaluation tient compte,
        mentionnons les résultats financiers actuels et prévus ainsi que les
        antécédents en matière de crédit de l'emprunteur, le secteur au sein
        duquel l'emprunteur exerce ses activités, les tendances économiques,
        le risque géopolitique et l'équipe de direction de l'emprunteur. Les
        unités d'exploitation de la Banque et le groupe Gestion du risque
        global passent régulièrement en revue la qualité du portefeuille de
        prêts dans l'ensemble de la Banque afin de savoir si les tendances
        économiques ou des événements particuliers peuvent avoir une
        incidence sur le rendement du portefeuille.

        Au 31 janvier 2008, une proportion considérable du portefeuille de
        prêts autorisés aux grandes sociétés et aux entreprises était
        constituée de prêts cotés à l'interne selon une notation qui
        correspondrait, en règle générale, à l'attribution d'une notation de
        grande qualité de la part des agences externes d'évaluation de la
        solvabilité.

        b) Prêts aux particuliers

        Les méthodes de la Banque en matière d'évaluation des risques de
        crédit et de modélisation des risques au Canada sont centrées sur le
        client plutôt que sur le produit. En général, les décisions liées aux
        prêts aux particuliers sont fondées sur des cotes de risque qui sont
        générées à l'aide de modèles prédictifs de notation. Les demandes de
        crédit individuelles sont traitées par le logiciel d'approbation de
        crédit de la Banque qui permet de calculer la dette maximale que le
        client peut contracter.

        Au 31 janvier 2008, le montant des prêts aux particuliers en
        souffrance autres que les prêts douteux était peu élevé.

        Instruments dérivés

        La Banque utilise des dérivés de crédit dans ses portefeuilles de
        placement et de prêts. La Banque vend de l'assurance-crédit qui
        l'expose aux risques liés à des cautionnements ou à des prêts, tandis
        que l'assurance-crédit qu'elle achète sert à gérer les risques de
        crédit.

        Pour contrôler le risque de crédit lié aux produits dérivés, la
        Banque met en oeuvre les mêmes opérations et processus de gestion du
        risque de crédit que ceux qui sont utilisés dans les activités de
        prêt aux fins de l'évaluation et de l'approbation du risque de crédit
        éventuel. La Banque établit des plafonds pour chaque contrepartie,
        mesure le risque à sa juste valeur actuelle, majorée pour tenir
        compte du risque futur, et fait appel à des techniques d'atténuation
        du risque de crédit comme la compensation et le nantissement. Les
        contreparties de grande qualité représentent une proportion
        considérable du montant du risque de crédit découlant des opérations
        sur produits dérivés de la Banque.

        Garanties

        a) Garanties détenues

        Dans le cours normal de ses activités, la Banque obtient des
        garanties relativement à certaines opérations afin de réduire son
        risque de contrepartie. La Banque est habituellement autorisée à
        vendre ou à redonner en nantissement les garanties qu'elle reçoit
        quant aux opérations de prêts et d'emprunts de titres et aux
        opérations sur produits dérivés, selon les modalités habituelles et
        usuelles applicables aux activités de prêts standard et aux activités
        de prêts et d'emprunt de titres.

        b) Garanties données

        Dans le cours normal de ses activités, la Banque donne en
        nantissement des titres et d'autres actifs afin de garantir des
        obligations, de participer à des systèmes de compensation ou de
        règlement ou encore d'exercer des activités à l'étranger. Au
        31 janvier 2008, le total des actifs donnés en nantissement
        s'établissait à 40 milliards de dollars (40 milliards de dollars au
        31 octobre 2007). Les opérations de nantissement sont exécutées selon
        les modalités communes et usuelles applicables aux activités de prêts
        standard et aux activités de prêts et d'emprunt de titres. La Banque
        met en oeuvre des contrôles de gestion du risque standard en ce qui a
        trait au nantissement d'actifs.

        Risque d'illiquidité

        Le risque d'illiquidité désigne le risque que la Banque ne puisse
        remplir ses obligations financières dans les délais prévus, à un prix
        raisonnable. Le risque d'illiquidité est géré dans le cadre des
        politiques et des plafonds approuvés par le conseil d'administration.
        Le conseil reçoit des rapports sur l'exposition au risque et sur les
        résultats obtenus par rapport aux plafonds approuvés. Le Comité de
        gestion du passif supervise le risque d'illiquidité pour la haute
        direction et se réunit chaque semaine pour passer en revue le profil
        de liquidité de la Banque.

        Les éléments clés du cadre de gestion du risque d'illiquidité de la
        Banque sont les suivants : i) mesure et modélisation du risque
        d'illiquidité, y compris l'établissement de plafonds à l'égard des
        sorties de fonds nettes maximales par devise pouvant être effectuées
        au cours d'une période à court terme donnée; ii) diversification des
        sources de financement de la Banque; iii) maintien d'un bloc d'actifs
        très liquides non grevés qui peuvent aisément être vendus ou donnés
        en nantissement pour garantir des emprunts; iv) essais dans des
        conditions critiques; et v) élaboration d'un plan d'urgence.

