Gérer les maladies chroniques, un défi immense pour l'Ontario



    Le rapport indique que le système de santé s'améliore lentement, mais des
    lacunes ont besoin d'attention

    TORONTO, le 26 mars /CNW/ - L'Ontario fait face à un immense défi pour
réduire et mieux gérer les maladies chroniques, affirme aujourd'hui le Conseil
ontarien de la qualité des services de santé (COQSS) en rendant public son
deuxième rapport annuel.
    "Notre façon de gérer les maladies chroniques se situe en tête de notre
liste des 'besoins d'amélioration'", selon le président Ray Hession du COQSS.
"Le nombre de personnes atteintes de maladies chroniques, comme l'arthrite, le
diabète, les insuffisances cardiaques, augmente à mesure que notre population
vieillit - et pourtant, on pourrait prévenir beaucoup de ces cas ou les
traiter mieux. L'Ontario a besoin d'une stratégie coordonnée, à la grandeur du
système et à long terme, pour réduire et mieux gérer les maladies chroniques.
La population sera en meilleure santé et cela relâchera la forte pression sur
notre système de santé."
    
    Les points saillants des constatations du COQSS sur les maladies
chroniques en Ontario comprennent :

    -   Un Ontarien sur 3 souffre d'une maladie chronique ou plus. Parmi eux,
        près de 4 sur 5 de plus de 65 ans ont une maladie chronique et de ces
        derniers, environ 70 pour cent souffrent de deux maladies ou plus.

    -   Au moins 60 pour cent des coûts de santé de l'Ontario sont
        attribuables aux maladies chroniques.

    -   L'obésité augmente les risques de développer plusieurs maladies
        chroniques. Un Ontarien sur trois de plus de 18 ans a une surcharge
        pondérale et 15 pour cent sont obèses.

    -   Les Asiatiques du Sud et les Latino-Américains risquent davantage de
        développer le diabète de type 2. Les Ontariens autochtones sont aussi
        trois à cinq fois plus susceptibles de développer cette maladie.

    -   Plus de 80 pour cent des cas de coronopathie, comme les crises
        cardiaques, et de diabète de type 2, et plus de 85 pour cent des cas
        de cancer du poumon et de maladie pulmonaire obstructive chronique
        comme l'emphysème pourraient être prévenus grâce à un meilleur mode
        de vie - incluant une alimentation saine, une bonne forme physique,
        un environnement propre et un travail sécuritaire et satisfaisant.

    Malgré le défi posé par les maladies chroniques, le COQSS constate que,
dans l'ensemble, il y a des signes positifs que l'Ontario fait des progrès
lents, mais constants dans l'amélioration de son système de santé :

    -   La stratégie des temps d'attente de l'Ontario a réduit les temps
        d'attente dans les domaines ciblés, soit le cancer, les maladies
        cardiaques, les remplacements de la hanche et du genou, l'imagerie
        diagnostique et la chirurgie de la cataracte. Le succès provient
        d'une stratégie ciblée et de fonds supplémentaires. Le modèle
        pourrait s'appliquer sur une plus grande échelle au système de santé.

    -   L'Ontario a ouvert 359 centres de télémédecine dans 190 communautés
        dont beaucoup sont en régions rurales ou éloignées. Ces centres
        permettent aux patients d'utiliser des liaisons entre ordinateurs et
        des appareils vidéo pour des "consultations virtuelles" à distance
        avec des spécialistes qui pourraient ne pas se trouver dans leur
        communauté.

    -   Depuis 2003, un demi-million de personnes de plus ont déclaré avoir
        un médecin habituel, ce qui correspond à l'augmentation de la
        population. Le nombre de personnes dans le domaine des soins de santé
        augmente et continuera à le faire à cause du plus grand nombre de
        places dans les programmes d'éducation.

    -   Entre 2000 et 2005, le nombre de jeunes de 12 à 19 ans qui fument
        quotidiennement a diminué de moitié, soit de 11 à 6 pour cent.

    -   Le pourcentage des patients admis à l'hôpital après une crise
        cardiaque et qui ont survécu à la période critique de 30 jours
        suivant la crise a augmenté de 85,5 pour cent à 88,9 pour cent en six
        ans.
    

    Le rapport du COQSS souligne que l'Ontario doit s'efforcer
continuellement à améliorer la qualité des services publics de soins de santé.
    "Les Ontariens veulent que des organismes indépendants évaluent, mesurent
et rendent compte régulièrement à la population de leur système de santé",
selon le président Hession. "Le COQSS le fait à la grandeur de toute la
province, mais nous avons besoin de le faire aussi à l'échelle régionale et
pour chaque organisation de santé locale. Des pratiques comme l'accréditation
favorisent l'amélioration de la qualité en mesurant comment des institutions
particulières se classent par rapport aux meilleures pratiques connues et en
pointant où sont les problèmes afin de pouvoir améliorer la situation."
    Pour la deuxième année consécutive, le COQSS rapporte que le principal
obstacle à la responsabilisation et à l'amélioration de la qualité provient du
manque d'information sur ce qui se passe dans le système de santé. "Si nous ne
pouvons pas mesurer la qualité, nous ne pouvons pas gérer efficacement, c'est
aussi simple que cela", dit le président Hession.

    Au sujet du COQSS

    Le Conseil ontarien de la qualité des services de santé est une agence
indépendante que le gouvernement de l'Ontario subventionne par l'intermédiaire
du ministère de la Santé et des Soins de longue durée. Le Conseil rend compte
directement à la population ontarienne de l'accès aux services publics de
santé, des ressources humaines en santé, de l'état de santé de la population
et de la clientèle, des résultats du système de santé et des moyens de
l'améliorer. Le Conseil compte 10 membres nommés qui proviennent de toute la
province et dont l'expertise varie considérablement, à savoir gestion
d'hôpital, médecine, travail académique et recherche, affaires, politiques
publiques et de santé, éthique, chefs de file communautaires et en milieu
autochtone.





Renseignements :

Renseignements: Ania Basiukiewicz, Adjointe aux communications, (416)
323-6868, poste 221

Profil de l'entreprise

CONSEIL ONTARIEN DE LA QUALITE DES SERVICES DE SANTE

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.