JO Pekin 2008 - "Il faut d'ores et déjà se poser la question des critères d'attribution des futurs Jeux olympiques si on veut éviter un nouveau Pékin 2008", selon Reporters sans frontières



    MONTREAL, le 6 juin /CNW Telbec/ - A deux mois de la cérémonie
d'ouverture des Jeux olympiques de Pékin 2008, le 8 août prochain, Reporters
sans frontières appelle les instances dirigeantes du mouvement olympique à se
poser, d'ores et déjà, la question des critères d'attribution des futurs JO.
L'organisation appelle à prendre en compte la situation des libertés
fondamentales et notamment de la liberté d'expression.
    "Il faut sans attendre se poser la question des conditions d'attribution
des prochains Jeux olympiques si nous ne voulons pas avoir à faire face, dans
douze ans ou plus, à un nouveau Pékin 2008. Des critères précis existent pour
choisir la ville hôte des olympiades. Ils incluent bien entendu des
considérations techniques et matérielles, mais aussi la question
environnementale. Pourquoi, dans ce cas, ne pas ajouter un critère concernant
le respect de la liberté d'expression dans le pays de la ville candidate ? Le
Comité international olympique (CIO) pourrait, par exemple, prendre en compte
l'existence ou non de médias indépendants, le degré de censure et la liberté
de circulation des journalistes nationaux et étrangers", a déclaré Reporters
sans frontières.
    "La Charte olympique encourage au respect de la dignité humaine. Pour
parvenir à cet objectif, le sport ne peut suffire. Il doit s'accompagner du
respect de l'Etat de droit, des valeurs démocratiques universelles et des
droits les plus élémentaires de la personne. Le CIO doit impérativement
prendre en compte, à l'avenir, ce sujet. Les gouvernements et les Comités
nationaux olympiques devraient soutenir cette idée s'ils ne veulent pas que,
dans douze ou seize ans, un autre pays ne respectant pas les droits de l'homme
se voit confier l'organisation des Jeux olympiques", a ajouté Reporters sans
frontières.
    "Le CIO sortirait grandi de la situation actuelle s'il annonçait, dès
aujourd'hui, qu'il réfléchira à une intégration de la question des droits de
l'homme dans le choix des prochaines villes hôtes. Il regagnerait en
légitimité ce qu'il a perdu au cours de ces derniers mois", a conclu
l'organisation.
    Dans les documents officiels du CIO, il est indiqué que les villes
candidates doivent respecter la Charte olympique et le code d'éthique du CIO.
Ce code dispose que "les parties olympiques sont libres de participer à la vie
publique de l'Etat auquel elles appartiennent", sans "se réclamer d'aucune
idéologie contraire aux principes de la Charte olympique".
    Les critères actuellement pris en compte dans la décision finale
d'attribution des Jeux incluent, entre autres, le soutien du gouvernement à
l'organisation des JO dans son pays, l'état général des infrastructures et des
sites sportifs, les conditions d'hébergement des athlètes et des délégations,
l'impact sur l'environnement, la sécurité des participants et du public,
l'expérience passée en matière d'organisation d'événements sportifs, les
ressources financières de la ville candidate ainsi que l'héritage laissé sur
place après la tenue des Jeux.
    Il est également précisé que le comité exécutif du CIO peut ajouter, "à
sa seule discrétion" tout critère qu'il considère utile dans le choix de la
ville hôte.
    Une centaine de journalistes, cyberdissidents, blogueurs et internautes
sont emprisonnés en Chine, à deux mois des Jeux olympiques. Les autorités de
Pékin n'ont respecté aucune des promesses qu'elles avaient faites en 2001,
concernant le respect des droits de l'homme, lorsque la ville avait été
choisie pour organiser les olympiades de 2008. Aussi, Reporters sans
frontières appelle au boycott de la cérémonie d'ouverture du 8 août 2008 par
les chefs d'Etat, les chefs de gouvernement et les membres des familles
royales.

    Pour plus d'informations sur la campagne internationale de Reporters sans
frontières sur les JO Pékin 2008 (en français, anglais, espagnol, arabe et
chinois) : www.rsf.org




Renseignements :

Renseignements: Katherine Borlongan, Directrice générale, Reporters sans
frontières, (514) 521-4111, Cell: (514) 258-4208, Télécopieur: (514) 521-7771,
rsfcanada@rsf.org. N'attendez pas qu'on vous prive de l'information pour la
défendre.

Profil de l'entreprise

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme

REPORTERS SANS FRONTIERES

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.