La Banque Scotia affiche un bénéfice record de 1,1 milliard de dollars pour
le deuxième trimestre

    
    Résultats financiers du deuxième trimestre par rapport à ceux du
    trimestre correspondant de l'exercice précédent :

    -   Bénéfice par action (dilué) de 1,02 $, contre 0,81 $
    -   Bénéfice net de 1 097 millions de dollars, comparativement à 872
        millions de dollars
    -   Rendement des capitaux propres de 19,9 %, contre 16,8 %
    -   Ratio de productivité de 49,9 %, comparativement à 51,4 %
    -   Dividende trimestriel maintenu à 0,49 $ par action ordinaire

    Résultats cumulatifs par rapport aux objectifs financiers et
    opérationnels de 2010 :

    Objectifs:

    1.  Afficher un rendement des capitaux propres (RCP)(1) se situant entre
        16 % et 20 %. Pour le semestre à l'étude, la Banque Scotia a affiché
        un RCP de 18,7 %.

    2.  Générer une croissance du bénéfice par action ordinaire (dilué) de
        7 % à 12 %. Sur douze mois, le bénéfice par action a enregistré une
        croissance de 19,9 %.

    3.  Maintenir un ratio de productivité(1) inférieur à 58 %. Le ratio de
        la Banque Scotia a été de 50,2 % pour le semestre à l'étude.

    4.  Maintenir de solides ratios de capital. À 11,2 %, le ratio du capital
        de catégorie 1 de la Banque Scotia demeure solide selon les normes
        canadiennes et internationales.
    

TORONTO, le 1er juin /CNW/ - La Banque Scotia a déclaré aujourd'hui un bénéfice net de 1 097 millions de dollars pour son deuxième trimestre, en hausse de 225 millions de dollars, ou de 26 %, en regard de celui de la période correspondante de l'exercice précédent.

Par rapport au trimestre précédent, le bénéfice net a progressé de 109 millions de dollars, ou de 11 %. Le bénéfice dilué par action s'est établi à 1,02 $, contre 0,81 $ pour la période correspondante de 2009 et 0,91 $ pour le trimestre précédent. Le rendement des capitaux propres a été de 19,9 % au deuxième trimestre, contre 16,8 % pour le trimestre correspondant de l'exercice précédent et 17,4 % pour le trimestre précédent. Le dividende est demeuré le même à 0,49 $ par action ordinaire.

"C'est avec plaisir que nous présentons des résultats records pour le deuxième trimestre, à mi-chemin de l'exercice en cours", a affirmé Rick Waugh, président et chef de la direction de la Banque Scotia. "Nos résultats reflètent les apports considérables des services bancaires aux particuliers, des services bancaires aux entreprises et des services de gestion de patrimoine, ainsi que l'excellente performance des activités de gros.

"En raison de la volatilité sur les marchés mondiaux, nous avons continué de privilégier les principes fondamentaux, la diversification par région géographique et secteur d'activité, la gestion prudente des risques et les mesures de contrôle des coûts afin de maintenir notre rentabilité et de dégager un solide rendement des capitaux propres. Nos portefeuilles de prêts continuent de s'améliorer, comme l'illustre la réduction de la dotation à la provision pour pertes sur créances du trimestre. Qui plus est, nous n'avons qu'une faible exposition, voire aucune, aux pays européens en difficulté.

"Le Réseau canadien a affiché un bénéfice net record de 584 millions de dollars pour le deuxième trimestre. Par rapport au trimestre correspondant de l'exercice précédent, les prêts hypothécaires à l'habitation, les marges de crédit et les comptes d'entreprises ont tous enregistré une croissance vigoureuse, et le relâchement du coût des liquidités a permis d'améliorer les marges. Ainsi, tous ces facteurs ont contribué à l'accroissement du revenu d'intérêts net. Les revenus tirés des services de gestion de patrimoine et des services bancaires aux entreprises ont également progressé, traduisant l'amélioration de la conjoncture économique et des marchés boursiers.

"Les Opérations internationales continuent d'afficher un bénéfice malgré les obstacles que présentent la conjoncture économique et les marchés des devises. Malgré cela, l'élargissement continu des marges et la gestion prudente des dépenses ont contribué aux résultats.

"Scotia Capitaux a enregistré de solides résultats pour le trimestre. En effet, son bénéfice net de 391 millions de dollars a été soutenu par d'importants apports de tous les secteurs d'activité, la bonne performance des activités de transaction et les recouvrements nets sur les provisions pour pertes sur créances.

"La situation du capital de la Banque, qui demeure solide, et notre capacité à générer des liquidités de façon continue nous donnent la flexibilité nécessaire pour continuer de verser des dividendes aux actionnaires et explorer les possibilités de croissance et d'expansion des affaires qui se présentent. "Nous continuons de gérer nos coûts prudemment, mais nous comptons également investir dans la croissance de nos activités. Le ratio de productivité ne devrait pas se maintenir au niveau actuel, qui est relativement faible, même s'il se situera bien en deçà du plafond prévu.

"Notre réussite repose sur les efforts que nous déployons pour atteindre nos priorités de base, soit la croissance durable des revenus, la gestion du capital, le développement du leadership, la gestion prudente des risques ainsi que le contrôle des coûts. Avec les résultats vigoureux qu'elle annonce aujourd'hui pour le premier semestre de 2010, la Banque estime être en bonne voie d'atteindre ses objectifs établis pour 2010."

CHIFFRES CLÉS

    
                         Aux dates indiquées et pour les  Pour les semestres
                         trimestres terminés à ces dates     terminés les
    -------------------------------------------------------------------------
                            30 avril 31 janvier 30 avril  30 avril  30 avril
    (non vérifié)               2010       2010     2009      2010      2009
    -------------------------------------------------------------------------
    Résultats d'exploitation
     (en millions de dollars)
    Revenu d'intérêts net      2 058     2 147     2 087     4 205     4 053
    Revenu d'intérêts net
    (BMEF(1))                  2 129     2 222     2 164     4 351     4 200
    Total des revenus          3 873     3 906     3 596     7 779     6 947
    Total des revenus
     (BMEF(1))                 3 944     3 981     3 673     7 925     7 094
    Dotation à la provision
     pour pertes sur
     créances                    338       371       489       709       770
    Frais autres que
     d'intérêts                1 967     2 009     1 886     3 976     3 896
    Charge d'impôts              444       512       319       956       509
    Charge d'impôts (BMEF(1))    515       587       396     1 102       656
    Bénéfice net               1 097       988       872     2 085     1 714
    Bénéfice net attribuable
     aux actionnaires
     ordinaires                1 048       939       821     1 987     1 626
    -------------------------------------------------------------------------
    Rendement de
     l'exploitation
    Bénéfice de base par
     action (en dollars)        1,02      0,92      0,81      1,93      1,61
    Bénéfice dilué par action
     (en dollars)               1,02      0,91      0,81      1,93      1,61
    Bénéfice dilué par action
     avant amortissement(1)
     (en dollars)               1,04      0,93      0,82      1,97      1,64
    Rendement des capitaux
     propres(1)(2)
     (en pourcentage)           19,9      17,4      16,8      18,7      16,6
    Ratio de productivité
     (en pourcentage)
     (BMEF(1))                  49,9      50,5      51,4      50,2      54,9
    Marge nette sur intérêts
     sur le total de l'actif
     moyen(2) (en pourcentage)
     (BMEF(1))                  1,73      1,76      1,71      1,74      1,61
    -------------------------------------------------------------------------
    Données du bilan (en
     millions de dollars)
    Liquidités et titres(2)  181 390   173 472   137 487
    Prêts et acceptations(2) 281 268   275 816   306 619
    Total de l'actif(2)      526 125   507 626   514 501
    Dépôts                   371 249   364 938   346 860
    Actions privilégiées       3 975     3 710     3 710
    Capitaux propres
     attribuables aux
     actionnaires
     ordinaires(2)            21 577    21 647    20 132
    Actifs sous
     administration          230 964   226 308   196 773
    Actifs sous gestion       45 419    43 626    35 449
    -------------------------------------------------------------------------
    Mesures du capital
    Ratio du capital de
     catégorie 1
     (en pourcentage)           11,2      11,2       9,6
    Ratio du capital total
     (en pourcentage)           13,3      13,5      11,8
    Ratio des capitaux
     propres corporels
     attribuables aux
     actionnaires ordinaires
     à l'actif pondéré en
     fonction du risque(1)(3)
     (en pourcentage)            8,8       8,8       7,2
    Actif pondéré en
     fonction du risque
     (en millions de
     dollars)                215 115   215 891   241 837
    -------------------------------------------------------------------------
    Qualité du crédit
    Montant net des prêts
     douteux(2) (en millions
     de dollars)               2 475     2 677     2 179
    Provision générale
     pour pertes sur
     créances (en millions
     de dollars)               1 450     1 450     1 350
    Provision sectorielle
     (en millions de dollars)     24        43        60
    Montant net des prêts
     douteux en pourcentage
     des prêts et
     acceptations(2)(4)         0,88      0,97      0,71
    Dotation à la provision
     spécifique pour pertes
     sur créances en
     pourcentage de l'encours
     moyen des prêts et
     acceptations(2)
     (annualisé)                0,55      0,55      0,54      0,55      0,45
    -------------------------------------------------------------------------
    Données sur les actions
     ordinaires
    Cours de l'action
     (en dollars)
      Haut                     55,33     49,93     35,85     55,33     40,68
      Bas                      44,39     44,12     23,99     44,12     23,99
      Clôture                  51,78     44,83     33,94
    Actions en circulation
     (en millions)
      Moyenne (de base)        1 030     1 025     1 014     1 028     1 007
      Moyenne (diluée)         1 031     1 028     1 016     1 029     1 010
      Fin de la période        1 034     1 029     1 017
    Dividendes par action
     (en dollars)               0,49      0,49      0,49      0,98      0,98
    Rendement de l'action(5)
    (en pourcentage)             3,9       4,2       6,6       3,9       6,1
    Capitalisation boursière
     (en millions
     de dollars)              53 544    46 115    34 518
    Valeur comptable par
     action ordinaire(2)
     (en dollars)              20,87     21,04     19,80
    Ratio de la valeur de
     marché à la valeur
     comptable(2)                2,5       2,1       1,7
    Ratio cours-bénéfice
     (quatre derniers
     trimestres)                14,2      13,0      11,8
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres données
    Employés                  68 028    67 910    67 698
    Succursales et bureaux     2 730     2 692     2 683
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Se reporter à l'analyse des mesures non conformes aux PCGR plus loin.
    (2) Les montants au 30 avril 2009 ont été retraités afin de refléter
        l'incidence de la nouvelle convention comptable portant sur le
        classement et les pertes de valeur des actifs financiers mise en
        oeuvre au quatrième trimestre de 2009, avec prise d'effet le 1er
        novembre 2008 (se reporter à la note 1 afférente aux états financiers
        consolidés dans le rapport annuel 2009 pour obtenir davantage de
        renseignements).
    (3) Les montants au 30 avril 2009 ont été retraités afin de tenir compte
        de la nouvelle définition des capitaux propres corporels attribuables
        aux actionnaires ordinaires (se reporter aux mesures non conformes
        aux PCGR plus loin.
    (4) Le montant net des prêts douteux correspond au montant des prêts
        douteux moins la provision spécifique pour pertes sur créances.
    (5) D'après la moyenne des cours les plus hauts et les plus bas de
        l'action ordinaire pour l'exercice.
    

Énoncés prospectifs

Nos communications publiques comprennent souvent des énoncés prospectifs verbaux et écrits. Le présent document renferme ce genre d'énoncés, qui peuvent également être intégrés à d'autres documents déposés auprès des organismes de réglementation du commerce des valeurs mobilières du Canada ou de la Securities and Exchange Commission des États-Unis, ou à toute autre communication. De tels énoncés sont formulés aux termes des règles d'exonération de la loi américaine intitulée Private Securities Litigation Reform Act of 1995 et de toute loi pertinente sur les valeurs mobilières en vigueur au Canada. Des énoncés prospectifs peuvent comprendre des observations concernant les objectifs de la Banque, les stratégies qu'elle emploie pour les atteindre, ses résultats financiers prévisionnels (y compris ceux relevant du domaine de la gestion du risque) et les perspectives à l'égard des activités de la Banque et de l'économie du Canada, des États-Unis et du monde entier. On reconnaît habituellement les énoncés prospectifs à l'emploi de termes ou d'expressions comme "croire", "prévoir", "s'attendre à", "avoir l'intention de", "estimer", "projeter", "pourrait augmenter" et "pourrait fluctuer" et autres expressions similaires ainsi que par la conjugaison des verbes au futur et au conditionnel.

De par leur nature, les énoncés prospectifs comportent de nombreuses hypothèses, des incertitudes et des risques inhérents, tant généraux que spécifiques, ainsi que le risque que les prédictions et autres énoncés prospectifs se révèlent inexacts. La Banque conseille aux lecteurs de ne pas se fier indûment à ces énoncés étant donné que les résultats réels pourraient différer sensiblement des estimations et intentions exprimées dans ces énoncés prospectifs, en raison d'un certain nombre de facteurs importants dont plusieurs sont indépendants de sa volonté. Ces facteurs sont notamment la conjoncture économique et financière au Canada et dans le monde; les variations des taux d'intérêt et des cours du change; les liquidités; une volatilité importante et les interruptions des marchés; le défaut de tiers de respecter leurs obligations envers la Banque et envers les sociétés membres de son groupe; l'incidence des changements apportés à la politique monétaire; les modifications apportées aux lois et à la réglementation au Canada et ailleurs, notamment les changements apportés aux lois fiscales; l'incidence qu'aurait tout changement des notations de crédit attribuées à la Banque; les modifications apportées aux lignes directrices relatives au capital au titre des risques, aux nouvelles directives de présentation de l'information et aux directives réglementaires en matière de liquidités, ou les interprétations qui en sont faites; le risque opérationnel et le risque de réputation; le risque que les modèles de gestion du risque de la Banque ne tiennent pas compte de tous les facteurs pertinents; l'exactitude et l'exhaustivité de l'information que la Banque reçoit sur sa clientèle et ses contreparties; la mise au point et le lancement de nouveaux produits et services en temps opportun sur des marchés réceptifs; la capacité de la Banque à étendre ses canaux de distribution existants, à en mettre sur pied de nouveaux et à en tirer des revenus; la capacité de la Banque à mener à terme ses acquisitions et ses autres stratégies de croissance et à intégrer les établissements acquis; les modifications des conventions et des méthodes comptables dont la Banque se sert pour présenter sa situation financière et ses résultats d'exploitation, y compris les incertitudes entourant les principales hypothèses et estimations comptables; l'incidence de l'application de modifications comptables futures; l'activité sur les marchés financiers mondiaux; la capacité de la Banque à recruter et à conserver des dirigeants clés; la confiance accordée aux tiers qui fournissent les composantes de l'infrastructure commerciale de la Banque; les changements imprévus des habitudes de dépenses et d'épargne du consommateur; les changements technologiques; la fraude perpétrée par des tiers à l'interne ou à l'extérieur de la Banque, notamment par l'utilisation inédite de nouvelles technologies pour commettre des fraudes à l'endroit de la Banque ou de ses clients; le regroupement du secteur canadien des services financiers; la présence de nouveaux concurrents et des concurrents établis; les procédures judiciaires et réglementaires; les cas de force majeure comme les tremblements de terre et les ouragans; l'incidence éventuelle de conflits internationaux et autres événements, y compris les actes terroristes et la guerre contre le terrorisme; les incidences de maladies ou d'épidémies sur les économies locales, nationales ou internationale; les perturbations des infrastructures publiques, notamment les transports, les communications, l'électricité et l'eau; de même que la capacité de la Banque à prévoir et à gérer les risques que comportent ces facteurs. Une grande partie des activités de la Banque consiste à consentir des prêts ou à affecter autrement ses ressources à certains secteurs, entreprises ou pays. Tout événement imprévu touchant ces emprunteurs, secteurs ou pays risque d'avoir une incidence défavorable importante sur les résultats financiers de la Banque, sur ses activités, sur sa situation financière ou sur ses liquidités. Ces facteurs, et d'autres encore, peuvent faire en sorte que la performance réelle de la Banque soit, dans une mesure importante, différente de celle envisagée par les énoncés prospectifs. Pour plus de renseignements, il y a lieu de se reporter à la page 62 du rapport annuel 2009 de la Banque.

La liste des facteurs importants énoncés ci-dessus n'est pas exhaustive. Lorsqu'ils se fient à des énoncés prospectifs pour prendre des décisions à l'égard de la Banque et de ses titres, les investisseurs et les autres personnes doivent se pencher diligemment sur ces facteurs, ainsi que sur d'autres incertitudes et éventualités. La Banque ne s'engage pas à mettre à jour les énoncés prospectifs verbaux ou écrits qui peuvent être faits de temps à autre par elle ou en son nom.

La rubrique "Perspectives" contenue dans le présent document est fondée sur les opinions de la Banque; leur réalisation est incertaine. Le lecteur est prié de tenir compte des facteurs susmentionnés à la lecture de cette rubrique.

Le lecteur trouvera d'autres renseignements sur la Banque, y compris sa notice annuelle, sur le site Web de SEDAR, au www.sedar.com, ainsi que dans la section EDGAR du site Web de la SEC, au www.sec.gov.

Objectifs 2010

Notre tableau de bord équilibré

    
    Résultats financiers

    -   Rendement des capitaux propres de 16 % à 20 %
    -   Croissance de 7 % à 12 % du bénéfice dilué par action
    -   Valeur à long terme pour les actionnaires grâce à l'augmentation des
        dividendes et à l'appréciation du cours de l'action

    Personnel

    -   Niveau élevé de satisfaction et de mobilisation des employés
    -   Grande diversité de nos effectifs
    -   Collaboration

    Clientèle

    -   Niveau élevé de satisfaction et de fidélité de la clientèle
    -   Relations plus étroites avec nos clients existants
    -   Recrutement de nouveaux clients

    Exploitation

    -   Ratio de productivité inférieur à 58 %
    -   Pratiques saines en matière de gouvernance d'entreprise et de
        conformité
    -   Maintien de solides ratios de capital
    -   Engagement envers la responsabilité sociale de l'entreprise et la
        participation dans les collectivités
    

Principaux faits saillants commerciaux

Servir nos clients pour les aider à améliorer leurs finances

Le site Web du programme BonDébut de la Banque Scotia pour les nouveaux arrivants au Canada peut maintenant être consulté en huit langues : l'anglais, le français, le chinois traditionnel, le chinois simplifié, l'espagnol, le panjabi, l'arabe et le persan.

La Banque Scotia poursuit sa relation à long terme avec la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (la "FCEI"). À titre de banque officielle de la FCEI, la Banque continuera de soutenir ses clients en combinant les offres avantageuses offertes aux entreprises et aux petites entreprises avec la position de chef de file de la FCEI à titre de porte-parole des petites entreprises.

Dans le secteur de la gestion de patrimoine, la performance des Fonds Scotia demeure concurrentielle. En effet, tous les fonds ont gagné des parts de marché pendant 40 mois au cours des 42 derniers mois. Les actifs sous gestion des Portefeuilles INNOVA Scotia ont dépassé le milliard de dollars seulement un an après leur lancement à la mi-janvier 2009.

Au cours du deuxième trimestre, Scotia Capitaux a aidé ses clients dans le cadre des projets d'envergure suivants :

    
    -   Scotia Capitaux a agi en qualité de co-responsable des registres et
        de co-syndicataire dans le placement de 1,9 milliard de dollars US de
        titres de capitaux propres et dans l'émission de 2,7 milliards de
        dollars US de titres à rendement élevé pour le compte de Consol
        Energy Inc.
    -   Scotia Capitaux a agi en qualité de syndicataire chef de file unique
        et de responsable des registres dans le placement d'obligations à
        rendement élevé de 130 millions de dollars canadiens pour RTL-Westcan
        Limited Partnership et a également agi à titre d'arrangeur chef de
        file dans la mise en place d'une facilité de crédit renouvelable à
        terme de premier rang de 40 millions de dollars canadiens pour cette
        même société.
    -   Scotia Capitaux a agi à titre de co-arrangeur chef de file dans
        la mise en place d'un emprunt à terme de premier rang garanti de 1,5
        milliard de dollars américains pour le compte de Americas Mining
        Corporation, filiale en propriété exclusive de Grupo Mexico.
    

La Banque Scotia est récompensée pour son excellence

La Banque Scotia est honorée d'avoir reçu les récompenses suivantes au cours du trimestre :

    
    -   La Banque Scotia est la banque qui se classe au plus haut rang de la
        liste des institutions canadiennes les plus réputées en 2010 établie
        par la Reputation Institute.
    -   La Banque a une fois de plus été nommée l'un des meilleurs employeurs
        canadiens pour la diversité dans le cadre du projet des 100 meilleurs
        employeurs canadiens.
    -   La Banque Scotia est l'un des meilleurs endroits où travailler au
        Canada en 2010 selon le Great Place to Work(R) Institute. La Banque
        figure également sur la liste des meilleurs employeurs au Mexique, au
        Pérou, dans les Antilles et en Amérique centrale.
    -   La Banque Scotia figure sur la liste des 30 entreprises vertes au
        Canada des magazines Macleans et Canadian Business.
    -   Scotia Capitaux a été nommée la meilleure banque d'investissement au
        Canada pour la quatrième fois en six ans, et la meilleure banque du
        monde dans le domaine des infrastructures pour la deuxième année de
        suite par la revue Global Finance.
    

La Banque souligne la Journée internationale de la femme

Pour souligner la 99e Journée internationale de la femme, la Banque Scotia a lancé une campagne de reconnaissance d'une durée d'un an. Le programme "À chacune sa réussite" honorera deux employées de la Banque Scotia, d'après les mises en candidature reçues, chaque mois tout au long de l'année jusqu'à la 100e Journée internationale de la femme en 2011. La Banque versera des dons aux organismes de bienfaisance choisis par les lauréates et par les personnes qui ont soumis leur candidature.

Mesures non conformes aux PCGR

Pour évaluer sa performance, la Banque a recours à diverses mesures financières. Certaines d'entre elles ne sont pas calculées selon les principes comptables généralement reconnus (les "PCGR") ni définies par ceux-ci. Ces mesures n'ont aucune signification normalisée qui assurerait qu'elles sont cohérentes et comparables à celles du même nom utilisées par d'autres sociétés. Ces mesures non conformes aux PCGR sont utilisées dans notre rapport de gestion plus loin et elles sont définies ci-après :

Base de mise en équivalence fiscale

La Banque analyse le revenu d'intérêts net et le total des revenus sur une base de mise en équivalence fiscale (la "BMEF"). Cette méthode majore le revenu exonéré d'impôts gagné sur certains titres et comptabilisé dans le revenu d'intérêts net jusqu'à un montant équivalent avant impôts. Une augmentation correspondante est inscrite à la charge d'impôts, ce qui signifie qu'il n'y a aucune incidence sur le bénéfice net. La direction est d'avis que cette méthode permet d'établir une comparaison uniforme du revenu d'intérêts net découlant de sources imposables et de celui provenant de sources non imposables et qu'elle favorise une méthode cohérente de mesure. Bien que d'autres banques utilisent également la BMEF, la méthode qu'elles utilisent pourrait ne pas être comparable à celle de la Banque. Pour le trimestre à l'étude, le montant de la majoration au titre de la BMEF à l'égard du revenu d'intérêts net et de la charge d'impôts s'est élevé à 71 millions de dollars, contre 77 millions de dollars au trimestre correspondant de l'exercice précédent et 75 millions de dollars au trimestre précédent. Pour le semestre à l'étude, le montant de la majoration au titre de la BMEF à l'égard du revenu d'intérêts net et de la charge d'impôts s'est élevé à 146 millions de dollars, contre 147 millions de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent. Aux fins de la présentation des informations sectorielles, le revenu d'intérêts net et la charge d'impôts des secteurs sont majorés d'un montant équivalent imposable. L'élimination de la majoration au titre de la BMEF est inscrite dans le secteur "Autres".

Bénéfice dilué par action avant amortissement

Le bénéfice dilué par action est ajusté de manière à inclure l'amortissement après impôts hors-trésorerie des actifs incorporels de manière à parvenir au bénéfice dilué par action avant amortissement.

Ratio de productivité (BMEF)

La direction utilise le ratio de productivité comme mesure de l'efficacité de la Banque. Ce ratio représente les frais autres que d'intérêts exprimés en pourcentage du total des revenus, sur une base de mise en équivalence fiscale.

Marge nette sur intérêts sur le total des actifs moyens ("BMEF")

Ce ratio indique le revenu d'intérêts net, sur une base de mise en équivalence fiscale, exprimé en pourcentage du total des actifs moyens.

Levier d'exploitation

La Banque définit le levier d'exploitation comme le taux de croissance du total des revenus sur une base de mise en équivalence fiscale, moins le taux de croissance des frais.

Rendement des capitaux propres

Le rendement des capitaux propres est une mesure de rentabilité qui présente le bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires exprimé en pourcentage des capitaux propres attribuables aux actionnaires ordinaires. La Banque calcule le rendement de ses capitaux propres à l'aide des capitaux propres moyens attribuables aux actionnaires ordinaires.

Capital économique et rendement du capital économique

Aux fins de l'information financière interne, la Banque répartit le capital entre ses secteurs d'activité d'après leur profil de risque et selon une méthode qui tient compte du risque de crédit, du risque de marché, du risque opérationnel et des autres risques propres à chaque secteur. Le montant de capital lié au risque réparti est communément appelé capital économique. Le rendement du capital économique par secteur d'activité est calculé en fonction du capital économique qui lui est attribué.

Ratio des capitaux propres corporels attribuables aux actionnaires ordinaires à l'actif pondéré en fonction du risque

Le ratio des capitaux propres corporels attribuables aux actionnaires ordinaires à l'actif pondéré en fonction du risque est une mesure financière importante pour les agences de notation et les investisseurs. Les capitaux propres corporels attribuables aux actionnaires ordinaires représentent la somme du total des capitaux propres attribuables aux actionnaires ordinaires et de la participation sans contrôle dans les filiales, déduction faite de l'écart d'acquisition et des actifs incorporels non amortis. Les capitaux propres corporels attribuables aux actionnaires ordinaires sont présentés en pourcentage de l'actif pondéré en fonction du risque. Les ratios de capital réglementaire, comme le ratio de capital de catégorie 1 et le ratio du capital total, ont une signification normalisée définie par le Bureau du surintendant des institutions financières du Canada (le "BSIF").