        Profil de liquidité

        La Banque maintient un avoir considérable en actifs liquides pour
        soutenir ses activités, comme le montre le tableau ci-après. De façon
        générale, elle peut vendre ou donner ces actifs en nantissement en
        vue d'honorer ses engagements.

        La Banque fait preuve de prudence en diversifiant ses activités de
        financement de gros au moyen de divers programmes de financement afin
        d'accéder aux marchés des capitaux internationaux et de prolonger son
        profil d'échéance lorsque nécessaire. La Banque applique des
        contrôles de gestion du risque en ce qui a trait au financement et à
        la gestion de la liquidité.

        Actifs liquides                                                  Au
        ---------------------------------------------------------------------
                                                                 31 janvier
        (en millions de dollars)                                       2008
        ---------------------------------------------------------------------
        Actifs liquides en dollars canadiens
        Trésorerie et dépôts à la Banque du Canada                      676 $
        Dépôts auprès d'autres banques                                4 983
        Titres                                                       52 856
        ---------------------------------------------------------------------
                                                                     58 515 $
        ---------------------------------------------------------------------
        Actifs liquides en devises
        Trésorerie et dépôts à la Banque du Canada                    4 798 $
        Dépôts auprès d'autres banques                               25 954
        Titres                                                       23 567
        Prêts à vue et à moins de un an                               1 191
        ---------------------------------------------------------------------
                                                                     55 510 $
        ---------------------------------------------------------------------
        Total des actifs liquides
        Trésorerie et dépôts à la Banque du Canada                    5 474 $
        Dépôts auprès d'autres banques                               30 937
        Titres                                                       76 423
        Prêts à vue et à moins de un an                               1 191
        ---------------------------------------------------------------------
                                                                    114 025 $
        ---------------------------------------------------------------------
        ---------------------------------------------------------------------
        Actifs liquides en pourcentage de l'actif total              25,4 %
        ---------------------------------------------------------------------
        ---------------------------------------------------------------------


        Echéances contractuelles

        Le tableau qui suit présente les échéances contractuelles de certains
        des passifs financiers de la Banque. Les passifs-dépôts de la Banque
        présentés ci-dessous ont été comptabilisés au Canada et aux
        Etats-Unis et ils s'élèvent à 241 milliards de dollars, soit 76 % du
        total des dépôts de la Banque.

                                            Payables à terme fixe
                                         --------------------------

                                Payables                     Plus
        (en millions  Payables         à    Moins  De 1 an     de
         de dollars)     à vue   préavis  de 1 an  à 5 ans  5 ans     Total
        ---------------------------------------------------------------------
        Dépôts         26 710 $ 38 900 $ 120 885 $ 48 622 $ 6 181 $ 241 298 $
        Débentures
         subordonnées       -        -       256        -   1 894     2 150
        Obligations au
         titre des
         instruments
         de capitaux
         propres            -        -         -        -     500       500
        ---------------------------------------------------------------------
        Total          26 710 $ 38 900 $ 121 141 $ 48 622 $ 8 575 $ 243 948 $
        ---------------------------------------------------------------------
        ---------------------------------------------------------------------

        Dépôts

        Les activités étrangères de la Banque ont leurs propres cadres de
        gestion de la liquidité, qui sont semblables à celui de la Banque.
        Les dépôts locaux sont gérés sous l'angle du risque d'illiquidité en
        fonction des cadres de gestion locaux et des exigences règlementaires
        locales.

        Engagements de crédit

        Dans le cours normal des activités, la Banque contracte des
        engagements de crédit qui représentent une promesse de rendre un
        crédit disponible à certaines conditions, sous forme de prêts ou
        d'autres instruments de crédit d'un montant et d'une durée
        déterminés. Ces engagements, qui ne sont pas reflétés dans le bilan
        consolidé, sont assujettis aux normes habituelles en matière de
        crédit, de contrôle financier et de contrôle du risque. Au 31 janvier
        2008, la plupart des engagements de crédit avaient une durée à courir
        jusqu'à l'échéance de moins de un an.

        Instruments dérivés

        La Banque est exposée au risque d'illiquidité lorsqu'elle a recours à
        des instruments dérivés pour répondre aux besoins des clients, pour
        générer des revenus des activités de transaction, pour gérer les
        risques de marché et de crédit liés à ses activités d'octroi de
        prêts, de financement et de placement ainsi que pour réduire le coût
        de son capital. Plus de la moitié de la valeur nominale de référence
        des instruments dérivés de la Banque vient à échéance à moins de un
        an, tandis que 87 % de ceux-ci viennent à échéance à moins de
        cinq ans.

