Greenpeace accuse Harper de mener une campagne de désinformation et de sabotage sur Kyoto



    MONTREAL, le 26 nov. /CNW Telbec/ - Greenpeace accuse le Premier Ministre
Stephen Harper de mener ouvertement une campagne de désinformation et de
sabotage concernant le Protocole de Kyoto sur les changements climatiques. Sa
dernière déclaration à la réunion du Commonwealth véhicule de fausses
informations élaborées pour discréditer les efforts de négociation à la veille
de la Conférence de Bali sur les changements climatiques.
    "Le Canada ne fait visiblement pas preuve de leadership dans ce dossier
et joue un jeu dangereux", affirme Arthur Sandborn, responsable de la campagne
Energie et climat de Greenpeace. "Les déclarations de Harper confirment que le
gouvernement n'a pas l'intention d'entreprendre quelques efforts significatifs
que ce soit pour atteindre les objectifs de Kyoto alors que tous les experts
mondiaux, comme le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du
climat (GIEC), s'entendent pour dire qu'une action immédiate et ciblée doit
être entreprise pour éviter des changements climatiques périlleux et
irréversibles."
    Contrairement à ce qu'affirme Harper, la Chine et l'Inde ont ratifié le
Protocole de Kyoto. Il faut comprendre qu'au moment de l'entente à la
Convention de Rio, en 1992, le gouvernement conservateur de Mulroney et les
autres gouvernements ont reconnu que le problème du réchauffement climatique
n'était pas engendré par la Chine et l'Inde, mais que la responsabilité
revenait aux pays industrialisés.
    Les pays industrialisés sont responsables d'environ 80 % de
l'accumulation des gaz à effet de serre (GES) dans l'atmosphère alors qu'ils
ne représentent que 25 % de la population mondiale. Chaque canadien produit en
moyenne 20 tonnes de CO2 par an, comparativement à 3,84 tonnes per capita pour
la Chine et 1,2 tonnes per capita pour l'Inde.
    Le Protocole de Kyoto est basé là-dessus. Les pays membres de l'ONU se
sont donc entendus, pour que ce soit les pays industrialisés qui prennent
d'abord le leadership de la réduction des émissions, puisqu'ils disposent de
beaucoup plus de ressources financières, techniques et humaines pour relever
ce défi. En un mot, la Chine et l'Inde n'ont pas causé ce problème, cette
responsabilité, c'est celle des pays industrialisés, donc la nôtre.
    "La bonne nouvelle, c'est que le Canada vient de perdre un allié dans
cette bataille avec le changement de gouvernement en Australie." ajoute
Sandborn "Heureusement, la victoire des travaillistes, qui sont pour le
Protocole de Kyoto, met le Canada dans une situation précaire, son seul allié
demeurant George Bush, dont le règne termine bientôt. Souhaitons que
l'isolement croissant du Canada porte conseil et amène des changements de
position du gouvernement Harper."




Renseignements :

Renseignements: Leila Copti, Communication/relations publiques,
Greenpeace, (514) 661-6134; Arthur Sandborn, Responsable campagne Energie et
Climat, (514) 933-0021, poste 13, (514) 235-5955


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.