Résultats financiers et situation financière du Groupe Le 1er juin 2010

Résultats financiers

Bénéfice net

Le bénéfice net de la Banque Scotia a atteint un nouveau sommet au deuxième trimestre, soit 1 097 millions de dollars, affichant ainsi une hausse de 225 millions de dollars, ou de 26 %, par rapport à celui du trimestre correspondant de l'exercice précédent et de 109 millions de dollars, ou de 11 %, en regard de celui du premier trimestre.

Compte non tenu de l'incidence défavorable de 112 millions de dollars de la conversion des devises, le bénéfice net a augmenté de 337 millions de dollars, ou de 39 %, sur douze mois. Le revenu d'intérêts net fort élevé qu'a engendré l'essor des volumes, soit surtout ceux des services bancaires aux particuliers et aux entreprises, la progression des revenus tirés des services de gestion de patrimoine, la vigueur des revenus de transaction et la diminution de la dotation à la provision pour pertes sur créances ont contribué à cet excellent résultat. Également, les gains nets sur titres ont monté, mais cette hausse a été annulée par la baisse des revenus tirés des opérations de titrisation, le montant enregistré à ce chapitre ayant diminué sur douze mois. L'incidence de la montée du taux d'imposition effectif a freiné l'ensemble des résultats.

L'augmentation du bénéfice net depuis le premier trimestre a découlé principalement de la hausse des gains nets sur titres et des revenus de transaction, du repli des frais autres que d'intérêts, du recul de la dotation à la provision pour pertes sur créances et de l'incidence d'un taux d'imposition effectif moins élevé. Ces facteurs ont été en partie contrebalancés par la diminution du revenu d'intérêts net, diminution découlant notamment des conséquences du nombre moins élevé de jours qu'a comptés le trimestre.

Le bénéfice net du semestre à l'étude s'est dégagé à 2 085 millions de dollars, soit 371 millions de dollars, ou 22 %, de plus que pour la même période de l'exercice précédent, et ce, en dépit de l'incidence défavorable de 240 millions de dollars de la conversion des devises et du montant record de 317 millions de dollars de revenus tirés des opérations de titrisation qui avait été pris en compte dans les résultats il y a un an. L'amélioration du revenu d'intérêts et des gains nets sur titres, la vigueur des revenus de transaction et de ceux tirés des services de gestion de patrimoine et, enfin, la diminution de la dotation à la provision pour pertes sur créances sont les facteurs à l'origine de la progression du bénéfice net depuis le semestre correspondant de l'exercice précédent, mais ils ont été atténués par la hausse des frais autres que d'intérêts et l'incidence d'un taux d'imposition effectif plus élevé.

Incidence de la conversion des devises

Le tableau ci-après présente l'incidence de la conversion des devises sur les variations de certains postes clés de l'état des résultats d'un trimestre à l'autre et d'un exercice à l'autre. La conversion des devises a eu une incidence plus marquée sur les variations par rapport aux montants du trimestre correspondant de l'exercice précédent en raison de la forte appréciation du dollar canadien en glissement annuel.

    
                                                                    Pour les
                                           Pour les trimestres     semestres
                                               terminés aux      terminés aux
    (en millions de dollars,                     périodes           périodes
     sauf les montants par action)              indiquées          indiquées
    -------------------------------------------------------------------------
                                          T2 2010 c.  T2 2010 c.  T2 2010 c.
                                             T1 2010     T2 2009     T2 2009
    -------------------------------------------------------------------------
    Taux de change moyen
     des dollars américain et canadien
    30 avril 2010                            0,973 $     0,973 $     0,961 $
    31 janvier 2010                          0,949 $
    30 avril 2009                                        0,804 $     0,810 $
    -------------------------------------------------------------------------
    Variation en %                               3 %        21 %        19 %
    -------------------------------------------------------------------------
    Incidence sur les résultats :
    Revenu d'intérêts net                      (28)$      (172)$      (322)$
    Autres revenus                             (22)       (108)       (252)$
    Frais autres que d'intérêts                 15          98         178
    Autres éléments (après impôts)              14          70         156
                                          -----------------------------------
    Bénéfice net                               (21)$      (112)$      (240)$
                                          -----------------------------------
    Bénéfice par action
    (dilué)                                  (0,02)      (0,11)      (0,23)
    -------------------------------------------------------------------------
    Incidence par secteur d'activité
    Réseau canadien                             (1)         (8)        (14)
    Opérations internationales                  (7)        (41)        (98)
    Scotia Capitaux                             (6)        (35)        (95)
    Autres                                      (7)        (28)        (33)
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    

Total des revenus

Pour le trimestre écoulé, le total des revenus (sur une base de mise en équivalence fiscale) s'est chiffré à 3 944 millions de dollars, pour une augmentation de 271 millions de dollars, ou de 7 %, en regard de celui du deuxième trimestre de l'exercice précédent. Compte non tenu de l'incidence défavorable de 280 millions de dollars de la conversion des devises, le total des revenus a monté de 551 millions de dollars, ou de 15 %. Cette augmentation est attribuable à l'excellent résultat au chapitre du revenu d'intérêts, à l'accroissement des gains nets sur titres et des revenus tirés des services de gestion de patrimoine ainsi qu'à l'excellence des revenus de transaction par suite de l'amélioration des marchés boursiers. Ces facteurs ont été atténués par le recul des revenus tirés des opérations de titrisation.

Comparativement à celui du trimestre précédent, le total des revenus (sur une base de mise en équivalence fiscale) a régressé de 37 millions de dollars, ou de 1 %. La diminution du revenu d'intérêts net a été contrebalancée en partie par la hausse des gains nets sur titres, des revenus de transaction et des revenus tirés des services de gestion de patrimoine.

Pour le semestre, le total des revenus (sur une base de mise en équivalence fiscale) s'est chiffré à 7 925 millions de dollars, ayant progressé de 831 millions de dollars, ou de 12 %, sur douze mois, et ce, malgré l'incidence défavorable de 574 millions de dollars de la conversion des devises. Outre un revenu d'intérêts net fort élevé, la hausse des revenus semestriels d'un exercice à l'autre a découlé essentiellement de l'accroissement des gains nets sur titres et de la vigueur des revenus de transaction et des revenus tirés des services de gestion de patrimoine par suite de la meilleure tenue des marchés boursiers. Ces facteurs ont toutefois été contrebalancés en partie par le repli des revenus tirés des opérations de titrisation.

Revenu d'intérêts net

Le revenu d'intérêts net (sur une base de mise en équivalence fiscale) du trimestre écoulé s'est chiffré à 2 129 millions de dollars, accusant ainsi une baisse de 35 millions de dollars en regard de celui constaté au trimestre correspondant de l'exercice précédent. Compte non tenu de l'incidence négative de 172 millions de dollars de la conversion des devises, le revenu d'intérêts net a monté de 137 millions de dollars. Cette progression est essentiellement attribuable à la croissance des actifs et à l'amélioration de la marge nette sur intérêts, laquelle a découlé de l'élargissement des écarts sur les prêts aux grandes sociétés, les prêts hypothécaires et les marges de crédit de particuliers ainsi que du recul de la moyenne des actifs improductifs, ce qui a été contrebalancé en partie par la diminution des gains générés par les variations de la juste valeur des instruments financiers utilisés aux fins de la gestion de l'actif et du passif et par le recul du revenu exonéré d'impôts.

Le revenu d'intérêts net (sur une base de mise en équivalence fiscale) a fléchi de 93 millions de dollars, ou de 4 %, depuis le premier trimestre, ce qui a été causé principalement par une légère baisse de la marge et par le fait que le trimestre à l'étude a compté trois jours de moins.

Pour le semestre à l'étude, le revenu d'intérêts net (sur une base de mise en équivalence fiscale) s'est situé à 4 351 millions de dollars, ayant monté de 151 millions de dollars, ou de 4 %, comparativement à celui des six mois correspondants de l'exercice précédent, malgré l'incidence négative de 322 millions de dollars de la conversion des devises. La croissance du revenu d'intérêts net a découlé de l'amélioration de la marge nette sur intérêts du Réseau canadien et des Opérations internationales, surtout dans le secteur des prêts aux particuliers, et des variations plus avantageuses de la juste valeur des instruments financiers utilisés aux fins de la gestion de l'actif et du passif.

La marge nette sur intérêts de la Banque s'est établie à 1,73 % au deuxième trimestre, en hausse par rapport à celle de 1,71 % pour le trimestre correspondant de l'exercice précédent, mais en baisse en regard de celle de 1,76 % pour le trimestre précédent.

L'élargissement de la marge sur douze mois est attribuable à la diminution de la moyenne des actifs improductifs et à l'amélioration des taux de divers actifs et produits de dépôt du Réseau canadien, ce qui a été contrebalancé par le recul des gains associés à la variation de la juste valeur des instruments financiers utilisés aux fins de la gestion de l'actif et du passif et par le repli du revenu exonéré d'impôts.

Le rétrécissement de la marge par rapport à celle du trimestre précédent s'explique principalement par la compression des marges dans les Antilles, des écarts de taux sur trésorerie des Opérations internationales et des écarts sur les prêts aux grandes sociétés ainsi que par la hausse des volumes de dépôts auprès d'autres banques, lesquels génèrent des écarts plus faibles. L'élargissement des écarts sur les marges de crédit de particuliers et les cartes de crédit du Réseau canadien a annulé en partie les répercussions de ces facteurs.

Autres revenus

Malgré l'incidence défavorable de 108 millions de dollars de la conversion des devises, les autres revenus se sont établis à 1 815 millions de dollars pour le trimestre écoulé, en hausse de 20 %, ou de 306 millions de dollars en regard de ceux de 1 509 millions de dollars au deuxième trimestre de l'exercice précédent. Cette hausse est principalement attribuable à l'accroissement des gains nets sur titres découlant aussi bien de gains plus élevés à la vente de titres que de réductions de valeur moindres, à la hausse des revenus de transaction sur instruments dérivés et des revenus tirés des services de gestion de patrimoine ainsi qu'à l'incidence d'une variation favorable de la juste valeur des instruments financiers détenus à des fins autres que de transaction. Ces facteurs ont été contrebalancés en partie par le recul des revenus tirés des opérations de titrisation et des autres revenus de transaction. Également, les résultats du trimestre correspondant de l'exercice précédent tenaient compte d'une perte à la vente d'un portefeuille de cartes de crédit au Mexique.

En regard du trimestre précédent, les autres revenus ont augmenté de 56 millions de dollars, ou de 3 %, en raison surtout de l'accroissement des gains nets sur titres, des revenus de transaction ainsi que des commissions de crédit et de celles tirées des services de gestion de patrimoine, ce qui a été atténué par la diminution des commissions de prise ferme et de celles provenant des activités de transaction. Au premier trimestre, les autres revenus tenaient compte d'un gain non récurrent à la vente des activités d'administration de régimes de retraite au Mexique et d'une perte liée à la participation de la Banque dans une société affiliée au Venezuela engendrée par la forte perte de valeur du bolivar.

Pour le semestre à l'étude, les autres revenus ont été de 3 574 millions de dollars, ce qui signifie qu'ils se sont accrus de 680 millions de dollars, ou de 23 %, par rapport à ceux de la période correspondante de l'exercice précédent. Compte non tenu de l'incidence défavorable de 252 millions de dollars de la conversion des devises, les autres revenus ont monté de 932 millions de dollars, ou de 32 %, ce qui a résulté de l'accroissement des gains nets sur titres, accroissement attribuable aux gains à la vente de titres et aux réductions de valeur moindres, ainsi que de la vigueur des revenus de transaction sur instruments dérivés. Ces facteurs ont été contrebalancés en partie par la perte liée à la participation de la Banque dans une société affiliée au Venezuela dont il a été fait mention ci-dessus. De plus, les résultats d'il y a un an tenaient compte de pertes de transaction sur instruments dérivés. L'amélioration des autres revenus est également attribuable à la croissance des revenus tirés des services de gestion de patrimoine par suite de l'essor des actifs sous administration, à un gain non récurrent à la vente des activités d'administration de régimes de retraite au Mexique et à une variation favorable de la juste valeur des instruments financiers détenus à des fins autres que de transaction. Ces facteurs ont été atténués par le recul des revenus tirés des opérations de titrisation.

Dotation à la provision pour pertes sur créances

Pour le trimestre écoulé, la dotation à la provision pour pertes sur créances s'est établie à 338 millions de dollars, en baisse de 151 millions de dollars par rapport à celle du trimestre correspondant de l'exercice précédent et de 33 millions de dollars en regard de celle du premier trimestre. La dotation du trimestre à l'étude a été affectée à la provision spécifique en un montant de 357 millions de dollars, lequel a été compensé en partie par une reprise de 19 millions de dollars sur la provision sectorielle. Cette reprise témoigne de l'amélioration de la qualité du portefeuille de prêts aux grandes sociétés dans le secteur de l'automobile.

D'autres détails sur le risque de crédit sont fournis plus loin.

Frais autres que d'intérêts et productivité

Les frais autres que d'intérêts pour le trimestre à l'étude ont totalisé 1 967 millions de dollars, ce qui traduit une hausse de 81 millions de dollars, soit de 4 %, sur douze mois, ou de 179 millions de dollars, ou de 9 %, exclusion faite de l'incidence favorable de la conversion des devises. Les acquisitions ont représenté 13 millions de dollars de la hausse, et la tranche restante a découlé principalement de l'essor des frais liés à la rémunération. La rémunération liée à la performance a augmenté en lien avec la progression des revenus et celle à base d'actions a monté en raison notamment de l'appréciation du cours de l'action de la Banque et des modifications à ses régimes de rémunération. Ces facteurs ont toutefois été contrebalancés en partie par une réduction des honoraires et des frais liés aux locaux et à la technologie.

En regard de ceux du premier trimestre, les frais autres que d'intérêts ont reculé de 42 millions de dollars. Cette baisse est principalement attribuable à la diminution de la rémunération à base d'actions causée surtout par le fait que les modifications apportées aux régimes avaient eu davantage de répercussions au premier trimestre. Les coûts liés à la technologie et aux communications ont également baissé.

En cumul annuel et comparativement à ce qu'ils étaient au cours de la période correspondante de l'exercice précédent, les frais autres que d'intérêts ont augmenté de 80 millions de dollars, ou de 2 %, malgré l'incidence favorable de 178 millions de dollars de la conversion des devises. Leur hausse a trait essentiellement aux frais liés à la rémunération, soit surtout celle à base d'actions du fait des modifications aux régimes et de l'appréciation du cours de l'action. Également, le montant élevé des revenus de transaction et de ceux sous forme de commissions associées aux volumes a accru la rémunération liée à la performance. La majeure partie du reste des catégories de frais autres que d'intérêts a affiché des baisses, ce qui témoigne des efforts que la Banque a consentis à la gestion de ses frais.

Le ratio de productivité, qui est une mesure de l'efficacité de la Banque, s'est établi à 49,9 % pour le trimestre à l'étude, contre 51,4 % pour le trimestre correspondant de l'exercice précédent et 50,5 % au trimestre précédent. Le levier d'exploitation de la Banque pour le trimestre à l'étude, par rapport à l'exercice précédent, s'est établi à 3,1 %. Pour le semestre, il a été de 9,7 %.

Impôts

Le taux d'imposition effectif du trimestre à l'étude s'est établi à 28,3 %, comparativement à 26,1 % pour la période correspondante de l'exercice précédent et à 33,6 % au premier trimestre. La hausse enregistrée sur douze mois s'explique principalement par le recul du revenu généré dans des territoires où les taux d'imposition sont plus faibles et de la moins grande proportion de revenus de dividende exonérés d'impôt. Ces facteurs ont été atténués par la diminution des réductions de valeur des actifs d'impôts futurs et par la baisse du taux d'imposition prévu par la loi au Canada.

La baisse enregistrée depuis le trimestre précédent a découlé essentiellement du recul des pertes subies dans des territoires où les taux d'imposition sont plus faibles et du fait que les réductions de valeur des actifs d'impôts futurs ont été moins importantes.

Gestion du risque

Les pratiques et politiques de la Banque en matière de gestion du risque n'ont pas changé par rapport à ce qui est énoncé aux pages 62 à 76 du rapport annuel 2009.

Risque de crédit

Dotation à la provision pour pertes sur créances

La dotation à la provision pour pertes sur créances a été de 338 millions de dollars pour le trimestre à l'étude, comparativement à 489 millions de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent et à 371 millions de dollars au trimestre précédent.

Le total des dotations à la provision pour pertes sur créances du Réseau canadien a été de 189 millions de dollars, contre 188 millions de dollars pour le trimestre correspondant de l'exercice précédent et 180 millions de dollars au premier trimestre. L'augmentation, sur douze mois, des dotations à l'égard du secteur des particuliers dans les portefeuilles de prêts non garantis a été compensée par la baisse de celles relatives aux prêts aux entreprises. Les dotations inscrites au deuxième trimestre de l'exercice précédent comprenaient une dotation sectorielle de 10 millions de dollars. Comparativement à celles du premier trimestre, les dotations à l'égard du secteur des particuliers dans les portefeuilles de prêts non garantis ont été légèrement supérieures, alors que le total de celles relatives aux prêts aux entreprises est demeuré pour ainsi dire le même.

Les dotations à la provision pour pertes sur créances du secteur Opérations internationales se sont chiffrées à 173 millions de dollars, contre 115 millions de dollars pour la période correspondante de l'exercice précédent et 177 millions de dollars pour le trimestre précédent. L'augmentation sur douze mois est principalement attribuable aux dotations inscrites en lien avec un compte d'entreprise aux Antilles, alors qu'au même trimestre de l'exercice précédent, des reprises sur les dotations relatives aux prêts aux entreprises avaient eu une incidence favorable. En glissement annuel, les dotations à l'égard des prêts aux particuliers n'ont affiché aucune variation. Comparativement à ce qu'elles étaient au trimestre précédent, ces dotations ont quelque peu baissé alors que celles inscrites en lien avec les prêts aux entreprises sont demeurées inchangées.

Scotia Capitaux a comptabilisé des recouvrements nets de 24 millions de dollars, contre des dotations totalisant 159 millions de dollars au trimestre correspondant de l'exercice précédent et 14 millions de dollars pour le trimestre précédent. Les recouvrements nets du trimestre à l'étude ont compris une reprise de 19 millions de dollars sur la provision sectorielle constituée à l'égard du secteur de l'automobile.

La provision générale pour pertes sur créances s'établissait à 1 450 millions de dollars au 30 avril 2010, soit le même montant que trois mois plus tôt. La provision sectorielle constituée pour le secteur de l'automobile se chiffrait à 24 millions de dollars, en baisse de 19 millions de dollars, ce qui reflète des reprises sur les provisions devenues inutiles.

Prêts douteux

Le montant total brut des prêts douteux était de 5 322 millions de dollars au 30 avril 2010, soit 1 190 millions de dollars de plus qu'au trimestre précédent. De cette hausse, une tranche de 1 422 millions de dollars est attribuable à la récente acquisition de R-G Premier Bank of Puerto Rico. Exclusion faite de cette acquisition, le montant total brut des prêts douteux a reculé de 232 millions de dollars depuis le premier trimestre.

Le montant total net des prêts douteux, déduction faite de la provision spécifique pour pertes sur créances, se chiffrait à 2 475 millions de dollars au 30 avril 2010, soit 202 millions de dollars de moins qu'au trimestre précédent.

Le montant total net des prêts douteux du Réseau canadien s'est établi à 611 millions de dollars, en baisse par rapport aux 667 millions de dollars inscrits au premier trimestre. La réduction a principalement trait au portefeuille de prêts aux particuliers.

Le montant total net des prêts douteux des Opérations internationales a été de 1 634 millions de dollars, en baisse par rapport aux 1 669 millions de dollars inscrits au trimestre précédent, la hausse des prêts douteux du portefeuille de prêts aux particuliers ayant été plus qu'annulée par les améliorations enregistrées dans le portefeuille de prêts aux entreprises.

Quant au montant total net des prêts douteux de Scotia Capitaux, il s'est situé à 230 millions de dollars, en regard de 341 millions de dollars au trimestre précédent. La majeure partie de cette baisse est attribuable au portefeuille américain.

Survol du portefeuille de prêts

Une partie importante du portefeuille de prêts de la Banque est constituée de prêts hypothécaires à l'habitation et de prêts à la consommation, lesquels sont bien diversifiés sur le plan des emprunteurs et des régions. Au 30 avril 2010, ces prêts s'élevaient à 175 milliards de dollars (167 milliards de dollars au 31 janvier 2010) et représentaient 63 % (62 % au 31 janvier 2010) du total de l'encours des prêts de la Banque (compte tenu des provisions spécifiques, mais non de la provision générale). Ces prêts hypothécaires à l'habitation et une proportion très élevée des prêts à la consommation sont garantis, le portefeuille du Réseau canadien l'étant à 92 % et celui des Opérations internationales l'étant à 77 %, ce qui reflète les montants en fin d'exercice.

Le reste du portefeuille de prêts est composé de prêts aux entreprises et aux grandes sociétés, prêts qui sont eux aussi bien diversifiés pour ce qui est des emprunteurs, des secteurs d'activité et des régions.

Risque-pays

En raison de ses diverses opérations internationales, la Banque est exposée au risque-pays dans un certain nombre de pays. La Banque gère activement ce risque, notamment à l'aide de limites de risque établies en fonction de la solvabilité des pays en question. L'exposition de la Banque à certains pays d'Europe qui ont récemment fait les manchettes est négligeable, et elle n'est nullement exposée à un tel risque en ce qui a trait à la Grèce, au Portugal ou à l'Italie.

Autres risques de crédit

Comme en témoigne une reprise partielle sur la provision sectorielle, le secteur de l'automobile s'est stabilisé. L'exposition de la Banque au risque lié aux prêts dans le secteur de l'automobile et ses titres adossés à des prêts automobiles consentis à des particuliers n'ont pas varié de façon significative depuis le dernier trimestre.

Risque de marché

La valeur à risque ("VAR") est une mesure clé du risque de marché lié aux activités de transaction de la Banque. Au deuxième trimestre, la VAR quotidienne moyenne s'est élevée à 13,4 millions de dollars, contre 16,0 millions de dollars au trimestre correspondant de l'exercice précédent. La baisse est principalement attribuable à la diminution du risque de taux d'intérêt. En comparaison avec celle du premier trimestre, la VAR quotidienne moyenne a diminué, passant de 14,6 millions de dollars à 13,4 millions de dollars, grâce à la réduction de tous les facteurs de risque.

    
                                    Moyenne pour les trimestres terminés les
    -------------------------------------------------------------------------
    Facteur de risque                       30 avril  31 janvier    30 avril
    (en millions de dollars)                    2010        2010        2009
    -------------------------------------------------------------------------
    Taux d'intérêt                            12,2 $      14,1 $      15,9 $
    Actions                                    6,5         7,3         4,0
    Change                                     1,5         2,6         2,2
    Marchandises                               1,9         2,7         2,9
    Effet de la diversification               (8,7)      (12,1)       (9,0)
    -------------------------------------------------------------------------
    VAR à l'échelle de la Banque              13,4 $      14,6 $      16,0 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    

Des pertes de transaction ont été subies pendant deux jours au deuxième trimestre, contre huit jours au trimestre précédent. Ces pertes se sont situées largement à l'intérieur des limites prévues par la méthode de la VAR.

Risque d'illiquidité

La Banque maintient des avoirs considérables en actifs liquides afin de soutenir ses activités. En règle générale, elle peut vendre ou donner en nantissement ces actifs afin d'honorer ses engagements. Au 30 avril 2010, ces actifs s'élevaient à 167 milliards de dollars, ou 32 % du total de l'actif (146 milliards de dollars, ou 29 % du total de l'actif, au 31 octobre 2009). Ces actifs étaient composés de titres et d'autres actifs liquides, dont la trésorerie et les dépôts auprès d'autres banques, à raison de 65 % et de 35 %, respectivement (69 % et 31 %, respectivement, au 31 octobre 2009).

Dans le cadre de ses activités quotidiennes, la Banque affecte en nantissement des titres et d'autres actifs en vue de garantir des obligations, de participer à des systèmes de compensation ou de règlement ou d'exercer des activités à l'étranger. Elle peut également mettre des titres en pension. Au 30 avril 2010, le total des actifs donnés en nantissement ou mis en pension s'établissait à 93 milliards de dollars (84 milliards de dollars au 31 octobre 2009). La hausse enregistrée d'un trimestre à l'autre est attribuable en grande partie à l'augmentation des actifs donnés en nantissement afin de garantir des obligations liées à des titres empruntés. Aux termes de certains contrats sur dérivés négociés de gré à gré, la Banque devra fournir des garanties supplémentaires si jamais ses cotes de crédit sont abaissées. La Banque s'assure d'avoir accès à des garanties suffisantes pour remplir une telle exigence advenant qu'une ou plusieurs agences de notation révisent ses cotes à la baisse.

Bilan

Au 30 avril 2010, le total de l'actif de la Banque s'élevait à 526 milliards de dollars, soit 29 milliards de dollars de plus qu'au 31 octobre 2009. Compte non tenu de l'incidence défavorable de la conversion des devises, le total de l'actif a augmenté de 43 milliards de dollars, ou de 9 %.

Les liquidités ont progressé de 14 milliards de dollars du fait surtout de l'augmentation des dépôts portant intérêt auprès de banques centrales.

Le total des titres s'est accru de 7 milliards de dollars depuis le 31 octobre 2009, malgré les conséquences négatives, au montant de 2 milliards de dollars, de la conversion des devises. Les titres détenus à des fins de transaction ont augmenté de 11 milliards de dollars en raison essentiellement de positions plus importantes en actions et en titres de créance du gouvernement américain. Les titres disponibles à la vente ont fléchi de 5 milliards de dollars, baisse survenue principalement dans les titres adossés à des créances hypothécaires et les obligations de société. Les placements comptabilisés à la valeur de consolidation ont augmenté de 777 millions de dollars, ce qui est en majeure partie attribuable à un investissement supplémentaire dans Thanachart Bank aux fins du financement de son acquisition de Siam City Bank.

Au 30 avril 2010, le gain non réalisé sur les titres disponibles à la vente, compte tenu de l'incidence des couvertures admissibles, se chiffrait à 796 millions de dollars, pour une baisse de 232 millions de dollars depuis le trimestre précédent. La variation est surtout attribuable au recul de la valeur des titres adossés à des créances hypothécaires et des titres de créance du gouvernement canadien. Ce recul a été causé par les variations des taux d'intérêt, ce qui a été contrebalancé en partie par l'augmentation de la valeur des actions et des obligations de société qu'a engendrée l'embellie des marchés financiers.