        Risque de marché

        Le risque de marché découle des fluctuations des prix et des taux du
        marché (dont les taux d'intérêt, les écarts de taux, le cours des
        actions, les taux de change et le prix des marchandises), des
        corrélations entre ces éléments et de l'ampleur de leur volatilité.
        Une fois l'an, le conseil d'administration passe en revue et approuve
        les politiques et plafonds à l'égard du risque de marché. Le CGP et
        le Comité de gestion du risque de marché et d'application des
        politiques (le "CGRMAP") veillent à l'application du cadre établi par
        le conseil et ils surveillent les risques de marché auxquels la
        Banque est exposée ainsi que les activités qui donnent lieu à ces
        risques.

        La Banque fait appel à un certain nombre de mesures et de modèles
        pour mesurer et contrôler le risque de marché. Les mesures employées
        sont choisies en fonction d'une évaluation de la nature des risques
        que comporte une activité particulière. Les principales techniques de
        mesure sont la valeur à risque ("VAR"), les essais dans des
        conditions critiques, l'analyse de sensibilité et les modèles de
        simulation et l'analyse des écarts. Les modèles sont validés
        séparément avant leur mise en oeuvre et ils font l'objet d'un examen
        périodique officiel.

        La VAR est une mesure statistique qui sert à estimer la perte de
        valeur potentielle des positions de transaction de la Banque
        attribuable aux fluctuations défavorables des cours du marché sur un
        horizon temporel déterminé et selon un seuil de confiance donné. A
        titre de complément à la VAR, la Banque a aussi recours à des essais
        dans des conditions critiques afin d'évaluer l'incidence, sur les
        portefeuilles de transaction, de mouvements anormalement amples dans
        les facteurs du marché et de périodes d'inactivité prolongée. Le
        programme d'essais dans des conditions critiques est conçu de manière
        à circonscrire les principaux risques et à faire en sorte que le
        capital de la Banque puisse aisément absorber les pertes potentielles
        résultant d'événements anormaux. La Banque soumet ses portefeuilles
        de transaction à plus de 75 essais dans des conditions critiques
        chaque jour et à plus de 250 essais dans des conditions critiques
        chaque mois.

        L'analyse de sensibilité permet d'évaluer l'effet de l'évolution des
        taux d'intérêt sur les résultats courants, sur les autres éléments du
        résultat étendu et sur la valeur économique de l'actif et du passif.
        Les modèles de simulation selon différents scénarios sont
        particulièrement importants pour la gestion du risque inhérent aux
        produits de dépôt, de prêt et de placement que la Banque offre aux
        particuliers. L'analyse des écarts sert à évaluer la sensibilité aux
        taux d'intérêt qu'on trouve dans les services que la Banque offre aux
        particuliers, dans ses services bancaires de gros et dans son secteur
        Opérations internationales. Dans le cadre d'une analyse des écarts,
        les actifs et les passifs ainsi que les instruments dérivés sensibles
        aux taux d'intérêt sont classés selon des périodes données en
        fonction des dates prévues de modification des taux.

        Risque de taux d'intérêt

        Le risque de taux d'intérêt, y compris le risque d'écart de taux,
        correspond au risque de perte imputable aux variations du degré, de
        la forme et de l'inclinaison de la courbe de rendement, à la
        volatilité des taux d'intérêt, aux taux de remboursement anticipé des
        prêts hypothécaires, aux variations du prix du crédit sur le marché
        et à la solvabilité d'un émetteur donné. La Banque gère activement
        son exposition au risque de taux d'intérêt en vue d'améliorer le
        revenu d'intérêts net dans le cadre de tolérances établies à l'égard
        du risque. Le risque de taux d'intérêt découlant des activités de
        financement et de placement de la Banque est géré conformément aux
        politiques et aux plafonds globaux approuvés par le conseil, qui
        visent à contrôler le risque auquel sont assujettis le bénéfice et la
        valeur économique des capitaux propres. Le plafond relatif au
        bénéfice mesure l'incidence d'une variation donnée des taux d'intérêt
        sur le bénéfice net et sur le résultat étendu de l'exercice de la
        Banque, tandis que celui qui est lié à la valeur économique mesure
        l'incidence d'une variation donnée des taux d'intérêt sur la valeur
        actuelle de l'actif net de la Banque. Celle-ci utilise aussi des
        plafonds d'écart pour contrôler le risque de taux d'intérêt afférent
        à chaque devise.

        Le tableau ci-dessous illustre la ventilation des écarts de taux
        d'intérêt à l'égard des positions en dollars canadiens et en devises
        au 31 janvier 2008.

