Fondation Rivières - Barrage Moses-Sanders - Les ravages des barrages



    MONTREAL, le 17 juin /CNW Telbec/ - "Tout barrage sur un cours d'eau
produit des dommages irréversibles aux écosystèmes, que l'on soumet aux seuls
intérêts de celui qui a la main sur le robinet. Qu'il s'agisse du
Saint-Laurent, de la Rupert, La Romaine ou des barrages privés, il est temps
que l'on reconnaisse que des débits d'eau artificiels génèrent des problèmes
dont on ne sait rien des solutions", déclare Anne-Marie Saint-Cerny,
directrice de la Fondation Rivières.
    Reconnu comme l'une des 10 rivières et fleuves les plus menacés de
l'Amérique du Nord par l'organisme American Rivers, le fleuve Saint-Laurent
subit les attaques conjuguées d'une forte contamination industrielle et
agricole ainsi que des effets des barrages Beauharnois et Moses-Sanders. Ce
dernier barrage gère le passage des eaux entre les Grands Lacs et le fleuve
Saint-Laurent et la Commission Mixte Internationale (CMI), qui en est
responsable, propose un nouveau plan de gestion des eaux, le Plan 2007.
    La Fondation Rivières s'inquiète du plan proposé qui pourrait provoquer
des assèchements et des inondations extrêmes dans la portion québécoise du
fleuve. Déjà, l'inquiétant assèchement de l'été 2007, notamment devant
Montréal, a démontré que l'action de retenir l'eau dans les Grands Lacs,
jumelée aux effets des changements climatiques, a constitué une menace
dramatique sur notre environnement, la vie des riverains et le transport
maritime québécois.
    La Fondation Rivières s'inquiète entre autres que les assèchements
sévères comme celui de 2007 ne permettent plus de diluer les rejets toxiques
et ceux des usines d'épuration, menaçant ainsi l'eau potable de la moitié des
Québécois. Des études révèlent également que la qualité de l'eau fluviale et
sa vie aquatique sont en piètre état, et citent le déclin sévère de
l'esturgeon jaune et de l'anguille d'Amérique. Autre indicateur, le nombre et
l'état des milieux humides québécois, importants lieux de frayères, se sont
également détériorés. La Fondation Rivières soulève enfin des inquiétudes
quant aux effets cumulatifs des modifications des apports d'eau douce dans
l'estuaire, notamment en raison de l'effet combiné de la sécheresse du fleuve
et des barrages de la Côte-Nord.
    "L'hydroélectricité propre est un mythe. Elle est liée à des décisions
économiques de rentabilité. En amont, on inonde, et en aval les poissons sont
sur la roche, voilà la réalité. Vu son état précaire, les seules interventions
possibles sur le fleuve Saint-Laurent, doivent être dans le sens d'une
restauration de sa qualité, non de sa destruction accélérée", conclut
Anne-Marie Saint-Cerny.




Renseignements :

Renseignements: Anne-Marie Saint-Cerny, directrice, Fondation Rivières,
(514) 272-2666


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.