Le portefeuille de prêts de la Banque s'est accru de 7 milliards de dollars depuis le 31 octobre 2009, soit de 12 milliards de dollars, ou de 5 %, compte non tenu de l'incidence défavorable de la conversion des devises. Pour ce qui est des prêts aux particuliers, les prêts hypothécaires à l'habitation ont monté de 12 milliards de dollars, soit de 9 milliards de dollars dans le secteur Réseau canadien et de 3 milliards de dollars dans celui des Opérations internationales. L'augmentation enregistrée par ce dernier secteur a découlé essentiellement de la récente acquisition de R-G Premier Bank of Puerto Rico. Les prêts aux entreprises et aux administrations publiques ont reculé de 3 milliards de dollars à cause de l'incidence négative de 4 milliards de dollars de la conversion des devises.

Les titres pris en pension se sont renforcés de 4 milliards de dollars. Les autres actifs, c'est-à-dire essentiellement des montants à recevoir de courtiers et de contreparties, ont monté de 3 milliards de dollars. L'actif lié aux instruments dérivés a fléchi de 3 milliards de dollars, ce qui correspond à la baisse du passif lié à de tels instruments.

Au 30 avril 2010, le total du passif se chiffrait à 501 milliards de dollars, en hausse de 29 milliards de dollars par rapport à celui au 31 octobre 2009. Compte non tenu de l'incidence défavorable de la conversion des devises, le total du passif a augmenté de 42 milliards de dollars, ou de 9 %.

Le total des dépôts a progressé de 21 milliards de dollars, compte tenu d'un écart de conversion de 11 milliards de dollars, et cette augmentation est survenue essentiellement dans les dépôts d'entreprises et d'administrations publiques, lesquels se sont accrus de 17 milliards de dollars, et ce, surtout aux États-Unis. Les autres dépôts de banques ont affiché une hausse de 3 milliards de dollars.

Les obligations relatives aux titres vendus à découvert et celles associées aux titres mis en pension ont été respectivement de 8 milliards de dollars et de 4 milliards de dollars plus élevées.

Le total des capitaux propres a augmenté de 780 millions de dollars depuis le 31 octobre 2009. Cette hausse est attribuable au capital autogénéré d'un montant de 980 millions de dollars, à l'émission de 386 millions de dollars d'actions ordinaires par le biais du régime de réinvestissement de dividendes et d'achat d'actions des employés et par suite de l'exercice d'options, ainsi qu'à l'émission de 265 millions de dollars d'actions privilégiées. Cette hausse a été neutralisée en partie par une augmentation de 875 millions de dollars du montant négatif du cumul des autres éléments du résultat étendu, ce qui est principalement attribuable au fait que le renforcement du dollar canadien a accru les pertes de change non réalisées.

Gestion du capital

La Banque Scotia tient à maintenir un solide capital afin de contrer les risques liés à ses diverses activités. Le cadre de gestion du capital de la Banque comporte un processus interne exhaustif d'évaluation de la suffisance du capital visant à assurer qu'elle dispose d'un capital amplement suffisant pour lui permettre de faire face aux risques actuels et futurs et d'atteindre ses objectifs stratégiques. Les principales composantes de ce processus comprennent une saine gouvernance d'entreprise, l'établissement de cibles en matière de capital fondées sur les risques, la gestion et la surveillance du capital sur une base courante mais aussi prospective et l'utilisation de paramètres financiers appropriés qui mettent en corrélation le risque et le capital, notamment les mesures du capital réglementaire. Les pratiques de la Banque en matière de gestion du capital n'ont pas changé par rapport à celles décrites aux pages 38 à 42 du rapport annuel 2009.

Ratios de capital

La Banque continue à maintenir un capital solide. Au 30 avril 2010, le ratio du capital de catégorie 1 et le ratio du capital total s'établissaient respectivement à 11,2 % et à 13,3 %, comparativement à 11,2 % et à 13,5 % au 31 janvier 2010. L'apport positif du capital autogénéré, les émissions d'actions par le biais des régimes de réinvestissement de dividendes et d'options sur actions à l'intention des employés ainsi que l'émission de 265 millions de dollars d'actions privilégiées durant le trimestre ont annulé l'incidence de l'investissement supplémentaire dans Thanachart Bank et de l'acquisition de R-G Premier Bank of Puerto Rico. Le ratio des capitaux propres corporels attribuables aux actionnaires ordinaires n'avait pas changé au 30 avril 2010, s'établissant alors à 8,8 %.

Dividende par action ordinaire

Lors de sa réunion du 31 mai 2010, le conseil d'administration a approuvé un dividende trimestriel de 0,49 $ par action ordinaire qui sera versé le 28 juillet 2010 aux actionnaires inscrits le 6 juillet 2010.

Instruments financiers

Vu la nature des principales activités commerciales de la Banque, les instruments financiers occupent une grande place dans son bilan et font partie intégrante de ses activités. Différentes mesures reflètent le niveau de risque associé au portefeuille d'instruments financiers de la Banque. Certaines de ces mesures du risque sont exposées plus en détail à la rubrique "Gestion du risque", ci-dessus. Les méthodes servant à établir la juste valeur des instruments financiers sont décrites aux pages 78 et 79 du rapport annuel 2009.

La direction doit faire appel à son jugement à l'égard des données servant à l'évaluation lorsque des données de marché observables ne sont pas disponibles, ainsi que dans le choix des modèles d'évaluation. L'incertitude relative à ces estimations et à ces jugements peut avoir une incidence sur la juste valeur et les résultats financiers qui sont comptabilisés. Au cours du trimestre à l'étude, les variations de la juste valeur des instruments financiers ont, en règle générale, découlé d'une conjoncture normale en ce qui a trait à l'économie, au secteur et au marché.

Au 30 avril 2010, les montants nominaux de référence des instruments dérivés totalisaient 1 937 milliards de dollars, contre 1 540 milliards de dollars au 31 octobre 2009, en raison principalement de l'augmentation des contrats sur taux d'intérêt. La proportion des dérivés détenus à des fins de transaction et celle des dérivés détenus à des fins autres que de transaction ou aux fins de la gestion de l'actif et du passif sont demeurées généralement inchangées. Le risque de crédit équivalent, compte tenu des accords généraux de compensation, s'est chiffré à 18,4 milliards de dollars, contre 18,5 milliards de dollars à la fin de l'exercice.

Principaux instruments de crédit

Une analyse complète des principaux instruments de crédit que les marchés considéraient, durant la crise financière, comme présentant des risques plus élevés est présentée aux pages 47 à 50 du rapport annuel 2009. Ces informations constituent une analyse détaillée de la nature et de l'étendue des expositions de la Banque.

Depuis le 31 janvier 2010 et le 31 octobre 2009, il ne s'est produit aucun changement important dans l'exposition de la Banque aux titres adossés à des créances hypothécaires, au papier commercial adossé à des actifs, aux véhicules de placement structuré, aux prêts et titres de type Alt-A, aux prêts à fort effet de levier financier en attente de syndication et aux titres à enchères.

Titres adossés à des créances avec flux groupés et titres adossés à des prêts avec flux groupés

Portefeuille de titres détenus à des fins autres que de transaction

Au 30 avril 2010, la valeur comptable des TCFG et TPFG fondés sur des actifs liquides et inscrits au bilan consolidé en tant que prêts s'établissait à 959 millions de dollars (1 031 millions de dollars au 31 janvier 2010 et 1 059 millions de dollars au 31 octobre 2009), et leur juste valeur s'élevait à 656 millions de dollars (716 millions de dollars au 31 janvier 2010 et 688 millions de dollars au 31 octobre 2009). Aucun de ces TCFG et TPFG fondés sur des actifs liquides n'est classé dans les prêts douteux. Le profil de risque global des TCFG et TPFG fondés sur des actifs liquides n'a pas changé de façon importante depuis le 31 janvier 2010 et le 31 octobre 2009.

Au 30 avril 2010, l'exposition résiduelle de la Banque à des TCFG et TPFG synthétiques s'établissait à 295 millions de dollars (339 millions de dollars au 31 janvier 2010 et 323 millions de dollars au 31 octobre 2009). Durant le trimestre à l'étude, la Banque a inscrit un gain avant impôts de 30 millions de dollars dans le bénéfice net au titre des variations de la juste valeur des TCFG et TPFG synthétiques (gain avant impôts de 45 millions de dollars au premier trimestre de 2010 et gain avant impôts de 5 millions de dollars au deuxième trimestre de 2009). La progression de la juste valeur des TCFG et TPFG synthétiques tient essentiellement au resserrement des écarts de taux. Le profil de risque global des TCFG et TPFG synthétiques n'a pas changé de façon importante depuis le 31 janvier 2010 et le 31 octobre 2009.

Portefeuille de transaction

La Banque détient des TCFG synthétiques dans son portefeuille de transaction en raison des opérations de montage et de gestion conclues avec des clients et d'autres institutions financières. Ce portefeuille demeure couvert en quasi-totalité grâce à l'achat ou à la vente de TCFG auprès d'autres institutions financières.

Le profil de risque global des TCFG de la Banque n'a pas changé de façon marquée depuis le 31 janvier 2010 et le 31 octobre 2009.

Risques liés aux rehausseurs de crédit

Les risques directs liés aux rehausseurs de crédit auxquels la Banque est exposée sont négligeables. Son exposition indirecte se chiffre à 1,0 milliard de dollars (1,2 milliard de dollars au 31 janvier 2010; 1,3 milliard de dollars au 31 octobre 2009) sous forme de garanties qui offrent un rehaussement de crédit dans le cadre de transactions financières avec les administrations publiques et d'autres transactions, lorsque la Banque fournit des facilités de crédit aux émetteurs des titres ou à des entités qui détiennent ces titres. Du total de l'exposition, une tranche de 0,7 milliard de dollars (0,7 milliard de dollars au 31 janvier 2010 et au 31 octobre 2009) a trait à des garanties fournies par les rehausseurs de crédit à l'égard de titres diversifiés adossés à des actifs que détient le fonds multicédants américain de la Banque (comme l'indique la rubrique "Fonds multicédants parrainés par la Banque" plus loin). Les deux rehausseurs de crédit ont reçu une cote de qualité inférieure de la part des agences de notation externes.

Arrangements hors bilan

Dans le cours normal de ses activités, la Banque conclut des arrangements contractuels qu'elle n'est pas tenue de comptabiliser dans ses états financiers, mais qui pourraient avoir une incidence immédiate ou future sur ses résultats d'exploitation ou sa situation financière. Ces arrangements appartiennent à trois catégories : les entités à détenteurs de droits variables ("EDDV"); les opérations de titrisation; et les garanties et autres engagements. Au cours du trimestre à l'étude, la Banque n'a conclu aucune obligation contractuelle importante autrement que dans le cours normal de ses activités. Les processus d'examen et d'approbation de ces arrangements contractuels sont demeurés les mêmes que ceux de l'exercice précédent.

Pour une analyse complète de ces types d'arrangement, il y a lieu de se reporter aux pages 43 à 46 du rapport annuel 2009 de la Banque.

Fonds multicédants parrainés par la Banque

La Banque parraine trois fonds multicédants, dont deux sont établis au Canada et un aux États-Unis.

Canada

Le principal risque auquel la Banque est exposée en raison des fonds multicédants au Canada découle des concours de trésorerie consentis, ceux-ci s'établissant à un total de 1,4 milliard de dollars au 30 avril 2010 (1,5 milliard de dollars au 31 janvier 2010 et 1,8 milliard de dollars 31 octobre 2009). Au 30 avril 2010, le total du papier commercial en circulation relativement aux fonds multicédants établis au Canada et administrés par la Banque se chiffrait à 1,2 milliard de dollars (1,2 milliard de dollars au 31 janvier 2010 et 1,6 milliard de dollars au 31 octobre 2009), et la Banque détenait moins de 2 % du total du papier commercial émis par ces fonds multicédants. Au 30 avril 2010, les actifs financés achetés et détenus par les deux fonds multicédants établis au Canada et administrés par la Banque, actifs présentés à leur coût initial, s'élevaient à 1,2 milliard de dollars (1,2 milliard de dollars au 31 janvier 2010 et 1,6 milliard de dollars au 31 octobre 2009). La juste valeur de ces actifs se rapproche de leur coût initial. Il ne s'est produit aucun changement important dans la composition ou le profil de risque de ces fonds multicédants depuis le 31 octobre 2009.

États-Unis

Le principal risque auquel la Banque est exposée relativement au fonds multicédants aux États-Unis découle des concours de trésorerie et des rehaussements de crédit consentis dans l'ensemble du programme, ces concours s'établissant à un total de 7,0 milliards de dollars au 30 avril 2010 (7,6 milliards de dollars au 31 janvier 2010; 7,5 milliards de dollars au 31 octobre 2009). Au 30 avril 2010, le total du papier commercial en circulation relativement au fonds multicédants établi aux États-Unis et administré par la Banque se chiffrait à 3,1 milliards de dollars (3,5 milliards de dollars au 31 janvier 2010; 4,2 milliards de dollars au 31 octobre 2009), et la Banque ne détenait aucun papier commercial émis par ce fonds multicédants. Au 30 avril 2010, les actifs financés achetés et détenus par le fonds multicédants établi aux États-Unis et administré par la Banque s'élevaient à 3,1 milliards de dollars (3,5 milliards de dollars au 31 janvier 2010; 4,0 milliards de dollars au 31 octobre 2009). La juste valeur de ces actifs au 30 avril 2010 se situait à 2,7 milliards de dollars (3,2 milliards de dollars au 31 janvier 2010 et 3,6 milliards de dollars au 31 octobre 2009). Il ne s'est produit aucun changement important dans la composition de ce fonds multicédants depuis le 31 octobre 2009.

Le fonds multicédants détient des placements dans deux groupes de titres diversifiés adossés à des actifs. Les actifs sous-jacents à ces titres se composent essentiellement de prêts aux particuliers, notamment des prêts sur la valeur nette d'une maison aux États-Unis, des prêts aux étudiants et des titres adossés à des créances hypothécaires à l'habitation. Ces groupes sont garantis par deux rehausseurs de crédit ayant obtenu une cote de qualité inférieure de la part des agences de notation externes.

Autres arrangements hors bilan

La Banque consent des concours de trésorerie à des fonds multicédants qu'elle n'administre pas, mais qui le sont par de tierces parties des États-Unis. Il ne s'est produit aucun changement important du risque auquel ces concours de trésorerie exposent la Banque depuis le trimestre précédent ou la fin de l'exercice.

La Banque peut titriser des prêts hypothécaires à l'habitation dans le but de diversifier ses sources de financement étant donné qu'il s'agit d'un moyen financièrement avantageux de financer la croissance de ce portefeuille. Au cours du trimestre à l'étude, la Banque a titrisé d'autres prêts hypothécaires à l'habitation, pour un total de 0,6 milliard de dollars, ce qui a porté le solde des prêts hypothécaires titrisés en cours à 15,9 milliards de dollars au 30 avril 2010, contre 17,5 milliards de dollars au 31 octobre 2009.

Le montant des garanties et des autres engagements indirects a diminué de 2 % depuis le 31 octobre 2009. Les commissions tirées des garanties et engagements de prêts inscrites dans les autres revenus se sont établies à 103 millions de dollars pour le trimestre terminé le 30 avril 2010, comparativement à 107 millions de dollars pour le trimestre précédent (105 millions de dollars pour le quatrième trimestre de 2009).

Contrôles et conventions comptables

Conventions et estimations comptables

Les états financiers consolidés intermédiaires ont été dressés conformément aux principes comptables généralement reconnus ("PCGR") du Canada. Il y a lieu de se reporter à la note 1 afférente aux états financiers consolidés annuels de 2009 pour obtenir de plus amples renseignements sur les importants principes comptables utilisés aux fins de l'établissement de ces états financiers. Les principales hypothèses et bases sur lesquelles reposent les estimations faites par la direction conformément aux PCGR de même que leur incidence sur les chiffres présentés dans les états financiers consolidés intermédiaires et les notes y afférentes demeurent essentiellement les mêmes que celles décrites dans le rapport annuel 2009.

Modifications futures de conventions comptables

Basculement aux Normes internationales d'information financière ("IFRS")

Les entreprises canadiennes ayant une obligation publique de rendre des comptes seront tenues d'adopter les IFRS pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2011. Dans le cas de la Banque, les IFRS s'appliqueront aux états financiers des périodes intermédiaires et des exercices ouverts à compter du 1er novembre 2011 (la date d'adoption) et exigeront l'établissement et la présentation de chiffres comparatifs pour un exercice, y compris un bilan d'ouverture au 1er novembre 2010 (la date de transition).

Afin de se préparer au basculement aux IFRS, la Banque a instauré une structure de gouvernance de projet et mis au point un plan d'exécution comportant trois étapes, soit i) la planification et la gouvernance, ii) l'examen et l'évaluation détaillée et iii) la conception et la mise en œuvre. La Banque en est aux derniers travaux de la deuxième étape et, eu égard à certains aspects clés, a débuté la troisième.

La page 82 du rapport annuel 2009 renferme une description du plan d'exécution de la transition aux IFRS de la Banque ainsi que des aspects de ces normes qui sont susceptibles d'avoir le plus de répercussions sur celle-ci.

Éléments clés du plan de conversion aux IFRS

Ce qui suit donne les plus récents renseignements concernant les éléments clés qui ont été définis dans le plan d'exécution de la Banque.

Présentation des états financiers

La Banque a parachevé l'évaluation détaillée des différences comptables que soulèvent les IFRS et qui la concernent. De plus, elle continue d'analyser les conséquences de l'application initiale de ces normes et les choix de conventions comptables qu'elles autorisent, et a réalisé d'importants progrès à cet égard. Cependant, les décisions finales relativement à ces choix n'ont pas encore été prises, mais les principales devraient l'être d'ici la fin de l'exercice.

La Banque a, comme cela était souhaitable, demandé à ses vérificateurs externes et internes de participer à son projet de conversion aux IFRS. La conduite d'examens en temps opportun et la collaboration des vérificateurs de la Banque sont considérées comme essentielles à la réussite de son projet d'exécution.

Formation et communication

Un programme de formation destiné aux principales parties intéressées a été instauré. Jusqu'à présent, la formation a visé avant tout la sensibilisation aux IFRS à l'échelle de la Banque et la transmission de connaissances au personnel de la finance et des principaux services de soutien ainsi qu'aux personnes responsables de la gouvernance des IFRS (dont les membres du conseil d'administration et de la haute direction) afin qu'ils soient en mesure d'évaluer les répercussions des IFRS sur la Banque. De manière plus générale, une formation a été dispensée aux employés des services bancaires et du crédit car ils analyseront des informations financières sur les clients qui auront été préparées selon d'autres normes comptables.

Le groupe interne chargé de la formation globale évalue actuellement l'ensemble des besoins en formation de toutes les parties intéressées qui sont touchées par les IFRS. La formation sera axée sur les différents besoins de ces parties et sera adaptée en conséquence.

La formation et la communication demeureront des priorités durant le reste de la période de transition.

Systèmes de technologie de l'information

D'après l'analyse qu'elle a faite des IFRS existantes, la Banque ne croit pas qu'elle devra modifier grandement ses systèmes de technologie de l'information. Cette perception pourrait changer au fil de l'examen et de l'évaluation détaillée de ses activités et processus. La Banque concentre ses efforts sur l'élaboration des processus et contrôles qui seront employés dans la période où ses informations financières seront présentées en fonction de deux référentiels comptables, soit l'exercice 2011.

Activités commerciales et processus

L'analyse des différences entre les PCGR du Canada et les IFRS exige notamment de définir les activités commerciales et les processus ne relevant pas de la présentation de l'information financière qui seront touchés par le basculement aux IFRS, telles les ententes contractuelles et les clauses restrictives imposées à la clientèle. La Banque évalue également les conséquences de la conversion sur ses processus de mesure du rendement, ce qui englobe la planification et la budgétisation.

Environnement de contrôle

La détermination et l'évaluation du contrôle interne à l'égard de l'information financière font partie intégrante des processus actuels de gestion du changement. Jusqu'à maintenant, la Banque n'a repéré aucun élément commandant une modification importante de ce contrôle. Celui-ci sera examiné comme il se doit au fur et à mesure que des changements seront apportés aux processus et aux systèmes. En ce qui concerne l'établissement des états financiers et des notes selon les IFRS, ce qui inclut les renseignements de l'exercice de comparaison, et la présentation continue de l'information, une attention particulière sera accordée à ce contrôle au fil de la réalisation de l'évaluation des processus et des systèmes.

Le plan d'exécution de la Banque exige également la détermination de l'incidence des IFRS sur ses contrôles et procédures de communication de l'information. Aucun changement majeur n'a été défini à ce jour.

Normes comptables selon les IFRS

Les IFRS s'appuient sur un cadre conceptuel qui ressemble à celui des PCGR du Canada, mais sous certains aspects touchant la comptabilisation, l'évaluation et la présentation, elles en sont fort différentes. La Banque a repéré plusieurs différences importantes qui pourraient influer grandement sur ses états financiers, ses activités ou son capital. Les ajustements nets de son bilan d'ouverture en raison de différences entre les PCGR du Canada et les IFRS seront imputés aux bénéfices non répartis au moment de la transition.

Décomptabilisation

Aux termes des PCGR du Canada, un modèle fondé sur le contrôle sert à déterminer s'il convient de procéder à une décomptabilisation, alors que selon les IFRS, il faut établir si la quasi-totalité des risques et avantages ont été transférés. Cette différence de critères se traduira sans doute par la hausse du total de l'actif et du passif figurant au bilan consolidé de la Banque, et ce, surtout en ce qui a trait aux prêts hypothécaires à l'habitation titrisés par voie du Programme des Obligations hypothécaires ("POH") du Canada qu'a instauré le gouvernement canadien.

Consolidation

Selon les PCGR du Canada, la consolidation repose sur des modèles de contrôle des entités à détenteurs de droits variables et des droits de vote alors qu'aux termes des IFRS, elle est fonction du contrôle. Ainsi, aux termes des IFRS, le contrôle peut être fondé sur la majorité des droits de vote ou sur un contrôle de fait, ce qui donne lieu à des conclusions différentes en matière de consolidation. Par conséquent, certaines EDDV qui ne sont pas consolidées aux termes des PCGR du Canada pourraient l'être aux termes des IFRS. La Banque n'a pas encore terminé son analyse des questions de consolidation.

Regroupements d'entreprises

Dans le cas des regroupements d'entreprises, les exigences des IFRS se traduisent par un modèle de comptabilisation à la juste valeur qui pourrait entraîner des changements comptables importants par rapport à ce qui se fait actuellement aux termes des PCGR du Canada. De fait, ce modèle exige de constater à la juste valeur toute contrepartie conditionnelle ainsi que les participations ne donnant pas le contrôle. Qui plus est, les IFRS imposent des restrictions supplémentaires quant à l'inscription au bilan des coûts d'acquisition. Quelle que soit la décision que prendra la Banque au sujet du traitement, à la transition, des acquisitions antérieures, l'incidence de ce changement touchera les acquisitions réalisées après la date de transition.

Instruments financiers et couvertures

En ce qui concerne le classement et l'évaluation des instruments financiers, les PCGR du Canada et les IFRS affichent de grandes similitudes. De plus, en ce qui concerne la Banque, l'incidence des IFRS sur la comptabilisation de ses couvertures devrait être négligeable.

Première application des IFRS

L'adoption des IFRS exigera de la Banque qu'elle suive les recommandations de l'IFRS 1, Première application des Normes internationales d'information financière, ("IFRS 1"), laquelle renferme des lignes directrices sur l'adoption de ces normes par une entité. En règle générale et aux termes de l'IFRS 1, une entité doit appliquer de manière rétrospective toutes les IFRS en vigueur à la fin du premier exercice pour lequel elle présente des résultats établis selon ces normes. Cependant, l'IFRS 1 prescrit certaines exemptions obligatoires à cette exigence d'application rétrospective et d'autres qui sont optionnelles. La Banque n'a pas encore pris de décisions finales au sujet de ces aspects de la transition.

Ce qui suit constitue les principales exemptions optionnelles qu'autorise l'IFRS 1 et que la Banque analyse actuellement. Il ne s'agit pas d'une liste exhaustive car elle n'englobe pas toutes les exemptions sur lesquelles la Banque se penche.

Regroupements d'entreprises

Les entités peuvent choisir de ne pas retraiter de manière rétrospective tout regroupement d'entreprises réalisé avant la date de transition.

Avantages sociaux

Les entités peuvent décider de constater tous les gains et pertes actuariels non amortis cumulés des régimes à prestations déterminées des employés à la date de transition au lieu de procéder à un retraitement rétrospectif, et de rajuster, d'un montant compensatoire, le solde d'ouverture de leurs bénéfices non répartis.

Selon la plus récente évaluation actuarielle des régimes de la Banque, ce choix comptable à l'égard des avantages sociaux influerait négativement sur le solde d'ouverture de ses bénéfices non répartis.

Écarts de conversion cumulés

Aux termes de l'IFRS 1, le cumul des écarts de conversion inhérents à tous les établissements étrangers peut être réputé comme étant de néant à la date de transition aux IFRS au lieu d'être recalculé à cette date. Cette exemption se traduirait par le reclassement de montants du cumul des autres éléments du résultat étendu aux bénéfices non répartis au moment de la transition.

Faits nouveaux en comptabilité et en réglementation

Comme l'interprétation des normes comptables actuelles ne cesse de changer, la Banque continue de modifier son plan d'exécution en conséquence. Elle suit de près l'évolution des normes formulées par l'International Accounting Standards Board ("IASB") et le CNC du Canada ainsi que des règlements édictés par les Autorités canadiennes en valeurs mobilières et le BSIF.

En mars 2010, le BSIF a publié un préavis intitulé Passage des entités fédérales aux Normes internationales d'information financière (IFRS). Le BSIF offre aux banques la possibilité d'absorber progressivement, soit sur cinq trimestres, l'incidence de la conversion aux IFRS sur les bénéfices non répartis aux fins du calcul du capital réglementaire. Le BSIF a également fait une concession quant au calcul du ratio actif/capital eu égard à certains prêts hypothécaires assurés et titrisés qui, fort probablement, seront réinscrits au bilan. Les prêts hypothécaires assurés par le gouvernement et titrisés par le biais du POH jusqu'au 31 mars 2010 bénéficieront d'une exclusion et, par conséquent, n'auront pas d'incidence sur le ratio de levier financier. Le BSIF a également signalé qu'en règle générale, l'adoption anticipée des IFRS ne sera pas autorisée.

L'incidence des IFRS sur les résultats financiers consolidés de la Banque au moment de la transition dépendra des conditions commerciales, des facteurs propres aux marchés et de la conjoncture économique prévalant à ce moment ainsi que de choix en comptabilité qui n'ont pas encore été faits. Ainsi, pour l'heure, les répercussions à la transition ne peuvent être établies avec une certitude raisonnable.