        Ecart de taux d'intérêt
        ---------------------------------------------------------------------
        Positions
         sensibles aux
         taux d'intérêt(1)                     Chiffres            Positions
                                                cumula-                  non
        Au 31 janvier 2008    Moins     Entre   tifs -             sensibles
         (en millions de         de      3 et   à moins   Plus de   aux taux
         dollars)            3 mois   12 mois   de 1 an      1 an  d'intérêt
        ---------------------------------------------------------------------
        Ecart sur le
         dollar canadien     12 960 $  (9 989)$   2 971 $   5 034 $  (8 005)$
        ---------------------------------------------------------------------
        Ecart sur devises    (8 092)$   9 123 $   1 031 $  15 941 $ (16 972)$
        ---------------------------------------------------------------------
        Total                 4 868 $    (866)$   4 002 $  20 975 $ (24 977)$
        ---------------------------------------------------------------------

        (1) Compte tenu de l'inclusion des instruments dérivés et du montant
            estimatif des remboursements anticipés de prêts aux particuliers,
            de prêts hypothécaires et de CPG encaissables.

        Compte tenu des positions de la Banque en matière de taux d'intérêt
        au 31 janvier 2008, une hausse immédiate et soutenue de 100 points de
        base des taux d'intérêt, pour toutes les devises et toutes les
        échéances, aurait pour effet d'augmenter le bénéfice net après
        impôts d'environ 124 millions de dollars au cours des douze prochains
        mois. Une telle hausse des taux d'intérêt accroîtrait les autres
        éléments du résultat étendu après impôts d'environ 22 millions de
        dollars et réduirait la valeur économique des capitaux propres
        d'environ 548 millions de dollars.

        Risque de change

        Le risque de change correspond au risque de perte découlant de la
        fluctuation des cours au comptant et des cours à terme et de la
        volatilité des taux de change. Le risque de la Banque lié à ses
        investissements nets dans des établissements étrangers autonomes est
        assujetti au plafond approuvé par le conseil d'administration. Cette
        limite tient compte de la volatilité éventuelle des capitaux propres
        et de l'incidence éventuelle des fluctuations du change sur les
        coefficients de capital. Chaque trimestre, le CGP examine la position
        de la Banque sur ces investissements nets. La Banque peut protéger ce
        risque en totalité ou en partie en finançant ces investissements dans
        la même monnaie ou au moyen d'autres instruments financiers,
        notamment des dérivés.

        La Banque est exposée au risque de change sur le bénéfice issu de ses
        établissements étrangers. Pour gérer ce risque, elle extrapole ses
        revenus et ses dépenses en devises, qui sont principalement libellés
        en dollars américains, sur un certain nombre de trimestres futurs. Le
        CGP évalue les données et effectue des prévisions afin de décider
        quelle est la tranche des revenus et dépenses estimatifs futurs en
        devises à couvrir. Les instruments de couverture comprennent
        généralement les contrats au comptant et à terme sur devises ainsi
        que les options sur devises et les swaps de devises.

        En l'absence de couverture, une hausse (baisse) de un pour cent du
        dollar canadien par rapport à toutes les devises dans lesquelles la
        Banque exerce ses activités diminue (augmente) son bénéfice
        avant impôts d'environ 34 millions de dollars, principalement en
        raison de sa position en dollars américains. Une variation similaire
        du dollar canadien augmenterait (diminuerait) d'environ 145 millions
        de dollars, déduction faite des activités de couverture, les pertes
        de change non réalisées dans le cumul des autres éléments du résultat
        étendu figurant sous les capitaux propres.

        Risque sur actions

        Le risque sur actions correspond au risque de perte découlant de
        fluctuations défavorables du cours des instruments de capitaux
        propres. Le risque sur actions est souvent subdivisé en deux
        catégories : le risque sur actions général, qui renvoie à la
        sensibilité d'un instrument ou de la valeur d'un portefeuille aux
        fluctuations du cours de l'ensemble des titres de capitaux propres,
        et le risque particulier à l'émetteur.

        La Banque est exposée au risque sur actions par l'intermédiaire de
        ses portefeuilles de placement de titres de participation, qui sont
        assujettis aux plafonds approuvés par le conseil d'administration.
        Les placements en titres de capitaux propres comprennent les actions
        ordinaires et privilégiées ainsi qu'un portefeuille diversifié de
        fonds gérés par des tiers. La Banque détient des titres de capitaux
        propres pour des besoins de liquidité ou d'appréciation du capital à
        long terme, ou parce qu'ils procurent un rendement après impôts
        intéressant.

        La plupart des portefeuilles de placement de titres de participation
        de la Banque sont gérés par le Groupe Trésorerie sous l'orientation
        stratégique du CGP. Le Groupe Trésorerie délègue la gestion d'une
        partie des portefeuilles de titres de participation et de titres de
        nature semblable à Gestion de placements Scotia Cassels Limitée et à
        d'autres gestionnaires de fonds externes afin de bénéficier de leur
        expertise dans des créneaux et des produits déterminés.

