Journée sombre pour les droits des parents et des jeunes



    MONTREAL, le 1er sept. /CNW Telbec/ - Dans un jugement émis hier et
attendu par des milliers de parents au Québec, le juge Dubois de la Cour
supérieure de Drummondville a rejeté la requête d'un parent demandant de
rendre efficace la loi qui permettrait l'exemption du cours d'éthique et
culture religieuse pour ses enfants, au primaire et au secondaire.
    Le jugement se fonde sur une interprétation de la position catholique
pour conclure que ce cours ne porte pas atteinte au droit fondamental de
liberté de conscience et de religion qui est en cause dans ce procès.
    L'Association des parents catholiques du Québec (APCQ) considère que ce
jugement est irrecevable car il prive les citoyens de toute confession de
droits fondamentaux : celui des parents de guider leurs enfants dans leur
développement moral et religieux selon leurs propres convictions, et la
liberté de conscience et de religion des jeunes eux-mêmes.
    D'une part, le juge a rejeté le dépôt en preuve du plus récent document
du Vatican exprimant et confirmant la position de l'Eglise sur l'enseignement
des religions à l'école. Ce document de la Congrégation pour l'éducation
catholique, daté du 5 mai 09, exprime clairement que "si l'enseignement
religieux se limite à une exposition des différentes religions de manière
comparative et "neutre", cela peut être source de confusion, ou inciter au
relativisme ou à l'indifférentisme." Le document rappelle que "Les droits des
parents se trouvent violés lorsque les enfants sont contraints de fréquenter
des cours scolaires ne répondant pas à la conviction religieuse des parents ou
quand est imposée une forme unique d'éducation d'où toute formation religieuse
est exclue".
    D'autre part, si, comme le cite le jugement, Jean-Paul II reconnaissait
l'importance de la connaissance objective des religions, il affirmait d'abord
et surtout que même l'école publique devait s'ouvrir à la présence d'un
enseignement vraiment confessionnel de la religion, comme le rappelle la
Congrégation pour l'éducation catholique :
    "... il faut garantir (aux parents) que l'école publique - justement
parce qu'elle est ouverte à tous - non seulement ne mettra pas en danger la
foi de leurs enfants, mais, au contraire, complètera, par un enseignement
religieux adéquat, leur formation intégrale. Ce principe doit être inclus dans
le concept de liberté religieuse et d'Etat vraiment démocratique, qui, en tant
que tel, c'est-à-dire dans le respect de sa nature la plus profonde et
authentique, se met au service des citoyens, de tous ses citoyens, en
respectant leurs droits et leurs convictions religieuses".
    Le pape Jean Paul II maintenait aussi que "conformément à la législation
internationale et aux droits de l'homme, il faut absolument assurer aux
parents le droit de choisir une éducation conforme à leur foi" (Familiaris
Consortio).
    "Rien ne permet de conclure, même à partir des documents cités par le
juge, que l'étude des autres religions est acceptable pour le Vatican à un si
jeune âge", selon Marie Bourque, porte-parole de l'APCQ. "Traditionnellement
cette connaissance s'est donnée vers la fin du secondaire quand les jeunes
connaissaient leur propre religion et avait atteint une maturité suffisante
pour faire une étude comparative des religions," dit-elle.
    "Ce jugement diminue l'importance du rôle des parents dans l'éducation de
leurs enfants. De plus, il crée un précédent dangereux en ce sens qu'un
tribunal civil porte un jugement sur la position d'une Eglise et se sert de sa
propre interprétation basée sur des données partielles pour refuser l'exercice
de droits fondamentaux aux parents comme aux jeunes. Ce n'est pas au
gouvernement ou au tribunal, ni même aux églises à remplacer les parents dans
le choix de l'éducation religieuse et morale de leurs enfants", conclut Marie
Bourque.
    L'Association des parents catholiques du Québec (APCQ) souhaite que cette
cause soit portée à la Cour d'Appel du Québec.




Renseignements :

Renseignements: Marie Bourque, (514) 484-0524; Source: Association des
parents catholiques du Québec

Profil de l'entreprise

Association des parents catholiques du Québec (APCQ)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.