Harper tente de gagner des points politiques sur le dos des personnes mises à pied



    OTTAWA, le 10 janv. /CNW Telbec/ - "Le premier ministre Harper essaie de
se faire du capital politique sur le dos des travailleurs forestiers mis à
pied et de leurs familles", dit Dave Coles, président du syndicat le plus
grand du secteur forestier du Canada, le Syndicat canadien des communications,
de l'énergie et du papier.
    "L'annonce faite aujourd'hui ne prévoit rien pour les travailleurs
forestiers", ajoute-t-il. "Elle ne reconnaît même pas l'existence de la crise
dans le secteur forestier. Il ne s'agit que d'une manoeuvre de chantage
destinée à faire voter les autres partis politiques en faveur du budget.
    "Nous sommes très déçus mais non étonnés que le premier ministre Harper
ne fasse preuve d'aucune prévoyance ni vision pour les régions rurales du
Canada", déclare M. Coles, signalant que l'industrie forestière pourrait être
une des principales industries créatrices d'emplois du pays si elle était
dûment gérée.
    "L'annonce faite aujourd'hui ne tire même pas un seul point de suture
dans la plaie d'une industrie qui se saigne de ses emplois."
    "Il nous faut une stratégie forestière nationale qui aidera les
travailleurs et les travailleuses, l'industrie et les communautés à
revitaliser le secteur par la création d'emplois ajoutant de la valeur aux
ressources naturelles", ajoute-t-il. "Il est clair que les gouvernements
devraient investir dans la recherche et le développement."
    "Nous devons tenir un sommet national de tous les intervenants de
l'industrie", déclare M. Coles, qui fait remarquer que des discussions ont
déjà été engagées avec certains présidents d'entreprise à ce sujet et sur
d'autres initiatives de renouveau.
    "Nous avons demandé à maintes reprises de tenir des réunions avec des
hommes et femmes politiques de tous les partis. Nous nous sommes même rendus à
la Chambre des communes pour les inviter à participer au symposium sur la
foresterie que nous avons tenu il y a un an. Cependant, nos appels à
l'adoption d'une ligne de conduite réfléchie à l'égard de la crise ont été
grandement négligés."
    Les mesures précises préconisées par le SCEP comprennent la création d'un
groupe de travail syndical-patronal-gouvernemental sur l'avenir des usines.
    De plus, le SCEP envisage de rappeler les entreprises à la table de
négociation un an avant la date prévue, afin de répondre à la crise de
l'industrie forestière.




Renseignements :

Renseignements: Gaétan Ménard, (819) 775-6980; Michelle Walsh,
directrice des communications, (613) 230-5800, poste 222, (613) 858-9144

Profil de l'entreprise

Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.