Modifications du contrôle interne à l'égard de l'information financière

Au cours du trimestre terminé le 30 avril 2010, aucune modification du contrôle interne à l'égard de l'information financière de la Banque n'a eu ou n'est raisonnablement susceptible d'avoir une incidence importante sur ce contrôle.

Opérations entre apparentés

Les politiques et procédures de la Banque ayant trait aux opérations entre apparentés, décrites aux pages 82 et 136 du rapport annuel 2009, n'ont pas été modifiées. Toutes les opérations avec des apparentés ont continué d'être effectuées aux conditions du marché.

Perspectives

La reprise économique à l'échelle mondiale continue de s'accélérer, mais son rythme varie fortement d'un pays à l'autre. L'Asie et les Amériques (exclusion faite des États-Unis) sont toujours en tête de peloton, la Chine, l'Inde et le Sud-Est asiatique étant les figures de proue en Asie tout comme le Brésil, le Pérou et le Mexique le sont en Amérique latine. Aux États-Unis et au Canada, la croissance s'accélère aussi à la faveur des faibles taux d'intérêt, des mesures dynamiques de relance budgétaire et du regain des dépenses intérieures. Par contre, la reprise s'amorce plus lentement au Japon et en Europe, mais l'exposition de la Banque à ces pays est négligeable.

Il est probable que la reprise ralentisse en 2011 étant donné que plusieurs gouvernements tentent de réduire leur déficit budgétaire et que les taux d'intérêt ont quitté les creux atteints durant la récession. Toutefois, les marchés émergents, dont ceux où la Banque mène des activités, seront les véritables catalyseurs de la croissance mondiale, même si les Antilles et l'Amérique centrale seront freinées par les États-Unis et l'Europe. En outre, parmi les pays développés, le Canada demeurera à l'avant-plan de la croissance grâce à des données fondamentales financières et budgétaires relativement meilleures et à la perspective du redressement soutenu des marchés mondiaux des marchandises.

Grâce aux excellents résultats obtenus durant le premier semestre de l'exercice et à la croissance macroéconomique prévue dans les régions où elle a choisi de mener ses activités, c'est-à-dire le Canada, l'Amérique latine, les Antilles, l'Amérique centrale et l'Asie, il appert que la Banque sera en mesure d'atteindre les objectifs qu'elle s'est fixés pour 2010.

Données par secteur d'activité

    
    Réseau canadien

                                   Pour les trimestres    Pour les semestres
                                      terminés les           terminés les
    -------------------------------------------------------------------------
    (non vérifié)
    (en millions de dollars)      30        31        30        30        30
    (base de mise en           avril   janvier     avril     avril     avril
     équivalence fiscale)(1)    2010      2010      2009      2010      2009
    -------------------------------------------------------------------------
    Résultat sectoriel
    Revenu d'intérêts net     1 287 $   1 298 $   1 147 $   2 585 $   2 293 $
    Dotation à la provision
     pour pertes sur
     créances                   189       180       188       369       343
    Autres revenus              664       623       524     1 287     1 080
    Frais autres que
     d'intérêts                 954       962       899     1 916     1 833
    Charge d'impôts             224       218       174       442       349
    Participation sans
     contrôle dans le
     bénéfice net des
     filiales                     -         1         -          1        -
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net                584 $     560 $     410 $    1 144 $    848 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres données
    Rendement du capital
     économique(1)             27,9 %    25,4 %    19,7 %     26,6 %   22,5 %
    Actif moyen (en
     milliards de dollars)      201 $     199 $     191 $      200 $    190 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Se reporter à l'analyse des mesures non conformes aux PCGR ci-dessus.
    

Comparaison du deuxième trimestre de 2010 et du deuxième trimestre de 2009

Le Réseau canadien a déclaré un bénéfice net record de 584 millions de dollars pour le trimestre considéré, soit une hausse de 174 millions de dollars, ou de 42 %, par rapport à celui du trimestre correspondant de l'exercice précédent. Le rendement du capital économique s'est amélioré, passant de 19,7 % au deuxième trimestre de 2009 à 27,9 % au deuxième trimestre de 2010.

L'actif moyen, compte non tenu des opérations de titrisation, a progressé de 10 milliards de dollars, ou de 5 %, comparativement à celui du trimestre correspondant de l'exercice précédent. Cette augmentation est attribuable en grande partie à la hausse de 9 milliards de dollars, ou de 7 %, des prêts hypothécaires à l'habitation et à l'accroissement de 3 milliards de dollars, ou de 15 %, des marges de crédit de particuliers, mais elle a été partiellement compensée par une faible réduction des actifs de prêts aux entreprises. La moyenne des dépôts a augmenté de 21 milliards de dollars, soit une hausse de 15 %. Une tranche de 10 milliards de dollars de cette augmentation est attribuable aux dépôts obtenus par l'intermédiaire de courtiers, qui ont été transférés à partir de la division Trésorerie du Groupe au trimestre précédent. En outre, de fortes hausses ont été enregistrées relativement aux comptes courants autres que de particuliers et aux comptes d'épargne à intérêt élevé enregistrés de particuliers.

Le total des revenus a bondi de 280 millions de dollars, ou de 17 %, en comparaison de celui du trimestre correspondant de l'exercice précédent. Cette hausse est attribuable à l'augmentation substantielle du revenu d'intérêts net et des autres revenus, particulièrement dans le secteur de la gestion de patrimoine.

Le revenu d'intérêts net, qui s'est établi à 1 287 millions de dollars, a augmenté de 140 millions de dollars, ou de 12 %, comparativement à celui du deuxième trimestre de l'exercice précédent, ce qui est attribuable à la forte croissance des volumes en ce qui a trait à l'actif et aux dépôts ainsi qu'à une amélioration de 17 points de base des marges bénéficiaires sur intérêts. La croissance des volumes rend compte de la demande constante sur le marché en raison des taux d'intérêt historiquement bas dans la conjoncture actuelle ainsi que des produits et services nouveaux et novateurs lancés au cours de l'exercice précédent. La progression des marges est également attribuable à l'amélioration des prix de divers actifs et dépôts et à la baisse des taux d'intérêt relatifs au financement de gros. En outre, les marges ont également profité du relâchement du coût des liquidités.

Les autres revenus ont augmenté de 140 millions de dollars, ou de 27 %, par rapport à ceux du trimestre correspondant de l'exercice précédent en raison de la croissance provenant des services de gestion de patrimoine, des services bancaires aux entreprises et des services bancaires aux particuliers. De plus, les gains sur titres et les commissions de crédit sont également en hausse.

La dotation à la provision pour pertes sur créances s'est établie à 189 millions de dollars, soit à peu près la même que celle inscrite au trimestre correspondant de l'exercice précédent. La hausse sur douze mois de la dotation à la provision relative aux prêts aux particuliers dans le portefeuille de prêts non garantis a été largement compensée par la baisse de la dotation à la provision relative aux prêts aux entreprises. La dotation à la provision pour pertes sur créances du trimestre correspondant de l'exercice précédent comprenait une provision sectorielle liée au secteur de l'automobile.

Les frais autres que d'intérêts ont augmenté de 6 % comparativement à ceux du trimestre correspondant de l'exercice précédent, en raison de la hausse de la rémunération liée à la performance, de la rémunération à base d'actions, des montants alloués aux mesures de croissance et des charges liées aux volumes, y compris les commissions de courtiers. Ces augmentations ont été en partie compensées par la baisse des pertes liées aux fraudes à l'égard des cartes bancaires. Globalement, les frais continuent d'être bien gérés et le secteur affiche un levier d'exploitation positif et élevé.

Comparaison du deuxième trimestre de 2010 et du premier trimestre de 2010

D'un trimestre à l'autre, le bénéfice net a augmenté de 24 millions de dollars, ou de 4 %. Le rendement du capital économique s'est établi à 27,9 %, contre 25,4 % au trimestre précédent.

L'actif moyen, compte non tenu des opérations de titrisation, a augmenté de 2 milliards de dollars, ou de 1 %, en raison de la croissance soutenue au chapitre des prêts hypothécaires aux particuliers et des marges de crédit de particuliers. Les dépôts ont diminué de 0,5 milliard de dollars, principalement en ce qui a trait aux dépôts à terme autres que de particuliers et aux comptes courants, étant donné que les entreprises ont réinvesti dans leurs activités en raison de l'amélioration de la conjoncture économique. Cette baisse a été atténuée par la hausse des dépôts de particuliers sous forme de cotisations dans des REER.

Le total des revenus a progressé de 30 millions de dollars, ou de 2 %, en comparaison de celui du trimestre précédent, en raison de la hausse des autres revenus, partiellement compensée par la baisse du revenu d'intérêts net.

Le revenu d'intérêts net a reculé de 1 %, principalement en raison du fait que le trimestre a compté trois jours de moins que le trimestre précédent. Cependant, cette situation a été partiellement compensée par la croissance soutenue de l'actif et l'amélioration des écarts en ce qui a trait aux marges de crédit de particuliers et aux cartes de crédit.

Les autres revenus ont augmenté de 41 millions de dollars, ou de 7 %, par rapport à ceux du trimestre précédent, en raison surtout de la hausse des gains sur titres et des revenus des sociétés affiliées. De plus, les services bancaires aux entreprises ont affiché une hausse des commissions de crédit.

La dotation à la provision pour pertes sur créances s'est établie à 189 millions de dollars, soit une hausse de 9 millions de dollars par rapport à celle du trimestre précédent. L'augmentation est essentiellement attribuable à la progression de la dotation relative aux prêts aux particuliers dans le portefeuille de prêts non garantis, tandis que la dotation relative aux prêts aux entreprises est demeurée sensiblement la même.

Les frais autres que d'intérêts ont reculé de 1 % par rapport à ceux du trimestre précédent en raison surtout du fait que le trimestre a compté trois jours de moins. Cette situation a été partiellement compensée par la hausse saisonnière des coûts des avantages sociaux et des régimes de retraite et les dépenses liées aux initiatives.

Opérations internationales

    
                                Pour les trimestres        Pour les semestres
                                    terminés les              terminés les
    -------------------------------------------------------------------------
    (non vérifié)
    (en millions de dollars)     30        31        30        30        30
    (base de mise en          avril   janvier     avril     avril     avril
     équivalence fiscale)(1)   2010      2010      2009      2010      2009
    -------------------------------------------------------------------------
    Résultat sectoriel
    Revenu d'intérêts net       822 $     940 $     959 $   1 762 $   1 906 $
    Dotation à la provision
     pour pertes sur créances   173       177       115       350       231
    Autres revenus              447       434       349       881       820
    Frais autres que
     d'intérêts                 681       706       729     1 387     1 501
    Charge d'impôts             100       172       102       272       216
    Participation sans
     contrôle dans le
     bénéfice net des
     filiales                    27        25        30        52        58
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net                288 $     294 $     332 $     582 $     720 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres données
    Rendement du capital
     économique(1)             11,3 %    11,5 %    12,7 %    11,4 %    14,8 %
    Actif moyen (en
     milliards de dollars)       82 $      83 $      95 $      83 $      95 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Se reporter à l'analyse des mesures non conformes aux PCGR ci-dessus.
    

Comparaison du deuxième trimestre de 2010 et du deuxième trimestre de 2009

Au deuxième trimestre, le bénéfice net des Opérations internationales s'est établi à 288 millions de dollars, soit une baisse de 44 millions de dollars, ou de 13 %, comparativement à celui du trimestre correspondant de l'exercice précédent. Cependant, compte non tenu de l'incidence négative de l'appréciation du dollar canadien, la diminution d'un exercice à l'autre se chiffre à seulement 3 millions de dollars. Le rendement du capital économique s'est établi à 11,3 %, contre 12,7 % il y a un an.

L'actif moyen s'est établi à 82 milliards de dollars pour le trimestre, en baisse de 13 milliards de dollars comparativement à ce qu'il était au trimestre correspondant de l'exercice précédent, principalement en raison de l'incidence négative de la conversion des devises. La croissance sous-jacente de 6 % des prêts aux entreprises dans la région du Pacifique et été plus que compensée par la baisse dans les autres régions, et la croissance des prêts aux particuliers a été limitée. Les dépôts à faible coût ont crû de 14 %, ajustés pour tenir compte de la conversion des devises, principalement dans les Antilles et au Mexique.

Le total des revenus s'est établi à 1 269 millions de dollars au deuxième trimestre, soit une diminution de 39 millions de dollars, ou de 3 %, comparativement à celui du trimestre correspondant de l'exercice précédent. Toutefois, compte non tenu de la conversion des devises, les revenus ont enregistré une forte croissance de 10 %.

Le revenu d'intérêts net s'est établi à 822 millions de dollars au cours du trimestre, soit une baisse de 137 millions de dollars, ou de 14 %, en comparaison de celui du trimestre correspondant de l'exercice précédent, ou de 19 millions de dollars, compte non tenu de la conversion des devises. La hausse des marges au Pérou et le recul des coûts de financement au Mexique et au Chili ont été plus que contrebalancés par les variations négatives de la juste valeur des instruments financiers utilisés aux fins de la gestion de l'actif et du passif.

Les autres revenus se sont établis à 447 millions de dollars, soit une progression de 98 millions de dollars, ou de 28 %, comparativement à ceux du trimestre correspondant de l'exercice précédent. L'incidence négative de la conversion des devises et la baisse des revenus tirés des opérations de change en Amérique latine ont été plus que compensées par la hausse des gains nets sur titres, y compris un gain de 36 millions de dollars sur les actions de Siam City Bank, la croissance des revenus liés aux activités de transaction et les variations favorables de la juste valeur des instruments financiers détenus à des fins autres que de transaction. De plus, les revenus du trimestre correspondant de l'exercice précédent comprenaient une perte attribuable à la vente d'une partie d'un portefeuille de cartes de crédit au Mexique.

La dotation à la provision pour pertes sur créances s'est établie à 173 millions de dollars au cours du trimestre, contre 115 millions de dollars au trimestre correspondant de l'exercice précédent. L'augmentation est essentiellement attribuable à la dotation relative à un compte d'entreprise dans les Antilles, alors que des reprises sur provisions avaient été inscrites à l'égard des prêts aux entreprises au cours du trimestre correspondant de l'exercice précédent. La dotation à la provision relative aux prêts aux particuliers est demeurée inchangée.

Les frais autres que d'intérêts, qui se sont établis à 681 millions de dollars, ont été inférieurs de 48 millions de dollars à ceux du trimestre correspondant de l'exercice précédent, mais leur ont été supérieurs de 27 millions de dollars compte non tenu de l'incidence positive de la conversion des devises. Cette croissance est principalement attribuable aux coûts de rémunération, aux honoraires liés aux acquisitions et à la taxe d'affaires.

Le taux d'imposition effectif du trimestre s'est établi à 24 %, contre 22 % au trimestre correspondant de l'exercice précédent. Les taux effectifs élevés au Pérou et dans la région du Pacifique ainsi que la diminution des revenus dans les pays où le taux d'imposition est peu élevé ont été compensés en grande partie par la réduction des taux effectifs au Mexique et au Chili.

Comparaison du deuxième trimestre de 2010 et du premier trimestre de 2010

Le bénéfice net, qui s'est établi à 288 millions de dollars, a reculé de 6 millions de dollars comparativement à celui du trimestre précédent en raison de la conversion des devises. Le rendement du capital économique s'est établi à 11,3 %, contre 11,5 % au trimestre précédent.

L'actif moyen est demeuré presque inchangé par rapport à celui du trimestre précédent, la conversion des devises n'ayant eu qu'une incidence modeste. La légère augmentation des prêts aux particuliers et la forte croissance des prêts aux entreprises et des titres dans la région du Pacifique et au Pérou ont été en grande partie compensées par la réduction des prêts aux entreprises au Chili. Les dépôts à faible coût ont progressé de 3 % après ajustement au titre de la conversion des devises.

D'un trimestre à l'autre, le total des revenus a diminué de 8 %, ou de 105 millions de dollars, compte tenu de l'incidence défavorable de 27 millions de dollars de la conversion des devises.

Le revenu d'intérêts net, qui s'est établi à 822 millions de dollars, a diminué de 118 millions de dollars par rapport à celui du trimestre précédent, en raison de l'incidence de la conversion des devises, de la réduction des marges aux Antilles, de la diminution des résultats obtenus au chapitre des services de gestion de trésorerie au Mexique et au Chili et de la baisse des apports provenant des sociétés affiliées. Les variations négatives de la juste valeur des instruments financiers utilisés aux fins de la gestion de l'actif et du passif ont également eu une incidence sur le revenu d'intérêts net.

Comparativement à ceux du trimestre précédent, les autres revenus ont augmenté de 13 millions de dollars, pour se chiffrer à 447 millions de dollars. Cette augmentation est attribuable à la hausse des gains nets à la vente de titres et des revenus tirés des assurances dans les Antilles, ainsi qu'au fait qu'une perte de 32 millions de dollars a été inscrite au trimestre précédent en raison du recul de la devise relativement au placement de la Banque dans une société affiliée au Venezuela. Ces facteurs ont été en partie compensés par l'incidence négative de la conversion des devises, les variations défavorables de la juste valeur des instruments financiers détenus à des fins autres que de transaction et la baisse des revenus tirés des opérations de change en Amérique latine.

La dotation à la provision pour pertes sur créances s'est établie à 173 millions de dollars, comparativement à 177 millions de dollars au trimestre précédent. La dotation relative aux prêts aux particuliers a été légèrement moins élevée, tandis que la dotation relative aux prêts aux entreprises est restée à peu près la même.

Les frais autres que d'intérêts se sont établis à 681 millions de dollars, en baisse de 25 millions de dollars, ou de 4 %, comparativement à ceux du trimestre précédent, par suite surtout de la baisse des honoraires, du caractère saisonnier de certains frais et de l'incidence positive de la conversion des devises. Les frais autres que d'intérêts du trimestre précédent rendaient compte d'une provision pour affaires juridiques au Pérou et du recul de la taxe d'affaires.

Le retour à la normale du taux d'imposition effectif, qui s'est établi à 24 % pour le trimestre contre 35 % pour le trimestre précédent, s'explique par l'incidence, au trimestre précédent, du caractère non déductible de la perte de valeur d'un placement dans une société affiliée au Venezuela à la suite du recul de la devise et d'un ajustement de la charge d'impôts.

Scotia Capitaux

    
                                Pour les trimestres        Pour les semestres
                                    terminés les              terminés les
    -------------------------------------------------------------------------
    (non vérifié)
    (en millions de dollars)     30        31        30        30        30
    (base de mise en          avril   janvier     avril     avril     avril
     équivalence fiscale)(1)   2010      2010      2009      2010      2009
    -------------------------------------------------------------------------
    Résultat sectoriel
    Revenu d'intérêts net       275 $     304 $     345 $     579 $     683 $
    Dotation à la provision
     pour pertes sur créances   (24)       14       159       (10)      169
    Autres revenus              583       596       502     1 179       868
    Frais autres que
     d'intérêts                 299       307       231       606       522
    Charge d'impôts             192       198       129       390       232
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net                391 $     381 $     328 $     772 $     628 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres données
    Rendement du capital
     économique(1)             22,2 %    18,5 %    18,3 %    20,2 %    20,1 %
    Actif moyen(2)
     (en milliards de dollars)  156 $     160 $     190 $     158 $     192 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Se reporter à l'analyse des mesures non conformes aux PCGR ci-dessus.
    (2) Les montants au 30 avril 2009 ont été retraités afin de refléter
        l'incidence de la nouvelle convention comptable portant sur le
        classement et les pertes de valeur des actifs financiers mise en
        oeuvre au quatrième trimestre de 2009, avec prise d'effet le 1er
        novembre 2008 (se reporter à la note 1 afférente aux états financiers
        consolidés dans le rapport annuel 2009 pour obtenir davantage de
        renseignements).
    

Comparaison du deuxième trimestre de 2010 et du deuxième trimestre de 2009

Scotia Capitaux a dégagé un bénéfice net de 391 millions de dollars pour le trimestre, soit une hausse de 63 millions de dollars, ou de 19 %, par rapport au bénéfice net du trimestre correspondant de l'exercice précédent. Le rendement du capital économique s'est établi à 22,2 %.

L'actif moyen a reculé de 34 milliards de dollars, soit de 18 %, en regard de celui du trimestre correspondant de l'exercice précédent. Les prêts aux sociétés et les acceptations bancaires ont diminué de 23 milliards de dollars, ou de 44 %, dans tous les groupes de prêts. Par ailleurs, une baisse de 17 milliards de dollars de l'actif moyen lié aux instruments dérivés ainsi qu'une diminution correspondante des passifs dérivés moyens ont été constatées. Ces baisses ont été partiellement contrebalancées par une légère augmentation de la moyenne des titres détenus à des fins de transaction et des autres actifs à l'appui des activités des clients et des occasions de transaction.

Le total des revenus a atteint 858 millions de dollars, en hausse de 11 millions de dollars, ou de 1 %, en raison principalement de la croissance de 25 % des revenus du groupe Marchés des capitaux mondiaux, dont les activités auprès des investisseurs institutionnels ont affiché un solide résultat. Les revenus tirés des activités liées aux instruments dérivés sont également en forte hausse, malgré la réduction des revenus des autres activités de transaction par rapport aux niveaux élevés atteints l'exercice précédent. Les revenus d'intérêts nets du groupe Services bancaires aux sociétés et Services bancaires d'investissement mondiaux ont diminué en raison de la baisse des volumes de prêts.

Le revenu d'intérêts net a reculé de 70 millions de dollars, ou de 20 %, l'élargissement des écarts sur les prêts aux sociétés et la hausse des commissions de montage de prêts ayant été largement compensés par une baisse importante des volumes de prêts aux sociétés.

Scotia Capitaux a constaté des recouvrements nets de 24 millions de dollars au deuxième trimestre, principalement en raison d'une reprise partielle sur la provision sectorielle. Au deuxième trimestre de l'exercice précédent, la dotation à la provision pour pertes sur créances s'élevait à 159 millions de dollars et rendait compte d'une provision sectorielle de 50 millions de dollars liée au secteur de l'automobile, en plus des provisions aux États-Unis.

Les autres revenus ont crû de 81 millions de dollars, ou de 16 %, en raison surtout des solides revenus de transaction du groupe Marchés des capitaux mondiaux. Tous les secteurs ont contribué aux solides résultats, même si les revenus tirés des titres à revenu fixe, des opérations de change et des opérations sur métaux précieux n'ont pas atteint les niveaux records affichés l'exercice précédent. Les autres revenus du groupe Services bancaires aux sociétés et Services bancaires d'investissement mondiaux ont diminué de 8 %, la hausse modeste des revenus tirés des services bancaires d'investissement ayant été plus que compensée par la diminution des revenus de commissions.

Le total des frais autres que d'intérêts s'est établi à 299 millions de dollars pendant le deuxième trimestre, soit une augmentation de 29 % par rapport à ceux du trimestre correspondant de l'exercice précédent. Cet accroissement découle principalement de la hausse de la rémunération liée au rendement proportionnelle à la hausse des revenus. Le coût des salaires, des avantages sociaux et des régimes de retraite ainsi que les coûts informatiques ont également augmenté.

La hausse des impôts est attribuable à l'augmentation à la proportion des revenus gagnés dans des territoires où les taux d'imposition sont plus élevés par rapport à ceux de l'exercice précédent.

Comparaison du deuxième trimestre de 2010 et du premier trimestre de 2010

Le bénéfice net a augmenté de 10 millions de dollars, ou de 3 %, par rapport à celui du trimestre précédent. Le rendement du capital économique s'est établi à 22,2 % contre 18,5 % au trimestre précédent.

Le total de l'actif a reculé de 4 milliards de dollars en raison surtout de la diminution des prêts aux sociétés et des acceptations bancaires dans tous les groupes de prêts.

Le total des revenus, qui s'est établi à 858 millions de dollars, a affiché une baisse de 42 millions de dollars, ou de 5 %, par rapport à celui du trimestre précédent, qui avait été particulièrement élevé. Les revenus du groupe Services bancaires aux sociétés et Services bancaires d'investissement mondiaux ont subi l'incidence négative de la baisse des volumes de prêts, des marges et des revenus tirés des services bancaires d'investissement. Les solides résultats du secteur des activités auprès des investisseurs institutionnels ont eu une incidence positive sur les revenus du groupe Marchés des capitaux mondiaux, qui correspondent aux excellents résultats obtenus au trimestre précédent.

Le revenu d'intérêts net a reculé de 29 millions de dollars en raison d'une diminution des intérêts provenant des activités de transaction et des volumes de prêts aux sociétés, partiellement compensée par l'augmentation des commissions de montage de prêts.

Scotia Capitaux a constaté des recouvrements nets de 24 millions de dollars au deuxième trimestre, contre une dotation à la provision pour pertes sur créances de 14 millions de dollars au trimestre précédent. Le recouvrement du trimestre comprend une reprise partielle de la provision sectorielle liée au secteur de l'automobile. Les provisions du trimestre précédent découlaient principalement d'un même compte au Canada.

Les autres revenus ont affiché une légère baisse par rapport à ceux du trimestre précédent. La modeste augmentation du groupe Marchés des capitaux mondiaux découle de la hausse des revenus tirés des activités auprès des investisseurs institutionnels, des titres à revenu fixe et des opérations de change, partiellement compensée par la baisse des revenus tirés des activités liées aux instruments dérivés et des opérations sur métaux précieux. Les autres revenus du groupe Services bancaires aux sociétés et Services bancaires d'investissement mondiaux ont diminué en raison de la baisse des revenus tirés des services bancaires d'investissement, de la diminution de la variation favorable de la juste valeur des instruments financiers détenus à des fins autres que de transaction et du recul des commissions de crédit.

Le total des frais autres que d'intérêts s'est établi à 299 millions de dollars, soit une baisse de 3 % par rapport à celui du trimestre précédent. Cette diminution découle avant tout de la réduction de la rémunération liée au rendement, même si les salaires, les coûts des avantages sociaux et des régimes de retraite ont également diminué.

