Journée internationale des aînés - "NOUS DEVONS MIEUX PRENDRE SOIN DE NOS AINES" - Louise Harel



    QUEBEC, le 1er oct. /CNW Telbec/ - A l'occasion de la Journée
internationale des aînés, la députée d'Hochelaga-Maisonneuve et porte-parole
du Parti Québécois en matière d'aînés, Louise Harel, a rappelé l'insécurité et
la confusion que vivent des milliers de personnes âgées à domicile,
particulièrement à la suite des mesures fiscales annoncées par le gouvernement
Charest lors du dernier budget.
    "L'accès au crédit d'impôt remboursable pour le maintien à domicile est
nettement trop restrictif. Pour avoir droit au montant maximal, à partir de
70 ans, il faut consacrer, en dépenses admissibles, plus de 15 600$. C'est le
revenu annuel d'une femme âgée sur deux au Québec", a signalé Mme Harel,
rappelant que ce revenu sert en priorité au logement, à l'alimentation, à
l'électricité, au chauffage, au transport, aux vêtements et au peu de loisir.
    Mme Harel n'en revient pas non plus de la discrimination récemment
introduite par le gouvernement libéral à l'égard de l'épouse âgée. En effet,
il a été décidé de limiter à un seul versement le crédit d'impôt, généralement
à l'époux ou au conjoint, alors qu'auparavant ce crédit d'impôt était partagé
en versements égaux aux deux. "C'est une situation humiliante pour de
nombreuses femmes âgées bouleversées par cette nouvelle façon de procéder", a
dénoncé la députée.

    LE CREDIT D'IMPOT POUR LE MAINTIEN A DOMICILE EST INEQUITABLE

    La porte-parole du Parti Québécois précise par ailleurs qu'il existe une
autre iniquité à l'égard de ce crédit d'impôt. En effet, tel qu'il est fait
actuellement, le crédit d'impôt favorise injustement les personnes plus aisées
financièrement. L'injustice est la suivante : deux personnes âgées habitant la
même résidence et bénéficiant des mêmes services (buanderie, entretien
ménager, services infirmiers, etc.), si l'une paie un loyer de 1000$, elle
obtiendra un crédit de 60$ alors que l'autre, qui paie un loyer plus luxueux à
2000$, obtiendra un crédit de 120$. "L'aide financière devrait être accordée,
non pas en fonction de la richesse de la personne mais plutôt en fonction des
besoins de celle-ci", a indiqué Louise Harel.

    INQUIETANTE DENUTRITION POUR LES AINES EN PERTE D'AUTONOMIE

    Mme Harel s'explique mal comment la ministre Blais n'a-t-elle pu entendre
le cri d'alarme lancé par l'Ordre professionnel des diététistes du Québec
concernant la dénutrition de nos aînés les plus vulnérables, hébergés dans les
établissements de longue durée. "Pour répondre à cette situation alarmante, la
ministre Blais propose des cours de cuisine! Le vrai problème, c'est que les
cuisiniers doivent composer des menus avec souvent moins de 4$ par jour, par
résidant. Pas par repas, mais bien par jour!", a déclaré la députée.
    Elle a rappelé que ce faible investissement peut entraîner des problèmes
nutritionnels majeurs. Des études scientifiques concluent que jusqu'à 60 % des
aînés hébergés sont affectés par la dysphagie et qu'au Québec, plus de
100 000 aînés en sont victimes. "Il y a là un signe inquiétant. Une politique
cadre en matière de nutrition est nécessaire", a-t-elle ajouté.

    VIVE DECEPTION POUR L'ABSENCE D'UN VERITABLE SOUTIEN A DOMICILE

    L'an dernier, la ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais,
essuyait de nombreuses critiques lors de la consultation publique sur les
conditions de vie des aînés, particulièrement à l'égard du traitement fiscal
inadéquat, inéquitable et complexifié du crédit d'impôt remboursable pour les
personnes âgées de 70 ans et plus. Depuis, la réponse du gouvernement Charest
a consisté à agiter les milliards de dollars sur papier. Dans les faits,
l'augmentation réelle est de :

    
    - 1,05$ par jour pour les 78 000 personnes autonomes vivant en résidence
      privée;
    - 0,64$ par jour (23$ par année) pour les 232 000 personnes vivant à
      domicile.
    

    "Il y a encore beaucoup à faire pour améliorer la qualité et les
conditions de vie de nos aînés, quoiqu'en pensent le gouvernement Charest et
la ministre Blais avec ses paroles angéliques. Nous au Parti Québécois, nous
croyons que le Québec doit prendre mieux soin de ses aînés et croyons
fermement à la nécessité de favoriser l'autonomie des personnes vivant à
domicile, en fonction de leurs besoins de soutien et non en fonction de leur
capacité de payer", a conclu Louise Harel, rappelant l'engagement récent de la
chef du Parti Québécois, Pauline Marois, d'investir 500 M$ pour les soins à
domicile, un investissement qui, en plus de prendre soin de nos aînés, donnera
un peu de répit aux proches aidants.
    -%SU: SOC
    -%RE: 1




Renseignements :

Renseignements: Eric Gamache, Attaché de presse, Aile parlementaire du
Parti Québécois, (418) 644-9318


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.