        Au 31 janvier 2008, la juste valeur des titres de capitaux propres
        disponibles à la vente s'établissait à 3 223 millions de dollars.

        Gestion du risque lié aux portefeuilles de transaction

        Les politiques, processus et contrôles de la Banque à l'égard de ses
        activités de transaction sont conçus de manière à établir un
        équilibre entre l'exploitation rentable des occasions de transaction
        et la gestion de la volatilité des bénéfices, dans un cadre de
        pratiques saines et prudentes. Les activités de transaction sont
        surtout axées sur le client, mais ont trait aussi aux besoins propres
        de la Banque.

        Le risque de marché découlant des activités de transaction de la
        Banque est géré conformément aux politiques approuvées par le conseil
        et aux plafonds globaux établis par la VAR et les essais dans des
        conditions critiques. La qualité de la VAR de la Banque est validée
        par des évaluations rétroactives régulières, au cours desquelles la
        VAR est comparée aux bénéfices et aux pertes hypothétiques et réels.
        Le conseil examine les résultats de la VAR et des essais dans des
        conditions critiques tous les trimestres.

        Les portefeuilles de transaction sont évalués à la valeur de marché
        conformément aux politiques d'évaluation de la Banque. Les positions
        sont évaluées à la valeur de marché quotidiennement et les
        évaluations sont examinées de façon régulière et indépendante par les
        services administratifs ou par les unités du groupe Gestion du risque
        global. En outre, ces unités établissent des rapports sur les gains
        et les pertes, sur la VAR et sur le respect des plafonds établis,
        qu'elles remettent aux dirigeants des unités d'exploitation et à la
        haute direction, qui les évaluent et y donnent suite au besoin. La
        VAR est calculée chaque jour selon un seuil de confiance de 99 % et
        une période de détention de un jour ainsi qu'à l'aide de simulations
        historiques fondées sur 300 jours de données du marché. Par
        conséquent, environ une fois par tranche de 100 jours, les positions
        du portefeuille de transaction peuvent subir une perte supérieure à
        celle prévue par la VAR.

        Le tableau ci-dessous présente la VAR de la Banque par facteur de
        risque :

                                    VAR quotidienne par facteur de risque
        ---------------------------------------------------------------------
                                  Au           Trimestre terminé le
        (en millions         31 janv.             31 janvier 2008
         de dollars)            2008      Moyenne      Plafond     Plancher
        ---------------------------------------------------------------------
        Taux d'intérêt          16,7         13,8         18,5          9,8
        Actions                  2,8          4,5          7,4          2,5
        Change                   0,6          0,9          1,9          0,4
        Marchandises             3,4          2,7          3,6          1,9
        Effet de la
         diversification        (4,2)        (5,3)         s/o          s/o
        VAR à l'échelle
         de la Banque           19,3         16,6         20,5         12,5
        ---------------------------------------------------------------------

        Couvertures

        Il existe trois principaux types de couvertures aux fins de la
        comptabilité : i) les couvertures de juste valeur, ii) les
        couvertures de flux de trésorerie et iii) les couvertures d'un
        investissement net.

        Dans une couverture de juste valeur, la variation de la juste valeur
        du dérivé de couverture est contrebalancée dans l'état consolidé des
        résultats par la variation de la juste valeur de l'élément couvert
        ayant trait au risque couvert. La Banque utilise les couvertures de
        juste valeur essentiellement pour convertir le taux fixe des actifs
        et des passifs financiers en taux variable. Les principaux
        instruments financiers désignés dans une relation de couverture de
        juste valeur comprennent les actifs liés à des cautionnements, les
        prêts, les passifs-dépôts et les débentures subordonnées.

        Dans une couverture de flux de trésorerie, la variation de la juste
        valeur du dérivé de couverture est inscrite dans les autres éléments
        du résultat étendu jusqu'à ce que l'élément couvert ait une incidence
        sur l'état consolidé des résultats. La Banque utilise les couvertures
        de flux de trésorerie essentiellement pour convertir le taux variable
        des passifs-dépôts en taux fixe. Le reclassement du cumul des autres
        éléments du résultat étendu à l'état des résultats au cours des
        12 prochains mois en raison des couvertures de flux de trésorerie en
        cours devrait donner lieu à une perte nette d'environ 99 millions de
        dollars (après impôts). Au 31 janvier 2008, la durée maximale des
        couvertures de flux de trésorerie en cours était inférieure à 7 ans.

        Dans une couverture d'un investissement net, la variation de la juste
        valeur de l'instrument de couverture est inscrite directement dans
        les autres éléments du résultat étendu. Ces montants sont constatés
        dans les résultats lorsque les écarts de conversion correspondants
        attribuables à des établissements étrangers autonomes sont portés aux
        résultats.