Autres(1)

    
                               Pour les trimestres        Pour les semestres
                                    terminés les              terminés les
    -------------------------------------------------------------------------
    (non vérifié)
    (en millions de dollars)     30        31        30        30        30
    (base de mise en          avril   janvier     avril     avril     avril
     équivalence fiscale)(2)   2010      2010      2009      2010      2009
    -------------------------------------------------------------------------
    Résultat sectoriel
    Revenu d'intérêts net(3)   (326)$    (395)$    (364)$    (721)$    (829)$
    Dotation à la provision
     pour pertes sur créances     -         -        27         -        27
    Autres revenus              121       106       134       227       126
    Frais autres que
     d'intérêts                  33        34        27        67        40
    Charge d'impôts(3)          (72)      (76)      (86)     (148)     (288)
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net (perte)(4)    (166)$    (247)$    (198)$    (413)$    (482)$
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres données
    Actif moyen
     (en milliards de dollars)   66 $      59 $      44 $      62 $      48 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Comprend les revenus de toutes les autres petites unités
        d'exploitation et les redressements du siège social, tels que
        l'élimination de la majoration du revenu exonéré d'impôts déclarée
        dans le revenu d'intérêts net et la charge d'impôts, les écarts entre
        les montants réels des coûts engagés et ceux imputés aux unités
        d'exploitation, et l'incidence des titrisations.
    (2) Se reporter à l'analyse des mesures non conformes aux PCGR ci-dessus.
    (3) Compte tenu de l'élimination de la majoration du revenu exonéré
        d'impôts présentée dans le revenu d'intérêts net et la charge
        d'impôts des trimestres terminés le 30 avril 2010 (71 $), le 31
        janvier 2010 (75 $) et le 30 avril 2009 (77 $) et des semestres
        terminés le 30 avril 2010 (146 $) et le 30 avril 2009 (147 $) pour en
        arriver aux montants comptabilisés dans l'état consolidé des
        résultats.
    (4) En raison du transfert, de la division Trésorerie du Groupe à l'unité
        Réseau canadien, de dépôts obtenus par l'intermédiaire de courtiers
        d'une valeur de 10 milliards de dollars, la perte pour le trimestre
        terminé le 30 avril 2010 a diminué de 34 millions de dollars
        (37 millions de dollars pour le trimestre terminé le 31 janvier
        2010). La perte du semestre terminé le 30 avril 2010 a diminué de
        71 millions de dollars.
    

Comparaison du deuxième trimestre de 2010 et du deuxième trimestre de 2009

Le secteur Autres a enregistré une perte de 166 millions de dollars au deuxième trimestre, comparativement à une perte de 198 millions de dollars pour le trimestre correspondant de l'exercice précédent.

Le revenu d'intérêts net et la charge d'impôts tiennent compte de l'élimination de la majoration du revenu exonéré d'impôts. Ce montant est inclus dans les résultats des secteurs d'exploitation, lesquels sont présentés selon une base de mise en équivalence fiscale. L'élimination s'est chiffrée à 71 millions de dollars pour le deuxième trimestre, contre 77 millions de dollars pour le trimestre correspondant de l'exercice précédent.

Le total des revenus du deuxième trimestre a correspondu à un montant négatif de 205 millions de dollars, ce qui représente une amélioration de 25 millions de dollars par rapport à celui de la période correspondante de l'exercice précédent.

Le revenu d'intérêts net a correspondu à un montant négatif de 326 millions de dollars pour le trimestre à l'étude, contre un montant négatif de 364 millions de dollars au trimestre correspondant de l'exercice précédent. Cette amélioration sur douze mois est principalement attribuable au transfert, du secteur Autres à l'unité Réseau canadien, de dépôts obtenus par l'intermédiaire de courtiers au premier trimestre de 2010.

Les autres revenus se sont élevés à 121 millions de dollars pour le deuxième trimestre, en baisse de 13 millions de dollars par rapport à ceux du trimestre correspondant de l'exercice précédent. Cette diminution découle principalement de la baisse des revenus tirés des activités de titrisation, qui ont atteint un sommet l'an dernier. Ce recul a été compensé en grande partie par la baisse des pertes de valeur et la hausse des gains sur les titres disponibles à la vente.

La dotation à la provision pour pertes sur créances était de néant au deuxième trimestre. Celle de l'exercice précédent comprenait une augmentation de 27 millions de dollars de la provision générale.

Les frais autres que d'intérêts se sont chiffrés à 33 millions de dollars pour le trimestre à l'étude, en hausse de 6 millions de dollars par rapport à ceux du trimestre correspondant de l'exercice précédent.

La charge d'impôts a correspondu à une économie de 72 millions de dollars pour le deuxième trimestre, soit une baisse de 14 millions de dollars par rapport à celle de l'exercice précédent.

Comparaison du deuxième trimestre de 2010 et du premier trimestre de 2010

La perte du deuxième trimestre s'est élevée à 166 millions de dollars, comparativement à une perte de 247 millions de dollars pour le trimestre précédent.

L'élimination de la majoration du revenu exonéré d'impôts s'est chiffrée à 71 millions de dollars pour le deuxième trimestre, contre 75 millions de dollars pour le trimestre précédent.

Le total des revenus a correspondu à un montant négatif de 205 millions de dollars pour le trimestre à l'étude, ce qui représente une amélioration de 84 millions de dollars par rapport à celui du trimestre précédent.

Le revenu d'intérêts net a correspondu à un montant négatif de 326 millions de dollars pour le trimestre à l'étude, soit une amélioration de 69 millions de dollars par rapport à celui du trimestre précédent, en raison principalement de la variation de la juste valeur des instruments financiers utilisés aux fins de la gestion de l'actif et du passif, du fait que le trimestre a compté moins de jours que le trimestre précédent et de l'incidence positive de la baisse des frais de financement à terme en comparaison avec la faible augmentation des taux de gros à court terme utilisés aux fins de l'établissement des prix de transfert entre les secteurs d'activité.

Les autres revenus se sont élevés à 121 millions de dollars pour le deuxième trimestre, en hausse de 15 millions de dollars par rapport à ceux du trimestre précédent. Cette augmentation reflète avant tout la hausse des gains nets à la vente de titres et la diminution des réductions de valeur.

Les frais autres que d'intérêts se sont chiffrés à 33 millions de dollars pour le trimestre à l'étude, en baisse de 1 million de dollars par rapport à ceux du trimestre précédent.

La charge d'impôts a correspondu à une économie de 72 millions de dollars pour le deuxième trimestre, soit une baisse de 4 millions de dollars par rapport à celle du trimestre précédent.

Total

    
                               Pour les trimestres        Pour les semestres
                                    terminés les              terminés les
    -------------------------------------------------------------------------

                                 30        31        30        30        30
    (non vérifié)             avril   janvier     avril     avril     avril
    (en millions de dollars)   2010      2010      2009      2010      2009
    -------------------------------------------------------------------------
    Résultat sectoriel
    Revenu d'intérêts net     2 058 $   2 147 $   2 087 $   4 205 $   4 053 $
    Dotation à la provision
     pour pertes sur
     créances                   338       371       489       709       770
    Autres revenus            1 815     1 759     1 509     3 574     2 894
    Frais autres que
     d'intérêts               1 967     2 009     1 886     3 976     3 896
    Charge d'impôts             444       512       319       956       509
    Participation sans
     contrôle dans le
     bénéfice net des
     filiales                    27        26        30        53        58
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net              1 097 $     988 $     872 $   2 085 $   1 714 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres données
    Rendement des capitaux
     propres(1)(2)             19,9 %    17,4 %    16,8 %    18,7 %    16,6 %
    Actif moyen(2) (en
     milliards de dollars)      505 $     501 $     520 $     503 $     525 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Se reporter à l'analyse des mesures non conformes aux PCGR ci-dessus.
    (2) Les montants pour le trimestre terminé le 30 avril 2009 ont été
        retraités afin de refléter l'incidence de la nouvelle convention
        comptable portant sur le classement et les pertes de valeur des
        actifs financiers mise en oeuvre au quatrième trimestre de 2009, avec
        prise d'effet le 1er novembre 2008 (se reporter à la note 1 afférente
        aux états financiers consolidés dans le rapport annuel 2009 pour
        obtenir davantage de renseignements).
    

Faits saillants par secteur géographique

    
                               Pour les trimestres        Pour les semestres
                                    terminés les              terminés les
    -------------------------------------------------------------------------

                                 30        31        30        30        30
    (non vérifié)             avril   janvier     avril     avril     avril
    (en millions de dollars)   2010      2010      2009      2010      2009
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net par secteur
     géographique
    Canada                      709 $     676 $     395 $   1 385 $     756 $
    États-Unis                  137       131        55       268        78
    Mexique                      64        69        41       133        98
    Autres pays                 347       308       455       655     1 014
    Redressements du
     siège social              (160)     (196)      (74)     (356)     (232)
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net              1 097 $     988 $     872 $   2 085 $   1 714 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Actif moyen (en milliards
     de dollars)
    Canada                      330 $     332 $     338 $     331 $     334
    États-Unis                   52        48        43        50        47
    Mexique                      18        18        20        18        20
    Autres pays                  98        97       114        97       116
    Redressements du
     siège social                 7         6         5         7         8
    -------------------------------------------------------------------------
                                505 $     501 $     520 $     503 $     525 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    

Chiffres clés pour les trimestres

    
                             Pour les trimestres terminés les
    -------------------------------------------------------------------------
                 30      31      31      31      30      31      31      31
              avril    janv.    oct. juillet  avril    janv.    oct. juillet
               2010    2010    2009    2009    2009    2009    2008    2008
    -------------------------------------------------------------------------
    Total des
     revenus
     (en
     millions
     de
     dollars) 3 873 $ 3 906 $ 3 735 $ 3 775 $ 3 596 $ 3 351 $ 2 491 $ 3 374 $
    Total des
     revenus
     (BMEF(1))
     (en
     millions
     de
     dollars) 3 944   3 981   3 808   3 843   3 673   3 421   2 586   3 477
    Bénéfice
     net (en
     millions
     de
     dollars) 1 097     988     902     931     872     842     315   1 010
    Bénéfice
     de base
     par
     action
     (en
     dollars)  1,02    0,92    0,84    0,87    0,81    0,80     0,28   0,99
    Bénéfice
     dilué par
     action
     (en
     dollars)  1,02    0,91    0,83    0,87    0,81    0,80     0,28   0,98
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Se reporter à l'analyse des mesures non conformes aux PCGR ci-dessus.
    

Données sur les actions

    
                                                                   Au
    -------------------------------------------------------------------------
                                                             30 avril
    (en milliers d'actions en circulation)                       2010
    -------------------------------------------------------------------------
    Actions ordinaires                                      1 034 071(1)
    -------------------------------------------------------------------------
    Actions privilégiées Série 12                              12 000(2)
    Actions privilégiées Série 13                              12 000(3)
    Actions privilégiées Série 14                              13 800(4)
    Actions privilégiées Série 15                              13 800(5)
    Actions privilégiées Série 16                              13 800(6)
    Actions privilégiées Série 17                               9 200(7)
    Actions privilégiées Série 18                              13 800(8)(9)
    Actions privilégiées Série 20                              14 000(8)(10)
    Actions privilégiées Série 22                              12 000(8)(11)
    Actions privilégiées Série 24                              10 000(8)(12)
    Actions privilégiées Série 26                              13 000(8)(13)
    Actions privilégiées Série 28                              11 000(8)(14)
    Actions privilégiées Série 30                              10 600(8)(15)
    -------------------------------------------------------------------------
    Titres fiduciaires Série 2000-1 émis par
     Fiducie de Capital Scotia                                    500(16)
    Titres fiduciaires Série 2002-1 émis par
     Fiducie de Capital Banque Scotia                             750(17)
    Titres fiduciaires Série 2003-1 émis par Fiducie de
     Capital Banque Scotia                                        750(17)
    Titres fiduciaires Série 2006-1 émis par Fiducie de
     Capital Banque Scotia                                        750(17)
    Titres fiduciaires Série 2009-1 émis par
     Fiducie de catégorie 1 (Tier 1) Banque Scotia                650(17)
    -------------------------------------------------------------------------
    Billets secondaires de la Fiducie Banque Scotia
     - Série A, émis par la Fiducie de billets
     secondaires Banque Scotia                                  1 000(17)
    -------------------------------------------------------------------------
    Options en cours attribuées aux termes des régimes
     d'options sur actions pour l'achat
     d'actions ordinaires                                      23 941(1)(18)
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1)    Au 21 mai 2010, le nombre d'actions ordinaires en circulation et
           le nombre d'options en cours se chiffraient respectivement à
           1 034 134 et à 23 878. Le nombre des autres titres de ce tableau
           demeure inchangé.
    (2)    Ces actions donnent droit à un dividende trimestriel en espèces
           privilégié non cumulatif de 0,328125 $ par action.
    (3)    Ces actions donnent droit à un dividende trimestriel en espèces
           privilégié non cumulatif de 0,30 $ par action.
    (4)    Ces actions donnent droit à un dividende trimestriel en espèces
           privilégié non cumulatif de 0,28125 $ par action.
    (5)    Ces actions donnent droit à un dividende trimestriel en espèces
           privilégié non cumulatif de 0,28125 $ par action.
    (6)    Ces actions donnent droit à un dividende trimestriel en espèces
           privilégié non cumulatif de 0,328125 $ par action.
    (7)    Ces actions donnent droit à un dividende trimestriel en espèces
           privilégié non cumulatif de 0,35 $ par action.
    (8)    Ces actions privilégiées sont assorties de caractéristiques de
           conversion.
    (9)    Ces actions donnent droit à un dividende trimestriel en espèces
           privilégié non cumulatif. Les dividendes qui seront déclarés au
           cours de la période initiale de cinq ans se terminant le 25 avril
           2013, lorsque de tels dividendes seront déclarés, le cas échéant,
           seront de 0,3125 $ par action. À l'issue de la période initiale de
           cinq ans à taux fixe, ainsi que tous les cinq ans par la suite,
           les dividendes seront calculés au moyen du rendement sur cinq ans
           offert par les effets du gouvernement du Canada, majoré de 2,05 %,
           cette somme étant multipliée par 25,00 $.
    (10)   Ces actions donnent droit à un dividende trimestriel en espèces
           privilégié non cumulatif. Les dividendes qui seront déclarés au
           cours de la période initiale de cinq ans se terminant le 25
           octobre 2013, lorsque de tels dividendes seront déclarés, le cas
           échéant, seront de 0,3125 $ par action. À l'issue de la période à
           taux fixe initiale de cinq ans, ainsi que tous les cinq ans par la
           suite, les dividendes seront calculés au moyen du rendement sur
           cinq ans offert par les effets du gouvernement du Canada, majoré
           de 1,70 %, cette somme étant multipliée par 25,00 $.
    (11)   Ces actions donnent droit à un dividende trimestriel en espèces
           privilégié non cumulatif. Les dividendes qui seront déclarés au
           cours de la période initiale de cinq ans se terminant le 25
           janvier 2014, lorsque de tels dividendes seront déclarés, le cas
           échéant, seront de 0,3125 $ par action. À l'issue de la période à
           taux fixe initiale de cinq ans, ainsi que tous les cinq ans par la
           suite, les dividendes seront calculés au moyen du rendement sur
           cinq ans offert par les effets du gouvernement du Canada, majoré
           de 1,88 %, cette somme étant multipliée par 25,00 $.
    (12)   Ces actions donnent droit à un dividende trimestriel en espèces
           privilégié non cumulatif. Les dividendes qui seront déclarés au
           cours de la période initiale de cinq ans se terminant le 25
           janvier 2014, lorsque de tels dividendes seront déclarés, le cas
           échéant, seront de 0,3906 $ par action. À l'issue de la période à
           taux fixe initiale de cinq ans, ainsi que tous les cinq ans par la
           suite, les dividendes seront calculés au moyen du rendement sur
           cinq ans offert par les effets du gouvernement du Canada, majoré
           de 3,84 %, cette somme étant multipliée par 25,00 $.
    (13)   Ces actions donnent droit à un dividende trimestriel en espèces
           privilégié non cumulatif. Les dividendes qui seront déclarés au
           cours de la période initiale de cinq ans se terminant le 25 avril
           2014, lorsque de tels dividendes seront déclarés, le cas échéant,
           seront de 0,390625 $ par action. À l'issue de la période à taux
           fixe initiale de cinq ans, ainsi que tous les cinq ans par la
           suite, les dividendes seront calculés au moyen du rendement sur
           cinq ans offert par les effets du gouvernement du Canada, majoré
           de 4,14 %, cette somme étant multipliée par 25,00 $.
    (14)   Ces actions donnent droit à un dividende trimestriel en espèces
           privilégié non cumulatif. Les dividendes qui seront déclarés au
           cours de la période initiale de cinq ans se terminant le 25 avril
           2014, lorsque de tels dividendes seront déclarés, le cas échéant,
           seront de 0,390625 $ par action. À l'issue de la période à taux
           fixe initiale de cinq ans, ainsi que tous les cinq ans par la
           suite, les dividendes seront calculés au moyen du rendement sur
           cinq ans offert par les effets du gouvernement du Canada, majoré
           de 4,46 %, cette somme étant multipliée par 25,00 $.
    (15)   Ces actions donnent droit à un dividende trimestriel en espèces
           privilégié non cumulatif. Le dividende initial, lorsqu'un tel
           dividende sera déclaré, le cas échéant, sera versé le 28 juillet
           2010 et s'établira à 0,2822 $ par action. Les dividendes qui
           seront déclarés au cours de la période initiale de cinq ans se
           terminant le 25 avril 2015, lorsque de tels dividendes seront
           déclarés, le cas échéant, seront de 0,240625 $ par action. À
           l'issue de la période à taux fixe initiale de cinq ans, ainsi que
           tous les cinq ans par la suite, les dividendes seront calculés au
           moyen du rendement sur cinq ans offert par les effets du
           gouvernement du Canada, majoré de 1,00 %, cette somme étant
           multipliée par 25,00 $.
    (16)   Présentés dans les obligations au titre des instruments de
           capitaux propres au bilan consolidé.
    (17)   Présentés dans les dépôts au bilan consolidé.
    (18)   Comprend 17 898 options d'achat d'actions assorties de droits à la
           plus-value des actions ("composante DPV").
    

On trouvera plus de renseignements, y compris les caractéristiques de convertibilité, aux notes 13, 14 et 17 des états financiers consolidés du 31 octobre 2009 publiés dans le rapport annuel 2009.

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS INTERMÉDIAIRES

État consolidé des résultats

    
                               Pour les trimestres        Pour les semestres
                                    terminés les              terminés les
    -------------------------------------------------------------------------

                                 30        31        30        30        30
    (non vérifié)             avril   janvier     avril     avril     avril
    (en millions de dollars)   2010      2010      2009      2010      2009
    -------------------------------------------------------------------------
    Revenu d'intérêts
    Prêts(1)                  2 889 $   2 975 $   3 484 $   5 864 $   7 745 $
    Titres(1)                 1 030     1 024     1 083     2 054     1 827
    Titres pris en pension       39        36        99        75       255
    Dépôts auprès d'autres
     banques                     71        75       119       146       328
    -------------------------------------------------------------------------
                              4 029     4 110     4 785     8 139    10 155
    -------------------------------------------------------------------------
    Frais d'intérêts
    Dépôts                    1 649     1 599     2 111     3 248     4 863
    Débentures subordonnées      57        71        69       128       132
    Obligations au titre
     des instruments de
     capitaux propres             9         9         9        18        18
    Autres                      256       284       509       540     1 089
    -------------------------------------------------------------------------
                              1 971     1 963     2 698     3 934     6 102
    -------------------------------------------------------------------------
    Revenu d'intérêts net     2 058     2 147     2 087     4 205     4 053
    Dotation à la provision
     pour pertes sur
     créances (note 4)          338       371       489       709       770
    -------------------------------------------------------------------------
    Revenu d'intérêts net
     après la dotation à
     la provision pour
     pertes sur créances      1 720     1 776     1 598     3 496     3 283
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres revenus
    Revenus sur cartes          100       110       105       210       218
    Services de dépôt et
     de paiement                216       220       225       436       456
    Fonds communs de
     placement                  140       125        63       265       143
    Services de gestion
     des placements, de
     courtage et de fiducie     199       192       172       391       350
    Commissions de crédit       212       205       203       417       388
    Revenus de transaction      322       285       235       607       415
    Commissions de placement
     et autres                  132       143       126       275       291
    Opérations de change à
     des fins autres que de
     transaction                 89        81        95       170       217
    Gain net (perte nette)
     sur les titres détenus
     à des fins autres
    que de transaction          137        91      (133)      228      (277)
    Revenus tirés des
     opérations de
     titrisation                 22        18       219        40       317
    Autres                      246       289       199       535       376
    -------------------------------------------------------------------------
                              1 815     1 759     1 509     3 574     2 894
    -------------------------------------------------------------------------
    Revenu d'intérêts net
     et autres revenus        3 535     3 535     3 107     7 070     6 177
    -------------------------------------------------------------------------
    Frais autres que
     d'intérêts
    Salaires et avantages
     sociaux                  1 143     1 187     1 024     2 330     2 154
    Locaux et technologie       360       371       379       731       767
    Communications               81        86        89       167       179
    Publicité et prospection     77        78        68       155       146
    Honoraires                   44        50        53        94       107
    Taxe d'affaires et
     taxe sur le capital         40        37        39        77        89
    Autres                      222       200       234       422       454
    -------------------------------------------------------------------------
                              1 967     2 009     1 886     3 976     3 896
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice avant les
     éléments ci-dessous      1 568     1 526     1 221     3 094     2 281
    Charge d'impôts             444       512       319       956       509
    Participation sans
     contrôle dans le
     bénéfice net des
     filiales                    27        26        30        53        58
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net              1 097 $     988 $     872 $   2 085 $   1 714 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Dividendes versés sur
     les actions
     privilégiées                49        49        51        98        88
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net attribuable
     aux actionnaires
     ordinaires               1 048 $     939 $     821 $   1 987 $   1 626 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Nombre moyen d'actions
     ordinaires en
     circulation (en millions)
      De base                 1 030     1 025     1 014     1 028     1 007
      Dilué                   1 031     1 028     1 016     1 029     1 010
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice par action
     ordinaire (en dollars)(2):
      De base                  1,02 $    0,92 $    0,81 $    1,93 $    1,61 $
      Dilué                    1,02 $    0,91 $    0,81 $    1,93 $    1,61 $
    -------------------------------------------------------------------------
    Dividendes par action
     ordinaire (en dollars)    0,49 $    0,49 $    0,49 $    0,98 $    0,98 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Certains chiffres correspondants ont été reclassés pour qu'ils soient
    conformes à la présentation de la période écoulée.

    (1) Les montants pour les périodes terminées le 30 avril 2009 ont été
        retraités afin de refléter l'incidence de la nouvelle convention
        comptable portant sur le classement et les pertes de valeur des
        actifs financiers mise en oeuvre au cours du quatrième trimestre de
        2009, avec prise d'effet le 1er novembre 2008 (se reporter à la note
        1 afférente aux états financiers consolidés dans le rapport annuel
        2009 pour obtenir davantage de renseignements).
    (2) Le bénéfice par action est exprimé en dollars et il est fondé sur le
        nombre d'actions.

    Les notes ci-jointes font partie intégrante des états financiers
    consolidés intermédiaires.
    

Bilan consolidé

    
                                                              Aux
    -------------------------------------------------------------------------
                                                    30        31         31
    (non vérifié)                                avril   janvier    octobre
    (en millions de dollars)                      2010      2010       2009
    -------------------------------------------------------------------------
    Actif
    Liquidités
    Trésorerie et dépôts sans intérêt auprès
     d'autres banques                            3 743  $  3 384 $    3 355 $
    Dépôts portant intérêt auprès
     d'autres banques                           48 047    48 867     34 343
    Métaux précieux                              5 587     5 085      5 580
    -------------------------------------------------------------------------
                                                57 377    57 336     43 278
    -------------------------------------------------------------------------
    Titres
    Détenus à des fins de transaction           69 219    58 061     58 067
    Disponibles à la vente (note 2)             50 489    54 378     55 699
    Placements comptabilisés à la valeur
     de consolidation                            4 305     3 697      3 528
    -------------------------------------------------------------------------
                                               124 013   116 136    117 294
    -------------------------------------------------------------------------
    Titres pris en pension                      21 315    16 970     17 773
    -------------------------------------------------------------------------
    Prêts
    Prêts hypothécaires à l'habitation         113 771   105 412    101 604
    Prêts aux particuliers et sur
     cartes de crédit                           60 964    61 500     61 048
    Prêts aux entreprises et aux
     administrations publiques                 103 199   104 200    106 520
    -------------------------------------------------------------------------
                                               277 934   271 112    269 172
    Provision pour pertes sur créances
     (note 4)                                    4 321     2 948      2 870
    -------------------------------------------------------------------------
                                               273 613   268 164    266 302
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres
    Engagements de clients en contrepartie
     d'acceptations                              7 655     7 652      9 583
    Instruments dérivés                         22 770    25 373     25 992
    Terrains, bâtiments et matériel              2 320     2 322      2 372
    Écart d'acquisition                          2 701     2 765      2 908
    Autres actifs incorporels                      555       560        561
    Autres actifs                               13 806    10 348     10 453
    -------------------------------------------------------------------------
                                                49 807    49 020     51 869
    -------------------------------------------------------------------------
                                               526 125 $ 507 626 $  496 516 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Passif et capitaux propres
    Dépôts
    Particuliers                               124 255 $ 124 920 $  123 762 $
    Entreprises et administrations publiques   221 009   212 169    203 594
    Banques                                     25 985    27 849     23 063
    -------------------------------------------------------------------------
                                               371 249   364 938    350 419
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres
    Acceptations                                 7 655     7 652      9 583
    Obligations relatives aux titres
     mis en pension                             40 781    39 471     36 568
    Obligations relatives aux titres
     vendus à découvert                         23 119    13 339     14 688
    Instruments dérivés                         27 023    27 699     28 806
    Autres passifs                              23 826    22 164     24 682
    Participation sans contrôle dans
     les filiales                                  539       561        554
    -------------------------------------------------------------------------
                                               122 943   110 886    114 881
    -------------------------------------------------------------------------
    Débentures subordonnées (note 5)             5 881     5 945      5 944
    -------------------------------------------------------------------------
    Obligations au titre des instruments
     de capitaux propres                           500       500        500
    -------------------------------------------------------------------------
    Capitaux propres
    Capital-actions
      Actions privilégiées                       3 975     3 710      3 710
      Actions ordinaires et surplus d'apport     5 358     5 113      4 946
    Bénéfices non répartis                      20 894    20 353     19 916
    Cumul des autres éléments du résultat
     étendu (note 7)                            (4 675)   (3 819)    (3 800)
    -------------------------------------------------------------------------
                                                25 552    25 357     24 772
    -------------------------------------------------------------------------
                                               526 125 $ 507 626 $  496 516 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Les notes ci-jointes font partie intégrante des états financiers
    consolidés intermédiaires.
    

