Fonds canadien de télévision : la Fédération nationale des communications (FNC - CSN) demande à la ministre Beverley Oda de procéder d'urgence à un examen public en profondeur



    MONTREAL, le 30 janv. /CNW Telbec/ - Dans une lettre adressée aujourd'hui
à la ministre du Patrimoine canadien, la Fédération nationale des
communications réitère qu'il est urgent de faire un examen en profondeur du
système de financement de la production télévisuelle et ce, dans le cadre d'un
processus public.
    La FNC, qui représente près de 7 000 artisans de l'industrie des
communications au Québec - dont ceux de la télévision publique et privée -, se
dit préoccupée par l'avenir du financement de la production télévisuelle et
par les récentes interventions de Vidéotron et Shaw.
    La FNC croit que l'examen du Fonds canadien de télévision (FCT) concerne
non seulement les partenaires financiers de l'Etat, soit les
câblodistributeurs et les distributeurs de télévision par satellite, mais
aussi les artisans et, surtout, le public qui contribue à ce fonds par ses
impôts et redevances aux entreprises de distribution.
    La Fédération dit trouver essentielle la recherche d'une solution
permanente qui permettra une réelle concurrence entre tous les moyens de
production, tant ceux de l'industrie de la production indépendante que ceux de
la production émanant des télédiffuseurs privés et publics.
    La FNC s'inquiète par ailleurs de l'impact que pourraient avoir sur la
radiodiffusion publique des décisions prises à la hâte, sans plus d'analyse.
La FNC estime qu'il est prématuré de conclure qu'il faut empêcher le fonds de
financer les émissions de la télévision de Radio-Canada, comme semble le
vouloir le câblodistributeur Vidéotron, propriété de Quebecor principal rival
de la télévision d'Etat au Québec avec son réseau TVA.
    La FNC souligne que la population québécoise est attachée à la télévision
publique. Un sondage CROP-MCE effectué pour le compte de la Fédération en 2005
révélait que huit Québécois sur dix considèrent "assez important" à "très
important", le maintien du service de télévision publique.
    La Fédération croit que toute décision qui consisterait à appauvrir
encore davantage la télévision publique ne saurait être acceptable et que
toute révision du système de financement de la production qui reverrait les
mécanismes de soutien à la radio et à la télévision publiques devrait être
assortie d'un engagement à accorder au diffuseur public un budget pluriannuel
stable et suffisant, tel que le recommandait le comité du patrimoine canadien
dans son rapport de juin 2003.
    La Fédération nationale des communications croit qu'il est indispensable
de soutenir la création télévisuelle à l'aide de fonds publics, notamment pour
atteindre des objectifs culturels et viser un contenu national de qualité.
Elle s'interroge toutefois sur la pertinence d'un système qui favorise un
quasi-monopole privé indépendant et qui force les télédiffuseurs à acheter les
émissions des producteurs privés, pour obtenir des subventions.




Renseignements :

Renseignements: Pierre Roger, secrétaire général, Fédération nationale
des communications (FNC - CSN), (514) 598-2132


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.