Financement du projet SALOME



    MONTREAL, le 21 août /CNW Telbec/ - Pour faire suite à l'article de Marco
Bélair, paru hier dans le journal Le Devoir
(http://www.ledevoir.com/2009/08/20/263507.html), le Cran vient d'obtenir
confirmation que le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec
n'a finalement pas l'intention de financer le volet clinique du projet SALOME,
seconde phase du projet de recherche sur le traitement de la dépendance avec
prescription d'héroine (NAOMI).
    Alors que nous attendions la confirmation de ce financement, nous sommes
très surpris et déçu de ce revirement de dernière minute.
    C'est au lendemain de la publication, dans le prestigieux New England
Journal of Medecine, des résultats du projet NAOMI, que le MSSS à choisi de
renverser sa décision, alors que cette publication met en évidence
l'efficacité et la sécurité de la prescription d'héroine dans le traitement de
cette dépendance. Nous ne pouvons que nous interroger sur le crédit accordé à
l'évidence scientifique par le MSSS dans sa prise de décision, alors que, il y
a un an, l'attente de la publication officielle des résultats de cette étude
était invoquée pour justifier le non financement de la poursuite des activités
de la clinique NAOMI de Montréal, à l'issue de l'expérimentation clinique.
    Nous nous interrogeons par ailleurs sur la perception qu'a le MSSS des
besoins en matière de santé de cette population hautement vulnérable et de
l'impact d'une telle décision sur ces clientèles laissées à elle-même et sur
leur entourage immédiat.
    L'attaché de presse de la ministre déléguée au Services sociaux, qui
représente le MSSS dans ce dossier, mentionne qu'il est préférable de
consacrer la somme qui devait être alloué au financement de SALOME à des
projets touchant un plus grand nombre de personnes. Comment accepter qu'une
société développée comme la notre puisse renoncer à offrir à une partie de sa
population un traitement dont l'efficacité est démontrée et fait consensus,
sous prétexte que d'autres besoins existent.
    S'il ne s'agissait pas du traitement de la dépendance aux opioides, qui
touche un groupe de personnes faisant l'objet d'une importante stigmatisation
sociale, mais de tout autre problème de santé, notre société serait-elle prête
à accepter une telle décision ?
    Si certains de nos concitoyens demeuraient insensibles à cet argument
éthique, comment pourraient-ils être insensibles à un argument économique. En
effet, la consommation non traitée d'opioides, tels que l'héroine, a un coût
social très élevé pour notre société. Ce coût varie entre 45 000 et 67 500$
par personne au Canada. Or, si l'on exclu les coûts liés à la recherche, le
coût du traitement de ces personnes avec un opioide de grade pharmaceutique
est nettement moins élevé que les coûts générés par l'inaction.
    Dans ce contexte, le Cran et ses partenaires sont fermement décidés à
poursuivre leurs représentations pour  que cette décision inattendue soit 
réévaluée  et pour éviter que ce financement  soit détourné au profit d'autres
projets qui ne rejoindront pas ces clientèles qui nécessitent une intervention
efficace et des soins médicaux adaptés qui sont parfaitement rentables pour la
société québécoise.
    Toute les personnes ou organisation qui partagent notre point de vue et
souhaitent apporter leur appui au projet SALOME sont invitées à communiquer
avec nous ou à faire entendre leur voie auprès des représentants du MSSS.

    ------------------------------------------------------------------------

    A propos du Cran

    Pionnier et chef de file dans le domaine du traitement de la dépendance
aux opioides avec une médication de substitution, le Cran a pour mission
d'offrir des soins de santé personnalisés et multidisciplinaires, aux
personnes dont la dépendance principale est l'héroine ou tout autre opioide.
    Le Cran a assumé la responsabilité de la gestion clinique du projet NAOMI
à Montréal de 2005 à 2008. Pour en savoir plus sur le Cran, nous vous invitons
à visiter notre site internet à l'adresse www.cran.qc.ca




Renseignements :

Renseignements: Jean-Vincent Lacroix, AGC Communications, bureau: (514)
849-7000 #230, jvl@agccom.com; Source: Eric Fabrès, Responsable des
communications au Cran, bureau: (514) 284-3426 #252,
ericfabres@info-sam.qc.ca

Profil de l'entreprise

CENTRE DE RECHERCHE ET D'AIDE POUR NARCOMANES (CRAN)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.