Iran / Union européenne - Reporters sans frontières a appelé la présidence de l'Union Européenne à intervenir en faveur des cyberdissidents et journalistes incarcérés



    MONTREAL, le 7 janv. /CNW Telbec/ - A l'occasion de l'accession de la
République tchèque à la présidence de l'Union européenne, Jean-François
Julliard, secrétaire général de Reporters sans frontières, a fait parvenir un
courrier au Premier ministre tchèque, Mirek Topolanek, le 6 janvier 2008, dans
lequel il lui demande de "tout mettre en oeuvre pour obtenir la libération des
onze blogueurs et journalistes actuellement emprisonnés en Iran en raison de
leur activité."
    "En 2008, la République islamique d'Iran s'est une nouvelle fois
illustrée comme étant le pays du Proche-orient le plus répressif envers les
blogueurs et les journalistes. Ils sont confrontés à un harcèlement incessant.
Actuellement, cinq blogueurs et six journalistes sont emprisonnés en raison de
leurs publications. De plus, les intimidations des défenseurs des droits de
l'homme ne cessent de se répéter depuis décembre 2008. Nous avons plusieurs
fois demandé au gouvernement de libérer ces prisonniers d'opinion et de
laisser leurs avocats faire leur travail. Devant leur silence, nous avons
recours à votre autorité, en espérant que vous puissiez faire entendre notre
cause auprès de vos interlocuteurs à Téhéran", écrit Jean-François Julliard.
    En décembre, des miliciens rassemblés par les gardiens de la Révolution
ont manifesté à Téhéran pour dénoncer les attaques israéliennes contre Gaza.
Le 1er janvier 2009 une centaine d'entre eux ont manifesté devant la maison de
l'avocate Shirin Ebadi, Prix Nobel de la paix, et proféré des slogans hostiles
à son encontre et celle du Cercle des défenseurs des droits de l'homme. La
police iranienne avait fermé le 21 décembre les bureaux du Cercle des
défenseurs des droits de l'homme, dirigé par Mme Ebadi, au motif que
l'organisation n'avait pas d'autorisation du ministère de l'Intérieur "pour
mener des activités". Le 29 décembre, son cabinet d'avocat a fait l'objet
d'une perquisition. Les menaces contre les activités de Shirin Ebadi et ses
proches ont été condamnées par les principales puissances occidentales,
notamment l'organisation des Nations unies, l'Union européenne, les Etats-Unis
et le Canada.
    Dans son courrier, Reporters sans frontières a également demandé la
libération des blogueurs Hossein Derakhshan (http://www.hoder.com), Davoud
Azadfar (http://www.azadfarkurd.blogfa.com/), Esmail Jafari
(http://www.poutin.blogfa.com), Mojtaba Lotfi, ainsi que de la cyberféministe
Shahnaz Gholami (http://azarwomen.blogfa.com), emprisonnés en raison de leurs
publications en ligne. Ils ont tous été condamnés à des peines allant de cinq
mois à quatre ans de prison. Le sort des blogueurs Hossein Derakhshan et
Davoud Azadfar reste inconnu.
    Par ailleurs, l'organisation internationale de la liberté de la presse a
également demandé également la libération des six journalistes emprisonnés
dans le pays. Le 18 novembre, l'ancien collaborateur de l'hebdomadaire Karfto,
Bahman Totonchi a été arrêté à son domicile de Sanandaj (capitale de la
province du Kurdistan), par des agents du ministère des Renseignements. Il est
détenu à la prison des services de renseignements de la ville et son sort
reste incertain. Le 17 mai 2007, son confrère Kaveh Javanmard avait été
condamné à deux ans de prison par la deuxième chambre du tribunal de Sanandaj
(Kurdistan iranien).
    Le 23 octobre 2008, la cour d'appel de Téhéran a confirmé la condamnation
de Mohammad Sadegh Kabodvand à onze ans de prison pour avoir créé une
association de défense des droits de l'homme au Kurdistan. Directeur de
publication de l'hebdomadaire Payam-e mardom-e Kurdestan, il est actuellement
détenu à la prison d'Evin à Téhéran depuis juillet 2007 et souffre de graves
problèmes de santé.
    Le 15 octobre 2008, le journaliste indépendant kurde, Massoud Kurdpoor, a
été condamné à un an de prison pour "publicité contre le régime lors
d'entretiens accordés aux médias étrangers et ennemis" en raison d'interviews
qu'il avait donné à de nombreuses radios étrangères - Voice of America, Radio
France Internationale, Deutsche Welle - pour dénoncer la détérioration de la
situation des droits de l'homme au Kurdistan.
    Du 5 au 19 octobre 2008, le journaliste Mohammad Hassin Falahieh Zadeh a
observé une grève de la faim pour demander la révision de son procès. Arrêté
en novembre 2006, il a été condamné, le 29 avril 2007, à trois ans de prison
pour "espionnage". Mohammad Hassin Falahieh Zadeh est journaliste du service
en langue arabe de la chaîne Al-Alam, (radiotélévison de l'Etat iranien), et
collaborateur de nombreux médias arabes (le quotidien libanais Al-Mostaqbal,
Abu Dhabi TV ou encore Dubai radio). Il est le plus ancien journaliste
incarcéré dans les prisons iraniennes.
    Le 4 septembre 2008, la condamnation à mort du journaliste Adnan
Hassanpour a été annulée par la Cour suprême de Téhéran. Le tribunal a estimé
que le journaliste kurde, poursuivi pour "activités subversives contre la
sécurité nationale", ne pouvait être considéré comme un "mohareb" (ennemi de
Dieu). Son dossier a été renvoyé devant le tribunal de première instance de
Sanandaj (Kurdistan iranien). Adnan Hassanpour, 26 ans, avait été arrêté le 25
janvier 2007, devant son domicile. Il est toujours incarcéré.




Renseignements :

Renseignements: Katherine Borlongan, Directrice générale, Reporters sans
frontières Canada, (514) 521-4111, rsfcanada@rsf.org

Profil de l'entreprise

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme

REPORTERS SANS FRONTIERES

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.