        Toute inefficacité d'une couverture est évaluée et comptabilisée dans
        les résultats de la période en cours, dans l'état consolidé des
        résultats. Au cours du trimestre, la Banque a inscrit une perte de
        6 millions de dollars (perte de 18 millions de dollars au 31 octobre
        2007; gain de 12 millions de dollars au 31 janvier 2007), qui
        comprend une perte de 4 millions de dollars (perte de 23 millions de
        dollars au 31 octobre 2007; gain de 9 millions de dollars au
        31 janvier 2007) relativement à ses couvertures de flux de
        trésorerie, en raison de la tranche inefficace des couvertures
        désignées. Lorsque la juste valeur ou les flux de trésorerie cessent
        d'être couverts, tout ajustement cumulatif de l'élément couvert ou
        des autres éléments du résultat étendu est constaté dans les
        résultats sur la durée résiduelle de la couverture initiale ou
        lorsque l'élément couvert est décomptabilisé.

        Eléments désignés comme étant détenus à des fins de transaction

        La Banque a choisi de désigner certains portefeuilles d'actifs et de
        passifs comme étant détenus à des fins de transaction. Ces éléments
        sont inscrits à leur juste valeur et les variations de leur juste
        valeur sont comptabilisées dans les résultats.

        Dans le cadre de ses activités de transaction, la Banque transige des
        dérivés de crédit pour le compte de ses clients. La Banque peut
        acheter les prêts sous-jacents à un tiers pour couvrir économiquement
        son exposition aux dérivés. Par conséquent, la Banque réduit
        considérablement, voire même élimine, la disparité de traitement en
        matière de comptabilisation entre les deux instruments. Au 31 janvier
        2008, la juste valeur de ces prêts s'élevait à 6,4 milliards de
        dollars (4,1 milliards de dollars au 31 octobre 2007 et 4,6 milliards
        de dollars au 31 janvier 2007). Les variations de la juste valeur qui
        ont été comptabilisées dans le revenu de transaction au cours du
        trimestre terminé le 31 janvier 2008 correspondaient à une perte de
        280 millions de dollars (gain de 112 millions de dollars au
        31 octobre 2007; gain de 110 millions de dollars au 31 janvier 2007).
        Ces variations de la juste valeur ont été entièrement contrebalancées
        par les variations de la juste valeur des dérivés de crédit connexes.

        Dans le cadre de ses activités de transaction, la Banque achète des
        éléments d'actif de prêts dans des portefeuilles expressément
        autorisés dont le rendement est évalué en fonction de la juste
        valeur. Au 31 janvier 2008, la juste valeur de ces prêts s'élevait à
        110 millions de dollars (151 millions de dollars au 31 octobre 2007;
        152 millions de dollars au 31 janvier 2007). Les variations de la
        juste valeur qui ont été comptabilisées dans le revenu de transaction
        au cours du trimestre terminé le 31 janvier 2008 correspondaient à
        une perte de 3 millions de dollars (gain de 3 millions de dollars au
        31 octobre 2007; gain de 5 millions de dollars au 31 janvier 2007).

        La Banque a classé certains passifs au titre de billets de dépôt
        comportant des modalités de renouvellement comme étant détenus à des
        fins de transaction, afin de réduire considérablement la disparité de
        traitement en matière de comptabilisation entre ces passifs et les
        variations de la juste valeur des dérivés connexes. La juste valeur
        de ces passifs au 31 janvier 2008 s'établissait à 766 millions de
        dollars (847 millions de dollars au 31 octobre 2007; 847 millions de
        dollars au 31 janvier 2007). Les variations de la juste valeur,
        essentiellement attribuables aux fluctuations des taux d'intérêt, qui
        ont été comptabilisées dans le revenu d'intérêts net au cours du
        trimestre terminé le 31 janvier 2008 correspondaient à une perte de
        10 millions de dollars (perte de 11 millions de dollars au 31 octobre
        2007; gain de 2 millions de dollars au 31 janvier 2007). Ces
        variations de la juste valeur ont été dans une large mesure
        contrebalancées par les variations de la juste valeur des instruments
        dérivés connexes. La Banque est tenue aux termes de contrats de
        verser 764 millions de dollars aux porteurs des billets à l'échéance.

    8.  Avantages sociaux futurs

        Les avantages sociaux futurs comprennent les prestations de retraite
        et les avantages complémentaires de retraite, les avantages
        postérieurs à l'emploi et les absences et congés rémunérés. Le
        tableau suivant résume les charges liées aux principaux régimes de la
        Banque(1).

