Indexation des pensions - 25 ans plus tard, le pouvoir d'achat des retraités diminue sans cesse



    QUEBEC, le 30 sept. /CNW Telbec/ - A l'occasion de la tenue d'une
commission parlementaire sur l'indexation, au cours de laquelle étaient
entendus leurs représentants, plusieurs centaines de personnes retraitées
membres de l'AREQ et d'autres associations ont interpellé aujourd'hui les élus
à propos de la diminution constante de leur pouvoir d'achat. Elles ont du même
coup réclamé que le gouvernement réponde sans tarder à leur demande de
création d'une table de travail pour étudier des solutions concrètes à une
iniquité qui les affecte depuis plus de 25 ans.
    "Comme nous comme pour l'ensemble des Québécois, l'essence augmente,
l'électricité augmente, les denrées alimentaires et les médicaments
augmentent, presque tout augmente... sauf notre pension, qui est pratiquement
gelée depuis que le gouvernement en a décidé par décret en 1982. Le résultat,
c'est que d'année en année, nous perdons de notre pouvoir d'achat et nous nous
appauvrissons. Il est temps de remédier à cette situation", a souligné la
présidente de l'AREQ, Mariette Gélinas, en s'adressant aux personnes
retraitées venues appuyer leurs représentants entendus en commission
parlementaire.

    Un rapport fourre-tout inutilement complexe

    Lors des audiences de la Commission des finances publiques, les
représentants des retraités, Mariette Gélinas de l'AREQ et André Goulet de
l'AAR, ont rappelé aux parlementaires qu'ils ont été les premiers à se réjouir
de la création d'un comité devant faire la lumière à propos du dossier de
l'indexation et qu'ils ont sans doute été les plus déçus que le comité ne
puisse remplir pleinement son mandat. Ils ont également expliqué pourquoi ils
n'ont pu endosser, dans sa forme finale, le rapport du Comité de travail.
Celui-ci a trois principaux points faibles :

    
    1) il outrepasse le mandat du comité. Ce mandat consistait
       essentiellement à déterminer "combien coûte l'indexation" plutôt que
       "comment la financer", une question certes importante, mais relevant
       davantage de la sphère politique que d'évaluations d'actuaires;
    2) il est inutilement long et complexe. Le rapport compte en effet
       273 pages, si on inclut le volume 2, de sorte qu'il complexifie encore
       davantage le dossier par l'ajout de nombreux tableaux et graphiques
       qui n'apportent aucun véritable éclairage au commun des mortels;
    3) il élude la question fondamentale des 6 milliards $ de la caisse des
       participants au RREGOP qui ressortent de la plus récente évaluation
       actuarielle de la CARRA. Le rapport présente ce montant comme une
       simple "réserve" alors qu'il s'agit, en fait, d'un surplus qui aurait
       pu être affecté, en partie, à la correction de l'indexation.
    

    Les retraités présentent un rapport alternatif plus neutre et plus clair

    Démontrant leur bonne foi et leur désir de relancer le dossier, les
retraités ont présenté aux parlementaires un rapport alternatif qui aurait pu,
selon eux, rallier l'ensemble des membres du comité. Celui-ci reprend les
principales données figurant dans le rapport déposé par le comité en mai, en y
apportant toutefois quelques précisions. Il se veut davantage neutre, clair et
concis, tout en répondant au mandat précis octroyé par l'Assemblée nationale.

    Le rapport complet est disponible au www.areq.qc.net.

    "Le Comité de travail banalise la problématique de l'indexation en
l'ensevelissant sous un rapport de plus de 200 pages. Le gouvernement banalise
la problématique en nous dépeignant comme des gras dur. Nous en avons plus
qu'assez et nous tenons à replacer les choses dans leur perspective. Il est
temps que nous avancions, plutôt que de chercher des échappatoires et des
boucs émissaires. Il est temps de créer une table de travail réunissant le
gouvernement et les associations de personnes retraitées pour chercher des
solutions aux problèmes bien réels que vivent des dizaines de milliers
d'ex-employés de l'Etat", a conclu le président de l'Alliance des associations
de retraités, André Goulet.

    Profil de l'AREQ

    Fondée en 1961, l'AREQ (CSQ) - Association des retraitées et retraités de
l'éducation et des autres services publics du Québec, regroupe plus de
51 000 personnes retraitées du secteur de l'éducation, de la santé, des
services de garde, des communications, des loisirs, de la culture et du milieu
communautaire. Elle est affiliée à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ).




Renseignements :

Renseignements: Dominic Provost, Conseiller en communication, Cell.:
(418) 929-4082


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.