Fermeture d'une boutique Espace Bell - Le SCEP-FTQ dénonce le comportement à la Wal-Mart de Bell



    MONTREAL, le 17 juill. /CNW Telbec/ - Alors qu'ils viennent à peine
d'obtenir leur accréditation syndicale, les travailleurs et travailleuses
d'une boutique Espace Bell, membres du Syndicat canadien des communications,
de l'énergie et du papier (SCEP-FTQ), ont appris hier, en fin de journée, que
leur boutique sera définitivement fermée. "C'est non seulement une fermeture
sauvage, il s'agit d'une attaque en règle contre la présence syndicale dans
leurs points de vente. Ce geste est tout simplement inadmissible", a dénoncé
Michel Ouimet, vice-président exécutif du SCEP-Québec.

    Première boutique de la bannière Espace Bell à se syndiquer

    C'est au printemps dernier que la vingtaine de salariés de cette boutique
située à Montréal a pris la décision de se syndiquer en faisant appel au SCEP.
En quelques jours à peine, le syndicat a été en mesure de déposer une requête
en accréditation, fort de l'appui d'une forte majorité des salariés. Au terme
du processus légal auquel Bell s'est opposé en déposant de multiples
contestations, les travailleurs ont finalement été accrédités le 6 mai
dernier. La dernière décision rendue à la fin juin, a clos le dossier alors
que la Commission des relations de travail (CRT) n'a pas retenu le dernier
recours présenté par Bell qui visait à faire scinder l'accréditation syndicale
en plusieurs unités distinctes.

    Décision purement antisyndicale

    "N'ayant pu contrer la syndicalisation de sa boutique, Bell décide de
carrément la fermer. Ce comportement nous rappelle les cas vécus chez Wal-Mart
et franchement, ce n'est pas digne d'une compagnie comme Bell, un supposé
fleuron de l'industrie canadienne des télécommunications", a déclaré
M. Ouimet. "Le droit à la syndicalisation dans notre société est un droit
fondamental et il n'est pas négociable", a tenu à souligner M. Ouimet.

    Mauvais présage des relations avec la nouvelle direction

    Le SCEP s'inquiète aussi du fait que cette fermeture survient alors que
la nouvelle direction de BCE est en place depuis à peine quelques jours.
"Doit-on comprendre que dorénavant, les lois du travail n'ont pas à être
respectées ? Teachers, qui est le principal acquéreur de BCE et Bell,
n'existerait pas sans les enseignants et enseignantes de l'Ontario, comment
peuvent-ils cautionner ce genre de stratégie", a questionné M. Ouimet.

    Recours juridiques et campagne de dénonciation en préparation

    Le SCEP-FTQ consulte présentement ses avocats afin d'entreprendre tous
les recours juridiques appropriés en la matière. "Une chose est certaine, nous
avons l'intention de nous battre sur tous les fronts pour contrer les
manoeuvres de Bell, que ce soit au niveau juridique ou sur la place publique
avec l'appui de notre centrale, la FTQ", a conclu M. Ouimet.

    Le SCEP est le plus important syndicat dans le secteur des
télécommunications alors qu'il représente plus de 45 000 membres au Québec et
au Canada qui oeuvrent dans ce domaine.




Renseignements :

Renseignements: Marie-Andrée L'Heureux, SCEP, (514) 916-7373; Source:
Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier (SCEP-FTQ)

Profil de l'entreprise

Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.