                                                  Pour les trimestres
        ---------------------------------------------------------------------
                                           31 janvier 31 octobre 31 janvier
        (en millions de dollars)                 2008       2007       2007
        ---------------------------------------------------------------------
        Charges au titre des prestations
         constituées
        Régimes de retraite                         1 $       (4)$        9 $
        Autres régimes d'avantages sociaux         29         19         30
        ---------------------------------------------------------------------
                                                   30 $       15 $       39 $
        ---------------------------------------------------------------------
        ---------------------------------------------------------------------

        (1) D'autres régimes administrés par certaines filiales de la Banque
            ne sont pas considérés comme importants et ne sont pas pris en
            compte dans les présentes données.

    9.  Résultats d'exploitation sectoriels

        La Banque Scotia est une institution de services financiers
        diversifiée qui offre une vaste gamme de produits et de services
        financiers à ses clientèles privée et commerciale ainsi qu'aux
        grandes entreprises dans le monde entier. La Banque se divise en
        trois grandes unités d'exploitation, à savoir : Réseau canadien,
        Opérations internationales et Scotia Capitaux. Les résultats de ces
        secteurs d'exploitation sont présentés dans les tableaux sur le
        revenu par secteur d'activité.

    10. Acquisitions

        Le 26 novembre 2007, la Banque a conclu l'acquisition de Banco del
        Desarrollo, au Chili, en acquérant 99,5 % des actions en circulation
        en contrepartie de 1,0 milliard de dollars. L'actif de Banco del
        Desarrollo au moment de l'acquisition se chiffrait à environ
        5,6 milliards de dollars et il se composait essentiellement de prêts.
        La Banque regroupera les activités de Banco del Desarrollo avec les
        activités bancaires existantes de Scotiabank Sud Americano. Etant
        donné qu'il s'agit d'une acquisition récente, la Banque n'a pas
        terminé son appréciation et son évaluation des actifs acquis et des
        passifs pris en charge dans le cadre de l'acquisition de Banco del
        Desarrollo. Par conséquent, l'excédent du prix d'acquisition sur la
        valeur comptable des actifs et des passifs n'a pas été entièrement
        réparti entre les actifs acquis et les passifs pris en charge dans le
        bilan consolidé. L'excédent du prix d'acquisition sur la valeur
        comptable nette de 804 millions de dollars est comptabilisé au poste
        "Autres - Autres actifs" dans le bilan consolidé jusqu'à ce que
        l'attribution du coût d'acquisition soit terminée.

        Le 28 septembre 2007, la Banque a acquis 18 % des titres de capitaux
        propres de Patrimoine Dundee Inc. en contrepartie de 348 millions de
        dollars, et elle a obtenu le droit d'acquérir une participation
        pouvant aller jusqu'à 20 % après le 1er novembre 2008. Le placement
        est constitué d'actions avec droit de vote et d'actions convertibles
        sans droit de vote nouvellement émises par Patrimoine Dundee Inc. Ce
        placement est comptabilisé selon la méthode de la comptabilisation à
        la valeur de consolidation. La Banque n'a pas terminé l'évaluation
        des actifs acquis et des passifs pris en charge.
    

    INFORMATION A L'INTENTION DES ACTIONNAIRES ET DES INVESTISSEURS

    Service de dépôt direct

    Les actionnaires qui le désirent peuvent faire déposer les dividendes qui
leur sont distribués directement dans leurs comptes tenus par des institutions
financières membres de l'Association canadienne des paiements. Il leur suffit,
à cet effet, d'écrire à l'Agent de transfert.

    Régime de dividendes et d'achat d'actions

    Le régime de réinvestissement de dividendes et d'achat d'actions de la
Banque Scotia permet aux porteurs d'actions ordinaires et privilégiées
d'acquérir d'autres actions ordinaires en réinvestissant leurs dividendes en
espèces sans avoir à acquitter les frais de courtage ou d'administration.
    Les actionnaires admissibles ont également la possibilité d'affecter, au
cours de chaque exercice, une somme ne dépassant pas 20 000 $ à l'achat
d'actions ordinaires supplémentaires de la Banque. Les titulaires de
débentures subordonnées entièrement nominatives de la Banque peuvent également
affecter aux mêmes fins le montant des intérêts perçus sur ces dernières. Tous
les frais liés à la gestion du régime sont à la charge de la Banque.
    Pour obtenir plus de renseignements sur le régime, il suffit de
communiquer avec l'Agent de transfert.

    Dates de paiement des dividendes pour 2008

    Dates de clôture des registres et de paiement des dividendes déclarés sur
les actions ordinaires et privilégiées, sous réserve de l'approbation du
conseil d'administration.

    
      Date de clôture des registres               Date de paiement

      2 janvier                                   29 janvier
      1er avril                                   28 avril
      2 juillet                                   29 juillet
      7 octobre                                   29 octobre
    

    Date de l'assemblée générale annuelle pour l'exercice 2008

    L'assemblée générale annuelle des actionnaires de la Banque pour
l'exercice se terminant le 31 octobre 2008 aura lieu à Halifax (Nouvelle-
Ecosse) à 10 h 00, heure de l'Atlantique, le mardi 3 mars 2009.

