France - Rachat du quotidien économique Les Echos par LVMH: Reporters sans frontières se joint aux inquiétudes des journalistes



    MONTREAL, le 6 nov. /CNW Telbec/ - "Nous nous joignons aux journalistes
des Echos qui craignent une perte d'indépendance de la rédaction en raison des
activités du groupe LVMH notamment dans l'industrie du luxe. Les risques de
conflit d'intérêts étant réels, la défense de la liberté éditoriale de ce
titre référence de la presse française est plus que jamais une nécessité", a
déclaré Reporters sans frontières.
    Le 6 novembre, la non-parution des Echos a été reconduite par la majorité
des salariés du titre réunis en assemblée générale, à raison de 241 votes
pour, 96 votes contre et 7 votes blancs ou nuls. Cette décision prolonge le
vote, la veille, des journalistes en faveur d'une absence du quotidien dans
les kiosques. Elle fait suite à l'annonce du rachat du titre par le groupe
LVMH, le 5 novembre, date qui est aussi, non sans ironie, celle de la Journée
européenne de la liberté de la presse.
    De l'avis même du conseiller culture et audiovisuel du président Nicolas
Sarkozy, Georges-Marc Benamou, des risques de conflit d'intérêts existent.
    Pearson, propriétaire des Echos et du Financial Times, a annoncé avoir
signé un accord de vente des Echos au groupe dirigé par Bernard Arnault, pour
240 millions d'euros, à la suite de négociations exclusives entamées depuis le
21 juin dernier. Le rachat des Echos par LVMH obligera ce dernier à céder son
principal concurrent, La Tribune. Quatre candidats seraient en lice, mais le
Comité d'entreprise du second quotidien économique français a exprimé mardi
soir son scepticisme "quant à la qualité du repreneur qui pourrait être
retenu".
    Dans un communiqué de presse publié le 6 novembre, le Comité d'entreprise
et les organisations syndicales des Echos ont annoncé leur intention de
contester cette décision, notamment à la lumière de nouveaux éléments
juridiques concernant le dispositif de portage prévu par LVMH. Selon le
communiqué, ce dispositif "constituerait une violation manifeste des règles de
contrôle des concentrations auxquelles est soumise l'acquisition des Echos par
LVMH, et dont la DGCCRF a la charge d'assurer le respect". Les employés ont
déclaré avoir envoyé un courrier à la ministre de l'Economie et des Finances,
Christine Lagarde, afin de l'alerter.
    Une autre proposition de rachat des Echos, d'un montant de 245 millions
d'euros, émanant du groupe financier Fimalac (propriétaire de l'agence de
notation Fitch), est soutenue par la rédaction du quotidien. Selon elle, le
groupe Pearson s'est toujours refusé à l'examiner, arguant de la clause
d'exclusivité jusqu'au 26 novembre signée avec LVMH.
    Une pétition de soutien à la rédaction est disponible sur le site du
journal www.lesechos.fr.




Renseignements :

Renseignements: Emily Jacquard, Directrice générale, Reporters sans
frontières Canada, (514) 521-4111, Cell: (514) 258-4208, Telec.: (514)
521-7771, rsfcanada@rsf.org

Profil de l'entreprise

REPORTERS SANS FRONTIERES

Renseignements sur cet organisme

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.