Journée internationale de la femme: Les dix principaux faits nous permettant d'affirmer que l'égalité des femmes régresse sous le gouvernement Harper



    Un message du service de la condition féminine du syndicat des TCA

    TORONTO, le 7 mars /CNW/ -

    10. Peu après son entrée en fonction, le gouvernement Harper annulait les
ententes négociées avec les provinces en matière d'éducation préscolaire et de
services de garde d'enfants, privant ainsi les programmes destinés aux enfants
de 3,7 milliards de dollars et abandonnant l'idée d'un programme universel de
garde d'enfants lancée par le gouvernement sortant.

    9. Le gouvernement Harper a réduit le budget d'exploitation de Condition
féminine Canada (CFC) de plus de 40 %. Pour justifier cette compression de
5 millions de dollars, Bev Oda, ministre conservatrice responsable de CFC, a
déclaré : "Le gouvernement reconnaît, sait et n'a pas besoin qu'on lui dise
que les femmes sont égales..."
    L'organisation responsable de la promotion de l'égalité des femmes sur
les plans économique, social, politique et juridique, a dû fermer 12 de ses 16
bureaux régionaux.

    8. Lors des dernières élections, le Parti conservateur de M. Harper
comptait moins de femmes que tous les autres partis, soit à peine 10 %.
D'après les Nations Unies, le Canada figure au 30e rang mondial pour ce qui
est de la représentation des femmes au Parlement, derrière la Suède, la
Norvège, le Rwanda et Trinité-et-Tobago. Pour l'égalité, il faudra repasser.

    7. Le gouvernement fédéral a également éliminé le fonds de recherche
indépendante en matière de politiques de CFC, il a éliminé les mots "égalité",
"politique" et "légal" du mandat et modifié les règles de financement de façon
à ce qu'aucun groupe militant en faveur de l'égalité ou groupe effectuant des
recherches à cette fin ne puisse obtenir de financement.

    6. Un an plus tard, en 2007, lors de la Journée internationale de la
femme, la ministre Oda, toujours responsable de CFC, promettait l'injection de
5 millions de dollars dans CFC. Tiens, tiens... Se pourrait-il que les femmes
ne soient pas encore tout à fait égales, finalement?
    La majeure partie de ces fonds sera réacheminée vers le Fonds de
partenariat pour les femmes mis sur pied par le gouvernement et critiqué parce
qu'il permet à des organismes à but lucratif de soumettre des demandes de
financement.

    5. Depuis son accession au pouvoir, le gouvernement Harper a refusé de
prendre des mesures pour assurer l'égalité économique des femmes, fermant les
yeux sur les recommandations du Groupe de travail sur l'équité salariale du
fédéral portant sur l'adoption de lois proactives sur l'équité salariale. A
l'heure actuelle, le Canada se classe au 38e rang mondial en matière d'écart
de revenu hommes-femmes, et ce, après la Suisse, le Cambodge, le Kenya et plus
de 30 autres pays.

    4. Les femmes forment la grande majorité de la main-d'oeuvre à temps
partiel et, depuis les compressions à l'assurance-emploi des années 90, elles
ont de plus en plus de difficultés à toucher des prestations
d'assurance-emploi. En tout temps, moins d'un tiers des femmes sans emploi
touchent des prestations d'assurance-emploi. Les taux et les durées de
prestations actuels sont à un creux historique et ne s'appliquent pas de
manière uniforme d'un bout à l'autre du pays. Dans aucun des trois budgets
fédéraux consécutifs, le gouvernement Harper n'a-t-il cru bon de corriger
cette injustice.

    3. Depuis cinq ans, 350 000 emplois manufacturiers ont été perdus, la
plupart d'entre eux ayant disparu depuis que le gouvernement Harper est au
pouvoir. Les femmes sont de loin les plus durement touchées, les emplois bien
rémunérés assortis d'avantages liés aux besoins familiaux étant remplacés par
des emplois temporaires ou à temps partiel, voire par rien du tout. A l'heure
actuelle, 2,4 millions de femmes et plus de 1 million d'enfants vivent dans la
pauvreté et la situation se dégrade de jour en jour. Or, un adjectif résume
bien la stratégie du gouvernement Harper en matière de réduction de la
pauvreté, tout comme sa stratégie de création d'emplois : inexistante.

    2. Portant un autre coup à l'égalité, le gouvernement Harper a éliminé le
Programme de contestation judiciaire, un des rares mécanismes permettant à des
groupes plus marginaux de contester en cour des lois discriminatoires.

    1. Affichant un mépris manifeste envers les personnes à faible revenu,
des femmes pour la plupart, le gouvernement Harper a réduit de 200 millions de
dollars les contributions fédérales aux nouveaux logements abordables,
annulant de fait les ententes préexistantes avec les provinces et les
territoires. Par après, le gouvernement Harper a retranché 45 millions de
dollars du budget de la Société canadienne d'hypothèques et de logement,
l'organisation qui offre un soutien aux propriétaires à faible revenu, aux
aînés et aux personnes ayant une incapacité.





Renseignements :

Renseignements: ou une entrevue, communiquez avec Julie White,
directrice des programmes des femmes, syndicat des TCA, (519) 860-7015
(cellulaire); ou Shannon Devine, directrice des communications, syndicat des
TCA, (416) 302-1699 (cellulaire)

Profil de l'entreprise

Syndicat des TCA

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.