État consolidé de la variation des capitaux propres

    
                                              Pour les semestres terminés les
    -------------------------------------------------------------------------
                                                         30 avril  30 avril
    (non vérifié) (en millions de dollars)                   2010      2009
    -------------------------------------------------------------------------
    Actions privilégiées
    Solde au début de la période                            3 710 $   2 860 $
    Émissions                                                 265       850
    -------------------------------------------------------------------------
    Solde à la fin de la période                            3 975     3 710
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Actions ordinaires et surplus d'apport
    Actions ordinaires
      Solde au début de la période                          4 946     3 829
      Émissions                                               386       800
    -------------------------------------------------------------------------
      Solde à la fin de la période                          5 332     4 629
    -------------------------------------------------------------------------
    Surplus d'apport
      Solde au début de la période                              -         -
      Charge au titre des options sur actions (note 8)         26         -
    -------------------------------------------------------------------------
      Solde à la fin de la période                             26         -
    -------------------------------------------------------------------------
    Total                                                   5 358     4 629
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfices non répartis
    Solde au début de la période                           19 916    18 549
    Bénéfice net                                            2 085     1 714
    Dividendes : actions privilégiées                         (98)      (88)
                 actions ordinaires                        (1 007)     (990)
    Autres                                                     (2)       (6)
    -------------------------------------------------------------------------
    Solde à la fin de la période                           20 894    19 179
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Cumul des autres éléments du résultat étendu(1)
    Solde au début de la période, tel que présenté
     précédemment                                          (3 800)   (3 596)
    Effet cumulatif de l'adoption des nouvelles
     conventions comptables                                     -       595
    -------------------------------------------------------------------------
    Solde au début de la période, après retraitement       (3 800)   (3 001)
    Autres éléments du résultat étendu                       (875)     (675)
    -------------------------------------------------------------------------
    Solde à la fin de la période                           (4 675)   (3 676)
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Total des capitaux propres à la
     fin de la période                                     25 552 $  23 842 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    

État consolidé du résultat étendu

    
                                   Pour les trimestres  Pour les semestres
                                       terminés les        terminés les
    -------------------------------------------------------------------------
                                           30        30        30        30
    (non vérifié)                       avril     avril     avril     avril
    (en millions de dollars)             2010      2009      2010      2009
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net                        1 097 $     872 $   2 085 $   1 714 $
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres éléments du résultat
     étendu, déduction faite
     des impôts sur le bénéfice
     (note 7):
      Variation nette des pertes de
       change non réalisées              (785)     (323)     (986)     (449)
      Variation nette des gains non
       réalisés (pertes non réalisées)
       sur les titres disponibles
        à la vente(1)                    (153)       66         3       (98)
      Variation nette des pertes
       sur les instruments dérivés
       désignés comme couvertures de
       flux de trésorerie                  82        10       108      (128)
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres éléments du résultat
     étendu(1)                           (856)     (247)     (875)     (675)
    -------------------------------------------------------------------------
    Résultat étendu(1)                    241 $     625 $    1 210 $  1 039 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Les chiffres correspondants ont été retraités afin de refléter
        l'incidence de la nouvelle convention comptable portant sur le
        classement et les pertes de valeur des actifs financiers mise en
        oeuvre au quatrième trimestre de 2009, avec prise d'effet le 1er
        novembre 2008 (se reporter à la note 1 afférente aux états financiers
        consolidés dans le rapport annuel 2009 pour obtenir davantage de
        renseignements).

    Les notes ci-jointes font partie intégrante des états financiers
    consolidés intermédiaires.
    

État consolidé condensé des flux de trésorerie

    
                                   Pour les trimestres  Pour les semestres
                                       terminés les        terminés les
    -------------------------------------------------------------------------
    Provenance (affectation) des
     flux de trésorerie                    30        30        30        30
    (non vérifié)                       avril     avril     avril     avril
    (en millions de dollars)             2010      2009      2010      2009
    -------------------------------------------------------------------------
    Flux de trésorerie liés aux
     activités d'exploitation
    Bénéfice net                        1 097 $     872 $   2 085 $   1 714 $
    Ajustements visant à déterminer
     les flux de trésorerie liés
     aux activités d'exploitation(1)      656       796     1 238       898
    Variations des actifs et passifs
     d'exploitation
      Intérêts courus nets à recevoir
       et à payer                         (93)     (294)       24      (214)
      Titres détenus à des fins de
       transaction                    (11 759)  (10 850)  (11 905)  (13 201)
      Actifs dérivés                      (25)    3 648      (319)    5 660
      Passifs dérivés                   1 509    (1 930)      878    (1 593)
      Autres, montant net(1)           (2 863)   (1 397)   (5 069)   (3 730)
    -------------------------------------------------------------------------
                                      (11 478)   (9 155)  (13 068)  (10 466)
    -------------------------------------------------------------------------
    Flux de trésorerie liés aux
     activités de financement
    Dépôts                              9 477     3 567    26 184     2 142
    Obligations relatives aux
     titres mis en pension              1 615     6 878     4 695     6 441
    Obligations relatives aux
     titres vendus à découvert          9 977     2 743     8 677     2 990
    Débentures subordonnées émises          -     1 000         -     2 000
    Rachat et remboursement de
     débentures subordonnées                -         -       (11)        -
    Actions privilégiées émises           265         -       265       600
    Actions ordinaires émises             218       130       365       297
    Dividendes versés en espèces         (554)     (548)   (1 105)   (1 078)
    Autres, montant net                   792    (2 716)      747    (2 364)
    -------------------------------------------------------------------------
                                       21 790    11 054    39 817    11 028
    -------------------------------------------------------------------------
    Flux de trésorerie liés aux
     activités d'investissement
    Dépôts portant intérêt auprès
     d'autres banques                  (1 626)     (112)  (16 452)    2 839
    Titres pris en pension             (4 338)     (644)   (3 558)    4 228
    Prêts à l'exclusion des
     titrisations(1)                   (6 609)   (3 418)  (10 494)   (9 755)
    Titrisations de prêts                 584     4 418     1 166     9 181
    Titres détenus à des fins autres
     que de transaction(1)              2 754    (2 094)    3 804    (4 960)
    Terrains, bâtiments et matériel,
     déduction faite des cessions         (70)      (76)      (75)     (127)
    Autres, montant net(2)               (532)       (2)     (596)   (1 565)
    -------------------------------------------------------------------------
                                       (9 837)   (1 928)  (26 205)     (159)
    -------------------------------------------------------------------------
    Incidence des fluctuations des
     taux de change sur la trésorerie
     et les équivalents de trésorerie    (116)      (59)     (156)      (58)
    -------------------------------------------------------------------------
    Variation nette de la trésorerie
     et des équivalents de trésorerie     359       (88)      388       345
    Trésorerie et équivalents de
     trésorerie au début de la période  3 384     3 007     3 355     2 574
    -------------------------------------------------------------------------
    Trésorerie et équivalents de
     trésorerie à la fin de la
     période(3)                         3 743 $   2 919 $   3 743 $   2 919 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    Décaissements effectués au titres
     des éléments suivants :
      Intérêts                          2 020 $   2 849 $   4 207 $   6 463 $
      Impôts sur le bénéfice              439 $     466 $   1 217 $     719 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Les chiffres correspondants ont été retraités afin de refléter
        l'incidence de la nouvelle convention comptable portant sur le
        classement et les pertes de valeur des actifs financiers mise en
        oeuvre au quatrième trimestre de 2009, avec prise d'effet le 1er
        novembre 2008 (se reporter à la note 1 afférente aux états financiers
        consolidés dans le rapport annuel 2009 pour obtenir davantage de
        renseignements).
    (2) Pour le trimestre et le semestre terminés le 30 avril 2010, comprend
        des placements dans des filiales et des sociétés associées, déduction
        faite d'un montant de 203 $ et de 203 $ respectivement au titre de la
        trésorerie et des équivalents de trésorerie à la date d'acquisition
        (néant et néant respectivement au 30 avril 2009), d'un montant de
        néant et de néant respectivement au titre de la contrepartie autre
        qu'en espèces constituée d'actions ordinaires nouvellement émises
        (néant et 500 $ respectivement au 30 avril 2009) et d'un montant de
        néant et de néant respectivement au titre des actions privilégiées à
        dividende non cumulatif (néant et 250 $ respectivement au 30 avril
        2009).
    (3) Représente la trésorerie et les dépôts sans intérêt auprès d'autres
        banques.

    Les notes ci-jointes font partie intégrante des états financiers
    consolidés intermédiaires.



    Notes afférentes aux états financiers consolidés intermédiaires
    (non vérifié)

    Les présents états financiers consolidés intermédiaires ont été dressés
    conformément aux principes comptables généralement reconnus (les "PCGR")
    du Canada. Ils doivent être lus parallèlement aux états financiers
    consolidés de l'exercice terminé le 31 octobre 2009. Les principales
    conventions comptables qui ont servi à établir ces états financiers
    consolidés intermédiaires sont conformes à celles que la Banque a
    utilisées dans l'établissement des états financiers consolidés vérifiés
    de fin d'exercice.

    1.  Modifications de conventions comptables

        Aucune nouvelle convention comptable n'a été adoptée au cours de
        l'exercice à l'étude. Les modifications de conventions comptables
        sont décrites à la note 1 afférente aux états financiers consolidés
        vérifiés de l'exercice 2009 de la Banque.

    2.  Titres disponibles à la vente

        Le tableau qui suit présente une analyse des gains et des pertes non
        réalisés sur les titres disponibles à la vente :

                                                         Aux
    -------------------------------------------------------------------------
                                                   30 avril 2010
    -------------------------------------------------------------------------
                                                   Gains     Pertes
                                                   bruts     brutes
                                                     non        non   Juste
    (en millions de dollars)           Coût(1)  réalisés  réalisées  valeur
    -------------------------------------------------------------------------
    Titres de créance du
     gouvernement du Canada            11 889 $      92 $      80 $  11 901 $
    Titres adossés à des
     créances hypothécaires(2)         18 553       251       109    18 695
    Titres de créance
     d'administrations publiques
     provinciales et municipales
     canadiennes                          712         8         2       718
    Titres de créance du Trésor
     américain et d'autres
     administrations publiques
     américaines                          280         1         8       273
    Titres de créance
     d'administrations publiques
     étrangères                         7 136       250        22     7 364
    Obligations de pays désignés
     à marché naissant                    221       147         -       368
    Autres titres de créance            8 155       234       132     8 257
    Actions privilégiées                  501        15        67       449
    Actions ordinaires                  2 179       297        12     2 464
    -------------------------------------------------------------------------
    Total des titres disponibles
     à la vente                        49 626 $   1 295 $     432 $  50 489 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


                                                        Aux
    -------------------------------------------------------------------------
                                                  31 octobre 2009
    -------------------------------------------------------------------------
                                                   Gains     Pertes
                                                   bruts     brutes
                                                     non        non   Juste
    (en millions de dollars)           Coût(1)  realisés  réalisées  valeur
    -------------------------------------------------------------------------
    Titres de créance du
     gouvernement du Canada            11 507 $     163 $      68 $  11 602 $
    Titres adossés à des
     créances hypothécaires(2)         20 972       488        76    21 384
    Titres de créance
     d'administrations publiques
     provinciales et municipales
     canadiennes                        1 164        20         -     1 184
    Titres de créance du Trésor
     américain et d'autres
     administrations publiques
     américaines                          706         9        14       701
    Titres de créance
     d'administrations publiques
     étrangères                         7 703       321        35     7 989
    Obligations de pays désignés
     à marché naissant                    270       175         -       445
    Autres titres de créance            9 609       224       234     9 599
    Actions privilégiées                  544        17       140       421
    Actions ordinaires                  2 211       224        61     2 374
    -------------------------------------------------------------------------
    Total des titres disponibles
     à la vente                        54 686 $   1 641 $     628 $  55 699 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    (1) Le coût des titres de créance correspond au coût après amortissement.
    (2) Comprend les titres conservés par la Banque relativement à ses
        titrisations hypothécaires. Le solde des titres adossés à des
        créances hypothécaires se chiffrait à 18 202 $ (20 864 $ au 31
        octobre 2009). La Société canadienne d'hypothèques et de logement
        offre une garantie de paiement en temps opportun aux investisseurs
        dans des titres adossés à des créances hypothécaires LNH.


        Le gain net non réalisé sur les titres disponibles à la vente de
        863 millions de dollars (gain de 1 013 millions de dollars au
        31 octobre 2009) passe à un gain net non réalisé de 796 millions de
        dollars (gain de 828 millions de dollars au 31 octobre 2009)
        lorsqu'on tient compte de l'incidence des opérations de couverture
        admissibles. Le gain net non réalisé sur les titres disponibles à la
        vente est comptabilisé dans le cumul des autres éléments du résultat
        étendu.

    3.  Cession de prêts par titrisation

        La Banque titrise des prêts hypothécaires à l'habitation par la
        création de titres adossés à des créances hypothécaires. Aucune perte
        sur créance n'est prévue, les prêts hypothécaires étant assurés. Pour
        le trimestre terminé le 30 avril 2010, la moyenne pondérée des
        hypothèses clés utilisées aux fins de l'évaluation de la juste valeur
        aux dates des opérations de titrisation correspond à un taux de
        remboursement par anticipation de 23,7 %, à une marge excédentaire de
        1,2 % et à un taux d'actualisation de 1,6 %. Le tableau qui suit
        présente les cessions réalisées par la Banque.

                                  Pour les trimestres   Pour les semestres
                                      terminés les         terminés les
    -------------------------------------------------------------------------
                                 30        31        30        30        30
                              avril   janvier     avril     avril     avril
    (en millions de dollars)   2010      2010      2009      2010      2009
    -------------------------------------------------------------------------
    Produit net en espèces(1)   584 $     582 $   4 418 $   1 166 $   9 181 $
    Droits conservés             18        19       225        37       395
    Passif de gestion            (4)       (4)      (24)       (8)      (53)
    -------------------------------------------------------------------------
                                598       597     4 619      1 195    9 523
    Prêts hypothécaires à
     l'habitation titrisés(2)   590       590     4 420      1 180    9 247
    -------------------------------------------------------------------------
    Gain net (perte nette)
     sur la cession(3)            8 $       7 $     199 $       15 $    276 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Compte non tenu des prêts hypothécaires assurés de 132 $ pour le
        trimestre terminé le 30 avril 2010 (390 $ pour le trimestre terminé
        le 31 janvier 2010; 1 382 $ pour le trimestre terminé le 30 avril
        2009) et de 522 $ pour le semestre terminé le 30 avril 2010 (2 229 $
        pour le semestre terminé le 30 avril 2009) qui ont été titrisés et
        conservés par la Banque. Ces actifs sont classés dans les titres
        disponibles à la vente et leur solde s'élevait à 18 202 $ (se
        reporter à la note 2).
    (2) Comprend des cessions de titres adossés à des créances hypothécaires
        au cours de la période à l'étude se rapportant à des prêts
        hypothécaires à l'habitation titrisés par la Banque au cours de
        périodes antérieures mais alors conservés par celle-ci de néant pour
        le trimestre et le semestre terminés le 30 avril 2010 (néant pour le
        trimestre terminé le 31 janvier 2010; 1 853 $ pour le semestre
        terminé le 30 avril 2009).
    (3) Déduction faite des frais d'émission.


    4.  Prêts douteux et provision pour pertes sur créances

    a) Prêts douteux

                                                  Aux
    -------------------------------------------------------------------------
                                                       31 janvier  31 octobre
                                 30 avril 2010              2010        2009
    -------------------------------------------------------------------------
                                    Provisions
    (en millions            Montant  spécifi-   Montant   Montant   Montant
     de dollars)               brut     que(1)      net       net       net
    -------------------------------------------------------------------------
    Par type de prêt
    Prêts hypothécaires
     à l'habitation         2 065 $     (930)$    1 135 $   1 093 $     878 $
    Prêts aux particuliers
     et sur cartes de crédit  781       (628)       153       191       193
    Prêts aux entreprises
     et aux administrations
     publiques              2 476     (1 289)     1 187     1 393     1 492
    -------------------------------------------------------------------------
    Total                  5 322(2)$ (2 847)(2)$  2 475 $   2 677 $   2 563 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Par pays
    Canada                                          696 $     777 $     719 $
    États-Unis                                      145       229       354
    Autres pays(2)                                1 634     1 671     1 490
    -------------------------------------------------------------------------
    Total                                         2 475 $   2 677 $   2 563 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) La provision spécifique pour les prêts douteux évaluée sur une base
        individuelle totalisait 1 286 $ (582 $ au 31 janvier 2010; 446 $ au
        31 octobre 2009).
    (2) Comprend 1,4 milliard de dollars liés à l'acquisition de R-G Premier
        Bank of Puerto Rico (se reporter à la note 12), dont une provision
        équivalente a été constituée.

    b)  Provision pour pertes sur créances

                 Aux dates indiquées et pour le semestre terminé le
    -------------------------------------------------------------------------

                                      30 avril 2010
    -------------------------------------------------------------------------
                                               Dotation
                                                   à la
                                                 provi-
                    Solde                          sion  Autres, y
                       au                          pour  compris le    Solde
                    début                        pertes  rajuste-       à la
    (en millions    de la             Recouvre-     sur    ment de    fin de
     de dollars)  période  Radiations    ments  créances  change(1)  période
    -------------------------------------------------------------------------
    Provision
     spécifique   1 381 $    (766)$     130 $     729 $    1 382 $  2 856(2)$
    Provision
     sectorielle     44         -         -       (20)         -        24
    Provision
     générale     1 450         -         -         -          -     1 450
    -------------------------------------------------------------------------
                  2 875 $    (766)$     130 $     709 $  1 382(3)$   4 330 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


       Aux dates indiquées et pour le
                semestre terminé le
    ---------------------------------
                        31        31
                   janvier   octobre
                      2010      2009
    ---------------------------------
                   Solde à   Solde à
                    la fin    la fin
    (en millions     de la     de la
     de dollars)   période   période
    ---------------------------------
     Provision
      spécifique 1 461(2)$ 1 381(2)$
     Provision
      sectorielle     43        44
     Provision
      générale     1 450     1 450
    ---------------------------------
                   2 954 $   2 875 $
    ---------------------------------
    ---------------------------------

    (1) Au 30 avril 2010, comprend des provisions spécifiques de 1 436 $ et
        une provision générale de néant au titre des acquisitions (14 $ et
        néant respectivement au 31 janvier 2010; 9 $ et néant respectivement
        au 31 octobre 2009).
    (2) Au 30 avril 2010, 9 $ étaient inscrits au poste "Autres passifs"
        (6 $ au 31 janvier 2010; 5 $ au 31 octobre 2009).
    (3) Comprend 1,4 milliard de dollars liés à l'acquisition de R-G Premier
        Bank of Puerto Rico.


    5.  Débentures subordonnées

        Le 15 décembre 2009, la Banque a racheté une tranche de 10,1 millions
        de dollars US de ses débentures subordonnées à taux variable échéant
        en août 2085.

    6.  Gestion du capital

        La Banque s'est donné un cadre de gestion du capital afin de mesurer,
        d'utiliser et de surveiller son capital disponible et d'en évaluer la
        suffisance. Les objectifs et pratiques du cadre de gestion du capital
        de la Banque sont les mêmes que ceux qui étaient définis en date du
        31 octobre 2009.

        Ratios de capital réglementaire

        Les ratios de capital réglementaire sont déterminés conformément au
        cadre révisé sur le capital fondé sur le rapport intitulé
        "Convergence internationale de la mesure et des normes de fonds
        propres - Dispositif révisé", communément appelé Bâle II.

        La Banque utilise l'approche fondée sur les notations internes
        (l'"approche NI avancée") pour calculer le risque de crédit à l'égard
        de ses portefeuilles importants du Canada, des États-Unis et
        d'Europe. La Banque projette d'appliquer l'approche NI avancée à ses
        autres portefeuilles de prêts importants au cours des exercices 2011
        à 2013, et elle utilise actuellement l'approche standard pour ces
        portefeuilles. La Banque utilise à la fois des modèles internes et
        l'approche standard pour calculer le capital lié au risque de marché,
        et elle utilise l'approche standard pour calculer le capital requis
        pour le risque opérationnel.

        Les deux principaux ratios de capital réglementaire servant à évaluer
        la suffisance du capital, soit le ratio du capital de catégorie 1 et
        le ratio du capital total, sont obtenus en divisant ces composantes
        du capital par l'actif pondéré en fonction du risque. L'actif pondéré
        en fonction du risque correspond à l'exposition de la Banque au
        risque de crédit, au risque de marché et au risque opérationnel. Il
        est obtenu au moyen de l'application d'une combinaison de mesures
        internes du risque de crédit de la Banque et des pondérations en
        fonction du risque prescrites par le BSIF à l'exposition au risque
        d'éléments inscrits au bilan ou hors bilan.

        Les ratios minimums de capital réglementaire prescrits par le BSIF
        sont de 7 %, dans le cas du capital de catégorie 1, et de 10 %, dans
        le cas du capital total. La Banque dépassait largement ces seuils
        minimums en date du 30 avril 2010. Le BSIF a aussi prescrit un
        ratio actif/capital et la Banque respectait ce seuil au 30 avril
        2010.

        Le capital réglementaire de la Banque se divise en deux catégories :
        le capital de catégorie 1, qui est davantage permanent, et le capital
        de catégorie 2. Ces ratios ce sont établis comme suit :

                                                              Aux
    -------------------------------------------------------------------------
                                                     30        31        31
                                                  avril   janvier   octobre
    (en millions de dollars)                       2010      2010      2009
    -------------------------------------------------------------------------
    Capitaux propres présentés dans
     le bilan consolidé                          25 552 $  25 357 $  24 772 $
    Composantes du cumul des autres
     éléments du résultat étendu exclues
     du capital de catégorie 1                     (228)     (299)     (117)
    Obligations au titre des instruments
     de capitaux propres - titres fiduciaires     3 400     3 400     3 400
    Participation sans contrôle dans
     les filiales                                   539       561       554
    Déduction au titre de l'écart d'acquisition  (2 701)   (2 765)   (2 908)
    Autres déductions du capital(1)              (2 442)   (2 119)   (2 051)
    -------------------------------------------------------------------------
    Capital de catégorie 1                       24 120    24 135    23 650
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Débentures subordonnées admissibles,
     déduction faite de l'amortissement           5 781     5 845     5 833
    Billets de fiducie secondaires                1 000     1 000     1 000
    Autres éléments de capital, montant net(2)   (2 193)   (1 930)   (1 895)
    -------------------------------------------------------------------------
    Capital de catégorie 2                        4 588     4 915     4 938
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Capital réglementaire total                  28 708    29 050    28 588
    -------------------------------------------------------------------------
    Total de l'actif pondéré en fonction
     du risque                                  215 115 $ 215 891 $ 221 656 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Ratios de capital
    Ratio du capital de catégorie 1                11,2 %    11,2 %    10,7 %
    Ratio du capital total                         13,3 %    13,5 %    12,9 %
    Ratio actif/capital                           17,7 x    16,8 x    16,6 x
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Comprend 50 % de tous les placements dans certaines sociétés
        définies ainsi que d'autres éléments.
    (2) Comprend 50 % de tous les placements dans certaines sociétés définies
        ainsi que d'autres éléments et 100 % des placements dans des sociétés
        d'assurance, moins la provision admissible pour pertes sur créances
        et le gain net non réalisé après impôts sur les titres de capitaux
        propres disponibles à la vente.


        Opérations importantes portant sur les capitaux propres

        Des actions privilégiées à taux ajusté tous les cinq ans et à
        dividende non cumulatif série 30 d'un montant total de 265 millions
        de dollars ont été émises le 12 avril 2010. Ces actions donnent droit
        à un dividende trimestriel fixe en espèces privilégié non cumulatif
        de 0,240625 $ par action, lorsqu'un tel dividende sera déclaré, le
        cas échéant, au cours de la première période de taux fixe de cinq ans
        se terminant le 25 avril 2015. Le dividende initial, lorsqu'un tel
        dividende sera déclaré, le cas échéant, sera versé le 28 juillet 2010
        et s'établira à 0,2822 $ par action. Après la première période de
        taux fixe de cinq ans, et après ajustement apporté tous les cinq ans
        par la suite, les dividendes seront déterminés par la somme du taux
        du gouvernement du Canada sur cinq ans et de 1 %, multipliée par
        25,00 $. Les détenteurs d'actions privilégiées série 30 auront le
        droit de convertir leurs actions en un nombre égal d'actions
        privilégiées série 31 à dividende non cumulatif et à taux variable le
        26 avril 2015 et chaque 26 avril tous les cinq ans par la suite.

        Les actions privilégiées série 31 donnent droit à un dividende en
        espèces privilégié non cumulatif à taux variable, lorsqu'un tel
        dividende sera déclaré, le cas échéant, d'un montant par action égal
        à la somme du taux des bons du Trésor et de 1 %, multipliée par
        25,00 $. Si la Banque détermine que les choix reçus de se prévaloir
        de cette option de conversion auront pour résultat que le nombre
        d'actions privilégiées série 30 émises et en circulation deviendra
        inférieur à 1 000 000 d'actions à la date prévue de conversion des
        actions privilégiées série 30, la totalité des actions privilégiées
        série 30 émises et en circulation seront automatiquement converties à
        cette date en un nombre équivalent d'actions privilégiées série 31.

        Sous réserve de l'approbation écrite du surintendant des institutions
        financières du Canada, les actions privilégiées série 30 et, s'il y a
        lieu, les actions privilégiées série 31 peuvent être rachetées par la
        Banque. Ces actions sont rachetables au prix de 25,00 $ l'action le
        26 avril 2015 ainsi qu'à chaque cinquième anniversaire de cette date
        par la suite. À toute autre date à compter du 26 avril 2015, les
        actions privilégiées série 31 pourront être rachetées au prix de
        25,00 $ l'action majoré d'une prime versée au rachat de 0,50 $ par
        action. Ces actions privilégiées font partie du capital de
        catégorie 1.

