Gold Fields annonce un retard et une hausse des coûts d'immobilisation liés au projet Cerro Corona au Pérou



    Des précisions concernant la téléconférence figurent plus bas

    JOHANNESBURG, le 15 nov. /CNW/ - Gold Fields La Cima, détenue à 80,72 %
par Gold Fields Limited ("Gold Fields") (GFI aux bourses de New York, de
Johannesburg et de Dubai), a annoncé aujourd'hui un retard de quatre mois et
des coûts d'immobilisation prévisionnels révisés pour le projet cupro-aurifère
Cerro Corona au Pérou.
    Les coûts de construction du projet avaient été estimés à 343 M$ US et
les opérations de traitement du minerai devaient démarrer au début du
trimestre de mars 2008.
    Les coûts de construction ont été revus et s'établissent à 421 M$ US, ce
qui inclut une réserve pour éventualités supplémentaire de 20 M$ US; on
prévoit maintenant que les opérations de traitement du minerai démarreront
vers le milieu du trimestre de juin 2008.

    
    Le retard est principalement imputable à deux facteurs :

    -   La progression insuffisante des travaux de construction de
        l'installation de gestion des résidus à cause de la mauvaise qualité
        de la pierre provenant des carrières du site et des taux inadéquats
        de livraison du matériau requis pour la construction du remblai de
        l'installation en question.

    -   Le rendement insatisfaisant observé au cours des deux derniers mois
        de la part de différents entrepreneurs responsables de l'installation
        structurelle et mécanique du concentrateur.
    

    Ian Cockerill, chef de la direction de Gold Fields, a émis le commentaire
    suivant :

    "Bien que nous soyons déçus du retard et de la hausse des coûts de
construction, Cerro Corona demeure un projet solide et contribuera pour
beaucoup à l'avenir de Gold Fields. Nous avons soigneusement examiné chacune
des facettes de ce projet, et je suis persuadé que les mesures requises ont
été prises afin qu'il soit parachevé selon l'échéancier et le budget de projet
révisés."
    La première cause notable du retard est le peu de progrès réalisé
récemment sur le plan de la construction de l'installation de gestion des
résidus, qui représentait le plus grand risque au chapitre du coût et de
l'échéancier du projet. Le défrichage et la préparation de la zone du remblai
ont pris fin en juin 2007, et la construction des différentes zones du remblai
a commencé au début de juillet. Les matériaux requis pour la construction du
remblai, lesquels proviennent de carrières sur le site du projet, doivent
satisfaire à de rigoureuses normes géotechniques, géochimiques et
structurelles, certaines nécessitant un traitement poussé pour obtenir la
granulométrie requise. Deux installations de broyage et de criblage ont été
aménagées sur le site à cette fin. Depuis le début de la construction du
remblai au début de juillet, la production de matériau de construction
acceptable a été nettement plus lente que prévu à cause de la mauvaise qualité
de la pierre provenant des carrières et d'une accélération moins rapide que
prévu de l'optimisation des installations de broyage et de criblage. Ces deux
facteurs ont maintenant été intégrés à un échéancier de projet révisé, d'où le
retard quant au parachèvement du projet.
    Le deuxième facteur en cause concerne les piètres efficiences de
construction obtenues depuis deux mois de la part de différents entrepreneurs
chargés de la construction du concentrateur. En dépit d'un plan d'accélération
destiné à terminer la construction du concentrateur en décembre 2007,
certaines tâches n'ont pas été achevées dans les délais prévus au cours des
huit dernières semaines, particulièrement en ce qui concerne l'achèvement de
certaines zones critiques de l'usine à mise en service anticipée. Ainsi,
l'échéancier de l'entrepreneur en électricité a dû être décalé, ce qui a eu
des répercussions globales sur le délai d'achèvement du projet.

    
    Quant à la hausse des coûts de construction, elle est imputable à quatre
    facteurs :

    1.  Le retard quant à l'achèvement du projet entraîne des frais
        supplémentaires importants, notamment liés à la gestion et au
        personnel technique, de même que des frais de service auxiliaires ou
        de soutien, comme l'entretien du camp éloigné sur le site et d'autres
        services comme le transport par autobus et les repas.

    2.  Un accroissement des coûts de construction pour l'installation de
        gestion des résidus découlant des taux unitaires accrus pour
        l'extraction et le broyage des matériaux de construction.

    3.  De mauvaises conditions des sols ont nui à la construction des
        différentes plateformes d'installation, de la mine et de routes
        d'accès. Ces conditions ont nécessité d'autres activités de déblai-
        remblai pour assurer la stabilité des différentes structures.

