Iran - Aveux, arrestations et campagne anti-média



    MONTREAL, le 25 juin /CNW Telbec/ - "Bismillah, al-rahman al-rahim. Moi,
je reconnais avoir manifesté sous l'influence de la BBC, de la radio Voice of
America et d'autres médias étrangers." C'est par ces mots que s'ouvre depuis
une semaine le journal du soir sur la chaîne publique iranienne. Les aveux de
manifestants passent en boucle, diffusés à toutes les heures du jour et de la
nuit, pour montrer aux Iraniens combien les contestataires sont sous
l'influence des agents de l'Occident, et participants à un "complot orchestré"
contre la République islamique d'Iran, confirmant ainsi les propos du Guide
suprême de la Révolution.
    Reporters sans frontières condamne ces méthodes qui visent à dénigrer les
médias étrangers, déjà confrontés à de multiples entraves, et dont les
journalistes et les collaborateurs se trouvent de fait exposés aux possibles
violences des partisans du régime.
    Les journalistes iraniens continuent eux aussi à être pointés du doigt.
En réaction à cette diabolisation, 180 journalistes ont écrit, le 23 juin, une
lettre ouverte adressée aux responsables et au peuple iraniens, dénonçant la
situation "déplorable et critique" des médias en Iran, et demandant aux
autorités de respecter la Constitution, et de lever les interdictions qui
pèsent sur les journalistes, afin qu'ils puissent remplir leur mission
d'information. "Ces intimidations nous empêchent de faire notre devoir",
affirment les 180 signataires.
    Reporters sans frontières condamne l'arrestation, le 22 juin, des
vingt-cinq employés du journal Kalemeh Sabz, dont une vingtaine de
journalistes. Depuis le 13 juin, suite aux pressions des autorités, ce
journal, propriété de Mir Hossein Moussavi, avait cessé de paraître, sans pour
autant être officiellement suspendu. La rédaction avait cependant l'intention
de reprendre ses activités, et de sortir un nouveau numéro pour le 23 juin. Le
22 juin au soir, des agents en civil du bureau du procureur de Téhéran ont
encerclé le siège du journal, arrêtant toutes les personnes présentes. Le
soir, Alireza Behshtipour Shirazi, le rédacteur du journal, aurait été arrêté
en compagnie de son fils. Quelques minutes avant son arrestation, M. Shirazi
avait confirmé, dans une interview à la radio Deutsche Welle, l'arrestation de
ses collaborateurs plus tôt dans la journée.
    "Arrêter toute une rédaction, c'est du jamais vu !", s'est indignée
Reporters sans frontières.
    Questionné sur l'arrestation des journalistes étrangers au cours des
manifestations, le ministre des Renseignements, Mohseni Ejehi, a déclaré
qu'"une ou deux personnes, venues rassembler des informations secrètes, ont
été arrêtées, mais pas en tant que journalistes. L'une d'elles a vu son
matériel confisqué et une enquête a été ouverte à son encontre."
    De son côté, le président du Parlement européen, Hans-Gert Pöttering, a
annoncé qu'il souhaitait se rendre en Iran, répondant à l'invitation du Prix
Nobel de la paix, Shirin Ebadi. Celle-ci a déclaré à Reporters sans frontières
: "Dans différentes rencontres que j'ai eues avec les responsables de l'Union
européenne, j'ai insisté pour qu'ils condamnent les violations massives des
droits de l'homme en Iran. J'ai également demandé au secrétaire général des
Nations unies d'envoyer une mission d'enquête sur place. Je tiens à insister
sur le fait que ce n'est pas un conflit politique, mais un nouvel épisode de
violations massives des droits de l'homme en Iran."
    Le 24 juin à Paris, au cours d'une conférence de presse organisée avec la
journaliste irano-américaine Roxana Saberi, Jean-François Julliard, secrétaire
général de l'organisation, a réitéré son appel à la libération des
journalistes iraniens et étrangers arrêtés. Depuis le 23 juin, l'Agence
France-Presse diffuse sur son forum d'images des photos prises pour Reporters
sans frontières par des photographes iraniens.
    Reporters sans frontières a appris la libération, le 18 juin 2009, de
deux journalistes, Hamideh Mahhozi et Hossin Shkohi arrêtés le 16 juin dans la
ville de Bushehr (sud-ouest de l'Iran). Le cyberdissident, Kaveh Mozafari,
arrêté en marge des manifestations du 1er mai, a été libéré le 24 juin, après
le versement d'une caution de 50 millions tomans (environ 45 000 d'euros).