    7.  Cumul des autres éléments du résultat étendu

        Les composantes du cumul des autres éléments du résultat étendu au 30
        avril 2010 et des autres éléments du résultat étendu pour le semestre
        terminé à cette date se sont établies comme suit :

        Cumul des autres éléments du résultat étendu

                    Aux dates indiquées et pour les semestres
                                  terminés à ces dates
    ---------------------------------------------------------
                                               30 avril 2010
    ---------------------------------------------------------
    (en millions             Solde    Variation     Solde de
     de dollars)       d'ouverture        nette    fermeture
    ---------------------------------------------------------
    Pertes de change
     non réalisées,
     compte tenu des
     activités de
     couverture          (3 917)$       (986)$   (4 903)(1)$
    Gains non réalisés
     (pertes non
     réalisées) sur
     les titres
     disponibles à la
     vente, compte
     tenu des activités
     de couverture          540            3        543(2)
    Gains (pertes) sur
     les instruments
     dérivés désignés
     comme couvertures
     de flux de
     trésorerie            (423)         108       (315)(4)
    ---------------------------------------------------------
    Cumul des autres
     éléments du
     résultat étendu     (3 800)$       (875)$      (4 675)$
    ---------------------------------------------------------
    ---------------------------------------------------------


            Aux dates indiquées et pour les semestres terminés à ces dates
    ----------------------------------------------------------------------
                                          30 avril 2009
    ----------------------------------------------------------------------

    (en millions             Solde   Montant de    Variation     Solde de
     de dollars)       d'ouverture   transition        nette    fermeture
    ----------------------------------------------------------------------
    Pertes de change
     non réalisées,
     compte tenu des
     activités de
     couverture          (2 181)$          - $       (449)$  (2 630)(1)$
    Gains non réalisés
     (pertes non
     réalisées) sur
     les titres
     disponibles à la
     vente, compte
     tenu des activités
     de couverture         (949)        595(3)      (98)(3)     (452)(2)
    Gains (pertes) sur
     les instruments
     dérivés désignés
     comme couvertures
     de flux de
     trésorerie            (466)           -        (128)      (594)(4)
    ----------------------------------------------------------------------
    Cumul des autres
     éléments du
     résultat étendu     (3 596)$        595 $      (675)$    (3 676)$
    ----------------------------------------------------------------------
    ----------------------------------------------------------------------

    (1) Déduction faite d'une charge d'impôts cumulative de 803 $ (charge de
        435 $ pour le semestre terminé le 30 avril 2009).
    (2) Déduction faite d'une charge d'impôts cumulative de 253 $ (économie
        de 69 $ pour le semestre terminé le 30 avril 2009).
    (3) Pour obtenir davantage de renseignements, se reporter à la nouvelle
        convention comptable portant sur le classement et les pertes de
        valeur des actifs financiers mise en oeuvre au quatrième trimestre
        de 2009, avec prise d'effet le 1er novembre 2008, présentée à la
        note 1 afférente aux états financiers consolidés dans le rapport
        annuel 2009.
    (4) Déduction faite d'une économie d'impôts cumulative de 103 $ (économie
        de 239 $ pour le semestre terminé le 30 avril 2009).


    Autres éléments du résultat étendu

    Le tableau qui suit présente un sommaire des variations des composantes
    des autres éléments du résultat étendu.

                                   Pour les trimestres  Pour les semestres
                                       terminés les        terminés les
    -------------------------------------------------------------------------
                                           30        30        30        30
                                        avril     avril     avril     avril
    (en millions de dollars)             2010      2009      2010      2009
    -------------------------------------------------------------------------
    Variation nette des pertes de
     change non réalisées
    Pertes de change non réalisées,
     montant net(1)                    (1 127)$    (479)$  (1 423)$    (523)$
    Gains sur les couvertures
     d'investissements nets dans
     des établissements étrangers
     autonomes, montant net(2)            342       156       437        74
    -------------------------------------------------------------------------
                                         (785)     (323)     (986)     (449)
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Variation nette des gains non
     réalisés (pertes non réalisées)
     sur les titres disponibles à
     la vente
    Gains non réalisés (pertes non
     réalisées) sur les titres
     disponibles à la vente,
     montant net(3)                      (154)       85(4)     81       34(4)
    Reclassement des (gains nets) pertes
     nettes dans le bénéfice net(5)         1       (19)      (78)    (132)
    -------------------------------------------------------------------------
                                         (153)       66         3      (98)
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Variation nette des pertes sur
     les instruments dérivés désignés
     comme couvertures de flux de
     trésorerie
    Gains (pertes) sur les instruments
     dérivés désignés comme
     couvertures de flux de
     trésorerie, montant net(6)          (167)       24      (299)     (299)
    Reclassement des (gains nets)
     pertes nettes dans le bénéfice
     net(7)                               249       (14)      407       171
    -------------------------------------------------------------------------
                                           82        10       108      (128)
    -------------------------------------------------------------------------
    Autres éléments du résultat
     étendu                              (856)$    (247)$    (875)$    (675)$
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Déduction faite d'une charge d'impôts de néant.
    (2) Pour le trimestre et le semestre terminés le 30 avril 2010, déduction
        faite d'une charge d'impôts de 122 $ et de 157 $ (charge de 90 $ et
        de 117 $ respectivement pour le trimestre et le semestre terminés le
        30 avril 2009).
    (3) Pour le trimestre et le semestre terminés le 30 avril 2010, déduction
        faite d'une économie d'impôts de 86 $ et de 6 $ (charge de 14 $ et
        économie de 15 $ respectivement pour le trimestre et le semestre
        terminés le 30 avril 2009).
    (4) Se reporter à la nouvelle convention comptable portant sur le
        classement et les pertes de valeur des actifs financiers mise en
        oeuvre au quatrième trimestre de 2009, avec prise d'effet le 1er
        novembre 2008, présentée à la note 1 afférente aux états financiers
        consolidés dans le rapport annuel 2009, pour obtenir davantage de
        renseignements.
    (5) Pour le trimestre et le semestre terminés le 30 avril 2010, déduction
        faite d'une économie d'impôts de 7 $ et d'une charge de 29 $ (charge
        de 4 $ et de 6 $ respectivement pour le trimestre et le semestre
        terminés le 30 avril 2009).
    (6) Pour le trimestre et le semestre terminés le 30 avril 2010, déduction
        faite d'une économie d'impôts de 60 $ et de 108 $ (charge de 50 $ et
        économie de 88 $ respectivement pour le trimestre et le semestre
        terminés le 30 avril 2009).
    (7) Pour le trimestre et le semestre terminés le 30 avril 2010, déduction
        faite d'une économie d'impôts de 109 $ et de 179 $ (charge de 16 $ et
        économie de 67 $ respectivement pour le trimestre et le semestre
        terminés le 30 avril 2009).


    8.  Rémunération à base d'actions

        Régime d'options sur actions classées dans les capitaux propres

        Les options sur actions émises après le 1er novembre 2009 ne peuvent
        être réglées qu'en actions et elles ne sont pas assorties d'une
        composante alternative de droits à la plus-value d'actions, aux
        termes de laquelle il est permis d'obtenir un règlement en espèces ou
        en actions. Le 11 décembre 2009, la Banque a attribué 3 953 456
        options à un prix d'exercice de 47,75 $ l'action et d'une juste
        valeur moyenne pondérée de 8,47 $ à certains employés déterminés,
        dans le cadre du régime modifié d'options sur actions à l'intention
        des employés. Le modèle d'évaluation d'options de Black et Scholes a
        été utilisé pour déterminer la juste valeur à la date de
        l'attribution, compte tenu des hypothèses appropriées en ce qui a
        trait à la volatilité, à la durée prévue, au taux d'actualisation et
        au rendement de l'action. Les droits visant ces options sur actions
        s'acquièrent de façon linéaire sur une période de quatre ans, et ces
        options deviennent exerçables au plus tard 10 ans après la date
        d'attribution. La juste valeur à la date d'attribution est passée en
        charges sur le délai d'acquisition des droits. Lorsque l'employé est
        admissible à la retraite avant la date d'acquisition des droits, la
        juste valeur est passée en charges sur la période allant de la date
        d'attribution à la date à laquelle l'employé est admissible à la
        retraite. Ces montants passés en charges ont été inscrits au poste
        "Frais autres que d'intérêts" dans l'état consolidé des résultats et
        un montant équivalent est porté au crédit du surplus d'apport dans la
        section des capitaux propres du bilan consolidé. Un montant de 26
        millions de dollars était inscrit au surplus d'apport au 30 avril
        2010.

    9.  Avantages sociaux futurs

        Les avantages sociaux futurs comprennent les prestations de retraite
        et les avantages complémentaires de retraite, les avantages
        postérieurs à l'emploi et les absences et congés rémunérés. Le
        tableau suivant présente un sommaire des charges liées aux principaux
        régimes Banque(1).

                                       Trimestres           Semestres
                                      terminés les         terminés les
    -------------------------------------------------------------------------
                                 30        31        30        30        30
                              avril   janvier     avril     avril     avril
    (en millions de dollars)   2010      2010      2009      2010      2009
    -------------------------------------------------------------------------
    Charges au titre des
     prestations constituées
    Régimes de retraite         5 $       4 $      (12)$      9 $     (14)$
    Autres régimes d'avantages
     sociaux                   29        29         28       58        57
    -------------------------------------------------------------------------
                               34 $      33 $       16 $     67 $      43 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) D'autres régimes administrés par certaines filiales de la Banque ne
        sont pas considérés comme importants et ne sont pas pris en compte
        dans la présente note.


    10. Résultats d'exploitation sectoriels

        La Banque Scotia est une institution de services financiers
        diversifiée qui offre une vaste gamme de produits et de services
        financiers à ses clientèles privée et commerciale ainsi qu'aux
        grandes entreprises dans le monde entier. La Banque se divise en
        trois grandes unités d'exploitation, à savoir : Réseau canadien,
        Opérations internationales et Scotia Capitaux.

        Les résultats de ces divisions se fondent sur les systèmes internes
        d'information financière de la Banque. Les conventions comptables
        qu'appliquent ces divisions sont généralement les mêmes que celles
        qui sont suivies dans l'établissement des états financiers
        consolidés, tel qu'il en est fait mention à la note 1 afférente aux
        états financiers consolidés de 2009. La seule différence importante
        en matière de mesure comptable a trait au revenu d'intérêts net
        exonéré d'impôt dont la valeur est majorée en fonction d'une base de
        mise en équivalence fiscale avant impôts dans le cas des divisions en
        cause. Cette différence de mesure permet de comparer le revenu
        d'intérêts net imposable à celui qui est exonéré d'impôt.

        Les résultats et l'actif moyen de la Banque Scotia répartis entre ces
        divisions se sont établis comme suit :

                                Pour le trimestre terminé le 30 avril 2010
    -------------------------------------------------------------------------
    Base de mise en
    équivalence fiscale(1)          Opérations
    (en millions de          Réseau   interna-   Scotia
     dollars)              canadien   tionales  Capitaux    Autres(2)  Total
    -------------------------------------------------------------------------
    Revenu d'intérêts net     1 287 $     822 $     275 $   (326)$    2 058 $
    Dotation à la provision
     pour pertes sur créances   189       173       (24)       -        338
    Autres revenus              664       447       583      121      1 815
    Frais autres que
     d'intérêts                 954       681       299       33      1 967
    Charge d'impôts             224       100       192      (72)       444
    Participation sans
     contrôle dans le
     bénéfice net des
     filiales                     -        27         -        -         27
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net(3)             584 $     288 $     391 $   (166)$    1 097 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Actif moyen (en milliards
     de dollars)                201 $      82 $     156 $     66 $      505 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


                                Pour le trimestre terminé le 31 janvier 2010
    -------------------------------------------------------------------------
    Base de mise en
    équivalence fiscale(1)          Opérations
    (en millions de          Réseau   interna-   Scotia
     dollars)              canadien   tionales  Capitaux    Autres(2)  Total
    -------------------------------------------------------------------------
    Revenu d'intérêts net     1 298 $     940 $     304 $   (395)$    2 147 $
    Dotation à la provision
     pour pertes sur créances   180       177        14        -        371
    Autres revenus              623       434       596      106      1 759
    Frais autres que d'intérêts 962       706       307       34      2 009
    Charge d'impôts             218       172       198      (76)       512
    Participation sans
     contrôle dans le bénéfice
     net des filiales             1        25         -        -         26
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net(3)             560 $     294 $     381 $   (247)$      988 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Actif moyen (en milliards
     de dollars)                199 $      83 $     160 $     59 $      501 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


                                Pour le trimestre terminé le 30 avril 2009
    -------------------------------------------------------------------------
    Base de mise en
    équivalence fiscale(1)          Opérations
    (en millions de          Réseau   interna-   Scotia
     dollars)              canadien   tionales  Capitaux    Autres(2)  Total
    -------------------------------------------------------------------------
    Revenu d'intérêts net     1 147 $     959 $     345 $    (364)$   2 087 $
    Dotation à la provision
     pour pertes sur créances   188       115       159        27       489
    Autres revenus              524       349       502       134     1 509
    Frais autres que
     d'intérêts                 899       729       231        27     1 886
    Charge d'impôts             174       102       129       (86)      319
    Participation sans
     contrôle dans le
     bénéfice net des
     filiales                     -        30         -         -        30
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net                410 $     332 $     328 $    (198)$     872 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Actif moyen (en
     milliards de dollars)      191 $      95 $   190(4)$      44 $   520(4)$
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    (1) Se reporter à l'analyse des mesures non conformes aux PCGR ci-dessus.
    (2) Comprend les résultats provenant de toutes les autres unités
        d'exploitation de moindre importance ainsi que les redressements du
        siège social, tels que l'élimination de la majoration du revenu
        exonéré d'impôt déclarée dans le revenu d'intérêts net et la charge
        d'impôts pour les trimestres terminés le 30 avril 2010 (71 $), le 31
        janvier 2010 (75 $) et le 30 avril 2009 (77 $), pour parvenir aux
        montants présentés dans les états consolidés des résultats, les
        écarts entre les montants réels des coûts engagés et ceux imputés aux
        secteurs d'activité et l'incidence des titrisations.
    (3) Pour le trimestre terminé le 30 avril 2010, la perte du secteur
        "Autres" a diminué de 34 millions de dollars (37 millions de dollars
        pour le trimestre terminé le 31 janvier 2010) en raison du transfert
        au premier trimestre, de la division Trésorerie du Groupe à l'unité
        Réseau canadien, de dépôts obtenus par l'intermédiaire de courtiers
        d'une valeur de 10 milliards de dollars.
    (4) Certains montants ont été retraités afin de rendre compte de l'effet
        de la nouvelle convention comptable portant sur le classement et les
        pertes de valeur des actifs financiers mise en œuvre au quatrième
        trimestre de 2009, avec prise d'effet le 1er novembre 2008 (se
        reporter à la note 1 afférente aux états financiers consolidés dans
        le rapport annuel 2009 pour obtenir davantage de renseignements).

                                Pour le semestre terminé le 30 avril 2010
    -------------------------------------------------------------------------
    Base de mise en
    équivalence fiscale(1)          Opérations
    (en millions de          Réseau   interna-   Scotia
     dollars)              canadien   tionales  Capitaux    Autres(2)  Total
    -------------------------------------------------------------------------
    Revenu d'intérêts net     2 585 $   1 762 $     579 $    (721)$   4 205 $
    Dotation à la provision
     pour pertes sur créances   369       350       (10)        -       709
    Autres revenus            1 287       881     1 179       227     3 574
    Frais autres que
     d'intérêts               1 916     1 387       606        67     3 976
    Charge d'impôts             442       272       390      (148)      956
    Participation sans
     contrôle dans le
     bénéfice net des
     filiales                     1        52         -         -        53
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net(3)           1 144 $     582 $      772 $   (413)$   2 085 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Actif moyen (en milliards
     de dollars)                200 $      83 $      158 $     62 $     503 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


                                Pour le semestre terminé le 30 avril 2009
    -------------------------------------------------------------------------
    Base de mise en
    équivalence fiscale(1)          Opérations
    (en millions de          Réseau   interna-   Scotia
     dollars)              canadien   tionales  Capitaux    Autres(2)  Total
    -------------------------------------------------------------------------
    Revenu d'intérêts net     2 293 $   1 906 $     683 $    (829)$   4 053 $
    Dotation à la provision
     pour pertes sur créances   343       231       169        27       770
    Autres revenus            1 080       820       868       126     2 894
    Frais autres que
     d'intérêts               1 833     1 501       522        40     3 896
    Charge d'impôts             349       216       232      (288)      509
    Participation sans
     contrôle dans le
     bénéfice net des
     filiales                     -        58         -         -        58
    -------------------------------------------------------------------------
    Bénéfice net                848 $     720 $     628 $    (482)$   1 714 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Actif moyen (en
     milliards de dollars)      190 $      95 $   192(4)$      48 $   525(4)$
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    (1) Se reporter à l'analyse des mesures non conformes aux PCGR ci-dessus.
    (2) Comprend les résultats provenant de toutes les autres unités
        d'exploitation de moindre importance ainsi que les redressements du
        siège social, tels que l'élimination de la majoration du revenu
        exonéré d'impôt déclarée dans le revenu d'intérêts net et la charge
        d'impôts pour les trimestres terminés le 30 avril 2010 (71 $), le 31
        janvier 2010 (75 $) et le 30 avril 2009 (77 $), et pour les semestres
        terminés le 30 avril 2010 (146 $) et le 30 avril 2009 (147 $) pour
        parvenir aux montants présentés dans les états consolidés des
        résultats, les écarts entre les montants réels des coûts engagés et
        ceux imputés aux secteurs d'activité et l'incidence des titrisations.
    (3) Pour le semestre terminé le 30 avril 2010, la perte du secteur
        "Autres" a diminué de 71 millions de dollars en raison du transfert
        au premier trimestre, de la division Trésorerie du Groupe à l'unité
        Réseau canadien, de dépôts obtenus par l'intermédiaire de courtiers
        d'une valeur de 10 milliards de dollars.
    (4) Certains montants ont été retraités afin de rendre compte de l'effet
        de la nouvelle convention comptable portant sur le classement et les
        pertes de valeur des actifs financiers mise en oeuvre au quatrième
        trimestre de 2009, avec prise d'effet le 1er novembre 2008 (se
        reporter à la note 1 afférente aux états financiers consolidés dans
        le rapport annuel 2009 pour obtenir davantage de renseignements).


    11. Instruments financiers

        Gestion du risque

        Les principales activités commerciales de la Banque donnent lieu à un
        bilan composé essentiellement d'instruments financiers. En outre, la
        Banque utilise les instruments financiers dérivés tant à des fins de
        transaction qu'à des fins de gestion de l'actif et du passif. Les
        principaux risques financiers découlant de la transaction
        d'instruments financiers comprennent le risque de crédit, le risque
        d'illiquidité et le risque de marché. Le cadre de gestion du risque
        élaboré par la Banque pour contrôler, évaluer et gérer ces risques
        est le même que celui qui était en place au 31 octobre 2009.

        a)  Risque de crédit

        Le risque de crédit est le risque qu'une perte soit subie si un
        emprunteur ou une contrepartie n'honore pas ses engagements
        financiers ou contractuels envers la Banque.

        Expositions au risque de crédit

        Les expositions au risque de crédit présentées ci-dessous sont
        fondées sur l'approche conforme à l'accord de Bâle II appliquée par
        la Banque. Tous les portefeuilles canadiens, américains et européens
        d'une importance significative sont soumis à l'approche avancée
        fondée sur les notations internes (l'"approche NI avancée"), tandis
        que l'approche standard est appliquée aux autres portefeuilles, y
        compris à d'autres portefeuilles à l'étranger. Aux termes de
        l'approche NI avancée, la Banque utilise des paramètres estimatifs
        internes du risque fondés sur des données historiques.

        Aux termes de l'approche standard, le risque de crédit est estimé
        selon les pondérations de risque définies par l'accord de Bâle II,
        soit en fonction des évaluations du crédit effectuées par des agences
        de notation externes, soit en fonction du type de contrepartie en ce
        qui a trait aux expositions autres qu'envers les prêts aux
        particuliers et du type de produit pour les expositions envers les
        prêts aux particuliers.

    Exposition en cas de défaut(1)                Aux
    -------------------------------------------------------------------------
                                                              31         31
                                                         janvier    octobre
                               30 avril 2010                2010       2009
    -------------------------------------------------------------------------
                       Approche
    (en millions             NI   Approche
     de dollars)      avancée(2)  standard      Total      Total      Total
    -------------------------------------------------------------------------
    Par sous-
     catégorie
     d'exposition
    Prêts autres
     qu'aux
     particuliers(2)
      Montants
       prélevés(3)     146 871 $   68 619 $  215 490 $  218 046 $  209 324 $
      Engagements non
       prélevés         51 204      3 522     54 726     58 894     57 887
      Autres
       expositions(4)   57 739      2 880     60 619     61 642     62 351
    -------------------------------------------------------------------------
    Total - prêts
     autres qu'aux
     particuliers      255 814 $   75 021 $  330 835 $  338 582 $  329 562 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    Prêts aux
     particuliers
      Montants
       prélevés(5)     118 617 $   27 139 $  145 756 $  140 984 $  138 874 $
      Engagements non
       prélevés          6 137          -      6 137      6 110      6 664
      Total - prêts
       aux
       particuliers    124 754 $   27 139 $  151 893 $  147 094 $  145 538 $
    -------------------------------------------------------------------------
    Total              380 568 $  102 160 $  482 728 $  485 676 $  475 100 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------
    (1) Après les mesures d'atténuation du risque de crédit, exclusion faite
        des titres de capitaux propres disponibles à la vente et des autres
        actifs.
    (2) Les expositions au titre des montants prélevés et des engagements non
        prélevés selon l'approche NI avancée pour les prêts autres qu'aux
        particuliers comprennent des prêts hypothécaires garantis par l'État.
    (3) Les montants prélevés au titre des prêts autres qu'aux particuliers
        comprennent les prêts, les acceptations bancaires, les dépôts auprès
        d'autres banques et les titres de créance disponibles à la vente.
    (4) Comprend les instruments de crédit hors bilan tels que les lettres de
        crédit, les lettres de garantie, les titrisations, les instruments
        dérivés et les opérations de pension sur titres, déduction faite des
        garanties connexes.
    (5) Les montants prélevés au titre des prêts aux particuliers comprennent
        les prêts hypothécaires à l'habitation, les cartes de crédit, les
        lignes de crédit et les autres prêts aux particuliers.


        Qualité du crédit relative aux prêts autres qu'aux particuliers

        Le portefeuille de prêts autres qu'aux particuliers de la Banque est
        bien diversifié par secteur. Au 30 avril 2010, une proportion de 83 %
        (82 % au 31 janvier 2010; 80 % au 31 octobre 2009) du portefeuille
        soumis à l'approche NI avancée était constituée de prêts évalués à
        l'interne selon une notation qui correspondrait, en règle générale, à
        une notation de première qualité de la part des agences de notation
        externes. L'exposition liée au portefeuille de prêts soumis à
        l'approche standard, principalement dans les Antilles et en Amérique
        latine, se rapporte principalement à des contreparties dont la cote
        de solvabilité n'est pas de première qualité selon les systèmes de
        notation internes de la Banque. Les concentrations de risque de
        crédit n'ont subi aucune modification importante depuis le 31 octobre
        2009.

        Qualité du crédit relative aux expositions liées aux prêts aux
        particuliers

        Les portefeuilles de prêts aux particuliers de la Banque se
        composent de prêts d'un montant relativement peu élevé à un
        grand nombre d'emprunteurs. Ces portefeuilles sont répartis dans tout
        le Canada ainsi que dans un grand nombre de pays. De par leur nature,
        ces portefeuilles sont donc très diversifiés.

        Portefeuille de prêts aux particuliers soumis à l'approche standard

        Au 30 avril 2010, le portefeuille de prêts aux particuliers soumis à
        l'approche standard se chiffrait à 27 milliards de dollars (25
        milliards de dollars au 31 janvier 2010; 25 milliards de dollars au
        31 octobre 2009) et se composait de prêts hypothécaires à
        l'habitation, de prêts aux particuliers, de prêts sur cartes de
        crédit et de marges de crédit consenties à des particuliers,
        principalement aux Antilles et en Amérique latine. Une tranche de 16
        milliards de dollars (14 milliards de dollars au 31 janvier 2010; 13
        milliards de dollars au 31 octobre 2009) du portefeuille total de
        prêts aux particuliers soumis à l'approche standard correspondait à
        des prêts hypothécaires et à des prêts garantis par des biens
        immeubles résidentiels, la plupart de ceux-ci ayant un ratio
        prêt/valeur inférieur à 80 %.

        Prêts en souffrance autres que les prêts douteux(1)

        Un prêt est considéré comme en souffrance lorsque la contrepartie n'a
        pas effectué un paiement à la date d'échéance contractuelle. Le
        tableau qui suit présente la valeur comptable des prêts en souffrance
        qui ne sont pas classés dans les prêts douteux parce qu'ils sont
        en souffrance depuis moins de 90 jours ou entièrement garantis, ou
        parce que les mesures de recouvrement devraient raisonnablement
        permettre d'obtenir leur remboursement ou faire en sorte que le prêt
        cesse d'être considéré comme douteux aux termes des politiques de la
        Banque.

                                                      Aux
    -------------------------------------------------------------------------
                                                 30 avril 2010
    -------------------------------------------------------------------------
                                   De 31 à    De 61 à   91 jours
    (en millions de dollars)      60 jours   90 jours    et plus      Total
    -------------------------------------------------------------------------
    Prêts hypothécaires à
     l'habitation                    1 108 $      435 $      218 $    1 761 $
    Prêts aux particuliers et
     sur cartes de crédit              398        203         60        661
    Prêts aux entreprises et aux
     administrations publiques         290        204        136        630
    -------------------------------------------------------------------------
    Total                            1 796 $      842 $      414 $    3 052 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


                                                      Aux
    -------------------------------------------------------------------------
                                                 31 octobre 2009
    -------------------------------------------------------------------------
                                   De 31 à    De 61 à   91 jours
    (en millions de dollars)      60 jours   90 jours    et plus      Total
    -------------------------------------------------------------------------
    Prêts hypothécaires à
     l'habitation                    1 173 $      463 $      302 $    1 938 $
    Prêts aux particuliers et
     sur cartes de crédit              429        220         61        710
    Prêts aux entreprises et aux
     administrations publiques         342        201        168        711
    -------------------------------------------------------------------------
    Total                            1 944 $      884 $      531 $    3 359 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    (1) Les prêts en souffrance depuis 30 jours ou moins ne sont pas
        présentés dans cette analyse, étant donné qu'ils ne sont pas
        considérés comme en souffrance sur le plan administratif.


        b) Risque de marché

        Le risque de marché découle des fluctuations des prix et des taux du
        marché (notamment les taux d'intérêt, les écarts de taux, le cours
        des actions, les taux de change et le prix des marchandises), des
        corrélations entre ces éléments et de l'ampleur de leur volatilité.

        Risque de taux d'intérêt

        Le risque de taux d'intérêt, y compris le risque d'écart de taux,
        correspond au risque de perte imputable aux variations du degré, de
        la forme et de l'inclinaison de la courbe de rendement, à la
        volatilité des taux d'intérêt, aux taux de remboursement anticipé des
        prêts hypothécaires, aux variations du prix du crédit sur le marché
        et à la solvabilité d'un émetteur donné.

        Sensibilité aux taux d'intérêt

        Compte tenu des positions de la Banque en matière de taux d'intérêt,
        le tableau qui suit indique l'incidence pro forma après impôts sur le
        bénéfice net au cours des douze prochains mois et sur la valeur
        économique des capitaux propres de la Banque d'une hausse ou d'une
        baisse immédiate et durable de 100 et de 200 points de base des taux
        d'intérêt, pour les principales devises, tel qu'elles ont été
        déterminées par la Banque.

