Indifférence totale envers une relation qui a duré des milliers d'années - (Affrontement entre les Innus et le gouvernement de Terre-Neuve)



    WENDAKE, QC, le 2 avr. /CNW Telbec/ - L'Assemblée des Premières Nations
du Québec et du Labrador (APNQL) est une fois de plus préoccupée par le fait
qu'un gouvernement provincial fasse preuve d'indifférence totale envers les
droits des Premières Nations. En 2008, le gouvernement de Terre-Neuve avait
menacé de détruire les campements des Innu pour cause de non-conformité avec
les règlements provinciaux. Cet endroit a été la patrie Innu durant des
milliers d'années et le titre et les droits Innu sur ces territoires n'ont
jamais été supprimés. Ce titre et ces droits ne sont pas sujets à des
restrictions par les limites provinciales ou les règlements provinciaux de
chasse et, par conséquent, la chasse Innu n'est pas illégale, tel que le
déclare le gouvernement de Terre-Neuve. Les Innu ne furent jamais consultés
sur la situation du caribou. Il est insensé que de telles décisions soient
prises et ceux dont la culture et l'existence furent si inextricablement liés
au caribou durant des millénaires ne furent pas dûment consultés.
    Les Innu actuels s'adonnent à la chasse de ce caribou depuis des milliers
d'années, tout comme les Innu d'autres secteurs de Nitassinan. Les Innu
provenant des deux côtés de la frontière non Innu ont chassé ce caribou durant
des années, aussi récemment qu'en décembre, et il n'y avait pas de
complication causée par le gouvernement provincial de Terre-Neuve.
    "L'inquiétude à laquelle nous faisons face est liée au fait qu'il semble
y avoir une préférence pour créer une situation conflictuelle et pour
promouvoir une image négative du peuple Innu. Le territoire Innu de Nitassinan
s'étend sur deux provinces. Plusieurs aînés déclarent que la frontière
provinciale qui traverse Nitassinan n'est pas une frontière Innu et qu'ils ne
furent jamais consultés sur une telle division de leur territoire", explique
le Chef Ghislain Picard de l'APNQL.
    Le ministre provincial des Ressources naturelles, Kathy Dunderdale a non
seulement décrit cette chasse comme étant illégale, mais a aussi causé plus de
préjudices à la chasse Innu, en déclarant que les Innu faisaient usage de la
technologie GPS et de motoneiges de large piste. La tentative pour discréditer
la chasse en déclarant également que les aînés, les hommes, les femmes et les
enfants les accompagnaient, est honteuse et démontre à quel point les
gouvernements provinciaux ont une compréhension médiocre et se soucient peu de
connaître les réalités des Innu. Ce n'est pas une chasse "sportive" où
plusieurs milliers de chasseurs non autochtones font usage d'un vaste éventail
de technologie pour les aider à suivre des traces et à tuer par "plaisir".
Est-ce que le ministre s'attend à ce que les Innu qui s'adonnent à une chasse
de subsistance pour leur communauté commenceront à utiliser des arcs et des
flèches?
    Les remarques de M. Corbeil sur les droits de la Nation Innu sur un
territoire qui "leur a déjà appartenu", sont une insulte et un outrage. Quand
exactement la Nation Innu a-t-elle cédé ou donné son territoire? Répondez à la
question, M. Corbeil. Ces préceptes de vos gouvernements coloniaux d'acquérir
toute parcelle de territoire autochtone sont clairs dans la Proclamation de
1763. Les Innus n'ont pas à s'en aller chez eux, ils sont chez eux à
Nitassinan, qui existait bien longtemps avant que les Européens ne réalisent
que la terre n'était pas de forme plate.
    A moins qu'il y ait d'autres motifs sinistres, plutôt que de faire appel
à l'instrument brutal d'application de la loi provinciale, j'invite le premier
ministre Danny Williams à poursuivre jusqu'à sa conclusion les engagements
qu'il a pris à Québec en juillet 2008 avec les Chefs Innu. Une ouverture
d'esprit à dialoguer avec la Nation Innu et les efforts pour comprendre les
réalités de la Nation Innu comportent beaucoup plus de potentiel pour en
arriver à une solution pacifique, respectueuse et honorable, qui, en fait, est
le devoir de la Couronne dans cette affaire.

    L'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador est
l'organisme qui regroupe les Chefs des Premières Nations du Québec et du
Labrador.




Renseignements :

Renseignements: Alain Garon, Agent de Communications APNQL, (418)
842-5020


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.