    Envoi de documents en plusieurs exemplaires

    A titre d'actionnaire, vous pouvez figurer plusieurs fois sur la liste
d'envoi si vous êtes inscrit sous différents noms ou différentes adresses.
Pour mettre fin à cette duplication, veuillez communiquer avec l'Agent de
transfert afin que soient prises les dispositions nécessaires.

    Site Web

    Pour toute information concernant la Banque Scotia et ses services, vous
pouvez visiter notre site Web : www.banquescotia.com.

    Conférence téléphonique et diffusion sur le Web

    La conférence téléphonique portant sur les résultats trimestriels, d'une
durée d'environ une heure, aura lieu le 4 mars 2008 à compter de 9 h 00 HNE.
Les parties intéressées peuvent suivre la conférence téléphonique, à titre
d'auditeurs uniquement, en composant le 1-800-733-7560 (numéro sans frais), 5
à 15 minutes avant le début. La conférence téléphonique, accompagnée d'une
présentation sur diapositives, sera également diffusée en direct sur le Web.
Pour y accéder, cliquez sur le lien "Relations avec les investisseurs" du site
www.banquescotia.com. La présentation des résultats par les dirigeants de la
Banque Scotia sera suivie d'une période de questions. Les auditeurs sont
invités à envoyer leurs questions par courriel, à l'adresse
investor.relations@scotiabank.com.
    Un enregistrement de la conférence téléphonique sera disponible du 4 mars
au 18 mars 2008, au numéro de téléphone 416-640-1917, code 21262348, suivi du
carré. Un enregistrement de la conférence diffusée sur le Web sera disponible
pendant trois mois sur le site Web de la Banque Scotia.

    
    RENSEIGNEMENTS

    Investisseurs

    Les analystes financiers, les gestionnaires de portefeuilles et les autres
investisseurs qui souhaitent obtenir de l'information financière concernant la
Banque sont priés de communiquer avec le service Relations avec les
investisseurs, Affaires financières :

        Banque Scotia
        Scotia Plaza
        44, rue King Ouest
        Toronto (Ontario) Canada M5H 1H1
        Téléphone : 416-866-5982
        Télécopieur : 416-866-7867
        Courriel : investor.relations@scotiabank.com

    Médias

    Les demandes d'information des médias et les autres demandes de
renseignements doivent être adressées au service Relations publiques, Affaires
de la société et Affaires gouvernementales à l'adresse ci-dessus.

        Téléphone : 416-866-3925
        Télécopieur : 416-866-4988
        Courriel : corpaff@scotiabank.com

    Actionnaires

    Pour obtenir des renseignements sur un changement d'inscription d'actions,
un changement d'adresse, des dividendes, des transferts successoraux ou la
perte de certificats d'actions, ou pour demander que cessent des envois
multiples, veuillez vous adresser à l'Agent de transfert de la Banque :

        Société de fiducie Computershare du Canada
        100, avenue University, 9e étage
        Toronto (Ontario) Canada M5J 2Y1
        Téléphone : 1-877-982-8767
        Télécopieur : 1-888-453-0330
        Courriel : service@computershare.com

        Coagent de transfert (Etats-Unis)
        Computershare Trust Company, Inc.
        350 Indiana Street
        Golden, Colorado 80401 U.S.A.
        Téléphone : 1-800-962-4284

    Pour toute autre demande de renseignements, les actionnaires sont priés de
contacter les Affaires financières :

        Banque Scotia
        Scotia Plaza
        44, rue King Ouest
        Toronto (Ontario) Canada M5H 1H1
        Téléphone : 416-866-4790
        Télécopieur : 416-866-4048
        Courriel : corporate.secretary@scotiabank.com
    

    Quarterly Reports available in English

    The Bank publishes its statements and Annual Report in both English and
French, and makes every effort to provide them to Shareholders in the language
of their choice. If you would prefer to receive shareholder communications in
English, please contact Public, Corporate and Government Affairs, The Bank of
Nova Scotia, Scotia Plaza, 44 King Street West, Toronto, Ontario, Canada, M5H
1H1. Please supply the mailing label you received, if possible, so we may
adjust our records.

    La Banque de Nouvelle-Ecosse est une entreprise canadienne constituée
    avec responsabilité limitée.

    %SEDAR: 00001289EF




Renseignements :

Renseignements: Kevin Harraher, Vice-président, Relations avec les
investisseurs, (416) 866-5982; Ann DeRabbie, Relations publiques, (416)
933-1344

Profil de l'entreprise

Banque Scotia - Communiqués de presse financiers

Renseignements sur cet organisme

Banque Scotia

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.