Francisation des immigrants : Le MELS en sera-t-il encore un des maîtres d'oeuvre?



    MONTREAL, le 18 mars /CNW Telbec/ - C'est avec stupéfaction que
l'Alliance des professeures et professeurs de Montréal (APPM) réagit aux
récentes annonces du gouvernement du Québec en matière de francisation des
immigrants.
    "En privilégiant la francisation en entreprise et en centralisant les
sommes et l'offre de services au ministère de l'Immigration et des Communautés
culturelles (MICC), le gouvernement annonce du même coup qu'il retire
entièrement cette responsabilité au ministère de l'Education, des Loisirs et
du Sport (MELS)" souligne Nathalie Morel, présidente de l'APPM. "Or, qui est
le mieux placé pour planifier et offrir des cours de francisation? Un réseau
dont l'éducation est la mission première et qui a fait ses preuves ou un
ministère dont le mandat est l'accueil des immigrants? Comment réagirait-on si
le gouvernement confiait au MICC la coordination et la prestation des soins de
santé des immigrants?", demande Mme Morel.
    En effet, une des deux grandes orientations qui se dégagent du budget
déposé le 13 mars et de l'annonce faite hier par la ministre Yolande James est
de remettre le sort de la francisation des immigrants uniquement entre les
mains d'un seul ministère et de structures qui n'ont aucune compétence en
formation et en éducation. L'autre orientation privilégie une approche axée
sur la francisation en entreprise.
    La ministre a affirmé hier que la connaissance du français est une des
clés pour s'intégrer à la société. Il faut toutefois se demander si la
francisation qui se fait uniquement en milieu de travail permet d'ouvrir
toutes les portes de l'intégration. L'APPM rappelle que l'apprentissage du
français en milieu scolaire est intimement lié à l'intégration des immigrants
dans leur milieu de vie : quartier, école, voisinage, réseau d'entraide, etc.
Lorsque des adultes fréquentent le même réseau scolaire que leurs enfants,
cela favorise une meilleure intégration à la société d'accueil.
    Ce désengagement aura également un impact sur le nombre d'emplois dans
les centres de francisation de la CSDM. La francisation offerte par les
organismes privés (sans but lucratif ou en entreprise) est de moindre durée et
est donnée par des formateurs moins qualifiés. Le gouvernement espère-t-il
ainsi épargner au détriment de la qualité de la formation pour les immigrants?
    Selon l'APPM, la priorité doit plutôt être de consolider, de soutenir et
de développer le réseau existant et non pas de diversifier les milieux
d'apprentissage dans des organismes dont ce n'est pas la mission première. "Le
gouvernement doit reconnaître l'apport et l'expertise des commissions
scolaires et de leur personnel en leur allouant les ressources suffisantes
pour exercer pleinement leur rôle en matière de francisation des immigrants",
conclut madame Morel.

    L'Alliance des professeures et professeurs de Montréal représente les
quelque 7800 enseignantes et enseignants des établissements de la Commission
scolaire de Montréal ainsi que le personnel des écoles Peter Hall et du Centre
académique Fournier.




Renseignements :

Renseignements: Yves Bellavance, attaché de presse, (514) 383-4880,
poste 241, (514) 214-7031 (cellulaire); Source: Alliance des professeures et
professeurs de Montréal

Profil de l'entreprise

Alliance des professeures et professeurs de Montréal

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.