Iran - "Ces pressions sont exercées pour nous faire taire" : Reporters sans frontières condamne le harcèlement des cyberféministes



    MONTREAL, le 29 oct. /CNW Telbec/ - Reporters sans frontières demande aux
autorités iraniennes de cesser leur harcèlement des cyberféministes, après que
deux d'entre elles ont été convoquées au tribunal de Téhéran pour s'expliquer
sur certains articles publiés sur les sites Internet d'informations consacrés
au droit des femmes, Zanestan ("La cité des femmes" - http://herlandmag.net/)
et Tagir Bary Barbary ("Changement pour l'égalité" - http://we-change.org/).
Une journaliste en ligne, Sussan Tahmasebi, a par ailleurs été interdite de
sortie du territoire, sans qu'une explication lui soit fournie.
    "Cet acharnement des autorités à l'encontre de ces femmes, révèle à quel
point le gouvernement a peur des critiques qu'elles lui assènent. Ces
cyberféministes ne font rien d'autre que faire usage de leur liberté
d'expression pour dénoncer la situation. Grâce à leur mobilisation, par
exemple, un projet de loi facilitant la polygamie a été remis en question
début septembre, démontrant l'importance de leur travail", a déclaré
l'organisation.
    Le 29 octobre 2008, Sussan Tahmasebi s'est rendue au tribunal
révolutionnaire de Téhéran après avoir été convoquée pour un interrogatoire
concernant ses activités. Elle est actuellement placée sous la surveillance
des forces de l'ordre. Le 26 octobre, elle s'était vue confisquer son
passeport à l'aéroport Imam Khomeini (sud de Téhéran). Elle avait été
interpellée par des agents de sécurité, qui lui ont saisi des cds, des livres,
des manuscrits et des textes appelant à la paix en Iran. Son ordinateur a
également été inspecté. Dans une interview au webmagazine Tagir Bary Barbary
(http://we-change.org/), Sussan Tahmasebi a déclaré : "C'est la quatrième fois
que l'on m'empêche de quitter le pays sous différents prétextes. Malgré mon
insistance, personne ne m'en donne les raisons et ne me dit pourquoi je suis
convoquée au tribunal révolutionnaire". "Ces pressions sont exercées pour nous
faire taire. Mais nous n'arrêterons pas pour autant de revendiquer l'égalité.
La place des femmes est devenue importante dans la société iranienne et les
autorités seront bien obligées de nous entendre", a t-elle confié à Reporters
sans frontières, le 29 octobre à sa sortie du tribunal.
    Sussan Tahmasebi, signataire de la pétition "Un million de signatures
pour obtenir la modification des lois discriminatoires envers les femmes",
lancée sur le Web en 2005, est en charge de la version anglaise du site Tagir
Bary Barbary. Le 2 mai 2008, la police avait déjà perquisitionné son domicile.
    Par ailleurs, deux collaboratrices des journaux en ligne Zanestan et
Tagir Bary Barbary, Nahid Keshavarz et Mahboubeh Hosseinzadeh, ont également
été convoquées au tribunal révolutionnaire de Téhéran, afin de s'expliquer sur
leurs publications. Leur audience a été reportée au 27 janvier 2009.




Renseignements :

Renseignements: Katherine Borlongan, Directrice générale, Reporters sans
frontières Canada, (514) 521-4111, rsfcanada@rsf.org

Profil de l'entreprise

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme

REPORTERS SANS FRONTIERES

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.