    
    Le 14 juin 2009 :

    - la cyberdissidente Somaieh Tohidlou (http://smto.ir)
    - Ahmad Zeydabadi,
    - Kivan Samimi Behbani,
    - Abdolreza Tajik,
    - Mahssa Amrabadi,
    - Behzad Basho, le caricaturiste
    - Khalil Mir Asharafi
    - Karim Arghandeh, journaliste pour les journaux réformateurs
      Salam, Vaghieh etafaghieh, et blogueur (http://www.futurama.ir/) a été
      arrêté à son domicile de Téhéran.
    - Shiva Nazar Ahari, cyberdissidente et activiste des droit de l'homme
      (voir son blog : http://azadiezan.blogspot.com), a été arrêtée à son
      domicile de la capitale

    Le 15 juin 2009 :

    - Mohamad Atryanfar, directeur de plusieurs publications comme Hamshary,
      Shargh, Shahrvand Emrouz, aurait été transféré à la section de sécurité
      de la prison d'Evin.
    - Said Hajarian, ancien directeur du journal Sobh-e-Emrouz, a été arrêté
      par les forces de l'ordre dans la nuit du 15 au 16 juin à son domicile
      de Téhéran, alors même qu'il est handicapé.
    - Mojtaba Pormohssen, journaliste pour plusieurs journaux réformateurs,
      collaborateur à la radio Zamaneh et rédacteur en chef du journal
      Gilan Emroz, a été arrêté à Rashat (nord du pays).

    Le 16 juin :

    - Mohammad Ali Abtahi, surnommé "Mollah blogueur", a été arrêté à son
      domicile de Téhéran. Son blog : http://www.webneveshteha.com/.
    - Amanolah Shojai, journaliste et blogueur, arrêté à Bushehr
    - Mashalah Hidarzadeh, arrêté à Bushehr
    - Fariborez Srosh, journaliste indépendant, aurait également été arrêté
      ce jour-là. Dans le passé, il avait déjà arrêté et emprisonné du fait
      de sa collaboration avec Radio farda (Radio Free Europe).

    Le 17 juin :

    - Saide Lylaz, journaliste au journal Sarmayeh, a été arrêté à son
      domicile de la capitale. Ce spécialiste des questions économiques s'est
      montré très critique envers la politique d'Ahmadinejad.
    - Rohollah Shavar, journaliste de la ville de Mashad, est détenu depuis
      la même date.

    Le 18 juin :

    - Mohammad Ghochani, rédacteur en chef du quotidien Etemad Meli,
      propriété de Mehdi Karoubi, l'un des candidats d'opposition à Mahmoud
      Ahamadinejad, a été arrêté à Téhéran, à deux heures du matin.

    Le 20 juin :

    - Ali Mazroui, président de l'Association des journalistes iraniens, a
      été arrêté dans la matinée.
    - Bahaman Ahamadi Amoee et son épouse Jila Baniyaghoob ont été arrêtés à
      leur domicile à minuit, suite à une perquisition d'agents en civil du
      ministère du Renseignement. Lauréate en 2009 du Prix du Courage en
      journalisme, décerné par la International Women's Media Foundation,
      Jila Baniyaghoob dirige un site d'informations de tendance féministe,
      Canon Zeman Irani (http://irwomen.net). Son mari, Bahaman Ahamadi
      Amoee, collabore à plusieurs publications proches du courant
      réformateur.

    Le 21 juin :

    - Le correspondant de l'hebdomadaire Newsweek, Maziar Bahari, a été
      arrêté par les forces de la Sécurité à son domicile à 7 heures du
      matin.

    Le 22 juin :

    - Mostafa Ghavnlo Ghajar, collaborateur de plusieurs journaux et
      spécialiste des "médias étrangers" à la Radio Goftogo, a été arrêté à
      son domicile. Son blog est consultable sur : http://www.ghajar.ir/.
    - Iason Athanasiadis, journaliste gréco-britannique pour le Washington
      Times
    - 25 collaborateurs et professionnels des médias du Kalemeh Sabz arrêtés,
      dont Alireza Behshtipour Shirazi, le rédacteur
    




Renseignements :

Renseignements: Katherine Borlongan, Directrice générale, Reporters sans
frontières, (514) 521-4111, Cell: (514) 258-4188, Télécopieur: (514) 521-7771,
rsfcanada@rsf.org

Profil de l'entreprise

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme

REPORTERS SANS FRONTIERES

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.