Industries Verreault - Une trêve est possible: il faut des résultats rapides en négociation



    RIMOUSKI, QC, le 20 mars /CNW Telbec/ - Hier soir, les travailleuses et
les travailleurs du chantier maritime Verreault ont rejeté la demande de trêve
formulée par la direction et réitéré leur appel à une véritable négociation.
    Réunis en assemblée générale spéciale, une centaine de membres du
Syndicat des travailleurs (euses) des industries Verreault - CSN ont refusé, à
l'unanimité, la demande de trêve dans l'exercice de moyens de pression. Selon
Mme Verreault, une trêve est un préalable à l'obtention d'un contrat de
réfection de navire du gouvernement fédéral : le Pierre-Radisson.
    C'est que le lien de confiance est devenu fragile entre la direction et
ces travailleurs. "Nous ne sommes pas fermés à l'idée de signer un pacte de
paix industrielle, mais le meilleur pacte reste encore pour nous la signature
d'une convention collective", explique le président du syndicat,
Yves Harisson.
    Les messages que la direction envoie au syndicat sont contradictoires.
Dans les échanges que les représentants syndicaux ont eus, jeudi et vendredi
derniers, par l'intermédiaire du conciliateur Michel Sainte-Marie, il était
fait mention de travaux qui s'échelonneraient sur une période de cinq mois.
Or, hier soir, à peine une dizaine de minutes avant l'assemblée générale,
Mme Verreault elle-même indiquait sur les ondes de LCN qu'il s'agissait d'un
contrat d'un mois seulement.
    "Nous ne rejetons pas l'idée de signer une trêve, cependant, nous pensons
que la direction doit saisir la balle au bond et convenir d'un règlement à la
table de négociation sur des points que nous considérons majeurs. Le mandat
que nous avons reçu hier soir, c'est de demander à Mme Verreault de revenir à
la table de négociation, de négocier tel que le stipule le Code canadien du
travail", résume le conseiller syndical à la Fédération de la métallurgie-CSN,
Martin Pagé. "Si nos objectifs sont atteints rapidement alors on pourra
évaluer la possibilité d'établir une trêve", de conclure le conseiller
syndical.
    Les représentants syndicaux réitèrent qu'ils sont prêts à négocier, jour
et nuit s'il le faut et à compter d'aujourd'hui, pour que le chantier ne perde
pas ce contrat.




Renseignements :

Renseignements: Mario Guertin, (418) 723-7812, cell: (418) 750-4081;
Jean-Pierre Larche, Information-CSN, (514) 598-2264; Source: Confédération des
syndicats nationaux


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.