IRIS-Trois scénarios viables pour régler le sous-financement universitaire et réaliser la gratuité scolaire



    MONTREAL, le 15 oct. /CNW Telbec/ - Philippe Hurteau et Marc Daoud,
chercheurs à l'Institut de recherches et d'informations socio-économiques
(IRIS) ont publié aujourd'hui une étude proposant des scénarios pour régler le
sous-financement de l'éducation postsecondaire tout en assurant l'accès
universel aux études à travers l'abolition des frais de scolarité. Cette étude
souligne également que la hausse des frais de scolarité dissimule un
désengagement systématique de l'Etat en éducation.
    Trois scénarios de financement sont étudiés dans le document de l'IRIS.
Un premier scénario propose d'éliminer le sous-financement de l'éducation
postsecondaire tout en éliminant les frais de scolarité lors du prochain
budget en annulant les dernières baisses d'impôts provinciales et en
augmentant la taxe sur les gains en capital. Les deux autres options
envisagent la mise en place de ces mesures en cinq ou dix ans. Ces scénarios
proposent aussi de taxer pleinement les gains en capital, d'augmenter la taxe
sur le capital des institutions financières et d'augmenter légèrement le
pourcentage de taxation du dernier pallier d'imposition des particuliers.
    "Ces mesures n'auraient pas d'impact négatif sur la santé financière du
Québec. Etalées sur cinq et dix ans, elles représentent respectivement une
modeste augmentation annuelle de 0,3% et 0,2% du budget de l'Etat. De plus,
comme ces mesures sont appliquées progressivement, elles n'auraient pas
d'effets néfastes sur les entreprises et les contribuables qu'elles touchent"
a affirmé Philippe Hurteau, chercheur pour l'IRIS.
    L'étude de l'IRIS examine aussi la thèse soutenant que l'augmentation des
frais de scolarité servirait au refinancement du système d'éducation
postsecondaire. "Contrairement à ce qu'on pourrait penser, les exemples
québécois, ontariens et britanniques démontrent que la hausse des frais de
scolarité dissimule un transfert de la responsabilité du financement de
l'éducation de l'Etat vers les individus. En effet, au Québec, avant le dégel
de 1989 pour chaque dollar versé par les étudiants, le gouvernement en versait
16$; après le dégel, ce montant a été réduit à 7$. La marge dégagée par la
hausse des frais de scolarité n'est pas utilisée pour refinancer l'éducation,
mais bien pour permettre à l'Etat de se retirer de ce secteur" décrit Marc
Daoud, chercheur pour l'IRIS.

    L'IRIS, un institut de recherche sans but lucratif, indépendant et
progressiste, a été fondé à l'automne 2000. L'institut produit des recherches,
des brochures et des dépliants sur les grands enjeux socio-économiques de
l'heure (fiscalité, pauvreté, mondialisation, privatisations, etc.).




Renseignements :

Renseignements: Bertrand Schepper-Valiquette, (514) 206-6733


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.