Indalex à Pointe Claire - Faillite



    MONTREAL, le 8 avr. /CNW Telbec/ - La compagnie Indalex à Pointe Claire
s'est placée sous la protection de la loi sur les arrangements avec les
créanciers mettant ainsi en péril plus de 225 emplois. "Nous sommes inquiets.
C'est une vieille entreprise qui normalement n'aurait pas dû connaître des
problèmes de liquidités. La folie spéculatrice qui s'est emparée de différents
acquéreurs dont Sun Capital au cours des dernières années a fragilisé
l'entreprise. Nos négociations sont bloquées", a déclaré Pierre Arseneau,
permanent du Syndicat des Métallos (FTQ).
    Le 20 mars dernier, l'entreprise dont le siège social est à Chicago s'est
mise sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites aux
Etats-Unis. "Nous savions, dit Pierre Arseneau, que cela n'augurait rien de
bon pour nous ici au Québec. Indalex possède cinq usines au Canada. Elle a de
graves problèmes de liquidités pour acheter les matières premières en
particulier les billettes d'aluminium. Depuis deux mois, nous avons noté une
augmentation des problèmes dans l'usine de Pointe Claire comme par exemple la
fermeture d'équipes de travail parce qu'il manque des matériaux comme de la
peinture, de la billette d'aluminium, etc. Nous devons sauver cette usine au
Québec car non seulement ce sont plus de 225 emplois qui sont en jeu mais
c'est aussi la plus rentable du groupe".
    Le permanent syndical a indiqué que la convention collective de travail
est échue depuis le 23 décembre 2008. "Nous avons demandé de surseoir à la
négociation afin que l'entreprise règle son problème de liquidités, a-t-il
expliqué. C'est donc le statu quo d'ici à ce que la situation s'améliore. Les
négociations sont également difficiles pour les employés de bureau. Ils se
sont syndiqués l'an passé. Ils ont dû recourir à la loi sur la négociation
d'une première convention collective. L'employeur veut maintenant geler les
salaires afin de ne pas verser les augmentations prévues à l'entente de deux
ans. Il faut laisser passer la tempête et négocier par la suite dans un
meilleur climat".
    Le représentant du Syndicat des Métallos (FTQ) a conclu en exprimant une
vive inquiétude pour les emplois manufacturiers au Québec. " Où est la
stratégie industrielle des gouvernements Charest et Harper, dit-il, pour aider
le Québec à tirer son épingle du jeu dans un marché mondial en crise et très
compétitif ?".

    L'usine de la compagnie Indalex à Pointe Claire fabrique des profilés
d'aluminium. Elle s'est placée sous la protection de la loi sur les
arrangements avec les créanciers le 3 avril dernier.




Renseignements :

Renseignements: Pierre Arseneau, Syndicat des Métallos (FTQ), (450)
656-1113


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.