Fête nationale : l'hypocrisie des grandes surfaces - "Le gouvernement doit prendre les moyens pour faire respecter la loi" - Louis Bolduc, adjoint exécutif au directeur national des TUAC



    MONTREAL, le 21 juin /CNW Telbec/ - Alors qu'au début de juin,
l'Assemblée nationale votait à l'unanimité des amendements à la Loi sur la
fête nationale afin de permettre à quelque 115 000 Québécois et Québécoises
oeuvrant dans les commerces d'alimentation de bénéficier du congé au même
moment que leurs parents et amis, voilà que les opérateurs de grandes surfaces
ont décidé d'ouvrir le 24 juin même s'ils savent qu'il est impossible de
fonctionner à quatre employés dans des établissements de cette taille.

    Un minimum de services, oui mais...

    "Notre syndicat a salué le geste du gouvernement qui venait mettre un
terme à plus de 15 années de controverse sur l'ouverture des commerces le
dimanche et à 15 années d'injustice pour les travailleurs et travailleuses.
    "Le gouvernement a cependant jugé que la population avait besoin d'un
minimum de services en permettant l'ouverture des commerces d'alimentation
avec un maximum de quatre personnes. Tous avaient en tête les petits commerces
de proximité, évidemment. Jusque là ça va", a indiqué Louis Bolduc, adjoint
exécutif au directeur national des Travailleurs unis de l'alimentation et du
commerce (TUAC-FTQ) et vice-président de la FTQ.

    Le comble de l'hypocrisie

    "Là où ça ne va plus du tout, c'est quand les opérateurs de grande
surface affichent ouvertement leur mépris pour la loi en décidant d'ouvrir le
24 juin. Certains employés se sont même faits demander de s'habiller en civil,
sans leur habit de travail habituel, afin de pouvoir se confondre avec la
clientèle et de berner tout inspecteur qui voudrait faire respecter la règle
des quatre employés maximum.
    "Le comble de l'hypocrisie, c'est que ce sont justement les opérateurs de
grandes surfaces qui ont appuyé les amendements sur le maximum de quatre
personnes le 24 juin. Avaient-ils déjà pris leur décision d'ouvrir à la fête
nationale tout en contournant la loi amendée qu'ils disaient appuyer?", a
questionné Louis Bolduc.

    Le gouvernement doit se montrer ferme

    "En agissant de la sorte, les opérateurs de grandes surfaces envoient le
message qu'ils peuvent se placer au-dessus des lois en raison du peu de
ressources allouées pour faire respecter ces lois.
    "Nous demandons instamment au ministre du Travail et du Développement
économique, David Whissel, de même qu'au ministre Raymond Bachand d'être
fermes. Laisser passer un tel affront enverrait un très mauvais signal à la
population et aux commerçants sur le sérieux du gouvernement dans ce dossier.
Votre démarche a été sérieuse jusqu'à présent, ne laissez pas quelques
opérateurs de grandes surfaces ridiculiser nos lois", a conclu M. Bolduc.




Renseignements :

Renseignements: Louis Bolduc, (514) 592-0301; Jean Laverdière, (514)
893-7809; Source: TUAC-FTQ

Profil de l'entreprise

TRAVAILLEURS ET TRAVAILLEUSES UNIS DE L'ALIMENTATION ET DU COMMERCE, SECTION LOCALE 500 (TUAC 500)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.