Greenpeace s'offre comme "expert-conseil" pour parfaire le plan de taxe sur le carbone du Parti libéral



    MONTREAL, le 19 juin /CNW Telbec/ - Greenpeace estime que la nouvelle
taxe sur le carbone présentée aujourd'hui par le Parti libéral du Canada
constitue un outil utile pour réduire les émissions de gaz à effet de serre
(GES) au pays.
    "L'imposition d'une taxe sur le carbone est un élément important dans
toute stratégie pour combattre les changements climatiques", estime Arthur
Sandborn, responsable de la campagne Climat et Energie de Greenpeace. "Par
contre, nous croyons que le plan libéral pourrait être sensiblement renforcé
et c'est pourquoi nous sommes prêts à conseiller le parti à ce sujet. Par
exemple, la cible de réduction n'est pas assez élevée, le prix par tonne de
carbone est trop bas et il serait préférable d'utiliser cette taxe pour des
programmes d'aide à l'économie d'énergie."
    Si elle est bien conçue et bien implantée, la taxe sur le carbone est
particulièrement efficace parce qu'elle peut faire rapidement augmenter le
prix des émissions et avoir un impact environnemental immédiat. Cette taxe
devrait être couplée avec un système d'échange de droits d'émissions et
accompagnée d'une série de programmes et de mesures musclées pour réduire les
GES.
    En avril dernier, le chef du Parti libéral Stéphane Dion, ainsi que les
chefs des autres partis d'opposition, ont signé la pétition KYOTOplus qui
demande que, d'ici 2020, le Canada réduise ses émissions d'au moins 25 % par
rapport à leur niveau de 1990. Le plan Dion place la cible à 20 % (ou à 25 %
si d'autres pays adoptent aussi des cibles comparables).
    En comparaison, le plan du gouvernement Harper est pour le moins timide
puisqu'il vise aussi une réduction de 20 % d'ici 2020, mais par rapport au
niveau de 2006. En pratique cela correspond à 133 millions de tonnes de GES de
plus dans l'atmosphère chaque année. Greenpeace estime que l'approche du
gouvernement Harper est un échec, notamment parce que le plan conservateur
n'impose pas de limites d'émissions obligatoires et en chiffres absolues, il
ne permet pas d'attribuer un coût aux émissions de CO(2) et il ne contient pas
suffisamment de mesures pour inciter les citoyens à réduire leurs propres
émissions.
    Somme toute, les partis d'opposition se sont montrés beaucoup plus
dynamiques que le gouvernement Harper en matière de changements climatiques.
Le NPD a fait adopter son projet de loi sur les réductions d'après Kyoto, le
Parti libéral a parrainé un projet en faveur du protocole de Kyoto et,
maintenant, Stéphane Dion propose un plan de taxe sur le carbone.




Renseignements :

Renseignements: Jocelyn Desjardins, relations publiques: (416) 930-9055;
Arthur Sandborn, campagne Climat et Energie: (514) 235-5955 (anglais et
français); Jocelyn Desjardins, Relations publiques, Greenpeace,
jocelyn.desjardins@yto.greenpeace.org, (514) 212-5749


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.