Importante étude dévoilée par la CSQ, la FSQ-CSQ et le SIIIACQ-CSQ



    
    Près de la moitié des employés du Centre hospitalier régional de Trois-
    Rivières souffre de détresse psychologique élevée
    

    TROIS-RIVIERES, QC, le 12 mai /CNW Telbec/ - La Centrale des syndicats du
Québec (CSQ), la Fédération de la santé du Québec (FSQ-CSQ) et le Syndicat des
infirmières, inhalothérapeutes, infirmières auxiliaires du Coeur-du-Québec
(SIIIACQ-CSQ) ont rendu publics, aujourd'hui en conférence de presse, les
résultats d'une importante étude réalisée auprès du personnel oeuvrant au
Centre hospitalier régional de Trois-Rivières, qui démontre que près de la
moitié des employées et employés souffre d'une détresse psychologique élevée
due à la surcharge de travail.
    Le dévoilement de l'étude a été fait par la présidente du SIIIACQ-CSQ et
vice-présidente de la FSQ-CSQ, Mme Claire Montour, qui était accompagnée du
président de la CSQ, M. Réjean Parent.
    L'étude a été réalisée par des chercheurs de l'Université Laval en
collaboration avec le SIIIACQ-CSQ, la CSQ, la direction du Centre hospitalier
régional de Trois-Rivières (CHRTR) et l'Agence régionale de la santé et des
services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec. L'enquête s'est
déroulée au printemps 2008 et a été menée auprès des infirmières, des
infirmières auxiliaires et des inhalothérapeutes du CHRTR. Un nombre de 464
personnes ont répondu au questionnaire.

    Détresse psychologique et absentéisme à la hausse

    L'étude révèle donc que près de la moitié des répondantes (49,8 %)
éprouvent une détresse psychologique élevée, alors que des niveaux élevés de
détresse psychologique sont également fortement présents dans l'ensemble des
titres d'emplois, à l'exception des inhalothérapeutes. La psychiatrie, la
chirurgie, les soins intensifs, la médecine générale/spécialisée et la
cardiologie sont les unités où l'on retrouve les taux de détresse
psychologique les plus élevés.
    Il ne faut donc pas se surprendre de constater que l'absentéisme s'est
accru au cours des cinq dernières années au CHRTR. En effet, le nombre moyen
de jours d'absence par travailleuse est passé de 18,6 en 2003-2004 à 24,2 en
2007-2008, soit une augmentation de 30,6 %. On observe aussi un accroissement
de la proportion des travailleuses qui se sont absentées 20 jours et plus. Il
faut noter que l'absentéisme chez les infirmières est supérieur à celui
observé lors de l'enquête réalisée en 2005 auprès des infirmières canadiennes.

    La surcharge de travail grande responsable

    L'étude révèle également que la demande psychologique est très élevée
chez les répondantes, c'est-à-dire que leur travail est de plus en plus
complexe à accomplir et ce, dans un temps contraint. Les répondantes se
plaignent à la fois de leur faible autonomie et de la charge de travail
importante rencontrée au quotidien.
    Les auteurs de l'étude constatent clairement que c'est "la demande
psychologique de travail (la charge de travail) qui accroît les chances qu'une
infirmière se retrouve dans une situation de détresse psychologique élevée".

    Un gouvernement responsable qui doit maintenant négocier

    A la lumière des résultats de cette étude, la présidente du SIIIACQ-CSQ
et vice-présidente de la FSQ-CSQ, Mme Claire Montour, soutient que le
gouvernement Charest, plus particulièrement le premier ministre et le ministre
de la Santé et des services sociaux, doit enfin reconnaître que les conditions
de travail déplorables sont en train d'affecter gravement le personnel des
établissements de santé.
    "Cette enquête scientifique confirme que ce sont les conditions de
travail qui sont en train de rendre les gens malades. Et si nous en sommes là,
le gouvernement a certainement une grande part de responsabilités puisque
c'est lui qui a refusé de négocier des améliorations aux conditions de travail
en 2005, préférant imposer sa loi spéciale. La prochaine ronde de négociations
arrive rapidement et il faut espérer que ce gouvernement va enfin avoir le
courage d'apporter des solutions réelles aux problèmes, avant que tout ne
dégénère de façon irrémédiable", prévient Mme Montour.

    Un personnel en santé pour donner des soins de santé de qualité

    De son côté, le président de la CSQ, M. Réjean Parent, se dit convaincu
que si une enquête semblable était menée dans l'ensemble du réseau de la santé
et des services sociaux, il y a fort à parier que l'on retrouverait des
résultats semblables partout au Québec.
    "Le gouvernement a le devoir de prendre les mesures qui s'imposent pour
assurer la santé et le bien-être au travail du personnel de la santé. Comment
peut-on penser qu'on va garantir à la population de recevoir des soins de
santé de qualité si on ne s'assure pas auparavant que ceux qui les donnent
sont eux-mêmes dans un état de santé psychologique pour le faire-? Ca n'a
absolument aucun sens et il est évident que la situation actuelle ne peut plus
durer et qu'il y a urgence pour le gouvernement de donner un sérieux coup de
barre afin d'améliorer rapidement les conditions de travail dans le secteur de
la santé et des services sociaux", conclut M. Réjean Parent.

    Profil de la CSQ et de la FSQ-CSQ

    La Centrale des syndicats du Québec représente près de 170 000 membres,
dont près de 100 000 font partie du personnel de l'éducation. Elle est
l'organisation syndicale la plus importante en éducation au Québec. La CSQ est
également présente dans les secteurs de la santé et des services sociaux, des
services de garde, du municipal, des loisirs, de la culture, du communautaire
et des communications. La FSQ-CSQ représente près de 7000 infirmières,
infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et puéricultrices travaillant dans
des établissements de tous les secteurs de la santé : CHSLD, CH, CLSC, centres
de réadaptation, dispensaires, régies régionales, établissements privés
conventionnés et Héma-Québec.




Renseignements :

Renseignements: Claude Girard, Agent d'information CSQ, Cell. : (514)
237-4432, girard.claude@csq.qc.net


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.