    4.  La hausse soutenue du prix des produits primaires, tels le câblage
        électrique et les lignes de transport, de même que de la tuyauterie
        et des composants mécaniques et électriques des systèmes de gestion
        des résidus, a eu une incidence marquée sur les coûts de projet
        globaux.
    

    Le projet cupro-aurifère Cerro Corona se trouve à 80 km de la ville de
Cajamarca dans les hautes terres du nord du Pérou. La décision d'entreprendre
le projet en janvier 2006 a été prise à la suite de l'obtention de
l'approbation de l'étude d'impact environnemental en décembre 2005.
    Le projet prévoit la mise en valeur d'une mine de surface produisant
6,2 millions de tonnes par année (mtpa) de minerai selon un coefficient de
recouvrement de 0,58 pendant sa durée de vie. Ce minerai sera placé dans un
concentrateur classique de broyage et de flottation de sulfure traitant
6,2 mtpa de minerai et produisant entre 100 000 et 140 000 de tonnes par année
de concentrés contenant du cuivre et de l'or, qui seront spécialement traités
dans des fonderies au Japon, en Corée et en Europe.
    Le projet compte actuellement des réserves avoisinant 3,2 millions
d'onces d'or et 1 089 millions de livres de cuivre, soit l'équivalent total de
quelque 5,9 millions d'onces d'équivalent or. Les ressources sont constituées
de 5 millions d'onces d'or et de 1 869 millions de livres de cuivre(*).
    La production de métal moyenne de la mine devrait s'élever à quelque
140 000 onces d'or et 27 000 tonnes de cuivre par année, bien que les niveaux
de production soient un peu plus élevés pendant les premières années en raison
des teneurs élevées rencontrées dans les parties peu profondes du puits.
    Pour les quatre premières années de la vie de la mine, les coûts au
comptant devraient s'établir entre 300 $ US et 330 $ US par once d'équivalent
or, en chiffres absolus et selon les conditions du marché actuelles.
    Les tendances de coûts observées lors de la construction de
l'installation de gestion des résidus, dont il a été question plus haut, ont
été projetées dans les coûts d'immobilisation estimatifs pour la durée de vie
de cette installation et devraient faire augmenter les coûts d'immobilisation
pour la durée de vie de la mine, lesquels passeraient d'environ 10 $ US l'once
à 30 $ US l'once d'équivalent or produite. On s'efforce toujours de trouver
d'autres façons de gérer les résidus à moindre coût.

    
    (*) Réserves déclarées au 31 décembre 2006, se fondant sur des prix de
        500 $ US/oz d'or et de 1,25 $ US/lb de cuivre et ressources se
        fondant sur des prix de 650 $ US/oz d'or et de 1,75 $ US/lb de
        cuivre.

    Précisions concernant la téléconférence
    Des diapositives sont accessibles à partir du site Web à l'adresse
    http://www.goldfields.co.za.

                         Pour Johannesburg : 16 h 45
                      Pour le Royaume-Uni : 14 h 45 TMG
                  Pour l'Europe : 15 h 45, heure européenne
               Pour l'Amérique du Nord : 9 h 45, heure de l'Est

    Numéros à composer
    Afrique du Sud :   Numéro payant : 011-535-3600/Sans frais :
                       0800-200-648
    Etats-Unis :       Numéro payant : 1-412-858-4600/Sans frais
                       1-800-860-2442
    Australie :        Sans frais 1-800-350-100
    Royaume-Uni :      Sans frais 0800-917-7042
    Canada :           Sans frais : 1-866-519-5086
    Europe et autres : Numéro payant : +41-916-105-600/Sans frais
                       +800-246-78-700
    

    Mentionnez que vous appelez au sujet de la téléconférence de Gold Fields.

    Diffusion audio simultanée accessible à partir de notre site Web à
    l'adresse www.goldfields.co.za.

    Un enregistrement numérique sera disponible une heure après l'appel.

    Code d'enregistrement : 2541 (suivi du carré)
    (accessible pendant sept jours)

    Afrique du Sud et autres pays : +27-11-305-2030
    Etats-Unis : +1-412-317-0088
    Royaume-Uni : 0808-234-6771
    Europe : +41-91-612-4330 (Suisse)
    Australie : 1-800-091-250





Renseignements :

Renseignements: Willie Jacobsz, tél.: +27-11-644-2460, téléc.:
+27-11-484-0639, williej@goldfields.co.za; Nerina Bodasing, tél.:
+27-11-644-2630, téléc.: +27-11-484-0639, Nerina.Bodasing@goldfields.co.za;
Francie Whitley, tél.: 27-11-644-2505, téléc.: +27-11-484-0639,
Franciew@goldfields.co.za

Profil de l'entreprise

Gold Fields Limited

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.