Grève de six mois à Scepter - Rio Tinto-Alcan est responsable du prolongement de la grève --Les TCA-Québec



    MONTREAL, le 24 juill. /CNW Telbec/ - "Rio Tinto-Alcan est responsable de
l'échec de la médiation, parce qu'elle subventionne la compagnie Scepter et
conforte sa direction dans son refus de négocier", a déclaré Jean-Pierre
Fortin, le directeur québécois des TCA, (Syndicat national de l'automobile, de
l'aérospatiale, du transport et des autres travailleurs et travailleuses du
Canada, dont les sections québécoises sont affiliées à la FTQ).
    Les TCA-Québec, auxquels les employés de Rio Tinto-Alcan sont affiliés,
représentent aussi les 20 employés de Scepter en grève depuis plus de six
mois. Il y a six ans, l'actuel propriétaire, la famille Scott des Etats-Unis,
a acquis les installations de Chicoutimi de la compagnie Alcan. Elle a
continué les opérations d'épuration des "écumes" de fonderie de l'aluminerie
autrefois faites par la compagnie elle-même. Rio Tinto-Alcan est toujours le
seul client de Scepter à ses installations à Chicoutimi.
    Jusqu'à l'arrivée du propriétaire américain, les travailleurs pouvaient
effectuer leurs tâches sur des quarts de travail de 12 heures, ce qui leur
permettait de jouir de plus de jours de repos. Cette pratique a été changée
pour des horaires de huit heures par le nouvel acquéreur. Les syndiqués ont
alors constaté une détérioration de leur qualité de vie et de leur santé. Du
coup, c'est leur vie familiale qui en est affectée. Les conditions reliées à
ce type de production sont en effet très pénibles à supporter sur des périodes
de cinq ou six jours. Ils ont donc demandé un retour aux horaires de
12 heures. Devant le refus radical de la compagnie d'en discuter, ils ont
déclenché la grève. Et les menaces de fermeture n'ont en rien infléchi leur
détermination au cours des mois.
    "La médiation vient une fois de plus d'échouer parce que la compagnie est
demeurée intransigeante sur cette question des horaires de travail, de dire
Jean-Pierre Fortin. Nous avons maintes fois démontré que nos demandes sont
raisonnables et ne représentent pas un coût excessif pour l'employeur; nous
avons aussi tenté d'explorer des compromis avec l'employeur, mais il est resté
sourd à nos demandes. Pourquoi le propriétaire Garney Scott III bougerait-il,
puisque Rio-Tinto Alcan assume les frais de transport occasionnés par le
déplacement de la production dans ses installations aux Etats-Unis? Il campe
sur ses positions, nous rappelant qu'il n'est pas en affaire pour faire le
bonheur des salariés, mais pour faire de l'argent!"
    "Rio Tinto-Alcan se lave les mains de ce conflit, mais elle n'arrive pas
à les blanchir. Elle préfère exporter ses résidus aux Etats-Unis plutôt que de
faire entendre raison à ce sous-traitant borné. Elle entache, du coup, cette
belle image publique qu'elle tente de se donner à coup de publicités
dispendieuses dans les media. Puisqu'en plus de produire de la fierté, du
bonheur, de l'espoir, du respect et de l'avenir, Rio Tinto-Alcan produit aussi
des déchets toxiques qu'elle a la responsabilité et le devoir de transformer
dans la région", de dire le directeur québécois des TCA.




Renseignements :

Renseignements: André Leclerc: (514) 349-9864, solidaricom@yahoo.ca;
Jean-Pierre Fortin: (514) 389 9223, 1-800-361-0483; Source: Syndicat national
de l'automobile, de l'aérospatiale, du transport et des autres travailleurs et
travailleuses du Canada (TCA-Québec-FTQ)

Profil de l'entreprise

Syndicat des Travailleurs canadiens de l'automobile (TCA-Québec)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.