                                              Aux
    -------------------------------------------------------------------------
                                         30 avril 2010
    -------------------------------------------------------------------------
                       Bénéfice net   Valeur économique des capitaux propres
                 ------------------------------------------------------------
    (en millions   Dollars   Autres              Dollars   Autres
     de dollars) canadiens  devises     Total  canadiens  devises     Total
    -------------------------------------------------------------------------
    Augmentation de
     100 points de
     base              54 $      47 $     101 $    (151)$    (308)$    (459)$
    Diminution de
     100 points de
     base            (125)      (50)     (175)       (5)      405       400
    -------------------------------------------------------------------------
    Augmentation de
     200 points de
     base             136 $      91 $     227 $    (312)$    (587)$    (899)$
    Diminution de
     200 points de
     base            (221)     (106)     (327)       26       822       848
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


                                      Aux
    ------------------------------------------------------
                     31 janvier 2010       30 avril 2009
    ------------------------------------------------------
                              Valeur              Valeur
                              écono-              écono-
                               mique               mique
                                 des                 des
    (en millions  Bénéfice  capitaux  Bénéfice  capitaux
     de dollars)       net   propres       net   propres
    ------------------------------------------------------
    Augmentation de
     100 points de
     base             180 $    (239)$     196 $    (148)
    Diminution de
     100 points de
     base            (165)      268      (156)      194
    ------------------------------------------------------
    Augmentation de
     200 points de
     base             339 $    (531)$     383 $    (286)
    Diminution de
     200 points de
     base            (375)      577      (422)      496
    ------------------------------------------------------
    ------------------------------------------------------

        Risque de change lié aux instruments détenus à des fins autres que de
        transaction

        Le risque de change correspond au risque de perte découlant de la
        fluctuation des cours au comptant et des cours à terme et de la
        volatilité des taux de change.

        En l'absence de couverture, au 30 avril 2010, une hausse (baisse) de
        un pour cent du dollar canadien par rapport à toutes les devises dans
        lesquelles la Banque exerce ses activités aurait entraîné une
        diminution (augmentation) de son bénéfice annuel avant impôts
        d'environ 36 millions de dollars (36 millions de dollars au 31
        janvier 2010; 37 millions de dollars au 30 avril 2009),
        principalement en raison de sa position en dollars US. Au 30 avril
        2010, compte tenu des activités de couverture, une variation
        similaire du dollar canadien aurait donné lieu à une augmentation
        (diminution) d'environ 189 millions de dollars (186 millions de
        dollars au 31 janvier 2010; 190 millions de dollars au 30 avril 2009)
        des pertes de change non réalisées dans le cumul des autres éléments
        du résultat étendu figurant dans les capitaux propres.

        Risque sur actions

        Le risque sur actions correspond au risque de perte découlant de
        fluctuations défavorables du cours des instruments de capitaux
        propres. La Banque est exposée au risque sur actions par
        l'intermédiaire de ses portefeuilles de placement de titres de
        capitaux propres disponibles à la vente. La juste valeur des titres
        de capitaux propres disponibles à la vente est présentée à la note 2.

        Gestion du risque lié au portefeuille de transaction

        Le risque de marché découlant des activités de transaction de la
        Banque peut être calculé à l'aide de la VAR et d'essais dans des
        conditions critiques. Le tableau ci-dessous présente la VAR de la
        Banque par facteur de risque :

    VAR quotidienne par facteur de risque
    -------------------------------------------------------------------------
                             Pour le trimestre terminé
                    Au 30         le 30 avril 2010          Au 31    Au  30
    (en millions    avril   ----------------------------- janvier     avril
     de dollars)     2010    Moyenne     Haut      Bas       2010      2009
    -------------------------------------------------------------------------
    Taux d'intérêt   14,0 $    12,2 $    16,5 $    10,2 $    11,9 $    13,9 $
    Actions           3,6       6,5      10,8       2,7       6,4       2,2
    Change            1,5       1,5       3,4       0,6       2,1       2,5
    Marchandises      1,9       1,9       2,8       1,0       1,8       2,4
    Diversification  (6,0)     (8,7)      S.O.      S.O.     (8,1)     (5,6)
    -------------------------------------------------------------------------
    VAR à l'échelle
     de la Banque    15,0 $    13,4 $    16,1 $    10,3 $    14,1 $    15,4 $
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

        Couvertures

        Il existe trois principaux types de couvertures aux fins de la
        comptabilité : i) les couvertures de juste valeur, ii) les
        couvertures de flux de trésorerie et iii) les couvertures d'un
        investissement net.

        Dans une couverture de juste valeur, la variation de la juste valeur
        du dérivé de couverture est contrebalancée dans l'état consolidé des
        résultats par la variation de la juste valeur de l'élément couvert
        ayant trait au risque couvert. La Banque utilise les couvertures de
        juste valeur essentiellement pour convertir le taux fixe des actifs
        financiers et des passifs financiers en taux variable. Les principaux
        instruments financiers désignés dans une relation de couverture de
        juste valeur comprennent les actifs liés à des obligations, les
        prêts, les passifs dépôts et les débentures subordonnées.

        Dans une couverture de flux de trésorerie, la variation de la juste
        valeur du dérivé de couverture est inscrite dans les autres éléments
        du résultat étendu jusqu'à ce que l'élément couvert ait une incidence
        sur l'état consolidé des résultats. La Banque utilise des couvertures
        de flux de trésorerie essentiellement pour convertir le taux variable
        des passifs dépôts en taux fixe. Le reclassement du cumul des autres
        éléments du résultat étendu à l'état des résultats au cours des 12
        prochains mois en raison des couvertures de flux de trésorerie en
        cours devrait donner lieu à une perte nette après impôts d'environ
        167 millions de dollars (197 millions de dollars au 31 janvier 2010;
        perte de 277 millions de dollars au 30 avril 2009). La durée maximale
        des couvertures de flux de trésorerie en cours était inférieure à 10
        ans pour toutes les périodes présentées.

        Toute inefficacité d'une couverture est évaluée et comptabilisée dans
        les résultats de la période en cours, dans l'état consolidé des
        résultats. La Banque a inscrit un gain de 44 millions de dollars au
        cours du trimestre terminé le 30 avril 2010 (gain de 27 millions de
        dollars au cours du trimestre terminé le 31 janvier 2010; gain de 21
        millions de dollars au cours du trimestre terminé le 30 avril 2009),
        dont un gain de 10 millions de dollars (gain de 1 million de dollars
        au cours du trimestre terminé le 31 janvier 2010; gain de 6 millions
        de dollars au cours du trimestre terminé le 30 avril 2009) a trait
        aux couvertures de flux de trésorerie, en raison de la partie
        inefficace des couvertures désignées. La Banque a inscrit un gain de
        71 millions de dollars au cours du semestre terminé le 30 avril 2010
        (gain de 48 millions de dollars au cours du semestre terminé le 30
        avril 2009), dont un gain de 11 millions de dollars (gain de 9
        millions de dollars au cours du semestre terminé le 30 avril 2009) a
        trait aux couvertures de flux de trésorerie. Lorsque la juste valeur
        ou les flux de trésorerie cessent d'être couverts, tout ajustement
        cumulatif de l'élément couvert ou des autres éléments du résultat
        étendu est constaté dans les résultats sur la durée résiduelle de la
        couverture initiale ou lorsque l'élément couvert est décomptabilisé.

        Dans une couverture d'un investissement net, la variation de la juste
        valeur de l'instrument de couverture est inscrite directement dans
        les autres éléments du résultat étendu. Ces montants sont constatés
        dans les résultats lorsque les écarts de conversion correspondants
        attribuables à des établissements étrangers autonomes sont portés aux
        résultats. Les couvertures d'un investissement net n'ont pas donné
        lieu à la constatation d'un montant au titre de l'inefficacité.


        Éléments désignés comme étant détenus à des fins de transaction

        La Banque a choisi de désigner certains portefeuilles d'actifs et de
        passifs comme étant détenus à des fins de transaction. Ces deux
        éléments sont inscrits à leur juste valeur et les variations de cette
        juste valeur sont comptabilisées dans les résultats.

        Dans le cadre de ses activités de transaction, la Banque négocie des
        dérivés de crédit pour le compte de clients. La Banque peut acheter
        les prêts sous-jacents auprès d'un tiers pour couvrir économiquement
        son exposition aux dérivés. Par conséquent, la Banque réduit
        considérablement, voire élimine, la disparité de traitement en
        matière de comptabilisation entre les deux instruments.

        La juste valeur de ces prêts au 30 avril 2010 s'établissait à 2,8
        milliards de dollars (3,2 milliards de dollars au 31 janvier 2010;
        3,5 milliards de dollars au 31 octobre 2009). Pour le trimestre et le
        semestre terminés le 30 avril 2010, les variations de la juste valeur
        qui ont été comptabilisées dans le revenu de transaction ont
        correspondu respectivement à un gain de 90 millions de dollars (gain
        de 99 millions de dollars pour le trimestre terminé le 31 janvier
        2010; gain de 538 millions de dollars pour le trimestre terminé le 30
        avril 2009) et à un gain de 189 millions de dollars (gain de 228
        millions de dollars pour le semestre terminé le 30 avril 2009). Ces
        variations de la juste valeur ont été essentiellement annulées par
        les variations de la juste valeur des dérivés de crédit connexes.

        Dans le cadre de ses activités de transaction, la Banque achète des
        éléments d'actif de prêts dans des portefeuilles spécialement
        autorisés dont le rendement est évalué en fonction de la juste
        valeur. La juste valeur de ces prêts au 30 avril 2010 s'établissait à
        2 millions de dollars (18 millions de dollars au 31 janvier 2010;
        47 millions de dollars au 31 octobre 2009). Pour le trimestre et le
        semestre terminés le 30 avril 2010, les variations de la juste valeur
        qui ont été comptabilisées dans le revenu de transaction ont
        correspondu respectivement à une perte de 5 millions de dollars
        (perte de 1 million de dollars pour le trimestre terminé le 31
        janvier 2010; perte de moins de 1 million de dollars pour le
        trimestre terminé le 30 avril 2009) et à une perte de 6 millions de
        dollars (gain de 5 millions de dollars pour le semestre terminé le 30
        avril 2009).

        La Banque a désigné certains titres de créance et de capitaux propres
        comme étant détenus à des fins de transaction afin de réduire la
        disparité de traitement en matière de comptabilisation entre ces
        actifs et les variations de la juste valeur des dérivés connexes. La
        juste valeur de ces titres détenus à des fins de transaction
        s'élevait à 3 796 millions de dollars au 30 avril 2010 (3 897
        millions de dollars au 31 janvier 2010; 4 283 millions de dollars au
        31 octobre 2009). Pour le trimestre et le semestre terminés le 30
        avril 2010, les variations de la juste valeur qui ont été
        comptabilisées dans le revenu de transaction et le revenu d'intérêts
        net correspondent respectivement à une perte de 24 millions de
        dollars (gain de 59 millions de dollars pour le trimestre terminé le
        31 janvier 2010; gain de 103 millions de dollars pour le trimestre
        terminé le 30 avril 2009) et à un gain de 35 millions de dollars
        (gain de 125 millions de dollars pour le semestre terminé le 30 avril
        2009).

        La Banque a classé certains passifs au titre de billets de dépôt
        comportant des modalités de renouvellement comme étant détenus à des
        fins de transaction, afin de réduire considérablement la disparité de
        traitement en matière de comptabilisation entre ces passifs et les
        variations de la juste valeur des dérivés connexes. La juste valeur
        de ces passifs au 30 avril 2010 s'établissait à 87 millions de
        dollars (59 millions de dollars au 31 janvier 2010; 22 millions de
        dollars au 31 octobre 2009). Pour le trimestre et le semestre
        terminés le 30 avril 2010, les variations de la juste valeur qui ont
        été comptabilisées dans le revenu d'intérêts net ont correspondu
        respectivement à un gain de 2 millions de dollars (perte de 1 million
        de dollars pour le trimestre terminé le 31 janvier 2010; gain de
        moins de 1 million de dollars pour le trimestre terminé le 30 avril
        2009) et à un gain de 1 million de dollars (perte de 2 millions de
        dollars pour le semestre terminé le 30 avril 2009). Ces variations de
        la juste valeur, qui ont découlé principalement des fluctuations des
        taux d'intérêt, ont été en grande partie contrebalancées par les
        variations de la juste valeur des dérivés connexes. Au 30 avril 2010,
        la Banque était tenue aux termes de contrats de verser 87 millions de
        dollars aux porteurs des billets à l'échéance (58 millions de dollars
        au 31 janvier 2010; 22 millions de dollars au 31 octobre 2009).


        Reclassement d'actifs financiers

        La Banque a retiré certains actifs financiers non dérivés de la
        catégorie des instruments détenus à des fins de transaction pour les
        reclasser dans les titres disponibles à la vente en date du 1er août
        2008. Ces actifs se composaient d'actifs liés à des obligations d'une
        valeur de 303 millions de dollars et d'actions privilégiées d'une
        valeur de 91 millions de dollars qui n'étaient plus négociés sur un
        marché actif et que la direction a l'intention de conserver dans un
        avenir prévisible. Au 30 avril 2010, la juste valeur des actifs liés
        à des obligations et des actions privilégiées se chiffrait
        respectivement à 212 millions de dollars (243 millions de dollars au
        31 janvier 2010; 257 millions de dollars au 31 octobre 2009) et à
        64 millions de dollars (68 millions de dollars au 31 janvier 2010;
        67 millions de dollars au 31 octobre 2009).

        Le reclassement des actifs liés à des obligations a eu pour
        conséquence que la Banque a inscrit, pour le trimestre et le semestre
        terminés le 30 avril 2010 respectivement, des gains avant impôts de
        5 millions de dollars (gain de 9 millions de dollars pour le
        trimestre terminé 31 janvier 2010; gain de 12 millions de dollars
        pour le trimestre terminé le 30 avril 2009) et de 14 millions de
        dollars (perte de 3 millions de dollars pour le semestre terminé le
        30 avril 2009) dans les autres éléments du résultat étendu
        relativement aux variations de la juste valeur de ces actifs. Le
        reclassement des actions privilégiées a eu pour conséquence que la
        Banque a inscrit, pour le trimestre et le semestre terminés le 30
        avril 2010 respectivement, une perte avant impôts de 2 millions de
        dollars (gain de 4 millions de dollars pour le trimestre terminé le
        31 janvier 2010; gain de 2 millions de dollars pour le trimestre
        terminé le 30 avril 2009) et un gain de 2 millions de dollars (perte
        de 2 millions de dollars pour le semestre terminé le 30 avril 2009)
        dans les autres éléments du résultat étendu relativement aux
        variations de la juste valeur de ces actions. Si ces reclassements
        n'avaient pas été effectués, ces gains et pertes auraient été
        inscrits à l'état consolidé des résultats.


        Hiérarchie de la juste valeur

        La Banque évalue les instruments comptabilisés à la juste valeur à
        l'aide des cours du marché, lorsque de tels cours sont disponibles.
        L'utilisation de cours du marché donne lieu à une évaluation de
        niveau 1. Lorsque de tels cours ne sont pas disponibles, la Banque
        utilise autant que possible des données observables dans ses modèles
        d'évaluation. Lorsque toutes les données importantes sont
        observables, il s'agit alors d'une évaluation de niveau 2. Les
        évaluations qui nécessitent l'utilisation de nombreuses données non
        observables sont dites être de niveau 3. Le tableau qui suit présente
        la hiérarchie de la juste valeur des instruments comptabilisés à la
        juste valeur.

                                                       Aux
    -------------------------------------------------------------------------
                                                30 avril 2010(1)
    -------------------------------------------------------------------------
    (en millions de dollars)         Niveau 1  Niveau 2  Niveau 3     Total
    -------------------------------------------------------------------------
    Actifs

    Titres détenus à des fins de
     transaction(2)                    52 253 $  15 514 $   1 452 $  69 219 $
    Titres disponibles à la vente(3)   17 056    31 209     1 298    49 563
    Instruments dérivés                   129    22 029       612    22 770

    Passifs

    Obligations relatives à des titres
     vendus à découvert                19 218 $   3 898 $       3 $  23 119 $
    Instruments dérivés                   158    25 222     1 643    27 023
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------


                                                       Aux
    -------------------------------------------------------------------------
                                                31 octobre 2009(1)
    -------------------------------------------------------------------------
    (en millions de dollars)         Niveau 1  Niveau 2  Niveau 3     Total
    -------------------------------------------------------------------------
    Actifs

    Titres détenus à des fins de
     transaction(2)                    40 408 $  15 683 $   1 976 $  58 067 $
    Titres disponibles à la vente(3)   16 485    36 861     1 395    54 741
    Instruments dérivés                    81    24 683     1 228    25 992

    Passifs

    Obligations relatives à des titres
     vendus à découvert                11 707 $   2 981 $       - $  14 688 $
    Instruments dérivés                   105    26 188     2 513    28 806
    -------------------------------------------------------------------------
    -------------------------------------------------------------------------

    (1) Les prêts et les billets de dépôt détenus à des fins de transaction
        sont classés dans le niveau 2.
    (2) Comprend des titres désignés comme étant détenus à des fins de
        transaction. Les titres détenus à des fins de transaction de niveau 2
        comprennent des obligations émises principalement par des
        administrations publiques étrangères de 5 893 $ (4 861 $ au 31
        octobre 2009) et des obligations de sociétés et autres titres de
        créance et de capitaux propres qui sont pour la plupart négociés en
        Bourse de 9 621 $ (10 822 $ au 31 octobre 2009).
    (3) Exclusion faite des titres de capitaux propres disponibles à la vente
        qui ne sont pas négociés sur un marché actif d'une valeur de 926 $
        (958 $ au 31 octobre 2009). Les titres disponibles à la vente de
        niveau 2 comprennent des obligations émises principalement par des
        administrations publiques étrangères de 5 367 $ (7 204 $ au 31
        octobre 2009) et des obligations de sociétés et autres titres de
        créance qui sont pour la plupart négociés en Bourse de 6 959 $
        (8 204 $ au 31 octobre 2009). Le reste des titres disponibles à la
        vente de niveau 2 est composé essentiellement de titres adossés à des
        créances hypothécaires garantis par la Société canadienne
        d'hypothèques et de logement.

    12. Acquisitions

        Le 9 avril 2010, l'une des sociétés affiliées de la Banque,
        Thanachart Bank, a acquis une participation de 48 % dans Siam City
        Bank, en Thaïlande. La Banque Scotia détient une participation de 49
        % dans Thanachart Bank. Conformément aux lois sur les valeurs
        mobilières de la Thaïlande, au moment de la conclusion de
        l'acquisition de la participation de 48 %, Thanachart Bank a lancé
        une offre publique d'achat visant les actions restantes de Siam City
        Bank. Après la clôture de l'offre publique d'achat et l'obtention de
        toutes les approbations réglementaires supplémentaires nécessaires,
        Thanachart Bank et Siam City Bank fusionneront. La Banque Scotia
        continuera de détenir une participation de 49 % dans la banque issue
        de la fusion dont la dénomination sociale sera Thanachart Bank. Pour
        financer en partie cette opération, la Banque Scotia a souscrit des
        actions supplémentaires de Thanachart Bank d'un montant approximatif
        de 650 millions de dollars. Ce placement est comptabilisé selon la
        méthode de la comptabilisation à la valeur de consolidation.

        Le 30 avril 2010, la Banque, par l'intermédiaire de sa filiale
        Scotiabank de Puerto Rico, a acquis R-G Premier Bank of Puerto Rico.
        Selon les modalités de cette opération, la Banque Scotia a acquis des
        actifs d'un montant de 5,6 milliards de dollars US, montant qui
        comprend des prêts de 5,3 milliards de dollars US couverts par une
        entente de partage des pertes conclue avec la Federal Deposit
        Insurance Corporation (la "FDIC"). Aux termes de cette entente, la
        FDIC garantit 80 % des pertes sur prêts. L'acquisition comprend
        également des dépôts d'un montant de 2,2 milliards de dollars US, et
        la tranche restante a été financée par la FDIC. Pour faciliter la
        transaction, le capital de Scotiabank de Puerto Rico a été accru au
        moyen d'un apport de 460 millions de dollars US de la Banque. La
        répartition du prix d'achat n'est pas terminée, car la Banque évalue
        actuellement les actifs acquis et les passifs pris en charge.
    

INFORMATION À L'INTENTION DES ACTIONNAIRES

Service de dépôt direct

Les actionnaires qui le désirent peuvent faire déposer les dividendes qui leur sont distribués directement dans leurs comptes tenus par des institutions financières membres de l'Association canadienne des paiements. Il leur suffit, à cet effet, d'écrire à l'Agent de transfert.

Régime de dividendes et d'achat d'actions

Le régime de réinvestissement de dividendes et d'achat d'actions de la Banque Scotia permet aux porteurs d'actions ordinaires et privilégiées d'acquérir d'autres actions ordinaires en réinvestissant leurs dividendes en espèces sans avoir à acquitter les frais de courtage ou d'administration.

Les actionnaires admissibles ont également la possibilité d'affecter, au cours de chaque exercice, une somme ne dépassant pas 20 000 $ à l'achat d'actions ordinaires supplémentaires de la Banque. Les titulaires de débentures subordonnées entièrement nominatives de la Banque peuvent également affecter aux mêmes fins le montant des intérêts perçus sur ces dernières. Tous les frais liés à la gestion du régime sont à la charge de la Banque.

Pour obtenir plus de renseignements sur le régime, il suffit de communiquer avec l'Agent de transfert.

Dates de paiement des dividendes pour 2010

Dates de clôture des registres et de paiement des dividendes déclarés sur les actions ordinaires et privilégiées, sous réserve de l'approbation du conseil d'administration.

    
           Date de clôture des registres          Date de paiement

           5 janvier                              27 janvier
           6 avril                                28 avril
           6 juillet                              28 juillet
           5 octobre                              27 octobre
    

Date de l'assemblée générale annuelle pour l'exercice 2010

L'assemblée générale annuelle des actionnaires de la Banque pour l'exercice se terminant le 31 octobre 2010 aura lieu à Halifax (Nouvelle Écosse), le mardi 5 avril 2011.

Envoi de documents en plusieurs exemplaires

À titre d'actionnaire, vous pouvez figurer plusieurs fois sur la liste d'envoi si vous êtes inscrit sous différents noms ou différentes adresses. Pour mettre fin à cette duplication, veuillez communiquer avec l'Agent de transfert afin que soient prises les dispositions nécessaires.

Site Web

Pour toute information concernant la Banque Scotia et ses services, vous pouvez visiter notre site Web : www.banquescotia.com.

Conférence téléphonique et diffusion sur le Web

La conférence téléphonique portant sur les résultats trimestriels, d'une durée d'environ une heure, aura lieu le 1er juin 2010 à compter de 14 h HAE. Les parties intéressées peuvent suivre la conférence téléphonique, à titre d'auditeurs uniquement, en composant le 1-800-814-4860 (numéro sans frais), 5 à 15 minutes avant le début. La conférence téléphonique, accompagnée d'une présentation sur diapositives, sera également diffusée en direct sur le Web. Pour y accéder, cliquez sur le lien "Relations avec les investisseurs" du site www.banquescotia.com. La présentation des résultats par les dirigeants de la Banque Scotia sera suivie d'une période de questions. Les auditeurs sont invités à envoyer leurs questions par courriel, à l'adresse investor.relations@scotiabank.com.

Un enregistrement de la conférence téléphonique sera disponible du 1er juin 2010 au 15 juin 2010, au numéro de téléphone 416-640-1917 ou au 1-877-289-8525, code 4299399, suivi du carré. Un enregistrement de la conférence diffusée sur le Web sera disponible pendant trois mois sur le site Web de la Banque Scotia.

    
    -------------------------------------------------------------------------
    

Renseignements

Investisseurs

Les analystes financiers, les gestionnaires de portefeuilles et les autres investisseurs qui souhaitent obtenir de l'information financière concernant la Banque sont priés de communiquer avec le service Relations avec les investisseurs, Affaires financières :

    
           Banque Scotia
           Scotia Plaza
           44, rue King Ouest
           Toronto (Ontario) Canada M5H 1H1
           Téléphone : 416-933-1273
           Télécopieur : 416-866-7867
           Courriel : investor.relations@scotiabank.com
    

Médias

Les demandes d'information des médias et les autres demandes de renseignements doivent être adressées au service Relations publiques, Affaires de la société et Affaires gouvernementales à l'adresse ci-dessus.

    
           Téléphone : 416-866-3925
           Télécopieur : 416-866-4988
           Courriel : corpaff@scotiabank.com
    

Actionnaires

Pour obtenir des renseignements sur un changement d'inscription d'actions, un changement d'adresse, des dividendes, des transferts successoraux ou la perte de certificats d'actions, ou pour demander que cessent des envois multiples, veuillez vous adresser à l'Agent de transfert de la Banque :

    
           Société de fiducie Computershare du Canada
           100, avenue University, 9e étage
           Toronto (Ontario) Canada M5J 2Y1
           Téléphone : 1-877-982-8767
           Télécopieur : 1-888-453-0330
           Courriel : service@computershare.com

           Coagent de transfert (États-Unis)
           Computershare Trust Company, Inc.
           250 Royall Street
           Canton, MA 02021 U.S.A.
           Téléphone : 1-800-962-4284
    

Pour toute autre demande de renseignements, les actionnaires sont priés de contacter les Affaires financières :

    
           Banque Scotia
           Scotia Plaza
           44, rue King Ouest
           Toronto (Ontario) Canada M5H 1H1
           Téléphone : 416-866-4790
           Télécopieur : 416-866-4048
           Courriel : corporate.secretary@scotiabank.com
    

Quarterly Reports available in English

The Bank publishes its statements and Annual Report in both English and French, and makes every effort to provide them to Shareholders in the language of their choice. If you would prefer to receive shareholder communications in English, please contact Public, Corporate and Government Affairs, The Bank of Nova Scotia, Scotia Plaza, 44 King Street West, Toronto, Ontario, Canada, M5H 1H1. Please supply the mailing label you received, if possible, so we may adjust our records.

La Banque de Nouvelle-Écosse est une entreprise canadienne constituée avec responsabilité limitée.

%SEDAR: 00001289EF C8107

SOURCE Banque Scotia

Renseignements : Renseignements: Peter Slan, premier vice-président, Relations avec les investisseurs, (416) 933-1273; Lauren Mostowyk, Relations publiques, Banque Scotia, (416) 866-6806

Profil de l'entreprise

Banque Scotia

Renseignements sur cet organisme

Banque Scotia - Communiqués de presse financiers

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.